Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS
Blog - Content Section Layout
Que l'Oeuvre situe ...
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:28
Que l'Oeuvre situe ...


Ainsi te dis je petit homme, qu'importe la souffrance la plus terrifiante, qu'importe la détresse la plus mortelle, qu'importe le cri des contingences et ses voix ténébreuses qui te voient désincarné, qu'importe tout ce jeu des rires et des paraître qui présupposent, qui imposent et se croient, qu'importe tout ce rite de la plèbe qui te veux dans la nuit la plus profonde, dans le chant morbide de ta propre destruction, qu'importe ce jeu et ces enjeux qui te livrent à thanatos,

Ne te laisse aller à cette parodie, ne te laisse contraindre à cette agonie, des larmes et des pleurs, des mélancolies et des soupirs ne sont des règnes pour le Conquérant, des plaintes et des crispations, des spasmes stériles, ne sont des voies pour le Guerrier, délaisse ces feux quotidiens pour t'élever au delà de ces mobiles et de leurs entraves, au delà des règnes infertiles, au delà des stances sans propos, au delà des miasmes et des moires aisances qui se suffisent,

Bien des Etres ont souffert les pires tourments que les passions peuvent créer, bien des Etres et par ce temps et par ce lieu continuent à souffrir les affres d'une mort qu'ils se choisissent, ne suis ces chemins, ne suis ces routes qui vont à la folie, à l'égarement, à la destruction, ne suis ces sentes qui ne sont que parodies, la Vie a ses pulsions que la Vie doit dominer, que la Vie doit enchanter impénétrable et mystérieuse, que la Vie doit déployer dans le sacre du silence magnifié,

De l'Amour à la haine, de la haine à l'Amour, les chemins sont effectifs, ils sont reconnus et leurs mobiles ne sont qu'illusions, oui, illusions qui doivent se taire, illusions que tu dois comprendre afin d'en délaisser les trames sans lendemains, ces azurs incertains qui baignent le coeur dans des larmes sans propos, dans des affres épouvantables que nul, crois tu, ne peut comprendre, que nul, crois tu, ne pourra vivre, lors que tout Etre les a vécu et signifié suivant ses degrés,

Degrés que tu dois de gravir, degrés que tu dois lentement délaisser pour revenir à l'Esprit Conquérant que nul ne peut détruire, au delà de l'affliction, au delà des peines et des chagrins, au delà de ces sites qui prouvent la faiblesse humaine, au delà, toujours plus loin, non pas dans le desséchement du Coeur mais dans sa pure harmonie, l'harmonie du savoir qui tait la souffrance, l'harmonie qui destitue l'ignorance et témoigne de l'appartenance à la pure viduité, celle de la volition,

Volonté d'Etre alors que tout n'es plus que ruines, volonté de vivre alors que rien ne pousse plus à vivre, volonté d'espérer alors que tout semble perdu, volonté d'aller plus avant dans la Conquête de la pérennité là où n'existe plus que la poussière, la poussière de la Vie, la poussière de l'Amour, la poussière de l'Etre, ainsi te dis je afin que tu comprennes qu'il n'y a pas que les passions qui gouvernent l'Etre, mais bien plus, une éthique formelle que rien ne peut destituer et ensevelir,

L'éthique de la beauté, de la Sagesse et de la grandeur, de l'Unité les états de la Nature qui vibre en chaque fibre du vivant, en chaque élan du coeur comme en chaque état de sa divinité, car il est né de la divinité et rejoindra la Divinité, quoique on en dise, quoique l'on fasse, ainsi tais ta langueur, tais tes cris de souffrance, tais la souffrance elle même dès lors tu seras Etre et non plus esclave du paraître, esclave des sens qui ne sont que respirs sans conséquences pour les lendemains à naître,

Regarde le Monde, regarde l'Univers, les Univers, les floralies de la beauté qui signent de leur noblesse la présence de la Vie dans ses multitudes de formes, regarde l'Amour avec d'autres yeux que ceux des sentiments, regarde au delà de toi même et constate la réalité de la nuptialité vivante, dès lors oeuvre en sa destinée et ne cesse pour accomplir, créer, vivre simplement la gnose fidèle de l'éternité qui se doit malgré les cycles passionnés qui parlent en nos demeures,

Non qu'ils ne soient nécessaires, mais qu'il convient de les dépasser pour faire parler la puissance de la volonté, la candeur de la nuptialité, la densité de l'instant, et la préciosité de l'ornementation de la Vie, la Vie dans sa parure, et non dans ses états les plus assignifiés, la Vie dans son exacte révélation, la Vie haute en couleur que tu dois animer pour t'animer à sa pure détermination comme à son pur enchantement, ainsi petit homme te dis je afin que naître te soit renaître à la vitale perfection . . .


Debout au milieu des ruines :
© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-074-2

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:25 )
Mesure du propos ...
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:27
Mesure du propos ...


Mesure du propos, l'orientation du Verbe en son éclat, voici l'aire qu'il nous fut donné à contempler, site sans vertu de malhabile jouvence, épris de ses douleurs comme de ses peines, épris de son ingratitude comme de sa faiblesse, demeure sans lieu vécu où l'Etre ne partage plus le ciel mais s'enlise dans la végétation la plus putride, fiel des règnes qui se désagrègent, se lamentent puis disparaissent faute de n'avoir su vivre la beauté du firmament, des idoles pénétrées leur coeur fauve libérant des râles incertains communicants avec les pures ténèbres de la nuit, secret votif de l'imperfection du Chant qui se meurt sous des coutumes anachroniques,

Une ville nous parlait ce détail, une ville sombre et humide, engloutie dans sa propre déjection, cosmopolite jusqu'à la lie, oeuvrant des souffles pubères l'horizon d'une fiction sans lendemain, jouissant à demi nue telle une larve au cil aiguë soulevant de l'abîme la senteur nauséabonde des excréments du siècle, demeure sans volupté s'éblouissant du clinquant, du rutilant, des marques insipides des ruissellements perfides des jaillissements délétères, pluies visqueuses s'épandant sur toutes faces de son lieu dont chaque bouche s'abreuve afin de calmer une faim intarissable, samsa de l'étoile nuitamment dressée s'agitant frénétiquement pour ensemencer d'un torrent de miasmes cet équipage,

Eclair d'un principe que la folie domine, en son sein par les foules tressées, fourmis au langage distinct, n'ayant ni raison, ni finalité, écumes de la Terre poussées par un ressac né de la destruction se contemplant, avides et incertaines, se caressant, s'entretuant, se libérant dans le déchaînement de l'instinct, seule marque restant à leurs yeux de leur salut comme de leur destinée, foules anonymes pressées et se pressant vers des servitudes, des litanies, des bavardages, autour d'un chancre mobile dominant de sa turpitude toute action engendrée, l'or souverain, l'or encore jusqu'à ne plus savoir ce qu'il en demeure, pour le plaisir, pour le désir, pour la satisfaction,

Ainsi, et par les yeux d'ivoire, se montraient les faces de ces êtres qui se côtoyaient sans se comprendre, qui se prenaient sans se reconnaître, qui faisaient semblant de vivre, procréant l'acier et le bitume, la fumée verte des opiacées divines, du message la pâleur monotone du désir de naître un autre Univers, si tant d'épreuves maculées leur coeur émasculé, dessein de la nue par les frissons du vent courbant l'échine des plus nobles, destituant les fortunes, les ascensions comme les fertilités, afin de brasser jusqu'à la cendre leur pensée égarée, ballottée par la bourrasque des opinions diverses, articulées, assimilées, rejetées, toujours renouvelées dans un cri comme dans un râle,

Souffles de ces êtres, pestilents à souhait, les uns rauques et fidèles, les autres à peine nés déjà miasmatiques, des purulences de l'Esprit les purulences de la chaîne de l'ignorance de l'Ame, vision terrible où l'organicité fait place à la nucléarisation, où l'Harmonie fait place au chaos, où la complémentarité fait place à la servilité, où la splendeur fait place à la laideur, dichotomies labourées par le rire démoniaque lancé de main de maître par les faiseurs d'or et leurs cohortes morbides, reptiles assoiffés de paraître comme de règnes équivoques, éloquences dans les semis de moisson terrifiés qui font et défont les humains de ce siècle,

Qu'il suffit de regarder pour en témoigner les émanations édulcorées, voyant de ce préau qu'il ne reste en ce lieu plus vitalité ni même éternité, les êtres de ce temps allant et venant, revenant, décomposés, défigurés, de ci delà cherchant pâture de l'or pour assouvir leur destinée sans destin, marche sans but devisée, voulue et ordonnée, calvaire du Vivant qui, enchaîné, s'avilit et s'autodétruit dans un plaisir ignoble dont le rejaillissement perfide insinue toutes formes de la pensée éclairée, afin de la stipendier, de la rendre inculte, et surtout de l'immobiliser, mimétisme le voeu majeur,

Que la nuit tombe, que la nuit pleuve, la nuit en ce lieu est toujours présente et ne s'éclaire d'aucune étoile à visiter, car le ciel est obscurci par des activités diverses mettant en oeuvre toute mesure d'une technologie abortive, destin sans raison ni demeure, l'être en cet état se consumant, et s'il ne brûle plus vite, s'ordonnant à la pure déité afin de s'autodétruire plus rapidement, en effet, à quoi servirait il qu'il vive trop longtemps, la révolte s'insinuerait dans son cerveau, il est préférable de le voir s'ébattre quelques instants pour les plus nobles profits puis le voir disparaître une fois sa substance épuisée, sac vide que l'on jette dans la poubelle de la terre asservie,

Que le jour se lève, nul ne le voit, et le Soleil peut bien pleuvoir, on ne le distingue qu'à peine, il faut oeuvrer pour les infirmités de la Vie, les tendresses de la mort à la promiscuité native, d'un fier élan comme d'une juste renommée, ainsi alors que le souffle se tarit, que la déchirure se révèle, prend de l'ampleur, car le vide n'attire pas et contrairement à ce qui peut se croire, ce vide est un facteur de réaction salutaire, ainsi dans la ville même voit on s'élever les douces braises d'une rébellion, feu couvant doucement dans la pénombre, feu Ancestral guidé par les pentes de l'Humain vers les cimes d'une apothéose, feu régénérateur assignant sa portée et son ambition,

La régénération vitale de la Vie, de la ville et des Etres, par son Chant, dans le secret de l'alcôve du Pouvoir revivifiant, dans le secret toujours de la forge armant le glaive de l'Esprit qui, déjà, pourfend le vécu afin de taire son insalubrité, afin de destituer ses formes miasmatiques, dans le secret encore, au Coeur même de l'Humain, dans la juste interprétation de sa finalité exhaustive biologique et biopolitique, source revitalisante en laquelle se baignent le renouveau et l'ardeur de la Renaissance, qui s'avancent et s'enchantent lentement mais sûrement au-delà des précipices qui se proposent mais ne disposent ! . . .


Des Catacombes :
© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-064-5

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:25 )
Coeur de moisson nuptiale ...
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:26
Coeur de moisson nuptiale ...


La guerre nous est venue, et nous faut il désormais l'intégrer dans notre modèle de pensée, dans nos us et coutumes,
Eternel retour, cette confrontation ne sera pas celle que nous avons connu, libre et vive, elle désignera les scories de notre société épuisée par ses velléités, ses discours inutiles et sa férocité constituée, que l'onde ivoire dans le carnage quotidien des heures destituant l'Humain pour une condition bestiale sans espérance ni retour,
Dessein du jour combattu dans l'ardeur du moment qui s'élève et se parfait afin d'avenir un renouveau nuptial !
Insigne dans la vertu de la noblesse qui compose, de l'Acte évertué le souffle azuré que témoigne l'Horizon,
Glaive du Vivant frappant la mort et ses idoles, glaive de vaillance et d'intrépide jouvence désignant les sphères à combattre, Ici et là dans la corps gangrené de la civilisation moribonde qui nous entoure et nous enchaîne à sa perversité mobile, à son mirage collectif, à son extase déficiente, comme à ses ramures décrépites et fourvoyées,
Du Monde le signe victorieux épanouissant le Dire dans l'Agir sur cette surface cancéreuse et atrophiée !

Combat pour le Vivant, fut il dit, et ses oriflammes se montrent pour témoigner de sa vigueur !
Du Respir de l'Humain la conscience d'Etre avant que de n'être plus, Vivant dans sa sphère et son éclat indivisible, des sources l'Unité de ses dimensions, le Corps comme matrice, l'Esprit comme volonté, l'Ame comme Eternité, symbiose cristalline devisant l'harmonie du respect inexpugnable de la personne comme Identité indéfectible,
Dans le déploiement vital comme dans le coeur majeur de sa forme créée et par le temps comme par le lieu !
De sa Destinée en son lieu d'Etre l'invincible témoignage de ses particularités comme de ses significations,
Dans le creuset de l'Existant le mobile de son Etat, Ethnique par le sens mémorial, Racine de son Peuple en son assemblance, Racial par le sang le déploiement, fertilité conditionnelle de sa réalité comme de son ascension par toutes faces en toutes faces, dans le symbole créatif de son exacte appropriation Solaire,
Etat Souverain de la perception comme de la préhension de l'Univers dans son irradiation cosmique !
Du Verbe l'Unité conquise aux marches de l'Extra--personnalité situant l'lntra-personnalité du Devenir,
De la Rapière le fer d'Oeuvre la portée du Règne en sa pratique comme en sa malléabilité d'évocation l'économique et le technologique assurant la maîtrise des besoins, de l'Intellect le maître de la forge oeuvrant toutes désignations pour la connaissance signifiante de tous états en marche de rayonnement,
Du Spirituel le Dire transcendé par l'affirmation de la viduité dans le Signe de l'Eternité !

Dans l'Unité le pouvoir de l'affirmation sereine tant de la perception que de la préhension des Univers !
Universelle grandeur statuée dans une structure comme une forme inexpugnable avenant la parfaire réalité, du Politique la capacité l'emportant sur la faiblesse, devise d'un Ordre Souverain liant par symbiose les multiplicités dans le respect inconditionnel de leur particularité et de leur Identité,
Novation au Coeur de l'Univers destinant l'expansion et non la régression de l'Etre Humain dans l'Univers !
Source de déploiement avenant par maturité la Nature Spirituelle, insigne d'une portée dimensionnelle,
L'Ordre et son Astre indestructible veillant à l'exondation du Chant, Ordre Civilisateur destituant l'incapacité comme le fourvoiement, permettant l'harmonisation et son rayonnement par le souffle vivant, Veilleur de haut Nom et de haut Grade dissipant la fatuité comme la contemptation pour renaître l'Honneur inexpugnable,
Devise du serment d'Etre, devise inextinguible et indestructible de par sa régénération née de la cooptation !

Vertu du Devenir qui naîtra de cette Guerre qui s'affine, par la multiplicité l'ordonnance vectorielle,
Du Vivant l'embrasement, la recherche de la fertilité par vagues souveraines et éclairées, par sites et par cimes explorées, vaste chant séparant l'inhumanité de l'humanité, le non être de l'Etre, intégrant dans un degré mémorable ces dissonances pour les évertuer dans la plénitude des lendemains à naître,
Site du Devenir aux marches élevées situant le destin dans la pénétration du Règne et son accomplissement ! Du Vécu le signe de noblesse, sans égarement ni taches attitudes, l'honorabilité de la cause reconnue !
Instance sacrale avenant la pureté comme la dureté dans les mobiles et les actes engendrés, au delà de la passion acquise des mentalités troubles et égarées, au delà du vide comme de l'intériorisation, le sens du parcours développant son propre rite dans le rythme éveillé de la transcendance affirmée,
En ce jour la rive éblouissante offrant latitude d'Etre pour l'Etre et par l'Etre le Coeur de moisson Nuptiale !...


Sous le Vent de poussière :
© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-057-2

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:25 )
LE SUBSTRATUM TERRESTRE
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:24
Théorie Générale de l'Universalité ( extrait)...



 


LE SUBSTRATUM TERRESTRE



Au niveau de la Dimension Temporel Terrestre, le Substratum est représenté par le Substrat, Individué, soit l'Etre Humain, et par le Substrat Généré, soit les Etres Humains.


Création de l'état de Vie au cours du degré de Nature Matière, il est l'éclos formel, en l'ouverture du degré de Nature Ultime, de toutes significations vivantes au sein du Microcosme Terrestre, car le support formel et autonome de la Matière et de l'Energétique, Matière Spirituel, en son sein, donc postulat de l'évolution qualitative de l'état de Vie, dès ce degré, car l'état de Vie formel et autonome au sein de la Dimension Temporel Terrestre.


Au sein du microcosme Terrestre, l'Etre Humain représente donc l'état Individué de l'état de Vie. Il est Microcosme Individué du Microcosme Généré. Par Nécessité Transcendante, il est irradiation à la fois de son propre Devenir comme du Devenir des Etres Humains, car fin et moyen de toute Connaissance, donc de tout contrôle comme de toute maîtrise du Microcosme Terrestre. Symbole d'Evolution qualitative, indice de compatibilité entre la Nécessite Immanente et la Nécessité Transcendante, parcours du degré de Nature Ultime puis de Nature Spirituel, il est pouvoir de son Exfoliation Energétique et participe de l'Exfoliation Energétique des Etres Humains, condition lui / leur permettant de naître à la Dimension Espace.


Les Etres Humains sont signifiés par quatre Etats interdépendants leur permettant de naître cet avènement.


Ces quatre Etats interdépendants sont : l'Etat Intra-personnel, ou Etat Individué du Microcosme, l'Etat Extra-personnel, ou Etat Généré du Microcosme, l'Etat de Connaissance Intra-Extra personnel, ou Etat de Perception du Microcosme, enfin l'Etat d'Action Intra-Extra personnel, ou Etat de Préhension du Microcosme.


L'Etat Intra-personnel, ou Etat Individué du Microcosme, se caractérise par trois Dimensions interdépendantes : le Corps, l'Esprit, l'Ame.


Le Corps est le support Individué de l'Energétique, création de la Création. L'Esprit est liaison du Corps à l'Ame et inversement, support de l'Agir Individué permettant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains. L'Ame est Microcosme de l'Energétique, support du Dire Individué désignant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains.


La réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique de ces trois Dimensions détermine l'Unité formelle de leur Intra-personnalité, Unité leur permettant un Pouvoir d'Action qualitatif sur leur Extra-personnalité, soit sur l'univers et les Etres Humains.


L'Etat Extra-personnel, ou Etat Généré du Microcosme, se caractérise par trois Dimensions interdépendantes : la Matière, l'intellect, le Spirituel.


La Matière est le support Généré de l'Energétique, support de toutes créations de la Création, au niveau formel, le Vivant, au niveau informel, le Statique. L'intellect est liaison de la Matière au Spirituel et inversement, support de l'Agir Généré, issu de l'interaction entre les Actions Individuées des Etres Humains, permettant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains. Le Spirituel est cristallisation de l'Energétique, support du Dire Généré, issu de l'interaction entre les Dires Individués des Etres Humains, désignant l 'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains.


La réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique de ces trois Dimensions détermine l'Unité formelle de leur Extra-personnalité, Unité leur permettant un Pouvoir d'Action qualitatif sur leur Intra-personnalité, soit sur l'Etre Humain lui même.


L'Etat de Connaissance Intra-Extra personnel, ou Etat de Perception du Microcosme, se caractérise par trois Dimensions interdépendantes : La Science, la Philosophie, l'Art.


La Science est le support de Perception de la Matière, support de Connaissance de toutes créations de la Création, au niveau formel, le Vivant, au niveau informel, le Statique. La Philosophie est le support de Perception de l'Agir, support de Connaissance de toute Réalisation du devenir, dans la Structure comme dans l'Organisation, permettant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains. L'Art est le support de Perception du Dire, support de Connaissance de toute Formalisation du Devenir, dans la Structure comme dans l'Organisation, désignant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains.


La réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique de ces trois Dimensions détermine l'Unité formelle de l'Etat de Connaissance tant Intra qu'Extra personnel, Unité leur permettant un Pouvoir de Perception qualitatif tant de leur Intra-personnalité que de leur Extra-personnalité.


L'Etat d'Action Intra-Extra personnel, ou Etat de Préhension du Microcosme, se caractérise par trois Dimensions interdépendantes : Réalisation, Imaginal, Synthèse.


La Réalisation est le support de Préhension de la Matière, support d'Action sur toutes créations de la Création, au niveau formel, le Vivant, au niveau informel, le Statique. L'lmaginal, Imagination tempérée par la Raison, est le support de Préhension de l'Agir, support d'Action générateur de toute Réalisation du Devenir, dans la Structure comme dans l'Organisation, permettant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains. La Synthèse est le support de Préhension du Dire, support d'Action générateur de toute formalisation du Devenir, dans la Structure comme dans l'Organisation, désignant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains.


La réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique de ces trois Dimensions détermine l'Unité formelle de l'Etat d'Action tant Intra qu'Extra personnel, Unité leur permettant un Pouvoir de Préhension qualitatif tant de leur Intra-personnalité que de leur Extra-personnalité.


La relation d'interdépendance entre ces quatre Etats défini un Jeu d'implications au niveau de chaque Dimension de ces Etats.


Ces Implications sont au nombre de trois : l'Implication Matérielle, ou Implication de la Maîtrise de la Matière, l'Implication Intellectuelle, ou Implication de la Maîtrise de l'Agir, enfin l'Implication Spirituelle, ou Implication de la Maîtrise de l'Energétique.


L'Implication Matérielle, ou Implication de la Maîtrise de la Matière, se caractérise par quatre dimensions interdépendantes : Corps, Matière, Science, Réalisation. Elle permet aux Etres Humains, par la Connaissance Scientifique de toutes créations de la Création, au niveau formel, le Vivant, au niveau informel, le Statique, de parvenir, en fonction de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leurs Etats, au Contrôle, au cours du degré de Nature Ultime, puis à la Maîtrise, au cours du degré de Nature Spirituel, de l'état de Création Matériel du Microcosme Terrestre.


L'Implication Intellectuelle, ou Implication de la Maîtrise de l'Agir, se caractérise par quatre dimensions interdépendantes : Esprit, Intellect, Philosophie, Imaginal. Elle permet aux Etres Humains, par la Connaissance Philosophique de toute Réalisation du Devenir, dans la Structure comme dans l'Organisation, permettant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains, de parvenir, en fonction de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leurs Etats, au Contrôle, au cours du degré de Nature Ultime, puis à la Maîtrise, au cours du degré de Nature Spirituel, de l'Agir permettant l'évolution propre et graduelle qualitative, indice de compatibilité avec la Nécessité Immanente, tant de l'Etre Humain que des Etres Humains, Agir leur permettant d'accéder à la Maîtrise du Microcosme Terrestre.


L'Implication Spirituelle, ou Implication de la Maîtrise de l'Énergétique, se caractérise par quatre dimensions interdépendantes : Ame, Spirituel, Art, Synthèse. Elle permet aux Etres Humains, par la Connaissance Artistique (ou Art est pris ici comme symbole de la Métaphysique, caractère de la Quantité, et de la métaphilosophie, caractère de l'Unité) de toute Formalisation du Devenir, dans la Structure comme dans l'Organisation, désignant l'évolution tant de l'Etre Humain que des Etres Humains, de parvenir, en fonction de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leurs Etats, au Contrôle, au cours du degré de Nature Ultime, puis à la Maîtrise, au cours du degré de Nature Spirituel, du Dire désignant l'évolution propre et graduelle qualitative, indice de compatibilité avec la Nécessité Immanente, tant de l'Etre Humain que des Etres Humains, Dire leur permettant d'accéder à la Maîtrise de I'Energétique du microcosme Terrestre.


L'Unité de ces trois Implications, fonction de l'unité Symbiotique des Dimensions des Etats de l'Etre Humain, permet donc aux Etres Humains, de parvenir, au cours du degré de Nature Ultime, au Contrôle, par le Contrôle de l'Agir, tant de la Matière que de l'Energétique, seuil leur permettant d'interagir sur la totalité du Microcosme Terrestre, Microcosme Individué et Microcosme Généré, puis, au cours du degré de Nature Spirituel, à la Maîtrise, par la Maîtrise de l'Agir, tant de la Matière que de l'Energétique, seuil leur permettant d'Agir sur la totalité du Microcosme Terrestre, Microcosme Individué et Microcosme Généré, maîtrise qui dans son parfait leur permet d'accéder à leur Pouvoir d'Exfoliation Energétique, seuil de naissance à la Dimension du Macrocosme, la Dimension Espace.


Symbole d'Evolution qualitative, indice de compatibilité entre la Nécessité Immanente et la Nécessité Transcendante, l'Unité des trois Implications des Dimensions des Etats de l'Etre Humain, fonction de la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leurs Etats, permet, comme nous venons de le voir, aux Etres Humains de parvenir à la terminaison parfaite de la Dimension Temporel Terrestre.


Conséquemment, l'évolution qualitative de l'état de Vie, dès le degré de Nature Ultime au sein de la Dimension Temporel Terrestre, est donc fonction de la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leurs Etats.


Compte tenu de la relation d'interdépendance entre ces Etats, nous pouvons donc déterminer le facteur favorisant l'évolution propre et graduelle qualitative, indice de compatibilité avec la Nécessité Immanente, donc symbole d'Evolution qualitative au sein de la Dimension Temporel Terrestre, tant de l'Etre Humain que des Etres Humains.


La réalisation de l'Unité Symbiotique des Dimensions de l'Etat de Connaissance comme d'Action Intra-Extra personnel étant fonction ou de la réalisation de l'Unité Symbiotique des Dimensions de l'Etat Intra-personnel, ou de la réalisation de l'Unité Symbiotique des Dimensions de l'Etat Extra-personnel, le facteur favorisant l'évolution propre et graduelle qualitative tant de l'Etre Humain que des Etres Humains au sein de la Dimension Temporel Terrestre, est donc fonction de la réalisation par les Etres Humains de l'unité Symbiotique ou de leurs Dimensions Intra-personnel, ou de leurs Dimensions Extra Personnel.


Considérant la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique de leurs Dimensions Intra-personnel, nous savons que cette réalisation détermine l'Unité formelle de leur Intra-personnalité, Unité leur permettant un Pouvoir d'Action qualitatif sur leur Extra Personnalité, soit sur l'univers et les Etres Humains, par ailleurs que cette Unité, compte tenu de la relation d'interdépendance entre les Etats de l'Etre Humain, leur permet, par la mise en jeu unitaire des Implications, d'interagir, au cours du degré de Nature Ultime, puis d'Agir, au cours du degré de Nature Spirituel, sur la totalité du Microcosme Terrestre, Microcosme Individué et Microcosme Généré, par définition, l'Etat Extra-personnel de l'Etre Humain étant propre à son Extra Personnalité, l'Extra Personnalité de l'Etre Humain étant propre au Microcosme Généré, nous pouvons voir que le Pouvoir d'Action qualitatif de l'Etre Humain, issu de la réalisation par l'Etre Humain de l'Unité Symbiotique des Dimensions de son Etat Intra-personnel, s'avère être un facteur d'intégration total des éléments propres au Microcosme Généré, donc de son Extra Personnalité, par contraction de son Etat Extra Personnel, donc des Dimensions de son Etat Extra Personnel : Matière, Intellect, Spirituel.


Considérant la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique de leurs Dimensions Extra Personnel, nous savons que cette réalisation détermine l'Unité formelle de leur Extra Personnalité, Unité leur permettant un Pouvoir d'Action qualitatif sur leur Intra-personnalité, soit sur l'Etre Humain lui-même, par ailleurs que cette Unité compte tenu de la relation d'interdépendance entre les Etats de l'Etre Humain, permet par la mise en jeu unitaire des Implications, d'interagir, au cours du degré de Nature Ultime, puis d'Agir, au cours du degré de Nature Spirituel, sur la totalité du Microcosme Terrestre, Microcosme Individué et Microcosme Généré, par définition l'Etat Intra-personnel de l'Etre Humain étant propre à son Intra-personnalité, l'lntra-personnalité de l'Etre Humain étant propre au Microcosme Individué, nous pouvons voir que le Pouvoir d'Action qualitatif des Etres Humains, issu de la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel, s'avère être un facteur d'intégration total des éléments propres au Microcosme Individué, donc de leur Intra-personnalité, par contraction, de leur Etat Intra-personnel, donc des Dimensions de leur Etat Intra-personnel : Corps, Esprit, Ame.


Considérant que le Pouvoir d'Action qualitatif de l'Etre Humain, issu de la réalisation par l'Etre Humain de l'Unité Symbiotique des Dimensions de son Etat Intra-personnel, est facteur d'Intégration total des éléments propres à son Extra Personnalité, par contraction, de son Etat Extra Personnel, nous pouvons dire, compte tenu de la relation d'interdépendance entre les Etats de l'Etre Humain, que ce Pouvoir d'Action qualitatif est facteur de réalisation de l'Unité Symbiotique des Dimensions de l'Etat Extra Personnel de l'Etre Humain, conjointement, considérant que le Pouvoir d'Action qualitatif des Etres Humains, issu de la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel, est facteur d'intégration total des éléments propres à leur Intra-personnalité, par contraction, de leur Etat Intra-personnel, nous pouvons voir, compte tenu du principe de la relation d'interdépendance entre les Etats, que ce Pouvoir d'Action qualitatif est facteur de réalisation de l'Unité Symbiotique des Dimensions de l'Etat Intra-personnel de l'Etre Humain.


Conséquemment, la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Intra-personnel dépend donc du Pouvoir d'Action qualitatif des Etres Humains, Pouvoir issu de la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel, inversement, la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel dépend donc du Pouvoir d'Action qualitatif de l'Etre Humain, Pouvoir issu de la réalisation par l'Etre Humain de l'Unité Symbiotique des Dimensions de son Etat Intra-personnel. De fait, le Pouvoir d'Action qualitatif de l'Etre Humain ne s'avère donc pas égal au Pouvoir d'Action qualitatif des Etres Humains, et inversement.


Ainsi, considérant qu'à la base de tout Pouvoir d'Action qualitatif de l'Etre Humain préexiste l'Unité Symbiotique des Dimensions de son Etat Intra-personnel, nous pouvons voir que le facteur déterminant présidant à ce pouvoir est lié au Pouvoir d'Action qualitatif des Etres Humains, Pouvoir issu de la réalisation par les Etres Humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel, par extension de I'Intégration des éléments propres à leur Extra Personnalité, Intégration permise par l'Interaction entre les Actions Individuées des Etres Humains, conjointement, considérant qu'à la base de tout Pouvoir d'Action qualitatif des Etres Humains préexiste l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel, nous pouvons voir que le facteur déterminant présidant à ce Pouvoir est lié au Pouvoir d'Action qualitatif de l'Etre humain, Pouvoir issu de la Réalisation par l'Etre Humain de l'Unité Symbiotique des Dimensions de son Etat Intra-personnel, par extension de l'Intégration des éléments propres à son Intra-personnalité, Intégration permise par l'Interaction entre les Actions Individuées des Etres Humains, au regard de cette analyse, nous pouvons donc voir qu'à la base de tout Pouvoir d'Action qualitatif tant de l'Etre Humain que des Etres Humains, préexiste un Pouvoir issu de l'Interaction entre les Actions Individuées des Etres Humains.


Nous appellerons ce Pouvoir, le Pouvoir Généré qualitatif. Il s'avère être le facteur déterminant favorisant l'évolution propre et graduelle qualitative, indice de compatibilité avec la Nécessité immanente, donc symbole d'Evolution qualitative tant de l'Etre Humain que des Etres Humains, car le support formel président à la réalisation, par l'Etre Humain de l'Unité Symbiotique des dimensions de son Etat Intra-personnel, par les Etres humains de l'Unité Symbiotique des Dimensions de leur Etat Extra Personnel, Unité permettant, compte tenu du principe de la relation d'interdépendance entre les Etats, tant à l'Etre humain qu'aux Etres humains, d'accéder, par la mise en jeu unitaire des implications, au contrôle, puis à la Maîtrise, par la Maîtrise de l'Agir, tant de la Matière que de l'Energétique du Microcosme Terrestre, Microcosme Individué et Microcosme Généré, Maîtrise qui dans son parfait permet à l'Etre humain comme aux Etres Humains d'accéder au Pouvoir d'Exfoliation Energétique, seuil de naissance à la Dimension du Macrocosme, la Dimension Espace.


Ce facteur met bien en évidence, et le principe du Pouvoir d'Exfoliation Energétique de chaque Etre Humain, et le principe de la participation de chaque Etre humain au Pouvoir d'Exfoliation de chaque Etre Humain.


De fait, nous pouvons postuler que L'Evolution qualitative de l'état de Vie, tant Généré qu'lndividué, au sein de la Dimension temporel Terrestre, est fonction, dès le stade de Nature Ultime, du Pouvoir Généré qualitatif, issu de l'Interaction entre les Actions Individuées des Etres Humains.


En acceptant ce postulat, nous signifions le principe de l'autonomie de chaque Etre Humain, et parallèlement, le principe de sa Nécessite Transcendante au sein du Microcosme Terrestre.


Théorie Générale de l'Universalité :

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-054-8 ISBN 2-87782-154-4

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:26 )
Le Diamant Foudre (extrait)
PHILOSOPHIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:22
En l'iris équinoxial des gravures fertiles qui s'émondent, en l'iris de la pénétration des songes qui se fulgurent, dans la Voie et par le firmament de l'aube qui se révèle, se tient le Mage dans l'accomplissement des âges et des lieux qui l'inscrivent et le notifient, qu'il inscrit et notifie, en puissance des vagues comme des vents porteurs de moissons, en puissance de la déité et en marche vers la déité, le signe en son exacte ascension portant des oriflammes les fruits de l'altière définition des marches menant vers l'harmonie et ses splendeurs, l'harmonie et ses signes tutélaires qui franchissent les abîmes afin d'annoncer la densité de l'exfoliation et de ses rimes merveilleuses, afin d'initier le rubis des rêves dans la réalité souveraine qui s'épanche,

Le frisson des heures en ce temple de la terre mûrie et éclose, délibère les féeriques jouvences de l'incarnation et de ses chrysalides qui lentement se destituent pour s'irradier dans la formalité, au delà des scories, initiant la pierre d'oeuvre qui étincelle le glaive de la pure autorité, et le coeur de l'Etre en ce firmament qui s'éclos, le coeur de l'Etre palpite ce moment où il rencontre l'Eternité, où le mystère se transfuge, où le voile se déchire, où le secret des mondes se révèle, dans une fête mystique dont les épanchements naturent l'onde de la renaissance à la Vie, au delà des formalités et des contingences inscrites dans les acquis des civilisations qui sont oubli de la Voie et de son appropriation, de la Voie et de ses ordonnances majeures . . .

Le Diamant Foudre:
© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-081-5

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:49 )
<< Début < Précédent 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 Suivant > Fin >>

Réslutats 1211 - 1220 sur 1304