Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS
Blog - Content Section Layout
L'empire nuptial des domaines ...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 18:01
L'empire nuptial des domaines ...



Des rives anciennes portent prairiales
Des domaines l'Empire nuptial
Fécondant d'iris solsticial
Les vagues du feu équinoxial

L'Aigle en ce sillon d'un regard
Majestueux foudroie de son dard
Les sites pourpres et hagards
Qui tiennent lieux du hasard

D'un vol d'ambre magnifié
Constelle la raison de l'Eternité
Puis de la pluie animé
Essor se léve enfanté

Pour d'une rive éployée
Dans un Verbe d'azur conter
La plus noble parure aimée
Que l'onde salut d'ivoire épuisé!

Dans la luminosité du Verbe
:
 © Patinet Thierri .
ISBN 2-87782-061-0

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:01 )
L'ambre clair de l'aube éthérée ...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:59
L'ambre clair de l'aube éthérée ...




Dessein du coeur aux rêves de rivages
Dont le Ciel flamboie l’heure sauvage
Dans la pulsion de l’Unité de l’Age

J’avance ce portique de morte saison
La nef d’un cristal de vive fenaison
Qui parle en mon Chant d’une moisson
Nouvelle à voir par le ciel l’Horizon

Et mes yeux s’ouvrent de pure clarté
Afin de s’éprendre d’un Règne éveillé
Que nul instant même en sa rareté
Ne viendra corrompre de sa vile pitié

L’heure est nouvelle et sans mystères
Annonce sans flamboiements austères
Ni éclats de sépales aux chants amers
La solitude en son jardin éphémère

D'Or et de Pourpre:
© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-059-9

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:01 )
Le Choeur magnifié (extrait)
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:58
...



Ainsi l'Etre en voie d'assomption, dans la confrontation idéale de son respir et de son Chant, aux arcanes naturant les principes de sa détermination dans l'avançée du temps, de l'Alpha à l'Oméga, dans le respir sacral de sa volition, épure du nid d'Or des grandes espérances commes des vastes desespérances, toutes voies conquises n'ayant d'atteinte dans la lumière qui se précise, dans la luminosité impérissable de la demeure qui resplendit sa source de Vie, son fleuve de nectar, son Océan de joie, vitale essence de la perennité qui compose, vitale perduration des hymnes qui s'enchaînent et se déchaînent pour conjurer les sorts adverses et les méprises outrageuses qui s'identifient,

Comprises et comprenant déjà de la raison les arcanes des poussières qui s'évacuent dans le torrent des siécles qui balaient les incertitudes, dans le torrent des mots qui déterminent la vigueur dans la prononciation souveraine, oeuvres naguères les oeuvres de demain qui se confrontent, s'affrontent, disparaissent, renaîssent puis enfin écloses dans la force qui transparaît, ordonne et statue de la raison de leurs officiantes destinées, exhondes parures des âges sous le vent qui de marches en marches atteignent des souffles dont les fresques immortalisent les assomptions au delà de la contemplation et des contemptations désuettes . . .

Le Choeur magnifié:

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-072-6

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:02 )
D'oriflamme Souverain (extrait)
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:56
...



Qu'isis la nue de l'aube et des moiteurs cendrées des rives en fastes de jouvance, la pluie de l'incarnat et les mesures de l'embellie, les roseraies ardentes où s'épanche la vie fertile et ses ovations majestueuses, qu'Isis en sa venue les principes de l'ardeur qui brillent de nacres et de sèves les sépales des floralies exondes et des mondes habités, envergure de la désignation profonde des heures de plaisir par les fastes de la Terre et les fastes de l'Univers qui s'enchantent en ces préaux où la noblesse du Vivant atteint le paroxisme de la félicité dans un combat de joie et de bonheur dont le tumulte ne se tait, dont le tumulte ne s'éperd par les chants,

Tant d'aventures mystérieuses écloses en son sein d'Or, des caprices de la nuit les enfantements et les fraiches haleines des préciosités divines qui s'enchantent et s'ébahissent de plaisir, la joie toujours en ce miel de la Vie qui toujours s'enhardie afin de prononcer son voeu éclatant par les miriades constellées des féeries vôtives que le Sacre éprend dans un hymne de sérénité, instance des voix qui demeurent pétales exonds des latitudes ouvragées par la vitale affection des heures devenues, des heures nouvelles à voir qu'ivoire la préhension de la fidéle incarnation dans un devenir dont l'Harmonie est de la noblesse le présent de chaque route par le temps qu'il reste à vivre ...

D'oriflamme Souverain:

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-070-X

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:02 )
Le Chant du Cygne (extrait)
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:55
...



Et l'Amour en sa puissance, l'Amour désiré d'un Chant clair par les surfaces embrasées par l'énamour et ses fastes, l'Amour d'un clair rivage dans l'Azur farandole sa jouvence, d'équipage la beauté pour sérail, mélodie des grandes aventures qui sèment en semis la moisson des éclairs de la nue, iris et sépales, candeur et chaleur de l'ardeur qui s'insinue et se domine dans la pure viduité de l'harmonie qui s'irise, l'Amour pulse toute destinée, délibère toute voie et organise toute volition dans la détermination du Règne, le renouveau de la Vie, dans sa joie, ses coutumes et ses résonances, limpides éclairs qui font et défont les Mondes et les Univers, limpides et salutaires ouvrant sur le large le sens de toute Solsticiale renommée,

L'Amour nous interpelle et nous salut de son ivoire serein et nous signifie au delà de toutes les promesses, au delà des plus beaux songes comme des plus doux rêves, dans le réel, ornemente la gravure qui nous sied, nous oblige et nous incarne afin de vivre et perdurer la signification supérieure de l'Etre en ce Chemin de la Voie qui destine son préau, son ouverture à la pluviosité de nacre qui enchante et pare de toute lumière le devenir de l'Etre en son rite, son essor et son destin ouvragé, libre devenir des âges et préciosité des temps qui viennent et se déclarent, libre écrin des rives où l'Etre rejoint s'éblouit et se consacre pour offrir la plus pure réalité de son embrasement et de son enchantement, l'ornementation de son Coeur...

Le Chant du Cygne:

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-067-X

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:02 )
<< Début < Précédent 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 Suivant > Fin >>

Réslutats 1261 - 1270 sur 1306