Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS
Blog - Content Section Layout
Dans l'Amour du Règne ...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:54
Dans l'Amour du Règne ...



Lagunes du Sacre, des oasis les gerbes de corail et les signes adventices des fêtes de la nue, l'iris précieux et la chrysalide des diamantaires aventures, parures en surfaces, parures moirées de songes et de rêves que le Cristal déploie dans la multiplicité de ses facettes argentées, demeures des lys profanes, demeures en corps des sources abondantes où vivent des caresses, des sommeils et des prouesses, des lianes blondes l'univers créé des âges fertiles où s'en viennent de lyre renommée les Oiseaux au vol nuptial dont les cieux flamboient la beauté majestueuse, écrins du Chant, de vive aurore sous le Soleil fulgurant les fastes des Univers accomplis, des Etres la moisson les gerbes de floralies que les étoiles devisent dans leur luminosité généreuse et sublime, devenir d'un flot cristallin que l'épopée flamboie dans un hymne clair éveillé et signifiant, l'hymne de la joie en félicité,

Repris de voix en voix par les multiples Iles du Levant, de nefs en nefs au Couchant, l'essor du Verbe témoignant au delà des cils la pérennité de l'Avenir dans sa création et son entité fluviale, dans l'Amour du Règne l'Unité propice libérant des moires aisances comme de l'ignorance le voeu de la Vie et de ses ambres, au delà des respirs qui furent parchemins des aubes dénaturées que le vivant disparut un jour soudain, lors que s'éveillaient la compréhension et par cette force nouvelle l'emprunte de la reconnaissance de la Vie, en ses états, en sa grâce, et en sa certitude, livre ouvert de la temporalité de l'existence en ces lieux en devenir, en ces souffles inscrits et déployés marquant de leurs vives efflorescences l'écrin des marches d'un Temple natif de faste et non de dégénérescence, livre ouvert s'il en fût de plus noble et de plus beau dont les phrases sont Amour . . .

Dans la demeure des Dieux:

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-062-9

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:03 )
L'enfantement du Verbe ...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:53
L'enfantement du Verbe ...




Du renouveau le signe parle sous le soleil et sous la pluie dans le vent majestueux irisant des nuages la disparition, le cil de la vertu du Chant qui se prononce, essor de la nue le livre ouvert sur la page vierge d'un sillon, l'aube prairiale et sa genèse, du genre le site de la venue des heures qui flamboient sur l'horizon leur sens inoubliable, instance de l'oeuvre en marche sans repos, des signes et des rites l'aventure germée de songe et de rêve que le réel fulgure dans la préciosité du Verbe, la mesure, renouveau, fut II dit, et l'ambre perle ce désir dans la Voie lumineuse qui estompe par ses caresses l'oubli et ses fêtes sans lendemain,

Vaillance de l'Oeuvre en demeure du salut, des étoiles fécondes l'ivresse du chemin et par la libération du songe l'ouverture des hymnes qui se doivent, se reflètent et s'éternisent afin d'apporter au coeur la palpitation du Règne qui déjà s'instaure et se devise dans la perception nouvelle à voir, mature de la beauté des heures, mature de la promesse d'Etre au delà des rives sans propos des adulations qui ne sont que scories que l'Ame se doit d'intégrer puis libérer au delà des sites sans envergure, au delà des fastes sans respir, l'Etre en face du destin accompli livrant sa force à la pure destinée de son déploiement comme de son ascension afin de naître à l'Eternité signifiante…

De l'Aigle Impérial:

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-058-0

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:03 )
Du Site d'ambre et de Lumière ...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:52
Du Site d'ambre et de Lumière ...




Du Site d'Ambre et de Lumière nous vient l'Horizon, coeur salutaire, l'heure en son rayonnement fertilisant les degrés de l'Azur opalin où s'en viennent, diurnes, l'Oiseau et ses cohortes, ses nombres dont l'exacte ascension correspond le devenir en son éclat comme en sa destinée, et l'orbe du jeu de leurs éclairs prononce dans la nue le signe cristallin libérant des solitudes somptueuses le Verbe en sa mesure conquérante, signe, fut il dit, des Sphères le nom de Gloire, le Royaume en ses racines fières dressant au delà des cimes éclairées un arc en ciel dont les cils sont la vertu et l'enfantement des jours naissants, haute face dans l'ivoire Solaire incarnant vitale la préhension,

Marche propitiatoire élevant dans la subtile appropriation de son terme l'iris de la raison majeure, des faisceaux les radiations sublimes découvrant des nefs flamboyantes dont les courses de saisons les unes les autres se joignent pour offrir, au delà de la tumultuosité des errances, le fruit nacré de leur racine essentielle, correspondance du Lieu comme du Temps, correspondance au delà du Lieu comme du Temps car comprise et comprenant, car de l'immanence l'image de la Transcendance et inversement dans le rythme éblouissant de leur sevrage accompli, Voie nuptiale éclairant de ses somptuosités l'Eclair de l'affirmation du Vivre dans l'Eternité au delà de l'Eternité...

L'Orbe cristallin:

© Patinet Thierri .
ISBN 2-87782-056-4

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:03 )
La venue du Choeur ...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:50
La venue du Choeur ...




Mais voici dans l’Aube le signe silencieux qui estompe la face sombre de la nuit, ses velléités, ses forces délirantes, ses sortilèges et son ennui, lentement, il dessine sur la trame du temps une fresque que l’on pourrait croire sauvage ou barbare mais qui en fait n’est que le reflet du vivant dans sa pose de granit, un songe lui tient lieu, un rêve d’épice le soutient, incarnat, de la nue éblouie il dispose pour, sans défaillance, obliger l’instant à son état le plus parfait, immobilité d’une seconde figeant le parcours d’un siècle pour en ordonner la face et le moment, du profane l’envergure, de l’initié la désinence, conjonction délimitant le réalisable du possible,

Far le nombre le répond, venue du Choeur qui enseigne et destine le jour comme le lendemain dans une inépuisable ressource qui trouve sa force dans la seule volonté de l’individuel, concaténation des souffles irradiant la pérennité d’un devenir, de l’embrasement le rite dont la pureté assigne tout mouvement dans une action régénératrice, contrôlée, définie, acclimatée, mais aussi combattue, jamais vaincue, car essor inexpugnable de la Vie en sa détermination majeure, de la faiblesse l’ignorance, de la victoire l’annonciation fertile, éternel renouveau de la gloire sans abandon, par delà le temps comme par delà l’espace, car devoir fidèle à l’Ordre qui l’exprime et qui l’enfante.

Ivoire de l'Eden :

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-049-1

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:03 )
De l'hymne porteur...
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 17:49
De l'hymne porteur...





Instance de la pure gravité des chants parmi les flots Solaires, enivrant le paysage cosmique où s'en viennent les chevelures diaphanes des constellations moirées de tendres éclipses nocturnes s'abreuver d'une parure domaniale, instance souveraine traversée de chariots d'or et de lumière qu'engendrent les vivants parmi les souffles des terres embrasées d'iris et de parchemins, voici qu'un Nom se nomme parmi toutes faces et l’éclair en porte la royale effervescence au delà de ces mondes pour porter un signe par les sphères, du Cristal la parure, née des gemmes en fusion au delà des rites comme au delà des idolâtres perversions, Lumière fécondant les sites voilés comme espérés,

Divine lactescence poudroyant l’Univers des vaisseaux bleutés des Mers abyssales portant leurs cargaisons de leurs houles d'améthystes vers les ports équinoxiaux où se tiennent les marches Impériales du devenir, d'ambre sans parjure la haute tenue devisant l’Astre et sa grandeur dont l’aire nuptial de l’Espace s'éclos afin d'engendrer la pure novation de l’Ordre qui lui est génération, irradiation des lendemains qui flamboient et ne cessent d'illuminer ces lieux dont l’accomplissement est mesure de la Voie, si nommée du Nom l’insigne majestueux, Hymne porteur de toute volonté que le devenir signifie dans le déploiement d'une maîtrise supérieure avenant l’immortelle ascension…

De l'Azur Souverain :

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-048-3

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:04 )
<< Début < Précédent 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 Suivant > Fin >>

Réslutats 1271 - 1280 sur 1311