Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS
Blog - Content Section Layout
Eurogendfor
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Lundi 07 Janvier 2019 à 07:02

 

 

Eurogendfor

 

La répression sanguinaire exercée par le régime sévissant en France vis-à-vis des manifestations des Gilets Jaunes posent la question de la légitimité et par ailleurs des responsabilités encourues par les participants à cette entreprise de guerre décrétée par l’État contre la population Française, voyant morts, blessés, mutilés, se succéder d’une manière particulièrement  épouvantable dans chaque manifestation pacifique populaire.

 

L’utilisation sans restriction de gaz lacrymogène, de flash ball, de matraques, accompagnée d’actes humiliants et dégradants vis à vis de la Population, relèvent du crime contre l’Humanité, et sont passibles de la Cour Pénale Internationale, au regard de la charte de l’ONU, garantissant les libertés fondamentales, comme de la définition du crime contre l’Humanité.

 

On a pu voir dans les manifestations outre les forces de l’ordre classique, et des milices d’État, soit disant ressortant de la BAC et autres, portant des armes de guerre, sans matricules, les forces d’eurogendfor, qui posent la question de la qualification de son action, au regard du chapitre II du décret 2012-1021 dans une affaire franco française qui ne regarde en aucun cas l’Union Européenne, en aucun cas l’OTAN, et encore moins l’OSCE comme l’ONU.

 

Les Députés Français doivent faire toute la lumière sur l’intervention de cette force qui dans le cadre de manifestations parfaitement déclarées et légales, n’ont aucun droit d’assister les forces de l’ordre Françaises, sauf à considérer que la France est occupée par cette création européenne, et que dans le mépris le plus total de la souveraineté Française, le régime ait fait appel à cette milice européenne pour étouffer toute manifestation légitime, dans l’hyper violence à laquelle on assiste actuellement.

 

Cette force est-elle en action actuellement ? Comme semble le prouver un certain nombre de photos prises par les Gilets Jaunes lors de manifestations, ce qui expliquerait que la plupart de ce que l’on appelle les CRS  ne portent aucun matricule dans le mépris le plus total de la Loi ; quelle est sa mission ? Qui a signé son ordre de mission ? L’Assemblée Nationale comme le Sénat ont-ils agréé à son intervention, dans quel cadre et pour quelle raison ?

 

Au moment où le régime désarme les Françaises et les Français, sans désarmer les zones de non droit, on peut s’interroger du but poursuivi par ce Régime, qui assoit par cet acte une dictature qui ne dit pas son nom, qui couplée avec l’intervention d’eurogendfor, et l’utilisation de milice sans matricule, laisserait à penser qu’elle compte mettre en œuvre nonobstant l’hyper violence, le génocide du Peuple de France, via ses prétoriens et l’aide d’une armée étrangère au sol Français.

 

Il est temps d’interroger sa gouvernance sur leur utilisation, leur provenance, et les décrets qui permettent leur mise en œuvre. Car nonobstant les milices sans matricule, totalement hors la loi, ce qu’un état de Droit ne peut permettre, il convient de faire toute la lumière sur la troupe d’occupation qui semble oeuvrer actuellement en France, pour reconnaître là, si c’est le cas, sans la moindre autorisation ni du Parlement, ni du Sénat, la réalité d’une dictature contre laquelle l’Ordre Républicain doit se dresser.

 

© Vincent Thierry

 

 

JORF n°0207 du 6 septembre 2012 page 14398 
texte n° 3 



Décret n° 2012-1021 du 4 septembre 2012 portant publication du traité entre le Royaume d'Espagne, la République française, la République italienne, le Royaume des Pays-Bas et la République portugaise portant création de la force de gendarmerie européenne EUROGENDFOR, signé à Velsen le 18 octobre 2007 (1) 

NOR: MAEJ1232508D

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2012/9/4/MAEJ1232508D/jo/texte 
Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2012/9/4/2012-1021/jo/texte


Le Président de la République, 
Sur le rapport du Premier ministre et du ministre des affaires étrangères, 
Vu la Constitution, notamment ses articles 52 à 55 ;
Vu la loi n° 2012-344 du 12 mars 2012 autorisant la ratification du traité entre le Royaume d'Espagne, la République française, la République italienne, le Royaume des Pays-Bas et la République portugaise portant création de la force de gendarmerie européenne EUROGENDFOR ;
Vu le décret n° 49-1271 du 4 septembre 1949 portant publication du traité de l'Atlantique Nord, signé à Washington le 4 avril 1949, dit pacte de l'Atlantique ;
Vu le décret n° 52-1170 du 11 octobre 1952 portant publication de la convention entre les Etats parties au traité de l'Atlantique Nord sur le statut de leurs forces, signée à Londres le 19 juin 1951 ;
Vu le décret n° 53-192 du 14 mars 1953 modifié relatif à la ratification et à la publication des engagements internationaux souscrits par la France, 
Décrète :

Article 1


Le traité entre le Royaume d'Espagne, la République française, la République italienne, le Royaume des Pays-Bas et la République portugaise portant création de la force de gendarmerie européenne EUROGENDFOR, signé à Velsen le 18 octobre 2007, sera publié au Journal officiel de la République française.

Article 2


Le Premier ministre et le ministre des affaires étrangères sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 


T R A I T É


ENTRE LE ROYAUME D'ESPAGNE, LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE, LA RÉPUBLIQUE ITALIENNE, LE ROYAUME DES PAYS-BAS ET LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE, PORTANT CRÉATION DE LA FORCE DE GENDARMERIE EUROPÉENNE EUROGENDFOR
Le Royaume d'Espagne,
La République française,
La République italienne,
Le Royaume des Pays-Bas,
et
La République portugaise,
ci-après désignés « Les Parties »,
Considérant la déclaration d'intention sur l'EUROGENDFOR, signée à Noordwijk le 17 septembre 2004,
Considérant le Traité de l'Atlantique Nord, signé à Washington le 4 avril 1949,
Considérant la Charte des Nations Unies, signée à San Francisco le 26 juin 1946,
Considérant la Convention entre les Etats Parties au Traité de l'Atlantique Nord sur le statut de leurs forces, signée à Londres le 19 juin 1951,
Considérant le Traité sur l'Union européenne tel qu'amendé par le Traité de Nice signé le 26 février 2001,
Considérant l'Acte final de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe, signé à Helsinki le 1er août 1975,
Considérant l'Accord entre les Etats membres de l'Union européenne relatif au statut du personnel militaire et civil détaché auprès des institutions de l'Union européenne, des quartiers généraux et des forces pouvant être mis à la disposition de l'Union européenne dans le cadre de la préparation et de l'exécution des missions visées à l'article 17, paragraphe 2, du traité sur l'Union européenne, y compris lors d'exercices, et du personnel militaire et civil des Etats membres mis à la disposition de l'Union européenne pour agir dans ce cadre, signé à Bruxelles le 17 novembre 2003,
Afin de contribuer au développement de l'Identité européenne de sécurité et de défense et de renforcer la politique européenne de sécurité et de défense commune,
sont convenus des dispositions suivantes :

  • Chapitre Ier : Dispositions générales

     


    Article 1er
    Objet


    1. L'objet du présent Traité est de créer une Force de Gendarmerie Européenne qui est opérationnelle, préorganisée, robuste et déployable rapidement, et qui comprend exclusivement des éléments des forces de police à statut militaire des Parties, afin d'assurer toutes les missions de police dans le cadre d'opérations de gestion des crises.
    2. Le présent Traité définit les principes fondamentaux relatifs aux objectifs, au statut, aux modalités d'organisation et au fonctionnement de la Force de Gendarmerie Européenne, ci-après désignée EUROGENDFOR ou FGE.


    Article 2
    Principes


    Les termes du présent Traité reposent sur l'application des principes de réciprocité et de partage des coûts.


    Article 3
    Définitions


    Aux fins du présent Traité :
    a. Le terme « EUROGENDFOR » désigne la force de police multinationale à statut militaire composée :
    i. d'un quartier général permanent ;
    ii. de forces FGE désignées par les Parties à la suite du transfert de commandement.
    b. L'expression « quartier général permanent » désigne le quartier général multinational, modulaire et projetable situé à Vicence (Italie). Le rôle et la structure du quartier général permanent et sa participation à une opération sont approuvés par le Comité interministériel de haut niveau (CIMIN).
    c. L'expression « personnel du quartier général permanent » désigne les membres d'une force de police à statut militaire que les Parties ont affectés au quartier général permanent, ainsi que du personnel civil en nombre restreint désigné par les Parties qui apporte un appui permanent au fonctionnement du quartier général permanent à titre de conseil ou de soutien.
    d. L'expression « Forces FGE » désigne le personnel des forces de police à statut militaire que les Parties ont affecté à l'EUROGENDFOR pour assurer une mission ou un exercice à la suite du transfert de commandement, ainsi qu'un nombre restreint d'autres personnels désignés par les Parties dans un rôle de conseil ou de soutien.
    e. L'expression « quartier général de la force » désigne le quartier général multinational activé dans une zone d'opération pour soutenir le commandant de la force FGE dans l'exercice du commandement et du contrôle de la mission.
    f. L'expression « personnel de l'EUROGENDFOR » désigne le personnel du quartier général permanent et les membres des forces FGE.
    g. Le terme « CIMIN » désigne le Comité interministériel de haut niveau. C'est l'organe de décision de I'EUROGENDFOR.
    h. L'expression « commandant de la FGE » désigne l'officier nommé par le CIMIN pour assurer le commandement du quartier général permanent et, le cas échéant, des forces FGE.
    i. L'expression « commandant de la force FGE » désigne l'officier nommé par le CIMIN pour assurer le commandement d'une mission FGE.
    j. L'expression « Etat d'origine » désigne la Partie qui contribue à l'EUROGENDFOR avec des forces et/ou du personnel.
    k. L'expression « Etat hôte » désigne la Partie sur le territoire de laquelle se trouve le quartier général permanent.
    l. L'expression « Etat d'accueil » désigne la Partie sur le territoire de laquelle des forces FGE sont stationnées ou en transit.
    m. L'expression « Etat contributeur » désigne un Etat qui n'est pas Partie au présent Traité mais qui participe à des missions ou tâches de l'EUROGENDFOR.
    n. L'expression « membre de la famille » désigne :
    i. le conjoint d'un membre du personnel du quartier général permanent ;
    ii. toute autre personne qui a contracté un partenariat enregistré avec un membre du personnel du quartier général permanent selon la législation de l'Etat d'origine, à condition que la législation de l'Etat hôte considère les partenariats enregistrés comme équivalents au mariage, et conformément aux conditions fixées par la législation pertinente de l'Etat hôte ;
    iii. les descendants directs âgés de moins de 21 ans ou à charge et ceux du conjoint ou du partenaire tel que défini au point ii ;
    iv. les membres de la famille directe à charge en ligne ascendante et ceux du conjoint ou du partenaire tel que défini au point ii.

  • Chapitre II : Missions, engagement et déploiement

     


    Article 4
    Missions et tâches


    1. L'EUROGENDFOR doit être capable, conformément au mandat pour chaque opération, seule ou avec d'autres forces, de couvrir l'ensemble des missions de police, par substitution ou renforcement, durant toutes les phases d'une opération de gestion de crise.
    2. Les Forces FGE peuvent être placées soit sous autorité civile, soit sous commandement militaire.
    3. L'EUROGENDFOR peut être employée pour :
    a. Assurer des missions de maintien de la sécurité et de l'ordre publics ;
    b. Contrôler, conseiller, aider et superviser la police locale dans son travail quotidien, y compris en matière d'investigation criminelle ;
    c. Assurer un travail de surveillance publique, de régulation de la circulation, de police des frontières et de renseignement général ;
    d. Effectuer un travail d'investigation criminelle, notamment pour la recherche des infractions, la poursuite des auteurs d'infractions et leur transfert devant les autorités judiciaires compétentes ;
    e. Protéger les personnes et les biens et maintenir l'ordre en cas de troubles à l'ordre public ;
    f. Former les officiers de police conformément aux standards internationaux ;
    g. Former des instructeurs, notamment dans le cadre de programmes de coopération.


    Article 5
    Cadre des missions


    L'EUROGENDFOR peut être mise à la disposition de l'Union européenne (UE), de l'Organisation des Nations Unies (ONU), de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et d'autres organisations internationales ou d'une coalition ad hoc.


    Article 6
    Conditions d'engagement et de déploiement


    1. Les conditions d'engagement et de déploiement de l'EUROGENDFOR, fixées par le CIMIN au cas par cas, sont régies par un mandat spécifique pour chaque opération et subordonnées à la conclusion des accords nécessaires entre les Parties et l'organisation requérante.
    2. Pour préparer les missions assignées à l'EUROGENDFOR, les Parties peuvent, sur recommandation du CIMIN, stationner et déployer leurs propres forces et personnels sur le territoire des autres Parties.
    3. Le stationnement et le déploiement sur le territoire d'un Etat tiers sont régis par un accord entre les Etats d'origine et l'Etat tiers précisant les conditions dudit stationnement et dudit déploiement, dans le respect des principes fondamentaux du présent Traité.

  • Chapitre III : Aspects institutionnels et juridiques

     


    Article 7
    CIMIN


    1. Le CIMIN est composé de représentants des ministères compétents de chacune des Parties. Le choix des représentants relève de la responsabilité nationale. Les détails spécifiques concernant la composition, la structure, l'organisation et le fonctionnement du CIMIN sont définis dans les règlements adoptés par le CIMIN.
    2. Le CIMIN prend ses décisions et ses directives à l'unanimité.
    3. Les tâches générales du CIMIN sont notamment :
    a. D'exercer le contrôle politique de l'EUROGENDFOR, de lui donner son orientation stratégique et d'assurer la coordination politico-militaire entre les Parties et, le cas échéant, avec les Etats contributeurs;
    b. De nommer le commandant de la FGE et de lui donner des directives ;
    c. D'approuver le rôle et la structure du quartier général permanent, ainsi que les critères de rotation pour les postes-clés au sein du quartier général permanent ;
    d. De nommer le président du Conseil financier et d'arrêter les critères de rotation de la présidence ;
    e. D'assurer le suivi de la mise en œuvre des objectifs énoncés dans le présent Traité ;
    f. D'approuver les objectifs et les programmes annuels d'entraînement proposés par le commandant de la FGE ;
    g. De statuer sur :
    i. la participation de l'EUROGENDFOR à des missions ;
    ii. la participation des Etats contributeurs aux missions de l'EUROGENDFOR ;
    iii. les demandes de coopération émanant d'Etats tiers, d'organisations internationales ou autres ;
    h. D'élaborer le cadre d'actions menées par l'EUROGENDFOR ou à la demande de l'UE, de l'ONU, de l'OSCE, de l'OTAN, d'autres organisations internationales ou d'une coalition ad hoc ;
    i. De définir le cadre de chaque mission, le cas échéant en concertation avec les organisations internationales pertinentes, à savoir :
    i. désignation du commandant de la force FGE ;
    ii. participation du quartier général permanent à la chaîne de commandement ;
    j. D'approuver la structure du quartier général de la force ;
    k. D'orienter et d'évaluer les activités de I'EUROGENDFOR en cas de déploiement ;
    l. De statuer sur la nécessité de conclure les accords de sécurité visés au paragraphe 3 de l'article 12.
    4. Le CIMIN approuve les principales mesures concernant les aspects administratifs du quartier général permanent et le déploiement de l'EUROGENDFOR, en particulier le budget annuel et les autres questions financières, conformément au chapitre X du présent Traité.
    5. Le CIMIN, conformément à ses directives spécifiques :
    a. Evalue l'accomplissement des conditions d'adhésion au Traité, conformément à l'article 42, et communique sa proposition aux Parties pour approbation ;
    b. Décide s'il y a lieu d'accorder le statut d'observateur au sein de l'EUROGENDFOR, conformément à l'article 43 ;
    c. Décide s'il y a lieu d'accorder le statut de partenaire au sein de l'EUROGENDFOR, conformément à l'article 44.
    6. Les réunions du CIMIN se tiennent conformément au règlement intérieur adopté par le CIMIN.


    Article 8
    Commandant de la FGE


    Le Commandant de la FGE assure les principales tâches suivantes :
    a. Commander le quartier général permanent et établir ses règles de fonctionnement en tant que de besoin ;
    b. Mettre en œuvre les directives reçues du CIMIN ;
    c. Sur mandat exprès des Parties par l'intermédiaire du CIMIN et en son nom, négocier et conclure des accords ou arrangements techniques nécessaires au bon fonctionnement de l'EUROGENDFOR et à l'organisation d'exercices ou d'opérations menés sur le territoire d'un Etat tiers ;
    d. Prendre toutes les mesures nécessaires, conformément à la législation de l'Etat hôte, pour maintenir l'ordre et la sécurité dans ses installations et, si nécessaire, en dehors de ses installations avec le consentement préalable et l'assistance des autorités de l'Etat hôte ;
    e. Elaborer le budget des dépenses communes de l'EUROGENDFOR et, à l'issue de l'exercice budgétaire, le rapport final relatif aux dépenses de l'EUROGENDFOR pour cette année ;
    f. Commander les forces FGE en tant que de besoin.


    Article 9
    Capacité juridique


    1. Pour atteindre ses objectifs et accomplir les missions prévues dans le présent Traité, l'EUROGENDFOR dispose, sur le territoire de chacune des Parties, de la capacité juridique de contracter. En conséquence, l'EUROGENDFOR peut comparaître devant un tribunal si nécessaire.
    2. Aux fins du paragraphe 1, l'EUROGENDFOR est représentée par le commandant de la FGE ou par toute autre personne expressément désignée par le commandant de la FGE pour agir en son nom.
    3. Le commandant de la FGE et l'Etat hôte peuvent convenir que l'Etat hôte agit par subrogation dans toutes les actions auxquelles I'EUROGENDFOR est Partie devant les tribunaux de cet Etat. Dans ce cas, l'EUROGENDFOR doit rembourser les frais encourus.

  • Chapitre IV : Installations du quartier général permanent

     


    Article 10
    Installations fournies par l'Etat hôte


    1. L'Etat hôte s'engage à mettre gratuitement à la disposition de l'EUROGENDFOR les installations du quartier général permanent qui lui sont nécessaires pour mener à bien ses missions. Ces installations sont recensées dans un document spécifique approuvé par le CIMIN.
    2. L'Etat hôte prend toutes les mesures raisonnables pour assurer au quartier général permanent les services nécessaires, en particulier l'électricité, l'eau, le gaz naturel, les services postaux, le téléphone et le télégraphe, la collecte des déchets et la protection contre l'incendie. Les conditions relatives aux prestations de soutien de l'Etat hôte sont précisées dans des arrangements d'application entre les autorités compétentes des Parties.


    Article 11
    Permission d'accès


    A réception d'une demande dûment motivée, le commandant de la FGE doit autoriser les agents du service compétent à inspecter, réparer, entretenir, reconstruire ou déplacer les installations, réseaux électriques et canalisations de l'infrastructure du quartier général permanent, à condition que ces activités ne constituent pas un obstacle au fonctionnement normal et à la sécurité.

  • Chapitre V : Protection des informations

    Article 12
    Protection des informations


    1. Les principes fondamentaux et les normes minimales de protection des informations et matériels classifiés sont fixés dans un accord de sécurité entre les Parties.
    2. Les Parties prennent toutes les mesures nécessaires conformément à leurs obligations internationales et à leurs lois et règlements nationaux pour protéger les informations et matériels classifiés qui sont produits par l'EUROGENDFOR ou qui lui sont communiqués.
    3. L'échange d'informations ou de matériels classifiés avec des Etats tiers ou des organisations internationales est régi par des accords de sécurité spécifiques qui sont négociés, signés et approuvés par les Parties.

  • Chapitre VI : Dispositions relatives au personnel

    Article 13
    Respect de la législation en vigueur


    Le personnel de l'EUROGENDFOR et les membres de leur famille doivent se conformer à la législation en vigueur dans l'Etat hôte ou dans l'Etat d'accueil. En outre, le personnel de l'EUROGENDFOR doit s'abstenir de toute activité incompatible avec l'esprit du présent Traité pendant son séjour sur le territoire de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil.


    Article 14
    Entrée et séjour


    En ce qui concerne la réglementation relative à l'immigration et les formalités prévues par la législation relative à l'entrée et au séjour, le personnel du quartier général permanent et les membres de leur famille ne sont pas assujettis à la réglementation en vigueur applicable aux étrangers dans l'Etat hôte.


    Article 15
    Aspects juridiques et médicaux en cas de décès


    1. En cas de décès d'un personnel militaire ou civil, si les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil demandent qu'une autopsie soit pratiquée dans le cadre d'une procédure judiciaire ou administrative, un représentant de l'Etat d'origine est autorisé à assister à l'autopsie.
    2. Les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil doivent autoriser le transfert de la dépouille dans l'Etat d'origine conformément à la réglementation en la matière en vigueur sur le territoire de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil.


    Article 16
    Uniformes et armes


    1. Le personnel de l'EUROGENDFOR porte son uniforme conformément aux règles nationales respectives. Le commandant de la FGE peut établir des procédures spécifiques en tant que de besoin.
    2. Le personnel de l'EUROGENDFOR peut détenir, porter ou transporter des armes, munitions ou d'autres systèmes d'armes et explosifs à condition d'y être autorisé par le règlement qui lui est applicable et conformément à la législation de l'Etat hôte et de l'Etat d'accueil.


    Article 17
    Permis de conduire


    Les permis de conduire militaires délivrés par chacune des Parties sont également valables sur le territoire de tous les Etats Parties au présent Traité et autorisent leurs titulaires à conduire tous les véhicules de l'EUROGENDFOR de la catégorie correspondante dans l'exécution du service.


    Article 18
    Assistance médicale


    1. Le personnel de l'EUROGENDFOR et les membres de leur famille bénéficient d'une assistance médicale dans les mêmes conditions que le personnel de même grade ou de catégorie équivalente de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil.
    2. Les soins médicaux sont assurés conformément aux modalités définies par les autorités compétentes des Parties.

  • Chapitre VII : Privilèges et immunités

    Article 19
    Impôts et douanes


    1. Dans le cadre de leur usage officiel, les avoirs, revenus et autres biens appartenant à I'EUROGENDFOR sont exonérés de tous impôts directs.
    2. L'achat d'un montant important de biens et de services par l'EUROGENDFOR pour son usage officiel est exonéré de taxe sur le chiffre d'affaires et de tous droits indirects.
    3. L'importation de biens et de marchandises nécessaires à l'EUROGENDFOR pour son usage officiel est exonérée des droits de douanes et des autres droits indirects.
    4. Les véhicules de l'EUROGENDFOR destinés à son usage officiel sont exonérés de la taxe sur l'immatriculation des véhicules.
    5. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 ne s'appliquent pas aux forces FGE.
    6. Les achats et les importations de carburants et de lubrifiants nécessaires à l'EUROGENDFOR pour son usage officiel sont exonérés des droits de douanes et des autres droits indirects. Cette exonération ne s'applique pas aux achats et importations des forces FGE sur leur propre territoire.
    7. Les biens et les marchandises achetés ou importés qui ont été exonérés ou qui ont ouvert droit à remboursement conformément aux dispositions du présent article ne peuvent être cédés ou mis à la disposition d'une tierce partie, à titre gratuit ou onéreux, qu'aux conditions fixées par la Partie qui accorde les exonérations ou remboursements.
    8. En aucun cas l'EUROGENDFOR n'est autorisée à être exonérée des taxes et droits qui constituent la rémunération de services d'utilité publique.
    9. Aucune exonération des droits ou taxes de quelque nature que ce soit ne peut être accordée pour l'achat de matériel et d'équipements militaires.


    Article 20
    Privilèges individuels


    1. Le personnel de I'EUROGENDFOR visé au paragraphe c de l'article 3 qui n'est pas résident permanent ou ressortissant de l'Etat hôte lors de sa première arrivée sur le territoire de cet Etat pour y prendre ses fonctions peut, dans un délai d'un an à compter de sa première arrivée et en deux expéditions au maximum, importer de son dernier Etat de résidence ou de l'Etat dont il a la nationalité ses effets et mobilier personnels, y compris un véhicule à moteur, en franchise de droits et d'autres impôts indirects, ou acheter en exemption de taxe sur le chiffre d'affaires ces biens pour un montant important dans l'Etat hôte.
    2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s'appliquent que si le membre du personnel est affecté pour une durée minimum d'un an.
    3. Pour que les dispositions du présent article s'appliquent, le membre du personnel concerné adresse une demande aux autorités de l'Etat hôte dans un délai d'un an à compter de sa première arrivée.
    4. Les biens visés au paragraphe 1 qui ont été importés en franchise de douane peuvent être réexportés librement.
    5. Les véhicules à moteur visés au paragraphe 1 et les véhicules à moteur immatriculés dans un autre Etat membre de l'Union européenne, dans la limite d'un véhicule pour chaque membre du personnel susmentionné, sont exonérés des taxes d'immatriculation pour la durée du service dans l'Etat hôte.


    Article 21
    Inviolabilité des installations, bâtiments et archives


    1. Les installations et bâtiments de l'EUROGENDFOR sont inviolables sur le territoire des Parties.
    2. Les autorités des Parties ne peuvent pénétrer dans les installations et bâtiments visés au paragraphe 1 sans l'autorisation préalable du commandant de la FGE ou, le cas échéant, du commandant de la force. Cette autorisation est présumée acquise en cas de catastrophe naturelle, d'incendie ou de tout autre événement qui nécessite des mesures de protection immédiates. Dans les autres cas, le commandant de la FGE ou, le cas échéant, le commandant de la force examine avec attention la demande d'autorisation de pénétrer dans les installations et les bâtiments, émanant des autorités des Parties, sans préjudice des intérêts de l'EUROGENDFOR.
    3. Les archives de l'EUROGENDFOR sont inviolables. L'inviolabilité des archives s'applique à toutes les transcriptions, correspondances, photographies et à tous les manuscrits, films, enregistrements, documents, données et dossiers informatiques, et à toutes les autres données détenues par l'EUROGENDFOR ou lui appartenant, où qu'ils se trouvent sur le territoire des Parties.


    Article 22
    Immunité d'exécution


    Les propriétés et les fonds de l'EUROGENDFOR et les biens qui ont été mis à sa disposition pour son usage officiel, où qu'ils se trouvent et quel que soit leur détenteur, sont exempts de toute mesure exécutoire en vigueur sur le territoire des Parties.


    Article 23
    Aspects liés aux communications


    1. Les Parties prennent toutes les mesures raisonnables pour assurer la bonne transmission des communications officielles de l'EUROGENDFOR.
    2. L'EUROGENDFOR a le droit de recevoir et de transmettre des messages chiffrés ainsi que d'envoyer et de recevoir de la correspondance et des colis officiels par courrier ou par valise sous scellés, qui ne peuvent être ni ouverts ni confisqués.
    3. Les communications adressées à l'EUROGENDFOR ou reçues par elle ne peuvent pas faire l'objet d'interception ou d'interférence.


    Article 24
    Résidence fiscale


    Pour l'application des impôts sur le revenu et le patrimoine, le personnel du quartier général permanent qui établit sa résidence dans l'Etat hôte, uniquement en raison de l'exercice de ses fonctions au service du quartier général permanent, est considéré comme ayant conservé sa résidence fiscale dans l'Etat d'origine qui verse la rémunération pour le service effectué au quartier général permanent. Cette disposition s'applique également aux membres de la famille qui n'exercent pas d'activité professionnelle ou commerciale dans l'Etat hôte.

  • Chapitre VIII : Dispositions relatives à la juridiction et aux pouvoirs disciplinaires

    Article 25
    Juridiction pénale et disciplinaire


    1. Les autorités de l'Etat d'origine ont le droit d'exercer tous les pouvoirs de juridiction pénale et disciplinaire que leur confère la législation de l'Etat d'origine sur le personnel militaire et civil lorsque celui-ci est soumis à la législation applicable à tout ou partie des forces de police à statut militaire de l'Etat d'origine, en raison de son déploiement au côté de ces forces.
    2. Les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil ont le droit d'exercer leur juridiction sur les personnels militaires et civils et les membres de leur famille en ce qui concerne les infractions commises sur leur territoire respectif et punies par la législation de cet Etat.
    3. Les autorités de l'Etat d'origine ont le droit d'exercer une juridiction exclusive sur les personnels militaires et civils lorsque ceux-ci sont soumis à la législation applicable à tout ou partie des forces de police à statut militaire en raison de leur déploiement au côté de ces forces en ce qui concerne les infractions punies par la législation de cet Etat, y compris les infractions portant atteinte à sa sûreté, mais ne tombant pas sous le coup de la législation de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil.
    4. Les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil ont le droit d'exercer une juridiction exclusive sur les personnels militaires et civils et les membres de leur famille en ce qui concerne les infractions, y compris les infractions portant atteinte à la sûreté de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil, qui sont punies par les lois de cet Etat mais ne tombent pas sous le coup de la législation de l'Etat d'origine.
    5. Dans les cas de juridiction concurrente, les règles suivantes sont applicables :
    a. Les autorités compétentes de l'Etat d'origine ont le droit d'exercer par priorité leur juridiction sur le personnel militaire et civil lorsque celui-ci est soumis à la législation applicable à tout ou partie des forces de police à statut militaire de l'Etat d'origine, en raison de son déploiement au côté de ces forces, en ce qui concerne :
    i. les infractions portant atteinte uniquement à la sûreté ou à la propriété de cet Etat ou les infractions portant atteinte uniquement à la personne ou à la propriété du personnel militaire ou civil de cet Etat ou d'un membre de sa famille ;
    ii. les infractions résultant de tout acte ou de toute négligence commis dans l'exécution du service ;
    b. Dans le cas de toute autre infraction, les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil ont le droit d'exercer par priorité leur juridiction ;
    c. Si l'Etat qui a le droit d'exercer par priorité sa juridiction décide d'y renoncer, il le notifie aussitôt que possible aux autorités de l'autre Etat. Les autorités de l'Etat qui a le droit d'exercer par priorité sa juridiction examinent avec bienveillance les demandes de renonciation à ce droit présentées par les autorités de l'autre Etat lorsque celui-ci estime que cette renonciation revêt une importance particulière.
    6. Aux fins des paragraphes 3, 4 et 5, sont considérées entre autres comme des infractions portant atteinte à la sûreté d'un Etat :
    a. La trahison ;
    b. Le sabotage, l'espionnage ou la violation de la législation relative aux secrets d'Etat ou de défense nationale dudit Etat.
    7. Les dispositions du présent article ne comportent pour les autorités de l'Etat d'origine aucun droit d'exercer une juridiction sur des personnes qui sont des nationaux de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil ou qui y ont leur résidence habituelle, à moins qu'elles ne soient membres de la force de l'Etat d'origine.


    Article 26
    Entraide judiciaire


    1. Les Parties se prêtent mutuellement assistance pour l'arrestation des membres d'une force ou d'un élément civil ou d'un membre de leur famille sur le territoire de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil et pour leur remise à l'autorité qui a à exercer sa juridiction conformément aux dispositions ci-dessus.
    2. Les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil notifient dans les délais les plus brefs aux autorités militaires de l'Etat d'origine l'arrestation de tout membre d'une force ou d'un élément civil ou d'un membre de leur famille.
    3. La garde d'un membre d'une force ou d'un élément civil sur lequel l'Etat hôte ou l'Etat d'accueil a exercer son droit de juridiction et qui est entre les mains des autorités de l'Etat d'origine demeurera assurée par celles-ci jusqu'à ce que des poursuites aient été engagées contre lui par l'Etat hôte ou l'Etat d'accueil.
    4. Les Parties se prêtent mutuellement assistance pour la conduite des enquêtes, pour la recherche de preuves, y compris la saisie et, s'il y a lieu, la remise des pièces à conviction et des objets de l'infraction. La remise des pièces et objets saisis peut toutefois être subordonnée à leur restitution dans un délai déterminé par l'autorité qui procède à cette remise.
    5. Dans les cas où il y a juridiction concurrente, les Parties s'informent réciproquement de la suite donnée aux affaires.
    6. Les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil examinent avec bienveillance les demandes des autorités de l'Etat d'origine en vue de prêter assistance à celles-ci pour l'exécution des peines d'emprisonnement prononcées sur le territoire de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil conformément aux dispositions du présent article.


    Article 27
    Rapatriement, absence et éloignement


    1. Lorsqu'un membre du personnel de l'EUROGENDFOR n'est plus au service de ses forces et n'est pas rapatrié, les autorités de l'Etat d'origine en informent immédiatement les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil et fournissent toutes les informations utiles.
    2. Les autorités de l'Etat d'origine informent également les autorités de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil de toute absence illégale dépassant vingt et un jours.
    3. Si l'Etat hôte ou l'Etat d'accueil exige l'éloignement de son territoire d'un membre du personnel de l'EUROGENDFOR ou a pris un arrêté d'expulsion contre un membre du personnel de l'EUROGENDFOR ou contre un membre de sa famille, les autorités de l'Etat d'origine les reçoivent sur leur propre territoire ou les autorisent à quitter le territoire de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil.

  • Chapitre IX : Dommages

    Article 28
    Renonciation


    1. Chacune des Parties renonce à toute demande d'indemnité à l'encontre d'une autre Partie pour les dommages causés à ses biens et utilisés dans le cadre de la préparation et l'exécution des missions mentionnées dans le présent Traité, y compris lors d'exercices :
    a. Si ce dommage est causé par du personnel de l'EUROGENDFOR dans l'exercice de ses fonctions dans le cadre du présent Traité ; ou
    b. S'il est causé par un véhicule, un navire, un aéronef, une arme ou un autre équipement de l'autre Partie et utilisé par ses services, à condition, soit que le véhicule, le navire, l'aéronef, l'arme ou l'équipement cause du dommage ait été utilisé dans le cadre du présent Traité, soit que le dommage ait été causé à des biens utilisés dans les mêmes conditions.
    2. Chacune des Parties renonce à demander une indemnité à une autre Partie dans le cas où un membre du personnel de l'EUROGENDFOR a subi des blessures ou est mort dans l'exécution du service.
    3. La renonciation visée aux paragraphes 1 et 2 n'est pas applicable si le dommage, la blessure ou la mort résultent d'une négligence grave ou d'une faute intentionnelle du personnel de l'une des Parties, auquel cas les frais exposés à l'occasion de ce dommage sont payés par cette Partie.
    4. Nonobstant l'exception visée au paragraphe 3, chacune des Parties renonce à toute demande d'indemnité lorsque le dommage a une valeur inférieure à un montant qui doit être déterminé par le CIMIN.


    Article 29
    Dommages aux tiers


    1. En cas de dommage causé à un tiers, ou à la propriété d'un tiers par un membre ou une propriété de l'une des Parties dans l'exercice des missions dans le cadre du présent Traité, y compris lors d'exercices, la réparation dudit dommage est répartie entre les Parties selon les modalités spécifiées dans les accords et arrangements d'application visés à l'article 45 du chapitre XI et selon les dispositions suivantes:
    a. Les demandes d'indemnité sont introduites, instruites et les décisions prises conformément aux lois et règlements de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil pour ce qui concerne les demandes d'indemnité découlant des activités de l'EUROGENDFOR ;
    b. L'Etat hôte ou l'Etat d'accueil peut statuer sur ces dommages ; il procède au paiement du montant convenu ou fixé par décision en euros ;
    c. Ce paiement, qu'il résulte du règlement direct de l'affaire ou d'une décision de la juridiction compétente de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil, ou la décision définitive de la même juridiction déboutant le demandeur, lie définitivement les Parties concernées ;
    d. Toute indemnité payée par l'Etat hôte et l'Etat d'accueil est portée à la connaissance des Etats d'origine concernés qui reçoivent en même temps un rapport circonstancié et une proposition de répartition établie conformément au présent article. A défaut de réponse dans les deux mois, la proposition est considérée comme acceptée.
    2. Si toutefois cette responsabilité résulte d'une négligence grave ou d'une faute intentionnelle d'un membre du personnel de l'une des Parties, le coût résultant de cette responsabilité est pris en charge par cette seule Partie.
    3. Aucune voie d'exécution ne peut être pratiquée sur un membre du personnel de l'EUROGENDFOR lorsqu'un jugement a été prononcé contre lui dans l'Etat hôte ou l'Etat d'accueil s'il s'agit d'une affaire résultant de l'exécution du service.
    4. Nonobstant toute responsabilité personnelle en cas de dommages causés à un tiers ou à aux biens d'un tiers par une personne ou les biens de l'une des Parties qui n'ont pas été commis dans l'exécution du service, les demandes d'indemnité au titre de ces dommages sont réglées de la manière suivante :
    a. Les autorités de l'Etat hôte ou de d'Etat d'accueil instruisent la demande d'indemnité et fixent d'une manière juste et équitable l'indemnité due au demandeur, en tenant compte de toutes les circonstances de la cause, y compris la conduite et le comportement de la personne lésée, et elles établissent un rapport sur l'affaire ;
    b. Ce rapport est envoyé aux autorités de l'Etat d'origine qui décident alors sans délai si elles procéderont à une indemnisation à titre gracieux et, dans ce cas, en fixant le montant ;
    c. Si une offre d'indemnité à titre gracieux est faite et acceptée comme dédommagement intégral par le demandeur, les autorités de l'Etat d'origine effectuent elles-mêmes ce paiement et font connaître aux autorités de l'Etat hôte et de l'Etat d'accueil leur décision et le montant de la somme versée ;
    d. Les dispositions du présent paragraphe sont sans aucune incidence sur la compétence des juridictions de l'Etat hôte ou de l'Etat d'accueil pour statuer sur l'action qui pourrait être intentée contre un membre du personnel de l'EUROGENDFOR pour autant toutefois qu'un paiement ayant valeur de dédommagement intégral n'ait pas été effectué.


    Article 30
    Examen des circonstances


    Sans préjudice de l'article 31, en cas de doute sur la question de savoir si le dommage a été causé dans l'exécution du service, le CIMIN prend sa décision après examen du rapport circonstancié établi par le commandant FGE.


    Article 31
    Exercices et opérations


    En cas d'exercice ou d'opération sur le territoire d'un Etat tiers, la méthode de répartition des indemnités entre les Parties et, le cas échéant, les Etats contributeurs peut être précisée dans un arrangement ad hoc régissant l'exercice ou l'opération.


    Article 32
    Experts scientifiques ou techniques


    Les dispositions des chapitres VIII et IX du présent Traité s'appliquent également aux ressortissants des Parties qui ne sont pas membres du personnel militaire ou civil mais qui effectuent une mission spécifique à caractère technique ou scientifique dans le cadre de l'EUROGENDFOR, et ce uniquement pendant la durée de la mission.

  • Chapitre X : Dispositions relatives au financement et aux droits de propriété

    Article 33
    Conseil financier


    1. Un Conseil financier, composé d'un expert financier désigné par chaque Partie, est créé.
    2. Le Conseil financier est responsable des tâches suivantes :
    a. Conseiller le CIMIN sur les questions financières et budgétaires ;
    b. Mettre en œuvre les procédures financières, contractuelles et budgétaires et proposer, si nécessaire, les modifications à la formule de partage des coûts devant être approuvées par le CIMIN ;
    c. Examiner le projet de budget et la planification de dépenses à moyen terme proposés par le commandant de la FGE, devant être approuvés par le CIMIN ;
    d. Examiner le rapport annuel relatif au bilan final des dépenses de chaque exercice, préparé par le commandant de la FGE, et conseiller le CIMIN en vue de son adoption ;
    e. En cas d'urgence, approuver les dépenses supplémentaires, qui ne doivent pas excéder 10 % du chapitre concerné, par délégation du CIMIN. Le Conseil financier rend compte à la réunion suivante du CIMIN ;
    f. Régler les différends d'ordre financier. Si le Conseil financier ne parvient pas à régler le différend, il doit en être référé au CIMIN en vue du règlement ;
    g. Proposer au CIMIN de réaliser un audit des coûts communs de I'EUROGENDFOR. Le CIMIN détermine la manière dont l'audit doit être réalisé.
    3. Les modalités de fonctionnement du Conseil financier et le calendrier de présentation, d'examen et d'approbation du projet de budget de l'EUROGENDFOR sont définis dans le règlement financier qui doit être approuvé par le CIMIN.


    Article 34
    Dépenses


    1. Il existe trois différents types de dépenses se rapportant aux activités de l'EUROGENDFOR :
    a. Les coûts communs ;
    b. Les dépenses de l'Etat hôte concernant le quartier général permanent ;
    c. Les dépenses nationales.
    2. Les différents types de dépenses et leurs modalités de financement sont définis dans le règlement financier de l'EUROGENDFOR qui doit être approuvé par le CIMIN.


    Article 35
    Budget


    1. Le budget annuel de l'EUROGENDFOR pour les coûts communs, calculé en euros, comporte des recettes et des dépenses.
    2. Les décaissements consistent, d'une part, en coût d'investissement et coûts opérationnels pour le quartier général permanent et, d'autre part, en dépenses approuvées par les Parties, exposées au cours des activités de I'EUROGENDFOR.
    3. Les recettes résultent des contributions des Parties conformément aux critères qui seront définis par elles dans le règlement financier de l'EUROGENDFOR.
    4. L'exercice financier commence le 1er janvier et termine le 31 décembre.


    Article 36
    Audits


    Pour assurer leurs fonctions d'audit à l'égard des gouvernements nationaux et pour rendre compte à leur parlement dans les conditions prévues par leur stâtut, les auditeurs nationaux peuvent obtenir toutes les informations et examiner tous les documents détenus par le personnel de l'EUROGENDFOR.


    Article 37
    Marchés publics


    1. L'EUROGENDFOR peut passer des marchés publics conformément aux principes en vigueur dans l'Union européenne.
    2. Les règles communautaires en matière de marchés publics s'appliquent dans les conditions ci-après :
    a. La personne responsable pour la passation des marchés publics est le commandant de la FGE ;
    b. La décision d'attribution du marché peut faire l'objet d'un recours gracieux devant le CIMIN qui statue dans le délai d'un mois.
    3. Sans préjudice des conditions ci-dessus, les concurrents sont exclus de la participation à des marchés publics :
    a. S'ils offrent des biens ou des services provenant d'un Etat avec lequel l'une des Parties n'entretient pas de relations diplomatiques ;
    b. S'ils poursuivent, directement ou indirectement, des objectifs que l'une des Parties considère comme contraires à ses intérêts essentiels en matière de sécurité ou de politique étrangère.

  • Chapitre XI : Dispositions finales

    Article 38
    Langues


    Les langues officielles de l'EUROGENDFOR sont celles des Parties. Une langue de travail commune peut être utilisée.


    Article 39
    Règlement des différends


    Les différends entre les Parties relatifs à l'interprétation ou à l'application du présent Traité sont réglés par voie de négociation.


    Article 40
    Amendements


    1. Sur proposition de l'une des Parties, le présent Traité peut être amendé à tout moment avec l'accord de l'ensemble des Parties.
    2. Tout amendement entre en vigueur conformément aux dispositions de l'article 46 du présent Traité.


    Article 41
    Retrait


    1. Chaque Partie peut à tout moment se retirer du présent Traité par notification écrite préalable au dépositaire.
    2. Le retrait prend effet douze mois après la date de réception de la notification par le dépositaire ou à une date postérieure telle que spécifiée dans la notification de retrait.


    Article 42
    Adhésion


    1. Tout Etat membre de l'Union européenne ayant une force de police à statut militaire peut demander au CIMIN d'adhérer au présent Traité. Après réception de l'approbation des Parties, conformément à l'article 7, paragraphe 5, alinéa a, le CIMIN informe l'Etat candidat de la décision des Parties.
    2. L'adhésion est effective par le dépôt d'un instrument d'adhésion auprès du dépositaire du Traité, qui notifie à chaque Partie et à l'Etat adhérent la date du dépôt dudit instrument.
    3. Pour chaque Etat pour lequel un instrument d'adhésion est déposé, le présent Traité entre en vigueur au premier jour du mois suivant la date de notification aux Parties par le dépositaire.


    Article 43
    Statut d'observateur


    1. Les pays candidats à l'Union européenne qui ont une force de police à statut militaire peuvent demander le statut d'observateur. Les Etats membres de l'Union européenne qui ont une force de police à statut militaire peuvent également demander le statut d'observateur comme première étape vers l'adhésion.
    2. Le statut d'observateur implique le droit de détacher un officier de liaison au quartier général permanent conformément aux règles approuvées par le CIMIN.


    Article 44
    Statut de partenaire


    1. Les Etats membres de l'Union européenne et les pays candidats qui ont une force à statut militaire et quelques compétences en matière de police peuvent demander le statut de partenaire.
    2. Le CIMIN définit les droits et obligations spécifiques des partenaires.


    Article 45
    Accords ou arrangements d'application


    Le présent Traité peut être complété par un ou plusieurs accords ou arrangements d'application spécifiques.


    Article 46
    Entrée en vigueur


    Le présent Traité entre en vigueur au premier jour du mois suivant la date de notification aux Parties du dépôt du dernier instrument de ratification, d'acceptation ou d'approbation.


    Article 47
    Dépositaire


    Le Gouvernement de la République italienne est le dépositaire et notifie à tous les Etats signataires et adhérents le dépôt de chaque instrument de ratification, d'acceptation, d'approbation, d'adhésion ou de retrait.
    Signé à Velsen, le 18 octobre 2007, en un seul original en langues anglaise, française, italienne, néerlandaise, portugaise et espagnole, tous les textes faisant également foi ; cet original sera déposé auprès du Gouvernement de la République italienne. Le Gouvernement de la République italienne en transmettra à toutes les Parties des copies certifiées conformes.


    Fait le 4 septembre 2012.


    François Hollande 


    Par le Président de la République :


    Le Premier ministre,

    Jean-Marc Ayrault

    Le ministre des affaires étrangères,

    Laurent Fabius

     

Dernière Mise à jour ( Lundi 07 Janvier 2019 à 07:30 )
Acte VIII
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 05 Janvier 2019 à 10:46

Acte VIII

Petites nouvelles de la Terre, où l’on voit un tsunami s’élever dans un petit pays pour faire face à l’abjection dictatoriale, mais lisons :

« Magnifique démonstration de la volonté du Peuple de France, des centaines de milliers de personnes en gilets jaunes et des centaines de milliers de personnes en civil accompagnant les Gilets Jaunes à travers la France. Le mouvement qui n’a jamais cessé, montre ici sa force, une force qui va s’amplifier au fur et à mesure que la dictature sera de plus en plus répressive, jusqu’au moment où elle sera obligée de céder aux revendications du Peuple, ou chassée du pouvoir qu’elle usurpe par un effet illusoire de légalité, qui n’a laissé le choix aux Françaises et aux Français qu’entre deux candidats, dont l’un soit disant combattant la peste brune, et qui dans le pouvoir agit en lèpre brune totalitaire.

Cette souillure de l’Esprit via ses médias compte à l’envers les Gilets Jaunes et sympathisants défilant sans gilets jaunes, en voulant minimiser la force du Peuple de France, ce qui n’échappe à personne, et surtout pas aux caméras des journaux étrangers qui filment dans toutes les provinces et la capitale, pour annoncer au monde la réalité et non les fantasmes mensongers d’une gouvernance raciste envers son Peuple, antisémite envers nos frères et sœurs Juifs qui défilent avec les Gilets Jaunes, une gouvernance haineuse envers le Peuple, se gobergeant dans sa liquéfaction la plus stérile, dans sa violence la plus putride qui fait, n’en doutons pas, jouir ses licteurs, ces petits pieds sadiques et kapos infects qui polluent la France.

Toute une déréliction qui glose, ventriloque de la puanteur qui les agite dans sa souillure, dans sa perversité, dans sa dégueulasserie atavique qui voient se hisser dans l’Etat via des promotions canapés en reptation, toute la lie de l’humanité, petite morgue de débiles mentaux qui ne sont que les arcanes du crime, le crime contre le Peuple qui est celui de le rendre esclave de l’usure, en voulant le culpabiliser, en l’humiliant, l’insultant, en lui prêtant tous les vices et les infortunes qui sont le cœur même de son pouvoir, un pouvoir de raciste, colonisant les pays Africain comme jamais cela ne l’a été via le franc CFA, pour l’uranium et autres denrées, agitant des mercenaires criminels djihadistes en Syrie dans le mépris total du Droit International, et ici en France en diabolisant les Françaises et les Français qui sont caucasien, un racisme ignoble qui voit cette gouvernance faire en sorte de remplacer le Peuple par toute la misère qu’elle occasionne à travers ce monde.

Un antisémitisme comme un antichristianisme répugnants, voyant les manifestations antisémites pulluler dans notre Nation, voyant cette gouvernance aider le terrorisme en Palestine, voyant cette lie de l’humanité fournir des armes à toute la pollution des terroristes, soit en Syrie, en Lybie, et ailleurs qui servent pour tuer des populations Juives et des populations Chrétiennes, laissant par ailleurs brûler, dégrader les Églises comme les cimetières Français, laissant les prières de rues islamiques s’accumuler sur notre sol, tant elle est en reptation devant le salafisme et ses écoles djihadistes, bientôt la voyant libérer des prisons 500 djihadistes revenus de Syrie et d’ailleurs sur notre sol, en prenant bien soin d’arrêter arbitrairement des Françaises et des Français qui défilent pacifiquement, et pire encore cautionnant en Afrique et ailleurs la pédophilie et le trafic d’organes.

Voilà ce qui vient faire la morale au monde, voilà ce qui vient faire la morale à un Peuple qu’elle conchie pour le remplacer au plus vite par des esclaves, voilà ce qui vient parler de dignité après avoir mutilé des manifestants pacifiques, gazé des enfants, frappé des vieillards, voilà ce qui vient parler de vérité, la vérité de la barbarie dans son état le plus brut, le plus insane, le plus délictueux qui soit, voilà ce qui vient parler d’espoir, l’espoir d’un 1% voulant trôner sur des esclaves, l’espoir de de la bestialité voulant bénéficier du droit de cuissage sur chaque Française et chaque Français, toute une morgue de larves qui ne sont plus des êtres Humains mais des mécaniques qui ne pensent qu’à jouir de la misère, qui partouzent et se font reluire, comme on l’a si bien vu avec ce qui a fait la honte de la République, par l’accueil de toute la déviance humaine à l’Élysée, voilà ce qui ose humilier et insulter le Peuple de France !

Gouvernement légal, oui donc en fonction des circonstances qui ont permis d’élire sa dictature, la plus ignoble que la France ait connue, gouvernement crédible, en aucun cas devant les actes de cette gouvernance qui n’ont d’autres buts que d’effectuer le génocide silencieux du Peuple de France, via la sédation financière, via la sédation tout court, le meurtre des enfants par vaccination massive, l’avortement multiplié, jusqu’à voir une de ses figures demander aux Françaises et aux Français de ne plus faire d’enfant pour faire place à toute la misère humaine dans l’ignominie absolue, gouvernement légitime, que non, devant le déferlement du Peuple qui ne s’en laisse pas conter par la barbarie qu’il a en face de lui, devant cette dictature qui se protège via des mercenaires sans matricule, des forces de l’ordre qui sont devenues prétoriennes d’un pouvoir sanglant.

Cette gouvernance prétend défendre « l’ordre républicain » mais agit-elle dans le cadre d’une République ? Que non, elle s’enferme dans la dictature oligarchique la plus répugnante qui soit, dans la répression la plus féroce pour conserver son pouvoir usurpé, protéger ses gitons, ses pédophiles, ses voleurs, ses violeurs, ses corrompus, et toute cette gabegie de l’esprit qui lui sert de serpillière, tout un prurit d’immondices qui vote d’une seule voix, tenu qu’il est par ses crimes, ses vols, ses viols, sa corruption pandémique, ses appartenance maçonnique et sectaire, et pire encore ses loges noires où le meurtre rituel des enfants est organisé par la bestialité putride contre laquelle combat le Président des Etats-Unis. Comment ses féaux peuvent-ils se regarder dans la glace sans ne pas voir la monstruosité qui les compose ? Ainsi ne faut-il croire un seul instant que cette puanteur de la République souillée se défera de son pouvoir, car sa fuite en avant a commencé et il ne faudra pas s’étonner que demain elle fasse tirer dans la foule pour continuer à gouverner avec 1% de voix.

Ce jour-là tout sera dit, et il ne faudra pas que cette gouvernance s’attende à ce que le Peuple de France se laisse faire, son Histoire multimillénaire le prouve, il a toujours sut faire face à la violence de la barbarie, et il fera, n’en doutons pas, face à cette nouvelle barbarie née de l’agitation nébuleuse d’esprits débiles au sein de loges noires et putrides comme de clubs de pensée dictatoriaux. On n’oubliera en aucun cas que la revendication principale des Gilets Jaunes est le RIC, un RIC qui permettrait d’évacuer à jamais la lie de l’Humanité qui parasite les Institutions de la République, toute cette équipée de francs-maçons et de sectaires véreux qui empuantissent de la Mairie aux Ors de la Présidence la Démocratie Française. On n’oubliera pas que la revendication soulignée par les Gilets Jaunes est bien celle permettant de reprendre en mains son destin monétaire via sa Banque de France, et cesser de payer des intérêts indus au cosmopolitisme visqueux qui empuantit l’Occident. On comprendra dès lors, que cette gouvernance fondée par la fondation franco américaine, le Bilderberg, par la franc-maçonnerie déviante, par les sectes dictatoriales, hissée par les banques de la City, ne veuille en aucun cas donner suite aux revendications légitimes des Gilets Jaunes.

Le monde entier fera la différence entre un Peuple sain, et une gouvernance parasitée par la prostitution à l’usure et ses arcanes, et verra là dans cet élan populaire l’expression du vivant se rebellant contre les araignes pestilences de la mort et de ses embruns. Le Monde entier regarde la France et voit le délire de cette gouvernance et la probité du Peuple de France qui est l’expression de la vérité humaine, de la dignité la plus totale et dont la vaillance est un espoir pour toutes les Nations subissant le joug de la bestialité. Le monde entier peut voir où se cachent l’indignité la plus totalitaire qui soit, le mensonge absolu, et la contrainte au désespoir. Le Monde regarde et s’amusera lors des réunions internationales de voir le prurit de cette gouvernance dictatoriale oser donner des leçons de morale, alors qu’il est l’immoralité même, et à l’encan mettra cette bestialité qui glose, n’en doutons absolument pas.

Quoi qu’il advienne, bien nombreux serons-nous à nous laver les mains du devenir de ce diktat et de ses féaux qui ne méritent en aucun cas la moindre intention. Et il pourra adresser autant de courrier qu’il veut pour essayer de convaincre les uns les autres qu’il est nécessaire qu’ils soient des esclaves, et il pourra ouvrir autant de débats qu’il voudra, des débats tronqués et truqués sans la moindre légitimité sinon celle de leurs féaux dirigeant à l’acception de leur mise en servage des Citoyennes et des Citoyens, que rien, rien désormais ne pourra faire en sorte qu’une seule personne de sensé suive en aucun cas cette gouvernance dans sa fuite en avant vers l’abîme.  Face à cela se dresse le Peuple sain, vaillant et fort, honorable, un Peuple qui scande la Marseillaise par toutes les rues et les campagnes de France, un Peuple conscient de sa pureté face à la boue qui cherche à l’engluer, et ce Peuple, quoi qu’il en soit, gagnera, et notamment par des votes de salubrité publique éliminant tous les prétendants à la dictature.

Il ne faut pas être grand clerc désormais pour voir que cette gouvernance et ses féaux, ses députés, ses larbins, ses conseils régionaux, ses maires, tous ses petits marche pieds de la barbarie, seront désormais évacués de toutes les voix de nos concitoyennes et concitoyens, car n’en déplaise à la gouvernance, ce qui marche dans la Rue et dans les campagnes, c’est bien le Peuple de France, soutenu par plus de 70% de la population, la seule voix réelle de notre Nation qui d’une seule voix scande la démission de l’usurpation. Ce jour le parti de la dictature ne représente plus rien aux yeux du Peuple, et ce parti et ses partis affiliés verront leur mise à l’encan lors des prochaines élections, car il faut assainir le paysage politique, car il faut assainir la France des scories putrescentes qui y ont trouvé nid, car il faut élaguer les parasites qui souillent la République, la Démocratie, le Peuple de France.

Une opération de salubrité publique, une opération invincible, que l’on ne se trompe, une opération voyant le Peuple reprendre en mains le pouvoir qui lui a été usurpé par les sectes en reptation devant l’usure et cette bestialité que l’on nomme le nouvel ordre mondial, dont les licteurs vont faire l’objet d’arrestations massives pour leurs crimes aux États-Unis et ailleurs, et on l’espère donc en France même. Une opération salvatrice qui purifiera la France devenue une écure d’Augias qui aujourd’hui exhale sa puanteur extrême, où les talibans de ce nouvel ordre mondial se régalent de la sueur et du sang des Françaises et des Français, où les djihadistes terroristes écument dans tous les services pour molester, tuer, mutiler les Françaises et les Français pour défendre leurs maîtres pervers et sans demeure, des déracinés multiculturels qui sont la haine d’eux-mêmes qu’il exportent par transfert sur autrui, le Peuple de France.

Car nous assistons là dans notre Nation à leur opération de transfert dont la veulerie n’a plus de limites, et il suffit d’écouter les uns les autres de cette prosternation à l’usure pour en mieux comprendre les ressorts, les voyant se draper dans tout ce qu’ils ne sont pas et ce qu’ils ne défendent pas, la République, la Démocratie, la Liberté, l’Égalité, la Fraternité, tout ce qu’ils ne sont pas et ne seront jamais car ils ne sont plus que les support de la haine qu’ils ont d’eux-mêmes, s’engluant dans les tréfonds de cette haine qu’ils détournent sur autrui pour se faire croire immaculés, dès lors qu’ils sont la noirceur la plus torve qui soit. Une opération psychologique qui dans chaque phrase, dans chaque geste, se compose et qui croit un seul instant disposer des Esprits, des Esprits qui dans leur capacité de synthèse et d’analyse, voient l’horreur se dessiner dans leur prestation les plus nuisibles.

Car en vérité lorsqu’ils parlent de dignité, sont-ils la dignité, est-ce la dignité que de paupériser le Peuple de France comme jamais, est-ce de la dignité que refuser de voter une subvention pour les enfants cancéreux, est-ce de la dignité que de pratiquer la sédation financière des handicapés et des retraités, est-ce de la dignité que de vouloir faire croire que l’on augmente le smic de 100 euros alors qu’en fait il n’est pas augmenté mais payé par les contributions des Françaises et des Français ? Et lorsqu’ils parlent de vérité, de quelle vérité nous enseignent-ils, celle de se plier à leur désir de servage des uns et des autres ? Et lorsqu’ils parlent, indignité suprême, d’espoir, lorsque, calamité par essence de l’espoir de chacun, par leurs actes et leurs lois ils n’ont d’autres buts que la destruction de toutes les valeurs humaines ?

Tout est à l’avenant, jusqu’en leurs médias aux ordres qui mentent comme ils respirent, des médias hideux qui sont la composante suprême de leur oligarchie poisseuse de sang et de sueur, une oligarchie de l’impuissance qui se heure à un Peuple sain, ce jour, un Peuple éclairé, qui ne se laisse plus prendre au jeu de leurs opérations de bestialité, qui voudraient voir tout un chacun comme un enfant de deux ans à qui s’adressent la condescendance et la bassesse. Il n’est pas de Nation Étrangère qui regarde cette France sans être soumis à la nausée devant cette puanteur en règne qui n’est que la nécrose de toutes les valeurs humaines, qui ne tient désormais qu’au fil directeur de ses paiements de milices en tous genres, de mercenaires hideux, de tueurs incarnés, de forces de l’ordre soumises, qui ne tient désormais que par la violence institutionnelle, une violence qui parachèvera sa chute.

Plus dure sera-t-elle, et que ses féaux n’escomptent des retraites et des « postes » pour leur lendemains mais bien la déchéance de tous droits civiques dans une Nation qu’ils auront souillé comme jamais. Cela viendra, ce n’est qu’une question de temps, un temps compté pour ces errements cosmopolites qui suent la prévarication, la domestication, et la corruption la plus totale. Qu’ils tuent, qu’ils mutilent, qu’ils gazent, qu’ils estropient, hommes, femmes, enfants, vieillards, qu’ils mentent, qu’ils poursuivent leur entreprise mafieuse de propagandistes dégénérés, qu’ils en profitent, car leur jugement viendra en temps et en heure, et ce jugement sera implacable, sans la moindre compassion, car ils n’auront eu aucune compassion pour ce Peuple qu’ils conchient allègrement, dans le déni du droit le plus total, et notamment des lois internationales qui préservent, elles, l’Humain.

On attend d’ailleurs des avocats intègres qu’ils préparent avec les témoignages de milliers de blessés, des milliers d’arrêtés arbitrairement par la sauvagerie, un dépôt de plainte régulier près de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, et que ces blessés se portent partie civile pour un dépôt de plainte régulier près de la Cour Pénale Internationale, afin que les crimes contre la Liberté et contre l’Humanité dont se glorifient cette dictature, soient jugés devant le monde entier, un Nuremberg numéro 2 qui verra à jamais destituées l’omnipotence et la caricature d’une gouvernance saillie, en ce qui nous concerne, par tout ce qui n’est pas la France et ne le sera jamais.

On ne peut impunément trahir la devise de la République : le pouvoir du Peuple par le Peuple pour le Peuple ! On ne peut trahir indéfiniment un Peuple qui se lève pour honorer la République, la Démocratie, la Liberté, l’Égalité, la Fraternité ! Il faut qu’un jour tout cela se paie au prix fort, et ce prix fort vient, dans une déferlante qui ne cessera pas, une déferlante du Peuple honni par l’oligarchie, un tsunami vengeur qui viendra débusquer jusqu’en ses moindres parcelles les parasites qui souillent le nom de la République, qui conchient la Démocratie, qui taisent la Liberté, qui molestent l’Égalité, qui fracassent la Fraternité, pour, dans l’indécence la plus totale se satisfaire du sang et de la sueur de ce Peuple , augmenter leurs revenus, voler, piller les contributions des Françaises et des Français, les dilapider dans le monde entier en regardant bestialement des retraités faire les poubelles pour se nourrir !

Le temps de la réflexion est certainement venu pour cette oligarchie monstrueuse, qui ne détient son pouvoir que par l’usurpation, la haine, le déni. Un petit pour cent haineux qui ne pense qu’à lui, dans le mépris le plus total de ce qui le fait vivre, de celles et de ceux qui le font vivre ! Une fin de race mégalomaniaque s’imaginant au-dessus des lois humaines, au-dessus des lois de la Vie, cette Vie qu’il haï, cette Vie qui pourtant les a fait naître, cette Vie qui quoi qu’il en soit reprendra ses droits sur les ruines qu’il aura instauré, balayant dans un grand vent salubre la poussière qui le vagit, cette poussière intellectuelle née de la pensée unique, de cette pensée de larves, d’étrons en puissance qui devrait être la pensée de toutes et de tous, niant ici la réalité du Vivant, qui est la multiplicité par excellence. Cette bestialité on le rappellera a incité à des guerres ignobles, en Syrie, en Ukraine, dans les Balkans, en Libye, dans le déni de la réalité la plus totale, tout cela pour complaire à ses donneurs d’ordres, ces petits personnages qui se cachent dans leur conseil d’administration de banques usuraires à la City et ailleurs.

Le temps est venu de redevenir des Êtres Humains, mais cela est-il encore possible devant la mascarade que met en œuvre le monolithe de la cruauté qui  sous-tend cette corruption cette haine sur pieds ? J’en doute, personnellement, franchement, tant de connivence, tant de pré carré, tant de sectes vivipares, se tenant par leur sexe, leur crime, leur corruption, tous les tenants et aboutissants de cette dictature ignoble. Ainsi cela se terminera comme cela doit se terminer, l’exemple de toutes dictatures étant celui qui voit leur disparition, le nazisme comme le communisme ont disparu, le « macronisme » disparaîtra comme il se doit, car la Vie reprend toujours ses droits, et la France, alors pourra se redresser de l’infamie dans laquelle l’entraîne sa pestilence brune qui s’accouple avec la dictature qui en est son fondement.

Ce n’est qu’une question de temps, et le Peuple de France a tout son temps, n’en déplaise. Il a tout son temps pour éradiquer tous les suppôts de l’usure en gouvernance dont il analysera le profil avant tout vote, toute appartenance sectaire ou maçonnique, pour les évacuer définitivement de tout pouvoir du simple conseiller municipal à la Présidence elle-même de la République. Et le Peuple devra connaître toutes ces appartenances dites « occultes, toute cette corruption aux lobbies, à toute la finance avariée qui corrompt non seulement la France mais une grande partie des Nations. Et en cela d’ores et déjà doit-il mettre en place un fichier global de tous les prétendants quelconques qui demandent à représenter le Peuple, un fichier qui permettra d’évacuer toutes les scories immondes et les parasites qui engluent et détruisent la République au profit de l’oligarchie de la médiocrité hissée par l’usure.

L’ignorance est la mère de toutes les plaies, et cette ignorance a permis de voir voter les ignorants pour toute la lie de l’humanité en représentation, une lie qui dans ses e-mail de campagne le disent ouvertement qu’ils « enculent » la France, car c’est cela la vérité, et on ira lire sur Wikileaks lire ces mails de campagne qui prévoient déjà de taxer les carburants pour permettre de faire des cadeaux fiscaux aux riches, et en aucun cas pour la transition écologique. Des mails forts instructifs sur ce qui prétend diriger la France et son Peuple, des mails qui sont des sujets pour les écoles de France, qui doivent être pleinement étudiés pour comprendre l’usurpation qui se préparait et a partiellement réussi, jusqu’à ce que le Peuple ouvre les yeux et découvre l’ignominie et ses fondements insalubres qui sont les couronnes de la pègre la plus infâme comme de la mafia la plus sanguinaire qui ne défendent pas les intérêts du Peuple mais leurs propres intérêts et ceux de leurs mandants, les usuriers, qui s’est mise en place.

Que la honte soit de cette abjection qui se veut trône ! De cette duplicité, de ce mensonge sur pattes, de cette souillure de la France qui est le régime le plus ignoble qu’elle ait connue durant toute son Histoire, un régime déficient, un régime qui ose parler de République comme de Démocratie alors qu’il en est aux antipodes, un régime qui n’a qu’une feuille de route, celle de la désintégration de toutes les valeurs humaines, le génocide du Peuple de France, au profit de son remplacement par toutes la misère humaine, un régime mondialiste, esclavagiste, raciste, antisémite, un régime haineux qui est la honte de ce monde et que le monde regarde avec dégoût. Et comment ne pourrait-on pas être dégouté devant son audace, son déshonneur, sa lâcheté, son inconditionnelle torpeur, son insalubrité individuelle comme collective, fait de toutes ces choses qui garnissent et façonnent les ministères aux promotions médiocres. Comment ne pas être dégoûté par les égouts qui glosent ?

Le sage les ignorera, car aujourd’hui la force considérable du Peuple en action sera celle d’ignorer les suppôts de ce mondialisme esclavagiste, car personne qui est un être Humain ne peut pactiser avec ce qui ne représente en aucun cas l’Humain mais la barbarie la plus outrancière, car personne aujourd’hui de sensé ne peut pactiser avec la tyrannie et la férocité alliée de son régime en place en France. Les êtres Humains n’ont rien de commun avec cette gangrène, ce cancer de l’Humanité, ce sida intellectuel qui ne vit et ne jouit que dans et par la destruction, qui est une insulte à l’intelligence la plus profane comme la plus embellie, rien de commun avec cette lèpre brune d’un autre temps qui n’est qu’acrimonie envers la vie, qui n’est qu’arme de destruction massive du vivant, qui devrait voir une coalition de Nations qui se respectent agir afin d’en finir avec sa dictature épouvantable dans le pays qui fut le Pays des Droits de l’Homme et qui est aujourd’hui le Pays des droits de l’inhumanité la plus totale et la plus létale qui soit, le pays de l’esclavagisme le plus tonitruant qui soit au service de la bestialité immonde.

On ne transgresse pas la Vie avec de pseudos débats, en adressant des courriers iniques, on ne transgresse pas avec le droit inaliénable du Peuple à se diriger dans le cadre de la République, pour ouvrir la Démocratie au Peuple par le Peuple et pour le Peuple, on ne s’intéresse pas aux foutaises issues d’esprits esclaves, on les renie et on attend patiemment non pas des lendemains qui chantent mais des lendemains qui seront inscrits dans le marbre par le Peuple, car l’acte VIII n’est qu’un acte préparatoire aux suivants qui verront cette vague Humaine de plus en plus imposante, magnifier l’honneur de la République comme de la Démocratie, malgré la servilité de l’horreur initiée par des ordres vulgaires d’apprentis dictateurs voulant voir le Peuple gazé, matraqué, mutilé ou tué, magnifier la Démocratie dans ce qu’elle a de plus saine, de plus vivante, de plus immaculée, malgré la bestialité parasitant les Institutions, car le Peuple a force de Loi et ce n’est pas l’oligarchie qui fait la Loi, ce petit 1% de ténèbres qui voudrait sacrifier les Françaises et les Français sur l’autel de l’usure et de ses menstrues. Et par pitié, qu’il ne vienne se prévaloir de ce qui est le Peuple, la République comme la Démocratie, il ne représente que lui-même, à peine 1 million de personnes qui face à 67 millions de françaises et de Français ne sont rien, rien que de la poussière qui grippe les Institutions qui devront en être libérées pour toujours.

Ce temps viendra, car le temps est l’allié de la Liberté, une Liberté qui ne disparaîtra jamais dans l’Esprit de nos concitoyennes et de nos concitoyens, fussent-ils arrêtés arbitrairement et pire encore, car on peut s’attendre à pire désormais, jusqu’à la liquidation physique des opposants, déguisé en accident ou autre, jusqu’à des attentats sous faux drapeau qui tenteront de terroriser le Peuple de France, oui il faut s’attendre à tout avec cette abjection qui veut conserver son droit de cuissage sur la France, ce non-droit né d’esprits obviés, torturés, lamentables, croupis de fétidité et d’invective, de haine surtout, cette haine qui transparaît dans chacune des actions qu’elle mène, dans chacune des lois qu’elle compose, toutes vouées non pas à la construction mais à la destruction, le panache de cette dictature sans raison qui est la gangrène par excellence de notre Nation.

En attendant pour notre Peuple, courage et persévérance, force et honneur, pour la République, la Démocratie, la Liberté, l’Égalité et la Fraternité. Et que les actes se succèdent, invariablement dussent-ils durer jusqu’à la fin du quinquennat de ce régime abject.»

Patience et persévérance pour ce petit Peuple qui fut la grandeur de ce petit monde, et qui le redeviendra, si et si seulement sa pugnacité ne s’étiole pas sous les opérations psychologiques de détournement de la dictature qui est son joug. On a vu cela tellement souvent sur d’autres planètes, depuis nettoyées de la boue qui voulait la Vie esclave, qu’on pourrait s’en lasser, mais non, bien au contraire, chaque réaction de la Vie doit être analysée, car cette composante universelle toujours se perfectionne devant l’adversité, ce d’autant plus qu’elle est plus ténébreuse. À suivre…

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Dimanche 06 Janvier 2019 à 04:28 )
Lettre ouverte
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 04 Janvier 2019 à 05:50

Lettre ouverte :

 

De La France en colère :

 

"Lettre ouverte citoyenne en réponse aux allocutions télévisées de

Monsieur Emmanuel MACRON

.

Le 03 Janvier 2019

Monsieur Le Président de la République Française, vous vous êtes adressé au peuple souverain de France ce lundi 31 Décembre 2018 à 20h00 pour exprimer vos vœux à l’ensemble des citoyens.

Nous, peuple de France, citoyens de ce beau et valeureux pays, citoyens de La France en Colère, nous prenons bonne note de vos déclarations et souhaitons réagir.

Oui, Monsieur MACRON comme exprimé par vous lors de votre

Allocution du lundi 10 Décembre 2018, il vous est arrivé « parfois» de blesser vos concitoyens par vos paroles et les ordres donnés aux forces de l’ordre. Oui, vous nous blessez en paroles et vous blessez  le  peuple  physiquement  en  utilisant  des  armes  de  guerre  sur  les rassemblements de manifestations pacifiques des citoyens. La répression que vous menez sans aucune retenue sur l’ensemble des lanceurs d’alertes et des citoyens de ce pays est une déclaration de guerre sans cesse renouvelée.

Vos forces de l’ordre attaquent sauvagement le peuple mais aussi des journalistes, des «Street Médics» et tous les citoyens qui utilisent leur droit à manifester librement et pacifiquement.  Vos  bras  armés  défendent  les  intérêts  personnels  de  votre  couche sociale supérieure.

Vous dénoncez maintenant, lors de vos vœux, des excès, des débordements ? Vous parlez sans nul doute des exactions de vos forces de l'ordre à l’égard des citoyens...

Monsieur MACRON, vous accusez quelques « portes voix d’une foule Haineuse, de s’en prendre aux élus, aux forces de l'ordre, aux journalistes, aux étrangers, aux juifs, aux homosexuels...»

Vous les accusez sans les nommer, Oui Monsieur MACRON, vous parlez bien des gilets jaunes de France et de leurs initiateurs.

Et, comble de l’ironie, vous vous demandez même au nom de qui s’adresse à vous ces lanceurs d’alerte et nous vous citons « Parler au nom du peuple mais lequel ? d'où ? comment ? »

Vous nous semblez bien perdu et en panique Monsieur le Président... Vous ne vous  reconnaissez donc aucun peuple ? Mais de quelle Nation êtes-vous donc l’élu alors ?

Vous êtes donc tellement au-dessus de tout cela, loin, fort loin des couches inférieures ?

Nous dénonçons vos accusations fausses et calomnieuses.

Monsieur  le  Président,  ce  mouvement  que  vous  ne  reconnaissez  pas,  ne  vous  en déplaise s’étend et se renforce à mesure que vos concitoyens se font matraquer, gazer, enfermer à ciel ouvert pendant des heures, dans un non-respect incroyable des droits des citoyens.

Alors, à vous entendre nous fustiger et nous accuser de tous les mots, il est peut-être temps  pour  les  citoyens  de  France  qui  ont  adopté  ce  gilet  jaune  comme  signe  de protestation de le retirer et de se présenter dans les rues, sur les places, comme les simples citoyens qu’ils sont, sans Gilets Jaunes, sans armes face aux grenades et aux matraques.  Nous  verrons  si  vous  continuerez  à  battre les  enfants, jeunes,  vieux, femmes et hommes de France...

 

Non Monsieur MACRON, vous vous trompez, nous ne traitons nullement de la négation de la France mais bien de l’espoir d’une nouvelle France, plus à l’écoute de ceux qui en sont le sang.

Que pensez de cet état de droit qui n’en respecte pas la moindre règle quand nos élus se permettent de tourner le dos comme vous le faite depuis plusieurs semaines à l’égard de ce peuple dont vous ne semblez pas savoir ni qui il est, ni d’où il vient ...

Nous entendons bien que vous persistez dans vos décisions de destruction des services publics. Les citoyens de France dans les bourgades reculées en prennent bonne note.

«Une colère a éclaté qui venait de loin»...

Vous êtes sans nul doute le révélateur d’une France en alerte et aux abois de l’image que vous représentez.

Vous espérez une confiance démocratique dans la transparence des médias alors que vous utilisez à votre compte personnel tout l’arsenal médiatique que les membres de votre  caste  mettent  à  votre  disposition  pour  asservir  et  maintenir  le  peuple  dans l’ignorance et l’étroitesse d’esprit.

Vous souhaitez, «écoute, dialogue, humilité, vous estimez que nous nous fourvoyons dans l'erreur » quand nous n'écoutons pas l'élite qui nous impose la pensée unique universelle et sans controverse ?

Monsieur Emmanuel MACRON, vos actes et vos paroles vous ont clairement discrédité et sont hautement condamnables au regard des droits de l’homme, valeur essentielle dans laquelle les citoyens de France se retrouvent profondément ancrés.

Oui Monsieur MACRON, les citoyens de France sont solidaires et font vivre la solidarité au quotidien sur les points de rassemblements. Les citoyens sont pacifiques et vous demandent  des  choses  raisonnables  et  applicables  sans  délai  depuis  plusieurs semaines. Vous ne répondez pas et vous faites traîner les choses en proposant de fausses mesures, des mesurettes que le peuple de France refuse. Quand comprendrez-vous que vous et les vôtres n’êtes plus crédibles et que vous avez perdu la confiance de ceux qui ont pu croire en vous et en votre mouvement il y a maintenant 19 mois ?

Monsieur Emmanuel Macron prenez-vous, un seul instant, conscience que les propos que vous tenez devant l'ensemble du peuple de France sont de véritables appels à la révolte citoyenne voire à la guerre civile pour ceux qui n’ont plus rien ?

Comprenez-vous que vous appelez à une véritable lutte des classes néfaste à l'unité et à la cohésion de la France ?

Que pensez des nouvelles mesures qui s’appliquent dès ce jour aux demandeurs d’emploi?

Vous êtes satisfait de votre planning ?

Avez-vous  conscience  que  dans  chacune  de  vos  prises  de  paroles  vous  insultez l'intelligence des citoyens de France ?

Avez-vous conscience que vous prouvez à chaque instant que vous êtes bien loin de la réalité de vie des Français ?

Vous croyez en «un ordre républicain» Pour asseoir votre pouvoir et la servitude du peuple de France?

Pensez-vous  vraiment  qu'appeler  à  la  plus  grande  fermeté  de  l'État  à  l'égard  des revendications légitimes du peuple soit la bonne solution ?

Ce qui révolte les citoyens Monsieur Macron, ce sont les injustices. Injustices vécues par les citoyens mobilisés depuis bientôt deux mois partout sur l'ensemble du territoire national, sans oublier les insulaires et les territoires éloignés qui n'entendent rien de votre   part   sinon   des   manipulations   de   masses   et   des   mensonges.

Vous avez raison Monsieur MACRON, aujourd'hui, les injustices et votre mépris vont transformer la colère en haine sur tout le territoire national.

Nous  demandons  justice  pour  nos  blessés  et  nos  morts,  victimes  directes  ou collatérales. Nous demandons justice pour nos revendications. Nous demandons la mise en place de médias vraiment indépendants qui nous fassent droit et reconnaissent enfin nos mobilisations et nos souffrances face aux outils répressifs et médiatiques que  vous avez mis en place pour nous museler.

Voyez-vous, là où quelques-uns, il y a quelques jours ont mis en scène un tribunal parodique où ils décapitent un mannequin à l'image d'une personnalité rejetée par le peuple, alors que ceux-ci avaient semble-t-il respecté la loi en déclarant en bonne et due  forme  une  manifestation  sur  la  voie  publique,  vos  forces  répressives se  sont abattues sur ces citoyens qui aujourd'hui se retrouvent dans une situation pire que tout.

Trouvez-vous vraiment que cette mascarade mérite un tel déchainement judiciaire à leur encontre ? Vous avez avisé la chancellerie d’un courroux nécessaire pour l’exemple ?

Peut-être seront-ils les premiers condamnés politiques de votre mandat ?

Pourquoi trouvez-vous nécessaire de placer préventivement en garde à vue des milliers de citoyens qui convergent vers Paris, capitale du monde libre et des droits de l'homme, dans le seul but de montrer leur désapprobation pacifique de votre politique ?

Que sera la suite ?

Vous continuerez à restreindre les libertés individuelles au point d’arrêter quelques-uns qui se baladent dans les rues de votre capitale en portant des bougies ou pour la simple envie d’aller se restaurer entre amis ?

Faudra-t-il désormais déclarer préalablement en préfecture un goûter d’anniversaire rassemblant quelques amis désireux de se rendre en ville ?

Vous feriez tirer sur le peuple à balles réelles pour l’exemple également ?

Rendez-leur justice à tous et entendez leur appel au lieu de les détruire et les faire taire par tous moyens mis à disposition de votre puissante fonction.

Arrêtez vos provocations à l'endroit du peuple de France et écoutez-le vraiment !!

Nous vous dispensons de verser une larme bienséante lors de vos allocutions, le peuple de France ne vous fait plus confiance.

La colère va se transformer en haine si vous continuez, de votre piédestal, vous et vos semblables, à considérer le petit peuple comme des gueux, des sans dents, des gens qui ne sont rien.

Où sont passées vos promesses de campagnes ? Où sont passées vos belles phrases de rassemblement quand vous vouliez atteindre le sommet ?

Nous citoyens de France, Gilets Jaunes ou non, nous vous adressons ce jour une demande solennelle. Changez d'attitude et accueillez nous autours d'une table pour discuter.

Nous  nous défions  de  la  mise  en  place  de  votre  plan  de  consultation  nationale.

Nous le considérons comme un piège politique pour tenter de noyer le sujet qui vous terrifie : Redonner la  souveraineté  au  peuple  de  France  par  la  mise  en  place  du Référendum d’Initiative Citoyenne en toute matière, mais aussi dans la mise en place d’une baisse significative de toutes les taxes et impôts sur les produits de première nécessité, et enfin, une baisse significative de toutes les rentes, salaires, privilèges et retraites courantes et futures des élus et hauts fonctionnaires d’état.

Trouvez donc une personnalité respectable qui n’ait pas été visée par des enquêtes judiciaires, qui n’ait été politisée en aucune façon, qui n’ait pas été l’objet de polémiques et qui soit sans reproches et non corrompue par le système financier et, nous pourrons commencer les discussions avec cette personnalité autour de la reprise de souveraineté du peuple de France.

Président MACRON, entendez le peuple de France maintenant et peut être que nous serons  enclins  à  construire  la  France  de  demain  avec  vous.  Souvenez-vous  de  la révolution Orange Ukrainienne. Ne vous pensez pas au-dessus des lois et de la volonté du peuple de France.

Vous  nous  écrirez  dans  quelques  jours  pour  nous  partager vos attentes ??

Cette seule phrase nous suffit à confirmer que vous ne comprenez pas les attentes légitimes du peuple de France et passez de la demande légitime des Français à votre seule considération égocentrique.

Oui, nous sommes bien d’accord, « on ne bâtit rien sur des mensonges et des intérêts particuliers...»

Enfin, vous nous annoncez que « Les grandes puissances privées vous inquiètes, les intérêts particuliers également ».

Tiens donc, quelles sont donc ces grandes puissances sinon celles de vos amis ? Qui sont ceux qui se font acheter par des lobbies pro Glyphosate ou groupes pétroliers qui polluent en toute complaisance avec votre bénédiction les territoires et les peuples asservis ?

Arrêtez de vous moquer ouvertement des citoyens qui portent en eux véritablement la question écologique et laissez donc les citoyens porter la grande marche pour le climat du 27 Janvier prochain sans venir polluer cet événement avec une marche de soutien à votre personnelle grandeur.

Et  non,  malgré  vos  efforts,  nous  ne  sommes  pas  résignés  en  effet,  nous  nous rejoignons, nous pouvons faire mieux et nous ferons mieux. Et, oui, nous irons plus loin.

Le 03 Janvier 2019,

La France en colère"

https://www.facebook.com/TopeteGLZvideos/videos/799532287056690/UzpfSTEwMDAxMzU3MjQzMzE5ODo3MzkwNjQ1MzMxNDMxOTI/

Dernière Mise à jour ( Vendredi 04 Janvier 2019 à 07:10 )
Arrestations arbitraires
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 03 Janvier 2019 à 06:09

Arrestations arbitraires

Petites nouvelles de cette petite Terre et toujours de cette petite Nation où la dictature arrête maintenant arbitrairement pour défendre son ordre oligarchique usuraire, mais lisons :

« Nous sommes dans l’ordure, il n’y a pas d’autres termes à employer, dans notre beau Pays de France. Hier soir, des gilets jaunes ont décidé, sans avoir pour objet la moindre manifestation, à tels fins qu’ils n’ont pas revêtu leur gilet jaune, de se rendre à Paris pour déposer quelques bougies en l’honneur des tués et mutilés et blessés par la police politique de la dictature en place. Donc, circulant normalement, ces Gilets Jaunes, dont l’un de leur porte-parole, se sont trouvés nassés, dans l’illégalité la plus totale, puis manu militari retrouvés aux postes de polices divers et variés, dans la pisse et dans la merde comme d’habitude, car c’est le « propre » de cette dictature, les uns en garde à vue, les autres après contrôle d’identité relâchés, les uns les autres interpellés au motif d’une manifestation, qui n’en a jamais été une, non déclarée à la pestilence brune en gouvernance. Cette nuit comme ce jour, ignorants la décision 390 2018 Navalnyy de la Cour Européenne des droits de l’Homme qui permet à tout un chacun dans le pacifisme de manifester sans déclaration préalable, la purulence médiatique rabâche aux oreilles du tout-venant que les Gilets Jaunes étaient dans l’illégalité n’ayant pas déclaré à l’État une manifestation inexistante !!!

Voilà où en est rendu cette putridité en gouvernance, cette dictature de la lie et de la pourriture associées, où les casiers judiciaires se bousculent, où on voit l’affaire Benalla remisée à l’encan par les parlementaires aux ordres, ces petits kapos dont l’imbécilité chronique comme la médiocrité atavique n’ont d’égale que celle des miasmes en gouvernance qui les dirigent. Cette fumisterie de l’intelligence se relaie pour parler de manifestation illégale, arrestation orchestrée pour la défense de l’ordre républicain, mais de quelle république parlons-nous là ? Là, où il n’y a plus de république mais une visqueuse putréfaction se dissolvant dans la dictature la plus inique et cynique, cette boue totalitaire qui pue le nazisme comme le communisme soviétique les plus abjects. Là où il n’y a plus de Liberté, cette Liberté étant tenue en laisse par la parole de la dictature qui ne veut voir qu’un Peuple d’esclaves à son service, dont il use et abuse en l’essorant de son pouvoir d’achat, en l’assassinant par sédation financière, vaccination massive, toutes destructions n’ayant qu’un but, le génocide du Peuple de France au profit de son remplacement par toute la misère humaine acclamant sa mise en esclavage.

Il est donc désormais interdit de circuler et déposer une bougie pour honorer ses morts, pour honorer les blessés et les mutilés occasionnés par une police qui n’en est plus une, mais une police politique digne de celle que les nazis comme les communistes avaient instauré, une gestapo et une Tcheka associées pour la mise à mort sociale des opposants à la dictature qui leur a consenti pour les acheter une prime afin que sans « complaisance », elle use et abuse dans l’illégalité la plus répugnante, d’armes qui ne se disent pas létales mais qui le sont lorsqu’on regarde le massacre qui a été commis à ce jour par son obéissance à la dictature qui la  soumet, jusqu’à voir un de ses syndicats demander à cette dictature si désormais elle devait tuer pour lui complaire.

Lorsqu’un attentat, bien souvent sous faux drapeau, au regard des multiples témoignages recueillis par les réseaux sociaux qui le prouvent, arrive sur le sol de France pour anéantir la faculté cognitive du Peuple de France survient, tout un chacun, au lieu de se révolter contre les immondices qui les commettent, dépose des bougies, des fleurs, et que sais-je encore, comme si les larmes suffisent pour calmer la pourriture qui commet ce genre d’ignominie, mais là, dans le cadre des Gilets Jaunes qui ont payé déjà un lourd tribu pour le droit simplement de vivre, lorsque ces derniers veulent déposer une bougie, les voici trainés via des motifs inexistants dans les geôles de la dictature.

Que le monde entier prenne mesure de cette situation, que le monde entier sache désormais que le régime existant en France est celui de la dictature, et que les responsables politiques de toutes les Nations Humaines, elles, fassent en sorte de ne plus adresser la parole à ce régime, s’interdisent toute transaction avec les kapos qui sévissent dans le camp de concentration à ciel ouvert désormais devenu de la France. Et lorsque la putréfaction parlera des « droits de l’homme » que chacun renvoi à l’encan cette dictature dans les bas-fonds qui sont les siens.

Que le monde entier observe ce que va faire cette dictature, tentant après une répression ignoble d’ouvrir un débat avec le Peuple, et plus encore dans le détournement total du référendum d’initiative citoyenne, sans en parler le moins du monde, veut interroger le Peuple de France sur quelques questions choisies qui vont dans le sens de la mise en place du joug qui rendra esclave le Peuple. Ici nous sommes dans le cadre d’une république bananière, et comment ne le serait-elle pas, au regard de la junte qui s’y veut trône ? Tout un aréopage dont les Françaises et les Français ne veulent plus dans leur très forte majorité, n’en déplaise, une ensemble parasite sans foi  ni loi, sinon celle de la violence qui prouve ici sa faiblesse atavique, qui vit au crochet du Peuple, qui prétend connaître le Peuple et représenter le Peuple, un Peuple dupé par des promesses inconsistantes qui se révèlent aujourd’hui sans le moindre fondement au regard des actes qu’entreprennent les féaux de cette junte corruptible.

On ne s’étonnera pas qu’elle s’attaque donc avec une férocité sans bornes au mouvement des Gilets Jaunes qui est l’honneur de la République et de la Démocratie, qu’elle arrête arbitrairement, qu’elle moleste, mutile et tue sans la moindre compassion, car elle est en face de tout ce qu’elle n’est pas, et de tout ce qu’elle ne sera jamais, la probité, l’honneur, la grandeur, la raison, et tout en voulant faire croire qu’elle est tout cela, ses actes parlent pour elle pour la rendre à sa triste réalité, celle d’une dictature infâme souillée par le sang du Peuple de France. Un Peuple qui dans le pacifisme, n’en déplaise vaincra cette déchéance inhumaine, cette lie où les gargouilles, toute la vérole du monde, nichent dans la promiscuité, la dégueulasserie, la cocaïne, la perversité la plus ignoble, toute cette dithyrambe et malsaine combinaison que toujours, la médiocrité invente pour asseoir ce qu’elle imagine puissance qui n’est que ruissellement d’étrons et de fange, un rut de choses tenues par leur sexes par leurs crimes, par leurs viols, par leurs vols, par leur corruption inouïe, par leurs dépendances, par leur soumission à la barbarie la plus putride qui puisse exister.

Comment ces « gens » là peuvent se regarder dans une glace sans frémir d’horreur, de se voir aussi lâche et vil, de se voir dans la bassesse et les tréfonds de la bassesse, de se voir hurler avec non pas des loups, mais des sous-animaux, car les animaux prennent soins les uns des autres, qui ayant perdu toute racine, toute connaissance, toute culture, toute spiritualité, dans le dénuement le plus total de l’être humain s’adonnent à la luxure que leur procure leurs avoirs, leurs petits sous, obtenus par le sang et la sueur des Êtres Humains, par les taxes infinies qui dépouillent les vivants au profit de leurs profils de zombis, de non-humains accouplés à la bestialité la plus vivipare qui soit, que tout un chacun devrait applaudir.

Il n’en est rien, aujourd’hui tout un chacun peut voir ce que sont ces pions sur l’échiquier de la médiocrité qui se veut trône, et c’est bien ce qui fait peur à cette engeance répugnante que de voir dénoncé devant le monde entier ce que ses troupiers sont, ce qu’elles et ils sont, des « gens » sans compassion, sans empathie, sans la moindre altérité, des « gens » qui se haïssent et qui transfèrent leur haine d’eux-mêmes sur autrui, avec une jouissance qui se voit sur leurs visages lorsqu’ils compissent le Peuple, lorsqu’ils lui parlent comme à un enfant de deux ans, montrant ainsi pour certains leur pédophilie ignoble, qui devrait faire l’objet d’une castration immédiate et sans appel, voilà ce qui leur fait peur, que le Peuple découvre ce qu’elles et ils sont, mais cela est déjà trop tard pour elles et eux, tout un chacun sait désormais ce que sont ces barbares assoiffés, qui se complaisent dans l’indignité la plus totale dans le crime organisé contre le Peuple, son génocide, et bien plus désormais dans ses applications qui gageons le font jouir ses serviteurs, sa mutilation.

Cette bestialité immonde demain, n’en doutons pas, avant qu’elle soit chassée par les urnes, en viendra à cibler et assassiner ses opposants, via ses mercenaires, et notamment ses djihadistes qu’elle aide tant en Syrie et ailleurs, et pour conserver son pouvoir créera de toutes pièces des attentats pour sidérer les foules en prenant prétexte des réunions des Gilets Jaunes, n’en doutons un seul instant, car elle fera tout pour conserver le pouvoir, allant jusqu’à la liquidation physique des Gilets Jaunes lors des prochaines manifestations pour terroriser le Peuple. Mais le Peuple ce jour a compris ce qu’il en était et ne se laissera détourner, dans la légalité absolue, honorant ainsi la République comme la Démocratie, la Liberté, l’Égalité et la Fraternité retrouvée, de son but suprême qui est celui d’instaurer une véritable Démocratie dans le cadre de la République souillée comme jamais par les traîtres et les félons obéissants à ce qui n’est pas la France et ne le sera jamais.

L’exemple de l’Islande est un exemple pour tous les Peuples, et cet exemple doit être suivi par le Peuple, car il ne peut continuer ainsi à être assassiné, mutilé, blessé, arrêté arbitrairement, pour complaire aux usuriers qui s’enrichissent grâce aux intérêts indus d’une dette, qui aujourd’hui cumulée ne sera jamais remboursable, et complaire aux dictatures qu’ils instaurent à travers le monde pour conchier toutes les valeurs humaines. Le nouvel ordre mondial qui est une hérésie au regard du vivant trouve ici sa limite et doit disparaître pour faire place au monde multipolaire, une monde de Nations, fortes et vivaces, s’alliant en ce qui nous concerne dans le corps de l’Europe des Nations, et non de cette chose dictatoriale qui sévit dans les Institutions dites européennes, qui ne sont que des leurres où s’engraissent toute la lie de l’humanité par excellence, lie car elle ne se préoccupe en aucun cas de l’intérêt général mais de l’intérêt particulier de ses féaux vendus aux lobbies les plus troubles et les plus glauques qui soient.

On peut comprendre ce qui se passe en France au regard de ce qui se passe dans cette chose que l’on nomme l’ « europe », dont elle tire ses ordres, dans le diktat absolu, lui-même ruisselant sur le Peuple de France comme jamais cela n’a été, un Peuple rappelons-le qui a refusé par référendum d’entrer dans ce servage, un Peuple qui a été ignoré par les prébendes en gouvernance, toute cette litanie de féaux qui aujourd’hui pavanent encore sur les bancs des Assemblées et ailleurs et qui vivent grassement des contributions du Peuple, un Peuple qui voit ce jour dans la réalité ce pour quoi il a voté dans l’ignorance qu’il était de la peste bubonique pour laquelle il votait, un sida intellectuel magnifié par l’ardeur de la décomposition, jusqu’à entendre un de ses nobliaux parler de fondre la France dans la fange de l’union dite européenne, donner notre capacité nucléaire à tout un chacun, perdre jusqu’à sa place dans le concert des Nations, une place gagnée par le sang de nos ancêtres dont on a vue comment ils ont été conchiés lors de la dernière cérémonie du 11 novembre 2017.

On comprendra donc mieux l’insistance avec laquelle cette gouvernance de pantins s’apprête pour taire la manifestation normale d’un Peuple se voyant désormais soumis à la dictature, pour lui faire croire qu’il allait avoir voix, alors qu’il n’aura aucune voix à émettre sinon celle de son renoncement à la Liberté à l’Égalité, à la Fraternité, à la Démocratie, et à la République, qu’il devra accepter sa mise à mort par génocide silencieux et parfaitement organisé, méthode allemande des nationaux socialistes  par excellence comme de la Tcheka soviétique, pour laisser place à ce qui ne sera jamais la France aux fins que le joug de l’intérêt de la dette puisse être une permanence dans son Pays, un joug ignoble auquel tout un chacun devrait se plier sans ne rien dire, un joug létal contre lequel tout un chacun doit s’agenouiller, comme les féaux au pouvoir qui ne sont que les valets et les larbins de cette servitude.

Ainsi ne nous étonnons que ces larbins fassent arrêter arbitrairement les Gilets Jaunes, les molestent, les mutilent, les blessent, au nom de l’ordre oligarchique de la médiocrité qui règne, au nom de l’impuissance créatrice, au nom de la haine qu’il a du Peuple, une haine engendrée par la bestialité accouplée à la barbarie d’individus qui ne sont que la haine d’eux-mêmes, ne nous étonnons et il ne faut attendre pour les Gilets Jaunes que bien peu d’aide du corps dit politique qui se tient par les affaires, par le vol, le viol, le crime, la moisissure de l’esprit, la connivence et la corruption la plus totale et la plus insane. Le Peuple seul doit s’élever contre cette manifestation de l’arbitraire et par l’intermédiaire d’avocats se constituer partie civile près de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, pour atteinte aux libertés, ainsi que près du Tribunal Pénal International pour crimes contre l’humanité. Ce ne sera que lorsque ce régime sera déféré dans un Nuremberg numéro 2 qu’alors la Liberté reprendra ses droits dans notre République, et que la Démocratie de nouveau fleurira, et que la devise de notre Nation, Liberté, Égalité, Fraternité, enfin renaîtra. Et il y a fort à parier que bien avant cela une coalition se manifeste via l’ONU pour éradiquer la dictature qui s’est mise en place. D’ores et déjà, on ne peut que le souhaiter, avant que s’amplifie la violence de la dite dictature qui n’en doutons pas fera tirer sur le Peuple lors de prochaines manifestations. »

Pauvre petit Pays sous le joug de la barbarie, qu’il se rassure, un jour où l’autre cette plaie disparaît lorsque le Peuple se dresse pour se défaire de la bestialité qu’elle occasionne, nous avons vu cela dans de multiples mondes dans de multiples galaxies. À suivre …

© Vincent Thierry

Génocide organisé du Peuple
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 02 Janvier 2019 à 10:47

Génocide organisé du Peuple

 

Petites nouvelles de cette petite Terre où le génocide des retraités commence dans une eptite Nation soumise à la dictature de la lèpre brune. Mais lisons :

 

« La France a environ 16 000 000 de retraités. La gouvernance par l’intermédiaire d’un secrétaire d’état confirme que les retraites ne seront plus indexées sur le coût de la vie.

Lorsqu’on rapproche cela de la déclaration d’une Député LREM : « Il y a un âge, lorsqu’on devient un poids financier très important pour la société, où la question de fin de vie anticipée doit être posées ; il faut en finir avec les tabous. »

Ici on se pose la question de savoir si cette gouvernance dictatoriale ne prépare pas le génocide des personnes âgées dans notre Nation.

Les retraités auront compris que s’ils veulent survivre à ce génocide organisé par la lie de l’humanité, la pourriture la plus innommable que la Nation ait pu comprendre, ils ne doivent en aucun cas voter pour les parasites qui sous les haillons de la Démocratie et de la République s’apprêtent à les mettre à mort, soit pas sédation financière, soit par sédation tout court.

On rappellera que les crimes contre l’Humanité comprennent le Génocide, et ici qu’on le veuille ou non, que l’on retourne les phrases comme on le souhaite, ce génocide transparaît avec hideur.

Nonobstant les actions violentes diligentées par la gouvernance en place envers les Gilets Jaunes dans l’illégalité la plus totale, qui relèvent de crimes contre l’Humanité, il sera important dans l’acte d’accusation déposé près le Tribunal Pénal International de bien mettre en valeur le génocide des vieillards par cette gouvernance qui n’a rien à envier aux nazis et encore moins à la Tcheka  soviétique.

Nous sommes dans l’ordure la plus ignoble dans notre Pays de France, entre les mains de la barbarie la plus totalitaire qui soit, et s’il fallait encore démontrer cette résonnance au regard de ce que pratique cette gouvernance à l’égard des retraités, on assiste ici à la clé de voute de ses fondamentaux.

Ces fondamentaux sont très simple : la liquidation physique ou par sédation financière des Françaises et des Français, un génocide qui se masque sous des Lois inhumaines et bestiales, votées en catimini par les barbares en marche.

Une liquidation doublée par le remplacement du Peuple de France par toute la misère du monde, des esclaves à bas coûts ravissant les esclavagistes mondialistes qui agitent leurs pantins en le tenant par leurs vices et leurs crimes, toute la puanteur humaine qui souille nos Institutions.

La haine de soi est le propre de cette engeance qui est le fumier de la Terre, voleurs, violeurs, pédophiles, une stérilité de malades mentaux s’agrippant au pouvoir pour faire valoir ses rejets, le rejet de l’Humanité, le rejet des âges de l’Humanité, le rejet de la Vie par excellence.

Nous avons à faire ici non pas à des êtres vivants mais des zombis, des larves téléguidées par l’usure et ses sommets via les sectes les plus putrides qui soient, qui en adoration devant leur veau d’or, ont décidé de la mise à mort du Peuple de France.

Que l’on se souvienne des vaccinations massives à base de produits dérivés qui créent des maladies auto immunes, pour tous les Enfants de France, que l’on ajoute le génocide des retraités, que l’on surajoute la liquidation des hôpitaux, où ne peuvent plus se soigner les Françaises et les Français, ceux-ci étant occupés principalement par toute la misère Humaine soignée gratuitement, on comprendra mieux où va cette immonde barbarie en gouvernance.

On comprendra de même beaucoup mieux l’ultra violence décrétée à l’encontre des Gilets Jaunes qui respectent leurs enfants, leurs vieillards, tout un Peuple qui lui-même ne peut plus se nourrir, et dont chaque élément doit disparaître au profit de l’idéologie génocidaire qui est le cœur du sujet de la gouvernance actuelle, voyant une France dirigée par le non-humain, la bêtise accouplée, en fonction de ses avoirs en portefeuille, une panoplie de mafieux et de kapos dirigeant des esclaves acceptant leur esclavage et leur soumission à la barbarie.

Cette anomalie de l’Humanité prétend ouvrir un débat encadré, bien entendu qui ne sera que répond à son souci de détruire et détruire encore jusqu’à la ruine totale la France et son peuple. Que nul ne s’égare dans ce débat qui ne sera qu’un leurre pour faire accepter l’inacceptable.

Aujourd’hui les Gilets Jaunes luttent pour leur survie face à la barbarie la plus nauséeuse, celle qui dans l’hypocrisie la plus totale parle à des enfants de deux ans pour faire accroire à sa crédibilité, une crédibilité totalement perdue qui jamais plus ne se retrouvera.

Les Gilets Jaunes se battent pour vivre décemment, les Gilets Jaunes se battent contre leur génocide organisé par la bestialité en marche, ces choses sans racines et sans demeures, ces assassins en puissance en intention, ces choses inhumaines et sacrilèges qui sont le chiendent de la Terre.

Les élections, tout ce qu’il reste dans cette Nation sous le joug de la lèpre brune, permettront d’éradiquer de tous les votes les féaux de cette pestilence, et dès lors, leurs lois iniques et sanguinaires, leurs lois génocidaires devront toutes être abrogées, car il en va de la survie du Peuple de France, de sa République, de sa Démocratie !

Une République renaissante se hissant de la boue dans laquelle elle se consume, une Démocratie vaillante retrouvant sa fidélité dans les arcanes de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, au-delà de la dictature et de ses miasmes purulents.

En attendant courage aux Gilets Jaunes, car bien plus vaste que toute définition, ils portent en eux le renouveau de la Nation et la survie du Peuple de France, et contrariant la dictature génocidaire, ils comprendront qu’il n’y a pour l’instant rien à attendre des kapos qui ordonnent leur matraquage, gazage, mutilation en tout genre, rien de plus que le dessein de la dictature que de les voir disparaître en arguant d’un faux débat, culmination de l’aberration mentale par excellence.

Ainsi lorsque vous recevrez ce courrier cynique du préposé de l’usure, retournez le sans même ouvrir l’enveloppe, car les dires qu’elle contiendra ne seront que mensonge et propagande pour votre génocide le plus complet, n’en doutez un seul instant. La veulerie n’a que suffit ! »

 

Pauvre Petite Nation aux mains de la barbarie la plus stérile et la plus perverse, masquant son génocide, sous les invariants de l’hypocrisie, de la condescendance et de l’ignominie ! Tant de planètes ont connues cette fourberie que nous en connaissons invariablement la fin, la reprise du pouvoir par les Peuples sous son joug, bien plus souvent dans la légalité absolue et le pacifisme le plus redoutable. Attendons la suite. À suivre…

 

© Vincent Thierry

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Réslutats 31 - 40 sur 1307