Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS
Blog - Content Section Layout
Municipales
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 04 Janvier 2020 à 09:08

Municipales

Afin d’éviter l’effondrement total de la France dans le marais putride du mondialisme sanguinaire et usuraire, éliminez de tous vos votes les valets de cette putridité :

https://bribesdinfo.blog4ever.com/pour-savoir-comment-ne-pas-voter-larem-aux-municipales-1?fbclid=IwAR3hnTVhVOaP3nVbfvGlievGGYPhvwzG9n-FQQ94lUWKhpk7zvY7xQx0i5g

N’hésitez pas à vous reporter régulièrement sur ce site d’intérêt public et de salubrité publique, des mises à jour étant faites régulièrement.

À diffuser sans relâche.

2020
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 01 Janvier 2020 à 06:35

2020

Nous voici donc en 2020, sur les ruines de la grandeur comme de l’espérance dans notre Nation livrée à la démence et ses féaux manipulés par l’usure glauque et sordide. Nous voici donc en France dans cette année 2020, pays de nos Ancêtres immémoriaux, dont l’Histoire fut le fer de lance et de l’Europe réelle, et non cette entreprise de dictateurs en tout genre, petits valets de la démonie de l’argenture, et nonobstant de l’Europe, une flamme franchissant les frontières pour révéler à chacun la Liberté dans tout ce qu’elle a d’essentielle, dans tout ce qu’elle permet en matière de créativité, dans tout ce qu’elle initie et transcende. Nous voici dans notre Pays en ce nouvel an où sont reniées toutes les valeurs humaines, toutes les valeurs spirituelles, toutes les valeurs intellectuelles, toutes les valeurs physiques, pour faire place, sous la houlette de la médiocrité la plus putride qui soit, à la chose vulgaire, illettrée et acculturée, qui se mire dans son reflet, y découvrant la lie de l’humanité par excellence, une lie infecte, un bubon crasseux s’étourdissant de sa fange qu’il cherche à imposer dans tout ce qu’il représente de délétère et de miasmatique.

En ce lieu, les écuries d’Augias sont pleines et débordent de leurs rictus, de leurs immondices, dans des rires et des sourires,  des gestuels qui sont la honte de notre Nation. Le sang y coule, les yeux y sont éborgnés, les mains arrachées, la compassion n’y existe pas, les enfants comme les vieillards y sont gazés, le vol est le règne, tel qu’on peut le voir dans le cadre d’une pseudo-réforme des retraites, dont les cotisations vont être livrées aux fonds de pension américains, et ou la réserve de l’Agirc et de l’Arco va être pillée par une gouvernance qui n’en porte que le nom, une gouvernance mafieuse, maçonne et avariée, sectaire et aux ordres, qui ne fait pas la politique de la France, mais la politique dictée par la City et sa voyoucratie ordinaire qui depuis trois cents ans emprisonne les Peuples par l’usure la plus répugnante que ce monde ait connue.

Les Françaises et les Français en cette nouvelle année, ouvrent leurs yeux jusque-là fermés par les médias aux ordres,  une acculturation globale, une éducation larvaire et stérile ne voulant enfanter que des choses, via les sous-produits de la nature humaine, les pédophiles en tout genre qui vont assister les séances masturbatoires d’enfants de six ans, avec le ricanement de ministères pourris comme le fumier où se lovent la putasserie et ses métèques, l’ordure infecte et la bestialité. Nous sommes au fond de cet aven ou se gargarisent toutes les puanteurs et les assassins, ici par vaccination massive à l’aluminium, là par sédation automatique des vieillards, par déversement de chemtrails et bien entendu par le remplacement de notre Peuple par toute la misère humaine, des esclaves à bas coûts lâches et serviles, incapables de se révolter dans leur propre Nation, venant violer, assassiner nos femmes et nos filles quand ce ne sont pas nos garçons,  profiter comme des parasites des économies des Françaises et des Français, au nom de la liturgie décérébrée enchantée par la sous bestialité se voulant dominante. Ici dans nos Institutions, là dans les Institutions Européennes, plus loin dans les Institutions internationales, toutes pourries par le fumier d’une fausse maçonnerie sectaire et invariante n’ayant pour objet que la destruction de l’Humain, poussière d’étoile, dont il ne faut pas qu’il reconnaisse, pour cette pourriture désincarnée, le potentiel de transcendance lui permettant de s’élever et de s’épanouir et sortir de cette fange dans laquelle la vermine, incapable, grouille afin de l’anéantir.

Mais l’Humain, contrairement à toutes les apparences n’est pas malléable, il dispose en lui d’une rémanence lui permettant de rebondir afin de se sortir des labyrinthes les plus ténus, des aberrations mentales les plus sordides, et son Esprit ne peut être enchaîné par une quelconque machine, par un quelconque calcul binaire, par une quelconque incapacité à vivre qui ce jour fulgure comme jamais dans ce que l’on appelait autrefois l’Occident, qui n’est plus qu’un champ stérile où le fumier atavique s’imagine règne. Et cet Esprit génère, se multiplie, se développe et voit avec effarement, lorsqu’il se sort des contraintes et des inhibitions, l’horreur incommensurable de la bestialité qui veut le supplanter. Une bestialité arbitraire, dictatoriale, se masquant sous les haillons de la démocratie comme de la république qui ne sont plus en France que la souillure de l’Esprit, où se vautre toute la fange des affairistes, des pédophiles, de toute cette armada de licteurs impuissants dont les rouages se tiennent les uns les autres en fonction de leurs vices, de leurs meurtres, de leur servilité.

L’ennemi est là dans sa vindicte, dans son effarante ignominie qui s’imagine parler à des enfants de deux ans pour se faire obéir, car il faut obéir n’est ce pas à l’anéantissement de toutes les valeurs, il faut obéir à l’abandon de l’honneur comme de la grandeur, pour nager dans le marais puant où se pressent tous les intrigants, tous les pédants, toutes ces scories de l’humanité qui détruisent tous les acquis sociaux, qui, repris de justice ou en voie d’être repris de justice, glosent à l’infini sur les turpitudes de leurs anomalies congénitales, leur infection vibratoire qu’ils cherchent à semer comme un poison, toutes fosses communes de l’abjection qui se veut trône. Le Peuple a compris ce qu’étaient ces anormaux, ces égarés du vivant ne se complaisant que dans la mort et ses principes, des larves dissociées en reptation devant leurs maîtres usuriers, toute une pacotille de médiocres dont les affinités éclosent  la puanteur répandue dans notre Nation.

Le Peuple fait grève, n’en déplaise, mais pour qu’il soit écouté, il se doit de prendre le pouvoir légalement en éradiquant totalement toute la puanteur et ses caprices, en éliminant de tous les votes tous les licteurs appartenant à la maçonnerie déviante, aux sectes avariées, tous les licteurs affairistes, tous les valets de l’usure et de leurs coordonnées, ce n’est que par cette opération de salubrité publique que la France retrouvera ses couleurs, il faut nettoyer et nettoyer encore jusqu’au simple fonctionnaire valet de cette puanteur qui se veut trône. Il faut nettoyer la France de la maçonnerie avariée, et des sectes nationales comme internationales, fondation franco américaine, Lucy trust, Fabian society, bilderberg,  fondation ceci, fondation cela, qui toutes n’ont qu’un seul but la liquidation physique des Françaises et des Français par métissage organisé et remplacement par des populations exogènes, quand ce n’est pas par sédation ou avortement obligatoire, la liquidation culturelle par mise en valeur de la fange et de ses exceptions, la liquidation spirituelle par substitution de la religion Catholique par l’Islam conquérant, devant lequel sont en reptation tous les féaux de la puanteur glauque qui se veulent règne.

Cela veut dire que quel que soit le candidat à une élection, ce candidat doit impérativement faire connaître non seulement son patrimoine mais bien ses appartenances, et cela ne se fera que lorsqu’une Loi l’établira, et cette Loi viendra, n’en déplaise, cela permettra d’éradiquer tous les valets de l’usure et leurs associés aux vices les plus répugnants que la terre ait portés. La France  n’a que faire de valets insipides, mielleux, outrageants, acculturés,  ignorants, dévots et en reptation devant l’usure, la France mérite de son Histoire et son Histoire ne se parjurera en continuant à voir son Peuple voter pour le ridicule dans toute sa splendeur, la bestialité dans tous ses oripeaux, l’ignominie dans toutes ses correspondances. En attendant que chaque électrice comme chaque électeur demande impérativement les appartenances des prétendants et éradique sans le moindre état d’âme ceux qui sont en relation avec les précités, car ce sont là ses bourreaux qui n’hésitent ni à les éborgner, ni à les mutiler, ni à les gazer, ni à les voler, ni à les piller, pour préserver leur armature sordide au sein des Institutions Françaises.

Lorsqu’on compare les Vœux du Président Russe au « Président » dit Français, on ne peut voir qu’avec horreur ce qui prétend diriger la France, le défaut d’empathie, la livrée de la dictature comme de la bassesse, le reniement de toutes les valeurs humaines, tout cela se vautrant dans une déclaration de guerre envers le Peuple de France, voilà les Vœux d’un bourreau, ne l’oubliez jamais, sans altérité, sans compassion, sans le moindre degré d’humanité, un robot de l’usure dans toute son affirmation et son autoritarisme ridicule.

L’ennemi est là dans son outrecuidance, son incapacité, ses mensonges, sa propagande, son acculturation, sa haine profonde de ses racines, son sadisme, sa barbarie la plus nuisible qui soit. Et il y en a pour parler de dictature en Chine et en Corée ! Alors que la dictature est là, ses franges gardées par, non plus des policiers, mais des mercenaires sans foi ni loi, achetés par ce pouvoir inique et cynique, qui compte encore et encore faire régner la terreur dans notre Nation pour imposer les lois ataviques de la City et de ses féaux qui se cachent dans les Conseils d’administration mais dont tout un chacun n’oubliera pas les noms lorsque sera venu le temps, et il viendra, de rendre des comptes aux Peuples, et notamment au Peuple de France qui toujours s’est révolté contre la fange, et c’est bien pour cela que le pouvoir cherche à le remplacer rapidement par immigration massive et par tueries via les vaccinations, l’avortement, et l’euthanasie, car il en a peur, une peur qui au fur et à mesure du temps qui s’écoule, n’en doutons pas, le verra mettre en place pour se préserver un régime de terreur, ce régime si tant aimé par toute la boue dite révolutionnaire en 1789, une révolution née des fantasmes des illuminés de Bavière, payée par les Anglais, une révolution qui n’a jamais été française et qui a mis en place ce jour l’écheveau maçonnique déviant dans toutes ses Institutions.

Qu’il suffise de s’intéresser aux appartenances dans la gouvernance qui de la maçonnerie déviante, qui de la fondation franco américaine, qui de sectes diverses et variées, tout le monde aura compris ce qui se veut couronne alors que cela n’en est que lisier, et comprendra enfin que la France est livrée à l’étranger, à l’utopie infernale, à la bêtise comme à la propagande des bellâtres qui ne marchent pas sur deux pieds, ignorants sont ils de la spiritualité, mais veulent conditionner tout en chacun dans leur matière brute où réside leur esprit qui n’est plus qu’un étron visqueux, car incapable de la moindre créativité, alors ne cherchant qu’une issue, celle de la désintégration de tout ce qui existe, une désintégration qu’ils vendent pour que chacun s’y convie et s’y auto détruise.

Les générations à venir vont avoir du travail, un grand travail de nettoyage de ces écuries, comme ce travail a été effectué en Russie, comme il se fait actuellement aux États-Unis, pour se débarrasser des scories qui souillent nos Nations Européennes, ces prétoriens de l’abîme, déstructurés,  incomplets, fades et sans saveur qui ne peuvent se réjouir que dans la destruction et en aucun cas l’élévation. L’Humain mérite mieux que cela. D’ores et déjà les votes de salubrité publique permettront d’éradiquer certaines faces de ce nid de vipères et de scrofules buboniques qui s’imaginent des « élites » alors que ce ne sont que de dantesques personnages sans la moindre consistance, sans la moindre personnalité, des ectoplasmes dont le vivier est infection.

Nous pourrions ainsi les définir à l’infini, mais il est aujourd’hui, jour de Vœux, qu’un seul Vœu, celui que la France et son peuple renaissent et sortent de la fange dans laquelle les induisent les nécrosés du vivant.

© Vincent Thierry

La synchronie
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 17 Décembre 2019 à 06:32

La synchronie

La synchronie  a ceci d’important qu’elle permet de mettre en œuvre des forces les unes évolutives, les autres statiques, les dernières non évolutives. Ce jour nous voyons que se heurtent ces forces sur cette petite Terre, voyant se finaliser trois sortes d’esprit, l’un passif ou intellectuel, les deux autres actifs, naissant une volonté involutive ou évolutive. La pensée ici se réduit à ce triangle parfaitement organique qui marginalise le vivant au profit de la destruction lorsque l’esprit actif involutif est dominant, et révèle le vivant au profit de la construction lorsque l’esprit actif évolutif est lui-même dominant. On remarquera que l’esprit passif ne mène qu’à la contemplation et ne dépasse jamais le stade de l’action, puisque l’action n’y trouve pas le moindre levier, on constatera qu’il est l’esprit de la masse en général ne cherchant en aucun cas le bien d’autrui mais son bien propre.

On assiste aujourd’hui à un battage cataclysmique portant à croire que l’esprit involutif actif serait le détenteur du pouvoir, lorsqu’il n’est pouvoir que par asservissement ou tentative d’asservissement. Tout un chacun comprendra au regard de l’Histoire que son projet réside dans la désintégration totale du vivant, en se servant d’actions permettant l’effondrement économique via la dette et l’usure, moral via la sexualité du genre atrophié, de la pédophilie comme de la déviance sexuelle la plus délirante qui soit, identitaire via le remplacement et le mélange des peuples, des races, intellectuel, via le cadre d’une pensée unique issue de la débilité la plus profonde, spirituel via le déclin de la religion Catholique, seule religion permettant la transcendance de l’humain, unitaire via le contrôle des populations, le fichage, le flicage, la mutilation physique quand ce n’est pas le meurtre, l’arrestation arbitraire, l’annihilation de toute liberté, en usant et abusant du terrorisme à outrance, enfin générale par la mise en œuvre d’un totalitarisme matérialiste de type nazi communiste.

Ces différentes actions ont pour but la disparition des repères Humains, de l’Humain lui-même via la théorie du genre, de l’Ethnie en niant ses racines historiques, du Peuple en niant ses racines bio géographiques, de la Race en niant son existence biologique, de l’Humanité en la réduisant à l’état d’une marchandisation globale, sexuelle, économique, allant jusqu’aux meurtres légalisés tels l’avortement et l’euthanasie, afin de se servir des cadavres pour faire des crèmes de beauté, et non seulement de cadavres mais d’enfants bien vivants comme de femmes et d’hommes afin de réaliser un trafic d’organes, et concomitamment s’en servir comme esclaves sexuels jusqu’à la mort comme on le voit si bien dans les loges noires qui touchent tous les milieux et plus principalement une pseudo élite dégénérée, s’imaginant par leur mise à mort dans des conditions atroces en retirer un pouvoir quelconque.

Cette non-humanité régissant cette sous bestialité se retrouve dans des sociétés discrètes ou secrètes, des loges noires, et des super loges satanistes déviantes pratiquant le meurtre rituel d’enfants, et le cannibalisme, des associations répugnantes qui auraient pour but la lutte contre le climat, le mensonge par excellence des acculturés, et la mise en œuvre de soins, alors qu’elles distribuent des produits nocifs et meurtriers, traitant ainsi l’humanité en bête de proie pour toute la vermine du monde qui les dirige, des organisations internationales, tel l’ONU qui y voit la pédophilie à son paroxysme, et tutti quanti, toutes organisations montées par les précédents pour y faire valoir leur prétention de barbare. On remarquera que cette sous-humanité mobilise les Institutions de chaque Nation pour contraindre les Peuples à ses utopies morbides, allant jusqu’à y supprimer la peine de mort pour protéger les sous animaux qui les servent, pédophiles et compagnies qui sont la colonne vertébrale de leur ordure sans limite.

Face à cette sous bestialité, il y a la Vie, la Vie qui se protège et dans le flux des forces axe la pensée constructive opérative, formant un égrégore contre lequel a bien du mal à lutter toute la sous faune simiesque qui cherche à la réduire à l’esclavage le plus purulent qui soit. Car la Vie lutte toujours contre l’abîme comme le vide qui cherche à l’anéantir et trouve dans le vivant naturel l’exploit lui permettant de contrer la sous bestialité qui cherche à l’anéantir. Une sous bestialité se masquant via des médias aux ordres, de pseudos sciences infectes, transhumanisme, eugénisme, darwinisme, freudisme, einsteinisme,  friedmanisme, associées à tout le chiendent idéologique qui soit, socialisme, communisme, libéralisme, capitalisme, national socialisme, toutes dérives nées de l’anomie profonde de l’incapacité à vivre d’une sous-humanité masquant son infériorité par un complexe de supériorité, voyant là le dégénéré par excellence, représenté par un chiendent dont la puanteur cadavérique monte par toutes nations embrigadées par ces leurres nés de la suggestion comme de l’acculturation la plus profonde de l’être Humain de ses capacités à la fois individuelle et générée, ne sachant que tout est en un, et un est en tout, et se croyant seul au monde pour affronter son destin qu’il préfère voir, par lâcheté abyssale, instrumentalisée, déléguer à la sous faune qui l’enchaîne et le bestialise. L’aporie intellectuelle est ici phare de la démence comme de l’atrophie, le déracinement provoquant la destitution de toutes les valeurs humaines.

Lorsqu’on observe les Peuples Européens, ayant perdu jusqu’au sens de leurs origines, provenant des invasions nordiques et Indos aryennes, ayant écumé jusqu’en Perse, de racines Gréco Latines et en aucun cas liés à un quelconque apport né du moyen Orient comme de l’Afrique, on ne peut être qu’écœuré de les voir en soumission devant ce qui n’est pas eux et ne le sera jamais, et on comprendra que cette domination cherche à les détruire complètement par invasions massives, afin qu’ils ne retrouvent plus leurs racines immortelles, qui les retrouveront quoi que fasse cette usurpation babylonienne répugnante, tellement ses vices, ses crimes, ses génocides, n’ont strictement rien à voir avec la Culture Européenne au sens aristocratique du terme, et non au sens d’une pseudo-histoire qui n’est que le récit de leur massacre©©, comme on a pu le voir depuis 1645 en Angleterre, 1789 en France, 1917 en Russie, etc, etc, etc, un océan de sang qui est le sang des Peuples Européens qui servent au sacrifice rituel de cette incarnation de la sous bestialité par excellence qui se veut règne.

Ces Peuples bougent et il ne serait que temps pour renverser cette usurpation qui lie l’Humanité à la bassesse, la désintégration, la destruction, la sous animalité, à l’image de ce qui se prétend ses maîtres, des barbares incapables de la moindre évolution se conditionnant dans leur fange, dans leurs crimes, dans leur corruption pandémique, tout ce qui n’est pas humain, qui ce jour commence à voir se lever les Êtres Humains contre leur abstraction la plus putride, leur tentative de mettre en soumission des Peuples qui ont fait l’Occident et qui ne doivent rien à leur fumier délétère et atavique, une puanteur glauque poursuivant ses avides desseins, qui sont ceux de rendre esclaves les Peuples conquérants et par cet esclavage économique, intellectuel et spirituel, les diluer dans la boue dans laquelle ils se vautrent avec délectation.

Par ce soulèvement naturel, La Vie ici trouve l’égrégore  qui va lui permettre d’éliminer tout ce qui va à l’encontre de ses valeurs évolutives, faisant régresser et disparaître à jamais l’usurpation malsaine et atrophiée qui cherche à la réduire, et cela ne se fera pas sans mouvements de masse qui éradiqueront définitivement la lie qui cherche à les engluer, où que soient leurs réceptacles, en quelque endroit qu’ils végètent, n’ayant pas un endroit pour fuir, n’ayant qu’à se rendre et évoluer et pour ceux qui ne le veulent pas, dans le respect du vivant, jugés, ne devant s’attendre à aucune pitié de la part de Peuples enchaînés depuis des siècles par leur atrophie mentale atavique. Ce processus est enclenché, et rien ni personne ne pourra le contrarier, la force active évolutive prenant définitivement l’ascendant sur la force active destructive, et ramenant à elle la force passive. Il est trop tard pour les gérants de l’abysse, les menstrues dérisoires des choses gluantes de vermines et de meurtres, toutes ces aberrations cataclysmiques qui devront opérer un retour vers le vivant, sinon disparaître à jamais de la mémoire des Êtres Humains qui se respectent et font respecter leur famille, leur ethnie, leur Peuple, leur Race, l’Humanité dans sa globalité.

On le voit là, la synchronie joue tout son rôle emmenant avec elle les forces passives qui ne pouvant plus s’éclairer à l’ombre intellectuelle avariée des forces actives destructrices, leurs idéologies étant mises en évidence comme les combinaisons génocidaires de l’humanité, deux cent millions de victimes pour le socialisme et consorts, deux cent millions de victimes pour de pseudos religions qui se veulent conquérantes, des régimes abjects ou seule règne la mort, la sédation l’avortement, la destruction de tout être humain, sa mise sur le marché économique et sexuel, et l’exploitation de ses organes, sa mise à mort par vaccinations massives, chemtrails et autres, ces forces passives devant le réel ne pouvant plus se voiler la face et pour survivre devant donc par synchronie s’allier avec les forces actives évolutives, leur matrice ne pouvant plus s’épancher, dérobée qu’elle est par le mensonge et la propagande, la perte des libertés individuelles, la répression inouïe d’états cosmétiques agités par des usuriers sans foi ni loi, dont les arcanes ne sont que ruissellement du sang des humains, barbares criminels cannibales impitoyables qui doivent être emprisonnés sur toute la surface de la terre, afin que l’Humanité resplendisse et vive tout simplement.

La synchronie étant ce qu’elle est, l’égrégore parfait, dévouée à la Vie et aux vivants,  permettra cette éradication, ce n’est qu’une question de temps, ainsi n’est-il besoin de désespérer pour les uns et les autres, mais bien au contraire faire valoir l’évolution dans tout ce qu’elle représente, sans contrainte physique, intellectuelle, spirituelle, afin de participer à cet égrégore qui anéantira l’égrégore du vide et du néant qui ce jour veut apparaître comme le seul respire de l’Humanité, lorsqu’il est son contraire le plus décliné, le plus fourvoyé, le plus délirant qui soit, une fange dans laquelle se congratulent la perversité et l’ignominie, la répugnance et ses sosies, gruau de choses infectes dont la sous bestialité n’est plus à conter, tant elle surgit dans toutes strates composées par leur errance qui se magnifie dans ses opérandes les plus ténébreux.

 

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Mardi 17 Décembre 2019 à 06:36 )
De la démocratie
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 16 Novembre 2019 à 08:02

De la démocratie

Petites nouvelles de cette petite Terre où l’on voit en son Occident l’instauration d’une dictature de la médiocrité la plus totalitaire qui soit, mais lisons :

« On ne saura rappeler à tout un chacun que la démocratie promeut la Liberté, l’Égalité, la Fraternité, qui semblent les règles tacites de la conduite des Peuples dans ce petit monde, hors quelques Nations prostrées dans l’infection socialiste, communiste, islamiste, où l’anachronisme est règne, où l’individu n’existe qu’à portion de son rendement à la collectivité, et où doivent disparaître pour le bon plaisir de l’avarice les faibles, celles et ceux qui ne se plient pas à la dictature et ses reîtres.

On comprendra que ce jour 16 novembre, date anniversaire du mouvement spontané du Peuple de France se battant contre la montée excessive des impôts et pour la reconnaissance d’une vie décente, que la Démocratie dans cette Nation n’est qu’un mot, un haillon ne cachant certainement pas les vices les plus totalitaires émanant du pouvoir en place, utilisant ses nervis pour casser et décrédibiliser ce mouvement, faisant gazer, à peine la manifestation commencée les participants, sans distinction, homme, femme, enfant, dont on rappellera que la même gouvernance a laisser défiler sans le moindre heurt celles et ceux qui vomissent la Nation, et ne sont là, comme des parasites, que pour escroquer les cotisations versées par les Françaises et les Français tant au niveau des caisses d’allocations familiales, que de la sécurité sociale et tutti quanti.

Le deux poids deux mesures de cette infamie en gouvernance, conchiant la France et son Peuple, est ici sans variable, tenue qu’elle est par ses serments aux banquiers stériles qui les agitent comme des marionnettes pour implanter une dictature sanglante permettant d’anéantir le Peuple de France et complémentairement d’implanter par la force des esclaves à bas coûts, faisant fi de leurs crimes journaliser, provenant de toute la misère du monde, qui loin de s’intégrer, profite sur le dos des Françaises et des Français des avantages sociaux initiés par les Français de souche.

La mâchoire de l’usure est ici parfaitement reconnaissable, des esclaves en col blanc tenus par leurs vices, leurs meurtres, leur pédophilie criminelle, leurs affaires, invariantes, leurs appartenances sectaires et maçonnes déviantes, une clique ignoble de parasites passibles de la justice, choisie en fonction de son incapacité notoire, aux fins de détruire jusqu’aux racines de la Nation, par l’accélération de sa paupérisation, via l’autre branche de la mâchoire, l’immigration massive, cinquième colonne de ce pouvoir de nain instrumentalisé par le vrai vecteur du pouvoir, l’usure anachronique vivant comme une sangsue sur le dos des êtres Humains.

Des êtres Humains qu’il ne cherche à élever, bien au contraire, à rabaisser jusqu’à la poussière pour qu’il soit son esclave économique ou sexuelle bon à jeter comme un kleenex lorsqu’il ne sera pas productif, des êtres Humains bons à pressurer jusqu’à la lie dans le mensonge et par la propagande afin qu’ils acceptent leur condition de chose, bonne à payer la dîme pour vivre, la dîme sur ce qui n’existe pas, ce qui est inventé de toutes pièces, les intérêts de la dette, la dette elle-même, et cerise sur le gâteau un pseudo-réchauffement planétaire ridicule s’inventant des icônes relevant de la débilité mentale la plus prononcée, eut égard à leurs actes comme leurs discours, lorsqu’on regarde les enfants travaillant dans ce monde dans les conditions atroces que l’on sait, pour faire reluire cette sous bestialité qui se veut « morale ».

Des êtres Humains dont le manche de cette mâchoire se sert comme torche-cul de ses vices les plus profonds, sa pédocriminalité la plus notoire découverte de jour en jour, utilisant l’enfance dont elle doit détruire l’avenir pour assouvir sa bestialité usuraire, voyant 118 millions d’enfants disparaître chaque année dans ce monde, sacrifiés par cet anachronisme trouvant ses ramifications jusqu’en les Institutions les plus renommées, sacralisées par des juges libérant l’abjection pédophile, voyant jusqu’à un migrant conservé sur notre territoire après qu’il ait violé un enfant de cinq ans, toute une dérive instituant la théorie du genre, de ce pauvre type s’étant châtré car incapable d’assumer la Vie et lui préférant l’illusion, toute une dérive contée par ce que l’on ose appeler l’organisation des Nations Unies qui n’est plus que le réceptacle de la perversité et de la criminalité la plus répugnante qui soit, toute une dérive diffusée par les pédophiles dans l’éducation dite Nationale, cette monstruosité qui pavane et pavane encore avec ses minorités agglutinées et prostrées sur leur fondement, des glaires assoiffées conditionnées par le venin de leur propre folie.

Voici les émules du nouvel ordre mondial, belle chose en vérité représentant tout à fait l’inversion des valeurs, encensant le criminel, destituant les victimes, comme on l’a vu dans ce que l’on ose appeler un Parlement européen où la vermine génocidaire a refusé une minute de silence pour les martyrs de l’attentat du Bataclan, assassinés grâce au laxisme d’un État aux ordres de l’usure, petit valet sordide de ce nouvel ordre qui est la devise des dégénérés en tout genre, cultivant sur la sueur et sur le sang des Peuples leur petit pécule, dans une arrogance confinant à la non-humanité la plus totale comme la plus totalitaire, représentée par quoi ? Cent soixante-dix mille multimilliardaires dans ce petit monde, qui se protègent via la face hideuse de gouvernances aux ordres et un cordon de police choisi.

Cette déréliction a choisi les vêtures de sa prouesse, la guerre, la guerre à outrance pour faire marcher le commerce des armes et voler impunément les ressources de chaque Nation, la mise en esclavage de Peuples entiers, comme on le voit en Afrique où comble de l’ironie, on voit prêter une partie des intérêts reçus en récompense du vol de ses ressources, à des Peuples qui doivent encore payer des intérêts sur ce prêt ! Mais cela n’est pas tout, pour se complaire et se faire belle, par le biais de la pestilence sous intellectuelle, elle a mis en œuvre une offensive lui permettant de tuer dans l’œuf les générations à venir par vaccination massive, au mercure bien entendu, par déversement de produits hautement nocifs dans l’atmosphère afin de faire perdre à l’existant sa capacité de cognition, et pire que tout cela invente journellement des médicaments qui ne sont pas là pour traiter des maladies mais bien pour les faire perdurer.

Et s’il n’y avait que cela, mais ces erreurs de la nature doivent conjuguer leur essor, et surtout ne pas subir les plaies qu’elle afflige aux êtres Humains, il lui faut des organes pour se régénérer, et bien entendu organise le trafic de ses dits organes quand il n’est pas légalisé par de pseudos démocraties aux ordres, et pour finaliser organise le trafic de la drogue pour servir ses opérations noires les plus courantes, et surtout pour que soient en addiction toute la jeunesse de ce monde, qui si elle ne peut être détruite par la pédo criminalité, par les vaccinations massives, par les laboratoires pharmaceutiques, doit disparaître dans l’illusion que procure la drogue.

Enfin le fin du fin relève de la folie prégnante qui l’anime, la régénération via les cellules-souches, la régénération rendue possible par l’avortement de masse, voyant découpés en tranche les embryons pour nourrir les peaux fanées de ces erreurs de l’humanité, dans une voracité sans nom et sans nombre qui s‘affiche devant le public avec des sourires hypocrites, déviants, innervant une fin de race cosmopolite et visqueuse, consanguine et grégaire qui n’a pas compris encore, malgré son cannibalisme, malgré ses théories fumeuses de mise en servage de l’humanité, malgré sa répression systématique via le meurtre légalisé de la conscience des Nations, les personnes âgées, par sédation et euthanasie, les êtres humains à naître , par l’avortement, les nouveau-nés, par vaccination mortifère, les vivants par déversement de produits chimiques, une nourriture avariée, les produits de laboratoires pharmaceutiques sans raison, la mise en œuvre du néant, par la pédo criminalité, la perversité, la zoophilie, la déviance totale, l’inversion de toutes valeurs humaines, que chacun de ses actes, que chacun de ses faits, est désormais sur la place publique, à la vue de toutes et de tous.

Toutes et tous qui commencent à se réveiller de cette torpeur gluante de vermine qui les souille, les humilie, voudrait les rendre infiniment petit, alors qu’ils sont infiniment grand, étincelles de lumière dans ce tout de la Lumière qu’assombrit cette pestilence qui se voudrait maîtresse de ce petit monde, une pestilence désormais connue et reconnue qui sera jugée, n’en doutons un seul instant, la rémanence formelle issue des Peuples qui se sont construits étant indestructible car partie intégrée de leur gène, ce que ne peut comprendre la fiction en pouvoir, cette fiction qui va se retrouver confronter au réel dans les décennies qui vont venir, et qui ne pourra faire face compte tenu de son nombre ridicule au tsunami qui s’active et jamais ne pourra être régulé par les chiens de guerre de sa perversion pandémique que connaît la Terre.

Voici donc la Démocratie dans ce pays de France, soumise à ce qui précède et où on parle d’égalité, de liberté, de fraternité, symboles qui désormais sont le cœur du Peuple de cette France que voudraient voir disparaître les gitons de l’usure, ces choses peureuses et avariées qui vident les villes qu’elles visitent de tout habitant, qui s’inventent de pseudos attentats quand elles ne les commanditent pas pour faire pleurer dans les chaumières et voir une partie ignorante du Peuple se précipiter dans leur giron, une Démocratie inexistante, où le Peuple est saigné charnellement, mutilé via l’infection qui garde la veulerie, où le Peuple est gazé via des grenades au cyanure, où le Peuple, malgré toute la répression, toujours se dresse fièrement, car le Peuple lui est honneur et non labour de fondements usuraires, il n’est pas le lèche-cul des fosses d’aisances de cette braderie de l’inconscience qui se vautre dans la fange, dans le sang, dans l’ordure, dans la défécation tribale de la pourriture simiesque qui tient ses assises dans les conseils d’administration d’entreprises de racket.

Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que l’illusion n’a qu’un temps, lorsque la créativité, symbole d’évolution, a fait place à la nécrose, dont l’art ce jour montre le marais fétide, via un « art » dit moderne qui n’est que chiure de l’intelligence, via un théâtre ou bien un opéra où s’engraisse la pestilence en dénigrant les textes historiques, via un cinéma qui ce jour déploie ses artifices pour faire accroire à son invention en plagiant les auteurs classiques et en faisant croire que leurs personnages relèvent d’une multi culturalité stupide et bêtifiante. L’Art est toujours l’indicateur de la santé d’une civilisation, et lorsqu’il se roule dans le fumier, on comprendra à quel degré en est rendue cette civilisation. Et quoi de plus normal lorsqu’il est instrumentalisé par ce qui ne crée rien, sinon le néant, car soyons simples, quelle création existe dans la fabrication de la monnaie, fabriquée sur le vide, et source d’un intérêt indu qui nourrit le parasitisme le plus violent que la terre ait connu.

Cette illusion trouve aujourd’hui son aboutissement, dans cette conscience qui se lève et que rien ni personne ne pourra faire tarir, la conscience née de la rémanence formelle des Peuples, qui aspire à la réalité et non au formatage, fut-il Trans humaniste – qui sera totalement détruit lorsqu’il menace l’être-humain -, fut-il électronique via la surveillance de masse – qui peut être totalement détruite via l’infiltration de ses programmes et la liquidation de ses octets – fut-il né de la répression qui toujours trouvera en face d’elle une réponse appropriée, l’être humain n’oubliant pas son devoir sacré qui est celui de la liberté, inscrit génétiquement dans son capital humain, la liberté, seul critère permettant l’évolution et non l’involution, la liberté qui toujours a mené à la moisson des connaissances, à l’ardeur de la conquête, à la révélation de l’honneur et de la grandeur humaine, au-delà des scories qui veulent l’anéantir et la diminuer, sinon la faire disparaître.

La liberté qui permettra de faire renaître la Démocratie, souillée par la puanteur cadavérique des sectes maçonniques et autres les plus déviantes qui soient, tenant dans un squelette courbé devant l’usure les rennes de la Nation, pour son seul et simple plaisir qui est celui de l’orgiaque bestialité et ses adventices caractéristiques entreprenant la gloire de la désintégration, le prestige du génocide, dans une sous bestialité hurlant ses apostrophes à des Peuples qui en réflexion les voient comme elles sont, des borborygmes de gisants dans leur défécation tribale et malsaine, dont il convient d’éradiquer totalement les effluves comme les empreintes par toutes surfaces de cette terre, afin que les êtres Humains enfin respirent, enfin se détachent des carcans et des chaînes qui sont nées du désordre le plus purulent — qui se veut « ordre »- que l’humanité ait pu connaître depuis sa génération.

On le comprendra la Démocratie ne pourra renaître de ses cendres que lorsque les sectes n’auront plus aucun pouvoir dans le cadre des états, des sectes qu’il faut anéantir afin que les Peuples puissent enfin retrouver leur liberté de parole, leur liberté individuelle comme collective leur permettant de mettre à bas la dictature de l’usure et de ses féaux, la dictature du néant, cette atrophie malsaine réduisant l’humanité à sa plus simple expression, via ses crimes, ses génocides, ses guerres, ses pseudos révolutions, toute une aberration monstrueuse qui se réjouit de la liquéfaction du vivant, dont un Nuremberg mettra à bas la criminalité la plus torve, la plus répugnante qui soit, une criminalité d’atrophiés de la Vie, ne pouvant marcher que dans l’horreur, sa condition,  qui n’est que celle de la destruction, au regard de son incapacité créative.

La Démocratie doit être lavée à grande eau des idéologies nées de cette usure et de ses féaux, le socialisme, le national socialisme, le communisme, le capitalisme sauvage, pour enfin renaître. N’oublions pas que ces idéologies sont la cause de deux cents millions de victimes à travers le monde, et on comprendra que ces idéologies s’allient avec l’islamisme qui est l’auteur de six cents millions de victimes à travers le monde, qui est l’idéologie de la soumission, cette soumission que voudrait bien voir naître toute cette hérésie qui porte ces idéologies afin que l’être humain soit un parfait esclave à ses ordres, un zombi par excellence qui sera désintégré lorsqu’il ne sera plus productif, qu’il  ne s’endettera pas pour nourrir le parasitisme, qu’il ne conviendra pas à la pensée unique germée par la bestialité, le marxisme, le freudisme, le darwinisme, le friedmanisme, le einsteinisme, toutes tares que l’humanité porte comme un fardeau qui doivent être évacués globalement, sinon que pour servir à la recherche des causes profondes du dérèglement de l’intelligence humaine fondant l’esclavagisme par excellence.

Que l’on ne s’inquiète, cela se fera, l’Humanité dans sa diversité étant la formalisation de la Vie sur cette petite planète et en capacité de lutter contre la dizaine de millions d’atrophiés et leurs chiens de guerre qui veulent sa mise en esclavage, la conscience avance, les voiles de l’illusion se consument, et la vérité apparaît dans tout ce qu’elle a de terrible et de terrifiant pour celles et ceux qui marchaient aveugles, découvrant qu’ils ne sont que les jouets de l’abstraction, une abstraction voulue afin qu’ils ne se coordonnent pour évoluer, et se libèrent des chaînes de l’inutilité usuraire, mais bien régressent dans les fondements de la matière la plus brute et la plus totalitaire où ne règnent que des kapos, qui se veulent maîtres de toute réalité en l’obviant dans leur digression tutélaire, née du néant et voulant retourner au néant. 

Pour mémoire, on remarquera que pour l’instant la dictature en profite en se servant de tous les instruments répressifs possibles et imaginables, relevant des crimes contre l’humanité, mais cette dictature parmi les autres, instrumentalisée par l’usure croit-elle un seul instant que lorsque le Peuple se redressera décisivement en répondant point par point à cette répression, qu’elle perdurera ? Soyons sérieux, que peuvent en France quelques centaines de milliers de féaux de la barbarie contre soixante millions de personnes décidées, unies et armées d’une seule volonté ? Rien.»

Le seuil de conscience évolue considérablement sur cette planète, les Peuples voient la fourberie de la barbarie en marche sur les quelques arpents qui lui restent, tandis que l’autre face de ce monde s’en libère. L’histoire est en marche et comme sur de multiples planètes, elle écrasera la dissonance pestilentielle née de l’atrophie la plus nauséeuse née du néant et cherchant à contraindre le vivant à se dissoudre dans ce néant. A suivre…

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Samedi 16 Novembre 2019 à 08:33 )
Chevaliers
POESIE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 15 Novembre 2019 à 11:58

Chevaliers

 

Chevaliers, debout, l’heure est venue du combat, ce combat titanesque dont vous attendiez l’écume, ce combat terrible qui sera l’honneur de vos rangs, de vos centaines, de vos épées dressées contre la nuit dantesque qui s’expose.

Chevaliers, dans l’honneur combattons la nuit et ses égrégores monstrueux qui pourrissent le moindre limon, qui tuméfient la moindre vitalité, qui dans la voussure des étoiles sont offices d’invariante déréliction.

Chevaliers, prenez mesure de la lie qui embourbe les prairies, les forêts et les Océans, toute une litanie qui n’a rien d’humaine mais tout de la poussière, dont les oripeaux sont de la perversion les exploits déracinés.

Chevaliers, pour l’Enfant, levez le foudre de guerre afin de le préserver de l’ignominie des pédophiles et de leurs sources anachroniques les vouant à l’anthropophagie et au meurtre les plus répugnants de ce monde avili.

Chevaliers, pour la Femme, dressez-vous afin de pourfendre les démoniaques errances pullulant son agonie par le fait de religions défaites et à proscrire dont le seul nom est emprunt d’une mer sanguinaire et indélébile.

Chevaliers, pour l’Homme, manifestez l’autorité qui sied afin qu’il ne s’éconduise dans le larvaire, le fétide, la prostitution mentale et charnelle, la dérive informelle ou jouissent la profanation et ses vices purulents.

Chevaliers, par ce monde et pour ce monde, élevez l’étendard qui broiera définitivement les miasmes qui le décomposent, ces rutilances ordonnées par l’or sanglant, par l’esclavagisme et ses mentors aux atrophies malsaines et ataviques.

Chevaliers, prenez mesure, l’Ordre doit avancer sur la plaine à la rencontre de la folie des règnes et de leurs dévastations profanes, manipulées par des mages noirs difformes et rutilants de la charogne qui les administre et les revêt.

Chevaliers, pour l’humanité, combattez sans relâche leurs armées de néant inscrit par la soumission, l’acculturation la plus profonde, et la violence la plus démentielle, sans la moindre pitié pour leurs écueils et leurs abîmes.

Chevaliers, l’heure n’est plus à la glose mais à l’action la plus pure, la plus rédemptrice qui sacralisera le nom de l’Humain, en face du non humain, de cette face simiesque et bestiale qui cherche à anéantir le vivant à son profit.

Chevaliers, que les Peuples couronnent votre front du heaume scintillant de la victoire sur la souillure de l’esprit qui balaie la sphère de ses noirs nuages et de ses opaques calamités cherchant à réduire l’énergie vivante.

Chevaliers, n’ayez crainte, car en face de vous ne se dressent que l’incapacité à vivre, la folie dimensionnelle et ses rescrits de plaintes superfétatoires, dont les assemblées criminelles s’allient pour vous contraindre.

Chevaliers, il est temps de vivre pour la Vie, par la Vie et en la Vie, en lavant à grande eau les sables de la Terre des bubons qui infectent le vivant, des poux qui s’en rassasient, de toute cette puanteur glauque qui se veut maîtresse.

Chevaliers, vous le savez, la mort n’existe que pour les veules et les sursis, les lâches et les reptiles, toute cette faune de pacotille qui s’imagine vêtue de l’énergie souveraine alors qu’elle n’en connaît que les inversions profanes.

Chevaliers, le parcours est là, et que nulle peur ne vous aveugle, car vous êtes la Vie face à cette mort houleuse dont les fronts simiesques sont les surgeons des malheurs de tous les Peuples de ce chant de Terre officié.

Chevaliers, l’épée au ciel, la face sur la terre, gardien des feux antiques, guidez maintenant vos centaines vers le flamboiement afin d’en gréer les latitudes comme les longitudes pour semer la terreur dans les rangs de l’ennemi.

Chevaliers, que vos fléaux frappent avec détermination et sans vindicte ce qui n’a pas lieu d’être sur cette Terre, toute cette vermine agglutinée dont la puanteur cadavérique monte par les cieux pour les assombrir.

Chevaliers, intrépides et forts de la lumière Christique, menez votre combat sans relâche contre toute la gangrène qui s’apprête, contre ses forces cannibales, qui n’ont même par le respect d’elles-mêmes, si contraintes sont-elles.

Chevaliers, soyez sans inquiétude, votre victoire vient, car l’équilibre est en vous de la sagesse comme de l’équité dont vous ferez paraître la grandeur par les fresques qui verront jugées la bassesse et ses frivolités nauséabondes.

Chevaliers, qu’un seul écho réponde à votre voix, celui de la Voie qui permette le renouveau dans sa manifestation éliminant les scories et la pourriture de ce monde, dans un brasier qui ne sera celui de la martyrologie.

Chevaliers, soyez à l’œuvre, et par la ténacité, et par la lumière, sans équivoque devant les tombes du vivant, afin de le voir ressusciter des limbes comme de la fange dans lesquels voulait l’enfermer la bestialité de la barbarie.

Chevaliers, qu’il ne soit de ville comme de campagne, de forêt comme d’océan, où votre nom ne se prononce, car le mouvement que vous destinez sera universel et sans répit pour les forcenés de la lie qui se nourrissent de vos chairs.

Chevaliers, toute place doit être conquise, toute place doit voir évacuées à jamais l’avarice et le crime, toute place doit être lavée des choses qui empuantissent l’alacrité, la jouvence, la splendeur et ses degrés civilisés.

Chevaliers, que votre volonté s’établisse dans le couronnement, dans la rigueur, dans la spontanéité mais aussi ne se laisse circonscrire par une quelconque secte hideuse officiant ses larvaires conditions dans les ténèbres.

Chevaliers, ce monde vous regarde, ce monde qui doit avancer et non reculer, ce monde qui doit évoluer et non se rabougrir dans les infections les plus triviales ordonnées par la sous bestialité se voulant dominante.

Chevaliers, votre combat est le combat vivant contre les prurits de la mort et ses sectes ovipares, ses anachronismes pestilents qui rongent la vie dans tout ce qu’elle est, en droit légitime comme en devoir harmonieux.

Chevaliers, le champ de bataille est universel, ne vous y trompez, la vermine susurrant dans chaque repli des oreilles embrumées des êtres qui se fardent dans l’insouciance, l’égoïsme et la purulence qui est leur marais familier.

Chevaliers, sur ce champ de bataille vous forgerez le lys firmament qui doit atteindre le plus humble comme le plus vénéré pour le rendre à la volonté de l’existence qui est Énergie pure et ne doit s’entacher de la pourriture.

Chevaliers, vous couronnerez cette fête du Vivant, dans l’accomplissement et par l’accomplissement qui se doit, voyant l’Humain régénéré sous les devises de son oriflamme sacré, liberté, complémentarité, fraternité.

Chevaliers, cette devise vous la porterez par les monts les plus lointains, les déserts arides, les plaines diluviennes pour annoncer à l’Humain sa réalisation et son potentiel de réalisation par-delà les chaînes esclavagistes.

Chevaliers, la justice est à ce prix, ce prix du combat qui ne s’arrête dans les alcôves, dans les bruissements feutrés, mais bien au contraire surgit là où on l’attend le moins, carénant et ciblant les prostituées de la mort en ce monde.

Chevaliers, prenez mesure et que vos chevaux maintenant partent au grand galop par toutes surfaces de monde pour que nulle enseigne du néant ne puisse se sentir en sécurité, sachant que vous serez toujours présent pour l’anéantir.

Chevaliers, de l’heure sombre vous ferez l’œuvre de Lumière, cette lumière qui en chacun des Êtres de ces temps ne demande qu’à vivre, et à qui vous permettrez d’en vivre le rayonnement intense et supérieur par un essor de transcendance accompli.

 

© Vincent Thierry

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Réslutats 1 - 10 sur 1311