Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow DES ARTS arrow SCIENCE FICTION
SCIENCE FICTION
Le manifeste PDF Imprimer Email
SCIENCE FICTION
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 27 Février 2015 à 10:22

Le manifeste

 

C’était inscrit sur la pierre, lu lors de cette visite sur cette petite Terre, dans cette lointaine banlieue de la Galaxie mère, Mais lisons ce rescrit :

 

« Les ténèbres sont inscrites sur notre petite terre depuis trois mille ans, voyant de tribales orientations s'initier parure du Verbe lors qu'elles n'en sont que contrefaçon outrancière. Cette paranoïa en puissance depuis ces jours, gonflée d'un orgueil démesuré, n'a plus eu de cesse que de martyriser les Etres Humains dans sa croyance ineffable élective. Ne nous leurrons, elle est la modélisation systémique d'une tentative de civilisation spiritualiste qui a avortée dans le magma boueux d'un matérialisme grossier, dont les vagues sont le conte des soubresauts d'une histoire malmenée par son errance et ses cristallisations. Il n'y a de doute sur sa tentative de mettre en règle tous les fruits de la terre à son service, de par les stances de ses livres imaginaires qui ruissèlent le sang des innocents, dans une complainte qui ne cesse dans ce jour où semble triompher sa déréliction la plus profonde. Les heures noires et de sinistre mémoire sont ses caducées. On y voit poindre ici tout le travers de sa destinée qui n'est plus invisible, mais bien témoignée de par ses actes ignobles, qui n'ont de vertu que pour la racaille qui s'y lie. Prenant les armes contre l'Humanité pour l'asservir, en contemplation de ses écrits, voici l'avance furieuse de ces maléfices qui ourdissent des guerres sans répits, contre le Pouvoir naturel, contre la croyance Christique, qui avait évacuée sa prétention ridicule de ressembler à Dieu, au sien peut-être, mais en aucun cas à Dieu Souverain, dont , pour parler simplement, chacun d'entre nous, nous, les Etres Humains, est partie. Les siècles se suivent, voyant cette sphère faire de l'entrisme, de l'insinuation en toutes gouvernances, stigmatisant les uns les autres afin qu'ils se combattent et que puissent récupérer tous les titres ses agents corrupteurs, ses agents espions, ses agents s'infiltrant dans toutes les ramures en soudoyant par le sexe et par l'argent, tout un chacun en prébende de ses instincts. Ils sont à l'Est comme à l'Ouest, au  Nord comme au Sud, sauterelles belliqueuses initiant la tuerie de tout ce qui n'appartient à leur secte barbare, issue des ténèbres. Des ténèbres réclamant le sang des nouveaux nés, des ténèbres réclamant les massacres pour prospérer. Et cet alitement à la bestialité y fait fortune, déguisant dans l'hypocrisie la plus perverse son avance implacable. Une avance effrayante où tout un chacun de ce Peuple doit rendre compte, y compris de son intimité, la déviance aux ordres et aux lois subordonnées de cet état dans les états étant punie de mort, non seulement du délinquant mais de certains membres de sa famille. Voici l'enfer qui s'avance au nom des invectives de son Dieu, qui n'a rien de Dieu mais tout de l'ange déchu par excellence, un Dieu hostile à l'Humanité qui n'appartient qu’à la bestialité, voyant tout être esclave pour la parure de son éternité, un animal que ce Peuple a le droit de voler, de violer et bien entendu de tuer aux loisirs de la dépravation qui le conditionne. Le faux ici s'argumente le vrai voyant se prendre dans la toile de cette errance les plus braves comme les plus glorieux, voyant aussi lâchement assassinés ces détracteurs, envoyés aux fosses de l'oubli, décimés de la surface de la terre. Pour prospérer, nonobstant les individus écartés, cette dérive en puissance organise dans la division, des guerres destructrices, alimentées par les idéologies de son invention quand ce ne sont pas les religions. On verra ainsi naître par son sein, tous les avatars lui permettant de briser la Voie Christique qui avec celle de Bouddha est la seule Voie permettant l'élévation de l'Humain à son potentiel de transcendance. Les religions croupions sont son enseigne, reptation de leurs lois et de leurs enseignements, délirantes perversions des âmes qui dans leurs temples réduits au strict minimum croient assurer leur lendemain, lors que leurs actes vont à l'inverse de la Voie, tous empreints de l'esclavagisme qui leur tient lieu d'avoir. Sans mystère, ce Peuple enseigne, dans l'incrédibilité la plus totale, l'artifice du mal aimé que la terre entière pourchasse en fonction de sa confession et en aucun cas en fonction de ses actes. Naît sous leur joug l'annonciation de son triomphe, les guerres qui se suivent prononçant la mise à mort des pauvres de sa Confession, au nom d'une idéologie qu'elle subventionnera, comme elle subventionne son antithèse. L'horreur est à son comble aux pluri centaine de millénaires de l'épopée humaine en ce jour contrefaite  qui impose sa marque de fabrique: les ismes, ces tares qui interrogent, culpabilisent, flagellent au nom d'histoires naturelles réécrites par une barbarie qui glose. Dans tous les pouvoirs en masques de leurs hybrides associations, sectes et sociétés dites de pensées, leur verbe dans sa hideur témoigne, cherchant à réduire tout un chacun en esclavage à leur paranoïa délirante. Et les esclaves, à leurs pieds, sont là, vendus aux votes de la Nation, comme des marques de savonnettes, dans l'ignorance de leurs appartenances de Peuples endoctrinés par une propagande asservissante. Et ces esclaves s'éblouissent des idéologies putrides qui ont occasionné une révolution sans nom en Angleterre, suivie d'une autre en France, de deux guerres mondiales, et de ces sommets ridicules de pseudos élite à la solde, petits pieds de ce manifeste universel dominateur et usurpateur de toutes volontés des Peuples. Nous y voici ce jour dans cette horreur systémique qui règne dans notre France, implantant une dictature  nazi communiste de haut vol, ce mondial socialisme qui est le tablier des lâches  et des corrompus, des veules et des félons, de tout ce grimoire enrôlé dans les loges, les basses loges, les hautes loges, d'une franc-maçonnerie avariée, insinuée par ce manifeste qui s'institue règne. La désintégration est ici à son sommet, perlant de par ethnies composées l’alliance irréversible qui s’abat sur l’Occident, initiant dans la démesure le sacrifice des « animaux », notamment en Syrie, en Libye, en Ukraine, et dans tous ces pays d’Afrique qui voient leur étendard brisé par un crépuscule dantesque où l’on ne voit s’affronter ces ethnies, bien au contraire, se servant des uns des autres pour labourer leur cimetière de vivants. Ce manifeste est là dans sa permanence et son insidieuse guerre silencieuse, voyant corrompus et gitons, prébendiers et gangsters, violeurs et assassins, le servir sans failles, dans une barbarie éhontée enchaînant dans ses prismes ce que furent hier les Peuples Indo Européens, nouveaux esclaves de cette tyrannie, la tyrannie de la paranoïa aigüe. Ce monde est en déliquescence sous ce joug, mais ce monde a connu bien d’autres viols de l’esprit, de l’Ame et du corps, et sera renvoyer à leurs chères études la spoliation de ce manifeste, n’en doutons un seul instant, car dictature et tyrannie ont toujours été combattu, et rien ni personne ne pourra faire en sorte qu’elles ne soient combattues. Les armes pour destituer cette oligarchie machiavélique sont les armes de la Démocratie la plus pure, qui dans sa juste demeure ne saura accueillir aux pouvoirs quels qu’ils soient cette cohorte de la nuit qui voudrait nous rendre esclave à son service… »

 

Nous rendîmes compte de ce rescrit au Parlement de nos essaims, qui condamnèrent sévèrement cet espace sans avenir s’il restait ainsi sous le joug de l’anachronisme le plus virulent. Aucune décision à son encontre sinon qu’une surveillance accrue afin qu’en fonction de son intégration dans la Galaxie, ne se propage pas cette plaie idéologique.

  

The manifesto

 

It was registered on the stone, read at the time of this visit on this small Earth, in these remote suburbs of the Galaxy mother, But read this ruling:

 

“Darkness has been registered on our small ground for three thousand years, indicator of tribal orientations to initiate ornament of the Verb at the time they are only outrageous counterfeit. This paranoia in power for these days, inflated of a disproportionate pride, has not had any more of cease but to martyrize the Human Beings in its elective unutterable belief. We do not delude, it is the systemic modeling of a spiritualistic attempt at civilization which fell through in the muddy magma of a coarse materialism, whose waves are the tale of the sudden starts of a history abused by its wandering and its crystallizations. There is not of doubt about its attempt to put in rule all the fruits of the ground at its service, from the stanzas of its imaginary books which stream the blood of the innocent ones, in a lament which does not cease in this day when seems to triumph its major dereliction. The black hours and of disaster report are its caduceus. One sees there stinging all here it through his destiny which is not invisible any more, but testified well from his wretched acts, which have virtue only for the rabble which binds to it. Taking up arms against Humanity to control it, in contemplation of its writings, here the furious advance of these evil spells which warp wars without respites, against the natural Power, the Christique belief, which had evacuated its ridiculous claim to resemble to God, his perhaps, but to in no case with Sovereign God, about of which, to speak simply, each one among us, us, the Human Beings, left. The centuries are followed, seeing this sphere making infiltration, insinuation in all governances, stigmatizing the ones the others so that they are fought and that can recover all the titles its corrupting agents, its agents spies, its agents infiltrating in all the foliages while bribing by the sex and the money, each and everyone in emolument of its instincts. They are in the East as in the West, in North as with the South, quarrelsome grasshoppers initiating the slaughter of all that does not belong to their barbarian sect, resulting from darkness. Darkness claiming the blood of new born, darkness claiming the massacres to thrive. And this confinement with bestiality made there a fortune, disguising in the most perverse hypocrisy sound advances relentless. An alarming advance where each and everyone of these People must give an account, including its intimacy, deviance with the orders and the subordinate laws of this state in the states being punished of death, not only of the delinquent but of certain members of his family. Here the hell which advances in the name of the invectives of its God, who does not have anything God but all the fallen angel par excellence, hostile God with the Humanity which belongs only to bestiality, seeing all being slave for the ornament of his eternity, an animal that these People have the right to fly, to violate and of course to kill with the leisures of the depravity which conditions it. The forgery here argues the true indicator to be caught in the fabric of this wandering bravest like most glorious, seeing also loosely assassinated these detractors, envoys with the pits of the lapse of memory, decimated surface of the ground. To thrive, notwithstanding the drawn aside individuals, this drift in power organizes in division, of the destroying wars, supplied with the ideologies of its invention when they are not the religions. One will thus see being born by his center, all the misadventures allowing him to break the Christique Way which with that of Buddha is the only Way allowing the rise in Human its potential in transcendence. The religions tail are its ensign, snaking of their laws and their lesson, delirious perversions of the hearts which in their temples reduced to the strict minimum believe to ensure their following day, at the time their acts go contrary to the Way, all impressed of the slave system which holds place to them to have. Without mystery, these People teach, in the most total incredibility, the artifice of the liked evil that the whole ground pursues according to its confession and to in no case according to his acts. Under their yoke the Annunciation is born from his triumph, the wars which are followed pronouncing the setting to dead the poor of its Confession, in the name of an ideology that it will subsidize, as it subsidizes its antithesis. The horror is with its roof with the pluri hundred millenia of the counterfeited human epopee in this day which imposes its trademark: the isms, these tares which question, make feel guilty, whip in the name of natural histories rewritten by a cruelty which annotates. In all the powers in masks of their hybrid associations, sects and companies known as of thoughts, their verb in his hideousness testifies, seeking to reduce each and everyone in slavery to their delirious paranoia. And the slaves, with their feet, are sold there with the votes of the Nation, like marks of cakes of soap, in the ignorance of their memberships of People indoctrinated by a controlling propaganda. And these slaves dazzle putrid ideologies which caused a revolution without name in England, followed of another to France, of two world wars, and of these ridiculous tops of pseudonyms elite to the pay, small feet of this dominating universal manifesto and usurper of all wills of the People. Us there here this day in this systemic horror which reigns in our France, establishing a communist dictatorship Nazi of high flight, this world socialism which is the apron of the cowards and corrupted, of weak and the traitors, of all this black book enlisted in the cabins, the low cabins, high cabins, of a damaged freemasonry, insinuated by this manifesto which is instituted reign. Disintegration is here at its top, beading from made up ethnos groups the irreversible alliance which falls down on the Occident, initiating in disproportion the sacrifice of the “animals”, in particular in Syria, in Libya, in Ukraine, and in all these countries of Africa which see their standard broken by a Dantean twilight where one does not see to clash these ethnos groups, quite to the contrary, making use of from/to each other to plow their cemetery of alive. This manifesto are there in its permanence and its insidious quiet war, indicator corrupted and stay, prebendaries and gangsters, rapists and assassins, to serve it without faults, in a shameless cruelty connecting in its prisms what were the People Indo Européens yesterday, new slaves of this tyranny, the tyranny of acute paranoia. This world is in deliquescence under this yoke, but this world knew many other rapes of the spirit, Heart and body, and will be to return to their dear studies the spoliation of this manifesto, do not doubt it only one moment, because dictatorship and tyranny were always fought, and nothing nor nobody will be able to make so that they are not fought. The weapons to relieve this Machiavellian oligarchy are the weapons of the purest Democracy, which in its right residence will not be able to accommodate with the powers whatever they are this troop of the night which would like to return slave to us to his service…”

 

We gave an account of this ruling to the Parliament of our swarms, which condemned this space without future severely if it remained thus under the yoke of the most virulent anachronism. No decision in its opposition if not that a heightened surveillance so that according to its integration in the Galaxy, this ideological wound is not propagated.

 

© Vincent Thierry 

Moisson PDF Imprimer Email
SCIENCE FICTION
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 05 Juin 2014 à 12:39

Moisson

 

Et comme nous descendions le fleuve impétueux, entre les falaises boisées de Myrte, nous fûmes accostés par les errants de Mandar. Conduits en leur refuge de Styx, après de multiples palabres, un commerce de perles et d'ivoire, nous assistâmes au festin de leur maître, Esa le magnifique. Il y avait là, enturbannées de soie d'Amarante, des filles nuptiales, et des danseurs fous, chamans par leurs cris, leurs contorsions, qu'un abîme sépare de toute définition. Esa nous demanda de nous restaurer parmi ses convives, des Ouabs du désert des scythes, des illuminés de la citadelle Gramont, des vertueux initiés au soleil de Parsis. Tout en participant à ces agapes, nous écoutions les voix, les une monocordes, les autres stridentes ou basses, conter les périls de leurs voyages à travers les marais de Dyzan, aux frontières des éclipses, et par les dunes de cristal de Saphyr. Toutes enchantaient et encensaient notre hôte qui les avait accueillis avec déférence. On disait qu'il serait difficile de partir de son fief qui tentait toujours de convaincre les plus nobles comme les plus intelligents, les plus vifs comme les plus instruits, à ses écoles du vivant qui essaimaient sa sphère. Déjà dans le souffle qui s'érigeait, nous étions sollicités pour glorifier ce fief. Il y avait là mesure à réflexion, et nombre d'entre nous, qui du commerce, qui de la guerre de la paix, qui en son savoir, était tenté par cette aventure. Je décidais, pour moi-même, d'aller à la rencontre de cette vie nouvelle, n'ayant d'attache quelconque, ni de Pongée, ni de Laurasie, mon Peuple, englouti par la course folle des astres, n'étant pour moi plus qu’un objet de prière. Ainsi donc je participais désormais à l'épopée qui ne laissera trace dans l'Histoire multimillénaire, que par ce chant qui est le conte d'Esa le magnifique. Des cimes de Neptune aux vertiges de l'arctique, guerrier passant, ma communion fut une primaire certitude, voyant des calmes latitudes développées en dithyrambes processions. An de l'aube nouvelle, je marchais loin des soupirs et des larmes, qui des mères, qui des filles, voyant mesure d'une éclaircie soudaine, jusqu'aux remparts de l'Adès. Un vent formidable poussait nos caravanes et les animaux de traits en subissaient les assauts, tandis que, protégés par des voiles en nombre, nous espérions le jour neuf où le soleil embraserait notre sérail. La course en cet arc fut de cent lunes et plus, et le jour solaire éclaircit cette brume, voyant maîtres d'équipages en tête, chevaliers du talisman, ordre auquel j'appartenais, ouvrir les bras du monde à tout un peuple chamarré, dont les ovations résonnent encore aux sources puisatières. Là se dressait un monolithe d'airain, érigé au viaduc des âges, portant les insignes de la splendeur d'Esa le magnifique. Permissif du levant, ses décors de marbre enseignaient le long cours des étoiles, des naines guerrières aux géantes rouges ciselées, la gravitation, et bien plus sa manipulation. Chacun d'entre nous devait en prendre connaissance avant que d'aller, ramures, vers les multiples univers couronnant Esa. Et ses prêtres en semis, vêtus de simple étoffe le lin à l'insigne du tétraèdre, nous éveillèrent à ce chant divin. Il y a là maintes histoires sur l'art de voyager par les temps et les espaces, inséparablement liés mais toutefois volatiles, ici ne fut retenue que leur repliement suivant les notes sacrée des sphères et de leurs horizons. Je ne regrettais d'avoir rejoint le levant d'Esa, découvrant ses multiples facettes allant les nacres guerrières comme les ressources des sciences, dans l'apothéose des arts, et dans ce secret écrin délibérant le talent de chacun, afin d'ouvrir ce monde à sa perfection. Ce monde, que dis-je, un miracle de mondes aux citadelles en majesté, de l'ivoire, du schiste, de l'obsidienne et du corail les tours crénelées, un vertige architectural se fondant dans des natures, parfois hostiles, dont les somptuosités nous enseignaient l'humilité. Ce fut, dans la logique de l'apprentissage des mémoires essentielles, des ornements du feu, et de la maîtrise de ses chants, de l'épopée humaine en ses branches et variétés, de leurs empires, que graduellement j'advins cénacle d'un des mondes conquis par Esa. Puis, familiarisé avec la gestion de ce monde tant en économie qu'en politique, il me fût donné la maîtrise de la neuvième flotte du tétraèdre. En déploiement avec la myriade des vaisseaux de cette flotte, j’allais le monde des univers, découvrant mille parfums, conquérant de la Vie en la Vie et pour la Vie. Visiteur de mondes flamboyants, exquis ou hideux, trouvant ruche du Vivant pour l'agréer à son élévation, combattant la nuit et ses mystères, organisateur du jour et sa lumière, je passais les mille lunes suivantes dans ce préau du macrocosme. Et que de ne voir, il y avait là les rêves exaltés, les songes épurés, aux floraisons vivaces, demeures solsticiales des âges qui se respectent et s'associent. En foule baignée d'encens et de myrrhe, ces cieux irisaient de fauves brumes les faunes les plus denses, des variétés de flores séquentielles, des arbres aux lichens roux, et de ces eaux limpides qui vous transportent et vous parlent de leur aventure surannée. Étranges aussi les vagues en mémoire, au levant des houles de sulfures par les déserts ocre et spongieux, étranges de mêmes des souffles vivants en formation marchant lentement vers la clairière de la Vie. Et des us et coutumes, tant de civilisations reconnues que leurs styles se mêlent d'un horizon semblable, celui du destin de la Vie, couronne somptueuse aux variétés infinies se dressant en oriflamme par toutes surfaces des terres rencontrées. Du cil la clarté de ces mondes, je fus Mentor puis nommé Consul, dire de la volition des Peuples en leur dessein, et devenu familier des rouages de l'Empire, Esa le Magnifique, conscient de mon pouvoir de décision, me fit entrer au cénacle de ses pairs afin d'ouvrir ses mondes aux floralies synergiques, et ne plus laisser mesure à une quelconque tyrannie. J'allai de nouveau l'Espace et ses méandres aux grands ruisseaux des algues nous précipitant par-delà les temps aux règnes en accord. Là je rencontrais d'eaux vives des guerres de Titans, aux marges frontalières, là où se tressent d'autres empires en voie d'accomplissement, jeunes et dynamiques, ne connaissant encore la symbiose et se figeant uniquement dans l'osmose. Ce furent là de graves décisions, des sorts de multiplicité, et bien plus encore des choix terribles pour que survivent des stances des élytres les fulgurations de mondes à venir. La voie était tracée de cette correspondance que seule la dramaturgie peut correspondre, dans l'éclair de la sagesse qui se doit, dans la pesée des sorts par les espèces, loin de la gratuité d'une spontanéité agressive, loin des agitations morbides, encore plus loin des décisions hâtives. Un apprentissage s'il en fut, calmant les révoltes, initiant la paix et le partage, la reconnaissance du respect multilatéral, le développement de toutes ressources, un apprentissage où rien ne devait transparaître des émotions les plus vitales. Ayant pacifié nos frontières adventices, je devais maintenant accorder nos mondes dans le respire de la voie sacrale, celle permettant à chacun des Êtres de reconnaître et parfaire leur exfoliation énergétique, de vivre en harmonie et correspondre par les complémentarités naturelles à la solidarité harmonique du un en tout et tout en un. Les Sages devisaient ce sort depuis des milliards de lunes, les Mages y accédaient, quant aux Guerriers, ils en étaient le fer de lance, et au-dessus comme en dessous, nous étions là, porteur de la rémanence de nos mondes pour délivrer ce message dans le cœur du vivant. Mesure épithéliale, ce cœur me fut donné après mes périples multiples et variés, qui durèrent ce que durent les roses, tant la tâche était considérable et que le temps disparaissait en ses orbes. La porte des neuf me fut ouverte. Je remplaçais le monarque Drachnien, dont la légende n'est plus à conter, parti vers l'énergétique persévérance. De talents en talents j'en devins le guide ce qui me fit devenir le conseil d'Esa, en sa garde rapprochée. Et voici dans cet âge avancé, toutes les prouesses que je fis, bâtissant cette famille qui maintenant essaime les étoiles, et dont, toi, ma fille tu hériteras le message, et dont toi, mon fils, tu préserveras le message. Mais voici qu'Esa me mande pour éclairer ces mondes. Nous reprendrons notre conversation plus tard…

 

Harvest

 

And as we descended the impetuous river, between wooded cliffs of Myrtle, we were accosted by wandering of Mandar. Led in their refuge of Styx, after multiple palaver, a trade of pearls and ivory, we attended the feast of their Master, Esa the splendid one. There were, turbaned silk of Amaranth, girls bridal, and insane dancers, Shamans by their cries, their distorsions, that an abyss separates from any definition. Esa required of us to be restored among its guests, of Ouabs of the desert of Scythian, enlightened citadel Gramont, virtuous initiates with the sun of Parsees. While taking part in these reunions, we listened to the voices, the one monotonous, other strident the or low ones, to tell the dangers of their voyages through the marshes of Dyzan, at the borders of the eclipses, and by the crystal dunes of Saphyr. All enchanted and incensed our host who had accommodated them with respect. It was said that it would be difficult to start from its stronghold which always tried to convince noblest like most intelligent, sharpest like most educated, at its schools of alive which swarmed its sphere. Already in the breath which set up, we were solicited to glorify this stronghold. There was measurement with reflection, and number among us, who trade, which war of the peace, which in its knowledge, was tried by this adventure. I did not decide, for myself, to go to the meeting of this new life, not having of unspecified fastener, neither of Pongée, nor of Laurasie, my People, absorbed by the mad dash of the stars, not being for me any more but one object of prayer. Thus I took part from now on in the epopee which will not leave trace in the History multimillénaire, that by this song which is the tale of Esa the splendid one. Summits of Neptune to the giddinesses of the Arctic, busy warrior, my communion was a primary certainty, indicator of the calm latitudes developed in panegyrics processions. Year of the new paddle, I walked far from the sighs and of the tears, which mothers, who girls, indicator measures of a sudden break, to the ramparts of Adès. A formidable wind pushed our caravans and the draft animals underwent the attacks of them, while, protected by veils of number, we hope for the new day where the sun would set ablaze our seraglio. The race in this arc was of the one hundred moons and more, and the solar day clears up this fog, indicator boatswains at the head, knights of the talisman, order to which I belonged, to open the arms of the world to a whole decorated people, whose ovations still resound with the sources puisatières. There drew up a bronze monolith, set up with the viaduct of the ages, carrying the badges of the splendor of Esa the splendid one. Permissive of raising, its marble decorations taught the long course of stars, dwarf warlike with the engraved red giants, the gravitation, and much more its handling. Each one among us was to become acquainted of it before going, foliages, towards the multiple universes crowning Esa. And its priests in sowings, dressed in simple fabric the flax with the badge of the tetrahedron, woke up us with this divine song. There are many stories on art to travel by times and spaces, inseparably dependant but however volatile, here was retained only their folding up according to the notes crowned of the spheres and their horizons. I did not regret having joined raising it of Esa, discovering his multiple facets going warlike mother-of-pearl like the resources of sciences, in the apotheosis of arts, and this ECRIN secrecy deliberating the talent on each one, in order to open this world to his perfection. This world, that I say, a miracle of worlds to the citadels in majesty, ivory, schist, obsidian and coral the notched towers, a giddiness architectural being based in natures, sometimes hostile, whose sumptuousnesses taught us humility. It was, in the logic of the training of the essential memories, of the ornaments of fire, and the control of its songs, the human epopee in its branches and varieties, their empires, that gradually I occurred coterie of one of the worlds conquered by Esa. Then, familiarized with the management of this world as well in economy as in policy, it to me was given the control of the ninth fleet of the tetrahedron. In deployment with the myriad of the vessels of this fleet, I went the world of the universes, discovering thousand perfumes, conqueror of the Life in the Life and for the Life. Visitor of blazing, exquisite or hideous worlds, finding hive of Alive to approve it with his rise, combatant the night and his mysteries, organizer of the day and his light, I passed the thousand following moons in this courtyard of the macrocosm. And not to see, there were the excited dreams, the dreams purified, long-lived flowerings, solstitial residences of the ages which are respected and join. As a bathed crowd of incense and myrrh, these skies made iridescent deer fogs the densest faunas, varieties of sequential flora, trees with the russet-red lichens, and about this limpid water which transports you and speak to you about their out of date adventure. Strange also waves in memory, with raising sulfide swells by the deserts ocher and spongy, strange the same ones of the alive breaths in formation going slowly towards the clearing of the Life. And with the customs and habits, as well with recognized civilizations as their styles interfere themselves a similar horizon, that of the destiny of the Life, crowns sumptuous with the infinite varieties drawing up itself in streamer by all surfaces of the grounds met. Lash the clearness of these worlds, I was Mentor then appointed Consul, to say volition of the People in their intention, and become familiar of the wheels of the Empire, Splendid Esa the, conscious one of my power of decision, made me enter to the coterie his pars in order to open its worlds with the synergistic floral festivals, and not to leave measurement to any more tyranny. I went again Space and his meanders to the large brooks of the algae precipitating us beyond times to the reigns in agreement. There I met waters running of the wars of Titans, with the frontier margins, where are braided other empires in way of achievement, young people and dynamic, still not knowing symbiosis and solidifying only in osmosis. It was there of serious decisions, the fates of multiplicity, and much more still of the terrible choices so that survive of the stanzas of the elytrons fulgurations of worlds to come. The way was traced of this correspondence that only the dramaturgy can correspond, in the flash of the wisdom which must, in the weighing of the fates by the species, far from the exemption from payment of an aggressive spontaneousness, far from morbid agitations, even more far from the hasty decisions. A training if it were, calming the revolts, initiating peace and the division, the recognition of the multilateral respect, the development of all resources, a training where nothing was to show through of the most vital emotions. Having pacified our adventitious borders, I was to now grant our worlds in breathes of the sacral way, that allowing each Being to recognize and perfect their energy exfoliation, of living in harmony and corresponding by the natural complementarities to the harmonic solidarity of the one in all and all in one. The Wise ones unscrewed this fate since billion the moons, the Magi reached it, as for the Warriors, they were the spearhead, and above as in lower part, we were there, carrying the remanence of our worlds to deliver this message in the heart of the alive one. Epithelial measurement, this heart was given to me after my tours multiple and varied, which lasted what last the pinks, so much the task was considerable and which time disappeared in its spheres. The door of the nine was open for me. I replaced the monarch Drachnien, of which the legend is not any more to tell, left towards energy perseverance. Talents in talents I as soothsayers the guide what made me become the council of Esa, in his close guard. And here in this advanced age, all the prowesses which I made, building this family who now swarms the stars, and which, you, my daughter you will inherit the message, and which you, my son, you will preserve the message. But here that Esa begs for me to light these worlds. We will take again our conversation later…

 

© Vincent Thierry

Icare productivité PDF Imprimer Email
SCIENCE FICTION
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 14 Janvier 2014 à 12:05

Icare productivité

Le manuscrit nous est venu tel que nous le livrons aux lectrices et lecteurs attentifs.

« R: Vous nous avez réunis pour nous informer du sens relatif qui dispose. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Thot : J’aborderai successivement les principaux problèmes qui sont mantisses de la dilution de votre état de Vie dans la matérialité la plus abrupte et la plus délétère, source de toutes les dysfonctions qui résident dans le vortex de votre interdépendance Humaine. Tout d’abord je vous parlerai des rives de l’illusion qui vous subordonnent à des croyances insipides, ensuite des forces qui entretiennent ce but elles-mêmes concaténation de la force brute de l’atrophie humaine, après du moteur de ce conditionnement, enfin des actions à mener pour terrasser cet hydre aux multiples têtes et multiples visages qui veulent façonner la désintégration de la Vie sur votre espace de Vie.

R : Aborderez-vous les forces contraires qui décimeront cette aporie que nous vivons et des alliances probables qui seront mises en œuvre où préexistent à cette renaissance ?

Thot : Le sujet n’est pas celui-ci, restons symbiotiques et tout d’abord initions les phasmes qui couvrent la réalité du Vivant en votre espace. Je n’ai pas à vous le rappeler tout ce qui est en haut est ce qui est en bas et inversement, donc il faut bien considérer le corps social de l’Humanité comme un corps Humain, avec ses fonctions, ses degrés d’équilibre, ses  maladies, ses microbes, sa symphonie qui  peut devenir cacophonie aux remparts des illusions qui anéantissent ses fonctions vitales et particulières.

R : Le corps social Humain, pourriez-vous rappeler les arcanes de cet archétype pour celles et ceux qui n’étaient présents lors de notre précédent colloque ?

Thot : Merci de votre intervention. Elle me permet de dessiner ce que chacun doit maîtriser afin de façonner le devenir, l’élévation de l’Humain, donc l’élévation de la Vie dans la compréhension de l’existence qui ne se limite au voile de l’illusion mais embrase l’unité la plus exaltante qui existe. Le corps social Humain est interdépendance, et dans ses racines multipliées, et dans ses forces initiées, les Races Humaines qui en leurs Ethnies et leurs acquis de ressemblance ont forgé les cellules de l’oikouméné Humain, savoir les Peuples, qui ont eux-mêmes forgé les Nations, pierres d’œuvre de l’unité de la sphère en leur multiplicité, leurs particularités, qui sont pôles culturels qui se multiplient et non ne s’additionnent, dans le respect multilatéral de l’Identité Humaine qui va de l’Humanité, en passant par les Races Humaines, les Peuples Humains, les Ethnies Humaines, jusqu’à l’Être Humain qui est action de cette parousie ou bien destruction de cette parousie, suivant les degrés de son unité atteinte ou non. Le corps social Humain est donc là sous nos yeux, forgé des cellules, qui sont les Être-Humains, des ensembles de cellules qui sont leurs Peuples, et par définition leurs Nations, des organes qui sont les fonctions communes des Être-Humains qui se vivent en harmonie ou bien en aporie, initiant l’économie, la satisfaction des besoins primaires, la nourriture, l’air, l’eau, la liberté de s’exprimer, de circuler, de s’associer, la satisfaction des besoins secondaires, la culture, l’altérité, la compassion, la satisfaction des besoins trinitaires, la spiritualité, le don et la défense du vivant, enfin la satisfaction quaternaire, qui est celle de l’implantation d’un Ordre salutaire permettant de naître l’Ordre et la Sécurité pour l’ensemble de ces besoins, par le respect multivoque,  entre les différents invariants existants, le tout innervé par la puissance de l’élévation, de l’homéostasie nécessaire aux grandes lois de l’équilibre qui ne sont issues de lois humaines mais des lois naturelles.  Cela est-il compris ?

R : Cette formalisation vivante trouve ses arcanes dans la graduation énergétique déployée ?

Thot : Très bien, ceci est la question dans laquelle se trouve toute itération du processus vivant dans les microcosmes représentés par l’osmose de la matière et de l’énergie et dont l’énergie doit après expérience se dissocier par construction symbiotique. Vous le comprenez, toute création est énergétique et résultante de l’Énergie déployée tant par le corps Humain, en ce lieu, que par le corps social Humain, toujours en ce lieu, afin de parvenir à la réalisation de la transcendance nécessaire à l’évolution de la Vie en ce lieu qu’elle prédestine afin de se régénérer.  Comprenez que tout l’espace-temps est champ électromagnétique, que chaque atome est champ de conduction électromagnétique, et que de leur valeur dépend la pérennité de la transformation nécessaire à l’accomplissement de l’essor de la Vie. En substance nous pouvons déterminer que le corps social Humain est le champ électromagnétique conditionné, par addition, soustraction, multiplication, des champs électromagnétiques propres à chaque individualité de la Vie, qui est en fonction de ses degrés assomption ou bien déclin suivant la rémanence formelle qu’il induit tant au niveau individuel que collectif, chaque pensée, chaque acte, déterminants le devenir, de par chaque Être comme de par l’ensemble des Êtres en leur champ qui n’est qu’un champ parmi les innombrables univers qui se côtoient  au sein de l’aventure vivante, qui n’est qu’une forme parmi les formes engendrées afin d’advenir la régénération parfaite du tout. Ainsi en fonction de cette réalité dynamique pouvons-nous déterminer les critères qui permettent dans le cadre de la nature fonctionnelle de tendre vers l’assomption et désigner les goulots d’étranglement qui ne permettent pas tant à l’unité qu’au généré de franchir le seuil ou transcendance et immanence se rencontrent afin de dépasser le seuil de la nature ultime, cette nature oscillant entre la matière brute et la reconnaissance implicite de sa destinée souveraine.

R : Où l’on pressent ici que le corps de l’Humain est lui-même le corps de l’Humanité, n’est-ce pas ?

Thot : Tout à fait, comprenez bien que votre véhicule terrestre est le même que le véhicule de l’Humanité et inversement, ainsi en est-il par toutes les galaxies et leurs planètes, ainsi en est-il parmi tous les univers engendrés, ainsi en est-il et en sera-t-il dans l’Éternité, car inscrit en chaque gène qui fixe vos apparences, en votre ADN lui-même qui est la marque de votre élévation. Vous êtes un champ électromagnétique en pouvoir de compréhension de toutes forces, dès l’instant où vous reconnaissez vos caractéristiques et vous voyez bien, car toutes maladies quelles qu’elles soient sont existantes, qu’une perturbation quelconque de votre champ électromagnétique peut vous faire glisser vers leurs méfaits. On notera que toute maladie individuelle peut être soignée par module scalaire, qui aujourd’hui, n’est utilisé que pour certaines strates de vos civilisations pour leur seul profit, mais vous pourrez changer cela, ne vous en inquiétez. Et comme on peut soigner les maladies de l’individu par des modules scalaires qui réajustent l’équilibre électromagnétique de chacune de vos cellules y compris de votre ADN, le corps social Humain peut être soigné par ce module scalaire propre à l’expression, la force de volonté opérationnelle de la voix et du dire, la densité de la pensée en action que rien ne peut arrêter car libre du fardeau des contraintes aliénantes liées en surface au désir comme au plaisir, formes dégénérées par excellence de la condition Humaine qui enlisent dans la matérialité la plus brute.

R : En fait on a la solution en nous-mêmes ?

Tau : Exact. Il n’y a pas de solution en dehors de vous-même, en dehors du champ électromagnétique que vous innervez dans le cadre du corps social Humain. Ce champ électromagnétique a très bien été compris et circonscrit par les typologies de civilisations qui se sont succédées ou bien ont vécu en commun sur votre petite planète, voyant ici les aberrations se conjuguer aux aberrations, pour vous voir ce jour lié à l’entreprise de destruction de votre forme de Vie la plus radicale qui ait été mise en œuvre par l’atrophie, où l’atrophie est un champ dont la résonance est inverse de celle qu’un Être Humain normalement constitué et non idéologiquement soumis, est capable de mettre en œuvre naturellement dans le cadre des univers qui nous entourent. La solution est en vous-même en prenant conscience de votre réalité, au-delà des images d’Épinal, des contes pour adultes, de la propagande la plus insolente, au-delà de la bêtise institutionnalisée, de la bestialité dominante. L’Être Humain est un champ électromagnétique capable de correspondre sans contrôle avec l’ensemble des univers, avec le cosmos, avec autrui en ses différentes formes à travers les espaces comme par les temps qui ne sont que des quantas qui servent de tremplins vers des connaissances nominales qui irisent toutes formes de la Vie dans l’Absolu. La mise en veille et plus simplement la lobotomisation de cette faculté vous fera comprendre le degré en dessous de zéro que vous vivez actuellement dans vos Nations devenues les sables mouvants d’une pieuvre tentaculaire cherchant à vous contrôler, à vous enrôler et à vous obliger à l’abîme et en aucun cas à aucune cime.

R : une matrice donc inverse ?

Thot : Plus qu’une matrice, un ensemble de matrices dont les interrelations dérivent la subordination et l’accomplissement du néant au profit d’entités ayant fondé leurs empires sur ce néant qui voit la Vie brisée, larvaire, inféodée, décapitée, jusqu’au cœur même de vos cités qui ne sont plus que dévotion de la lie et de ses arcanes, un corps social atrophié vivant dans la virtualité aux exhalaisons putrides le renvoyant à celui d’un butut vide de conscience qui ne se ploie et ne se déploie que pour complaire au fouet qui le dirige, un fouet qu’il réclame à tout instant, inconscient de sa force fantastique qu’il pourrait mettre en œuvre pour fouler à terre toutes les immondices qui  manient ce fouet.

R : L’individu étant esclave, l’Humanité ne peut donc qu’être esclave.

Thot: L’Énergie qui ne se concatène est volatile, de fait pour régner sur des esclaves, il faut bien entendu que cette énergie se dissipe. Voici l’art de l’illusion qui vient à point et dans laquelle depuis bien des millénaires vous vous complaisez sans vous rendre compte un seul instant que le grand jeu de la Vie est dévié par des centrales d’énergies négatives, en leurs desseins comme en leurs assouvissements purement matériels, qui brisent l’élan de l’Être Humain, des Peuples, des Races, de l’Humanité pour leur seul profit. Raisonnons tout simplement d’une manière scalaire en vertu de l’unité harmonieuse que doit déployer le corps social Humain en ses Énergies. La résultante est abyssale de monstruosité, voyant le parjure, le mensonge, la propagande, les appendices d’une politique généralisée vampiriste, apportant famine, guerre, paupérisme, aux fins de servir la difformité électromagnétique et ses féaux. Car au regard de cette difformité des champs, on ne peut être qu’outré devant tant d’abîmes, tant de déraison, tant de folie ordinaire, où la bestialité sous toutes ses formes s’enchante.  Le scan des  sociétés Humaines de ce jour, est emprunte d’une dérive qui n’est, je vous rassure, qu’une contraction temporelle où la Vie combat afin de reformuler sa destinée et non sa désintégration. Cependant pour qu’elle combatte d’une manière plus opérationnelle  faut-il aller plus loin pour comprendre les fondements qui caractérisent cette fuite vers le néant .

R : Ces fondements sont pièges énergétiques ?

Thot Exact, ici nous allons donc passer en revue les éléments que nous révèlent notre analyse scalaire. Le premier des maux est lié aux expressions des civilisations créées par les empreintes primitives, matérialistes et spiritualistes, dont fort heureusement l’unité symbiotique, permet de sortir la tête de l’eau de l’Humanité. Ce mal est né de l’interprétation initiée par un sur moi, entraînant un déséquilibre tropique, de l’unité systémique de l’Être Humain, en ses principes invariants le Corps, l’Esprit, l’Âme. Nous assistons dans le cadre primitif à l’axe corps Âme qui est régression de l’esprit au profit de la barbarie, dans le cadre matérialiste à l’axe corps esprit qui est projection de l’Âme au profit de la barbarie, enfin dans le cadre spiritualiste à l’axe esprit Âme qui est projection du corps au profit de la barbarie. Le dénominateur commun de ces défauts d’unité symbiotique entre les invariants de l’Être, se révèle donc les pièges destinant les énergies à leur servage le plus total par dissonance éducative permettant l’asservissement de l’Humain, et donc du corps social Humain, la résonance individuelle de l’Être Humain étant atrophiée par ces sur moi, et donc la résonance du corps social humain étant de même anémiée. Ces pièges énergétiques dans ce jour se voient en dessous de la ligne énergétique naturelle, fondant par addition la désintégration de la réalité humaine, donc de sa résonance électromagnétique dans le néant le plus glauque que l’imagination peut dévoiler. Ces pièges énergétiques comme chacun peut le voir, se révèlent, au niveau des primitifs par un appât du gain matériel sans finalité, au niveau des matérialistes par l’invention d’une culture du non-être caractérisé par une chose qui n’a de valeur qu’économique ou sexuelle,  au niveau des spiritualistes par l’addiction à la matérialité la plus stérile en invention d’une glorification du dénuement de tout un chacun pour la désinence du factice et de ses oripeaux. Cette typologie détermine pour l’asservissement, comme nous venons de le dire la barbarie, une barbarie envers les corps, matérielle, une barbarie envers les esprits, intellectuelle, une barbarie envers les âmes, spirituelle.  La barbarie matérielle trouve ses limites dans l’esclavage et dans le consentement à l’esclavagisme, où l’on voit le non-Être se réfugier dans le giron de pseudos pouvoirs qu’il croit avoir élu, alors qu’ils sont imposés, allant jusqu’à accepter leur disparition par avortement, euthanasie, disparition jusqu’au nom même de leurs racines. La barbarie intellectuelle est  circonscrite dans la négation de toutes formes historiques tendant vers l’épanouissement des individus, et du corps social, tel qu’on l’a vu dans les sociétés de types impériales et royales, en s’appuyant sur le mensonge, sur la délation, sur le pourrissement du langage, la force de dérision de la beauté et de la grandeur, de la splendeur et de l’honneur, de l’unité du vivant, qui doit être considéré comme résidus de la boue par le mélange, le métissage, l’arborescence de la division des cultures. La barbarie spirituelle réside dans la défense d’ordres dévoués à l’appât du gain et de ses serviles demeures, cherchant ainsi par eugénisme et malthusianisme à protéger ses intérêts, en liquidant massivement le pouvoir électromagnétique dont est capable un ensemble d’Êtres Humains comme des Peuples par exemple ou bien des conglomérats de Peuples. Ces barbaries parfaitement complémentaires les unes les autres dans leurs abstractions fondent aujourd’hui une forme inverse de civilisation qui se voudrait globale qui s’est enfantée par des massacres conditionnés dès 1645 de votre Ère, par une révolution anglaise née du Protestantisme, initié  par le Judaïsme afin de détruire l’Église Catholique, honorant le Christ Roi, exemple s’il en fut de plus noble sur votre Terre de la Voie s’ouvrant à la Voie. Ces massacres ne se comptent plus depuis 1645, révolution Anglaise, 1789, révolution Française, dix-neuf nième siècle, essor du nihilisme portée de reconquêtes criminelles, vingtième siècle, suffisance de la barbarie, déclenchant une guerre mondiale pour anéantir l’intelligence humaine, initiant une révolution Russe allant provoquer le massacre de soixante millions de personnes, une révolution Chinoise provoquant en nombre le même massacre, des révolutions éparses provoquant l’assassinat de trente millions de personnes à travers le monde, instituant une deuxième guerre mondiale décapitant l’intelligence européenne, voyant le massacre de dizaines de millions d’Êtres Humains dont six millions de personnes de confession juive, pour voir s’instaurer les prémisses d’une dictature mondiale sur votre petite planète. Une dictature qui depuis 1945, malgré quelques secousses, épouse les mêmes idéologies meurtrières du passé, dans une addition épouvantable, celle du communisme et du national-socialisme, dont l’étiquette est celle du mondial socialisme désormais.  Un mondial socialisme répugnant voyant l’Humanité de nouveau massacrée afin d’attraire sa vitalité soit par génocide comme au Darfour, au Congo, soit par l’intermédiaire de guerres fabriquées de toutes pièces afin d’abstraire aux Peuples soumis leurs matières premières. La barbarie ici a ancré son drapeau d’une manière inimaginable, s’aidant de tous les instruments de propagande à son service, radio, télévision, cinéma, journalisme, maisons d’éditions de livres ou de presse, totalement soumis à son diktat de servage. Le scan scalaire de votre état est d’une évidence frappante, une crête, une seule crête au-dessus de la vague alors que dans une progression naturelle cette crête devrait être dôme, tremplin vers le devenir de la réalité Humaine qui n’est pas celle de la matière brute mais de l’élévation spirituelle la plus marquante, comme il en est par les milliards et les milliards de planètes habitées de ces systèmes galactiques qui sont en phase avec la Vie et le Vivant et qui ne recherchent en aucun cas votre côtoiement, hors des strates à votre ressemblance qui s’immiscent dans les pouvoirs dans la léthargie la plus complète de l’Humanité, qui ne voit pas que sont déjà conquises la Lune et Mars par l’Humanité, et que s’apprête à être conquise Jupiter, non pour le profit de l’Humanité, mais pour le profit de la barbarie qui gère et ne veut en aucun cas que l’Humanité, aveugle, sourde et muette, en bénéficie.

R : Quelle déperdition d’énergie !

Thot : Oui, une déperdition d’énergie qui se mesure dans les abysses, une déperdition folle dont les chromatiques sont symbole d’une cacophonie sans finalité, issue de la nucléarisation, de l’acculturation dont la propagande est inouïe, voyant chacun consentir à ce qui n’est pas la Vie dans ses ramifications, consentant à l’avortement, consentant à l’euthanasie, consentant à la destruction des racines humaines par un métissage forcé, une civilisation de la mort qui enfante la mort et enchante la mort, une civilisation barbare où seul compte l’avoir matériel, où les chiens de guerre naissent du nihilisme le plus abject, où la famine est instrument de gouvernance, où la déficience humaine est règne, dans un parjure dont l’outrance est démesure. Une violence sans contre-pouvoir qui sème la terreur et engendre la terreur, le crime, et se cache derrière des lois pour travestir ses crimes dantesques. Le constat est amer, mais il ne suffit de constater faut-il maintenant délier les nœuds qui ne permettent de naître la fluidité énergétique nécessaire à l’accomplissement du Vivant en ce lieu. Et là, que d’abîmes, que de déshérences, que de parjures, que de délitements de la conscience Humaine, un aréopage instrumentalisant sa propre folie, cette folie du gain, cette folie de la vanité, cette folie de tous les vices qui concatènent toute la pourriture qu’a pu engendrer l’humanité, qui dans son asservissement le plus total, est aveugle de cette errance qui se protège et qu’il convient de définir et destituer de tous les pouvoirs afin que l’Humanité vive enfin, renaisse à la pure destinée de son sens, qui n’est pas celui de se prosterner à des dieux qui n’ont de noms que ceux que leur donne ceux qui veulent immobiliser l’aventure humaine et la réduire dans le néant, pour leur seul profit.

R : Vous allez nous parler des sociétés discrètes, sinon secrètes ?

Thot : La barbarie pour pouvoir régner a besoin de sa garde rapprochée, et nonobstant sa garde rapprochée ses vecteurs qui disséminent la propagande nécessaire à l’acculturation du ou des Peuples qu’elle cherche à asservir. Ainsi de tout temps les primitifs, les matérialistes et les spiritualistes ont-ils pour régner fait l’invention de sectes dont les membres se sentent des élus alors qu’ils ne sont qu’esclaves, pour faire valoir dans la lumière leurs ordres les plus signifiants.  A contrario le monopole de l’invisibilité n’est pas le fait de ces sectes, l’équilibre des forces étant une des lois naturelles de la Vie. La distorsion existante entre cet équilibre est aujourd’hui rendue au maximum sur votre planète, assignant un non-retour, une inversion électromagnétique telle qu’il est temps de renverser cette force négative qui vous submerge et vous mènes droit à la désintégration. Observons donc la pyramide négative qui essaie de forcer le mouvement vers la désintégration de toutes les capacités Humaines. À l’origine un Peuple barbare, les Khazars qui de tout temps ont guerroyé initiant un empire entre la Volga et l’Oural, la Mer Noire et la Mer Caspienne, lieu de passage obligé des caravanes se dirigeant vers l’Asie. Ce Peuple d’origine de ce que vous appelez la Turquie lors de l’avancée impériale des Russes d’origine Scandinave qui avaient pour fief Kiev, a été battu, et dès lors s’est disséminé dans toute l’Europe et une partie de la Méditerranée afin de poursuivre ses objectifs de conquêtes. À l’appui de cette conquête silencieuse, il s’est fait le défenseur de l’usure, de ce que vous appelez les intérêts qui ne sont ni plus ni moins que ce que vous appelez un racket des populations. Chassés dans votre Moyen âge et plus récemment au dix-huit eme siècle de toute Nation au regard de leur escroquerie manifeste advenant le paupérisme des Peuples, ils se sont cantonnés après de multiples tractations dans les Pays de l’Est de l’Europe et une partie de la Russie, continuant ici leurs prévarications les plus dévastatrices.  Pour œuvrer dans la tranquillité de leur soif de pouvoir sans partage, ils ont traduit leurs actions et surtout leur défense, par l’intermédiaire de sociétés secrètes, Roses Croix, tout d’abord, Franc Maçonnerie ensuite, et diverses sociétés au clinquant attirant les vaniteux et les serviles. Leur but poursuivi étant de détruire tout ce qui pouvait s’opposer à eux, les trônes, les gouvernements, les religions, ils ont commencé leur anathème envers  la religion Catholique, leur pire ennemi, car du Christianisme l’Église, ce Christ Roi immolé par leurs frères en Judée, Voie de la Lumière menant à la Lumière, qui ne pouvait complaire à leur dessein, voyant en leur sein la Vierge Marie traitée de pute, et le Christ lui-même de minable, par leurs écrits de l’époque, retrouvés par les Templiers. Ces Templiers qui  fondèrent un ordre monastique guerrier défendant le faible et l’opprimé sous la Croix du Christ, symbole de leur défense du Christianisme et non pas de l’Église de Pierre qui se trouvait entre les mains déjà de familles usuraires et perverses. Image du réel, cet Ordre devint l’un des principal banquier de l’Europe, prêtant sans intérêt, ce qui ne pouvait que nuire aux prêteurs usuriers qui, par l’intermédiaire d’un Roi Français et d’un Pape sans consistances sinon celles d’être tenus par leurs emprunts près des Usuriers, ont mis fin à cet Ordre dans le sang et le parjure. Durant des siècles et sous couvert de différentes sociétés dont les Illuminés de Bavière, l’une de leur création, ils parcoururent ce dessein de pouvoir sans partage, initiant la révolution Anglaise en implantant une dérivée de leur Religion le Protestantisme, éradiquant le Christianisme de l’Angleterre au profit de l’adoration de leur Dieu El Schaddaï, un ange déchu comme il en existe tant, ne vivant que pour la mort, dont la Bible dans l’ancien Testament conte les crimes de sang , livres de Moïse à Esther , où on peut dénombrer plus de soixante-dix massacres et génocides, sans compter les crimes, les pillages, les viols, l’inceste, la pédophilie et autres atrocités commis en son nom. Ces méfaits  traduiront les principes du Talmud, le livre de la Loi des Khasars, où il n’y a aucune place pour celles et ceux qui ne se convertissent à leur Religion, traités de goys, de sous-humain qu’il convient d’attraire. El Shaddaï, plus simplement décrit comme Satan dans sa désignation profane, n’a donc rien à voir avec Dieu, ou l’Absolu, son Fils, le Christ, et la Vierge qui l’a enfanté. Bien au contraire le Christ est la Voie souveraine qui mène à l’accomplissement, source de don, de beauté et de bonté qu’exècrent les Khazars qui n’ont d’autres buts que l’asservissement Humain et sa mise en esclavage à son service.  On comprendra dès lors la rencontre des contraires qui vont s’affronter jusqu’à ce jour, en oubliant pour les défenseurs de Satan, que le Christianisme n’a pas besoin d’Église pour s’exprimer, et que leur volonté de destruction ne peut que s’écrouler, car ils ne pourront jamais combattre les milliards d’Êtres Humains ayant embrassé cette Foi. 1645 donc, qui sonne le glas et l’esclavage de l’Angleterre qui désormais dans les rets des Khazars va devenir la force dominatrice de votre petit monde, en asservissant par la force, le fer, le sang, la drogue dont il est le principal importateur, cet empire qu’il se créé en violentant toutes les règles humaines, au nom d’un protestantisme qui n’est que le déguisement de la religion khazar aux fins de la cacher dans le réel. Profanation donc, destitution de tout ce qui existe, les révolutions engendrées et financés par les banquiers Khazars n’auront de cesse que de voir les Nations courber l’échine devant leur pourvoir usuraire. Partout où ils agissent la terreur s’instaure, ils se servent toujours d’un tiers pour faire valoir dans le casus belli qu’ils occasionnent, finançant les deux partis ennemis, un tiers dont le visage rayonnant est celui qui vient calmer les guerres comme les révolutions. C’est un des rôles de leurs sociétés dites secrètes qui agissent dans l’ombre des Institutions, traçant la route de l’esclavagisme le plus dantesque que votre planète ait connu. A l’œuvre sont-ils aux fins de déclencher les deux guerres mondiales que vous avez subi, la première au motif que l’Allemagne s’industrialisait trop à leur goût, et qu’il fallait réduire l’intelligence humaine à sa plus simple expression dans le cœur de votre Europe qui pensait encore. Ce massacre avait aussi un autre but, l’écrasement de la dynastie des Tsars en Russie, et la destruction de toutes les structures de sa gouvernance afin d’implanter le plus grand camp de concentration du monde, qui après épuration de 60 millions de Russes dans des conditions atroces, famines, pénuries organisées, goulag, travail forcé, s’est désormais écroulé, comme cela se devait. Finançant cette horreur sans nom, ils placèrent leurs féaux sur tous les marchepieds du pouvoir voyant leur Peuple détenir en son nom par leurs féaux 90% des pouvoirs en toutes strates de la société qu’ils ont appelé communisme, une erreur critique volée à un Révolutionnaire Français, Hebert. Cette idéologie dite marxiste qui n’en porte que le nom le manifeste du parti communiste ayant été écrit par la société secrète, la Cause des Justes sur les idées de Hébert, va dans la suite provoquer l’assassinat de cent cinquante millions de personnes à travers le monde.  Profanation donc, les tables gigognes se mettent en place ou sont infiltrées telles celles mise en œuvre par Cecil Rhodes en Angleterre, la Table Ronde invisible et le RIIA visible, dont le pendant est le CFR aux Etats Unis, allié à la Trilatérale, tandis qu’en vecteur l’Europe créait les Bilderberg.  Auparavant une deuxième guerre mondiale éclatait sous les hospices des Khazars qui après avoir réduit au silence les États Unis en créant la FED, dont ils détiennent toujours à ce jour la majorité absolue,  aux fins de créer une enclave dans le monde Musulman et ainsi maîtriser les ressources potentielles des Pays Arabes. Pour cela finançant Russes et Allemand, ils ont joué comme ils savent si bien le faire entre les différents partis, ce qui a été facile puisque les conditions de l’armistice de 1918 furent une honte à l’Humanité qui ne pouvait que dégénérer par la naissance d’un nouveau conflit. Ils investirent les Loges Vril et Thulé, comme ils l’avaient fait pour la Franc Maçonnerie à l’aide de leur bras armé, les Illuminés de Bavière, aux fins de naître une position contraire à leurs intérêts,  le national-socialisme qui est comme le communisme une de leurs créations avec le socialisme et aujourd’hui le mondial socialisme. Théorie de la Race, cette idéologie a été exacerbée afin surtout que le terme Race disparaisse à jamais de votre Terre, première erreur des Khazars qui n’ont pas compris qu’au-dessus d’eux existent des Lois Naturelles qui ne se circonscrivent pas à leur vision des choses.  La résultante eut pour effet le désir de voir naître un nouvel ordre mondial dont les nationaux-socialistes seraient les maîtres, et pour cela la mise en servage et en esclavage de tout ce qui n’était de leur parti, les personnes de confession Juive, qui n’avaient pas assez d’argent pour se réfugier aux États Unis ou ailleurs, les homosexuels, les handicapés, et bien entendu tous les opposants pour qui la hache a fonctionné sans relâche, ainsi que les résistants qui viendront en nombre grossir le travail forcé jusqu’à la mort par scorbut, pendaison, fusillade, gazage, le tout de la même manière que leurs petits frères en socialisme, les communistes qui, profitant de l’aubaine, ont commencé leur œuvre de dépopulation de ce qu’ils considéraient stériles, notamment l’intelligentzia Polonaise, qui avait bien entendu le tort d’être Catholique.  Cette guerre destructrice permit la naissance de la Nation d’Israël, et corrélativement la mise en esclavage idéologique de l’Humanité dans une tripartition, communiste, libérale, socialiste, toutes idéologies entre les mêmes mains. La Chine pendant ce temps, vouée au communisme allait elle aussi se lancer dans la dépopulation forcée, par famine, par camps de rééducations, par assassinat collectif, notamment des Tibétains, dont la Religion est une offense à Satan, occasionnant ainsi le supplice de 60 millions des siens.  Le seul sens de ces dérives, dont l’Europe et le reste des Pays du monde ont subi l’extermination par révolutions induites, portant sur trente millions de victimes, n’avait d’autres buts pour les Khazars que de découper désormais les zones d’influence en trois partis, donc de réduire les Nations à de simples régions incluses dans cette tripartition factice, s’opposant ? En aucun cas car financée par les Khazars qui lentement mais sûrement dans une guerre silencieuse mettait la main sur chacune des Nations en usant et abusant de leur arme de fait, l’usure, cette usure voyant naître l’ONU, garante du servage, le FMI, garante des prêts de l’usure, et ne prêtant que sous condition de servage, l’OMC, garante de la distribution de tous types de produits y compris les drogues les plus dures afin d’affaiblir les populations, encourageant les complexes industriels notamment de distribution de graines, polluées par opération génétique aux fins de rendre malades les populations , l’OMS, garante de l’eugénisme généralisé par des vaccins basés sur des produits létaux, obligatoires pour les populations, par l’invention d’une chimiothérapie n’ayant pour simple but que d’accélérer la prolifération des métastases, par l’invention et le soutien de produits pharmaceutiques cancérigènes, mortels pour les populations, l’Unesco, chargé de la propagande, dans le mensonge absolu de la réalité, initiant la déstructuration des familles, des Être-Humains pour les vouer au genre, à la masturbation obligatoire dès l’âge de quatre ans individuelle et collective, une marchandise économique et sexuelle destinée à l’euthanasie en fonction des flux et des reflux économiques régulés par les Khazars qui à chaque instant peuvent commettre le paupérisme en chaque Nation en retirant leurs prêts, asséchant ainsi la source vive économique de chaque Nation, qui pour la plupart ayant perdu le contrôle de leur monnaie, sont désormais les esclaves dociles de leurs maîtres, enfin le Club de Rome garant de l’application de l’eugénisme global de l’humanité, organisme de la propagande des khazars. Vous le voyez si l’on parle sociétés secrètes, ces sociétés en nombre et par nombre ne sont rien, car elles sont guidées par ce qui est invisible au commun des mortels, un appétit dévorant de pouvoir, sans lois et sans limites, lié aux Khazars qui dans l’ombre la plus docile manipulent les uns les autres afin de créer leur « ordre » mondial qui ne sera que celui de la mise en esclavage de votre Humanité, devenue la boue dont se serviront ces idolâtres afin et uniquement afin de flatter leur vanité, leur avoir, leur déraison la plus antis naturelle qui soit. À tel point qu’ils ont failli faire éclater une troisième guerre mondiale, au motif de ce Pays que l’on nomme la Syrie qui se bat contre les fantômes formés par certains Peuples d’Occident, dont ils n’ont plus la maîtrise, qui cherchent à imposer un Islam radical dans tous les Pays d’Afrique du Nord, y compris maintenant dans les pays d’Europe,  cet islamisme servant parfaitement les buts des Khazars qui pour imposer leur dictature mondiale doivent effacer le nom du Christianisme, but qui voie une immigration massive scléroser les Peuples Européens, soumis à une pression idéologique et une propagande de servitude telles que ces Nations n’en ont jamais connues, avilissant la mémoire historique de leurs Peuples, réduisant au silence leur culture, accélérant l’illettrisme, le paupérisme, aux fins de noyer dans l’abîme toute velléité des individus comme des masses de contrarier leur plan, instaurant même dans ce que vous appelez la « communauté européenne » la peine de mort pour celles et ceux qui envisageraient de se révolter contre la mise à sac de leurs Nations, par des banques créées de toutes pièces qui ne sont que les jouets utiles des Khazars. Parler du comité des trois cent, des mille, des treize, des trente-trois etc, est sans intérêt car dans la pyramide, les uns les autres ne sont que les esclaves de ces « invisibles » qui désormais sont en pleine lumière, voyant pas plus de trois cents familles dans l’Humanité s’approprier toute la réalité en la confondant dans la virtualité la plus boueuse et la plus glauque aux fins de mieux l’asservir et s’en servir comme esclave. Comme on dit sur cette planète, grattez le vernis, les apparences, et vous verrez le réel dans sa trivialité la plus épouvantable, dans sa vanité la plus homérique, dans son attitude la plus nocive, couverte du sang humain comme personne ne l’a été de par votre monde,  un univers de dépravés où l’inceste comme la pédophilie sont des constantes, où le crime rituel envers les Être-Humains ne connaît pas de trêve, où la folie en germe d’atrophie de toute altérité comme de toute compassion est la règle. L’exemple typique de cette atrophie purulente est celui de cette Nation que vous nommez la France. Regardez là, analysez là, elle est enchaînée dans tous les pouvoirs à l’hydre maçonnique déviant, maire, conseillers départementaux, régionaux, députés, sénateurs, gouvernance, justice, police, grands corps de l’État, tout est gangrené par cette hydre. Les Françaises et les Français forment un Peuple d’Élite qui désormais est réduit au servage le plus violent, le plus insidieux, le plus trompeur, le plus machiavélique que l’humain ait pu générer à ce jour, se servant de Janus, vous savez ce double visage, pour imposer son autarcie oligarchique esclave de l’usure. Toute attitude allant à l’encontre de son système de mort est immédiatement l’objet d’une propagande inverse tendant à annihiler sous les coups de ce qui s’appelle dans cette Nation, l’antisémitisme, qui ne peut être utilisé que pour les Peuples d’origine sémitique, soit  cinq pour cent de la population de confession juive et les Peuples Arabes en général, et qui est employé systématiquement contre toutes celles et tous ceux qui mettent en évidence la soumission aux Khazars de leur Peuple, le racisme, autre face qui ne concerne en aucun cas la France qui compte dans ses rangs des populations parfaitement intégrées qui ont servi avec leurs mains comme avec leur sang les intérêts de la France, quelle que soit leur couleur, racisme inventé de toutes pièces aux fins de déchaîner des hordes nihilistes qui sont les chiens de guerre d’un pouvoir mondial socialiste qui n’a que faire de cette Nation, et à genoux devant ses maîtres en ses différentes sociétés secrètes, prend ses ordres et obéit aux Khazars. L’ignorance dans laquelle est tenu le Peuple de France, la propagande qu’il subit depuis 1945, l’apologie des idéologies communistes et sionistes, conclue à une génuflexion, une auto flagellation qui est la plus putride que le monde connaît, voyant la Liberté dans cette Nation muselée par celles et ceux qui ne s’appartiennent pas, au nom des haillons d’une démocratie qui n’en est pas une mais le règne de communautarismes minoritaires qui contraignent jusqu’au nom de l’Être Humain pour le ranger dans le genre, qui contraignent dès l’âge de deux ans les enfants à s’inscrire dans la propagande la plus mensongère que l’Humanité ait vécue depuis la révolution culturelle Chinoise, une éducation et une rééducation contraire à tous traités transnationaux dont se contrefiche la gouvernance installée dans sa permanence de bien pensance et de repentance, initiée par les loges dans laquelle elle est circonscrite et enchaînée. Ce Pays est résonance de toute la contraction temporelle que subit votre courbe d’évolution. Une honte pour l’Humanité, une honte pour son rayonnement et sa grandeur, La voyant le fait ainsi des arrestations arbitraires, des mises au cachot, des interdictions de circuler, des interdictions de penser, des interdictions de se défendre contre les hordes nihilistes que le pouvoir protège et paie, bientôt d’après ce que nous entendons la voir  désormais soumise au vol et au pillage consacrés par des hordes ne méritant pas cinq ans de prison, tout cela dans une enveloppe dont le désir est de voir s’y instaurer la pédophilie par les non-êtres qui sont insinués dans tous les pouvoirs, pédophilie qui consacre l’enchaînement de celles et de ceux qui la pratiquent et qui servent si bien les intérêts des Khazars, le vice, la prostitution, le crime, le génocide étant leurs armes favorites pour établir leur dictature universelle.  À l’échelle de votre monde, il convient d’être rassuré, car de grandes Nations se sont élargis des méfaits des Khazars et commencent à émerger de la boue dans laquelle elles étaient enfoncées, drapées dans le sang de leur Peuple martyrisé. Cela est déjà une bonne nouvelle pour cette petite terre et son humanité qui représente la Vie. La Vie qui n’a pas demandé à être l’esclave de la force brutale, de la barbarie la plus extrême, conditionnée dans un camp de concentration où l’eugénisme comme l’euthanasie seront les lois, au profit unique des Khazars qui dans l’invisible tirent les ficelles de son génocide organisé et planifié.

R : A l’encontre il convient donc d’agir, mais quelles formes d’actions ?

Thot : L’action n’est pas gesticulation, mouvement de foule dont l’intelligence diminue comme le carré de son échantillon. L’action est la mesure et surtout elle doit être individuelle, les individus n’ayant besoin de se rassembler pour se comprendre lorsqu’ils maîtrisent symbiotiquement leurs composantes. L’action doit être ouverte et en cela non pas simplement nationale mais bien internationale à l’aide de la communication qui désormais n’est plus, sinon par les écoutes, le monopole des Khazars. Il convient que vous formiez des réseaux à travers la Planète, des réseaux d’influence garants de la liberté de l’information et de la communication, une information sur tous les actes, les faits et gestes, des sectes qui poussent l’humanité vers son esclavage consenti. Il n’y a pas de lieu de l’information qui doit vous échapper, du simple fait divers, notamment de ceux portant atteinte à la personne humaine, dont on voit aujourd’hui que celles et ceux qui sont de Race caucasienne et de plus catholique sont les plus victimes, jamais dénoncés dans les médias aux ordres des Khazars, portant à l’atteinte générique des Peuples, en dénonçant les coûts exorbitants qu’amènent les immigrations massives qui ne sont là que pour détruire les Peuples en leurs coutumes, leurs racines, leur Identité, leur culture et leur spiritualité, en dénonçant toute invasion culturelle comme spirituelle tendant à défigurer la réalité historique et biogéographique des Nations, qui rappelons le seront les pierres d’œuvres de votre Empire Universel qui détrônera à jamais les garants de la perversion, de la possession. Il convient dans l’Action, avant tout qu’elle soit culturelle, faisant venir les scientifiques comme les philosophes tus par la monstruosité qui plane au-dessus de l’Humanité comme un vautour devant la charogne encore chaude des victimes qu’elle a permise sans jamais se tacher les serres. L’action doit donc être éducative, bataille contre l’illettrisme, bataille contre la réécriture de l’histoire par les composants de la subversion,  bataille pour la restitution des idées à qui elles appartiennent, ainsi de celles de Einstein qui appartiennent au mathématicien Français Poincaré, ainsi de celles de Marx qui appartiennent à Hébert, révolutionnaire Français, etc… La bataille que vous devez mener doit faire l’objet de consensus tant dans le domaine culturel, spirituel que politique, et faire l’objet de versement en débats dans les Assemblées constituées de chaque Nation, non les assemblées de la soldatesque des Khazars mais les Assemblées d’Etres humains libres d’appartenance qui n’auront d’autre but que de défendre le Peuple par le Peuple et pour le Peuple, et non pour arborer cette triste trilogie, Liberté, Égalité, Fraternité, qui n’existe que pour la franc-maçonnerie inverse et en aucun cas pour les Peuples. La bataille doit être aussi initiée dans tous les vecteurs Humains, pour défendre et faire valoir l’Humanité en composante de ses Races, de ses Peuples et de ses Ethnies, faire valoir votre petite Terre en composante de ses multipolarités et de ses Nations,  afin d’advenir notamment dans cette Europe dénaturée par tout l’accouplement à la bestialité,  les États Unis d’Europe qui sera une force tridimensionnelle dans l’élévation de l’Humanité, par son Histoire dont les faits se multiplient et ne s’additionnent, par ses cultures dont les embrasements se multiplient et ne s’additionnent, par sa spiritualité Chrétienne qui n’a pas à être avilie par toute la boue de l’humanité comme on la voit actuellement représentée dans les Églises par des femmes qui ne sont que les jouets des Khazars aux fins de monter les religions les unes contre les autres. Donc dans la face visible mettez en ordre les réseaux impersonnels qui permettront la revitalisation de cette terre asséchée par la prostitution de l’esprit au glauque et à la mort. Conjointement investissez tous les partis, toutes les associations, toutes les Ong, prenez en le pouvoir et détruisez de même les appartenances en leur sein en en prenant le pouvoir total, en les affaiblissant à un degré tel qu’ils ne puissent plus devenir des vecteurs de la subversion. Dans l’invisible, il convient d’être clair, il convient que vous insinuiez toutes les sociétés secrètes jusqu’au plus haut niveau, afin de détruire leur cœur et en prendre le pouvoir pour, par leurs arcanes détrônés de la voie inverse, faire valoir la voie indivisible, et ici, dans ce travail qui n’est pas si monumental qu’on peut le croire, dénoncer toutes directives tendant à la mise en esclavage de l’Humanité, en fait nettoyer les écuries d’Augias jusque dans leurs toilettes, ce qui vous permettra, ici, en pouvoir de restituer la qualité attendue de ces sociétés qui désormais visibles ne seront là que pour émettre des idées et dont les membres en aucun cas ne devront appartenir à un quelconque corps de l’État, des Institutions, du pouvoir en général et ce jusqu’au plus infime. Cela n’est qu’une marche de l’escalier à franchir, la seconde marche concerne les secteur banque finance que vous devez investir totalement, par tous les moyens quels qu’ils soient, car en face de vous vous aurez affaire à tout ce que la lie de l’humanité compte, retorse et perverse, et il vous faudra bien employer les mêmes moyens pour reprendre le pouvoir financier et ainsi en détruire à jamais les goulots d’étranglement, ces bubons qui empêchent le corps économique de la terre de fonctionner, ponctionné est-il par l’outrance qui voit même déjà ses impétrants dévier la technique à leur seul profit, la mise en place de structures vivables tant sur Mars, qui est respirable, comme sur la Lune, qui est aussi respirable par les Être-Humains, toute planète ayant par définition une atmosphère, qui dévie la médecine à leur seul et exclusif profit par utilisation de module scalaire permettant de rééquilibrer les énergies électromagnétiques de l’Être Humain, tout en initiant l’eugénisme le plus ignoble sur cette petite terre, alors que vos populations pouvaient déjà immigrer sur Mars dès les années de votre calendrier que vous nommez 1960 ! Là ne s’arrête votre travail, la troisième marche à gravir est celles des institutions Humaines, vous devez investir toutes les institutions Politiques, et détruire la subversion qui les incline, dans une guerre silencieuse faites de statisme, d’inertie, d’accomplissement, et surtout d’information sur les appartenances, dans le silence le plus total. La guerre déclarée par les Khazars à l’Humanité pour en faire son esclave sera ainsi petit à petit  érodée, et la guerre que vous mènerez sera victorieuse, n’en doutez un seul instant, votre force résidant dans l’invisibilité mais surtout dans l’individualisme le plus notoire, car ce ne sont que les individualités qui permettront de détrôner le crime, la perversion et l’esclavagisme le plus répugnant que cette terre ait connu depuis que les civilisations Humaines existent. Ne doutez de votre réussite, je le répète, il n’est nécessaire de se réunir pour se reconnaître, et cela sera votre force, une force contre laquelle aucune énergie ne peut rien, car ne touchant qu’un individu en cas de défaillance, mais en aucun cas la multitude agissant dans toutes les strates des Sociétés Humaines. Vous verrez alors vaciller les féaux de l’usure, ne sachant qui est qui, emprisonnés dans leurs serments, ne pouvant plus discerner qui est quoi, et dans la fermentation des antagonismes se diluant dans l’abstraction, ce qui vous permettra dans une guerre tranquille de détruire leurs pouvoirs, jusqu’au pouvoir suprême de la finance avariée dont vous vous chargerez de remettre les fleuves en action non pour le simple plaisir de quelques individus, mais pour le bien de l’Humanité dans sa totalité, faisant apparaître alors dans les techniques les combustibles à énergie libre, les communications scalaires, les soins par modules scalaires, la possibilité pour tout un chacun de se voir conquérant de cet espace qui vous entoure, tout cela, entre autre, vous menant vers une unification symbiotique de votre planète en son Humanité, par ses Races, ses Peuples, ses Ethnies, par ses groupements de Nations, par ses Nations, qui vous permettra d’établir une gouvernance mondiale destinée au bien-être de l’Humanité et de son élévation, et non sa mise en esclavage, voyant les cultures se multiplier, voyant dans le respect multilatéral se révéler la puissance énergétique de l’Humanité en ses composantes, prête enfin à conquérir ce qui, dans le cadre de sa nature spirituelle acquise, se nomme l’Espace, qui n’est pas coordonnée de dictatures infâmes mais rayonnement de la Vie, pour la Vie et par la Vie.

R : Bel avenir qu’il nous faut mettre en œuvre.

Thot : N’ayez la moindre inquiétude, vous y parviendrez, l’Humanité n’a pas six mille ans mais compte des milliards d’années et ses civilisations les unes les autres se sont construites non par le néant ni dans le néant mais dans la prospérité de l’Énergie souveraine qui la guide, comme elle guide chaque Être Humain. Des Étoiles l’Être Humain est venu et repartira vers les Étoiles, en condition des vies, naissances, et disparition des étoiles dont la durée d’existence est d’environ dix milliards d’années. Et ce ne sont les contractions temporelles qu’ont vécus les Être-Humains qui les ont vus baisser les bras, mais bien au contraire prendre à pleine main les problèmes causés par la désorientation de quelques atrophies et les obérer pour convenir à l’évolution naturelle de la Vie. L’Être Humain n’est pas seul ni dans son univers ni dans ses univers qu’il apprendra à découvrir, ainsi n’ayez la moindre crainte, vote combat sera suivi de très près et dans la mesure de vos efforts vous concrétiserez la disparition de cette contraction temporelle que vous vivez, appuyée par des vestales qui sont de l’ombre l’horreur de nos univers, et qui se servent de l’atrophie pour étendre leur pouvoir parmi les nombres innombrables. Mais cela est une autre histoire que l’Humanité connaîtra si elle sait se sortir de la contraction dimensionnelle dans laquelle elle se dirige vers l’abîme.  Ainsi, face à l’abîme, armez-vous du glaive et du bouclier, du heaume et de vos armures les plus fidèles qui sont les reflets de vos intelligences multipliées qui mettront fin à la tyrannie de l’abjection et de ses félons. Allez  destituer Icare et son incapacité, convertissez-le à un raisonnement symbiotique avec pour simple mesure, celle de la compassion. Sa productivité verra ici sa phase terminale et libérera à jamais l’Humanité de son joug barbare. Allez… »

Ici se termine ce manuscrit qui nous a été remis par un courrier sans timbre, ni caractéristiques particulières. Nous le faisons connaître aux lectrices et aux lecteurs afin de parfaire leur culture. Il est à noter que l’original de ce manuscrit n’existe plus, il s’est dissous naturellement au bout de trois jours, comment ? Seule la science pourrait répondre…

Icare productivity

The manuscript we came as we deliver to the readers and attentive readers.

" R: You have gathered to inform us of the relative meaning which has. Could you tell us more?

Thot : I will cover successively the main problems which are mantissae of the dilution of your state of life in the materiality the more abrupt and the more deleterious, source of all dysfunctions that reside in the vortex of your Human interdependence. First of all I will speak to you of the shores of the illusion which you distorted beliefs insipid, then the forces that maintain this goal themselves concatenation of the brute force of the human atrophy, after the engine of this conditioning, finally of the actions to carry out to wrestle this hydra with the multiple heads and multiple faces who want to shape the disintegration of life on your living space.

R : Will you the opposing forces which would decimate this aporia that we live and alliances which likely will be implemented or pre to this rebirth?

Thot : The subject is not the latter, remain symbiotic and first are initiating the stick insects which cover the reality of living in your space. I do not have to remind you all that is on the top is what is at the bottom and vice versa, therefore it must be considered the social body of humanity as a human body, with its functions, its degree of balance, its diseases, its microbes, his symphony which can become cacophony on the ramparts of the illusions which destroy its vital functions and specific. 

R : the social body human, could you remind the arcana of this archetype for those who were present in our previous symposium?

Thot : Thank you for your intervention. It allows me to draw what each must master in order to shape the become, the elevation of the human, therefore the elevation of the Life in the understanding of the existence which cannot be limited to the veil of illusion but engulfed the unit the more exciting which exists. The social body is Human interdependence and, in its roots multiplied, and in its forces initiated, the Human Races which in their ethnic groups and their achievements of resemblance have forged the cells of the oikoumene Human, namely the peoples, who have themselves forged the United, stones of opens of the unity of the sphere in their multiplicity, their special features, which are cultural centers that is proliferating and non-do add up, in respect of multilateral human identity which will of mankind, in passing by the Human Races, the Human Peoples, the Human Races, up to the human being who is action of this parousia or destruction of this parousia, following the degrees of his unit reached or not. The social body is Human therefore there under our eyes, forged the cells, which are the be-humans, sets of cells that are their peoples, and by definition their Nations, of the bodies which are the common functions of the be-humans who live in harmony or well in aporia, initiating the economy, the satisfaction of primary needs, the food, the air, the water, the freedom to express themselves, to circulate, to join together, the satisfaction of secondary needs, the culture, the otherness, the compassion, the satisfaction of needs Trinitarians, the spirituality, the don and the defense of the living, finally the satisfaction quaternary, which is that of the implantation of a salutary order allowing for creating order and security for the whole of these needs, by the respect multivoque,  Between the different existing invariants, the all innerve by the power of the elevation, of homeostasis necessary to the great laws of the balance which are derived from human laws but of natural laws.  This is included?

R : This formalisation alive found its mysteries in the graduation deployed energy?

Thot : Very well, this is the question in which is located any iteration of the living process in the microcosms represented by the osmosis of matter and energy and whose energy must after experience to dissociate itself by symbiotic construction. You understand it, all creation is energy and resultant of energy deployed both by the human body, in this place, that by the social body Human, always in this place, in order to achieve the realization of transcendence necessary to the evolution of life in this place that she predestined in order to regenerate.  Understand that all of the space-time is electromagnetic field, that every atom is field of electromagnetic conduction, and that of their value depends on the sustainability of the necessary transformation to the accomplishment of the development of life. In substance we can determine that the body social human is the electromagnetic field conditioning, by addition, subtraction, multiplication, electromagnetic fields specific to each individuality of life, which is in function of its degrees l'Assomption or well decline following the retentivity formal that he misled both at the individual and the collective level, each thought, each act, determinants the become, by each be as of by the whole of beings in their field which is only a field among the countless universe who rub shoulders within the adventure alive, which is only a form among the forms generated in order to happen the perfect regeneration at all. As well as a function of this dynamic reality can we determine the criteria that are used in the context of the functional nature of tend toward l'Assomption and designate the bottlenecks which do not allow both to the unit that the generated to cross the threshold or transcendence and immanence meet to exceed the threshold of the ultimate nature, this nature oscillating between the raw material and the implicit recognition of its sovereign destiny.

R : Or the one senses here that the body of the Human is itself the body of humanity, isn't it?

Thot : Quite, understand that your land vehicle is the same as the vehicle of humanity and vice versa, as well as is-it by all the galaxies and their planets, as well as is-it among all the universe caused, for example, there is and will be there in the Éternité, as inscribed in each gene that secures your appearances, in your DNA itself that is the brand of your elevation. You are a electromagnetic field in power of understanding of all forces, the moment you acknowledge your characteristics and you see well, because all diseases whatever they are are existing, that a dislocation of your electromagnetic field can you drag to their misdeeds. It should also be noted that any individual disease can be treated by scalar module, which today, is used only for certain strata of your civilizations for their sole benefit, but you can change this, don't worry you. And as you can treat diseases of the individual by scalar modules which readjusted the electromagnetic balance of each of your cells including of your DNA, the social body human can be treated by this scalar module specific to the expression, the force of will operational of the voice and of the say, the density of the thinking in action that nothing can stop because free of the burden of the shackling constraints related surface in the desire as to the pleasure, forms degenerate by excellence of the human condition who get bogged down in the materiality the most raw.

R : In fact, it was the solution in ourselves?

Tau: Correct. There is no solution outside of yourself, outside of the electromagnetic field that you innervez in the framework of the social body human. This electromagnetic field has been very well understood and circumscribed by the typologies of civilizations that have followed one another or have lived in common on your small planet, led here the aberrations will combine with the aberrations, for you see this day related to the business of destruction of your life form the more radical which has been implemented by the atrophy, or the atrophy is a field with the resonance is reversed from what a normal human being and not ideologically submitted, is capable of implementing naturally within the framework of the universe that surround us. The solution is in you-even taking conscience of your reality, beyond the images of Epinal prints, stories for adults, propaganda most insolent, beyond the institutionalized stupidity, bestiality dominant. The human being is an electromagnetic field capable of match without checking with the whole of the universe, with the cosmos, with others in its various forms through the spaces as by the time that are that of the Quantas which serve as a springboard toward knowledge ratings which irisent all forms of life in the Absolute. The standby and more simply the lobotomisation of this faculty will help you to understand the degree below zero that you currently live in your Nations become the quicksand of an octopus sprawling seeking to you check, you enlist and to force you to the abyss and in no case to no cime.

R : a matrix therefore reversed?

Thot : more that a matrix, a set of matrices whose interrelationships are derived from the subordination and the accomplishment of the nil for the benefit of entities having based their empires on this none who sees the shattered lives, larval, subservient, decapitated, up at the very heart of your cites which are no longer that devotion of the linked and its arcane, a social body atrophy living in the virtuality to exhalaisons putrid the referring to that of an  empty butut of conscience who do crouches and deploys only to wallow in the whipping, which directed it, a whip that he claimed at any moment, unconscious of its fantastic force that it could implement to trample on to land all the filth Who wield the whip.

R : the individual being slave, mankind cannot therefore be that slave.

Thot: Energy which cannot be concatenated is volatile, in fact to prevail on the slaves, it must be well understood that this energy is dissipated. Here is the art of the illusion that comes to point and in which for many millennia you complaisez without you make account only for a moment that the great game of life is deflected by the plants of negative energies, in their designs as their assouvissements purely material, who break the momentum of the human being, of peoples, races, of humanity for their sole benefit. Lech Walesa: simply a scalar manner under the harmonious unity that must deploy the social body human in its energies. The resultant is abyssal of monstrosity, led the perjury, lying, propaganda, the appendices of a generalized policy vampiriste, bringing famine, war, poverty, for the purposes of serving the electromagnetic deformity and its feaux. Because in the light of this deformity of the fields, it may not be that, in addition to so much damaged, both of irrationality, both of ordinary madness, or bestiality in all its forms is delighted.  The scan of human societies to this day, is borrowed from a drift which is, I assure you, that a contraction or temporal life struggle, in order to reformulate its destiny and not its disintegration. However for that she fights in a more operational manner  should we go further to understand the foundations which characterize this leak to the nil .

R: These foundations are energy traps?

Thot Exact, here we will therefore review the elements that we reveal our scalar analysis. The first of the headache is linked to expressions of civilization created by the footprints primitives, materialistic and spiritualistic, which fortunately the symbiotic unit, allows you to take out the head of water of humanity. This evil is born of the interpretation initiated by a on me, causing an imbalance tropic, of the systemic unit of the human being, in its principles invariants the body, the mind, the soul. We are witnessing in the framework primitive to the axis body soul which is regression of the spirit for the benefit of the barbarism, in the materialistic framework to the axis body spirit which is projection of the soul for the benefit of the barbarity, finally in the framework spiritualist to the axis spirit soul who is projection of the body for the benefit of the barbarity. The common denominator of these faults of symbiotic unit between the invariants of the be, is revealed the traps VTF the energies to their serfdom the more total dissonance by educational allowing the enslavement of human beings and therefore of the social body Human, the individual resonance of the human being who is stunted by these on me, and therefore the resonance of the body social human being of the same impoverished. These traps energy in this day are below the line natural energy, basis by adding the disintegration of human reality, therefore its electromagnetic resonance in the none the more shabby than the imagination can disclose. These traps energy as everyone can see, se reveal, at the level of primitive by a bait material gain without purpose, at the level of materialistic by the invention of a culture of non-be characterized by a thing which only has value that economic or sexual, at the level of the spiritualists by the addiction to the materiality the more sterile in invention of a glorification of the deprivation of everyone for the appropriate conjugation of the dummy and its trappings. This typology determines for the enslavement, as we have just said the barbarity, a barbarity toward the body, material, a barbarity toward the spirits, intellectual, a barbarity toward the souls, spiritual. The barbarity hardware found its limits in slavery and in the consent to slavery, or the one sees the non-Be take refuge in the bosom of interstellar powers he feels having elected, then they are taxed, up to accept their disappearance by abortion, euthanasia, disappearance until the name even of their roots. The intellectual barbarism is circumscribed in the negation of all historical forms tending toward the development of individuals, and of the social body, as we have seen in the societies of types and imperial royal, by relying on the lie, on the whistle, on the decay of the language, the strength of a mockery of the beauty and greatness, of the splendor and honor, of the unity of the living, which must be considered as residues of the mud by the mixture, miscegenation, the tree of the division of cultures. The spiritual barbarism lies in the defense of orders dedicated to the lure of gain and its bonded laborers remained, thus seeking by eugenics and malthusianism to protect its interests, by liquidating the massive electromagnetic power which is capable a set of human beings as of peoples for example or well of conglomerates of peoples. These barbarities perfectly complement each other in their abstractions based today a reverse form of civilization which would overall which is brought forth by the massacres packed of 1645 of your Era, by an English revolution born of Protestantism, initiated by Judaism in order to destroy the Catholic Church, honoring the Christ the King, example if it was of more noble on your land with the Track opening to the track. These massacres are rely more since 1645, English revolution, 1789, French revolution, ten-nine nth century, growth of nihilism scope of criminal reconquêtes, twentieth century, sufficiency of the barbarity, sparking a world war to annihilate the human intelligence, initiating a Russian revolution ranging from cause the massacre of sixty million people, a Chinese revolution causing in number the same massacre, of revolutions scattered causing the murder of thirty million people throughout the world, establishing a second world war beheading the european intelligence, led the massacre of tens of millions of human beings whose six million people of the Jewish faith, to see if establishing the premise of a world dictatorship on your small planet. A dictatorship, which since 1945, despite a few bumps, wife the same murderous ideologies of the past, in a terrible addition, that of communism and national socialism, whose label is that of the world socialism now. A global socialism repugnant led humanity again massacred in order to bring its vitality either by genocide as in Darfur, the Congo, either through wars manufactured of all parts in order to evade the peoples subjected their raw materials. The barbarism here has anchored his flag to a previously unimaginable, is helping of all the instruments of propaganda to its service, radio, television, cinema, journalism, publishing houses for books or press, totally subject to its diktat of serfdom. The scalar scan of your state is patently evident, ridge, a single peak above the wave then that in a natural progression this peak should be dome, springboard to the become of the human reality which is not that of the raw material but of the spiritual elevation the most significant, as it is by the billions and billions of inhabited planets of these galactic systems which are in phase with the Life and Living and Who do not seek in any case your cohabitation, out of the strata to your likeness who are meddling with the powers in the lethargy the most complete of mankind, who does not see that are already conquered the Moon and Mars by mankind, and that is going to be conquered Jupiter, not for the benefit of mankind, but for the benefit of the barbarism which manages and does not in any case that humanity, blind, deaf and dumb, in benefited.

R: What loss of energy!

Thot : Yes, a loss of energy which is measured in the abyssal specter, a mad loss which the chromatic are symbol of a cacophony without purpose, outcome of the nuclearization, acculturation whose propaganda is inconceivable, led each consent to this which is not the life in its ramifications, consenting to the abortion, consenting to euthanasia, agreeing to the destruction of human roots by a forced miscegenation, a civilization of death which gives birth to the death and enchanted the death, a civilization barbaric or single account having hardware, or the dogs of war are born of nihilism the most despicable, or famine is the instrument of governance, or the disability is human reigns, in a perjury which the profligacy is inordinate. A violence without counter-power who sowed terror and breeds terror, crime, and is hiding behind the laws to misrepresent its hellish crimes. This is upsetting, but it is not enough just to see now, should we untie the nodes which do not allow to be born the fluidity necessary energy to the accomplishment of the Living in this place. And here, that of abysses, that of desherences, that of perjury, that of carvability of the human conscience, an Areopagus abusing its own madness, the madness of the gain, this madness of the vanity, this madness of all defects which concatenate all the rot that has been able to generate humanity, who in his subservience the more total, is blind to this wandering which is protected and that it is appropriate to define and dismiss all the powers in order that mankind will live finally, reborn in the pure destiny of its meaning, which is not to bow down to the gods who do not have names as those that gives them those who want to immobilise the human adventure and reduce in the nil, for their only Profit.

R : You are going to speak of discrete societies, otherwise secret?

Thot : The barbarity to be able to reign in need of her bodyguard, and notwithstanding its close guard its vectors that disseminate the propaganda necessary to the acculturation of the or of the peoples it seeks to enslave. So any time the primitive, the materialistic and the spiritualists have they to conquer fact the invention of sects whose members feel of the elected then that they are only slaves, to assert in the light their orders the more signifiers. A contrario the monopoly of the invisibility is not the fact of these sects, the balance of forces being one of the natural laws of life. The existing distortion between this balance is today visited the maximum on your planet, assigning a non-return, a electromagnetic inversion such that it is time to reverse this negative force which you submerged and you carried out right to the disintegration. Thus we observe the negative pyramid that is trying to force the movement toward the disintegration of all human capacities. Originally a barbaric People, the Khazars which of all time have discovered initiating an empire between the Volga and the Urals, the Black Sea and the Caspian Sea, required passage of caravans heading toward Asia. This People of origin of what you call the Turkey during the advanced of the imperial Russians of Scandinavian origin who had for fiefdom Kiev, was beaten, and when has spread throughout Europe and a part of the Mediterranean in order to pursue its objectives of conquests. In support of this silent conquest, it has been a champion of the wear, what you call the interests which are neither more nor less that what you call a racket of populations. Hunted in your Middle Ages and more recently in the eighteen century of any nation in the light of their scam event manifest poverty of peoples, they are quartered after much haggling in the countries of Eastern Europe and a part of Russia, continuing here their prevarications the more devastating. For work in the tranquility of their thirst for power, without sharing, they have translated their actions and especially their defense, through secret societies, Pink Cross, first of all, Frank Masonry then, and various companies to the glitz attracting the vain and the bonded laborers. Their purpose being to destroy everything that could oppose them, the thrones, the governments, religions, they have begun their anathema toward  the Catholic religion, their worst enemy, because of Christianity the Church, this Christ the King slain by their brothers in Judea, track of the Light leading to the light, which could not wallow in their design, led in their midst the Virgin Mary treated sonofabitch, and Christ himself sleazy, by their writings of the time, found by the Templars. These Templars who founded a  monastic order warrior defending the weak and the oppressed under the Cross of Christ, a symbol of their defense of Christianity and not of the Church of stone which was then in the hands of already usurious families and perverse. Image of the real, this Order became one of the principal banker of Europe, lending without interest, which could not only be detrimental to lenders loan sharks who, through a French King and of a Pope without consistencies otherwise those to be held by their borrowing near the usurers, have put an end to this Order in the blood and the perjury. During the centuries and under the guise of various companies whose Illuminated of Bavaria, one of their creation, they went through this design of power without sharing, initiating the English revolution by implanting a derivative of their religion Protestantism, thus eradicating the Christianity of England for the benefit of the worship of their god El Schaddai, an archangel as it exists in both, living for death, including the Bible in the Old Testament tale the crimes of blood , books of Moses to Esther , or you can count more than seventy massacres and genocides, without counting the crimes, looting, rape, incest, paedophilia and other atrocities committed in His name. These misdeeds  will translate the principles of the Talmud, the book of the Law of the Khasars, or there is no place for those who do not convert to their religion, treaties of goys, sub-human that it should be of amenability. El Shaddai, more simply described as Satan in its designation layman, therefore has nothing to do with God, or the Absolute, his son, the Christ, and the Virgin who bore him. On the contrary the Christ is the way sovereign which leads to the completion, source of gift, beauty, and goodness that subjugates the Khazars who have other goals that human bondage and its implementation in slavery at its service. We will consist of during the meeting of opposites which are going to face up to this day, forgetting for the defenders of Satan, that Christianity has no need of Church to express themselves, and that their determination to destruction can only crumble because they will never combat the billions of human beings who have embraced this faith. 1645 Therefore, which sounded the death knell and the slavery of England who now become ensnared in the Khazars will become the dominating force of your small world, by enslaving by force, the iron, the blood, the drugs which it is the main importer, this empire that he is created in feeling all human rules, in the name of a protestantism which is that the disguise of religion khazar for the purposes of the hide in the real. Desecration therefore, dismissal of everything that exists, the revolutions engendered and financed by the bankers Khazars will constantly than to see the United kowtow to their fill usury. Everywhere or they act the terror is being introduced, they are still using a third to assert in the casus belli they cause, funding the two parties enemies, a third party whose face radiating is the one who just calm down the wars such as revolutions. This is one of the roles of their companies say secret which act in the shadow of the Institutions, drawing the route of the slave trade the more dantesque that your planet has ever known. Has the opens are they for the purposes of triggering the two world wars that you have suffered, the first on the grounds that Germany industrialisait too to their taste, and that we needed to reduce the human intelligence to its simplest expression in the heart of your Europe who thought yet. The massacre had also another purpose, the crushing of the dynasty of the Czars in Russia, and the destruction of all the structures of its governance in order to locate the largest concentration camp of the world, which after purification of 60 million Russians in atrocious conditions, famine, shortages organized, gulags, forced labor, has now collapsed, as it should. Funding this horror without name, they roar their feaux on all steps of the power led their people hold in its name by their feaux 90% of powers in all strata of the society that they have called communism, a critical error fly to a French revolutionary, Hebert. This ideology so-called marxist who do in door that the name the manifesto of the communist party, which has been written by the secret society, the Cause of the Righteous on the ideas of Hebert, will in the following cause the assassination of one hundred and fifty million people around the world. Desecration therefore, the pullout tables are being put in place or are infiltrated such as those implemented by Cecil Rhodes in England, the Round Table invisible and RIIA visible, including the during is the CFR in the United States, allied to the Trilateral, while in vector Europe created the Bilderberg. Previously a second world war broke out under the hospices of the Khazars who after having reduced to silence the United States by creating the EDF, which they still hold to this day the absolute majority, for the purposes of creating an enclave in the Muslim world and thus control the resources potential of the Arab countries. For this financing Russian and German, they have played as they know so well between the different parties, which was easy since the conditions of the armistice agreement of 1918 were a disgrace to humanity which could only degenerate by the birth of a new conflict. They besieged the housed April and Thule, as they had done for the masonry to the aid of their military arm, the illuminated of Bavaria, for the purposes of unborn a position contrary to their interests, national socialism which is like communism one of their creations with the socialism and today the world socialism. Theory of the Race, this ideology has been exacerbated especially so that the term Race disappears for ever from your land, first error of the Khazars who have not understood that above them exist of natural laws which do not circumscribe to their vision of things. The result was to effect the desire for a new world order which the national socialists would be the masters , and for this the serfdom and slavery of everything that was of their party, the people of the Jewish faith, who did not have enough money to take refuge in the United States or elsewhere, homosexuals, the handicapped, and of course all the opponents for which the ax has worked tirelessly, as well as the resistance fighters who will come in number swell the work force up to the death by scurvy, hanging, shooting, gassing, all in the same manner as their little brothers in socialism, the communists, who are taking advantage of the windfall, have begun their implementation of depopulation of What they considered sterile, including the intelligentzia Polish, who had of course the wrong to be Catholic. This destructive war permit the birth of the nation of Israel, and correlatively the ideological slavery of humanity in a tripartition, communist, liberal, socialist, all ideologies in the same hands. The China during this time, doomed to communism would it also be launch in the forced depopulation, by famine, by camps of rehabilitation initiatives, by mass murder, including the Tibetans, whose religion is an insult to Satan, causing the torment of 60 million of its own.  The only meaning of these derivatives, including Europe and the rest of the countries in the world have suffered extermination by revolutions induced, covering thirty million of victims, had other goals for the Khazars that of cut now the zones of influence in three parties, therefore to reduce the united to simple regions included in this tripartition dummy, opposing? In no case because funded by the Khazars who slowly but surely in a silent war was putting the hand on each Nations by using and abusing their weapon of fact, wear, this wear light created the United Nations, guarantor of serfdom, the IMF, the guarantor of the loans of the wear, and not paying that under condition of serfdom, the WTO, the guarantor of the distribution of all types of products including the hardest drugs in order to weaken the populations, encouraging the industrial complexes including distribution of seeds, polluted by genetic operation for the purposes of making sick people , WHO, as the guarantor of the eugenics generalized by vaccines based on lethal products, mandatory for the people, by the invention of a chemotherapy not having For simple purpose that to accelerate the proliferation of distant metastases, by the invention and the support of pharmaceutical products carcinogenic, fatal for the populations, Unesco, in charge of the propaganda, in the lie of the absolute reality, initiating the breakdown of families, of be-humans for dooming them to the kind, to masturbation compulsory from the age of four years individual and collective, an economic commodity and sexual destiny to euthanasia as a function of the flow and ebb of economic regulated by the Khazars who at every moment can commit the poverty in each Nation by removing their loans, antiperspirant as well the source deep economic of each nation, which for most having lost control of their currency, are now the docile slaves of Their masters, finally the Club of Rome guarantor of the implementation of the global eugenics of humanity, body of the propaganda of the Khazars. You can see if you are talking about secret societies, these societies in number and by number are nothing, because they are guided by what is invisible to the common man, an appetite devouring of power, without laws and without limits, linked to the Khazars who in the shade the more docile manipulate each other in order to create their "order" world which will be only that of the enslavement of your humanity, become the mud to be used these idolaters in order and only in order to flatter their vanity, their having, their irrational the more natural antis who either. To the point that they were almost burst a third world war, on the grounds of that country named Syria which is fighting against the ghosts forms by some peoples of the West, which they no longer have the mastery, who seek to impose a radical Islam in all the countries of North Africa, including now in the countries of Europe,  this Islamism serving perfectly the goals of the Khazars who to impose their world dictatorship must clear the name of the Christianity, purpose which track a mass immigration cripple the European peoples, submitted to an ideological pressure and a propaganda of servitude such that these nations have never known, demeaning the historical memory of their Peoples, reducing to silence their culture, accelerating the illiteracy, poverty alleviation, for the purposes of walnut in the abyss any hint of individuals as of the masses to thwart their plan, introducing even in what you call the "European community" the death penalty for those who would consider going to rebel against the sacking of their nations, by banks created of all parts which are only the toys useful of the Khazars. Talk about the committee of the three hundred, thousand, of the thirteen, of the thirty-three etc, is without interest because in the pyramid, the each other are that the slaves of these "invisible" who now are in full light, indicator light not more than three hundred families in the Humanity appropriating the whole of reality in the confusing in the virtuality the more muddy and the more gloomy for the purposes of better the enslave and use as slave. As we say on this planet, scrape the varnish, the appearances, and you'll see the real in its obviousness the most terrible, in his vanity the more Homeric, in his attitude the more harmful, covered of human blood as nobody has been by your world,  a universe of depraved or incest as paedophilia are constants, or the crime ritual toward the be-humans knows no truce, or the madness in germ of atrophy of any otherness as any compassion is the rule. The typical example of this suppurating atrophy is that of this Nation that you name the France. Look at here, analyze here, it is shackled in all powers to the hydra deviant masonic, mayor, departmental advisers, regional, deputies, senators, governance, justice, police, large body of the State, everything is rotten by this hydra. The French and the French are a people of elite which now is reduced to serfdom the most violent, the most insidious, the more misleading, the more machiavellian that the human has been able to generate to this day, are serving of Janus, you know this double face, to impose its self-sufficiency oligarchical slave of the wear. Any attitude against its system of death is the subject of an immediate reverse propaganda aimed to annihilate under the blows of what is known in this Nation, anti-Semitism, which can be used only for the peoples of Semitic origin, either five per cent of the population of the Jewish faith and the Arab peoples in general, and which is used systematically against all those who highlight the submission to the Khazars of their people, racism, other face which only applies in any case France which included in its ranks of populations perfectly integrated who served with their hands as with their blood the interests of France, regardless of their color, Racism invented of all parts for the purposes of unleashing hordes nihilists who are the dogs of war to a world power socialist who did what to make of this Nation, and to its knees before its masters in its various secret societies, takes its orders and obeys the Khazars. The ignorance in which is kept the people of France, the propaganda that it undergoes since 1945, the apology of the communist ideologies and Zionist, concluded at a genuflection, a self flagellation which is the more putrid than the world knows, led the freedom in this Nation muzzled by those and those who do not belong, in the name of the rags of a democracy which is not a but the reign of minority; which are forcing up on behalf of the human being for the ranger in the kind, which compel the age of two years the children to enroll in the propaganda the more misleading that humanity has experienced since the Chinese cultural revolution, an education and a rehabilitation contrary to all transnational treaties whose se R/H MLG governance installed in its permanence of good thinking and of repentance, initiated by the housed in which it is circumscribed and shackled. This country is resonance of the whole temporal contraction that undergoes your trend curve. A disgrace to humanity, and a shame for its radiation and its greatness, the LED indicator the fact as well of the arbitrary arrests, of solitary confinement, driving bans, bans on thinking, of the prohibitions to defend themselves against the hordes nihilists that the power protects and pays, soon after this that we hear the see now subject to theft and   looting enshrined by the hordes do not deserve five years in prison, all this in an envelope whose desire is to see if y establish the paedophilia by non-humans who have insinuated themselves into all the powers, paedophilia which devoted the sequencing of those and of those who practice it and Who serve so well the interests of the Khazars, the vice, prostitution, crime, the genocide being their favorite weapons to establish their universal dictatorship.  In the scale of your world, it is appropriate to be reassured, because of large nations have widened the misdeeds of the Khazars and begin to emerge from the mud in which they were pressed, draped in the blood of their martyred people. This is already a good news for this small land and his humanity which represents the Life. The life which has not asked to be the slave of brute force, the barbarity the more extreme, packaged in a concentration camp or the eugenics as euthanasia will be the laws, the unique advantage of the Khazars who in the invisible pull the strings of his genocide organized and planned.

R: HAS against it is therefore necessary to act, but what forms of actions?

Thot: The action is not posturing, movement of crowd whose intelligence decreases as the square of its sample. The action is the measure and it must above all be an individual, the individuals who have need to come together to understand when they mastered symbiotiquement their components. The action must be open and in this not just national but international well using the communication which now is no longer, otherwise by the tapping, the monopoly of the Khazars. It should be you to train networks across the planet, networks of influence guarantors of freedom of information and communication, the information on all the acts, the facts and gestures, of the sects which are pushing humanity toward its slavery consented. There is no place for the information which you must escape, the simple fact various, including those affecting the human person, of which we can see today that those who are Caucasians and most catholic are the most victims, never denounced in the media to the orders of the Khazars, bringing to the generic infringement of peoples, in denouncing the exorbitant costs  that lead the mass immigrations who are there only to destroy the peoples in their customs, their roots, their identity, their culture and their spirituality, in denouncing any cultural invasion as spiritual tending to disfigure the historical reality and biogeographical of Nations, which recall the will be the stones of works of your Empire  which Universal is this for ever the guarantors of the perversion, of possession. It should be in the Action, before any that it is cultural, so doing come the scientists as the philosophers tus by the monstrosity which flat above mankind like a vulture before the carrion still hot of the victims it has permitted without ever stain the greenhouses. The action must therefore be educational, battle against illiteracy, battle against the rewriting of history by the components of the subversion, battle for the restitution of the ideas to which they belong, as well of those of Einstein which belong to the French mathematician Poincare, as well of those of Marx who belong to Hebert, French revolutionary, etc ... the battle that you must conduct must be the subject of consensus, both in the cultural field, spiritual that policy, and be the subject of payment in debates in the assemblies comprising of each nation, not the assemblies of the soldiery of the Khazars but the Assemblies of human beings free of belonging which will have no other purpose than to defend the people, by the people and for the people, and not To wear this sad trilogy, freedom, equality and fraternity, which exists only for the free masonry inverted and in no case for the peoples. The battle must be also initiated in all human vectors, to defend and support humanity in component of its Races, of its peoples and ethnic groups, to assert your small land in component of its multipolarites and of its Nations, in order to happen especially in this Europe distorted by all the coupler to the bestiality, the United States of Europe which will be a three-dimensional force in the elevation of humanity, by its history of which the facts are proliferating, and do not add up, by its crops from which the wildfires are multiplying and do not add up, by his Christian spirituality which has not to be debased by all the mud of humanity as it is seen currently represented in the churches by women who Are only the toys of the Khazars for the purposes of fit the religions against each other. Therefore in the visible face turn in order the impersonal networks which will enable the revitalization of this land drained by the prostitution of the spirit to the murky and to the death. jointly invest all parties, all associations, all NGOS , take in the power and destroy of even the group memberships in their communities by taking the total power, in the weakening to such a degree that they can no longer become vectors of subversion. In the invisible, there is a need to be clear, it is appropriate that you insinuiez all secret societies up to the highest level, in order to destroy their court and take power for, by their arcana detrones of the opposite direction, to assert the track indivisible, and here, in this work, which is not whether monumental can we believe him, denounce all guidelines aimed at the enslavement of humanity, in fact clean the Augean stables until in their toilet, which will allow you, here, in power to restore the expected quality of these companies which now visible will only be around for issue of ideas and the members of which in no case should belong to any Body of the State, Institutions, of the authority in general and this up to the finest. This is only a market of the staircase to cross, the second market concerned the bank sector funded that you must invest totally, by all means whatever they may be, because in front of you you will have to deal with everything that the bound of humanity account, sneaky and vicious, and you will need well employ the same means to resume the financial power and as well as destroy for ever the bottlenecks, these bubons which prevent the economic body of the earth to operate, saps is-it by the profligacy which sees same already its admits students deflect the technique for their sole benefit, the establishment of structures as a liveable on March, which is breathable, as on the Moon, which is also Respirable by the be-humans, any planet having by definition an atmosphere, which diverts the medicine to their sole and exclusive benefit, by use of scalar module allowing to rebalance the electromagnetic energies of the human being, while initiating the eugenics the most ignoble on this small land, whereas your populations could already immigrate on March of the years of your calendar that you name 1960! There are stops your work, the third market to climb is those of human institutions, you must invest all the political institutions, and destroy the subversion that the tilted, in a silent war made of droop, inertia, achievement, and especially information on memberships, in the silence the more total. The war declared by the Khazars to humanity to make his slave will thus gradually eroded, and the war that you will steer will be victorious, there's no doubt a single moment, your force resident in the invisibility but especially in the individualism the most notorious, because those are only the individualities which will enable to dethrone the crime, the perversion and the slavery the most repugnant that this earth has known since that human civilizations exist. I do not doubt of your success, I repeat, it is necessary to meet to recognize, and this will be your strength, a force against which no energy can do nothing, because affecting only one individual in the case of failure, but in no case the multitude acting in all strata of human societies. Then you will see the flicker of feaux wear, not knowing who is who, imprisoned in their oaths, can no longer discern what is what, and in the fermentation of antagonisms is thinner in the abstraction, which will allow you in a quiet war to destroy their powers, up to the supreme power of the tainted funded which you load back the rivers in action not for the mere pleasure of a few individuals, but for the good of humanity in its entirety, showing then in the technical state of the fuels to free energy, communications scalars, care by scalar modules, the possibility for everyone to see conqueror of this space which surrounds you, all this, among other, you Leading toward a symbiotic unification of your planet in his humanity, by its Races, its peoples, its Ethnic Groups, by its groups of Nations, by its nation, which will allow you to establish a global governance for the well-being of humanity and of its elevation, and not its implementation in slavery, light crops multiply, indicator light, in the multilateral compliance to reveal the energy power of humanity in its components, finally ready to conquer this which, in the framework of its spiritual nature gained, is named the space, which is not coordinated of vile dictatorships but radiation of life, to the life and by life.

R: beautiful future that we must implement.

Thot: Do you have the slightest concern, you will succeed, humanity has not six thousand years but account for billions of years and its civilizations each other were built not by the nil nor in the nil but in the prosperity of the sovereign energy which the guide, as it guides each human being. Of the stars the human being has come and will distribute to the stars, in condition of lives, births, and disappearance of stars whose duration of existence is about ten billion years. And what are the temporal contractions that have experienced the be-humans who saw them lower the arm, but on the contrary take to full hand the problems caused by the disorientation of a few atrophy and the stymie to agree with the natural evolution of the Life. The human being is not alone, nor in his universe nor in his universe that he learns to discover, and don't have the slightest fear, vote battle will be followed very closely, and in the extent of your efforts you will embrace the disappearance of this temporal contraction that you live, supported by vestal who are of the shade in the horror of our universe, and who have used the atrophy to extend their power among the countless numbers. But this is another story that humanity will experience if she knows to get out of the dimensional contraction in which it is headed toward the abyss. As well, in the face of the abyss, arm yourself of the sword and the shield, the helm and your armour the most faithful who are the reflections of your intelligences multiplied which will put an end to the tyranny of the baseness and its rogues. Go dismiss Icare and its inability, convert it to a symbiotic reasoning with for simple measurement, that of compassion. Its productivity will see here its terminal phase and freeing up never the humanity of his yoke barbaric. Go ... "

Here ends this manuscript which has been handed to us by a mail without a stamp, or special characteristics. We are known to the readers and the readers in order to perfect their culture. It is to be noted that the original of this manuscript no longer exists, it is naturally dissolved at the end of three days, how? Only science could answer ...

© Vincent Thierry 

 

Science fiction ou Science ? PDF Imprimer Email
SCIENCE FICTION
Écrit par Patinet Thierri   
Dimanche 29 Septembre 2013 à 10:56

Science-fiction ou Science ?

Science-fiction ou science ? Si nous partons du principe que un est en tout et tout est en un, nous pouvons comprendre qu’il existe une infinie de potentialité à naître à la fois ce que nous appelons le temps comme ce que nous appelons l’espace, sans oublier l’interférence entre ces deux polarités qui dans notre esprit coexistent, mais qui dans la réalité sont des paradigmes inexistants au sens de la vertu énergétique que tout un chacun anime, tout un chacun car chacun est unique et ce qui relève du réel n’est qu’une trame de la réalité, leur multiplicité engendrant la réalité. L’énergie est tout, et dans sa simplicité peut se résumer dans une particule et bien entendu dans son action qui représente le champ énergétique que l’on pourrait traduire aussi bien par une onde. Il n’y a en définitive qu’une correction à apporter qui est celle de la compréhension qu’en action la particule est onde, qu’au repos elle est de même onde, une onde stationnaire, donc un champ d’énergie mobile ou non. Partant de ce principe en interaction avec le principe de l’action, chaque être est source d’un champ d’énergie, d’un champ d’onde qui est le reflet de son action comme de son inaction, un potentiel fabuleux capable de se transférer, de se métamorphoser, de se densifier, de s’unir, de s’opposer, de s’intensifier. À la racine de l’action se situe l’immanence qui reste le socle de la concaténation des énergies et leur transcendance. La rencontre de la transcendance et de l’immanence déterminant l’évolution, l’inverse la désintégration. Il faut imaginer ce seuil pour bien comprendre que le déterminisme est la clé de voûte de cet agencement, et que ce déterminisme est lié donc tant pour l’individué que pour le généré à l’accession de son pouvoir de transcendance pour opérer dans l’immanence, ce qui est possible grâce à la rémanence énergétique issue de ces deux pôles. Chaque Être étant unique, ses composantes énergétiques le menant à l’infini des possibilités, on voit pour ce qui est de l’ensemble des Êtres que les possibilités d’évolution comme d’involution sont la résultante non pas d’une addition mais bien d’une multiplication des énergies quantitatives de chaque Être. Lieu et temps sont du domaine de la genèse, états de nature primitive ou ultime en voie ou non d’accession à leur transcendance, marque de l’évolution qualitative énergétique. Ici l’on comprendra qu’il existe des degrés par lesquels passent les Êtres qui ne sont pas sur des mêmes niveaux de compréhension et dont la majorité par enchaînement reste dans la quantification involutive liée à la domination d’énergies ou de groupes d’énergies négatives pour des raisons de divers ordres, principalement matériels, l’impossibilité pour ces énergies négatives d’accéder à une énergie positive étant liée à des variations parasites les conduisant à l’atrophie de leur potentiel énergétique. Comprendre l’univers comme l’ensemble des Univers c’est comprendre la Vie dans son mouvement régénérateur de l’immanence, et à partir de là exposer capacité comme incapacité, liberté comme enchaînement des formalités énergétiques qui s’ébruitent bien souvent dans la virtualité pour se confondre dans le néant, plutôt que de s’ordonnancer et se répandre, acclimatant l’incomposé pour le recomposer, en signifiant les états de la nature profonde de la vie et son évolution signifiante. En aparté, nous pouvons ici voir les modélisations politiques totalitaires liées non pas à des modalités génératrices d’action mais bien au contraire au couronnement du statisme invoqué par le mimétisme qui se canalise par l’invariance, qui se résume par le sigle, la parole, le chant, qui ne sont que des ondes motrices, non pas contrairement à ce que l’on pense d’action, mais de statisme dans la considération de leur compréhension organique, voyant l’intelligence énergétique diminuer comme l’inverse du carré de l’échantillon compromis par l’illusion, ce qui n’est pas le cas des modélisations politiques ouvertes, liées à des modalités génératrices d’actions, car participes par complémentarités de gestalts de préhensions s’ordonnant naturellement dans l’évolution au regard de l’intelligence ici se multipliant et non se divisant. On voit ici que l’intelligence naît de l’interaction énergétique. Cet aparté faites de la régulation qui peut être inverse ou en adéquation avec la Voie, savoir l’évolution qui est par transcendance rencontre de l’immanence, explique parfaitement les modèles psychosociologiques que peuvent revêtir toutes déterminations, compte tenu du champ de vacuité, et compte tenu du potentiel énergétique individué comme généré. Ceci explique aussi la capacité de l’Être à développer et se développer par l’évolution comme l’involution, et met en exergue que la matrice de ces coordinations relève de l’implication des champs énergétiques tant individués que générés qui formalisent l’état des civilisations créées, en devenir, ou en formation. À ce stade, nous allons aller plus loin, pour bien prendre conscience que le temps comme l’espace peuvent être joués, comme un jeu, dans le cadre du développement énergétique en sa conscience et par sa conscience. Le temps comme l’espace ne sont que des projections et ne reposent que sur une adaptation séquentielle que rien ne justifie dans le corps des univers. À ce degré nous dirons que ce sont simplement des expressions qui peuvent se deviser à l’infini, se concaténer, s’abstraire, s’ignorer, se replier. Au moment où le voyage dans l’espace devient une nécessité afin d’essaimer notre galaxie, il conviendrait de se rappeler de ce postulat. En aparté, alors que les scientifiques s’éreintent sur la manière de domestiquer l’énergie gravitationnelle, en est une bien plus simple à canaliser, c’est celle de l’énergie hadronique, dont l’inverse du rayon de son gradient permet par la concaténation de ce que nous nommons arbitrairement l’espace/temps, de se déplacer à la vitesse sub atomique, pulvérisant toute autre formule cherchant désespérément à mettre en pratique des vitesses approchant la vitesse de la lumière. La vitesse de la lumière n’est qu’un leurre et l’oubli même qu’elle est prédéterminée par une onde, onde qui peut être surpassée par sa modalité intrinsèque, existant dans les univers d’autres caractéristiques confondant sa systémique incomplète et erronée. Pour poursuivre, nous dirons qu’il ne faut plus avoir comme référence une vision purement séquentielle, mais bien une vision géométrique de l’ensemble constitué par ce un en tout et tout en un qui génère la Vie qui doit s’accomplir afin de régénérer ses constituants, sachant que nous ne sommes les uns les autres qu’une particule de ce que l’on pourrait nommer une sphère couvrant un prisme aux facettes infinies, en lesquelles et par lesquelles nous devons trouver un chemin parmi l’infini pour parvenir au but, savoir la régénérescence du tout. À suivre…

Science fiction or Science?

Science fiction or science? If we leave the principle that is in all and all is in one, we can understand that there exists infinite of potentiality to be born at the same time what we call time as what we call the space, without forgetting the interference between these two polarities which in our spirit coexist, but which in reality are non-existent paradigms within the meaning of the energy virtue that each and everyone animates, each and everyone because each one is single and what raises of reality is only one screen of reality, their multiplicity generating reality. Energy is all, and in its simplicity can summarize itself in a particle and of course in its action which represents the energy field as one could as well translate by a wave. There is ultimately only one correction to bring which is that of comprehension that in action the particle is wave, that at rest it is of the same wave, a standing wave, therefore a field of mobile energy or not. On the basis of this principle in interaction with the principle of the action, each being is source of a field of energy, of a field of wave which is the reflection of its action like its inaction, a fabulous potential able to be transferred, to be metamorphosed, to be made denser, to be linked, to be opposed, to intensify. At the root of the action the immanence is located which remains the base of the concatenation of energies and their transcendence. The meeting of the transcendence and the immanence determining the evolution, the reverse disintegration. It is necessary to imagine this threshold for understanding well that the determinism is the keystone of this fitting, and that this determinism thus related as well for is individué as for generated to the accession of its power of transcendence to operate in the immanence, which is possible thanks to energy remanence resulting from these two poles. Each Being being single, its energy components carrying out it ad infinitum possibilities, one sees as regards the whole of the Beings that the upgrading capabilities as of involution are the resultant not of an addition but well of a multiplication of quantitative energies of each Being. Place and times are field of the genesis, states of nature primitive or ultimate in process or not of accession to their transcendence, marks energy qualitative evolution. Here it will be understood that there exist degrees by which the Beings pass which are not on same levels of comprehension and whose majority by sequence remains in the involutive quantification related to the domination of energies or groups of negative energies for reasons of various orders, mainly material, impossibility for these negative energies of reaching a positive energy being related to parasitic variations leading them to the atrophy of their natural energy. To understand the universe like the whole of the Universes is to understand the Life in its regenerating movement of the immanence, and from exposing capacity like incapacity, freedom there as sequence of the energy formalities which very often spread in virtuality to merge in nothing, rather than to schedule themselves and spread themselves, acclimatizing incomposé to recompose it, by meaning the states of the major nature of the life and its meaning evolution. In aside, we can see here totalitarian political modelings not related on generating methods of action but quite to the contrary to the crowning of the offset called upon by the imitation which is channeled by the invariance, which is summarized by the initials, the word, the song, which is only driving waves, not as opposed to what one thinks of action, but of offset in the consideration of their organic comprehension, seeing the energy intelligence decreasing like the reverse of the square of the sample compromised by the illusion, which is not the case of open political modelings, related to generating methods of actions, because participles by complementarities of gestalts grippings ordering oneself naturally in the evolution in multiplying comparison with the intelligence here and not dividing. It is seen here that the intelligence is born from the energy interaction. This aside made of the regulation which can be opposite or in adequacy with the Way, to know the evolution which is by transcendence meets immanence, explains perfectly the psychosociological models that can cover all determinations, taking into account the field of vacuity, and the natural energy individué as generated. This explains as the capacity Être to develop it and develop by the evolution like the involution, and puts forward as the matrix of these coordinations raises of the implication of the energy fields as well individués as generated which formalize the state of the civilizations created, in becoming, or formation. At this stage, we will go further, for becoming aware well that time as space can be played, like a play, within the framework of the energy development in its conscience and by its conscience. Time as space are only projections and rest only on one sequential adaptation that nothing justifies in the body of the universes. To this degree we will say that in fact simply expressions can be unscrewed ad infinitum, concaténer, to abstract themselves, be unaware of themselves, fold up themselves. For the moment when the voyage in space becomes a need in order to swarm our galaxy, it would be advisable to remember of this postulate. In aside, whereas the scientists flay themselves on the manner of domesticating the gravitational energy, is much the simplest to channel, it is that of the hadron energy, whose reverse of the ray of its gradient allows by the concatenation of what we name arbitrarily space/time, to move at the atomic speed sub, pulverizing any other formula hopelessly seeking to put speeds into practice approaching speed of light. Speed of light is only one lure and the lapse of memory even as it is predetermined by a wave, wave which can be exceeded by its intrinsic method, existing in the universes of other characteristics confusing its systemic incomplete and erroneous. To continue, we will say that one should not any more have like reference a purely sequential vision, but well a geometrical vision of the unit consisted this one in all and all in one which generates the Life which must be achieved in order to regenerate its components, knowing that we are the ones the others only one particle of what one could name a sphere covering a prism with the infinite facets, in which and by which we must find a way among the infinite one to arrive at the goal, to know rejuvenation of the whole. To follow…

© Vincent Thierry

Lyre de l'horizon PDF Imprimer Email
SCIENCE FICTION
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 25 Janvier 2011 à 13:08

Lyre de l'horizon

 

Lyre de l'horizon aux mânes caducées, où les nefs se prononcent, clartés des temps qui adviennent, du souffle sans mystère des vagues fulgurant ces galaxies étonnées, majestueuses, frontispices des algues sous la nue délibérant des fêtes natives, tandis qu'embruns les souffles éperdus s'en viennent leurs mille chemins, passants d'ivoire comme d'histoires aux lagunaires cristaux qui veillent, aux soleils insondables qui éblouissent de merveilles, là, dans l'exacte ascension du songe, ici, dans l'ambroisie limpide des ramures enivrées, dans ce faste sans oubli, intrépide et souverain surgissant des cathédrales aux fronts déserts, des épopées sublimes et des courses sauvages par le défi des stellaires adorations, alors que les lunes de Vega arborent leurs sillons, dans une féérie d'alcôve, dans ce souverain plaisir qui illumine le regard des Etres de ce temps, hâlant la puissance des chants par delà les frontières des hymnes, délivrant un message vivant par toutes les terres maturées, œuvre de vaste haleine guidant le génie comme la folie dans d'ordinaires convoitises, dans ces  lieux sans parfums, ces réductions temporelles, ces abysses d'espaces incontrôlables, où les univers multipliés se délient, s'approprient, se concatènent avant que d'exploser dans des myriades de firmaments que l'instinct compose, survit et dévoile aux profondeurs des sources cristallines qui résonnent de leurs faits d'armes, témoins des astres comme des désastres des armadas d'écumes furieuses, des passementeries de nefs gravifiques testant ces premiers pas des hyperboles d'Orion, ces festives demeures gravitationnelles épanchant  le miraculeux voyage ignorant l'espace comme le temps, pour ne reconnaître que les quadripartitions enfantées, ces points familiers désormais aux voyageurs immobiles, desservant par leurs portes ouvragés les clameurs de mondes initiés, déroulant au miroir des ondes leurs cargaisons de sortilèges, leurs métaux précieux, leurs denrées fauves, et dans la novation des flux et reflux des confins révélés de leurs armatures en splendeur, l'incarnat de routes aux moissons nouvelles dont les matrices coordonnent chaque vaisseau de ce jour, oubliant en mesure du solstice les balbutiements équinoxiaux, délaissés aux regards de vaillance des équipages conquérants, arbitres de luminosités nouvelles à voir, correspondre et essaimer, conquérants au renom de gloire, de lieux les vêtures et les exaltants sevrages, domptant des faunes acclimatés, délibérant des flores insulaires, des Etres en semis l'atour de l'Empire en leur réalité comme leur définition, que la bienveillance ordonne, dans l'accomplissement, où que le ciel oubli aux armes qui se froissent, le devoir de chacun restituant l'équilibre nécessaire à l'épanouissement vivant, volition des œuvres sans sursis aux ébauches galaxiales, dans ces firmaments fabuleux qui scandent la concaténation des mondes, inscrit des rescrits antiques qui parlent nos parchemins, là, ici, plus loin, des dianes éloquences qu'Isis en fruit d'or opale de ses gréements, ses festives langueurs et ces draperies qui content, là, ici, plus loin dans les affables sursis de Mars, les constellations de la Vierge et les silences d'Onyx de Beltegeuse, notre règne, notre Chant, issus de notre Terre qui fut, un temps du temps exalté, voyant les promesses de l'aube promouvoir ces lendemains qui prospèrent dans le regard Humain, prouesse, serment, devenir d'un avenir glorieux, tisserand de la galaxie génésiaque hissant de l'abîme vers les cimes les flamboyances de cette force vivante qui nous est commune mesure, dépassement, frisson des âges, mesure de l'instant, où l'ambre est calice, fer et feu, air et flamme, raison des rives en parfums, des condominium qui se pressent aux arcanes des pouvoirs, demandeurs et quémandeurs d'eaux vives à midi, marchands enseignes qui flottent par les univers les exploits du règne, mantisses de nos éclairs qui fulgurent la densité, l'intensité, la mesure circonscrite de l'harmonie qui ouvrage, sans outrage, symbiotique s'élève, idéalisée, magnifiée afin de composer l'Eternité, Voie sereine des éblouissements qui fortifient cette aventure fantastique, celle de l'Humain en ses multiplicités, conquérant de toujours, voyant se dresser l'immensité fortifiant sa destinée, ainsi alors que nos navires dépassent les flots d'Andromède pour advenir les écumes astrales, repoussant les frontières de l'Empire éclos de nos âmes épousées...

 

Quadrant of the horizon

 

Quadrant of the horizon to the manes caduceus, where the naves decide, clearnesses of times which occur, of the breath without mystery of vaguenesses fulgurating these astonished galaxies, majestic, frontispieces of the algae under the naked one deliberating on the native festivals, while spray the wild breaths is come from there their thousand ways, passers by of ivory as of stories to the lagoonal crystals which take care, with the unsoundable suns which dazzle wonders, there, in the exact rise of the dream, here, in the ambrosia limpid of the made drunk foliages, in this ostentation without lapse of memory, intrepid and sovereign emerging from the cathedrals to the deserted faces, the epopees sublimes and the wild races by the challenge stellar worships, whereas the moons of Vega raise their furrows, in a fairyhood of alcove, in this sovereign pleasure who illuminates the glance of the Beings of this time, tanning the power of the songs across the borders of the anthems, delivering an alive message by all the maturées grounds, work of vast breath guiding the genius like the madness in ordinary covetousnesses, in these places without perfumes, these temporal reductions, these abyssals zone of unverifiable spaces, where the multiplied universes are untied, are adapted, are concatènent before exploding in myriads of firmaments which the instinct composes, survives and reveals with the depths of the crystalline sources which resound of their feats of arms, witnesses of the stars like disasters of the armadas of furious scums, passementeries of gravific naves testing these first steps of the hyperboles of Orion, these festive gravitational residences pouring out the miraculous voyage being unaware of space like time, to recognize only the given birth to quadripartitions, these familiar points from now on with the motionless travellers, serving by their doors worked the clamors of initiated worlds, unrolling with the mirror of the waves their cargoes of magic spells, their precious metals, their food products deer, and in the novation of flows and backward flows of the revealed borders their reinforcements in splendor, incarnates it of roads to the new harvests whose matrices coordinate each vessel of this day, forgetting in measurement of the solstice the equinoctial stammerings, forsaken taking into consideration valiancy of the crews conquerors, referees of new luminosities to see, correspond and swarm, conquerors with the reputation of glory, places vêtures and exciting weanings, overcoming faunas acclimatized, deliberating on the insular flora, of the Beings in sowing the atour of the Empire in their reality like their definition, that the benevolence orders, in the achievement, where that the sky lapse of memory with the weapons which crush, the duty of each one restoring balance necessary to alive blooming, volition of works without deferment to the outlines galaxiales, in these fabulous firmaments which stress the concatenation of the worlds, registered voter of the ancient rulings which speak our parchments, there, here, further, of the dianes eloquences that gold opal fruit Isis of its riggings, its festive languors and these draperies which content, there, here, further in the gracious deferments of Mars, the constellations of the Virgin and Onyx silences of Beltegeuse, our reign, our Song, resulting from our Ground which was, a time of excited time, seeing the promises paddle to promote it these following days which thrive in the Humain glance, prowess, oath, to become of a glorious future, Tisserand of the génésiaque galaxy hoisting ofdamages towards the summits the flamboyances of this alive force which is to us common measurement, going beyond, shiver of the ages, measures moment, where amber is chalice, iron and fire, air and flame, reason of banks in perfumes, of the condominium which is had a presentiment of with the mysteries of the powers, applicants and beggars of waters running at midday, commercial ensigns which float by the universes the exploits of the reign, mantissas of our flashes which fulgurate the density, the intensity, the circumscribed measurement of the harmony which works, without insult, symbiotic rises, idealized, magnified in order to compose Eternity, Voie serene dazzlings which strengthen this adventure fantastic, that of Human in its multiplicities, conqueror of always, indicator to draw up the vastness strengthening its destiny, thus whereas our ships exceed the floods of Andromède to occur astral scums, pushing back the borders of the hatched Empire of our married hearts…

 

 © Vincent Thierry

<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Réslutats 1 - 9 sur 36