Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEBATS arrow POLITIQUE
POLITIQUE
Mairie, Pouvoir et ambition personnelle. PDF Imprimer Email
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:20
Mairie, Pouvoir et ambition personnelle.

Il était une fois dans un commune située en banlieue sud ouest de Paris, un Elu qui cherchait un faire valoir dans le cadre de son avancement personnel et qui de sorte, dans la réflexion commune de savoir ce qu’il valait, au nom d’un parti se présenta en trouvant ordinaire la présence d’une administratrice qui sans compter ses heures lui permis de valoriser ses desseins. Content de cette personne il la fit venir dans sa Mairie pour déployer ses connaissances et à peine la personne vint elle que se levèrent des boucliers de repus et d’assoiffés de puissance qui cherchèrent à la nuire. Que de curiosités malsaines cette personne initiée à la probité développa t’elle pour qu’ainsi la nuisance se déchaîna ? L’élu n’en pris ombrage sur l’instant trop préoccupé de se révéler au Conseil auquel il accéda, sans faire quelques remarques désagréables à l’encontre de la personne, la traitant volontiers d’administratrice lorsque le sujet n’était pas acquis à sa personne. Ainsi passa le temps permettant à la personne de mesurer la réalité communale dans tout ce qu’elle représente de prébendes et d’honneur, voyant les clans se dresser les uns contre les autres, la lutte pour un pouvoir imparfait car toujours chargé de veulerie. Jusqu’au jour ou ce désir du pouvoir vint jusqu’à elle, sous les hospices d’un second imbu de son désir de plaire qui revenant d’un long congé, et dieu sait qu’il y en a des congés dans ce genre de cloaque, après discours ostentatoire près de l’Elu, ( de quel discours s’agit il là ? bien entendu celui de l’ancienneté déférant une connaissance elle même sujet de distorsion par rapport à l’ambition), vit notre personne se défaire de son poste pour le complu et sa renommée. Quelle morale tirer de cette histoire ? Que nos prétendants politiques ne sont pas mûrs pour relever le défi de servir le Peuple qui les a élu. Leur ambition personnelle dévore la réalité pour la figer dans une abstraction dont les Etres Humains subissent le sort. L’incapacité est règne de cette mesure, et cet Elu a démontré son incapacité au pouvoir, au pouvoir d’assumer ses décisions, au pouvoir de mobiliser les énergies afin non pas de s’ouvrir une voie royale mais d’ouvrir un dessein à la communauté qu’il dirige. Et lorsqu’on pense que cet Elu siège au Conseil Régional, on ne peut qu’être inquiet de l’avenir de la Région, la voix de cet Elu n’étant pas une voix composante mais une voix personnelle qui ne régit que son devenir et non le devenir de la communauté. En résumé comment peut on compter sur un citoyen élu qui ne respecte pas sa parole au sein même de la communauté directrice dans laquelle il dirige ? Et combien sont ils de cet acabit sur notre sol ? Dévorés d’ambition, détruisant des vies sur leur passage avec le dédain et la pleutrerie qui ne conviennent qu’aux lâches. Combien sont ils ? Peut être conviendra t’il de se pencher pour les partis un peu plus sur cette réalité communale afin de discerner avec exactitude ceux qui servent le Peuple et ceux qui se servent du Peuple pour prospérer à ses dépens.© Vincent Thierry

Town hall, Capacity and personal ambition.

It was once in a commune located in western southern suburbs of Paris, an Elected official who sought one to put forward within the framework of his personal advance and which of kind, in the common reflexion of knowing what it was worth, in the name of a party arised by finding ordinary the presence of an administrator who without counting her hours allowed him to develop her intentions. Content with this person it made it come in its Town hall to deploy its knowledge and hardly the person came she that rose shields of repus and assoiffés of power which sought to harm it. What of unhealthy curiosities this person initiated with probity developed you it so that thus the harmful effect broke out? The elected official in taken shade over the moment too concerned about appear with the Council which it reached, without making some remarks unpleasant against the person, readily treating it of administrator when the subject was not acquired with its person. Thus passed time making it possible to the person to measure communal reality in all that it represents of emoluments and honor, seeing the clans drawing up the ones against the others, the fight for an imperfect capacity bus always in charge of spinelessness. Until did the day or this desire of the capacity come until it, under the old people's homes of a second imbu of his desire to like which ghost of a long leave, and god knows that there is of them vacation in this kind of cesspool, after ostentatious speech close to the Elected official, (of which speech acts it there? of course that of the seniority submitting a knowledge it even prone of distortion compared to the ambition), saw our person demolishing herself of her station for taken pleasure and its fame. Which morals to draw from this history? That our political applicants are not ripe to take up the challenge to serve the People which elected them. Their personal ambition devours reality to solidify it in an abstraction whose Human Beings undergo the fate. The incapacity is reign of this measurement, and this Elected official showed his incapacity with the capacity, with the capacity to assume his decisions, the capacity to mobilize energies so not opening a royal way but opening a intention at the community which it directs. And when it is thought that this Elected official sits at the Regional Council, it to become can only be anxious future of the Area, the voice of this Elected official not being a component voice but a personal voice which only governs its to become and to not it community. In short how can one count on an elected citizen who does not respect his word with the centre even of the direct community in which it directs? And how much are they of this quality on our ground? Devoured ambition, destroying lives on their passage with the scorn and the cowardice which are not appropriate that to the cowards. How much are they? Can be will be advisable you it to lean for the parties a little more on this communal reality in order to distinguish with exactitude those which serve the People and those which are useful of the People to thrive with his costs. © Vincent Thierry

 
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:20 )
LA DICTATURE EN EUROPE PDF Imprimer Email
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:18
LA DICTATURE EN EUROPE

Les dernières élections sont symptomatiques d’un malaise régnant dont la finalité ne laisse pas de doute : la faillite d’une Europe qui se dresse sur un lit de sable, et ce ne seront les déclarations bien tardives des tenanciers d’un pouvoir inexistant (30% de votants sur une élection aussi importante), sur la Constitution qui pourront faire accroire à la réalité d’un Existant qui n’en porte que le nom. Le monde virtuel est dominant dans notre siècle, éponyme de constructions bâties sur du vent et de l’eau, sans concrétisation, par manque de clairvoyance, par manque de volonté, par manque tout simplement de réalisme. Le dynamisme des sociétés est engendré par le savoir et la culture. Ce dynamisme aujourd’hui est larvaire, tronqué et régulé par un affadissement global de tout ce qui fait et concrétise la valeur Humaine, le sens de l’esthétique, le sens de l’harmonie, le sens du devenir. Ici, dans cette farandole de cris et d’invectives ensemencés par les voix tonitruantes des parties, nul vecteur ne se propose pour insuffler ce dynamisme, bien au contraire toute valeur est déchue pour ne laisser place qu’à une pluie de cendre où les prébendes sont les marches hautes de la définition d’un devenir. Comment s’étonner donc de la portée de ces élections nutritives ? Les Etres Humains, oui, je dis les Etres Humains, et non les homo économicus, n’ont que faire de la stérilité qui abonde au sens de cette Europe sans raison qui ressemble étrangement à une société anonyme liée à une banque tout aussi anonyme, qui ne recherche en aucun cas à faire le bonheur des Peuples, mais a s’auto satisfaire des bénéfices qu’elle peut tirer du profit quelle peut retirer des forces vives des nations enchaînées à son leurre. La réalité est là dans toute sa formalisation. Le mensonge Roi est paraître et ses litanies berce des Peuples qui sont en voie de disparition comme l’est d’ailleurs la structure de ce nid d’abeille qui ne doit pas croire un seul instant qu’elle puisse survivre dans le temps à la mise en œuvre de sa virtualité. Le réveil se fera sans douleur, le désintérêt amorcé ne faisant que croître dans les décennies à venir, toute justification ne faisant qu’abreuver la rancœur des Etres Humains composants, dans le mobile même de cette création insipide, les Peuples voyant leurs ressources s’épuiser au profit d’un nivellement sans fin, leurs moyens de production disparaître de leur propre pays pour accélérer la paupérisation de l’ensemble constituant, face sombre qui de jour en jour se prononce, alors que pour la première fois en France, par exemple, pour ne citer que ce pays, on voit quatre millions d’Etres Humains vivre en dessous du seuil de pauvreté ! Belle Europe que celle-ci, n’ayant aucune voix commune politique, militaire, judiciaire, n’ayant que pour seule voie celle de l’asservissement, féodalité qui dans le cours de l’histoire européenne avait disparu et dont la renaissance brutale apparaît dans toute sa splendeur. Belle Europe ou on voit se profiler l’ombre d’une dictature affamée, dans la mesure ou le pouvoir y existant ( inexistant en vérité) ne se prévaut d’aucune légitimité : comment peut on gouverner en ayant obtenu un pourcentage de 30%, tous parties confondus, de 100% des quatre cent cinquante millions d’Etres Humains composant l’Europe ? 70 % de la population a rejeté ces partis ! La majorité est claire, elle est du côté de ces 70%. Ainsi serait il temps de proposer aux Peuples un Référendum général pour savoir si ils veulent poursuivre cette aventure, et surtout dans quelles conditions ? Ignorer cette demande sera faire preuve d’un esprit dictatorial et non pas d’un esprit démocratique. Et en ce sens, nous nous retrouvons aujourd’hui dans un dictature instaurée, illégitime, dont il serait temps de se rendre compte, avant qu’il ne soit trop tard. Il convient de le demander à ces députés auto proclamés, en chaque Nation de cette Europe qui ne porte que le nom, leur faire prendre conscience que les Peuples ne sont dupes et ne demandent que leur droit légitime, celui de s’exprimer sur la viabilité du devenir qu’une minorité leur propose. Ce n’est qu’à ce prix que nous éviterons la dictature de cette minorité virtuelle. A défaut ne nous restera t’il plus qu’à demander l’asile politique aux Etats-Unis, qui malgré tout ses défauts, est elle sous tendue par une Constitution remarquable.

DICTATORSHIP IN EUROPE

The last elections are symptomatic of a faintness reigning whose finality does not leave a doubt: the bankruptcy of Europe which draws up itself on a sand bed, and they will not be the quite late declarations of the tenants of a non-existent capacity (30% voters on such a significant election), on the Constitution who will be able to make accroire with the reality of Existing which bears only the name from there. The virtual world is dominating in our century, éponyme of constructions built over wind and water, without concretization, for lack of perspicacity, will, lack quite simply of realism. The dynamism of the companies is generated by the knowledge and the culture. This dynamism today larval, is truncated and controlled by a total loss of flavour of all that makes and concretizes the Humaine value, the direction of esthetics, the direction of the harmony, the direction of becoming. Here, in this farandole of cries and invectives sown by the thundering voices of the parts, no vector does not propose to insufflate this dynamism, quite to the contrary any value is déchue not to leave room that to a rain of ash where the emoluments are the high steps of the definition to become. How thus to be astonished by the range of these nutritive elections? Beings Human, yes, I say Beings Human, and not homo économicus, have only to make sterility which abounds within the meaning of this Europe without reason which resembles étrangement a limited company related to a bank quite as anonymous, which does not seek to in no case to make the happiness of the People, but has car to be satisfied benefit that it can draw from the profit which can withdraw sharp forces of the nations connected with its lure. Reality is there in all its formalization. The lie King is to appear and its litanies rocks the People which are in the process of disappearance like the east besides the structure of this honeycomb which should not believe only one moment that it can survive in time the implementation of its virtuality. The alarm clock will be done without pain, the started disinterest doing nothing but grow in the decades to come, any justification doing nothing but water the rancour of the component Human Beings, in the mobile even of this insipid creation, the People seeing their resources becoming exhausted with the profit of a levelling without end, their means production of disappearing from their own country to accelerate the impoverishment of the constituting unit, dark face which of day in day decides, whereas for the first time in France, for example, to quote only this country, one sees four million Human Beings food below the poverty line! Beautiful Europe that this one, not having any political common voice, military, legal, having only for only way that of control, feudality which in the course of the European history had disappeared and whose brutal rebirth appears in all its splendour. Beautiful Europe or one sees being profiled the shade of a famished dictatorship, in measurement or the capacity there existing (non-existent in truth) is not prevailed of any legitimacy: how can one control while having obtained a percentage of 30%, all left confused, of 100% of the four hundred and fifty million Human Beings composing Europe? 70 % of the population rejected these parties! The majority is clear, it is side from these 70%. Thus would be it time to propose to the People a general Referendum to know if they want to continue this adventure, and especially under which conditions? To be unaware of this request will be to show of a dictatorial spirit and not a democratic spirit. And in this direction, we find ourselves today in a founded dictatorship, illegitimate, of which it would be time to realize, before he is not too late. It is advisable to ask it to these proclaimed deputies car, in each Nation of this Europe which bears only the name, to make them become aware that the People are not easily deceived and ask only their legitimate right, that to be expressed on the viability of becoming that a minority proposes to them. It is only at this price that we will avoid the dictatorship of this virtual minority. With defect will not remain to us you there more but to ask the political asylum the United States, which despite everything its defects, is it under tended by a remarkable Constitution. © Vincent Thierry
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:21 )
La guerre rentre en Europe, PDF Imprimer Email
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:14
La guerre rentre en Europe,

L’Espagne vient de connaître l’attentat le plus ignoble qui puisse s’imaginer. La France, en son temps touchée se rappelle avec horreur de cette typologie qui a frappé son Peuple. Encore une fois la bêtise aveugle semble guider la parole médiatique. La théorie de l’autruche est bien réelle, chacun se met la tête dans le sable et personne ne bouge en attendant que la tempête passe. Que le mensonge se taise ! Nous sommes en guerre, en guerre totale contre le terrorisme, et ce serait d’un ridicule à toute épreuve que de croire un seul instant que les cibles que nous sommes ne le deviendraient pas ! Croire un seul instant que depuis le 11 septembre les intérêts Occidentaux ne puissent pas être frappés partout dans le monde est un leurre particulièrement dangereux. Que la folie des uns et des autres aient amenés des Peuples entiers à se fourvoyer dans des guerres sans limites qui aujourd’hui se figent, et se retournent contre eux, ce serait pur aveuglement de ne pas le voir. Le bouc émissaire désigné par l’Espagne est tout trouvé, comme il le serait si le malheur voulait qu’un attentat de ce type frappe notre sol. Simplicité bénie utilisée par les bien pensants qui ne peuvent et ne veulent relever le défi de notre siècle, et qui pourtant envoient des troupes sur des sols où elles n’ont rien à faire. Il faudra bien un jour désigner la réalité et appeler un chat un chat, et non un chien. N’aurions nous plus de courage dans cette Europe qui, il est vrai, faute de volonté, n’a même pas su se créer ! N’aurions nous plus d’honneur pour nous laisser berner et nous révéler impuissants devant ce terrorisme qui brille depuis le 11 septembre sans que jamais il ne soit désigné ? La faiblesse, l’impotence, la reptation de certains dirigeants sont des fléaux, qui sont liés à cette dépendance de l’Etat aux modèles exogènes qui ne sont que les remparts du fossé dans lequel sombrent la plupart de nos pays Européens. Il serait temps que se réveille la volonté, la volonté de regarder avec objectivité les problèmes, et non les éviter, le courage de maîtriser ces problèmes au delà des prébendes et des reptations, afin que surgisse à nouveau l’honneur par delà la lâcheté et ses errances ! - The war returns to Europe, -Spain has just known the most wretched attack which can think. France, in its time touched remembers with horror of this typology which struck its People. Once again the blind silly thing seems to guide the media word. The theory of the ostrich is quite real, each one puts the head in sand and nobody moves while waiting for that the storm passes. How the lie is keep silent! We are in war, in all-out war against terrorism, and it would be of ridiculous with any test which to believe only one moment that the targets which we are it would not become! To believe only one moment that since September 11 the Occidentaux interests cannot be struck everywhere in the world is a particularly dangerous lure. That the madness of the ones and others led whole People to be misled in wars without limits which today solidify, and are turned over against them, it would be pure blindness not to see it. The scapegoat indicated by Spain is very found, as it would be it if misfortune wanted that an attack of this type strikes our ground. Simplicity blessed used by the good thinking which cannot and does not want take up the challenge of our century, and which however sends troops on grounds where they has nothing to make. It will be necessary a day well to indicate reality and to call a spade a spade, and not a dog. Let us not have any more courage in this Europe which admittedly for lack of will, did not even know to be created! Let us not have any more honor to leave us berner and to appear impotent in front of this terrorism which shines since September 11 without never it not being indicated? The weakness, impotence, the snaking of certain leaders are plagues, which are related to this dependence of the State to the exogenic models which are only the ramparts of the ditch in which sink the majority of our European countries. It would be time that awakes the will, the will to look with objectivity the problems, and not to avoid them, courage to control these problems beyond the emoluments and of the snakings, so that the honor across cowardice and its errances emerges again! © Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:21 )
Danger pour la Liberté ! PDF Imprimer Email
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:12
Danger pour la Liberté !

Que le passé souverain enseigne, épure en considération des pentes qui nous interpellent, dans la puissance des âges constellés, dans la glorification adventice des sorts conjoints qui nous élèvent, dans la parousie des œuvres qui nous forgent, au delà des stances insipides de la nuit qui perle ses zéphyrs par ces routes mensongères ou s’égarent les inquiétudes de notre monde, sans racines tels des herbes frêles attendant le soc du faucheur, serons nous résistible de cet horizon sans limpidité qui égare les sens, qui détruit la nature même de l’aventure Humaine, de cette Voie majestueuse dont le sillon se trouve éprouvé devant le formalisme le plus vénéneux qui puisse se commenter, celui de l’atrophie et de ses rouages les plus ignominieux, affections du corps vivant qui ne se mesure plus qu’à l’aune d’une richesse matérielle, alors que s’éploient les ramifications les plus denses de la prestigieuse éloquence de ce même Vivant, qui dans l’austérité la plus congrue à su donner à notre Eternité, des limbes les plus tenues la cristallisation Olympienne de notre Frère Mozart, enchanteur de la pluralité Vivante exhaussant la splendeur de la Nature Humaine dans son élévation la plus intrépide, décimant les trônes pour offrir au seul regard de l’Humain le sacre de son état de Vivant, la Liberté, Liberté chantée par tous les Peuples, par tous les Etres, ce jour reniée par tant de Peuples et tant d’Etres, la Liberté de croire, la liberté de s’exprimer, la Liberté de Vivre et forger dans la Vie et pour la Vie, Liberté majeure du Vivant, Liberté souveraine et consacrée hâlant des rives les nefs les plus promptes vers ces chemins bâtisseurs et conquérants délivrant la parole, le Verbe, l’existence, et non semant le désordre, la cacophonie, la reptation et ses perversions, Liberté puissante élevée au Royaume de la Sagesse regardant avec les larmes aux yeux ses mystères endeuillés par la folie de l’atrophie, par le mirage de l’inconsistance, par la décadence la plus brutale de l’être Humain redevenu un fauve parmi les fauves, alors que se tresse dans l’Harmonie le pouvoir de sa sanctification, là bas dans l’horizon limpide de l’avenir qu’il néglige, mais qu’il peut rejoindre dans l’Unité retrouvée de ses dimensions, dans leur symbiose, conjonction le déployant dans la Vie et non dans cette mort en laquelle il se complait, mort du Vivant, mort des Civilisations, mort des Identités, mort culturelle, spirituelle, matérielle, auto destruction sans limite qui le fait apparaître tel qu’il est aujourd’hui, une ombre parmi les ombres, alors qu’il pourrait resplendir de lumière, qu’il peut reconquérir en enchantant à nouveau le mot Liberté, ce mot qui n’est pas un simple mot, ce mot qui n’est pas une simple expression, mais l’état naturel de la Vie dans ses allégories les plus nobles, car la Vie n’est pas esclave, la Vie ne se corrompt au détail mais embrase la totalité de la réalité, de l’imaginable, de cette surconscience qui vogue au delà des contingences et a permis à tant de créateurs de toujours l’initier au delà des tempêtes et des colères des pouvoirs qui ne sont eux mêmes que résultantes de nébuleuses dont les enfantements naissent d’atrophies particulières liées à la dégénérescence collective des valeurs supérieures oeuvrant à la construction Humaine, l’Honneur, le Respect, la Foi en la Vie, la défense de la Liberté, la conscience de la Création, et les devoirs qui leurs sont liés, toutes forces ce jour disparaissant sous le marasme de l’ignorance et de ses inconséquences, dame ignorance, vertu des pouvoirs corrompus qui en son nom destituent la Liberté, soudoient le Vivant, le rendant plus animal qu’Humain, affaiblissant sa conscience pour en œuvrer l’inconscience et permettre ainsi d’établir ce joug qui lentement s’insinue en notre temps, accueilli avec tant de joie par les aveugles qui se complaisent en leur litanie, danger dans lequel s’enlisent tant d’êtres pour le plaisir fugace de quelques prébendes dont ils ne pourront plus jamais se défaire, danger contre lequel il convient de lutter de toute ses forces afin que notre univers ne devienne la gangue d’une société d’êtres serviles qui n’auront dans le cadre d’une éventuelle rebellion que la tragique finalité de se retrouver recyclés dans des camps de concentration psychiatriques, à l’image du système soviétique, ou bien tout simplement éliminés. Donc assez de servilité, que l’Etre Humain soit un Etre Humain, et s’effaceront d’eux mêmes ces exactions qui pour l’instant ne touchent que l’Esprit mais qui demain toucheront des populations entières si nous ne prenons garde et ne mesurons la barbarie vers laquelle elles nous mènent !

Danger to Freedom!

That past sovereign teaches, diagram in consideration of slopes which challenge us, in power of ages constellated, in glorification adventitious of fates joint which raises us, in parousie of works which forges us, beyond stanzas insipid of night which beads its zephyrs by these roads untrue or mislay concerns of our world, without roots such of grass frail waiting ploughshare of faucheur, will be us resistible of this horizon without limpidity which mislays the directions, which destroys nature even Humaine adventure, of this majestic Way whose furrow is tested in front of the most poisonous formalism which can that of the atrophy and its ignominieux wheels, affections of the alive body which is not measured any more but with the ell of a material richness, whereas are éploient the densest ramifications of the prestigious eloquence of this very Alive, which in the austerity more congrue with known to give to our Eternity, of the most held the limbs Olympienne crystallization of our Mozart Brother, enchantor of Vivante plurality raising the splendour of the Human nature in its most intrepid rise, decimating the thrones to offer to the only glance of Human the sacring of its state of Alive, Freedom, Liberté sung by all them this day disavowed per so many People and so much Beings, Freedom to believe, freedom to express itself, the Freedom of Living and forging in the Life and for the Life, major Freedom of Alive, sovereign and devoted Freedom tanning banks the promptest naves towards these ways builders and conquerors delivering the word, the Verb, the existence, and not sowing the disorder, cacophony, the snaking and its perversions, high powerful Freedom with the Kingdom of Wisdom looking with the tears with the eyes its mysteries endeuillés by the madness of the atrophy, the mirage of inconsistency, the decline more become again deer among deer, whereas in the Harmony the capacity of its sanctification is braided, there low in the limpid horizon of the future which it neglects, but that it can join in the found Unit of its dimensions, in their symbiosis, conjunction deploying it in the Life and not in this death in which it was complait, dead the Alive one, died of Civilizations, died of the Identities, death cultural, spiritual, material, car unbounded destruction which reveals it such as it is today, a shade among the shades, whereas it could resplendir of light, that it can reconquer while enchanting is not a simple word, this word which is not a simple expression, but the natural state of the Life in its noblest allegories, because the Life is not slave, the Life corrompt with the detail but sets ablaze the totality of reality, conceivable, this surconscience which sails beyond the contingencies and made it possible so many creators always to initiate it beyond the storms and of angers of the capacities which are them same only resulting from nebulas whose enfantements are born from particular atrophies related to the collective degeneration of the values higher working than Humaine construction, the Honor, it the defense of Freedom, conscience of Creation, and the duties which theirs are bound, all forces this day disappearing under stagnation from ignorance and its inconsistencies, rams ignorance, virtue of the capacities corrompus which on its behalf relieve Freedom, bribe the Alive one, making it more animal than Humain, weakening its conscience to work unconsciousness and to thus make it possible of it to establish this yoke which slowly penetrates in our time, accomodated with such an amount of joy by the blind men who take pleasure in their litany, danger in which enlisent so many beings for the fugacious pleasure of some emoluments of which they will be able never again it is advisable to fight of all its forces so that our universe does not become the gangue of a company of servile beings which will have within the framework of a possible rebellion only it tragic finality to find themselves recycled in psychiatric concentration camps, with the image of the Soviet system, or quite simply eliminated. Thus enough of servility, that the Human Being is a Human Being, and they will be erased same these exactions which for the moment touch only the Spirit but which tomorrow will touch whole populations if we do not take guard and do not measure the cruelty towards which they carry out us! © Vincent Thierry
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:18 )
Anti américanisme PDF Imprimer Email
POLITIQUE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:59
Anti américanisme
Il serait temps de cesser de parler d'anti américanisme, n'être pas en accord avec une partie du gouvernement des Etats Unis n'implique en aucun cas être anti américain, bien au contraire, cela permet au Peuple Américain de se rendre compte, au delà des normes édictées par la Loi Patriot, d'entendre et lire ce que ce Peuple extraordianire, ne peut ni dire ni lire aujourd'hui ! Et dire que les Américains sont anti français est totalement ridicule, sinon dans l'esprit borné de quelques individus dont les motivations ne sont pas nécessairement louables. La gesticulation à laquelle on assiste sur ces chefs d'accusations est totalement infondée mais sert de pretexte à des polémiques inutiles qui permettent d'évacuer la réalité des problèmes et particulièrement une question cruciale aujourd'hui : la force doit elle primer sur le droit ? Si on se range du côté du gouvernement Bush, je dis bien du gouvernement, il est évident qu'on ne peut voir les tenants du droit que comme des anti- bush et par extension des anti américains, cela ressort d'un raisonnement tellement simpliste qu'il est accepté comme un postulat. On sait que l'intelligence d'un échantillon diminue comme son carré, et ainsi va la manipulation qui lorsqu'elle est reprise par les médias devient non plus seulement un fait mais une "réalité". Donc un peu d'objectivité. A l'analyse des tenants et des aboutissants nous voyons qu'aujourd'hui, au delà de la chute de la dictature en Irak, le Gouvernement des Etats Unis peut agir à volonté sur le débit des flux pétroliers, donc sur la hausse ou la baisse des cours, et peut donc asphyxier au titre de ces ressources n'importe quel pays, y compris cette Europe, alliée du Peuple Américain, en laquelle je crois. Donc assez d'hypocrisie, assez de servitude, la position de notre Président Monsieur Chirac dans le cadre de cette réalité géopolitique a été particulièrement courageuse et lui jeter la pierre aujourd'hui est un signe qui ressemble à de la trahison. Bien sûr que les temps à venir ne seront pas facile pour notre Peuple, mais cela passera, car l'amitié entre le Peuple des Etats Unis et le Peuple de la France, est bien plus profonde que ce marasme médiatique auquel on assiste, et je pense sincèrement que ce Peuple, sinon son gouvernement, reconnaîtra notre droit à lui faire prendre conscience du Droit International. Cela est affaire de temps et de construction, construction de cette Europe élargie, construction de nouvelles alliances, et respect des alliances antérieures. Mais par pitié qu'on cesse ce battage autour de l'anti américanisme ! Il n'y a d'anti américanisme que chez ceux qui pensent en manichéiste Bushiste qui pensent qu'il y a des bons et des méchants, des bien pensants et des mals pensants, alors que la réalité est toute autre, subtile à souhait. Nous ne sommes pas à l'école maternelle et encore moins les acteurs d'un western, nous sommes des êtres responsables qui n'ont pas à être des commis serviles, et la position défendue par notre Gouvernement, quoi qu'il en coûte, est une position juste et significative, et en aucun cas anti-américaine !!!© Vincent Thierry

 
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:22 )
<< Début < Précédent 41 42 43 44 45 Suivant > Fin >>

Réslutats 388 - 396 sur 403