Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEVENIR arrow ETRE HUMANITE
ETRE HUMANITE
Code de Nuremberg PDF Imprimer Email
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Lundi 11 Mai 2020 à 12:15

Code de Nuremberg et vaccination « obligatoire »

Toute vaccination dite obligatoire peut être et doit être remise en cause, en se servant du Code de Nuremberg, car toute vaccination dite obligatoire ne relève pas du consentement volontaire, etc...

« Le « code de Nuremberg » est un extrait du jugement pénal rendu les 19-20 août 1947 par le Tribunal militaire américain (agissant dans le cadre de dispositions internationales) dans le « procès des médecins »1. Il s’agit de la liste des dix critères utilisés par le Tribunal pour apprécier le caractère licite ou illicite des expérimentations humaines reprochées aux vingt-trois accusés, – des médecins, pour la plupart2.

Cette liste a rapidement circulé de manière autonome sous la dénomination de « Nuremberg Code/code de Nuremberg » ; elle a été lue dans les milieux politiques et médicaux comme un corpus de préceptes déontologiques et de maximes morales s’imposant aux expérimentateurs.

En France, cette lecture déontologique ou éthique du « code de Nuremberg »  s’est appuyée essentiellement : sur la traduction approximative de Bayle, publiée dans les années cinquante3 et remaniée (sans que ces remaniements soient toujours signalés) dans les années quatre-vingt4 ; sur une adaptation présentée comme une traduction par le Comité national d’éthique en 19845, reprise par le Conseil d’État en 19886.

La nature précise du «code de Nuremberg» – une jurisprudence pénale internationale7 – a été le plus souvent perdue de vue ou ignorée, y compris par la doctrine juridique8.

1 Trials of War Criminals Before the Nuernberg Military Tribunals Under Control Council Law No. 10, Washington, U.S. Government Printing Office, 1949-­1953 ("Green Series", 15 vol.), vol. 1 et 2.

2 Trials…, op. cit., vol. 2, p. 181-­183.

3 Bayle F., Croix gammée contre caducée. Les expériences humaines en Allemagne pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Neustadt, Commission scientifique des Crimes de guerre, 1950, p. 1493-­1495.

4 Ambroselli C., Ethique médicale et droits de l’homme, Actes Sud/INSERM, 1988, p. 41-­42, repris dans

L’éthique médicale, Paris, PUF (« Que sais-­je ? »), 1994, p. 104-­105

5 Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et la santé (CCNE), Avis n° 2 du 9 oct. 1984, Avis sur les essais de nouveaux traitements chez l’homme, p. 19, in Xe Anniversaire du CCNE, Les avis de 1983 à 1993, CCNE, 1993, p. 39-­40.

6 Conseil d’Etat, Sciences de la vie. De l’éthique au droit, Paris, Documentation française (« Notes et études documentaires » 4855), 1988 (fév.) ; deuxième éd., oct. 1988, p. 167.

7  Amiel  P.,  Des  cobayes  et  des  hommes :  expérimentation  sur  l’être  humain  et  justice,  Paris,  Belles  lettres (« Sciences humaines et médecine »), 2011, p. 80-­85.

8 Amiel P., Vialla F., « La vérité perdue du “code de Nuremberg” : réception et déformations du “code de Nuremberg” en France », Rev. dr. sanit. et soc. 2009;4:673-­687.

Trials of war criminals before the Nuernberg [Nuremberg] military tribunals under Control Council law no. 10, vol. II, p. 181-­184, U. S. Government Printing Office, Washington DC, 1949-­1953

PERMISSIBLE MEDICAL EXPERIMENTS

The great weight of the evidence before us is to the effect that certain types of medical experiments on human beings, when kept within reasonably well-defined bounds, conform to the ethics of the medical profession generally. The protagonists of the practice of human experimentation justify their views on the basis that such experiments yield results for the good of society that are unprocurable by other methods or means of study. All  agree, however, that certain basic principles must be observed in order to satisfy moral, ethical and legal concepts:

1. The voluntary consent of the human subject is absolutely essential.

This means that the person involved should have legal capacity to give consent; should be so situated as to be able to exercise free power of choice, without the intervention of any element of force, fraud, deceit, duress, over-reaching, or other ulterior form of constraint or coercion; and should have sufficient knowledge and comprehension of the elements of the subject matter involved as to enable him to make an understanding and enlightened decision. This latter element requires that before the acceptance of an affirmative decision by the experimental subject there should be made known to him the nature, duration, and purpose of the experiment; the method and means by which it is to be conducted; all inconveniences and hazards reasonably to be expected; and the effects upon his health or person which may possibly come from his participation in the experiment.

The duty and responsibility for ascertaining the quality of the consent rests upon each individual who initiates, directs or engages in the experiment. It is a personal duty and responsibility which may not be delegated to an other with impunity.

1.         The experiment should be such as to yield fruitful results for the good of society, unprocurable by other methods or means of study, and not random and unnecessary in nature.

2.         The experiment should be so designed and based on the results of animal experimentation and a knowledge of the natural history of the disease or other problem under study that the anticipated results will

justify the performance of the experiment.

3.         The experiment should be so conducted as to avoid all un- necessary physical and mental suffering and injury.

4.         No experiment should be conducted where there is an a priori reason to believe that death or disabling injury will oc- cur; except, perhaps, in those experiments where the experimental physicians also serve as subjects.

5.         The degree of risk to be taken should never exceed that determined by the humanitarian importance of the problem to be solved by the experiment.

6.         Proper preparations should be made and adequate facilities provided to protect the experimental subject against even remote possibilities of injury, disability, or death.

7.         The experiment should be conducted only by scientifically qualified persons. The highest degree of skill and care should be required through all stages of the experiment of those

who conduct or engage in the experiment.

8.         During the course of the experiment the human subject should be at liberty to bring the experiment to an end if he has reached the physical or mental state where continuation of the experiment seems to him to be impossible.

9.         During the course of the experiment the scientist in charge must be prepared to terminate the experiment at any stage, if he has probably cause to believe, in the exercise of the good faith, superior skill and careful judgment required of him that a continuation of the experiment is likely to result in injury, disability, or death to the experimental subject.

Of the ten principles which have been enumerated our judicial concern, of course, is with those requirements which are purely legal in nature-or which at least are so clearly related to mat- ters legal that they assist us in determining criminal culpability and punishment. To go beyond that point would lead us into a field that would be beyond our sphere of competence. However, the point need not be labored. We find from the evidence that in the medical experiments which have been proved, these ten principles were much more frequently honored in their breach than in their observance. Many of the concentration camp inmates who were the victims of these atrocities were citizens of countries other than the German Reich. They were non-German nationals, including Jews and "asocial persons", both prisoners of war and civilians, who had been imprisoned and forced to submit to these tortures and barbarities without so much as a semblance of trial. In every single instance appearing in the record, subjects were used who did not consent to the experiments; indeed, as to some of the experiments, it is not even contended by the defendants that the subjects occupied the status of volunteers. In no case was the experimental subject at liberty of his own free choice to withdraw from any experiment. In many cases experiments were performed by unqualified persons; were conducted at random for no adequate scientific reason, and under revolting physical conditions. All of the experiments were conducted with unnecessary suffering and injury and but very little, if any, precautions were taken to protect or safeguard the human subjects from the possibilities of injury, disability, or death. In every one of the experiments the subjects experienced extreme pain or torture, and in most of them they suffered permanent injury, mutilation, or death, either as a direct result of the experiments or because of lack of adequate follow-up care.

Obviously all of these experiments involving brutalities, tortures, disabling injury, and death were performed in complete disregard of international conventions, the laws and customs of war, the general principles of criminal law as derived from the criminal laws of all civilized nations, and Control Council Law No. 10. Manifestly human experiments under such conditions are contrary to "the principles of the law of nations as they result from the usages established among civilized peoples, from the laws of humanity, and from the dictates of public conscience."

Whether any of the defendants in the dock are guilty of these atrocities is, of course, another question.

Under the Anglo-Saxon system of jurisprudence every defend- ant in a criminal case is presumed to be innocent of an offense charged until the prosecution, by competent, credible proof, has shown his guilt to the exclusion of every reasonable doubt. And this presumption abides with a defendant through each stage of his trial until such degree of proof has been adduced. A "reasonable doubt" as the name implies is one conformable to reason—a doubt which a reasonable man would entertain. Stated differently, it is that state of a case which, after a full and complete comparison and consideration of all the evidence, would leave an unbiased, unprejudiced, reflective person, charged with the responsibility for decision, in the state of mind that he could not say that he felt an abiding conviction amounting to a moral certainty of the truth of the charge.

If any of the defendants are to be found guilty under counts two or three of the indictment it must be because the evidence has shown beyond a reasonable doubt that such defendant, with- out regard to nationality or the capacity in which he acted, participated as a principal in, accessory to, ordered, abetted, took a consenting part in, or was connected with plans or enterprises involving the commission of at least some of the medical experiments and other atrocities which are the subject matter of these counts. Under no other circumstances may he be convicted.

Before examining the evidence to which we must look in order to determine individual culpability, a brief statement concerning some of the official agencies of the German Government and Nazi Party which will be referred to in this judgment seems desirable.

« EXPERIENCES MEDICALES ACCEPTABLES

Le texte qu’on donne ici traduit l’entièreté de la section du jugement de Nuremberg contenant le « code de Nuremberg ». La traduction a été faite depuis le texte original en anglais des Trials…9.

9 Traduction par Philippe Amiel, publiée dans Amiel P., Vialla F., op. cit. ; reprise dans Amiel P., « Expérimen-­ tations médicales : les médecins nazis devant leurs juges », p. 431-­444 in F. Vialla (dir), Les grandes décisions du droit médical, Paris, LGDJ, 2009, et dans Amiel P., Des cobayes et des hommes, op. cit., p. 296-­300.

La grande force des faits présentés est de nous apprendre que certains types d’expériences médicales sur l’être humain, quand elles sont inscrites dans des limites raisonnablement bien définies, sont conformes à l’éthique de la profession médicale en général. Les protagonistes de la pratique de l’expérimentation humaine justifient leurs vues sur le fondement de ce que de telles expériences produisent des résultats pour le bien de la société, qui sont impossibles à obtenir par d’autres méthodes ou moyens d’étude. Tous s’accordent, quoi qu’il en soit, sur ceci que certains principes fondamentaux doivent être observés afin de répondre aux notions morales, éthiques et légales:

1.         Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne concernée doit avoir la capacité légale de consentir ; qu’elle doit être placée en situation d’exercer un libre pouvoir de choix, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes sournoises de contrainte ou de coercition ; et qu’elle doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes de ce que cela implique, de façon à lui permettre de prendre une décision éclairée. Ce dernier point demande que, avant d’accepter une décision positive par le sujet d’expérience, il lui soit fait connaître : la nature, la durée, et le but de l’expérience ; les méthodes et moyens par lesquels elle sera conduite ; tous les désagréments et risques qui  peuvent  être  raisonnablement envisagés ; et les conséquences pour sa santé ou sa personne, qui pourraient possiblement advenir du fait de sa participation à l’expérience. L’obligation et la responsabilité d’apprécier la qualité du consentement incombent à chaque personne qui prend l’initiative de, dirige ou travaille à, l’expérience. Il s’agit d’une obligation et d’une responsabilité personnelles qui ne peuvent pas être déléguées impunément.

2.         L’expérience doit être telle qu’elle produise des résultats avantageux pour le bien de la société, impossibles à obtenir par d’autres méthodes ou moyens d’étude, et pas aléatoires ou superflus par nature.

3.         L’expérience doit être construite et fondée de façon telle sur les résultats de l’expérimentation animale et de la connaissance de l’histoire naturelle de la maladie ou autre problème à l’étude, que les résultats attendus justifient la réalisation de l’expérience.

4.         L’expérience doit être conduite de façon telle que soient évitées toute souffrance et toute atteinte, physiques et mentales, non nécessaires.

5.         Aucune expérience ne doit être conduite lorsqu’il y a une raison a priori de croire que la mort ou des blessures invalidantes surviendront ; sauf, peut-­être, dans ces expériences où les médecins expérimentateurs servent aussi de sujets.

6.         Le niveau des risques devant être pris ne doit jamais excéder celui de l’importance humanitaire du problème que doit résoudre l’expérience.

7.         Les dispositions doivent être prises et les moyens fournis pour protéger le sujet d’expérience contre les éventualités, même ténues, de blessure, infirmité ou décès.

8.         Les expériences ne doivent être pratiquées que par des personnes scientifiquement qualifiées. Le plus haut degré de compétence professionnelle doit être exigé tout au long de l’expérience, de tous ceux qui la dirigent ou y participent.

9.         Dans le déroulement de l’expérience, le sujet humain doit être libre de mettre un terme à l’expérience s’il a atteint l’état physique ou mental où la continuation de l’expérience lui semble impossible.

10.       Dans le déroulement de l’expérience, le scientifique qui en a la charge doit être prêt à l’interrompre à tout moment, s’il a été conduit à croire — dans l’exercice de la bonne foi, de la compétence du plus haut niveau et du jugement prudent qui sont requis de lui — qu’une continuation de l’expérience pourrait entraîner des blessures, l’invalidité ou la mort pour le sujet d’expérience.

Sur les dix principes énoncés, ce qui nous intéresse judiciairement, bien entendu, ce sont les exigences qui sont de nature purement juridique — ou qui, au moins, sont si clairement liés aux questions juridiques qu’elles nous aideront à déterminer la culpabilité et la sanction criminelles. Aller au-­delà nous conduirait sur un terrain qui excède notre sphère de compétence. En tout état de cause, il n’y a pas lieu de s’étendre sur ce point.

On dégage des faits que, dans les expériences médicales qui ont été avérées, ces dix principes ont été plus fréquemment reconnus par l’infraction que par l’observance. Un grand nombre des détenus de camps de concentration, qui furent victimes de ces atrocités étaient des citoyens d’autres pays que le Reich allemand. Ils étaient des nationaux non allemands, incluant des Juifs et des « asociaux », prisonniers de guerre ou civils, qui avaient été emprisonnés et forcés de subir ces tortures et barbaries sans même un semblant de procès. Dans chaque espèce apparaissant dans le dossier, des sujets furent utilisés qui n’avaient pas consenti à l’expérience ; bien plus, pour ce qui est de certaines de ces expériences, il n’est même pas avancé par les accusés que les sujets avaient le statut de volontaire. En aucun cas le sujet d’expérience n’eut la liberté de choisir de quitter une expérience. Dans beaucoup de cas, les expériences furent réalisées par des personnes non qualifiées, conduites au hasard, sans raison scientifique précise, et dans des conditions matérielles révoltantes. Toutes les expériences furent conduites avec des souffrances et des blessures inutiles et seulement de très faibles précautions furent prises, quand elles le furent, pour protéger les sujets humains des risques de blessure, incapacité ou décès. Dans chacune de ces expériences, les sujets subirent une douleur ou une torture extrêmes, et dans la plupart d’entre elles, ils souffrirent de lésions permanentes, de mutilation ou moururent du fait des expériences, directement ou à cause de l’absence de soins de suite appropriés.

De toute évidence, des expériences furent pratiquées avec le plus grand mépris des conventions internationales, des lois et coutumes de la guerre, et des principes généraux du Droit criminel de toutes les nations civilisées, et de la loi n° 10 du Conseil de Contrôle. Ces expériences furent réalisées dans des conditions contraires aux principes juridiques des nations, tels qu’ils résultent chez les peuples civilisés, des usages établis du droit des gens, et des commandements de la conscience publique.

À l’évidence, toutes ces expériences impliquant brutalités, tortures, blessures incapacitantes et décès furent conduites au mépris absolu des conventions internationales, des lois et coutumes de la guerre, des principes généraux du droit pénal tels qu’ils dérivent des lois pénales de toutes les nations civilisées, et de la loi n° 10 du Conseil  de  Contrôle.  Manifestement,  les  expérimentations  humaines  dans  de  telles conditions sont contraires aux “principes du droit des gens, tels qu'ils résultent des usages établis entre nations civilisées, des lois de l'humanité et des exigences de la conscience publique10”.

Si un quelconque des accusés dans le box est coupable de ces atrocités est, bien entendu, une autre question.

Dans le système juridique anglo-­saxon, chaque accusé dans une affaire criminelle est présumé innocent des charges qui lui sont imputées jusqu’à ce l’accusation, par des preuves recevables et crédibles, ait montré sa culpabilité sans qu’il subsiste aucun doute raisonnable. Et cette présomption dure, s’agissant des accusés, à travers chaque étape de son procès jusqu’à ce qu’un tel degré de preuve  ait  été  apporté.  Un  « doute raisonnable », comme son nom l’indique, est un doute compatible avec la raison, — un doute qu’un homme raisonnable peut envisager. Présenté autrement, c’est un état de l’affaire qui, après une comparaison et un examen de tous les faits, laisserait une personne impartiale, sans préjugés, réfléchie, à qui est confiée la responsabilité de décider, dans l’état d’esprit dans lequel elle ne pourrait pas dire qu’elle éprouve une conviction constante équivalant à la certitude morale de la véracité de l’inculpation.

Si l’un des accusés doit être déclaré coupable du chef d’accusation II ou III, il doit l’être parce que les preuves ont montré au-­delà de tout doute raisonnable que cet accusé, sans préjudice de sa nationalité ou de la qualité au titre de laquelle il a agi, a participé à titre principal ou accessoire, a ordonné, encouragé, accepté, ou a été lié aux plans ou aux initiatives impliquant la commission d’au moins quelques unes des expériences médicales et autres atrocités qui sont l’objet de ces chefs d’accusation. En aucun autre cas ils ne sauraient être condamnés.

Avant d’examiner les faits que nous devons considérer pour déterminer les culpabilités individuelles, un bref exposé a paru utile concernant quelques agences officielles du gouvernement allemand et du parti nazi auxquelles il sera fait référence dans ce jugement » …

10 (Note du traducteur.) L’expression entre guillemets cite verbatim la traduction en anglais d’un paragraphe du préambule de la Convention de La Haye sur les lois de la guerre sur terre : Convention (IV) concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre et son Annexe : Règlement concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre. La Haye, 18 octobre 1907. Voir Mechelynck A., La Convention de La Haye, op. cit. Le texte complet (version initiale en français) du paragraphe est le suivant : « En attendant qu'un Code plus complet des lois de la guerre puisse être édicté, les Hautes Parties contractantes jugent opportun de constater que, dans les cas non compris dans les dispositions réglementaires adoptées par Elles, les populations et les belligérants restent sous la sauvegarde et sous l'empire des principes du droit des gens, tels qu'ils résultent des usages établis entre nations civilisées, des lois de l'humanité et des exigences de la conscience publique. » (Soulignement ajouté.)

« “Code de Nuremberg” : traductions et adaptations en français », in Des cobayes et des hommes : expérimentation sur l’être humain et justice, Paris, Belles Lettres, 2011, appendice électronique http://descobayesetdeshommes.fr/Docs/NurembergTrad»

 

La fuite en avant mondialiste PDF Imprimer Email
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 30 Avril 2020 à 09:16

La fuite en avant mondialiste

https://www.youtube.com/watch?v=u33VXrcrd4Y&feature=share&fbclid=IwAR2p7iGJWIt4JmvEHkJWWYckOVKmr0G2JxsN72bCzjk_aH1oPJwjtiy_-co

La guerre des Peuples contre les sous humains.

https://www.facebook.com/RadioQuebec.ca/videos/1612243025593178/UzpfSTEwMDAzOTY2Mzk0NjEyOTo1ODk0ODA5MDUxMDkwNDg/

Le mythe du coronavirus

https://vk.com/video473186017_456239654?list=a00521992e2c768462

Le nouvel ordre des sous humains

Franck Irribarria-Fernandez

aujourd'hui à 8:20

Les modèles, les tests et maintenant les conséquences


Par F. William Engdahl

"Plus la pandémie de Covid-19 avance et répand ses ravages, plus l’idée d’un procès au pénal des responsables fait son chemin. Mais un procès au pénal survient toujours une fois le crime commis. Or le crime est en train d’être commis sous nos yeux dont nous sommes tous les potentielles victimes. Pouvons-nous attendre ?

Les modèles COVID douteux

Deux modèles majeurs sont utilisés en Occident depuis la prétendue propagation du coronavirus en Europe et aux États-Unis pour «prédire» et répondre à la propagation de la maladie à COVID-19. L'un a été développé à l'Imperial College de Londres. Le second a été développé, en mettant l'accent sur les effets aux États-Unis, par l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé de l'Université de Washington (IHME) à Seattle, près du domicile du fondateur de Microsoft, Bill Gates. Ce que peu de gens savent, c'est que les deux groupes doivent leur existence à un financement généreux d'une fondation exonérée d'impôt qui devrait faire littéralement des milliards de dollars sur les prétendus vaccins et autres médicaments pour traiter le coronavirus - la Fondation Bill et Melinda Gates."

https://translate.googleusercontent.com/translate_c?d..

https://revolutionpermanente.fr/Vous-n-aurez-plus-de-chomage-partiel-si-vous-refusez-d-envoyer-les-enfants-a-l-ecole-a-partir-du-20539

Ici vous aurez compris que vous allez entrer dans la chambre à gaz prévue pour la liquidation de vos enfants et de vous mêmes, soyez des moutons et obéissez à ce qui est totalement criminel, ou bien réveillez vous ! Un déconfinement sans moyens de protection approprié ne sert de rien, sinon que de vous envoyez dans des foyers d'infection, ce qui semble faire jouir les tueurs intentionnels qui vous ferment le droit de vous soigner, et pour augmenter la terreur, veulent vous comptabiliser dans les morts énumérés journellement par leurs jouisseurs, complices de crimes contre l'humanité.

La dictature globale. Vous êtes un rat de laboratoire qui doit suivre le chemin tracé par les criminels qui veulent que vos enfants et vous mêmes attrapiez le virus qu'ils instrumentalisent.

https://ripostelaique.com/un-nouveau-nuremberg-pour-juger-les-responsables-de-ces-milliers-de-morts.html

Un Nuremberg sans la moindre pitié, à l'image de la démence criminelle qui manœuvre dans les gouvernements vendus aux mondialistes esclavagistes.

Betty Papyrus

hier à 19:36

« Les généralistes avouent que si on ajoutait au bilan global les morts à domicile du Covid-19, ainsi que ceux qui en ont été victimes sans dépistage post-mortem dans les Ehpad, c’est la France qui totaliserait le plus de morts au monde par million d’habitants.

Nous sommes en réalité plus proches de 40 000 décès que de 23 000 !!

Mais le pire est d’avoir diabolisé le Pr Raoult, dont le traitement aurait permis de sauver des milliers de vies.
Ils ont préféré renvoyer les gens chez eux, aggravant ainsi la diffusion du virus, au point d’amener le système de santé au bord de la rupture.

C’est donc bien d’un nouveau Nuremberg dont la France a besoin pour juger les responsables et coupables de dizaines de milliers de morts. »

https://ho1.us/2020/04/des-millions-denfants-liberes-pendant-que-les-medias-nous-occupent-avec-le-covid-19/?fbclid=IwAR0RHbp1z-NulJlyrdlt8J6A6NeqGOgBCQcdn8fgS18EU0bIilGDXBUMqqc

La guerre que mènent les sous humains pour implanter leur dictature, en se servant d'un virus, et d'une éventuelle vaccination mortifère, n'a pour objet que de masquer leurs crimes, leur pédophilie criminelle, l'horreur dans laquelle ils baignent qu'il faudra éradiquer totalement de l'univers afin que chaque être Humain puisse vivre librement.

https://ripostelaique.com/covid-19-ils-gonflent-les-chiffres-pour-justifier-le-confinement-totalitaire.html?fbclid=IwAR3A0PBF35azKuk6gIDqAMGReg6T5J6wkuCc_0ViAXUzWtnniEVbh-LJfG0

Les chiffres des décès gonflés intentionnellement pour justifier le confinement.

https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Usage-des-medicaments-en-ville-durant-l-epidemie-de-COVID-19-point-de-situation-sur-les-deux-premieres-semaines-du-confinement-Point-d-information

L'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) confirme les dires du Pr. Raoult dans son interview d'hier,

Des médecins de ville (Paris et France entière) ont bravé les interdictions de la DGS... et prescrits de l'Hydroxychloroquine pour traiter leurs patients symptomatiques Covid-19.

https://vk.com/tpatinet?z=video531275407_456239713%2F0f07e84cee74dce721%2Fpl_wall_531275407

OMS complice de crimes contre l’humanité.

https://vk.com/video531275407_456239712?list=45095de4c678db72d6

Rappelez vous ce contre quoi l'Humanité se bat. Le coronavirus est la dernière arme des non humains pour asservir l'Humanité pour conserver leur pouvoir illégitime. Désormais ils sont visibles globalement, tant dans les gouvernances que dans les instances internationales, que dans leurs fondations criminelles. Plus personne ne pourra dire qu'il ne savait pas...

La QUADRATURE DU NET

LA CNIL S’ARRÊTE À MI-CHEMIN CONTRE STOPCOVID - 27 avril 2020

L’application StopCovid ne fera finalement pas l’objet d’un vote à l’Assemblée nationale, le gouvernement se refusant à tout risque de vote contraire à sa volonté. Pourtant, les prises de position s’accumulent contre elle et son avenir semble chaque jour plus incertain.

Hier, la CNIL a rendu son avis à son sujet. Contrairement au Conseil national du numérique (CNNum) qui s’est prononcé vendredi en faveur de l’application, la CNIL n’a pas entièrement fui le débat : elle exige que le gouvernement démontre l’utilité concrète de StopCovid, ce qu’aucune étude ou analyse ne soutient actuellement. Hélas, alors que la CNIL aurait dû s’arrêter à ce simple constat pour demander l’arrêt de ce dangereux et inutile projet, elle s’est égarée dans le faux-débat tendu par le gouvernement : rechercher des « garanties », forcément illusoires, pour encadrer l’application.

Une nécessité non démontrée

L’idée au cœur du droit des libertés fondamentales est que, par principe, il est interdit de limiter nos libertés. Elles ne peuvent l’être que par exception, et uniquement en démontrant qu’une telle limitation est utile à un intérêt supérieur, telle que la santé publique dans notre cas. Hier, la CNIL a rappelé ce principe cardinal, qu’elle applique naturellement de longue date. Par exemple, dans son avis sur les portiques de reconnaissance faciale dans des lycées de la région Sud, elle avait bien rappelé qu’il revenait au responsable de traitement de données« d’évaluer la nécessité et la proportionnalité du traitement envisagé ». Un tel raisonnement l’avait conduit à considérer que le projet de reconnaissance faciale était contraire au RGPD, car la région n’avait pas démontré cette nécessité.


Il ne fait pas de doute que StopCovid est une mesure limitant les libertés fondamentales, ce que la CNIL reconnaît facilement : risques d’attaques malveillantes, de discriminations, d’accoutumance à la surveillance constante, de dévoiement par le gouvernement. La CNIL exige donc que les prétendus bienfaits sanitaires de l’application soient démontrés avant que celle-ci ne soit déployée, ce qui fait jusqu’ici défaut. La rigueur du raisonnement de la CNIL tranche nettement avec l’avis du CNNum, qui conclut en faveur de StopCovid hors de toute méthode d’analyse sérieuse.

Toutefois, il faut regretter que la CNIL se soit arrêtée là, sans conclure et répondre elle-même à la question qu’elle a si justement posée. Si aucun élément factuel ne prouve l’efficacité d’une technique qu’elle reconnaît pourtant comme attentatoire aux libertés fondamentales, la mission de la CNIL est de déclarer celle-ci illégale. Déclarer illégaux des traitements de données injustifiés est une des missions centrales qui justifient l’existence de la CNIL.

Mais, refusant de tenir son rôle, la CNIL s’est ensuite perdue dans le débat vain souhaité par le gouvernement : chercher à tâtons les garanties pouvant encadrer cette pratique. Pourtant, les conditions pour que StopCovid respecte nos libertés sont impossibles à remplir. L’essence même du « traçage de contact », automatique comme manuel, rend impossible l’anonymat, et le contexte de crise sanitaire rend irréaliste la garantie d’un consentement libre.

Un anonymat impossible

Cédric O affirme que les données traitées par StopCovid « seraient anonymes ». De même, Bruno Sportisse, directeur de l’INRIA chargé du protocole ROBERT sur lequel reposera l’application, affirme que celle-ci serait « totalement anonyme ».

En pratique, une application anonyme n’aurait aucun intérêt : l’application doit envoyer à des personnes ciblées des alertes du type « vous avez été au contact de personnes malades, mettez-vous en quarantaine ». Du moment que chaque alerte est envoyée à des personnes ciblées, le système n’est plus anonyme : trivialement, il suffit qu’un tiers (un patron, un conjoint, etc.) puisse consulter votre téléphone pour constater que vous avez reçu une alerte. Des chercheu·ses de l’INRIA ont produit une excellente liste de quinze scénarios de ce type, démontrant à quel point il était simple de lever ce prétendu « anonymat ».

Hélas, le CNNum s’enfonce dans le déni de réalité et continue de prétendre que « les utilisateurs de l’application ne peuvent pas se réidentifier entre eux ». Dans une étrange note de bas de page, l’avis du CNNum admet que cette affirmation est peut-être fausse puis renvoie vers les scénarios de l’INRIA. Voilà la triste posture du CNNum : mentir dans le corps du texte et s’excuser en pied de page, en petits caractères.

De son côté, heureusement, la CNIL est plus honnête et ne cache pas ces failles : les données traitées par StopCovid sont des pseudonymes ré-identifiables. Mais elle refuse d’en tirer la moindre conséquence effective. Après avoir exigé quelques mesures de sécurité nécessaires qui ne changeront pas le fond du problème, elle semble se bercer dans l’illusion que le droit serait une garantie suffisante pour empêcher que ce pseudonymat si fragile ne soit levé. Au final, sa seule « garantie » n’est rien d’autre que ce cher RGPD que la CNIL échoue à faire respecter depuis deux ans, quand elle ne s’y refuse pas carrément (lire notre article sur les cookies publicitaires).

Un consentement impossible

Tout comme l’utilisation faussée de la notion de données « anonymes », le gouvernement fonde la création de StopCovid sur le fait que l’application serait installée « volontairement ». Une telle présentation est encore mensongère : matériellement, l’État ne pourra pas s’assurer que l’application ne soit pas imposée par des tiers.

Si des employeurs, des restaurants ou des centres d’hébergement exigent que leurs salariés ou usagers utilisent StopCovid, que va faire Cédric O ? Leur envoyer la police pour forcer le passage ? Si la pression vient de la famille ou des amis, que va faire la CNIL ? Leur imposer des amendes en violation du RGPD – qu’encore une fois elle ne fait déjà pas respecter avec énormément de sites internet ?

L’urgence est partout ailleurs

Comme nous ne cessons de le répéter, il est urgent que ce débat prenne fin, par le rejet de ce projet. L’attention du public, du Parlement et de la recherche doit se rediriger vers les nombreuses autres solutions proposées : production de masques, de tests, traçage de contacts réalisé par des humains, sans avoir à réinventer la roue. Leur efficacité semble tellement moins hasardeuse. Surtout, contrairement à StopCovid, ces solutions ne risquent pas de légitimer sur le long terme l’ensemble de la Technopolice, qui cherche depuis des années à rendre acceptable la surveillance constante de nos corps dans l’espace public par la reconnaissance faciale, les drones ou la vidéo automatisée.

Les 28 et 29 avril, dans le cadre des mesures de déconfinement, l’Assemblée nationale débattra de StopCovid, sans toutefois voter spécifiquement à son sujet. L’Assemblée doit exiger la fin de cette application. Rendez-vous sur cette page pour contacter les député·es.

L'anticonstitutionnalité de cette application, digne de la dictature chinoise, n'est pas à prouver, il faut la rejeter et en aucun cas y souscrire, car c'est une atteinte directe aux droits humains, au respect et à la dignité humaine. Aucun être Humain n'est un animal à pucer, il ne vit et ne doit pas vivre dans un camp de concentration et encore moins un goulag, il doit bien au contraire combattre tout ce qui est nuisible à la liberté humaine, à commencer par cette tentative ignoble de mettre aux bans de l'humanité un quelconque malade, car cela ne s'arrêtera plus, ensuite ce seront les cancéreux, les maladies auto immunes, etc, etc...Le moindre petit rhume vous fera cataloguer par la gouvernance, ce qui lui permettra de vous empêchez de travailler, de voter, de vivre tout simplement. Le totalitarisme était nazi et communiste, maintenant il se dévoile nazicommuniste en France.

Cet extrait du discours du Président Kennedy doit vous permettre de vous interroger sur la "crise" du coronavirus, et notamment sur l'inaction de la "gouvernance" dite française en reptation et en dépendance de sectes aux ordres.

Discours partiel du président Kennedy

=-=-=
Le mot même de "secret" est répugnant dans une société libre et ouverte ; et nous sommes, en tant que peuple, intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. .../... Car nous sommes opposés dans le monde entier à une conspiration monolithique et impitoyable qui s'appuie principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence - sur l'infiltration au lieu de l'invasion, sur la subversion au lieu des élections, sur l'intimidation au lieu du libre choix, sur les guérillas la nuit au lieu des armées le jour. C'est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d'une machine très efficace et étroitement liée qui combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques.

Ses préparatifs sont dissimulés et non publiés. Ses erreurs sont enterrées et non publiées. Ses dissidents sont réduits au silence et non loués. Aucune dépense n'est remise en question, aucune rumeur n'est imprimée, aucun secret n'est révélé. Elle mène la guerre froide, en bref, avec une discipline de guerre qu'aucune démocratie n'espère ou ne souhaite égaler.
Néanmoins, toute démocratie reconnaît les contraintes nécessaires à la sécurité nationale - et la question demeure de savoir si ces contraintes doivent être plus strictement respectées si nous voulons nous opposer à ce type d'attaque ainsi qu'à une invasion pure et simple.
Car les faits sont là : les ennemis de cette nation se sont ouvertement vantés d'avoir acquis par le biais de nos journaux des informations qu'ils auraient autrement engagé des agents pour les acquérir par le vol, la corruption ou l'espionnage ; les détails des préparatifs secrets de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l'ennemi ont été mis à la disposition de chaque lecteur de journaux, ami et ennemi ; que la taille, la force, l'emplacement et la nature de nos forces et de nos armes, ainsi que nos plans et notre stratégie d'utilisation de celles-ci, ont tous été mis en évidence dans la presse et les autres médias d'information à un degré suffisant pour satisfaire toute puissance étrangère ; et que, dans un cas au moins, la publication de détails concernant un mécanisme secret de suivi des satellites a nécessité sa modification au prix de beaucoup de temps et d'argent.

=-=-=
Portion du discours en anglais par Kennedy lui-même:

https://youtu.be/8Jb8KqaerhQ

http://lesmanchettes.com/actualites/enquetes/1364-les-americains-demandent-une-enquete-sur-la-fondation-bill-et-melinda-gates-pour-crime-contre-l-humanite?fbclid=IwAR1qm2iyI5biMHzFGVRV6lQXmk2nnQL7e5H-SlUjTR0isbXO414j3ZsrWEc

Les Américains demandent une enquête sur la fondation Bill et Melinda Gates pour crime contre l'humanité.

https://reseauinternational.net/pandemie-mais-qui-sont-les-supporters/

Les supporters, créateurs ? et promoteurs de la pandémie.

https://reseauinternational.net/la-farce-et-lagenda-diabolique-dun-verrouillage-universel/

Mensonge et propagande, euthanasie et eugénisme, les mamelles des sous humains en marche.

https://www.morpheus.fr/opposer-code-de-nuremberg-a-lobligation-vaccinale/?fbclid=IwAR0moXEk1OWlSkDf_Q1FOzQkgVbo-jJ4OOI77KUdr8F0hZkmQQBuC0vvzk8

Petit rappel à mettre sous le nez de qui voudra vous vacciner pour le coronavirus. Refuser totalement cette vaccination totalement inutile sinon que vous marquer comme un animal:

« La vaccination obligatoire, qui revient à une expérimentation humaine sans consentement, est contraire au Code de Nuremberg », expliquait Mary Holland, docteur en droit et professeur d’Université à la tribune des Nations Unies, le 4 mai 2016.

En effet, à la suite des atrocités médicales nazies, le monde a adopté le Code de Nuremberg qui affirme que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel ». Le pacte international relatif aux droits civils et politiques souligne également l’interdiction de l’expérimentation dans son texte de 1966. Il stipule : « Nul ne peut être soumis sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique. »

Opposer le Code de Nuremberg et le pacte des droits civils et politiques à la vaccination de force est parfaitement approprié. Nous sommes bien confrontés à une expérimentation humaine de génie génétique d’ampleur mondiale qui comprend deux volets :

1°) le volet chimico-biologique puisque les vaccins contiennent du Phénol, Thimerosal, Mercure, Aluminium, Ethylène Glycol, Formol, Benzetonium, Squalène, SV40, cellules cancérisées, Benzonase, ADN et ARN viraux, Edulcorants, OGM, albumine humaine, antibiotiques sous forme de trace de néomycine, polymyxine B, kanamycine, gentamycine, streptomycine, trométamol. Ces éléments combinés sont mutagènes et à certaines doses mortels.

2°) le volet nanométrique puisque les vaccins contiennent des nano-composants de tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, fer, antimoine, chrome, or, zinc, platine, argent, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, magnésium, souffre, silicium, calcium, sodium, manganèse…

Les preuves de la présence de ces nanocomposants vaccinaux ont été apportées par les docteurs Antonietta M Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil National de Recherche d’Italie. Les résultats de leurs nano-diagnostics ont été publiés dans l’International Journal of Vaccines le 23 Janvier 2017. (voir Morphéus n°81).

Les résultats de ce nano-diagnostic sur 44 vaccins dont les onze obligatoires sont sur les bureaux de tous les fabricants de vaccins. Ces derniers, n’ayant aucune réponse scientifique à apporter, s’empressent de mettre leurs sbires aux postes des ministères de santé publique. Ils entendent tuer dans l’œuf cette information et prendre des mesures très coercitives pour imposer leurs vaccins.

Protections juridiques

Il existe d’autres protections juridiques par exemple : l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme, le nouveau Code civil qui reconnaît le principe du respect à l’intégrité du corps humain, l’article 36 du code de déontologie médicale, les différents arrêts de la Cour sur l’information transparente due au patient. Citons aussi la loi Kouchner disant qu’aucun acte médical ne peut-être pratiqué sans consentement libre et éclairé du patient. Enfin, l’article 1111 de la santé publique dit que tout citoyen a le droit à la liberté d’accepter ou de refuser un acte médical, et la vaccination est un acte médical.

Cependant, la preuve est faite qu’il s’agit d’une expérimentation vaccinale nano-chimico-biologique sans le consentement des populations, cela relève bien du Code de Nuremberg et du pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il s’agit donc bien de traduire tous les acteurs de cette folie vaccinale expérimentale devant une Cour de Justice Internationale qu’ils aient réussi ou non à imposer leurs soupes vaccinales…

https://vk.com/video531275407_456239706?list=dc659707a24df0e31c

La justice doit passer sur les criminels en intention, ils sont coupables et responsables.

https://vk.com/tpatinet?z=video531275407_456239704%2F3b76c0c4237cc0db1e%2Fpl_wall_531275407

Constat tragique d’un mensonge planétaire.

https://ripostelaique.com/comprendre-le-genocide-francais-cest-voulu-par-macron.html?fbclid=IwAR3ciOGI8rAirebaFLnjajLKf8RE3LpB9HHyNx9oKalFtc8M9EdxF9TEgFs

Le génocide en France, décrété par les sectes pédo criminelles mondialistes esclavagistes.

https://vk.com/video434884817_456239449?list=08fa6d2c41dcf7b704

Le cheval de bataille des pédo criminels mondialistes esclavagistes : la vaccination mortifère.

https://news-af.feednews.com/news/detail/bfe3c7ecfce95941f198398f914395cf?client=news&fbclid=IwAR3gWWW1Hikk6FPhF6g_Z6hYOXmo1p1YOhnOuEA-XhTPi2YlhXH53gateNA

La chose du mondialisme esclavagiste pédo criminel en passe d’être mise en examen.

https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/comment-surseoir-à-la-vaccination/

COMMENT SURSEOIR À LA VACCINATION:

LES CLÉS POUR  DÉFENDRE SES DROITS

Mais sommes-nous vraiment obligés de vacciner ?

Certes, personne ne manquera de rappeler il y a des obligations vaccinales en France:

http://www.infovaccin.fr/legislation_vaccinale.html#oblig

Mais on oublie trop souvent que nous avons aussi des lois qui protègent nos libertés individuelles. Et elles sont en totale contradiction avec les lois d’obligation. D’un côté, des lois d’obligation, de l’autre, des lois garantissant vos libertés fondamentales.

Qu’est-ce qui prime en réalité ? La liberté. Et si. Jurisprudence oblige.

« En vertu de l'affaire Salvetti, il ne saurait y avoir le moindre acte médical obligatoire dans aucun pays d'Europe. L'arrêté de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, section I du 9 juillet 2002, requête n° 42197/98 , fait jurisprudence. «

 http://www.legavox.fr/article/imprimer.php?id_article=3692

Les lois d’obligation vaccinale constituent une atteinte à l’intégrité physique et violent tous les textes qui garantissent les libertés fondamentales:

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen/Les lois d’obligation sont anticonstitutionnelle(26 aout 1789 et 10 décembre 1948)

La Convention européenne des droits de l’homme

(4 novembre 1950)

La Constitution française

(4 novembre 1958)

La résolution 36-55 de l’ONU

(25 novembre 1981)

La loi sur le respect du corps humain insérée dans le Code Civil, Art. 16-1 et suivants (29 juillet 1994)

La loi Barnier sur le principe de précaution

(2 février 1995)

Le Code de déontologie médicale inséré dans le Code de la santé publique, art. R 4127-2 et R 4127-36 (6 septembre 1995)

La convention européenne pour la protection des Droits de l'Homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine: Convention sur les Droits de l'Homme et la biomédecine ou Convention d’Oviedo       (4 avril 1997)

La charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne

(18 décembre 2000, art. 3)

La loi Kouchner insérée dans le code de la santé publique, Art. L 1111-4 (4 mars 2002

A la lecture de toutes les lois actuellement en vigueur, on voit bien qu'il y a un problème. La méconnaissance de ces lois nous pénalise au quotidien. Sans compter la propagande et la pression exercée sur les récalcitrants. Tout est fait pour convaincre, non pour s'interroger. La question demeure: Comment faire valoir ses droits ? Ce document propose de vous donner les clés pour y arriver. Plusieurs approches sont possibles. Et l'une n'exclue pas l'autre, beaucoup se complètent.

 REFUSER TOUT NET

« Des vaccins obligatoires ? Mais nous sommes en France, non ? La France fait bien partie de l’Europe ? Oui ? Bien. Et bien la convention européenne des droits de l’homme - ou Convention d’Oviedo - ratifiée par l’Union Européenne le 4 avril 1997 garantit les libertés individuelles et n’impose aucune vaccination obligatoire "L'intérêt et le bien de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science" http://conventions.coe.int/treaty/fr/treaties/html/164.htm

L’article 5 précise que « Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu'après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l'intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement. » En gros, c’est équivalent de la loi Kouchner en France, sauf qu’elle s’étend à tous les pays de l’Union Européenne.

=>En pratique, ces lois-là sont soit méconnues soit bafouées, donc argumenter sur ce seul aspect s’avère malheureusement fastidieux.

 JE VEUX DES INFORMATIONS

La loi « Kouchner » du 04 mars 2002 n° 2002-303, art. L1 111-4 du Code de la Santé Publique : « AUCUN ACTE MÉDICAL ni aucun traitement ne peut être pratiqué SANS LE CONSENTEMENT LIBRE et ÉCLAIRÉ de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ». Cette loi est très importante. Chaque parent/patient peut, conformément à loi Kouchner demander aux vaccinateurs des informations exhaustives sur l’acte médical proposé, et le refuser. (1) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000227015 Le consentement doit être LIBRE: « Le médecin doit en outre obtenir dans tous les cas, le consentement du patient avant toute intervention. »  (Déontologie médicale du CSP, art. R 4127-36 )

=>Approche déjà un peu plus facile. Il est naturel de s'interroger sur la nature du/des produits que l'on se propose de vous injecter dans le corps. 

QUELLES INFORMATIONS ?

Comment procéder, quelles questions poser ? Vous pouvez vous appuyer sur ce questionnaire à soumettre au médecin (c'est "la lettre qui tue") Dans tous les cas, le professionnel doit y répondre, et ce, avec le plus grand sérieux, conformément à la loi Kouchner (ou à la Convention d’Oviedo) concernant le consentement ÉCLAIRÉ. La première partie - lettre à personnaliser - étant destinée au médecin qui serait réfractaire à votre demande d’information ou qui, malgré les questions pertinentes soulevées voudrait malgré tout pratiquer un acte que vous réprouvez ou encore menacerait de vous dénoncer.

Il veut vacciner ? Ok, il l’assume et le certifie par écrit. De son côté, il a aussi le devoir de donner toute l'information sur l'acte proposé, conformément aux lois en vigueur. À défaut de pouvoir remettre la lettre en mains propres contre signature, si le médecin refuse de la prendre, on l'envoie en R avec AR.

=> ATTENTION, comme le souligne le "Docteur du 16" sur son blog, certains médecins soucieux du respect des pratiques vaccinales peuvent chercher à vous intimider en vous soumettant eux aussi un document attestant que vous avez été informé des risques que vous faites courir à votre enfant en refusant les vaccinations. Ce serait alors le refus éclairé ! Sauf qu'il n'a aucune base juridique, contrairement au consentement libre et éclairé rappelé par la loi Kouchner du 4 mars 2002 ou encore la Convention d'Oviedo du 4 avril 1997. "

 DONNER L’INFORMATION

 et pouvoir apporter la preuve qu’on l’a donnée - un devoir pour le professionnel

« En vertu du Principe de Précaution, le praticien a le devoir, pour tous les actes qu’il pratique, d’apporter la preuve qu’il a donné au patient une information claire, loyale, appropriée et exhaustive sur tous les risques encourus »

Cour de cassation du 25 février et 14 octobre 1997. L’obligation d’information du médecin n’implique pas forcément celle de rédiger un écrit mais il appartient au médecin, en cas de contestation, "d’apporter la preuve par tous moyens de son exécution, notamment par des présomptions au sens de l’article 1353 du Code  civil" (Civ. 1ère, 14 octobre 1997, Bull. n° 278)https://www.courdecassation.fr/publications_26/rapport_annuel_36/rapport_2002_140/deuxieme_partie_tudes_documents_143/tudes_theme_responsabilite_145/professionnels_sante_6115.html Or quel meilleure preuve qu’un document écrit ? Prenez des notes lors de l’entretien ou enregistrez la conversation lire la responsabilité du médecin vaccinateur

 LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION.

Saviez-vous qu’avant toute vaccination, des tests préalables devaient être effectués afin de déterminer si votre état de santé était en mesure de les recevoir ? « Les sujets à vacciner doivent être soumis à un examen médical PRÉALABLEMENT à CHAQUE INJECTION »I-3http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&numTexte=02595&pageDebut=02595&pageFin=Et un certificat médical doit être délivré à l'issue de cet examen, avant injection. Les vaccins sont destinés avant tout à des sujets en bonne santé, des sujets dont on doit s'assurer le bon état de santé au moyen de plusieurs tests médicaux…Or, si les textes de lois précisent que les vaccinations obligatoires nécessitent des examens préalables, ils ne précisent pas exactement lesquels. Ces examens qu’on ne réalise jamais dans la pratique alors qu’ils sont partie intégrante des lois d’obligation, permettent aussi d’établir des certificats de contre-indication; si on a déterminé que vous n’étiez pas apte= contre-indication définitive ou temporaire. On vaccine donc sans la moindre précaution. Tout cela, au mépris de la santé du patient et au mépris du principe de précaution. C’est ce qu’on appelle de la négligence grave.

=> Bien que la loi oblige à pratiquer des examens avant-vaccination, ils n’en précisent pas les termes. Il est seulement indiqué, en

annexe http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&pageDebut=02593&pageFin=&pageCourante=02596, que l’examen préalable doit au moins comprendre une analyse d’urine afin de rechercher l’albumine et le glucose, obligation rappelée par la circulaire du 15 juillet 1965 (JO du 8 août 1965).

D’après l’'avocat au barreau de Grenoble Jean-Pierre Joseph, pour avoir un bilan complet il faudrait réaliser des examens cliniques et biologiques. Soit, au moins:

- Un Ionogramme complet, dosage de l'urée

- Lipodogramme

- Bilan endocrinien

- Titrage de tous les anticorps spécifiques aux vaccinations éventuelles déjà subies

- Test de dépistage des différentes hépatite et du SIDA

- Electrophorèse et immunophorèse des protéines sériques, de manière à avoir une image globale des capacités ou incapacités éventuelles de l'organisme à fabriquer les anticorps

- radiographie panoramique dentaire, ceci dès qu'il y a au moins une dent dévitalisée

- radiographie pulmonaire, pour éliminer tout image de tuberculose pulmonaire évolutive.

Tout ça. Personnellement, j’ajouterai aussi des tests d’allergie aux composants des vaccins.

La Cour d'Appel de Riom (arrêt du 30 octobre 1962) rappelle l'exigence d'examens consciencieux, attentifs et conformes aux données actuelles de la science permettant de procéder à un acte médical. L'absence de précautions serait contraire au code de déontologie médicale.

=>On peut choisir cette approche, notamment pour les administrations. « Je veux bien faire les vaccins mais d’après l’article de loi ci-joint, il y a des examens obligatoires à faire avant. Et comme ils sont obligatoires, ils doivent être gratuits. Pouvez m’indiquer quelles sont les démarches à faire pour accomplir ces tests gratuits ?

 TOUT SIMPLEMENT: PLUS DE DTP DEPUIS 2008

Vous voulez bien faire les vaccins obligatoires mais seulement les obligatoires. Normalement, le médecin honnête devrait vous dire « désolé mais c’est impossible car il n’existe plus actuellement sur le marché un seul vaccin correspondant aux obligations vaccinales, soit il contient des valences non-obligatoires en plus, soit il n’est pas adapté pour une primo-vaccination. voir obligations vaccinales en France Si le médecin vous réponds « pas de problème, on ne fera que les obligatoires» méfiez-vous. Le mensonge par omission est très courant en ce domaine.. demandez à voir quel vaccin il propose alors. Voici un modèle de lettre que vous pouvez soumettre au médecin concernant la non-disponibilité d’un vaccin DTP; http://www.infovaccin.fr/alerte_DTP_susp.html  ou  ce modèle de lettre " Pour les parents qui refusent de vacciner leurs enfants" Le vaccin le plus proche du DTPolio® et qui peut être proposé en remplacement – le Revaxis® – n'a pas d'AMM pour les enfants de moins de 6 ans ni pour une primo-vaccination, et les autres vaccins comportent des valences non obligatoires et donc non couvertes pour leurs effets indésirables par l'État*, puisque non obligatoires, l'obligation de vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite est donc suspendue pendant la période d'indisponibilité du vaccin DTPolio®. 

 Radical. Pas de DTP ? C'est bien regrettable..

ou ENCORE:

D’autres modèles de lettres, d’autres approches, à vous de choisir celle qui vous sied le mieux, toujours en adaptant à votre cas:

"Puisque j'ai foi en la vaccination, j'assume !"http://www.alis-france.com/download/engagement_medecin_vaccinateur.pdf

Un autre genre de « lettre qui tue » Certificat à faire signer avant vaccination.

Je veux bien les vaccins, mais à la condition qu'ils soient fabriqués ainsi que l'a préconisé l'agence du médicament, en dilution supérieure à la 4°em centésimale (4CH). (lettre à mettre à jour concernant le BCG) modèle de lettre à envoyer aux administrations qui exigent des vaccinations

Lettre inspirée par la méthode de J-P. Joseph (examens médicaux obligatoires), à mettre à jour concernant le BCG

modèle de lettre pour refuser la vaccination auprès des autorités

REFUS: ATTENTION À LA DÉLATION, malgré vos irréfutables  arguments, le médecin vaccinateur peut choisir de vous menacer: "si vous ne voulez pas vacciner, ce n'est plus la peine de venir dans mon cabinet". Mais il peut aussi décider de vous signaler.

Les parents signalés peuvent rencontrer des difficultés :

- L'autorité administrative (crèches, écoles, halte garderie…) peut refuser l’accès des enfants aux dits établissements et/ou peut les en exclure.

Un signalement entre les mains du Procureur de la République qui en référera au Juge pour enfants peut être fait. Notamment parce que l’Ordre National des Médecins les y incite, considérant que ne pas vacciner, c’est maltraiter !  http://a7.idata.over-blog.com/3/27/09/71/Le-droit-des-patients-vu-par-l-Ordre-des-Medecins.jpg C’est hélas un moyen de pression assez répandu.

En suite de ce signalement, les parents pourront être convoqués devant le Juge pour enfants aux fins d’ouverture éventuelle d’une mesure d’assistance éducative motivée par la mise en danger de la santé de l’enfant, aux fins de contraindre les parents à faire effectuer ladite vaccination, cette mesure pouvant aller jusqu’au retrait de l’enfant de son milieu naturel aux fins de placement en foyer ou famille d’accueil http://www.initiativecitoyenne.be/article-des-parents-menaces-par-le-chantage-vaccinal-d-un-medecin-123173691.html

-De plus, par la voie du signalement, les parents s’exposent à une peine d'emprisonnement de 6 mois ainsi qu'une amende de 5ème classe soit 3.750 € selon les articles L 3111-2, L 3111-3 et L 3112-1 du CSP. http://www.alis-france.com/download/vaccination_repression.pdf

En tout état de cause, les parents désireux de refuser cette vaccination, en connaissance de cause, devraient rédiger un courrier à adresser tant au médecin pédiatre, qu’au Procureur de la République du ressort du lieu de vie de l’enfant, qu’aux établissements scolaires et/ou sanitaires, aux fins de justifier et d’expliquer ledit refus, des arguments purement juridiques pouvant être évoqués dans ledit courrier, indépendamment de toute croyance médicale sur l’absence d’innocuité des vaccins.

 => Au médecin qui vous menacerait ouvertement, n'hésitez pas à donner un retour de bâton: "Signalez moi a la PMI, pendant ce temps moi je vous signale a l'ordre des médecins pour mensonge et intimidation"  http://www.conseil-national.medecin.fr/contacts-ordre-des-medecins

 PMI ou POLICE MÉDICALE INFANTILE

 Que faire face à la PMI ?

 Les menaces de la PMI ne valent rien juridiquement. Leur mission n'est pas de menacer.

Lorsque le PMI vous contacte et demande à vous rencontrer dans le plus bref délai, inutile de paniquer ; demandez un courrier écrit avec les motifs de l'entretien.

Si la PMI refuse et insiste en vous informant oralement des motifs; vous refusez tant que vous n'avez pas une convocation écrite conforme.

La PMI va vous demander pourquoi vous tenez à avoir un écrit.

Vous répondez calmement que ça va vous permettre d'apporter des réponses concrètes et que vous allez demander la légalité de la convocation et de ces motifs à un avocat.

En règle générale la PMI fait très attention car elle est obligée de respecter la procédure, sinon elle abandonne. Vous ne devez vous rendre à leur convocation QUE c'est si elle est commandée par un juge. Et dans ce cas, vous pouvez vous faire assister. N'oubliez pas: si vous contrôlez votre peur et que vous leur faites sentir que vous n'avez pas peur, ils n'agiront pas de la même façon. Et si votre peur est trop forte, demandez conseil avant d'agir. Dire NON aux vaccins n'est pas un CRIME.CONTACTEZ L'UNACS à Nantes  En cas de doutes, questions, inquiétudes, faites vous aider, vous n'êtes pas seuls. (MERCI Jacques Bessin, président de l'UNACS d'avoir écrit ce petit texte)

CRÈCHE & COLLECTIVITÉS

On pourrait en effet concevoir qu’un établissement privé puisse exiger à l’entrée telle ou telle vaccination, même facultative (ou "fortement recommandée" comme le ror). Cela ne serait possible que si une loi l’autorisait à agir ainsi. Ce n’est pas le cas. « Les autres vaccinations ne sont pas obligatoires. La preuve d'autres vaccinations (variole, coqueluche, BCG, ROR...) ne doit pas être réclamée. »

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F767.xhtml

ou

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do;jsessionid=DAFF698959C210264A93965F3DFF5B2F.tpdjo13v_3?oldAction=rechExpJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000007849723&fastReqId=151144436&fastPos=18

 "les enfants admis dans les crèches" doivent être soumis aux vaccinations prévues par les textes en vigueur sauf lorsqu'ils présentent une contre-indication attestée par certificat médical. 

Exemple de courrier à soumettre à la crèche concernant le règlement intérieur (à modifier si non-vacciné ror): https://www.facebook.com/groups/raphetbea/634367916600887/

Comment argumenter pour l'inscription d'un enfant en crèche: http://www.alis-france.com/download/temoignage_famille.pdf

 LA PRÉSENTATION DU CARNET DE SANTÉ

"Le carnet de santé est un document confidentiel, nul ne peut en exiger sa présentation."Article L. 2132-1 du CSP modifié par Loi n°2001-1246 du 21 décembre 2001 - art. 34 JORF 26 décembre 2001:

"Le carnet est établi au nom de l'enfant. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l'exercice de l'autorité parentale ou aux personnes ou aux services à qui l'enfant a été confié. Ils doivent être informés que nul ne peut en exiger la communication et que toute personne appelée, de par sa fonction, à prendre connaissance des renseignements qui y sont inscrits est soumise au secret professionnel."

L'Article R3111-17 du Code de la Santé Publique mentionne clairement que le chef d'établissement à un devoir de contrôle de la situation de l'enfant au regard des vaccinations obligatoires, mais aucune autorité pour exiger le carnet de santé, tout autre document en tenant lieu suffit.

=> Ce qui signifie que même une copie n’est pas exigible, le carnet de santé étant intégralement soumis au secret médical. Pour les institutions réclamant ces informations, un certificat du médecin attestant que l’enfant se porte bien et est à jour de ses vaccinations suffit (ou un certificat de contre-indication).

 

La fuite en avant mondialiste

https://www.youtube.com/watch?v=u33VXrcrd4Y&feature=share&fbclid=IwAR2p7iGJWIt4JmvEHkJWWYckOVKmr0G2JxsN72bCzjk_aH1oPJwjtiy_-co

La guerre des Peuples contre les sous humains.

https://www.facebook.com/RadioQuebec.ca/videos/1612243025593178/UzpfSTEwMDAzOTY2Mzk0NjEyOTo1ODk0ODA5MDUxMDkwNDg/

Le mythe du coronavirus

https://vk.com/video473186017_456239654?list=a00521992e2c768462

Le nouvel ordre des sous humains

Franck Irribarria-Fernandez

aujourd'hui à 8:20

Les modèles, les tests et maintenant les conséquences


Par F. William Engdahl

"Plus la pandémie de Covid-19 avance et répand ses ravages, plus l’idée d’un procès au pénal des responsables fait son chemin. Mais un procès au pénal survient toujours une fois le crime commis. Or le crime est en train d’être commis sous nos yeux dont nous sommes tous les potentielles victimes. Pouvons-nous attendre ?

Les modèles COVID douteux

Deux modèles majeurs sont utilisés en Occident depuis la prétendue propagation du coronavirus en Europe et aux États-Unis pour «prédire» et répondre à la propagation de la maladie à COVID-19. L'un a été développé à l'Imperial College de Londres. Le second a été développé, en mettant l'accent sur les effets aux États-Unis, par l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé de l'Université de Washington (IHME) à Seattle, près du domicile du fondateur de Microsoft, Bill Gates. Ce que peu de gens savent, c'est que les deux groupes doivent leur existence à un financement généreux d'une fondation exonérée d'impôt qui devrait faire littéralement des milliards de dollars sur les prétendus vaccins et autres médicaments pour traiter le coronavirus - la Fondation Bill et Melinda Gates."

https://translate.googleusercontent.com/translate_c?d..

https://revolutionpermanente.fr/Vous-n-aurez-plus-de-chomage-partiel-si-vous-refusez-d-envoyer-les-enfants-a-l-ecole-a-partir-du-20539

Ici vous aurez compris que vous allez entrer dans la chambre à gaz prévue pour la liquidation de vos enfants et de vous mêmes, soyez des moutons et obéissez à ce qui est totalement criminel, ou bien réveillez vous ! Un déconfinement sans moyens de protection approprié ne sert de rien, sinon que de vous envoyez dans des foyers d'infection, ce qui semble faire jouir les tueurs intentionnels qui vous ferment le droit de vous soigner, et pour augmenter la terreur, veulent vous comptabiliser dans les morts énumérés journellement par leurs jouisseurs, complices de crimes contre l'humanité.

La dictature globale. Vous êtes un rat de laboratoire qui doit suivre le chemin tracé par les criminels qui veulent que vos enfants et vous mêmes attrapiez le virus qu'ils instrumentalisent.

https://ripostelaique.com/un-nouveau-nuremberg-pour-juger-les-responsables-de-ces-milliers-de-morts.html

Un Nuremberg sans la moindre pitié, à l'image de la démence criminelle qui manœuvre dans les gouvernements vendus aux mondialistes esclavagistes.

Betty Papyrus

hier à 19:36

« Les généralistes avouent que si on ajoutait au bilan global les morts à domicile du Covid-19, ainsi que ceux qui en ont été victimes sans dépistage post-mortem dans les Ehpad, c’est la France qui totaliserait le plus de morts au monde par million d’habitants.

Nous sommes en réalité plus proches de 40 000 décès que de 23 000 !!

Mais le pire est d’avoir diabolisé le Pr Raoult, dont le traitement aurait permis de sauver des milliers de vies.
Ils ont préféré renvoyer les gens chez eux, aggravant ainsi la diffusion du virus, au point d’amener le système de santé au bord de la rupture.

C’est donc bien d’un nouveau Nuremberg dont la France a besoin pour juger les responsables et coupables de dizaines de milliers de morts. »

https://ho1.us/2020/04/des-millions-denfants-liberes-pendant-que-les-medias-nous-occupent-avec-le-covid-19/?fbclid=IwAR0RHbp1z-NulJlyrdlt8J6A6NeqGOgBCQcdn8fgS18EU0bIilGDXBUMqqc

La guerre que mènent les sous humains pour implanter leur dictature, en se servant d'un virus, et d'une éventuelle vaccination mortifère, n'a pour objet que de masquer leurs crimes, leur pédophilie criminelle, l'horreur dans laquelle ils baignent qu'il faudra éradiquer totalement de l'univers afin que chaque être Humain puisse vivre librement.

https://ripostelaique.com/covid-19-ils-gonflent-les-chiffres-pour-justifier-le-confinement-totalitaire.html?fbclid=IwAR3A0PBF35azKuk6gIDqAMGReg6T5J6wkuCc_0ViAXUzWtnniEVbh-LJfG0

Les chiffres des décès gonflés intentionnellement pour justifier le confinement.

https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Usage-des-medicaments-en-ville-durant-l-epidemie-de-COVID-19-point-de-situation-sur-les-deux-premieres-semaines-du-confinement-Point-d-information

L'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) confirme les dires du Pr. Raoult dans son interview d'hier,

Des médecins de ville (Paris et France entière) ont bravé les interdictions de la DGS... et prescrits de l'Hydroxychloroquine pour traiter leurs patients symptomatiques Covid-19.

https://vk.com/tpatinet?z=video531275407_456239713%2F0f07e84cee74dce721%2Fpl_wall_531275407

OMS complice de crimes contre l’humanité.

https://vk.com/video531275407_456239712?list=45095de4c678db72d6

Rappelez vous ce contre quoi l'Humanité se bat. Le coronavirus est la dernière arme des non humains pour asservir l'Humanité pour conserver leur pouvoir illégitime. Désormais ils sont visibles globalement, tant dans les gouvernances que dans les instances internationales, que dans leurs fondations criminelles. Plus personne ne pourra dire qu'il ne savait pas...

La QUADRATURE DU NET

LA CNIL S’ARRÊTE À MI-CHEMIN CONTRE STOPCOVID - 27 avril 2020

L’application StopCovid ne fera finalement pas l’objet d’un vote à l’Assemblée nationale, le gouvernement se refusant à tout risque de vote contraire à sa volonté. Pourtant, les prises de position s’accumulent contre elle et son avenir semble chaque jour plus incertain.

Hier, la CNIL a rendu son avis à son sujet. Contrairement au Conseil national du numérique (CNNum) qui s’est prononcé vendredi en faveur de l’application, la CNIL n’a pas entièrement fui le débat : elle exige que le gouvernement démontre l’utilité concrète de StopCovid, ce qu’aucune étude ou analyse ne soutient actuellement. Hélas, alors que la CNIL aurait dû s’arrêter à ce simple constat pour demander l’arrêt de ce dangereux et inutile projet, elle s’est égarée dans le faux-débat tendu par le gouvernement : rechercher des « garanties », forcément illusoires, pour encadrer l’application.

Une nécessité non démontrée

L’idée au cœur du droit des libertés fondamentales est que, par principe, il est interdit de limiter nos libertés. Elles ne peuvent l’être que par exception, et uniquement en démontrant qu’une telle limitation est utile à un intérêt supérieur, telle que la santé publique dans notre cas. Hier, la CNIL a rappelé ce principe cardinal, qu’elle applique naturellement de longue date. Par exemple, dans son avis sur les portiques de reconnaissance faciale dans des lycées de la région Sud, elle avait bien rappelé qu’il revenait au responsable de traitement de données« d’évaluer la nécessité et la proportionnalité du traitement envisagé ». Un tel raisonnement l’avait conduit à considérer que le projet de reconnaissance faciale était contraire au RGPD, car la région n’avait pas démontré cette nécessité.


Il ne fait pas de doute que StopCovid est une mesure limitant les libertés fondamentales, ce que la CNIL reconnaît facilement : risques d’attaques malveillantes, de discriminations, d’accoutumance à la surveillance constante, de dévoiement par le gouvernement. La CNIL exige donc que les prétendus bienfaits sanitaires de l’application soient démontrés avant que celle-ci ne soit déployée, ce qui fait jusqu’ici défaut. La rigueur du raisonnement de la CNIL tranche nettement avec l’avis du CNNum, qui conclut en faveur de StopCovid hors de toute méthode d’analyse sérieuse.

Toutefois, il faut regretter que la CNIL se soit arrêtée là, sans conclure et répondre elle-même à la question qu’elle a si justement posée. Si aucun élément factuel ne prouve l’efficacité d’une technique qu’elle reconnaît pourtant comme attentatoire aux libertés fondamentales, la mission de la CNIL est de déclarer celle-ci illégale. Déclarer illégaux des traitements de données injustifiés est une des missions centrales qui justifient l’existence de la CNIL.

Mais, refusant de tenir son rôle, la CNIL s’est ensuite perdue dans le débat vain souhaité par le gouvernement : chercher à tâtons les garanties pouvant encadrer cette pratique. Pourtant, les conditions pour que StopCovid respecte nos libertés sont impossibles à remplir. L’essence même du « traçage de contact », automatique comme manuel, rend impossible l’anonymat, et le contexte de crise sanitaire rend irréaliste la garantie d’un consentement libre.

Un anonymat impossible

Cédric O affirme que les données traitées par StopCovid « seraient anonymes ». De même, Bruno Sportisse, directeur de l’INRIA chargé du protocole ROBERT sur lequel reposera l’application, affirme que celle-ci serait « totalement anonyme ».

En pratique, une application anonyme n’aurait aucun intérêt : l’application doit envoyer à des personnes ciblées des alertes du type « vous avez été au contact de personnes malades, mettez-vous en quarantaine ». Du moment que chaque alerte est envoyée à des personnes ciblées, le système n’est plus anonyme : trivialement, il suffit qu’un tiers (un patron, un conjoint, etc.) puisse consulter votre téléphone pour constater que vous avez reçu une alerte. Des chercheu·ses de l’INRIA ont produit une excellente liste de quinze scénarios de ce type, démontrant à quel point il était simple de lever ce prétendu « anonymat ».

Hélas, le CNNum s’enfonce dans le déni de réalité et continue de prétendre que « les utilisateurs de l’application ne peuvent pas se réidentifier entre eux ». Dans une étrange note de bas de page, l’avis du CNNum admet que cette affirmation est peut-être fausse puis renvoie vers les scénarios de l’INRIA. Voilà la triste posture du CNNum : mentir dans le corps du texte et s’excuser en pied de page, en petits caractères.

De son côté, heureusement, la CNIL est plus honnête et ne cache pas ces failles : les données traitées par StopCovid sont des pseudonymes ré-identifiables. Mais elle refuse d’en tirer la moindre conséquence effective. Après avoir exigé quelques mesures de sécurité nécessaires qui ne changeront pas le fond du problème, elle semble se bercer dans l’illusion que le droit serait une garantie suffisante pour empêcher que ce pseudonymat si fragile ne soit levé. Au final, sa seule « garantie » n’est rien d’autre que ce cher RGPD que la CNIL échoue à faire respecter depuis deux ans, quand elle ne s’y refuse pas carrément (lire notre article sur les cookies publicitaires).

Un consentement impossible

Tout comme l’utilisation faussée de la notion de données « anonymes », le gouvernement fonde la création de StopCovid sur le fait que l’application serait installée « volontairement ». Une telle présentation est encore mensongère : matériellement, l’État ne pourra pas s’assurer que l’application ne soit pas imposée par des tiers.

Si des employeurs, des restaurants ou des centres d’hébergement exigent que leurs salariés ou usagers utilisent StopCovid, que va faire Cédric O ? Leur envoyer la police pour forcer le passage ? Si la pression vient de la famille ou des amis, que va faire la CNIL ? Leur imposer des amendes en violation du RGPD – qu’encore une fois elle ne fait déjà pas respecter avec énormément de sites internet ?

L’urgence est partout ailleurs

Comme nous ne cessons de le répéter, il est urgent que ce débat prenne fin, par le rejet de ce projet. L’attention du public, du Parlement et de la recherche doit se rediriger vers les nombreuses autres solutions proposées : production de masques, de tests, traçage de contacts réalisé par des humains, sans avoir à réinventer la roue. Leur efficacité semble tellement moins hasardeuse. Surtout, contrairement à StopCovid, ces solutions ne risquent pas de légitimer sur le long terme l’ensemble de la Technopolice, qui cherche depuis des années à rendre acceptable la surveillance constante de nos corps dans l’espace public par la reconnaissance faciale, les drones ou la vidéo automatisée.

Les 28 et 29 avril, dans le cadre des mesures de déconfinement, l’Assemblée nationale débattra de StopCovid, sans toutefois voter spécifiquement à son sujet. L’Assemblée doit exiger la fin de cette application. Rendez-vous sur cette page pour contacter les député·es.

L'anticonstitutionnalité de cette application, digne de la dictature chinoise, n'est pas à prouver, il faut la rejeter et en aucun cas y souscrire, car c'est une atteinte directe aux droits humains, au respect et à la dignité humaine. Aucun être Humain n'est un animal à pucer, il ne vit et ne doit pas vivre dans un camp de concentration et encore moins un goulag, il doit bien au contraire combattre tout ce qui est nuisible à la liberté humaine, à commencer par cette tentative ignoble de mettre aux bans de l'humanité un quelconque malade, car cela ne s'arrêtera plus, ensuite ce seront les cancéreux, les maladies auto immunes, etc, etc...Le moindre petit rhume vous fera cataloguer par la gouvernance, ce qui lui permettra de vous empêchez de travailler, de voter, de vivre tout simplement. Le totalitarisme était nazi et communiste, maintenant il se dévoile nazicommuniste en France.

Cet extrait du discours du Président Kennedy doit vous permettre de vous interroger sur la "crise" du coronavirus, et notamment sur l'inaction de la "gouvernance" dite française en reptation et en dépendance de sectes aux ordres.

Discours partiel du président Kennedy

=-=-=
Le mot même de "secret" est répugnant dans une société libre et ouverte ; et nous sommes, en tant que peuple, intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. .../... Car nous sommes opposés dans le monde entier à une conspiration monolithique et impitoyable qui s'appuie principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence - sur l'infiltration au lieu de l'invasion, sur la subversion au lieu des élections, sur l'intimidation au lieu du libre choix, sur les guérillas la nuit au lieu des armées le jour. C'est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d'une machine très efficace et étroitement liée qui combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques.

Ses préparatifs sont dissimulés et non publiés. Ses erreurs sont enterrées et non publiées. Ses dissidents sont réduits au silence et non loués. Aucune dépense n'est remise en question, aucune rumeur n'est imprimée, aucun secret n'est révélé. Elle mène la guerre froide, en bref, avec une discipline de guerre qu'aucune démocratie n'espère ou ne souhaite égaler.
Néanmoins, toute démocratie reconnaît les contraintes nécessaires à la sécurité nationale - et la question demeure de savoir si ces contraintes doivent être plus strictement respectées si nous voulons nous opposer à ce type d'attaque ainsi qu'à une invasion pure et simple.
Car les faits sont là : les ennemis de cette nation se sont ouvertement vantés d'avoir acquis par le biais de nos journaux des informations qu'ils auraient autrement engagé des agents pour les acquérir par le vol, la corruption ou l'espionnage ; les détails des préparatifs secrets de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l'ennemi ont été mis à la disposition de chaque lecteur de journaux, ami et ennemi ; que la taille, la force, l'emplacement et la nature de nos forces et de nos armes, ainsi que nos plans et notre stratégie d'utilisation de celles-ci, ont tous été mis en évidence dans la presse et les autres médias d'information à un degré suffisant pour satisfaire toute puissance étrangère ; et que, dans un cas au moins, la publication de détails concernant un mécanisme secret de suivi des satellites a nécessité sa modification au prix de beaucoup de temps et d'argent.

=-=-=
Portion du discours en anglais par Kennedy lui-même:

https://youtu.be/8Jb8KqaerhQ

http://lesmanchettes.com/actualites/enquetes/1364-les-americains-demandent-une-enquete-sur-la-fondation-bill-et-melinda-gates-pour-crime-contre-l-humanite?fbclid=IwAR1qm2iyI5biMHzFGVRV6lQXmk2nnQL7e5H-SlUjTR0isbXO414j3ZsrWEc

Les Américains demandent une enquête sur la fondation Bill et Melinda Gates pour crime contre l'humanité.

https://reseauinternational.net/pandemie-mais-qui-sont-les-supporters/

Les supporters, créateurs ? et promoteurs de la pandémie.

https://reseauinternational.net/la-farce-et-lagenda-diabolique-dun-verrouillage-universel/

Mensonge et propagande, euthanasie et eugénisme, les mamelles des sous humains en marche.

https://www.morpheus.fr/opposer-code-de-nuremberg-a-lobligation-vaccinale/?fbclid=IwAR0moXEk1OWlSkDf_Q1FOzQkgVbo-jJ4OOI77KUdr8F0hZkmQQBuC0vvzk8

Petit rappel à mettre sous le nez de qui voudra vous vacciner pour le coronavirus. Refuser totalement cette vaccination totalement inutile sinon que vous marquer comme un animal:

« La vaccination obligatoire, qui revient à une expérimentation humaine sans consentement, est contraire au Code de Nuremberg », expliquait Mary Holland, docteur en droit et professeur d’Université à la tribune des Nations Unies, le 4 mai 2016.

En effet, à la suite des atrocités médicales nazies, le monde a adopté le Code de Nuremberg qui affirme que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel ». Le pacte international relatif aux droits civils et politiques souligne également l’interdiction de l’expérimentation dans son texte de 1966. Il stipule : « Nul ne peut être soumis sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique. »

Opposer le Code de Nuremberg et le pacte des droits civils et politiques à la vaccination de force est parfaitement approprié. Nous sommes bien confrontés à une expérimentation humaine de génie génétique d’ampleur mondiale qui comprend deux volets :

1°) le volet chimico-biologique puisque les vaccins contiennent du Phénol, Thimerosal, Mercure, Aluminium, Ethylène Glycol, Formol, Benzetonium, Squalène, SV40, cellules cancérisées, Benzonase, ADN et ARN viraux, Edulcorants, OGM, albumine humaine, antibiotiques sous forme de trace de néomycine, polymyxine B, kanamycine, gentamycine, streptomycine, trométamol. Ces éléments combinés sont mutagènes et à certaines doses mortels.

2°) le volet nanométrique puisque les vaccins contiennent des nano-composants de tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, fer, antimoine, chrome, or, zinc, platine, argent, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, magnésium, souffre, silicium, calcium, sodium, manganèse…

Les preuves de la présence de ces nanocomposants vaccinaux ont été apportées par les docteurs Antonietta M Gatti et Stefano Montanari pour le Conseil National de Recherche d’Italie. Les résultats de leurs nano-diagnostics ont été publiés dans l’International Journal of Vaccines le 23 Janvier 2017. (voir Morphéus n°81).

Les résultats de ce nano-diagnostic sur 44 vaccins dont les onze obligatoires sont sur les bureaux de tous les fabricants de vaccins. Ces derniers, n’ayant aucune réponse scientifique à apporter, s’empressent de mettre leurs sbires aux postes des ministères de santé publique. Ils entendent tuer dans l’œuf cette information et prendre des mesures très coercitives pour imposer leurs vaccins.

Protections juridiques

Il existe d’autres protections juridiques par exemple : l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme, le nouveau Code civil qui reconnaît le principe du respect à l’intégrité du corps humain, l’article 36 du code de déontologie médicale, les différents arrêts de la Cour sur l’information transparente due au patient. Citons aussi la loi Kouchner disant qu’aucun acte médical ne peut-être pratiqué sans consentement libre et éclairé du patient. Enfin, l’article 1111 de la santé publique dit que tout citoyen a le droit à la liberté d’accepter ou de refuser un acte médical, et la vaccination est un acte médical.

Cependant, la preuve est faite qu’il s’agit d’une expérimentation vaccinale nano-chimico-biologique sans le consentement des populations, cela relève bien du Code de Nuremberg et du pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il s’agit donc bien de traduire tous les acteurs de cette folie vaccinale expérimentale devant une Cour de Justice Internationale qu’ils aient réussi ou non à imposer leurs soupes vaccinales…

https://vk.com/video531275407_456239706?list=dc659707a24df0e31c

La justice doit passer sur les criminels en intention, ils sont coupables et responsables.

https://vk.com/tpatinet?z=video531275407_456239704%2F3b76c0c4237cc0db1e%2Fpl_wall_531275407

Constat tragique d’un mensonge planétaire.

https://ripostelaique.com/comprendre-le-genocide-francais-cest-voulu-par-macron.html?fbclid=IwAR3ciOGI8rAirebaFLnjajLKf8RE3LpB9HHyNx9oKalFtc8M9EdxF9TEgFs

Le génocide en France, décrété par les sectes pédo criminelles mondialistes esclavagistes.

https://vk.com/video434884817_456239449?list=08fa6d2c41dcf7b704

Le cheval de bataille des pédo criminels mondialistes esclavagistes : la vaccination mortifère.

https://news-af.feednews.com/news/detail/bfe3c7ecfce95941f198398f914395cf?client=news&fbclid=IwAR3gWWW1Hikk6FPhF6g_Z6hYOXmo1p1YOhnOuEA-XhTPi2YlhXH53gateNA

La chose du mondialisme esclavagiste pédo criminel en passe d’être mise en examen.

https://www.infovaccinsfrance.org/-/legislatif/comment-surseoir-à-la-vaccination/

COMMENT SURSEOIR À LA VACCINATION:

LES CLÉS POUR  DÉFENDRE SES DROITS

Mais sommes-nous vraiment obligés de vacciner ?

Certes, personne ne manquera de rappeler il y a des obligations vaccinales en France:

http://www.infovaccin.fr/legislation_vaccinale.html#oblig

Mais on oublie trop souvent que nous avons aussi des lois qui protègent nos libertés individuelles. Et elles sont en totale contradiction avec les lois d’obligation. D’un côté, des lois d’obligation, de l’autre, des lois garantissant vos libertés fondamentales.

Qu’est-ce qui prime en réalité ? La liberté. Et si. Jurisprudence oblige.

« En vertu de l'affaire Salvetti, il ne saurait y avoir le moindre acte médical obligatoire dans aucun pays d'Europe. L'arrêté de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, section I du 9 juillet 2002, requête n° 42197/98 , fait jurisprudence. «

 http://www.legavox.fr/article/imprimer.php?id_article=3692

Les lois d’obligation vaccinale constituent une atteinte à l’intégrité physique et violent tous les textes qui garantissent les libertés fondamentales:

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen/Les lois d’obligation sont anticonstitutionnelle(26 aout 1789 et 10 décembre 1948)

La Convention européenne des droits de l’homme

(4 novembre 1950)

La Constitution française

(4 novembre 1958)

La résolution 36-55 de l’ONU

(25 novembre 1981)

La loi sur le respect du corps humain insérée dans le Code Civil, Art. 16-1 et suivants (29 juillet 1994)

La loi Barnier sur le principe de précaution

(2 février 1995)

Le Code de déontologie médicale inséré dans le Code de la santé publique, art. R 4127-2 et R 4127-36 (6 septembre 1995)

La convention européenne pour la protection des Droits de l'Homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine: Convention sur les Droits de l'Homme et la biomédecine ou Convention d’Oviedo       (4 avril 1997)

La charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne

(18 décembre 2000, art. 3)

La loi Kouchner insérée dans le code de la santé publique, Art. L 1111-4 (4 mars 2002

A la lecture de toutes les lois actuellement en vigueur, on voit bien qu'il y a un problème. La méconnaissance de ces lois nous pénalise au quotidien. Sans compter la propagande et la pression exercée sur les récalcitrants. Tout est fait pour convaincre, non pour s'interroger. La question demeure: Comment faire valoir ses droits ? Ce document propose de vous donner les clés pour y arriver. Plusieurs approches sont possibles. Et l'une n'exclue pas l'autre, beaucoup se complètent.

 REFUSER TOUT NET

« Des vaccins obligatoires ? Mais nous sommes en France, non ? La France fait bien partie de l’Europe ? Oui ? Bien. Et bien la convention européenne des droits de l’homme - ou Convention d’Oviedo - ratifiée par l’Union Européenne le 4 avril 1997 garantit les libertés individuelles et n’impose aucune vaccination obligatoire "L'intérêt et le bien de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science" http://conventions.coe.int/treaty/fr/treaties/html/164.htm

L’article 5 précise que « Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu'après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l'intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement. » En gros, c’est équivalent de la loi Kouchner en France, sauf qu’elle s’étend à tous les pays de l’Union Européenne.

=>En pratique, ces lois-là sont soit méconnues soit bafouées, donc argumenter sur ce seul aspect s’avère malheureusement fastidieux.

 JE VEUX DES INFORMATIONS

La loi « Kouchner » du 04 mars 2002 n° 2002-303, art. L1 111-4 du Code de la Santé Publique : « AUCUN ACTE MÉDICAL ni aucun traitement ne peut être pratiqué SANS LE CONSENTEMENT LIBRE et ÉCLAIRÉ de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ». Cette loi est très importante. Chaque parent/patient peut, conformément à loi Kouchner demander aux vaccinateurs des informations exhaustives sur l’acte médical proposé, et le refuser. (1) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000227015 Le consentement doit être LIBRE: « Le médecin doit en outre obtenir dans tous les cas, le consentement du patient avant toute intervention. »  (Déontologie médicale du CSP, art. R 4127-36 )

=>Approche déjà un peu plus facile. Il est naturel de s'interroger sur la nature du/des produits que l'on se propose de vous injecter dans le corps. 

QUELLES INFORMATIONS ?

Comment procéder, quelles questions poser ? Vous pouvez vous appuyer sur ce questionnaire à soumettre au médecin (c'est "la lettre qui tue") Dans tous les cas, le professionnel doit y répondre, et ce, avec le plus grand sérieux, conformément à la loi Kouchner (ou à la Convention d’Oviedo) concernant le consentement ÉCLAIRÉ. La première partie - lettre à personnaliser - étant destinée au médecin qui serait réfractaire à votre demande d’information ou qui, malgré les questions pertinentes soulevées voudrait malgré tout pratiquer un acte que vous réprouvez ou encore menacerait de vous dénoncer.

Il veut vacciner ? Ok, il l’assume et le certifie par écrit. De son côté, il a aussi le devoir de donner toute l'information sur l'acte proposé, conformément aux lois en vigueur. À défaut de pouvoir remettre la lettre en mains propres contre signature, si le médecin refuse de la prendre, on l'envoie en R avec AR.

=> ATTENTION, comme le souligne le "Docteur du 16" sur son blog, certains médecins soucieux du respect des pratiques vaccinales peuvent chercher à vous intimider en vous soumettant eux aussi un document attestant que vous avez été informé des risques que vous faites courir à votre enfant en refusant les vaccinations. Ce serait alors le refus éclairé ! Sauf qu'il n'a aucune base juridique, contrairement au consentement libre et éclairé rappelé par la loi Kouchner du 4 mars 2002 ou encore la Convention d'Oviedo du 4 avril 1997. "

 DONNER L’INFORMATION

 et pouvoir apporter la preuve qu’on l’a donnée - un devoir pour le professionnel

« En vertu du Principe de Précaution, le praticien a le devoir, pour tous les actes qu’il pratique, d’apporter la preuve qu’il a donné au patient une information claire, loyale, appropriée et exhaustive sur tous les risques encourus »

Cour de cassation du 25 février et 14 octobre 1997. L’obligation d’information du médecin n’implique pas forcément celle de rédiger un écrit mais il appartient au médecin, en cas de contestation, "d’apporter la preuve par tous moyens de son exécution, notamment par des présomptions au sens de l’article 1353 du Code  civil" (Civ. 1ère, 14 octobre 1997, Bull. n° 278)https://www.courdecassation.fr/publications_26/rapport_annuel_36/rapport_2002_140/deuxieme_partie_tudes_documents_143/tudes_theme_responsabilite_145/professionnels_sante_6115.html Or quel meilleure preuve qu’un document écrit ? Prenez des notes lors de l’entretien ou enregistrez la conversation lire la responsabilité du médecin vaccinateur

 LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION.

Saviez-vous qu’avant toute vaccination, des tests préalables devaient être effectués afin de déterminer si votre état de santé était en mesure de les recevoir ? « Les sujets à vacciner doivent être soumis à un examen médical PRÉALABLEMENT à CHAQUE INJECTION »I-3http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&numTexte=02595&pageDebut=02595&pageFin=Et un certificat médical doit être délivré à l'issue de cet examen, avant injection. Les vaccins sont destinés avant tout à des sujets en bonne santé, des sujets dont on doit s'assurer le bon état de santé au moyen de plusieurs tests médicaux…Or, si les textes de lois précisent que les vaccinations obligatoires nécessitent des examens préalables, ils ne précisent pas exactement lesquels. Ces examens qu’on ne réalise jamais dans la pratique alors qu’ils sont partie intégrante des lois d’obligation, permettent aussi d’établir des certificats de contre-indication; si on a déterminé que vous n’étiez pas apte= contre-indication définitive ou temporaire. On vaccine donc sans la moindre précaution. Tout cela, au mépris de la santé du patient et au mépris du principe de précaution. C’est ce qu’on appelle de la négligence grave.

=> Bien que la loi oblige à pratiquer des examens avant-vaccination, ils n’en précisent pas les termes. Il est seulement indiqué, en

annexe http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19520305&pageDebut=02593&pageFin=&pageCourante=02596, que l’examen préalable doit au moins comprendre une analyse d’urine afin de rechercher l’albumine et le glucose, obligation rappelée par la circulaire du 15 juillet 1965 (JO du 8 août 1965).

D’après l’'avocat au barreau de Grenoble Jean-Pierre Joseph, pour avoir un bilan complet il faudrait réaliser des examens cliniques et biologiques. Soit, au moins:

- Un Ionogramme complet, dosage de l'urée

- Lipodogramme

- Bilan endocrinien

- Titrage de tous les anticorps spécifiques aux vaccinations éventuelles déjà subies

- Test de dépistage des différentes hépatite et du SIDA

- Electrophorèse et immunophorèse des protéines sériques, de manière à avoir une image globale des capacités ou incapacités éventuelles de l'organisme à fabriquer les anticorps

- radiographie panoramique dentaire, ceci dès qu'il y a au moins une dent dévitalisée

- radiographie pulmonaire, pour éliminer tout image de tuberculose pulmonaire évolutive.

Tout ça. Personnellement, j’ajouterai aussi des tests d’allergie aux composants des vaccins.

La Cour d'Appel de Riom (arrêt du 30 octobre 1962) rappelle l'exigence d'examens consciencieux, attentifs et conformes aux données actuelles de la science permettant de procéder à un acte médical. L'absence de précautions serait contraire au code de déontologie médicale.

=>On peut choisir cette approche, notamment pour les administrations. « Je veux bien faire les vaccins mais d’après l’article de loi ci-joint, il y a des examens obligatoires à faire avant. Et comme ils sont obligatoires, ils doivent être gratuits. Pouvez m’indiquer quelles sont les démarches à faire pour accomplir ces tests gratuits ?

 TOUT SIMPLEMENT: PLUS DE DTP DEPUIS 2008

Vous voulez bien faire les vaccins obligatoires mais seulement les obligatoires. Normalement, le médecin honnête devrait vous dire « désolé mais c’est impossible car il n’existe plus actuellement sur le marché un seul vaccin correspondant aux obligations vaccinales, soit il contient des valences non-obligatoires en plus, soit il n’est pas adapté pour une primo-vaccination. voir obligations vaccinales en France Si le médecin vous réponds « pas de problème, on ne fera que les obligatoires» méfiez-vous. Le mensonge par omission est très courant en ce domaine.. demandez à voir quel vaccin il propose alors. Voici un modèle de lettre que vous pouvez soumettre au médecin concernant la non-disponibilité d’un vaccin DTP; http://www.infovaccin.fr/alerte_DTP_susp.html  ou  ce modèle de lettre " Pour les parents qui refusent de vacciner leurs enfants" Le vaccin le plus proche du DTPolio® et qui peut être proposé en remplacement – le Revaxis® – n'a pas d'AMM pour les enfants de moins de 6 ans ni pour une primo-vaccination, et les autres vaccins comportent des valences non obligatoires et donc non couvertes pour leurs effets indésirables par l'État*, puisque non obligatoires, l'obligation de vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite est donc suspendue pendant la période d'indisponibilité du vaccin DTPolio®. 

 Radical. Pas de DTP ? C'est bien regrettable..

ou ENCORE:

D’autres modèles de lettres, d’autres approches, à vous de choisir celle qui vous sied le mieux, toujours en adaptant à votre cas:

"Puisque j'ai foi en la vaccination, j'assume !"http://www.alis-france.com/download/engagement_medecin_vaccinateur.pdf

Un autre genre de « lettre qui tue » Certificat à faire signer avant vaccination.

Je veux bien les vaccins, mais à la condition qu'ils soient fabriqués ainsi que l'a préconisé l'agence du médicament, en dilution supérieure à la 4°em centésimale (4CH). (lettre à mettre à jour concernant le BCG) modèle de lettre à envoyer aux administrations qui exigent des vaccinations

Lettre inspirée par la méthode de J-P. Joseph (examens médicaux obligatoires), à mettre à jour concernant le BCG

modèle de lettre pour refuser la vaccination auprès des autorités

REFUS: ATTENTION À LA DÉLATION, malgré vos irréfutables  arguments, le médecin vaccinateur peut choisir de vous menacer: "si vous ne voulez pas vacciner, ce n'est plus la peine de venir dans mon cabinet". Mais il peut aussi décider de vous signaler.

Les parents signalés peuvent rencontrer des difficultés :

- L'autorité administrative (crèches, écoles, halte garderie…) peut refuser l’accès des enfants aux dits établissements et/ou peut les en exclure.

Un signalement entre les mains du Procureur de la République qui en référera au Juge pour enfants peut être fait. Notamment parce que l’Ordre National des Médecins les y incite, considérant que ne pas vacciner, c’est maltraiter !  http://a7.idata.over-blog.com/3/27/09/71/Le-droit-des-patients-vu-par-l-Ordre-des-Medecins.jpg C’est hélas un moyen de pression assez répandu.

En suite de ce signalement, les parents pourront être convoqués devant le Juge pour enfants aux fins d’ouverture éventuelle d’une mesure d’assistance éducative motivée par la mise en danger de la santé de l’enfant, aux fins de contraindre les parents à faire effectuer ladite vaccination, cette mesure pouvant aller jusqu’au retrait de l’enfant de son milieu naturel aux fins de placement en foyer ou famille d’accueil http://www.initiativecitoyenne.be/article-des-parents-menaces-par-le-chantage-vaccinal-d-un-medecin-123173691.html

-De plus, par la voie du signalement, les parents s’exposent à une peine d'emprisonnement de 6 mois ainsi qu'une amende de 5ème classe soit 3.750 € selon les articles L 3111-2, L 3111-3 et L 3112-1 du CSP. http://www.alis-france.com/download/vaccination_repression.pdf

En tout état de cause, les parents désireux de refuser cette vaccination, en connaissance de cause, devraient rédiger un courrier à adresser tant au médecin pédiatre, qu’au Procureur de la République du ressort du lieu de vie de l’enfant, qu’aux établissements scolaires et/ou sanitaires, aux fins de justifier et d’expliquer ledit refus, des arguments purement juridiques pouvant être évoqués dans ledit courrier, indépendamment de toute croyance médicale sur l’absence d’innocuité des vaccins.

 => Au médecin qui vous menacerait ouvertement, n'hésitez pas à donner un retour de bâton: "Signalez moi a la PMI, pendant ce temps moi je vous signale a l'ordre des médecins pour mensonge et intimidation"  http://www.conseil-national.medecin.fr/contacts-ordre-des-medecins

 PMI ou POLICE MÉDICALE INFANTILE

 Que faire face à la PMI ?

 Les menaces de la PMI ne valent rien juridiquement. Leur mission n'est pas de menacer.

Lorsque le PMI vous contacte et demande à vous rencontrer dans le plus bref délai, inutile de paniquer ; demandez un courrier écrit avec les motifs de l'entretien.

Si la PMI refuse et insiste en vous informant oralement des motifs; vous refusez tant que vous n'avez pas une convocation écrite conforme.

La PMI va vous demander pourquoi vous tenez à avoir un écrit.

Vous répondez calmement que ça va vous permettre d'apporter des réponses concrètes et que vous allez demander la légalité de la convocation et de ces motifs à un avocat.

En règle générale la PMI fait très attention car elle est obligée de respecter la procédure, sinon elle abandonne. Vous ne devez vous rendre à leur convocation QUE c'est si elle est commandée par un juge. Et dans ce cas, vous pouvez vous faire assister. N'oubliez pas: si vous contrôlez votre peur et que vous leur faites sentir que vous n'avez pas peur, ils n'agiront pas de la même façon. Et si votre peur est trop forte, demandez conseil avant d'agir. Dire NON aux vaccins n'est pas un CRIME.CONTACTEZ L'UNACS à Nantes  En cas de doutes, questions, inquiétudes, faites vous aider, vous n'êtes pas seuls. (MERCI Jacques Bessin, président de l'UNACS d'avoir écrit ce petit texte)

CRÈCHE & COLLECTIVITÉS

On pourrait en effet concevoir qu’un établissement privé puisse exiger à l’entrée telle ou telle vaccination, même facultative (ou "fortement recommandée" comme le ror). Cela ne serait possible que si une loi l’autorisait à agir ainsi. Ce n’est pas le cas. « Les autres vaccinations ne sont pas obligatoires. La preuve d'autres vaccinations (variole, coqueluche, BCG, ROR...) ne doit pas être réclamée. »

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F767.xhtml

ou

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do;jsessionid=DAFF698959C210264A93965F3DFF5B2F.tpdjo13v_3?oldAction=rechExpJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000007849723&fastReqId=151144436&fastPos=18

 "les enfants admis dans les crèches" doivent être soumis aux vaccinations prévues par les textes en vigueur sauf lorsqu'ils présentent une contre-indication attestée par certificat médical. 

Exemple de courrier à soumettre à la crèche concernant le règlement intérieur (à modifier si non-vacciné ror): https://www.facebook.com/groups/raphetbea/634367916600887/

Comment argumenter pour l'inscription d'un enfant en crèche: http://www.alis-france.com/download/temoignage_famille.pdf

 LA PRÉSENTATION DU CARNET DE SANTÉ

"Le carnet de santé est un document confidentiel, nul ne peut en exiger sa présentation."Article L. 2132-1 du CSP modifié par Loi n°2001-1246 du 21 décembre 2001 - art. 34 JORF 26 décembre 2001:

"Le carnet est établi au nom de l'enfant. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l'exercice de l'autorité parentale ou aux personnes ou aux services à qui l'enfant a été confié. Ils doivent être informés que nul ne peut en exiger la communication et que toute personne appelée, de par sa fonction, à prendre connaissance des renseignements qui y sont inscrits est soumise au secret professionnel."

L'Article R3111-17 du Code de la Santé Publique mentionne clairement que le chef d'établissement à un devoir de contrôle de la situation de l'enfant au regard des vaccinations obligatoires, mais aucune autorité pour exiger le carnet de santé, tout autre document en tenant lieu suffit.

=> Ce qui signifie que même une copie n’est pas exigible, le carnet de santé étant intégralement soumis au secret médical. Pour les institutions réclamant ces informations, un certificat du médecin attestant que l’enfant se porte bien et est à jour de ses vaccinations suffit (ou un certificat de contre-indication).

=>Utilisation du carnet de santé comme certificat de vaccination: Deux doubles pages insérées dans le carnet sont consacrées aux vaccinations et portent chacune un numéro de formulaire (cerfa n°12594*01 et n°12595*01). Leur photocopie a valeur de certificat de vaccination. Ainsi, le carnet n'a pas à être présenté lors de l'inscription à l'école ou dans une collectivité: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F810.xhtml=>Utilisation du carnet de santé comme certificat de vaccination: Deux doubles pages insérées dans le carnet sont consacrées aux vaccinations et portent chacune un numéro de formulaire (cerfa n°12594*01 et n°12595*01). Leur photocopie a valeur de certificat de vaccination. Ainsi, le carnet n'a pas à être présenté lors de l'inscription à l'école ou dans une collectivité: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F810.xhtml

Dernière Mise à jour ( Jeudi 30 Avril 2020 à 09:17 )
Wikileaks PDF Imprimer Email
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 24 Avril 2020 à 05:34

Wikileaks

 

La base de données de Wikileaks en libre.

 
https://file.wikileaks.org/file/
 
 
La synchronie PDF Imprimer Email
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 17 Décembre 2019 à 06:32

La synchronie

La synchronie  a ceci d’important qu’elle permet de mettre en œuvre des forces les unes évolutives, les autres statiques, les dernières non évolutives. Ce jour nous voyons que se heurtent ces forces sur cette petite Terre, voyant se finaliser trois sortes d’esprit, l’un passif ou intellectuel, les deux autres actifs, naissant une volonté involutive ou évolutive. La pensée ici se réduit à ce triangle parfaitement organique qui marginalise le vivant au profit de la destruction lorsque l’esprit actif involutif est dominant, et révèle le vivant au profit de la construction lorsque l’esprit actif évolutif est lui-même dominant. On remarquera que l’esprit passif ne mène qu’à la contemplation et ne dépasse jamais le stade de l’action, puisque l’action n’y trouve pas le moindre levier, on constatera qu’il est l’esprit de la masse en général ne cherchant en aucun cas le bien d’autrui mais son bien propre.

On assiste aujourd’hui à un battage cataclysmique portant à croire que l’esprit involutif actif serait le détenteur du pouvoir, lorsqu’il n’est pouvoir que par asservissement ou tentative d’asservissement. Tout un chacun comprendra au regard de l’Histoire que son projet réside dans la désintégration totale du vivant, en se servant d’actions permettant l’effondrement économique via la dette et l’usure, moral via la sexualité du genre atrophié, de la pédophilie comme de la déviance sexuelle la plus délirante qui soit, identitaire via le remplacement et le mélange des peuples, des races, intellectuel, via le cadre d’une pensée unique issue de la débilité la plus profonde, spirituel via le déclin de la religion Catholique, seule religion permettant la transcendance de l’humain, unitaire via le contrôle des populations, le fichage, le flicage, la mutilation physique quand ce n’est pas le meurtre, l’arrestation arbitraire, l’annihilation de toute liberté, en usant et abusant du terrorisme à outrance, enfin générale par la mise en œuvre d’un totalitarisme matérialiste de type nazi communiste.

Ces différentes actions ont pour but la disparition des repères Humains, de l’Humain lui-même via la théorie du genre, de l’Ethnie en niant ses racines historiques, du Peuple en niant ses racines bio géographiques, de la Race en niant son existence biologique, de l’Humanité en la réduisant à l’état d’une marchandisation globale, sexuelle, économique, allant jusqu’aux meurtres légalisés tels l’avortement et l’euthanasie, afin de se servir des cadavres pour faire des crèmes de beauté, et non seulement de cadavres mais d’enfants bien vivants comme de femmes et d’hommes afin de réaliser un trafic d’organes, et concomitamment s’en servir comme esclaves sexuels jusqu’à la mort comme on le voit si bien dans les loges noires qui touchent tous les milieux et plus principalement une pseudo élite dégénérée, s’imaginant par leur mise à mort dans des conditions atroces en retirer un pouvoir quelconque.

Cette non-humanité régissant cette sous bestialité se retrouve dans des sociétés discrètes ou secrètes, des loges noires, et des super loges satanistes déviantes pratiquant le meurtre rituel d’enfants, et le cannibalisme, des associations répugnantes qui auraient pour but la lutte contre le climat, le mensonge par excellence des acculturés, et la mise en œuvre de soins, alors qu’elles distribuent des produits nocifs et meurtriers, traitant ainsi l’humanité en bête de proie pour toute la vermine du monde qui les dirige, des organisations internationales, tel l’ONU qui y voit la pédophilie à son paroxysme, et tutti quanti, toutes organisations montées par les précédents pour y faire valoir leur prétention de barbare. On remarquera que cette sous-humanité mobilise les Institutions de chaque Nation pour contraindre les Peuples à ses utopies morbides, allant jusqu’à y supprimer la peine de mort pour protéger les sous animaux qui les servent, pédophiles et compagnies qui sont la colonne vertébrale de leur ordure sans limite.

Face à cette sous bestialité, il y a la Vie, la Vie qui se protège et dans le flux des forces axe la pensée constructive opérative, formant un égrégore contre lequel a bien du mal à lutter toute la sous faune simiesque qui cherche à la réduire à l’esclavage le plus purulent qui soit. Car la Vie lutte toujours contre l’abîme comme le vide qui cherche à l’anéantir et trouve dans le vivant naturel l’exploit lui permettant de contrer la sous bestialité qui cherche à l’anéantir. Une sous bestialité se masquant via des médias aux ordres, de pseudos sciences infectes, transhumanisme, eugénisme, darwinisme, freudisme, einsteinisme,  friedmanisme, associées à tout le chiendent idéologique qui soit, socialisme, communisme, libéralisme, capitalisme, national socialisme, toutes dérives nées de l’anomie profonde de l’incapacité à vivre d’une sous-humanité masquant son infériorité par un complexe de supériorité, voyant là le dégénéré par excellence, représenté par un chiendent dont la puanteur cadavérique monte par toutes nations embrigadées par ces leurres nés de la suggestion comme de l’acculturation la plus profonde de l’être Humain de ses capacités à la fois individuelle et générée, ne sachant que tout est en un, et un est en tout, et se croyant seul au monde pour affronter son destin qu’il préfère voir, par lâcheté abyssale, instrumentalisée, déléguer à la sous faune qui l’enchaîne et le bestialise. L’aporie intellectuelle est ici phare de la démence comme de l’atrophie, le déracinement provoquant la destitution de toutes les valeurs humaines.

Lorsqu’on observe les Peuples Européens, ayant perdu jusqu’au sens de leurs origines, provenant des invasions nordiques et Indos aryennes, ayant écumé jusqu’en Perse, de racines Gréco Latines et en aucun cas liés à un quelconque apport né du moyen Orient comme de l’Afrique, on ne peut être qu’écœuré de les voir en soumission devant ce qui n’est pas eux et ne le sera jamais, et on comprendra que cette domination cherche à les détruire complètement par invasions massives, afin qu’ils ne retrouvent plus leurs racines immortelles, qui les retrouveront quoi que fasse cette usurpation babylonienne répugnante, tellement ses vices, ses crimes, ses génocides, n’ont strictement rien à voir avec la Culture Européenne au sens aristocratique du terme, et non au sens d’une pseudo-histoire qui n’est que le récit de leur massacre©©, comme on a pu le voir depuis 1645 en Angleterre, 1789 en France, 1917 en Russie, etc, etc, etc, un océan de sang qui est le sang des Peuples Européens qui servent au sacrifice rituel de cette incarnation de la sous bestialité par excellence qui se veut règne.

Ces Peuples bougent et il ne serait que temps pour renverser cette usurpation qui lie l’Humanité à la bassesse, la désintégration, la destruction, la sous animalité, à l’image de ce qui se prétend ses maîtres, des barbares incapables de la moindre évolution se conditionnant dans leur fange, dans leurs crimes, dans leur corruption pandémique, tout ce qui n’est pas humain, qui ce jour commence à voir se lever les Êtres Humains contre leur abstraction la plus putride, leur tentative de mettre en soumission des Peuples qui ont fait l’Occident et qui ne doivent rien à leur fumier délétère et atavique, une puanteur glauque poursuivant ses avides desseins, qui sont ceux de rendre esclaves les Peuples conquérants et par cet esclavage économique, intellectuel et spirituel, les diluer dans la boue dans laquelle ils se vautrent avec délectation.

Par ce soulèvement naturel, La Vie ici trouve l’égrégore  qui va lui permettre d’éliminer tout ce qui va à l’encontre de ses valeurs évolutives, faisant régresser et disparaître à jamais l’usurpation malsaine et atrophiée qui cherche à la réduire, et cela ne se fera pas sans mouvements de masse qui éradiqueront définitivement la lie qui cherche à les engluer, où que soient leurs réceptacles, en quelque endroit qu’ils végètent, n’ayant pas un endroit pour fuir, n’ayant qu’à se rendre et évoluer et pour ceux qui ne le veulent pas, dans le respect du vivant, jugés, ne devant s’attendre à aucune pitié de la part de Peuples enchaînés depuis des siècles par leur atrophie mentale atavique. Ce processus est enclenché, et rien ni personne ne pourra le contrarier, la force active évolutive prenant définitivement l’ascendant sur la force active destructive, et ramenant à elle la force passive. Il est trop tard pour les gérants de l’abysse, les menstrues dérisoires des choses gluantes de vermines et de meurtres, toutes ces aberrations cataclysmiques qui devront opérer un retour vers le vivant, sinon disparaître à jamais de la mémoire des Êtres Humains qui se respectent et font respecter leur famille, leur ethnie, leur Peuple, leur Race, l’Humanité dans sa globalité.

On le voit là, la synchronie joue tout son rôle emmenant avec elle les forces passives qui ne pouvant plus s’éclairer à l’ombre intellectuelle avariée des forces actives destructrices, leurs idéologies étant mises en évidence comme les combinaisons génocidaires de l’humanité, deux cent millions de victimes pour le socialisme et consorts, deux cent millions de victimes pour de pseudos religions qui se veulent conquérantes, des régimes abjects ou seule règne la mort, la sédation l’avortement, la destruction de tout être humain, sa mise sur le marché économique et sexuel, et l’exploitation de ses organes, sa mise à mort par vaccinations massives, chemtrails et autres, ces forces passives devant le réel ne pouvant plus se voiler la face et pour survivre devant donc par synchronie s’allier avec les forces actives évolutives, leur matrice ne pouvant plus s’épancher, dérobée qu’elle est par le mensonge et la propagande, la perte des libertés individuelles, la répression inouïe d’états cosmétiques agités par des usuriers sans foi ni loi, dont les arcanes ne sont que ruissellement du sang des humains, barbares criminels cannibales impitoyables qui doivent être emprisonnés sur toute la surface de la terre, afin que l’Humanité resplendisse et vive tout simplement.

La synchronie étant ce qu’elle est, l’égrégore parfait, dévouée à la Vie et aux vivants,  permettra cette éradication, ce n’est qu’une question de temps, ainsi n’est-il besoin de désespérer pour les uns et les autres, mais bien au contraire faire valoir l’évolution dans tout ce qu’elle représente, sans contrainte physique, intellectuelle, spirituelle, afin de participer à cet égrégore qui anéantira l’égrégore du vide et du néant qui ce jour veut apparaître comme le seul respire de l’Humanité, lorsqu’il est son contraire le plus décliné, le plus fourvoyé, le plus délirant qui soit, une fange dans laquelle se congratulent la perversité et l’ignominie, la répugnance et ses sosies, gruau de choses infectes dont la sous bestialité n’est plus à conter, tant elle surgit dans toutes strates composées par leur errance qui se magnifie dans ses opérandes les plus ténébreux.

 

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Mardi 17 Décembre 2019 à 06:36 )
Désintégration PDF Imprimer Email
ETRE HUMANITE
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 23 Octobre 2019 à 07:33

Désintégration

Le principe de la désintégration réside dans le reniement de toutes les valeurs, puis la mise en œuvre de leur inverse dans le cadre des lois de manière à ce que les coutumes prennent le pli de la régression vers cet ultime rivage composite, celui de la pierre brute, condensée à l’extrême, permettant la mise en application de toute dictature, formelle, comme informelle, tel le lot de pseudos démocraties enfantées par la médiocrité et la lâcheté.

Ce principe se conforte dans ses expressions les plus délétères comme les plus massives, hâlant des principes la mise en exergue de l’infiniment petit, de l’incohérence et ses décilles, toute une vacuité ne représentant en aucun cas une majorité mais s’échevelant à paraître pour faire accroire qu’elle est le sommet de la civilisation, son aboutissement, alors qu’elle en est la difformité comme l’anormalité les plus prégnantes.

 Pour se défendre, elle s’invente une formalisation inexistante, de grossières et labiales convergences menant vers cette risible permanence, qui est celle de l’incapacité, une incapacité en tout, car volition de béquilles s’appuyant sur le vide et se consacrant au vide dans des outrances dont les critères sont utilisés à bon escient par des forces qui n’ont d’autres buts que la destruction afin de préserver leur petite non-existence.

Une non-existence basée sur l’égoïsme forcené, ignorant la Vie et les vivants, en se croyant par ses valeurs aurifères ou fiduciaires, légitime du pouvoir,  et conquérant ce pouvoir dans l’abstraction, dans la déliquescence née de son esprit obvié, reflétant ses vices par des ordonnances tendant à écraser toutes formes pour la rendre à son apparence, dans la lie la plus globale.

Cette action née de la perversité graduelle, inconsciente, car générée par une matrice intellectuelle considérant l’osmose comme levier de sa congénitale barbarie, dans le mépris absolu de la réalité qui elle, ne prend en compte que la symbiose pour valeur naturelle,  dans le mensonge et la propagande permet de faire perdurer la dysmétrie totalitaire existant sur le champ du Vivant.

L’ignorance est son moment, sa force, et son dessein, car elle lui permet de  caractériser en profondeur le chemin qu’elle désire voir prendre par les masses dont l’acculturation comme l’illettrisme lui profitent grandement, accélérant même leur processus par l’intermédiaire d’écoles comme d’universités cloitrées par ses crédits.

La plus grande illusion de ce monde réside dans la croyance que le savoir se dissipe par l’intermédiaire de ces pôles contrôlés comme sont contrôlés par ailleurs ce que l’on appelle des médias qui ne sont que des usines propagandistes ne travaillant, toujours du fait du même crédit, que pour complaire aux pouvoirs instaurés par la non-existence elle-même, via le jeu cognitif violant la conscience par la peur comme la terreur qu’elle induit en chaque être non averti, acculturé, illettré, glissant imperturbablement son bulletin de vote pour élire ses bourreaux, aux ordres de la non-existence.

Pour cette dernière le jeu est simple, il faut réduire à sa plus simple expression l’être humain, il faut qu’il n’existe plus en tant qu’être mais en tant que chose, en tant qu’objet économique ou sexuel, n’ayant aucune conscience de son identité, n’ayant aucune conscience de ses racines, de son histoire, de sa race, de son peuple, et surtout de son pouvoir de créativité qui pourrait le mener à la critique qui doit être décimée afin que tout un chacun s’imagine par mimétisme en concordance avec le « progrès ».

Les mots eux-mêmes sous ce joug n’ont plus de sens, le progrès comme on le voit est une régression, le racisme est employé à tout bout de chant pour flageller la conscience identitaire,  en faisant valoir l’identité d’autrui, ce que l’on appelle la novlangue devient la prêtrise de cette errance qui souhaite non pas la parole, mais le balbutiement, l’onomatopée, le rejet de la langue mariée par des trivialités barbaresques, mises en exergue via la pluridisciplinarité de l’écriture, qui devient composite, aphone, décimée, anémiée.

Pour mieux détruire ce qui est le fer de lance de chaque Peuple, sa culture se trouve ici le jeu de cette insolence, où l’on voit ces jours désormais les œuvres classiques flouées de leur réalité par le viol de ces œuvres par tout ce qui reflète l’incapacité créative par excellence au nom d’une dilution primitive qui déjà avait bien commencé dans le cadre de la musique classique, et notamment de l’Opéra où se bousculent les destructeurs et les copieurs les plus triviaux que la Terre puisse porter.

Culture, histoire, identité, sont les cibles de la non existence, jusqu’à la voir ce jour influer pour remplacer les Peuples après que d’avoir légitimé les minorités sexuelles jusqu’en cette dérive totalement dénaturée qui est la procréation pour autrui, jusqu’à inventer des vaccinations massives contenant des produits cancérigènes et de l’aluminium pour tuer les enfants et leurs parents, jusqu’à légaliser l’avortement comme l’euthanasie systémique, voyant les Nations submergées par des esclaves à bas coût ayant plus de droit que les autochtones, égorgeant, pillant, massacrant, à l’image de leurs contemporains insinués dans toutes les Institutions des Etats pour complaire à leur désir de destruction totale de toutes les valeurs humaines, par une alliance perfide.

La désintégration ainsi s’avance, subversive, criminelle, revêtue du mensonge et de la propagande, initiée par la non-existence s’auto protégeant via des réseaux de pseudos sociétés de pensées, couveuses de son idolâtrie comme de sa confusion mentale, accueillant le néant retournant au néant par les viaducs institués de la perversité la plus ignoble, voyant, dernier combat de cette hydre, combattre l’enfance dans toute son innocence, la réduisant à ses vices, allant jusqu’à la sauvagerie de ses meutes ruisselant du sang de l’avenir de l’humanité.

On voit ici que le « progrès » enchanté par les licteurs de la non existence n’est pas un progrès mais bien une chute abyssale vers la matière brute, l’innommable,  une régression totale vers des temps anachroniques où on livrait au boucher au nom de pseudos religions et de pseudos croyances les êtres humains pour leur mise  à mort pour complaire à la bestialité et ses entreprises conquérantes.

Il ne faut pas se faire d’illusion concernant le potentiel de lutte des êtres humains face à cette collectivisation forcenée, où bientôt la reconnaissance faciale via l’intelligence artificielle, née d’esprits incomplets ayant besoin d’une cane pour marcher, - une intelligence artificielle qui doit être détruire dans ses applications nuisibles à l’Humanité  - verra tout un chacun connaitre l’épée de Damoclès au dessus de sa tête, une épée qui le détruira s’il cherche à se rebeller contre sa condition de larve devenue, tel qu’on peut le voir dans une Nation actuellement, où vous disposez un nombre de point vous permettant de vous juger, et très certainement, mais on le sait pas encore, vous liquider si vous n’en avez plus, afin de servir très certainement les réseaux de trafic d’organes légaux et autres.

La Désintégration est marchandisation, surveillance,  mise en place de la terreur, instrumentalisation du terrorisme, et en cela on ne peut la nommer que par son nom, la subversion, cette subversion qui depuis des décennies  lutte contre la vie, veut imposer ses rouages via des « ismes » totalitaires et dénués de tout fondement, car ne respectant en aucun cas la vie, en faisant croire l’inverse bien entendu, une subversion toujours née et attisée par la non existence, vivant comme le chiendent de la terre, en réduisant à l’esclavage soit économiquement, soit physiquement, pour faire prospérer son indigence intellectuelle la plus virtuelle, lui faisant accroire sont éternité sur cette Terre.

Tout un chacun comprendra ici, s’il n’est bubon de cette désintégration,  que sont les tenants et aboutissants de cette désintégration, et ce qu’il faut affermir pour lutter d’égal à égal contre cette subversion, par la restauration de la culture, par la résurgence de l’identité, par la remise en œuvre de lois naturelles, par l’élection et l’éviction par élection des déviants au service de la non existence, ceci est un travail de longue haleine, la moisissure de cette subversion touchant toutes les strates de la société comme de l’Humanité.

© Vincent Thierry

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Réslutats 1 - 9 sur 123