Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEVENIR arrow CIVILISATIONS
CIVILISATIONS
Constat PDF Imprimer Email
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:56
Constat

Voici que s’annoncent dans une planification précise les arcanes maîtresses de la naissance de l’Europe, dans le cadre du mondialisme qui se réalise sous nos yeux, sans que n’y participent ni les Peuples, ni les Etres Humains, ce qui peut apparaître des plus sidérants pour les défenseurs de la Démocratie. Encore une fois répéterons nous, mais quel mondialisme ? Celui de l’Universalité, ou bien celui du communisme déguisé sous les fards d’un capitalisme sauvage et agréé ? On est bien loin de l’universalité ce jour ou l’égoïsme parade sur tous les axes de la vie, un égoïsme forcené qui fait ressembler l’être Humain, non pas à l’Humain mais à un animal sauvage à peine dompté par une couche de civilisation, une pellicule sans propos devant l’ardeur du commun à se comporter comme seul et indivisiblement seul face aux autres qu’il ignore spontanément, ne mobilisant son attention que sur sa réussite et son « pouvoir », pouvoir concédé naturellement qui ne le mène qu’à la satisfaction de ses petites ambitions, qui pour les uns démesurées pour les autres amenuisées, toutes faces d’une même dissension voyant les uns comme les autres s’ignorer avec un mépris souverain et atavique. Nous sommes loin effectivement de l’Universalité, de ses fondements basés sur la solidarité et la complémentarité dans une voie symbiotique. Qu’en penser ? Sinon qu’il ne suffit de dire mais de perdurer notre volition pour qu’un jour s’agence sans mépris de l’Humain, de son Identité et de ses Existants, la vitale perception de l’Etre Humanité au delà des carcans nés de la cupidité et de la violence qui façonnent les lieux de notre Terre en ce jour. Et si les nombres s’inscrivent non dans la contemplation, mais dans l’action et précisément cette action, alors les fondements de la civilisation Universaliste verront le jour, maintenant à distance enfin ce mondialisme édulcoré qui lentement s’enfonce dans une auto satisfaction qui ne peut mener qu’à la ruine de l’Etre comme de l’Humanité.

Report

Here that announce themselves in a planning specifies the mysteries mistresses of the birth of Europe, within the framework of the mondialism which is carried out under our eyes, without neither the People taking part in it, nor Human Beings, which can appear more striking for the defenders of the Democracy. Once again will repeat, but which mondialism? That of the Universality, or that of the Communism disguised under the make-ups of a wild and approved capitalism? One is well far from the universality this day or selfishness parades on all the axes of the life, an exaggerated selfishness which makes resemble the Humain being, not with Human but with a savage animal hardly overcome by a layer of civilization, a film without matter in front of the heat of the commun run to be behaved like only and indivisibly only vis-a-vis the others which it is unaware of spontaneously, mobilizing its attention only on its success and its "capacity", naturally conceded capacity which leads it only to the satisfaction of its small ambitions, which for the ones disproportionate for the others reduced, all faces of the same dissension with a sovereign and atavistic contempt. We are far indeed from the Universality, its bases based on solidarity and the complementarity in a symbiotic way. What to think about it? If not that it is not enough to say but perdurer our volition so that one day is arranged without contempt of the Human one, of its Identity and its Existing, vital perception To be it Humanity beyond the yokes born of the cupidity and the violence which work the places of our Ground in this day. And if the numbers fit not in contemplation, but in the action and precisely this action, then the bases of Universaliste civilization will be born, maintaining remotely finally this mondialism edulcorated which slowly is inserted in a car satisfaction which can lead only to the ruin To be it like Humanity. © Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:15 )
Une main tendue vers l’Europe PDF Imprimer Email
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:55
Une main tendue vers l’Europe

Le sens de l’histoire en ses royaumes toujours se dirige vers l’accomplissement de l’Humanité, et ce ne sont les quelques dérives qui viendront taire cette mesure qui est un message comme une réalité. Faillite et démesure politiques sont des abstractions qui ne sont couronnées d’aucune perfection sinon celle du désir de perfection. Les événements de ces dernières années sont symboliques de cet adage. La vertu n’existe que si l’on peut comparer ses latitudes et son pouvoir. Et l’on ne saurait blâmer éternellement l’incapacité à reconnaître sa vivante dénomination lorsqu’elle se veut commune mesure d’un langage qui se dévoile et se force au réel après avoir commis dans l’inexactitude des desseins trompeurs qui portent aujourd’hui leurs fardeaux et leurs malheurs communs au delà du rempart d’un soupçon de maîtrise dans l’affinité même des alliances qui se conjuguent et se déterminent. L’erreur reconnue ne peut être l’objet du mépris et encore moins latitude de dénie. Ce jour voit une main tendue vers l’Europe que l’Europe ne peut ignorer sous peine de s’ignorer soi même ce qui serait grave. On peut pardonner des décisions hâtives, on ne doit pas pardonner aux tenants de l’insécurité la plus primitive comme la plus ignoble et ce serait faire le jeu de ces derniers tenants que d’ignorer la politique d’ouverture qui se commet de l’autre côté de l’Atlantique. Face à l’incommensurable défi lancé par l’extrémisme, il convient de coordonner les efforts de chacun dans le cadre d’un concert qui ne soit pas une cacophonie mais symbole d’une unité élargie qui ne soit pas le produit d’une maîtrise unique mais partagée et respectueuse de ses partenaires. La coordination des efforts de chaque pays Occidental face au défi extrémiste est une priorité absolu, ainsi et dans le cadre de la cohésion pré citée l’Europe ne doit pas ignorer la main tendue des Etats Unis, afin de parfaire les conditions souveraines de la survie de nos valeurs communes. Nous ne pouvons continuer à nous ignorer éternellement, notre devenir commun est à ce prix et nous ne pouvons nier que le Président des Etats Unis en exercice depuis son nouveau mandat a fait ce pas de rapprochement, un premier pas que nous ne devons mépriser, afin que l’union des femmes et hommes de bonne volonté puisse permettre, c’est le souhait le plus profond que l’on peut émettre, d’éradiquer le fléau que représente l’extrémisme pour le devenir de l’Humanité. © Vincent Thierry




A hand tended towards Europs

The direction of the history in its kingdoms always moves towards the achievement of Humanity, and in fact the few drifts will come to conceal this measurement which is a message like a reality. Bankruptcy and disproportion policies are abstractions which are crowned of no perfection if not that of the desire of perfection. The events of these last years are symbolic systems of this proverb. The virtue exists only if one can compare his latitudes and his capacity. And one could not eternally blame the incapacity to recognize his alive denomination when she wants to be common measurement of a language which is revealed and forced with reality after having made in the inaccuracy of the misleading intentions which carry their burdens today and their misfortunes common beyond the rampart of a suspicion of control in the affinity even of alliances which are combined and are determined. The recognized error cannot be the object of the contempt and even less latitude of denies. This day sees a hand tended towards Europe which Europe cannot be unaware of under penalty of being unaware of oneself even what would be serious. One can forgive of the hasty decisions, one should not forgive with holding of the most primitive insecurity like most wretched and it would be to only make the set of the holding latter be unaware of the policy of opening which is made on the other side of the Atlantic. Vis-a-vis the incommensurable challenge launched by the extremism, it is advisable to coordinate the efforts of each one within the framework of a concert which is not a cacophony but symbol of a widened unit which is not the product of a control single but shared and respectful of its partners. The coordination of the efforts of each Occidental country vis-a-vis the challenge extremist is a priority absolute, thus and within the framework of quoted cohesion pre Europe should not be unaware of the tended hand of the United States, in order to perfect the sovereign conditions of the survival of our common values. We cannot continue to ignore us eternally, our to become common is at this price and we cannot deny that the President of the United States in exercise since his new mandate took this step of bringing together, a first step which we should not scorn, so that the union of the women and men of goodwill can allow, it is the major wish that one can emit, of éradiquer the plague that the extremism represents to become it of Humanity. © Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:15 )
La Voie du Guerrier PDF Imprimer Email
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:54
La Voie du Guerrier

La Voie du Guerrier doit être le devenir de nos âges, sans concession, sans atermoiements, sans peur et sans états d’âme. Guerrier de la Paix s’entend, face à cette dissonance conjoncturelle à laquelle on assiste, où la mort parade dans ses exactions les plus démesurées, les plus lâches et les plus serviles. Voie majeure s’il en fût qui doit être l’apanage de chaque Etre Humain qui combat pour la Vie, par la Vie et pour la Vie, au delà des monumentales abstractions qui stipendient l’individu et le réduisent à sa plus simple expression, celle de l’esclave, esclave politique ou religieux, esclave sans nom et sans devenir qui ne doit être que soumission, parjure et litanie de sa propre insuffisance. La Voie est là, juste, souveraine, et n’a pas besoin d’être acclimatée, elle est en nous l’équilibre fondamental qui balaiera à jamais la désinence des assassins qui paradent et justifient leur crime au nom de devises acclamées par les supports de l’atrophie, celles qui se justifient dans l’inexactitude et ses énormités, ses infirmités impavides qui depuis des siècles martyrisent le Vivant pour de communes menstrues qui enchantent leurs prouesses inhumaines, ces prouesses qui se chantent, se content et que chacun des tenants et aboutissants de leurs promesses scandent dans des à propos dont l’histoire témoigne, légitimité de sang et de martyrs, légitimité de consonances déguisées qui toutes recherchent sous le halo de la pernicieuse contemplation les mobiles d’un pouvoir qui ne serait être contestée, un pouvoir bâti sur la haine de l’autre, la haine univoque qui invite au massacre, à la folie la plus pure qui marque de ses faits les jours qui nous sont communs, ce jours où l’on voit le terrorisme se rendre maître d’un champ de bataille qui n’est pas un champ de guerre mais un champ de Vie, un champ qui n’a rien demandé et ne s’est pas invité dans leurs querelles stipendiaires qui ne recherchent que la suffisance, l’arrogance et le pouvoir. Démoniaque enchaînement qui n’a pas de nom dans ce siècle qui s’ouvre sur l’Humanité, non l’humanité féodale, mais l’Humanité conquérante, affermie et souveraine qui n’a besoin de fermer les yeux pour regarder le réel et au delà du réel, qui n’a besoin de se prosterner pour s’élever, qui n’a besoin de s’affliger pour communier avec son espèce, une Humanité qui ne doit souffrir de cet anachronisme auquel on assiste, et contre lequel chaque élément constituant de sa pérennité se doit de lutter avec efficacité. Car que sera le monde si une quelconque idéologie le domine ? Un champ de concentration comme l’Humanité n’en a jamais vu, où le nom humain disparaîtra pour faire place à cet esclave nommé en préambule, n’ayant que pour fonction vivante le service, service d’une idéologie ou d’une foi, service où disparaîtront à jamais les noms mêmes de la Science, de la Philosophie, des Arts, champ servile où la fonction vivante disparaîtra pour laisser place à l’adoration de la mort et de ses aisances, au nom de qui ? au nom de quoi ? de tyrans implacables contre lesquels se dresseront un jour ou l’autre les composantes Humaines, mais quand ? Ainsi plutôt que de laisser une situation pourrir est il préférable pour chacun d’entre nous de se dresser immédiatement contre l’ignominie et non d’attendre que l’ignominie devienne pouvoir. Chacun en ses facultés, chacun en sa viduité et ses possibilités, dans le cadre démocratique qui nous tient lieu et que nous ne céderons pas devant le chantage instauré, en agissant individuellement mais principalement au niveau de tous les élus des pays démocrates, afin qu’ils se commettent et initient dans le cadre des corps des Etats une réponse appropriée à la barbarie, en instaurant des lois signifiantes et des process internationaux privilégiés permettant de lutter efficacement contre ce fléau mondial, par mise en œuvre de cellules interdépendantes offensives et coordonnées par partage de moyens et d’informations, ayant pour mission principale l’infiltration des milieux composites et la désintégration de ces milieux. Voie guerrière s’il en fut nécessaire à la préservation de la Paix internationale.



The Way of the Warrior

The Way of the Warrior must be to become to it our ages, without concession, excuses, fear and states of heart. Warrior of Peace gets along, vis-a-vis this dissonance of the economic situation to which one assists, where death parades in its disproportionate exactions, more the most servile cowards and. Way major if it of were which must to be prerogative of each Being Human which fights for the Life, by the Life and for the Life, beyond the monumental abstractions which stipendient the individual and reduce it to its simpler expression, that of the slave, slave political or religious, slave without name and becoming who should be only tender, perjury and litany of his own insufficiency. The Way is, right, sovereign there, and does not need to be acclimatized, it is in us the fundamental balance which will sweep forever the ending of the assassins who parade and justify their crime in the name of currencies acclaimed by the supports of the atrophy, those which are justified in the inaccuracy and its hugenesses, its infirmities impavides which since centuries martyrisent the Alive one for common menses which enchant their inhuman prowesses, these prowesses which are sung, content and which each of holding and outcomes of their promises stress in by the way whose history testifies, legitimacy of blood and martyrs, legitimacy of consonances disguised g halation of pernicious contemplation mobiles of a capacity which would not be to be disputed, a capacity built on the hatred of the other, the univocal hatred which invites to the massacre, with the purest madness which marks its facts the days which are common for us, this days when one sees terrorism being made main of a battle field which is not a field of war but a field of Life, a field which did not require anything and did not invite itself in their mercenary quarrels which seek only sufficiency, the arrogance and the capacity. Démoniaque sequence which has not name in this century which opens on Humanity, not feudal humanity, but the conquering Humanity, strengthened and sovereign which has need to close eyes to look at reality and beyond reality, which does not need prosterner to rise, which does not need to be afflicted for communier with his species, Humanity which should not suffer from this anachronism to which one assists, and counters which each constituting element of his perenniality must fight with effectiveness. Because what will be the world if an unspecified ideology dominates it? Did a field of concentration like Humanity never see some, where the human name will disappear to make place with this slave named in preamble, having only for alive function the service, service of an ideology or a faith, service where will disappear forever the same names from Science, Philosophy, from Arts, field servile where the alive function will disappear to leave room to the worship of dead and its eases, in the name of which? in the name of what? tyrants relentless against whom will draw up themselves one day or the other the Humaines components, but when? Thus rather than to let a situation rot it preferable for each one among us is to be immediately drawn up against the ignominie and not to wait until the ignominie becomes capacity. Each one in its faculties, each one in its viduity and its possibilities, within the democratic framework which holds us place and which we will not yield in front of the founded blackmail, while acting individually but mainly on the level of all the elected officials of the democratic countries, so that they are made and initiate within the framework of the bodies of the States an answer appropriate to cruelty, by founding meaning laws and of the privileged international processes making it possible to fight effectively against this world plague, by implementation of interdependent cells offensive and coordinated by division of means and information, having for principal mission the infiltration of the composite mediums and the disintegration of these mediums. Warlike way if it were necessary to the safeguarding of international Peace.

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:16 )
Devenir de l’Enfance. PDF Imprimer Email
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:53
Devenir de l’Enfance.

Qu’une seule minute s’interrompe l’activité de l’Humain pour le recueillement, le recueillement en Dieu pour tous ces enfants cruellement frappés à travers le monde par les désirs de gloire ou de vengeance, par les désirs de la terreur qui se veut idole de nos heures de vivant, une minute seulement pour les enfants de Palestine, pour les enfants d’Israël, pour les enfants de Bosnie, pour les enfants de Tchétchénie, pour les enfants d’Osténie, pour les enfants Irakien, pour les enfants Afghan, pour tous les enfants de ce monde qui meurent sous les coups de la vanité, de l’orgueil et de l’incommensurable passion, pour tous ces enfants qui ne demandaient qu’à vivre, s’épanouir, rire et s’émerveiller, pour ce devenir de nos âges qui ne l’est plus en ce qui les concerne, qu’une minute nos pensées aillent vers eux et ce tournent vers les Vivants, ceux envers qui nous sommes redevables d’un monde qui ne connaîtra plus la terreur, la peur, et le désespoir, car lorsqu’un enfant pleure, c’est une partie du monde qui s’effondre, car lorsqu’un enfant meurt, c’est un monde qui disparaît, ne l’oublions jamais, ne l’oublions pas, et qu’en la volonté se dresse la volonté pour taire à jamais l’ignominie, le terrorisme, qu’il soit d’état ou individué au nom d’une religion, d’un principe ou d’une politique, que la mesure reprenne conscience de l’Ordre immuable, que la Vie va vers la Vie et qu’elle ne peut s’encombrer plus avant des souffles de la mort et de leurs enseignes, dès lors que se lèvent les armées de la Vie, que se taisent les aveugles, et que l’Humain s’éveille afin de terrasser ce contre sens de la nature que représente la terreur qui n’a pas lieu d’être dans notre monde qui lentement s’unifie afin d’orienter ses vœux au delà de son cœur, en l’espace et ces mondes multipliés, ses galaxies et ses amas de galaxies qui seront chant d’œuvre de l’Humain, que l’esprit conquérant s’éploie en leurs rives, mais cesse de confluer dans un passé d’inexpérience, l’avenir est à la Vie, à son potentiel d’épanouissement et de transcendance, et non dans les augures de mystiques politiques ou religieuses vouées à la haine, au débordement, à la mort et ses enseignements, troubles sans finalités contre lesquels doivent s’élever en puissance toutes voix de la Vie afin de ne leur rendre que les fanions de leur puissance, la poussière et les tombes, afin que leur anachronisme ne vienne détruire le chant de la Vie, le chant de l’Enfance qui ne l’oublions jamais est notre devenir et le devenir de la Vie… © Vincent Thierry

To become Childhood.

That only one minute stops the activity of Human for meditation, meditation as a God for all these children cruelly struck throughout the world by the desires of glory or revenge, by the desires of the terror which wants to be idol of our hours of alive, one minute only for the children of Palestine, for the children of Israel, for the children of Bosnia, for the children of Tchetchenie, for the children of Ostenie, for the children Iraqi, for the children Afghan, for all the children of this world who die under the blows of vanity, pride and incommensurable passion asked that to live, open out, laugh and be filled with wonder, for this becoming our ages which is not to it any more in what relates to them, that one minute our thoughts go towards them and this turn towards the Alive ones, those towards which we is indebted of a world which will not know any more terror, the fear, and despair, because when a child cries, it is part of the world which breaks down, because when a child dies, it is a world which disappears, never forget it, let us not forget it, and that in the will the will draws up to conceal forever it of a principle or a policy, that measurement takes again conscience of the immutable Order, that the Life goes towards the Life and that it cannot be encumbered more before breaths of died and their signs, since the armies of the Life rise, that the blind men keep silent themselves, and that the Human one wakes up in order to embank it against direction of the nature which the terror represents which does not take place to be in our world which slowly unifies in order to direct its wishes beyond its heart, in multiplied space and these worlds, its galaxies and its galaxy clusters which their banks, but cease to join in a past of inexperience, the future is with the Life, its potential of blooming and transcendence, and not in the omens of political or religious mystics dedicated to hatred, the overflow, with died and its lesson, turbid without finalities against which must protest in power all voices of the Life in order to return only the flags of their power, dust and the tombs to them, so that their anachronism does not come to destroy the song of the Life, song of Childhood which never forget it is our to become and become to it Life…© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:16 )
Reveil Templier PDF Imprimer Email
CIVILISATIONS
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 19:53
Reveil Templier

De signes la volonté qui se doit imperturbable par ces chemins dont la densité explose des ramifications troublées, faut il marcher de marche haute, sans faiblesse aucune devant ce combat qui s’offre afin d’advenir la pérennité des Chants Humains, par delà les trivialités de la reptation et de ses orgiaques demeures, alors que l’Humain devient animal et que dans une agressivité forcenée il se détruit et détruit les Chants de sa sphère d’accueil, alors que dans ses cristallisations il inverse le sens de la Voie et se corrompt indéfiniment dans de stridentes inharmonies où le nom de la Spiritualité disparaît à jamais pour ne plus faire place qu’à ce magma informe où rugissent en chœur les meutes assoiffées de pouvoirs et de prébendes, ces meutes qui ont infiltré le sens même de l’Humanité pour en circonvenir à leur profit les diamantaires éclosions, épreuves majeures pour les temples parmi les temples dévoyés qui sèment la folie de leurs ramures dans un esprit conquérant de destruction qui immole le nom de l’Humain, son Identité, sa vitalité, épreuves majeures pour les sources parmi les sources cachées qui bruissent de dysharmonies et dont les sèves lentement pourrissent le Chant Humain, épreuves encore pour ces cercles et cénacles parmi les cercles et cénacles sans lendemain qui ne sont que l’apparence d’énergies nocturnes contre lesquelles chaque alchimiste de la pensée se doit de se battre, leurs follicules désincarnées ne représentant qu’une minorité agissante dont le souffle doit être tari à la source même de son injonction, parmi les sociétés de pensées, discrètes et secrètes, clameurs associées aux élégances trompeuses fortifiant le venin d’infiltrés dont le désir tait la Lumière faute à leur encontre de trouver, non seulement passants les arcanes d’un Pouvoir, mais le chœur souverain d’une force impartiale permettant de lutter afin de destituer leurs écumes moirées de cendres, action qu’il convient de signifier par delà les méandres afin de rétablir le but limpide de la pérennité et de son horizon, d’universelle condition l’ascension de l’Etre Humain et non sa déperdition, en oeuvrant par cooptation, insinuation jusqu’à ce que l’équilibre franchi la Voie de nouveau rayonne au delà de la conceptualisation dans une réalité foudroyant toute velléité tendant a destituer son œuvre de Vie pour la Vie et par la Vie !



Templier Fights

Signs the will which must imperturbable by these ways of which the density explodes of the disturbed ramifications, is necessary it to go of high walk, without weakness none in front of this combat which is offered in order to occur the perenniality of the Human Songs, across the commonplaces of the snaking and of its orgiaques residences, whereas the Human one becomes animal and that in an exaggerated aggressiveness it destroys and destroys the Songs of its sphere of reception, whereas in its crystallizations it reverses the direction of the Way and corrompt indefinitely in strident disharmonies where the name of Spirituality disappears forever not to make place more that with this magma informs packs assoiffées of capacities and emoluments, these packs which infiltrated the direction even of Humanity to thwart of them with their profit the diamond cutters blossomings, major tests for the temples among the canted temples which sow the madness of their foliages in a conqueror spirit of destruction which immole the name of Human, its Identity, its vitality, tests major for the sources among the hidden sources who bruissent dysharmonies and whose saps slowly rotted the Human Song, tests still for these circles and coteries among the circles and coteries without a future which are only the appearance of night energies against which each alchemist of the thought must their follicules désincarnées representing only one acting minority whose breath must be dried up with the source even its injunction, among the companies of thoughts, discrete and secret, clamours associated with misleading elegances strengthening the venom with infiltrated whose desire conceals the Light fault from their opposition of finding, not only busy the mysteries of a Capacity, but the sovereign chorus of an impartial force allowing to fight in order to relieve their moire scums of ashes, action which it is advisable to mean across the meanders in order to restore the limpid goal of perenniality and its horizon, universal condition the rise Human Etre and not its insinuation until balance crossed the Way again rayon beyond the conceptualization in a reality striking down any inclination tending has to relieve its work of Life for the Life and by the Life! © Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:16 )
<< Début < Précédent 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 Suivant > Fin >>

Réslutats 352 - 360 sur 365