Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Le réveil
Le réveil PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 19 Octobre 2013 à 11:51

Le réveil

 

Quelques nouvelles de cette petite Terre où semblent se réveiller les Peuples : « Les événements se suivent dans la dissonance, l’incapacité et la dérive de la flagellation. On pourrait s’en amuser, mais c’est d’une tristesse sans commune mesure. L’agitation est à son comble pour conserver sur le territoire des immigrés sans papiers, qui mentent sans la moindre honte pour obtenir la Nationalité Française, à défaut un titre de séjour, et ce au détriment d’impétrants qui, dans la franchise, obtiennent, ou non d’ailleurs, ce titre de séjour où notre Nationalité. La subversion bat son plein dans les lycées où les jeunes sont embrigadés pour tenir tête à l’État afin de conserver une de leur camarade qui n’a aucun droit légitime à rester sur le sol de notre Nation. Et la culpabilisation bat son plein sous le régime de cette subversion qui pourrit l’éducation Nationale jusqu’à la moelle. On pourrait tomber dans ce panneau indicible parfaitement orchestré qui laisserait apparaître un pouvoir fort qui applique sévèrement les règles admises en matière de régularisation. Cela n’est qu’un leurre pour faire venir les voix qui partent au front National sur cette écurie que l’on nomme le socialisme qui n’est autre qu’un des doigts que l’usure manipule, qui a tant besoin d’esclaves, l’un des autres doigts étant l’UMP avec ses dissonances particulières, voyant ce dernier parti jusqu’à acheter l’idéologie de Pêche, Chasse et Nature, qui se présente désormais comme un rempart au Front de la Nation. On rit vraiment de cette dérive totalement anachronique alors que la devise est là, dans sa définition la plus perfide, celle d’un rempart, un rempart contre les citoyennes et les citoyens qui se respectent et veulent que la France soit respectée. Un rempart donc, nouvelle dénomination de l’antique front républicain qui n’est que le paravent de toutes les loges maçonniques subverties, poisseuses de leurs affaires, de leurs rites désuets, de leurs dérives sectaires, de leurs appropriations indues, tout un fleuve de magouilles pestilentielles que les francs-maçons pervers ne voudraient en aucun cas faire découvrir au Peuple de France dont ils attirent les voix par des illusions, des promesses, tout un nectar de floralies qui n’est que le respire d’orties. Et on radote dans les coursives sur Lampedusa, sur les hordes exogènes qui sont incapables de combattre chez elle afin d’y apporter un semblant de démocratie et qui s’imaginent dans leur lâcheté trouver le paradis dans un pays comme le nôtre qui prend l’eau de toute part au nom de l’hominien, au nom de droits inexistants qui sont le panache de la servitude, de l’esclavagisme le plus purulent que l’Être Humain ait connu sur cette Terre voyant se partager les multinationales, en mettant au pouvoir des hommes de pailles, franc-maçon de pacotille, les ressources de tant de Nations que le compte est loin d’être fait, spoliant à la fois ces Nations et la nôtre en ne reversant ni impôt ni quoi que ce soit, et ce dans un aveuglement sectaire et primaire. Et on prend dans un gestuel sorti de l’Institut Tavistock des poses, on brame, on rugit, on se met le menton en l’air, pour nous faire du sinistre naufrage l’objet d’une culpabilisation qui n’a pas lieu d’être et qui doit être renvoyé à celles et ceux qui organisent le fléau de l’immigration, tout d’abord l’ONU, ensuite les marchands d’esclaves, enfin les acheteurs de ces esclaves, grande entreprise comme petite entreprise, tout un éventail qui se gausse dans le patronat le plus abject qui soit, fort heureusement non encore majoritaire, mais cela sera, tellement la bêtise est l’objet de toutes les bassesses, de toutes les cacophonies, de toute cette errance qui voit disparaître nos entreprises au nom d’un libre marché qui n’est que celui de l’esclavagisme, au nom de la diversité obligatoire, au nom du métissage œcuménique qui est la nouvelle religion de cette brutalité ignoble qui sévit, viole à tour de bras les Peuples, dans une frénésie bucolique qui voit ces insinuants se réunir dans les loges avariées, la fétidité de sociétés de pensées boulimiques de destruction, tout un aréopage de traîtres, de veules, de chiens domestiqués par l’usure, qui se veulent nos maîtres. En panache l’illégalité qui devient la légalité dans notre Nation, voyant jusqu’à notre gouvernance en contradiction avec les déférences de l’ONU vis-à-vis de la Syrie, continuer à livrer des armes à des mercenaires sans foi ni loi, dont quatre cents « Français », qui voit l’exogène devenir le phare de notre Peuple et mieux traité que le Peuple lui-même, l’exemple des ROMS est caractéristique les voyant toucher 75 euros par jour toute la durée de leur séjour, l’exemple des retraités exogènes n’ayant jamais travaillé en France et verser la moindre cotisation toucher une retraite de 700 euros et 1 500 euros pour un couple, l’exemple des parents exogènes des enfants qui ne vivent pas en France et ne sont pas naturalisés Français toucher des allocations familiales, et le pire de tous ces exemples, par l’intermédiaire de cette folie que l’on nomme l’AME, voir le monde entier se faire soigner gratuitement en France – et ici on se posera la question du « trou » de la sécurité sociale -. Les exogènes coûtent 54 milliards d’euros par an à la France, et rapportent combien ? Rien, puisque les multinationales qui travaillent dans leur Nation et les essorent de leurs matières premières ne reversent rien à l’État, où si peu. Ceci est un désastre pour notre Nation, qui devient ici une porte ouverte pour tous les communautarismes les plus virulents qui désormais font la Loi dans notre Nation. Les zones de non droit y sont de plus en plus forgées par, notamment, les réseaux de la drogue, qui alimentent le pourrissement de nos citoyens et, qui au nom de la paix sociale, ne font l’objet que de quelques interventions. Marseille est devenue un stand de tir, là où tout un chacun connaît les tenants et les aboutissants, là où il convient que la Légion Étrangère intervienne pour remettre de l’ordre définitivement. Croyez-vous que cela soit fait ? Bien au contraire, la justice investie par la subversion relâche les impénitents qui ne sont pas passibles de cinq ans de prison dans les rues pour poursuivre dans l’irrespect total des Lois leurs manœuvres de grande envergure, qui conjointement au trafic de drogue, sont celles du renforcement des forces islamistes, aidé en cela par certaines Nations qui donnent des « chances » à certains jeunes qui seront les fers de lance de la destruction de notre Nation pour y imposer la Charia et autre, et par ces minables élus qui cautionnent la construction de mosquées et la destruction des églises. Et ces zones de non droit sont alimentées en armes comme il n’est pas permis de le croire, alors que le Français n’est pas armé. Il y a là demi-mesure et mesure, on se comprend. Il faut effectivement comprendre que là sont les réserves armées de la subversion qui dans sa morgue et pour conserver le pouvoir n’hésitera pas à se servir des fauves qui règnent sans partage sur ces zones de non-droit. Notre Nation est devenue une jungle où la férocité l’emporte sur tout ce qui est noble, sur tout ce qui a le sens de l’honneur, sur tout ce qui est la franchise, sur tout ce qui est la beauté, sur tout ce qui est l’harmonie, sur tout ce qui est sacré. Les églises sont incendiées, les cimetières catholiques réduits à l’état de loques, aux fins d’y récupérer les métaux des croix, le marbre, et les matières premières, nos morts ne reposent plus en paix, ils sont eux-mêmes comme notre Peuple devenu violé par la barbarie la plus putride. L’injure et l’invective envers notre Peuple sont devenues le bréviaire des communautarismes sans fin, réclamant toujours plus de droit que les autochtones, encore et encore, jusqu’à leur ensevelissement même dans l’abjection de lois putrides de sa réalité. Car que voyons-nous aujourd’hui ? Sinon un Peuple dont la débilité mentale atteint son paroxysme : l’informe a remplacé la forme, l’obésité la sveltesse, la laideur la beauté, l’assistanat la création, le mendiant l’Être debout qui se respecte et se fait respecter, un Peuple prêt pour l’euthanasie, allant jusqu’à défendre un lâche assassin ayant tué de vieilles personnes aux motifs d’un « acharnement thérapeutique ». Qu’en sait ce tueur ? Il faut être passé par des douleurs extrêmes pour savoir ce qu’est la douleur, et la résistance humaine à la douleur. Et ce que ne sait pas ce meurtrier, c’est que la Vie veille toujours en ce petit monde en son support quel que soit l’âge, quelle que soit la souffrance, et que rien ni personne ne doit ôter la Vie à qui que ce soit, quel que soit son état physique, le mental étant toujours plus fort que le physique, et dans cette considération source de toute possibilité de Vie, quelle que soit la disponibilité du corps qui n’est qu’un véhicule. De quel droit donc, ce meurtrier s’est-il institué tueur dans le plus vaste mépris du serment d’Hippocrate « Au moment d'être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité. J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. Admis dans l'intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l'intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission. Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés. J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité. Que les hommes et mes confrères m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j'y manque. ». On voit là la perfidie des corps médicaux qui osent porter le crime en étendard en défendant cet instrument de la mort, tout droit sorti des loges noires de cette obédience totalement avariée qui règne en maîtresse sur notre Nation. Mais il faut bien entendu s’agenouiller devant cette imposture, ce traitement indigne envers l’Être Humain, au nom de la productivité ? Non point, au nom de l’AME qui voit les lits de nos hôpitaux envahis par toute la misère du monde, lits qui doivent être évacués au plus vite par les autochtones afin de faire place à cette misère. Ainsi on tue dans notre Nation, non comptant de violer systématiquement notre Peuple, on tue notre Peuple et tout un chacun doit accepter l’intolérable tolérance envers tout et n’importe quoi. On tue doublement par l’utilisation de la chimiothérapie massive contre laquelle mettent en garde tous les Instituts de recherche qui se respectent, et d’ailleurs il faut tout de même prendre exemple, en Israël seuls 10% des cancéreux sont traités par la chimiothérapie. Alors, affaire d’argent, de gros sous, non pas simplement, surtout le meurtre légalisé de notre Peuple, voilà ce qu’il faut démontrer, alors qu’aux États Unis, en Australie on soigne pour partie les cancers avec de la vitamine C à haute dose, ainsi que de la vitamine B17 d. Il suffit donc de cette pantomime de la mort qui œuvre et se glorifie, il est temps d’y mettre un terme et prendre enfin conscience que l’Être Humain n’est pas un morceau de viande, mais bien au contraire une énergie en puissance qui n’est pas là par hasard mais par nécessité constructive de notre monde. Le meurtre ne doit donc en aucun cas être autorisé sinon que le suicide dûment qualifié dans un état conscient avant la naissance d’une maladie invalidante quelconque, le reste n’est que miroir de cette horreur sans nom qui pour mettre en place la servilité viole les Peuples par immigration massive, et tue les Peuples par avortement légalisé, et demain par euthanasie légiférée. Il n’y a que les aveugles pour ne pas voir cette rouerie, cette perfidie, ce langage de barbare qui se déguise sous les obséquiosités, l’hypocrisie la plus venimeuse, le délire permanent de s’accroire la vérité avec un éventail d’experts qui ne sont que des pantins que l’on paie pour leur silence et leur mensonge tel cet organisme ridicule qui fait des siennes à l’ONU en inventant un réchauffement planétaire dû à l’activité humaine, alors qu’il est du à la fois aux éruptions solaires et au mécanisme classique d’inversion du champ magnétique terrestre. La barbarie ici à un nom, le déversement sur toutes Nations d’un épandage à base baryum, de titane, d’aluminium, soit disant pour lutter contre les effets du soleil, ce qui n’est pas le cas, car cela ne sert à rien, à rien, sauf si l’on veut rendre la masse des individus amorphe, totalement déconnecté de la réalité, par défaut de cognition engendrée par ce fléau, qui représente tout de même 90 millions de tonnes d’épandage par jour ! Civilisation de la mort. Nous sommes en plein dans ce réseau de l’empuantissement, de la dégradation volontaire des capacités humaines, nous sommes dans l’apogée de la larve dont le sommet est atteint par les Femem, et non seulement par ces genres dont l’idiotie est utile, mais par la panoplie que nous pouvons croiser, celle de tous les ignorants du réel qui, les écouteurs dans les oreilles s’enchantent de concerts débiles, qui nonobstant cette débilité vont leur procurer de belles tumeurs au cerveau afin qu’ils soient liquidés plus vite. Qui a mis au point toute cette stérilité ? Sinon que les parodies de loges discrètes qui sont en moisson d’ordres iniques en provenance de sectes particulièrement ténébreuses qui font fi de la réalité Humaine en résultante de la défense de leurs petits profits, profits inexistants d’ailleurs, car sans support d’existence, en aucun cas l’or, mais la dette, cette illusion qui force à l’admiration tellement elle est bête et issue d’esprits atrophiés. Dans ce cauchemar la France se réveille lentement mais sûrement, et ce résultat partiel voyant le front bleu se dresser sur l’horizon nous laisse augurer un avenir meilleur, un avenir dans lequel s’engouffre une élite de la pensée qui ne s’est pas laissé corrompre par l’illusion et ses donneurs d’ordres, ces banquiers discrets qui prennent la mesure de l’esclavage comme un paysan voit pousser son blé avant que de le faucher sans discrétion. Des réunions sans fanfares permettent de voir que le public est jeune, ce qui est manifestement autorité sur l’avenir, des jeunes qui demain auront à triompher contre les ambitions de la barbarie et de sa démesure. Je pense là notamment à une réunion avec Aymeric Chauprade, géopoliticien de renommée mondiale, évincé de l’école de guerre par un aréopage à la solde de la désintégration, où 90% du public n’avait pas trente ans. Aymeric Chauprade ne s’est pas laissé bercé par les illusionnistes et a rejoint le front bleu dans un désir d’engagement de ses capacités à l’usage du Peuple de France. Cela est à remarquer avec intérêt. Nous rappellerons ici le suicide martial et héroïque de Dominique Venner pour que notre Nation se réveille de sa torpeur, qui, aboutit à cette force qui se lève, une force que rien ni personne ne pourra détruire, aucunes lois, aucune menace, aucune arrestation arbitraire, aucune mise au cachot, aucun assassinat, car cette force est la force de la tradition qu’intuitivement la jeunesse rejoint, levant le voile des illusions d’une histoire asservit à la domesticité afin de cacher le crime dans toute sa violence, sa profanation, sa démence. Aujourd’hui tout un chacun peut voir ce qui existe et non ce que l’on insiste à faire accroire, il est trop tard pour les illusionnistes de tout bord qui joue aux marionnettes et qui se révèle au grand jour dans leur faconde, ce front « républicain » qui relève de l’abjection la plus putride car voulant cachant ses vices et ses crimes au Peuple de France. Et ce ne sera ce « rempart », nouvelle création des débiles mentaux qui s’imaginent que ce terme sera le terme de toute équivoque, alors qu’en fait, à trop vouloir, il peut être repris d’une autre manière, car le rempart de la France et du peuple de France, n’est-ce pas, dans ce monde répugnant de convoitises partagées par l’adultère compromission, au détriment des Peuples, n’est-ce pas dans cette « europe » du goulag où se gargarisent tous les indigents, les prosternés, les attablés au banquet des marchands du temple, n’est-ce pas dans notre France soumise à la soumission, à la flagellation, à la reptation, au masochisme le plus insinuant, n’est-ce pas donc ce front de la France qui s’avance, ne plie genoux devant la constellation de la barbarie, devant l’illumination la plus vile d’acteurs insensés qui se prosternent devant Mamon ? Bien sûr que si, pour tout esprit qui se respecte et ne se morfond dans la bassesse et ses lubricités les plus criminelles, bien sûr que si. C’est là que l’on voit que lorsque le voile se déchire, la subversion est à court de vocabulaire, car que connaît-elle d’ailleurs au vocabulaire, ses élytres ne possédant que cinq cents mots pour s’exprimer, ses écoliers, lycéens, universitaires ne sachant parler qu’avec difficulté et parallèlement ne sachant pas écrire, ni lire pour la plupart, pauvres créatures immolées par la déjection de l’usure qui voudrait initier une religion laïque ! Faut-il s’entendre sur ce terme qui est celui de la soumission aux communautarismes que la France en son peuple rejette, car cette religion que fait-elle sinon que rendre la population de souche aux avanies des citoyens de seconde zone qui se doivent de disparaître pour faire place à la boue, intellectuelle, à l’oubli spirituel, au métissage obligatoire, à toutes ces lubies de la démence qui agite les thinks tank, les loges avariées, dont les loges noires insinuent l’Élysée ce jour. Résumons donc. La France se réveille, ses élites prennent mesure de son essor qui ne pourra être que dans l’accomplissement de son peuple, qui ainsi pourra accomplir les autres Peuples, et s’engagent sur ce chemin qui n’est pas celui de la division du Peuple, le fameux janus agité par la même main qui est celle de l’usure, mais de son unité, intellectuelle, spirituelle, physique, intuitive, et cela au grand dam de ce janus précité qui tout de suite fait rempart à la voix du Peuple, la vox populi qui est l’ordonnance même du pouvoir qui n’appartient qu’au Peuple et en aucun cas à des oligarchies pour la plupart serviles de l’usure. La force en mouvement n’est pas celle présentée par tous les médias erratiques, qui ne voient que des vieillards dans les rangs de ce front, mais bien par une jeunesse qui fait fi des mensonges institués depuis deux cents ans par cette fourberie représentée par une « république » qui n’en est pas une mais un masque pour cacher le pouvoir pris par violence, vol, abus de confiance, par l’usure et ses féaux. Cette jeunesse ne s’initie plus dans son vocabulaire crasseux, dans cette fiente intellectuelle qui lui sert de support, dans son histoire réécrite et putride qui cache ses crimes les plus inimaginables, jamais jugés ce jour mais qui le seront, n’en déplaise car cent cinquante millions de morts, cela n’est pas un génocide mais bien pire un crime contre l’Humanité qui dépasse toutes les exactions que l’on peut voir se commettre ce jour. Cette jeunesse intuitivement, intellectuellement se ressaisit de cette torpeur dans laquelle on veut l'endormir, l’annihiler, et se redresse, et ce naturellement, car on ne s’attaque pas à la Vie comme cela, elle se défend, tant dans ses pousses individuelles que dans ses pousses collectives qui sont pour ces dernières représentées par les Peuples. Les Peuples sont rémanences de leur Histoire, avec un H majuscule, et cette rémanence en France ne doit que bien peu de chose à cette « république » du Grand Orient, mais tout à l’expression de sa Royauté, de sa fidélité, de son honneur, à la cause de l’Humanité, qui n’est pas celle de sa mise en esclavage, mais bien au contraire de son élévation. Cette rémanence, malgré les bruits parasites lentement surgit mais sûrement va se décupler, car l’intolérable tolérance a été dépassée depuis 1973, voyant notre Pays obligé par des lois iniques d’emprunter sur des marchés financiers pourris, voyant notre Nation submergée par des invasions exogènes autorisées par un Patronat à la solde de la subversion, voyant ce jour une France exsangue sucée jusqu’à la moelle par les flux exogènes et les flux monétaires, et pire encore en abandon de sa souveraineté à ses geôliers qui pavanent en toute impunité dans cette Europe qui n’a rien de celle que prévoyait Coudenhove Kalergi qui voyait, au-delà de son fédéralisme compréhensible pour l’époque, une floralies de Nations participer à l’évolution de cette oikoumene. Nous en sommes loin, très loin, et là, tout est à construire, dans le respect multilatéral des Peuples et des Nations par le cœur même d’une Europe des Nations qui ne soit elle-même soumise à l’usure et ses féaux. On voit là le travail de sape de l’usure, dans la considération que le vœu de Coudenhove Kalergi ne prévoyait en aucun cas l’immigration massive organisée afin de corrompre les identités et tenter de les détruire. Cette destruction n’aura pas lieu, la rémanence formelle signifiant les Peuples étant pluri millénaire et dans son réveil permettant la destitution de tout ce qui pourrait la détruire. Et cette rémanence formelle en France prospère dans ce front qui s’avance, imperturbable, lentement mais sûrement, n’en déplaise aux agioteurs de la pensée funèbre, aux criminels qui se pressent dans des lois qui les blanchissent, aux ladres et aux comiques qui s’imaginent diriger le monde avec leur atrophie et leur belliqueuse intention. Que cela soit dit, la France se réveille, et si la France se réveille il va sans dire que les autres Nations, humiliées, bafouées, violées, vont de même se réveiller. Cela n’est plus qu’une question de temps, et ce ne sera pas le cataclysme financier qui se prépare, la monnaie actuelle ne vaut rien et tout État indépendant pourra créer une monnaie basée sur ses richesses naturelles, eh oui, il faut y penser pour se dégager de cette boue qui veut nous enliser, ce ne sera donc ce cataclysme créé de toutes pièces qui y changera quelque chose. Le réveil est là dans le flot de cette jeunesse et c’est avec fierté que je l’encourage à se défaire des carcans, des œillères qui depuis deux cents ans cachent la réalité au profit de la virtualité d’un monde façonné à l’image de l’atrophie qui se veut dominante, afin qu’elle avance sur ce chemin du respect multilatéral et de la famille, et du Peuple, et de la Nation, et de l’État enfin débarrassé des mites qui l’encombrent, représentées par toutes les sectes qui l’emprisonnent et le dérobent au sens commun pour l’immoler à des oligarchies usuraires. Le temps des mantes « religieuses » se termine. » Espérons que cela soit, nous attendons la suite avec impatiente. À suivre…

 

 

The alarm clock

 

Some news of this small Ground where seem to awake the People: “The events are followed in the dissonance, the incapacity and the drift of scourging. One could have fun some, but it is of an unhappiness without common measurement. Agitation is with its roof to preserve on the territory of the immigrants without papers, which lie without least shame to obtain French nationality, failing this a residence permit, and this to the detriment of recipients who, in the frankness, obtain, or not besides, this residence permit where our Nationality. Subversion beats full sound in the high schools where the young people are brigaded to hold head in the State in order to preserve one of their comrade who is not entitled any legitimate right to remain on the ground of our Nation. And the culpabilisation beats full sound under the mode of this subversion which rots state education to marrow. One could fall into this perfectly orchestrated inexpressible panel which would let appear a strong power which severely observes the allowed rules as regards regularization. That is only one lure to make come the voices which leave to the national front on this stable that one names the socialism which is not other than one of the fingers that the wear handles, which needs so much slaves, one of the other fingers being UMP with its dissonances particular, indicator this last party until buying the ideology of Fishing, Chasse and Natural, which is presented from now on in the form of a rampart to the Face of the Nation. One really laughs at this completely anachronistic drift whereas the currency is there, in his most perfidious definition, that of a rampart, a rampart against the citizens and the citizens who respect themselves and want that France is respected. A rampart thus, new denomination of the ancient republican face which is only the folding screen of all the subverted Masonic cabins, sticky their business, their obsolete rites, their sectarian drifts, their undue appropriations, a whole river of pestilential chicaneries that the perverse freemasons would not like to in no case to make discover with the People of France from which they attract the voices by illusions, promises, a whole nectar of floral festival which is not that breathes it of nettles. And one witters on in the gangways on Lampedusa, on the exogenic hordes which are unable to fight at it in order to bring a pretense of democracy there and which think in their cowardice to find the paradise in a country as ours which takes the water of any share in the name of the hominoid, in the name of non-existent rights which are the plume of the constraint, of the most purulent slave system that the Human Being known on this Earth conspicuous to share the multinationals, by putting at the power men of straw, freemason of shoddy goods, the resources of as well of Nations as the account is far from being made, despoiling at the same time these Nations and ours while not transferring nor tax nor anything, and this in a sectarian and primary blindness. And one takes in gestural left the Tavistock Institute of the installations, one bells, one howls, one puts the chin in the air, to make us sinister shipwreck the object of a culpabilisation which does not take place to be and which must be returned with those and those which organize the plague of the immigration, first of all UNO, then merchants of slaves, finally purchasers of these slaves, large company like small company, a whole range which mocks in the most contemptible employers which is, extremely fortunately not yet majority, but that will be, so much the silly thing is the object of all lownesses, of all cacophonies, of all this wandering which sees disappearing our companies in the name of a free market which is only that of the slave system, in the name of obligatory diversity, in the name of the oecumenical interbreeding which is the new religion of this wretched brutality which prevails, rapes with prolifically the People, in a bucolic frenzy which sees these insinuating meeting in the damaged cabins, the fetidness of companies of thoughts compulsive eaters of destruction, a whole learned assembly of traitors, the weak ones, dogs domesticated by the wear, which want to be our Masters. In plume the illegality which becomes legality in our Nation, seeing until our governance in contradiction with respect of UNO with respect to Syria, to continue to deliver weapons to mercenaries without faith nor law, of which four hundred “French”, which sees the exogenic one becoming the headlight of our People and better treated than the People himself, the example of the ROMS is characteristic the indicator touch 75 euros per day all the duration of their stay, the example of the exogenic pensioners not having never worked in France and to pour the least contribution touch a retirement of 700 euros and 1 500 euros for a couple, the example of the exogenic parents of the children who do not live in France and are not naturalized French touch of the family benefits, and the worst of all these examples, via this madness which one names the HEART, to see the whole world being made look after free in France - and here one will put the question of the “hole” of the social security -. Do the exogenic ones cost 54 billion euros a year France, and pay how much? Nothing, since the multinationals which work in their Nation and them dry their raw materials do not transfer anything in the State, where if little. This is a disaster for our Nation, which becomes here an open door for all the most virulent communitarianisms which from now on make the Law in our Nation. The zones of nonright are forged more and more there by, in particular, the networks of drug, which feed the rotting of our citizens and, who in the name of social peace, are the subject only few interventions. Marseilles became a shooting range, where each and everyone knows holding them and the outcomes, where it is appropriate that the Foreign legion intervenes to give of the order definitively. Do you believe that is done? Quite to the contrary, the justice invested by subversion slackens the unrepentant ones which is not liable five years of prison in the streets to continue in the total disrespect of the Laws their operations of great scale, which jointly with the drug trafficking, are those of the reinforcement of the islamist forces, helped in that by certain Nations which give “chances” to certain young people which will be the spearheads of the destruction of our Nation to impose on it Charia and other, and by these poor elected officials who guarantee the construction of mosques and the destruction of the churches. And these zones of nonright are fed out of weapons as it is not allowed to believe it, whereas the French is not armed. There is half-measure and measurement, one is understood. It should indeed be understood that there are the reserves armed with the subversion which in its mortuary and to preserve the power will not hesitate to make use of the deer which reigns without division on these zones of not-right. Our Nation became a jungle where ferocity overrides all that is noble, on all that has the direction of the honor, on all that is the frankness, on all that is the beauty, on all that is the harmony, on all that is crowned. The churches are set fire to, the catholic cemeteries reduced to the state of wrecks, for purposes to recover metals of the crosses there, the marble, and the raw materials, our deaths do not rest any more in peace, they are themselves like our People become violated by the most putrid cruelty. The insult and the invective towards our People became the breviary of the communitarianisms without end, claiming always more right than the autochtones, still and still, until their burial even in the abjection of putrid laws of its reality. Because what do we see today? If not People of which the mental deficiency reaches its paroxysm: the formless one replaced the form, obesity slenderness, the ugliness the beauty, the assistantship creation, the beggar the Being upright which respects itself and is made respect, People ready for the euthanasia, going until defending a loose assassin having killed of old people to the reasons for a “therapeutic eagerness”. What knows this killer of it? It is necessary to be last by extreme pains to know what is the pain, and human resistance to the pain. And what this murderer does not know, it is that the Life always takes care in this small world in its support whatever the age, whatever the suffering, and that nothing nor nobody must remove the Life with anyone, whatever its physical status, the mental one being increasingly strong than the physique, and in this consideration source of any possibility of Life, whatever the availability of the body which is only one vehicle. Of which right thus, this murderer it was instituted killer in the vastest contempt of the Hippocratic oath “At the time to be allowed to practice medecine, I promise and I swear to be faithful to the laws of the honor and probity. My first concern will be to restore, preserve or promote health in all its elements, physics and mental, individual and social. I will respect all the people, their autonomy and their will, without any discrimination according to their state or their convictions. I will intervene to protect them if they are weakened, vulnerable or threatened in their integrity or their dignity. Even under the constraint, I will not use my knowledge against the laws of humanity. I will inform the patients of the decisions considered, their reasons and their consequences. I will never mislead their confidence and will not exploit the power inherited the circumstances to force the consciences. I will give my care to poor and with whoever will ask it to me. I will not let myself influence by the thirst for the profit or the research of glory. Admitted in the intimacy of the people, I will conceal the secrecies which will be entrusted to me. Received inside the houses, I will respect the secrecies of the hearths and my control will not be used to corrupt manners. I will make very to relieve the sufferings. I will not prolong the anguishes wrongly. I will never cause death deliberately. I will preserve independence necessary to the achievement of my mission. I will not undertake anything which exceeds my competences. I will maintain them and will improve them as well as possible to ensure the services which will be required of me. I will bring my assistance to my fellow-members like to their families in the adversity. That the men and my fellow-members grant their regard to me if I am faithful to my promises; that I would be dishonoured and scorned if I miss there.”. There one sees the perfidy of the medical communities which dare to carry the crime in standard by defending this instrument of death, straight left the black cabins of this completely damaged obedience which reigns as a mistress on our Nation. But is it of course necessary to kneel in front of this imposture, this treatment unworthy towards the Human Being, in the name of the productivity? Not not, in the name of the HEART which sees the beds of our hospitals invaded by all the misery of the world, beds which must be evacuated as fast as possible by the autochtones in order to give way to this misery. Thus one kills in our Nation, not cash to rape our People systematically, one kills our People and each and everyone must accept the intolerable tolerance towards all and anything. One kills doubly by the use of the massive chemotherapy against which all the Research institutes warn which respect themselves, and besides as a model should all the same be taken, in Israel only 10% of the cancer patients are treated by chemotherapy. Then, money business, of big money, not simply, especially the legalized murder of our People, here what it should be shown, whereas in the United States, in Australia one looks after to some extent cancers with vitamin C with high amount, as to the vitamin B17 D. It is thus enough to this mime of the death which works and is glorified, it is time to put an end and to become aware finally at it that the Human Being is not a piece of meat, but quite to the contrary an energy in power which is not there by chance but by constructive need for our world. The murder should thus in no case to be authorized if not only the suicide duly qualified in a state conscious before the birth of an invalidating disease unspecified, the remainder is only mirror of this horror without name which to set up servility rapes the People by massive immigration, and keep silent the People by legalized abortion, and tomorrow by legislated euthanasia. There are only the blind men not to see this cunning, this perfidy, this language of barbarian who disguises himself under the obsequiousness, the most poisonous hypocrisy, permanent of accroire the truth with a range of experts is delirious it who are only puppets that one pays for their silence and their lie such this organization ridiculous which does his with UNO by inventing a global warming due to the human activity, whereas it is at the same time with the solar eruptions and the traditional mechanism of inversion of the terrestrial magnetic field. Cruelty here with a name, discharge on all Nations of a spreading at base barium, titanium, of aluminum, is saying to fight against the effects of the sun, which is not the case, because that is not used for nothing, with nothing, except if one wants to make the mass of the individuals amorphous, completely disconnected from reality, by default of cognition generated by this plague, which represents all the same 90 million tons of spreading per day! Civilization of death. We are into full in this network with empuantissement, of the voluntary deterioration of the human capacities, we are in the apogee of the larva whose top is reached by Femem, and not only by these kinds whose idiocy is useful, but by the panoply which we can cross, that of all the ignoramuses of the reality who, the ear-phones in the ears enchant weak concerts, which notwithstanding this debility will get beautiful brain tumors to them so that they are liquidated more quickly. Who developed all this sterility? If not that parodies of discrete cabins which are in harvest of iniquitous natures coming from sects particularly dark which despize Humaine reality in resultant of the defense of their small profits, non-existent profits besides, because without support of existence, to in no case gold, but the debt, this illusion which forces with admiration so much it is stupid and resulting from atrophied spirits. In this nightmare France awakes slowly but surely, and this partial result seeing the blue face drawing up itself on the horizon lets to us forecast a better future, a future in which an elite of the thought is engulfed which was not let corrupt by the illusion and its clients, these discrete bankers who take the measurement of slavery as a peasant sees pushing his wheat before mowing it without discretion. Meetings without brass bands make it possible to see that the public is young, which is obviously authority on the future, of the young people who tomorrow will have to triumph against the ambitions of cruelty and his disproportion. I think there in particular of a meeting with Aymeric Chauprade, geopolitician of world famous, ousted of the school of war by a learned assembly in the pay of disintegration, where 90% of the public were not thirty years old. Aymeric Chauprade was left not rocked by the illusionists and joined the blue face in a desire of commitment of its capacities to the use of the People of France. That is to be noticed with interest. Us will recall here suicide martial and heroic of Dominique Venner so that our Nation awakes its torpor, which, leads to this force which rises, a force that nothing nor nobody will be able to destroy, no laws, no threat, no arbitrary arrest, no setting with the dungeon, no assassination, because this force is the force of the tradition that intuitively youth joined, raising the veil of the illusions of a history controls to domesticity in order to hide the crime in all its violence, its profanation, its insanity. Today each and everyone can see what exists and not what one insists to make accroire, it is too late for the illusionists of any edge which plays puppets and which appears at the great day in their facundity, this “republican” face which concerns the most putrid abjection because wanting hiding its defects and its crimes with the People of France. And it will not be this “rampart”, new creation of weak mental which thinks that this term will be the term of any ambiguity, whereas in fact, with wanting too much, it can be begun again in another manner, because the rampart of France and the people of France, is not that, in this feeling reluctant world of covetousnesses shared by adulterous compromising, to the detriment of the People, is not that in this “Europe” of Gulag where all the poor ones gargle, bowed down, sat at table with the banquet of the merchants of the temple, this is not in our France subjected to the tender, scourging, the snaking, with the masochism more insinuating, isn't this thus this face of France who advances, does not fold knees in front of the constellation of cruelty, in front of the cheappest illumination foolish actors who bow down in front of Mamon? Of course that if, for any spirit which is respected and does not mope in lowness and its most criminal lustfulness, of course that if. It is there that one sees that when the veil tears, subversion is with court of vocabulary, because what knows it besides with the vocabulary, its elytrons having only five hundred words to be expressed, its schoolboys, high-school pupils, academics knowing to speak only with difficulty and in parallel not knowing to write, nor reading for the majority, poor creatures immolated by the dejection of the wear which would like to initiate a laic religion! Is necessary it to get along on this term which is that of the tender to the communitarianisms that France in its people rejects, because this religion that it makes if not that to return the population of stock to the affronts of the second-class citizens who must disappear to give way to the mud, intellectual, with the spiritual lapse of memory, the obligatory interbreeding, all these whims of the insanity which agitates the thinks tank, the damaged cabins, whose black cabins insinuate the Elysium this day. Thus let us summarize. France awakes, its elites take measurement of its rise which could be only in the achievement of its people, which will thus be able to achieve the other People, and begin on this way which is not that of the division of the People, the famous janus agitated by the same hand which is that of the wear, but with its unit, intellectual, spiritual, physical, intuitive, and that to the dismay of this janus above mentioned which immediately made rampart with the voice of the People, vox populi which are the ordinance even power which belongs only to the People and to in no case with oligarchies for the majority servile of wear. The force moving is not that presented by all the erratic media, which see only old men in the rows of this face, but well by a youth which has despized lies instituted for two hundred years by this cheating represented by a “republic” which is not one but a mask to hide to power come by violence, flight, breach of trust, by wear and its féaux. This youth is not initiated any more in its filthy vocabulary, in these intellectual droppings which are used to him as support, in its rewritten history and putrid which hides its most unimaginable crimes, ever judged this day but which will be it, with due respect because a hundred and fifty million deaths, that is not a genocide but a quite worse crime against the Humanity which exceeds all the exactions than one can see being made this day. This youth intuitively, intellectually seizes again this torpor in which one wants to deaden it, to destroy it, and rectifies itself, and this naturally, because one does not attack the Life like that, it defends oneself, as well in his individual growths as in his collective growths which are for these last represented by the People. The People are remanences of their History, with a H capital letter, and this remanence in France only must well little of thing with this “republic” of the Great East, but all with the expression of its Royalty, its fidelity, of its honor, with the cause of the Humanity, which is not that of its setting in slavery, but quite contrary to its rise. This remanence, in spite of unwanted noise slowly emerges but surely will be multiplied by ten, because the intolerable tolerance was exceeded since 1973, seeing our Country obliged by iniquitous laws to borrow on rotted financial markets, seeing our Nation submerged by exogenic invasions authorized by a Employers in the pay of subversion, indicator this day bloodless France sucked to marrow by exogenic flows and monetary flows, and worse still in abandonment of its sovereignty to its jailers which strut about in all impunity in this Europe which does not have anything of that provided Coudenhove Kalergi which saw, beyond its comprehensible federalism for the time, a floral festival Nations to take part with the evolution of this oikoumene. We are far, very far, and there, all is to be built, in the multilateral respect of the People and the Nations by the heart even of Europe of the Nations which itself is not subjected to wear and its féaux. One sees the sabotage of wear there, in the consideration that the wish of Coudenhove Kalergi did not envisage to in no case massive immigration organized in order to corrupt the identities and to try to destroy them. This destruction will not take place, formal remanence meaning the People being pluri thousand-year-old and in its alarm clock allowing the dismissal of all that could destroy it. And this formal remanence in prosperous France in this face which advances, imperturbable, slowly but surely, with due respect to the speculators of the funeral thought, with the criminals who has a presentiment of themselves in laws which bleach them, with the misers and comic who think to direct the world with their atrophy and their quarrelsome intention. That that is said, France awakes, and if France awakes it goes without saying that the other Nations, humiliated, ridiculed, violated, in the same way will awake. That is not any more that one question of time, and it will not be the financial cataclysm which prepares, the current currency is not worth anything and any independent State will be able to create a currency based on its natural wealths, hey yes, it is necessary to think of it to release itself from this mud which wants to sink, it will not be thus this cataclysm created of all coins which will change something there. The alarm clock is there in the flood of this youth and it is with pride that I encourage it to demolish yokes, blinkers which for two hundred years have hidden reality with the profit of the virtuality of a world worked with the image of the atrophy which wants to be dominant, so that it advances on this way of the multilateral respect and the family, and of the People, and the Nation, and of the State finally removed from the mites which encumber it, represented by all the sects which imprison it and conceal it with the common direction to immolate it with usurious oligarchies. The time of the “religious” mantes finishes.” Let us hope that is, we expect the continuation with impatient. To follow…

 

© Vincent Thierry