Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow La Tyrannie
La Tyrannie PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 11 Janvier 2014 à 11:42

 

La Tyrannie

 

Charte des Nations Unies :

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Traité de Lisbonne

Article 65 - Interdiction de l'esclavage et du travail forcé

Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude. 2. Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire. 3. La traite des êtres humains est interdite.

Article 70 - Liberté de pensée, de conscience et de religion

1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. 2. Le droit à l’objection de conscience est reconnu selon les lois nationales qui en régissent l’exercice.

Article 71 - Liberté d'expression et d'information


1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières. 2. La liberté des médias et leur pluralisme sont respectés

Article 72 - Liberté de réunion et d'association

Toute personne a droit à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association à tous les niveaux, notamment dans les domaines politique, syndical et civique, ce qui implique le droit de toute personne de fonder avec d’autres des syndicats et de s’y affilier pour la défense de ses intérêts. 2. Les partis politiques au niveau de l’Union contribuent à l’expression de la volonté politique des citoyens de l’Union

 

Constitution Française

Article 68-1

Les membres du Gouvernement sont pénalement responsables des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions et qualifiés crimes ou délits au moment où ils ont été commis.

Ils sont jugés par la Cour de justice de la République.

La Cour de justice de la République est liée par la définition des crimes et délits ainsi que par la détermination des peines telles qu’elles résultent de la loi.

TITRE XV

Article 88-1

La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007.

Déclaration de 1789

Article X

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Article XI

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

 

Au regard des articles précités, nous ne pouvons que confirmer que la dictature vient de s’abattre en France, niant la signature de ses élus de la Charte des Nations Unis ainsi que du Traité de Lisbonne, confère un délit pour troubles à l’ordre public qui ne s’est jamais manifesté, ni dans les actes, ni dans les faits.

Abus de pouvoir par excellence, qui relève de la responsabilité pénale, on comprendra que désormais il convient pour toute citoyenne comme pour tout citoyen, face à cet abus, que chacun oppose son droit inaliénable à exercer son droit de penser, de se réunir, de circuler.

Au motif de la Liberté de penser, reniée par la gouvernance actuelle, on accuse d’antisémitisme l’humoriste, objet de cet ostracisme. Que l’on confère ses propos injurieux devant les tribunaux chargés de juger ce délit, en l’espèce ne confère pas le droit à une quelconque gouvernance d’entreprendre par l’intermédiaire du Conseil d’Etat, en déni des chartes internationales signées, un ukase relevant de la pure tyrannie.

 

Cette tyrannie est le fait d’une usurpation, par non déclinaison d’appartenance à la Franc Maçonnerie déviante et de sectes diverses affiliées, French American Fondation, Fabian Society, Moutain Table, dont le but est l’instauration de la « république » universelle, dont les faits démontrent qu’elle est instauration d’une dictature universelle sous sa nouvelle étiquette, après le communisme et le national-socialisme de mondial socialisme.

Cette tyrannie est le fait de l’infiltration dans le pouvoir du Peuple, d’une grande partie de Francs-Maçons déviants qui associés avec les sectes précitées aux ordres de l’usure internationale, d’une partie de l’Islam radical, d’une partie du Protestantisme ainsi que d’une partie du Judaïsme, tente de détruire par génocide notre Peuple, physiquement par remplacement de notre Population, par génocide de la pensée entre autre au nom du crime du national-socialisme, par génocide de nos us et coutumes, du mariage, de l’Etre Humain, dès lors considéré comme un genre, à but uniquement économique et sexuel.

Ce génocide internationaliste d’origine mondial socialiste relève des Tribunaux internationaux, en vertu de l’article 65 du Traité de Lisbonne, nulle Française comme nul Français ne devant devenir esclave d’une idéologie quelconque et asservi à cette idéologie par la force et la rééducation.

Le Peuple de France n’a pas à se soumettre à cette tyrannie née de la barbarie la plus vindicative qui depuis 1917 a occasionné l’assassinat de cent cinquante millions de personnes, soixante millions de Russes, soixante millions de Chinois, et trente millions à travers le monde sous son joug totalitaire, y compris six millions de personnes de confession Juive.

Le Peuple de France n’a pas à se courber devant un communautarisme quelconque, d’où qu’il vienne, quel qu’il soit, et sa liberté d’expression, sa liberté de réunion, sa liberté de s’associer, ne doivent en aucun cas être freiné par la tyrannie et ses composantes. Le Droit International comme National est avec lui et en aucun cas avec l’usurpation qui se permet de l’interpréter dans le mensonge et par le mensonge absolu.

Face à cette tyrannie de sectes ayant usurpé le Pouvoir du Peuple, le Peuple doit par l’inertie la plus totale se fédérer pour la combattre, et dans les voies de la légalité la plus parfaite de la République une et indivisible, rejeter son moindre vote pour des prétendants aux élections appartenant aux sectes précitées, qui s’auto protègent dans leurs malversations, dans leurs abus de pouvoirs, dans le crime lui-même, afin de redonner le visage de la Liberté à une République qui est devenue depuis le 9 janvier 2014 une tyrannie.

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Samedi 11 Janvier 2014 à 11:46 )