Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow La "sédation"
La "sédation" PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Dimanche 28 Décembre 2014 à 05:50

La "sédation"

Petites nouvelles de cette pauvre petite Terre, où l’on voit que la subversion demande encore plus de sang pour jouir de ses aises, en faisant assassiner la mémoire de son Peuple, mais lisons : « Assistons-nous à une démission des médecins ayant prêté serment d’Hippocrate ? Sous le joug de la maçonnerie avariée qui réclame du sang, et encore du sang, comme on a pu la voir en action pendant sa révolution dite Française, les médecins ce jour en vertu du projet de loi développant la sédation, pour ne pas parler d’euthanasie – car cette clique d’assassins ménage les mots pour ne pas heurter la sensibilité des uns des autres et surtout les duper – sont confrontés ni plus ni moins qu’au reniement de leur serment et corrélativement à leur désignation comme bouchers dans un abattoir quelconque. Cet abattoir est là, dans tous nos hôpitaux, et il n’y a donc plus qu’à se servir, faire disparaître tout malade confronté à des problèmes graves et lourds que la médecine, impuissante, ne peut guérir, faute de moyens dédiés à la recherche, les dits moyens étant dilués dans la fourniture d’armes à des djihadistes barbares entre autres. Voici donc le dilemme auquel se trouvent confrontés nos médecins ce jour, professeurs, infirmières, chirurgiens, anesthésistes et autres corps de métiers médicaux en fonction d’un projet de « loi » édictée par des assassins, dignes des nationaux socialistes œuvrant dans les camps de concentration pendant la guerre socialiste de 1939 1945. Après l’abattage des embryons par avortement, toujours sous l’égide de cette maçonnerie pourrie comme le fumier, dont les cellules servent à fabriquer des masques de beauté pour les dames déphasées de ce jour, voici donc le temps de la « sédation » qui va faire disparaître toute une population de nos concitoyens pour le seul plaisir public d’une économie apatride et avariée. Il est remarquable de voir que cette boue a fait voter une Loi contre la peine de mort pour leurs confrères assassins en tout genre, pédophiles notoires récidivistes notamment, et préfèrent faire vivre en prison, avec nos deniers, la pourriture la plus désincarnée, qui de plus libérable recommence ses forfaits sous les applaudissements de cette racaille. L’Eugénisme, le malthusianisme, par avortement, par « sédation », sont le fait de cette erreur de la nature qui déjà avait prévu de faire disparaître le quart des Françaises et des Français pendant sa « révolution », et qui ce jour persiste et signe et se flatte de ce projet de loi. La vie doit se défendre contre ce projet de « loi », les médecins ne doivent suivre les directives de cette forfaiture, ouvrant la voie à toute mise à mort, à des suicides compulsifs, à des acquiescements obtenus sous la torture - il est si simple de diminuer une dose de morphine pour que le malade souffre et demande qu’on mette fin à ses souffrances ! -, À des diagnostics avariés insinuant un désir d’euthanasie, etc. Beau projet de société voulant ainsi voir tout un chacun en voie de « sédation » suivant les maladies, bien souvent parfaitement fabriquées par les laboratoires, aux fins de réguler des économies qui ne profitent qu’à un cénacle de tueurs nés, de prédateurs sans compassion ni altérité qui manipulent les bouffons qui nous gouvernent. La vérité toute nue ne laisse pas place pour les sourires obséquieux, les mains moites, elle est là dans sa hideur et sa répugnance et se déguise en plus sous le vocabulaire pour aller encore plus loin dans sa déshérence initiant non à la vie mais à la mort. Voici où mène la déperdition du Peuple, par un pouvoir usurpé par le totalitarisme de la boue, la boue spirituelle, le laïcisme, la boue intellectuelle, la pensée unique, la boue physique, le métissage forcé. Voici la servitude qui s’acclame, trompée qu’elle est par des illusionnistes, des pantins politiques, des lâches et des traîtres à toute identité, à toute racine, petit pied sans équilibre qui voltige dans l’abstraction la plus vile, celle ou se niche son instinct de tueur né, tueur né de la civilisation, tueur né des Peuples comme des Identités, tueur né de la réalité humaine pour la transformer dans le genre, cette larve ridicule, tueur né de nos Nations. Dans ce lieu de pourriture, il n’y a ni honneur, ni respect, ni valeurs, mais seulement, tel l’individu sans esprit, et encore moins d’âme, une chose physique qui n’est que boulimie, baudruche se vidant de sa substance pour ne pas reconnaître son essence, baudruche que l’on ose appeler des « élites » ! La sédation est universelle, dans les têtes vides qui se tiennent les pieds en équerre, cachant leur sexe sous une peau de mouton, aux fins d’arriver à leurs fins, la tuerie généralisée de toutes les valeurs, car n’en doutez, toute cette hérésie humaine ne s’accouple qu’avec le sang d’autrui, si frileux de servir le sien sur un champ de bataille, si frileux de découvrir ce qu’elle est, une horreur putride qui ose et ose encore devant l’aveuglement des foules qui ignore leur pauvre réalité, cette vanité de la puanteur glauque qui se goberge. Il n’y a pas de mot pour décrire l’indescriptible, tant la nausée vient de cette horreur qui le menton en avant, les lèvres pincées, tout du gauleiter de tragicomédie, s’élance dans les diatribes qui hurlent à la mort de tout ce qui n’est pas représentation de sa camisole intellectuelle. Et cette extase de la déréliction en rajoute en acclamant ses lois de morts, ses lois qui seront défaites dès que les Peuples auront retrouvé la mémoire et dans l’enthousiasme de leur appartenance inoubliable feront table rase de cette puanteur qui les soumet. La France doit se débarrasser de cette abjection qui est celle de voir les pantins animés par les usuriers l’insulter du matin au soir, ourdir son Peuple dans la litière de la boue, le remplacer par toute la misère comme toute la lâcheté humaine, l’enfermer dans le carcan d’un laïcisme outrancier, en permission de tous les communautarismes qui applaudissent à sa mise à mort. La France ne peut rester indéfiniment dans ce bourbier qui a atteint ses limites, et dont aucune illusion ne peut masquer ni les allégeances, ni cette réalité inhumaine, voyant deux millions de pauvres, cinq millions cinq cent mille chômeurs, ses biens vendus à des pays moyens orientaux, ses aéroports à une Chine vorace, son Peuple honni par tout ce qui est en cours dans cet aréopage qui lui tient lieu, par le mensonge, la duperie, la fourberie, l’hypocrisie ! La France n’a rien à voir avec les tueurs nés qui sont en œuvre pour liquider les Françaises et les Français par tous les moyens, la drogue, l’avortement, l’euthanasie, pardon la sédation, la France n’a pas à obéir à cette armée de petits maçons déviants qui représentent 0,02 pour cent de la population, et tels les licteurs dans les banlieues cherchent à détruire sa substance. Et nous devrions acclamer ce minable cortège qui s’imagine le centre du monde qui se veut direction des affaires de notre Nation ! On n’obéit qu’à celles et ceux qui montrent l’exemple et non à celles et ceux qui se couchent devant l’invasion tant individuelle que générée, de tous les miasmes qui emprisonnent la cervelle atrophiée de quelques mendiants prêts à se faire sodomiser en place publique pour obtenir un statut ! Et quel statut que celui-ci, sans hauteur, à la hauteur de la poussière, tant les actes reflètent l’individu et que rien ni personne ne pourra faire oublier ces actes issus de cette plaidoirie d’associés véreux qui jouissent uniquement de l’infortune de leur Peuple en s’octroyant mille et mille deniers afin de survivre à la saison mortelle qu’ils nous préparent. Mille chômeurs par jour, deux mille immigrés qui rentrent dans notre Nation chaque jour ! Voici le bilan, nonobstant la disparition de nos entreprises au motif de l’alourdissement des charges fondées prioritairement pour nourrir toute la misère humaine et en aucun cas les Françaises et les Français, cent vingt milliards de déficits constitués par le poste immigration, le grand replacement de notre Peuple par des esclaves, etc, etc. Et comme réponse à ces charges iniques puisées dans le bas de laine des Françaises et des Français de souche, désormais la « sédation » pour tuer encore plus vite la mémoire de notre Peuple, en tuant les corps. L’immoralité est là dans sa bassesse, dans sa houle primitive, dans sa barbarie putride, elle est issue de tout ce que compte d’avariées les loges et les sociétés de pensées aux ordres des usuriers. Le Peuple de France va-t-il continuer à se laisser assassiner de cette manière ? Il y a des djihadistes en Syrie qui découpent en morceaux, crucifient, violent, détruisent, ici les djihadistes en col blanc, qui leur servent des armes et on ne peut pas s’en étonner, dans leur viscosité habituelle, demandent la mise à mort de nos Aînés, demandent la mise à mort des handicapés physiques et mentaux, demandent la mise à mort de tout ce qui gêne les rouages de leur morbidité, cette économie qui a mis au pas le politique et que le politique soumis sert comme une souillure. Ces gouvernances sont dignes des responsables des camps de concentration qu’ils soient nationaux socialistes ou communistes, voici ce qu’est le socialisme ! Nonobstant la haine, la tuerie institutionnalisée. 2017 arrive, à chacun de voter en essence pour conserver son existence, car l’enjeu aujourd’hui n’est pas de se masquer les yeux mais bien de les ouvrir sur cette bestialité qui se veut triomphe et qui doit être éradiquée de tous les pouvoirs afin que nos petits-enfants, nos enfants, nos Aînés, puissent vivre sans être assassiné dans l’inconscience qu’ils pourraient être à un moment de leur vie ou bien au contraire, toute la société doit être à leur chevet pour les aider à survivre, et non à mourir. Cet enjeu est l’enjeu de la Vie contre la mort et ses valets, ses servitudes putrides qui se cachent dans leurs loges avariées, dans leurs sociétés de pensées répugnantes, dans les gouvernances qu’ils affichent et imaginent un seul instant aveugler les Peuples, ce qui n’est plus le cas, et ne le peut-être devant leurs actes de tueurs nés qui ne s’initient pas mais se légifèrent. Que l’on se rassure ces Lois seront abrogées lorsque le pouvoir usurpé sera repris en toute légalité par le Peuple, et il ne tient qu’à lui de le reprendre, en boutant de tous pouvoirs cette racaille qui n’a respect de personne en dehors de sa petite fraternité déracinée et haineuse de tout ce qui existe, car incapable à toute création, inepte confrérie du vide tournant dans le vide affligeant de son atrophie mentale la plus délétère et la plus décérébrée. » On ne peut avoir que dégoût pour cette abjection en gouvernance par les multiples pays de cette pauvre petite Terre, dont les Êtres Humains sont immolés au Dieu Mammon, qui représente l’antithèse du Dieu Universel. Espérons que les Peuples de cette Terre se lèvent pour défendre la Vie. À suivre…

“Sedation”

Small news of this poor small Ground, where it is seen that subversion requires even more blood to enjoy its eases, while making assassinate the memory of its People, but read: “Do we Attend a resignation of the doctors having lent Hippocratic oath? Under the yoke of the damaged masonry which claims blood, and still blood, as one could see it in action during his revolution known as French, the doctors this day under the terms of the government bill developing sedation, not to speak about euthanasia - because this clicks assassins spares the words not to run up against the sensitivity of from/to each other and especially to deceive them - are confronted neither more nor less than with the disavowal of their oath and correlatively with their designation as butchers in an unspecified slaughter-house. This slaughter-house is there, in all our hospitals, and there is not thus more but to be helped, to make disappear any patient confronted with serious and heavy problems that medicine, impotent, cannot cure, for lack of means dedicated to research, the known as means being diluted in the supply of weapons to cruel djihadists inter alia. Here thus the dilemma to which are confronted our doctors this day, professors, nurses, surgeons, anesthetists and other corporations medical according to a project of “law” enacted by assassins, worthy of the socialist nationals working in the concentration camps during 1939 1945 the socialist war. After the demolition of the embryos by abortion, always under the aegis of this masonry rotted like the manure, of which the cells are used to manufacture face packs for the ladies out of phase of this day, here thus the time of the “sedation” which will make disappear a whole population from our fellow-citizens for the only pleasure public of an economy stateless person and damaged. It is remarkable to see that this mud made vote a Law against the capital punishment for their notorious fellow-members assassins in any kind, paedophiles recidivists in particular, and prefer to make live in prison, with our sums of money, the most disembodied rot, which of more releasable starts again its fixed prices under the applause of this rabble. The Eugenics, Malthusianism, by abortion, “sedation”, are the fact of this error of the nature which already had envisaged to make disappear the quarter from the Frenchwomen and the French during his “revolution”, and which this day persists and signs and flatters of this government bill. The life must be defended against this project of “law”, the doctors should not follow the directives of this breach, opening up the way for very put at death, with compulsive suicides, consents obtained under torture - it is so simple to decrease an amount of morphine so that the patient suffers and asks that one put an end to his sufferings! -, With damaged diagnoses insinuating a desire of euthanasia, etc Beautiful society project thus wanting to see each and everyone in the process of “sedation” according to the diseases, very often perfectly manufactured by the laboratories, for purposes to control economies which benefit only with one coterie from born killers, of predatory without compassion nor otherness which handles the buffoons who control us. The naked truth does not leave place for the obsequious smiles, the moist hands, it is there in its hideousness and its loathing and is disguised in more under the vocabulary to go even further in its déshérence initiating not to the life but to death. Here where the loss of the People carries out, by a power usurped by the totalitarianism of mud, spiritual mud, laicism, intellectual mud, the doctrinaire approach, physical mud, the forced interbreeding. Here the constraint which is acclaimed, misled that it is by political illusionists, puppets, cowards and traitors with any identity, any root, small foot without balance which flies in the cheappest abstraction, that or nest its instinct of born killer, killer born of the civilization, killer born of the People like Identities, killer born of human reality to transform it in the kind, this ridiculous larva, killer born of our Nations. In this place of rot, there is neither honor, neither respect, nor values, but only, the such individual without spirit, and even less heart, a physical thing which is only bulimia, goldbeater's skin emptying its substance not to recognize its petrol, goldbeater's skin which one dares to call of the “elites”! Sedation is universal, in the empty heads which are held the feet at right angles, hiding their sex under a sheepskin, for purposes to arrive at their ends, the generalized slaughter of all the values, because do not doubt it, all this human heresy couples itself only with the blood of others, if frileux to be used for to it his on a battlefield, if frileux to discover what it is, a putrid horror which still dares and dares in front of the blindness of crowd which are unaware of their poor reality, this vanity of the glaucous stink which has a ball. There is no word to describe the indescribable one, so much nausea comes from this horror which it chin ahead, the lips pinches, all the gauleiter of tragicomedy, springs in the diatribes which howl with the death of all that is not representation of its intellectual nightshirt. And this ecstasy of the dereliction adds some by acclaiming its laws of deaths, its laws which will be defeats as soon as the People find the memory and in the enthusiasm of their unforgettable membership make clean slate of this stink which subjects them. France must get rid of this abjection which is that to see the puppets animated by the usurers to insult it of the morning at the evening, to warp its People in the litter of mud, to replace it by all misery like all human cowardice, to lock up it in the yoke of an outrageous laicism, in permission of all the communitarianisms which applaud its setting with death. France cannot remain indefinitely in this mud pit which reached its limits, and whose no illusion can mask neither the allegiances, nor this inhuman reality, seeing two million the poor, five million five hundred and thousand unemployed, its goods sold with Eastern countries average, its airports in voracious China, its People despized by all that is in hand in this learned assembly which holds place to him, by the lie, deception, cheating, hypocrisy! France has nothing to do with the killers born who are in work to liquidate the Frenchwomen and the French by all the means, drug, the abortion, the euthanasia, forgiveness sedation, France does not have to obey this army of small deviating masons who represent 0.02 percent of the population, and the such lictors in the suburbs seek to destroy its substance. And should acclaim this poor procession to us which thinks the center of the world which wants to be direction of the business of our Nation! One obeys only those and those which show the example and not with those and those which lie down in front of the invasion as well individual as generated, of all miasmas which imprison the atrophied brain of some beggars ready to be made sodomize in public place to obtain a statute! And which statute that this one, without height, worthy of dust, so much the acts reflect the individual and that nothing nor nobody will be able to make forget these acts resulting from this pleading of wormy associates who enjoy only the misfortune of their People by granting thousand and thousand sums of money in order to survive the season mortal that they prepare us. Thousand unemployed per day, two thousand immigrants who return in our Nation each day! Here the assessment, notwithstanding the disappearance of our companies to the reason for the heaviness of the loads founded firstly to nourish all human misery and to in no case the Frenchwomen and the French, a hundred and twenty billion deficits consisted the post office immigration, the large one replacement of our People by slaves, etc, etc And like answer to these iniquitous loads drawn from the savings of the Frenchwomen and the French of stock, from now on “sedation” even more quickly to kill the memory of our People, by killing the bodies. Immorality is there in its lowness, in its primitive swell, its putrid cruelty, it is resulting from all that account of damaged the cabins and the companies of thoughts to the orders of the usurers. Will the People of France continue to let itself assassinate this manner? There are djihadists in Syria who cut out of pieces, crucify, violent one, destroys, here the djihadists in white collar, who serve to them as the weapons and one cannot be astonished some, in their usual viscosity, asks the setting dead our Elder ones, asks the setting dead to physically handicapped people and mental, asks the setting dead of all that obstructs the wheels of their morbidity, this economy which put at the step the policy and which the subjected policy serves like a stain. These governances are worthy of the persons in charge of the concentration camps which they are national Socialists or Communists, here what is socialism! Notwithstanding hatred, institutionalized slaughter. 2017 arrive, with each one to vote out of petrol to preserve its existence, because the challenge today is not to mask the eyes but to open them well on this bestiality which wants to be triumph and which must be eradicated of all the powers so that our grandchildren, our children, our Elder, can live without being assassinated in the unconsciousness which they could be at one time of their life or quite to the contrary, all the company must be with their bedside to help them to survive, and not to die. This challenge is the challenge of the Life against death and its servants, its constraints putrid which hide in their damaged cabins, in their companies of feeling reluctant thoughts, the governances that they post and imagine only one moment to plug the People, which is not any more the case, and it perhaps in front of their acts of killers born who do not initiate themselves but legislate themselves. That one reassures oneself these Laws will be repealed when the usurped power is taken again in all legality by the People, and it is due only to him to take it again, by paring of all powers this rabble which does not have respect of anybody apart from his small uprooted fraternity and heinous of all that exists, because unable with any creation, inept brotherhood of the vacuum turning in the vacuum afflicting with its mental atrophy most noxious and the most decerebrated.” One cannot have that dislike for this abjection in governance by the multiple countries of this poor small Ground, whose Human Beings are immolated with Mammon God, who represents the antithesis of Universal God. Let us hope that the People of this Ground rise to defend the Life. To follow…

© Vincent Thierry