Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow La grande messe
La grande messe PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 17 Janvier 2015 à 14:53

La grande messe

Quelles nouvelles de cette petite Terre où le leurre est le bien commun ? Mais lisons ce petit message : « Tout être humain intelligent ne peut être que consterné par l’entreprise de récupération à son profit et au profit des communautarismes, suite aux attentats survenus dans notre Nation, par une « classe » politique en voie d’extinction. Une entreprise de récupération digne dans des grands messes communistes ou national-socialiste, là, une grand-messe permettant de restaurer l’image de marque d’une gouvernance en déroute dans les sondages, menant une politique minable à tous les niveaux, et dont la médiocrité générale est exemplaire. La République a bon dos, la Liberté de s’exprimer de même, la Démocratie aussi, lorsque tout un chacun doit savoir, s’il ne le sait déjà, que le « pouvoir » en France, n’est pas l’expression de son Peuple, mais d’un marécage où affluent toutes les marches de la subversion, celle voulant l’anéantissement de notre Nation, Franc maçonnerie déviante, young leaders de la fondation franco américaine qui encadrent le pouvoir au niveau le plus haut, petite officine de la Fabian Society voulant instaurer le mondial socialisme, dont le cadre se délimite par une dictature de fait de certains monopoles financiers et bancaires. Le trompe l’œil est ici flagrant, ne tenant nullement compte des morts causés par ce double attentat dont les causes sont à redéfinir, tant on relève des incohérences dans leur perpétration, notamment l’oubli « miraculeux » d’une carte d’identité dans une voiture : des gens qui abattent froidement des « cibles », épargnent les autres, et se retirent dans un ordre parfait, qui ne sont ni des enfants de chœur et encore moins des novices, et ne sauraient oublier qu’en mission on ne doit emmener aucun papier permettant d’être identifié. Nous avons eu à faire à un acte de guerre, ce que ne veut pas reconnaître la gouvernance actuelle comme ses précieux alliés dans une opposition factice, qui ne voit là que l’action de « djihadistes » entraînés au Yemen, financé par ? La vraie question ici se pose de savoir qui a financé cette action, une action sur laquelle on calque des personnages parfaitement identifiés par nos services spéciaux, et lorsqu’on observe les antécédents, le Canada, les Etats-Unis avec Boston, on remarque des similitudes notoires qui ne peuvent que laisser à penser sur les tenants et aboutissants de cette barbarie. La barbarie a toujours été le nerf de la guerre de la subversion, qu’elle soit dites de droite comme de gauche, ces notions n’existant que pour le commun des mortels obnubilé par les mots d’ordre et le sentiment d’apporter une pierre à l’édifice qui ne le concernera jamais. La barbarie a fait tirer sur le Peuple en Russie pour mettre sur le compte du Tsar sa folie meurtrière, la barbarie n’a pas hésité pendant la « guerre républicaine » financée par le Grand Orient entre autre, à faire déterrer des Nones puis les empaler en place publique, tandis qu’elle offrait aux plus jeunes de ses « djihadistes » le droit d’émasculer les soldats de Franco. Deux exemples typiques que certains voudraient voir dans les labyrinthes de l’oubli, mais qui sont toujours vivant pour faire comprendre une chose, c’est que du socialisme inféodé aux loges déviantes il n’y a rien à attendre, que cette typologie de massacres. Des massacres que cette idéologie encourage en Syrie via les troupes de Djihadistes qu’elle entraîne, manipule, et arme aux grands frais du contribuable de notre Nation. Nous nous attendions lors de cette grande messe à quelque excuse pour les livraisons d’armes en Syrie qui vont tuer nos soldats sur les fronts du Mali et d’ailleurs, mais que nenni, droit dans ses bottes il n’y a ici aucune excuse, et bien pire le citoyen Français est désormais traité comme un citoyen non pas de seconde zone comme je l’avais indiqué dans un précédent mais bien comme un citoyen de troisième zone qui doit s’agenouiller devant deux communautés qui ne représentent pas dix pour cent de son Peuple, et pour lesquelles dix mille hommes de troupe ont été mis en place afin de les protéger pratiquement exclusivement. Vous comme moi faisons partie de ces quatre-vingt-dix pour cent de Françaises et de Français qui doivent tout accepter y compris leur mise à mort par des commandos parfaitement instrumentalisés et ce pour garantir la destruction de notre Nation, la mise à mort de notre Identité multimillénaire, jusqu’à ces « lois » qui viennent garantir bientôt notre euthanasie libre ou consentie. On n’entend guère l’Eglise Catholique dans ce sacerdoce, infiltrée qu’elle est par toute cette rémanence idéologique qui ne trouve ses repères que dans le laminage de toutes les valeurs, y compris humaine en créant cette larve que l’on nomme le genre, mais que l’on se rassure, la Chrétienté, martyrisé, crucifiée, éventrée, lacérée en Syrie et dans toutes les Nations se prétendant offrir une religion de paix et d’amour, va bien au-delà de l’Eglise Catholique, même si cette Eglise lui est infidèle, par les actes comme par les subordinations. Que diable, on peut donc aujourd’hui après ce drame ayant occasionné la mort de dix-sept Français, n’en déplaise à ceux qui préfèrent voir en eux, non pas des Français, mais des ressortissants de confessions qui se veulent distinctes, on peut donc aujourd’hui brûler les églises, les voler, les spolier, voir nos cimetières vandalisés, sans qu’un petit doigt ne se lève de la part de celles et de ceux qui osent, se présenter comme des héros ce jour, alors qu’ils ont facilité par leur laxisme cette barbarie qui vient de semer la mort dans notre Nation. Nous n’avons ici, nous les Français de troisième zone, à recevoir aucune leçon de morale de quiconque, encore moins de politiciens qui ne font pas la politique de la France mais obéissent parfaitement à la liturgie mondialiste et à ses bassets qui œuvrent par tous les chemins afin d’initier dans l’inconscient populaire la graduation systémique de la flagellation, menant à cette domestication parfaitement préparée et conditionnée que nous venons de connaître. Lorsqu’on refuse de voir défiler vingt-cinq pour cent des électeurs dans une manifestation dite « républicaine », chacun aura compris que nous ne sommes plus en République, mais bien sous la tutelle d’une oligarchie de fait, vendue, pour accéder au pouvoir, par toute la médiacratie à la botte. La France profonde, celle que ne respecte en aucun cas cette oligarchie subordonnée à des sociétés déviantes, saura faire la différence entre l’honnêteté  intellectuelle et, de par les appartenances, l’opportunisme revu et corrigé par les médiatiques errances, de celles et de ceux qui se présenteront aux prochaines élections. Ce raz de marée boutant or de tous les pouvoirs les étiquettes de Janus, UMPSUDIFDGE, toutes inféodées à la franc maçonnerie déviante, issues de la fondation franco américaine, qui ce jour est maître de notre Etat, qui n’est plus un Etat de droit en conséquence, mais un Etat muselé par une secte visant à détruire notre Nationalité, notre Identité, notre Etat lui-même, pour diluer notre Pays dans les accents d’une « europe » mongolienne, dites fédérale, qui aura pour résonnance une Allemagne arrogante et méprisante, elle ne changera jamais, vis-à-vis des Nations les plus fragiles comme les moins compétitives. Ne nous leurrons, ce qui existe dans notre Nation existe de même dans l’enceinte du Parlement de Strasbourg ou pire encore, on s’autoproclame, sans que les Peuples aient le droit de voter. Dictature de fait, cette « europe » lentement verrouille toutes les Nations afin qu’elles rentrent dans son  ordre « nouveau », regardons ce qui se passe en Ukraine, où la Démocratie est souillée par le meurtre et l’assassinat cautionnée par la dite « europe ». Elle verrouille et obéit à ce qui n’est pas l’Europe et ne le sera jamais, une cohorte de financiers et de banquiers apatrides régnant sur la City et Wall Street, qui font la pluie comme le beau temps dans les valeurs afin de mieux voir se prosterner celles et ceux qui les défient et ne veulent se plier à leurs règles barbares. N’attendez ici dans ce contexte aucune autre porte de sortie de ce marais glauque et sanglant, qu’un vote de salubrité publique qui permettra d’assainir la Nation du parasitisme qui la crucifie. Cette crucifixion est bien mise en évidence dans le cadre d’une Liberté anémiée, qui bientôt sera de plus en plus raréfiée, empêchant ainsi la pensée de venir critiquer les actes comme les valeurs qui ne sont pas les nôtres et ne le seront jamais – on ne convainc pas un Peuple avec une obligation mais par un consentement éclairé et non manipulé. Ce consentement est loin d’être unanime, soixante-trois millions de Françaises et de Français n’ont pas suivi  la grand-messe organisée par la gouvernance, il convient de ne pas l’oublier, ce qui est rassurant pour l’avenir et qui en dit très long sur le désir de vivre des Françaises et des Français au-delà des chaînes qu’on leur met aux pieds actuellement. Des chaînes qui se voudraient renforcées par ce double attentat, jusqu’à voir les petits pieds de la fondation franco américaine, demander la mise en œuvre d’un Patriot Act, c’est-à-dire l’anéantissement de nos libertés individuelles dans notre Nation. Cela n’est pas encore fait, mais sans augurer et en espérant que cela ne soit pas, un attentat supplémentaire entraînera cette mise en œuvre n’en doutons pas. Préparons-nous au pire, et gageons que déjà s’organise la mise au cachot de toutes celles et de tous ceux qui ne pensent pas dans la droite ligne du big brother à la Française, qui entouré des délateurs habituels, et des milices communautaristes, permettra de réduire cette pensée à portion congrue. Pas de chance pour cette déréliction qui s’avance, la pensée se transmet à la vitesse de la lumière et couvre tout le long de la toile, ce qui ennuie bien les rééducateurs de la pensée unique qui y sévissent avec l’appui monétaire d’une « europe » dévoyée et subordonnée. On ne peut qu’être inquiet, avec le petit recul que nous avons, d’avoir vu défiler au motif de la défense de la Liberté de s’exprimer, alors que dans notre Nation, toute pensée quelle qu’elle soit ayant pour objet la moindre critique envers les communautarismes, en provenance d’un citoyen de troisième zone, si elle n’est écartée, doit faire l’objet d’un procès et d’une condamnation pour délit d’opinion aux noms des ismes inventés de toutes pièces afin d’asservir le Peuple de France ! La subordination des pouvoirs qui se succèdent, qui aura permis ce double attentat, explique ce détournement juridique, la mise en œuvre de Lois qui ne sont pas constitutionnelles et que tout un chacun doit respecter faute de quoi le couperet de la guillotine tombe. A regarder tout simplement, le citoyen comprendra qu’il n’est plus ici, sur ses terres, qu’un étranger et qu’il doit surtout s’incliner pour laisser passer tout ce qui n’est pas la France et ne le sera jamais, mange, dort, acculture-toi, avorte, et tais-toi, et si tu n’es pas content, l’euthanasie, pardon la sédation, te sera infligée n’en doutons pas sans ton consentement. Voici le programme et ce programme se met en œuvre grandeur nature dans notre Nation qui a besoin de courber l’échine devant des maîtres qui ne sont et ne seront jamais la France. Une dépendance globale envers des pays Moyen Orientaux, envers la gouvernance des Etats-Unis, qui va s’étendre jusqu’au fond de nos chaumières, et où on ne verra pas circuler les sans dents, sinon qu’en autobus, sous surveillance policière bien entendue, menu fretin de soixante-trois millions de personnes, de genre pardon, en prosternation devant les idoles hâtant leur désintégration intellectuelle et spirituelle, dans le fumier puant d’une acculturation et d’un illettrisme confondants. Il n’y a que les aveugles pour ne pas voir cette réalité assourdissante, cette réalité qui vient et contre laquelle la salubrité publique doit se lever par vote éclairé de ses représentants, ni franc-maçon, ni sectaire, ni d’aucune souche de dites société de pensées déviantes. Face à l’absurdité à laquelle nous assistons, des préférences communautaristes, il serait temps d’épanouir la Loi de 1905, l’étendre au Protestantisme, au Judaïsme, à l’Islam, aux sectes diverses et variées dont la Franc-maçonnerie qui ne doit en aucun être représentée dans le pouvoir. Cette Loi viendra pour restituer leur qualité de Française et de Français à soixante-trois millions de nos concitoyens oubliés par la tempête inquisitrice des mots de l’idolâtrie socialiste. Et lorsque le Peuple aura retrouvé le Pouvoir, qui n’appartient à personne, par un vote régulier et légal, alors ses représentants reprendront concommitamment  à cette Loi, toutes les zones de droits afin de faire cesser la radicalisation de certains de nos concitoyens, qui ne se radicalisent pas uniquement en Prison mais dans les-dites zones de non droit, et y faire cesser le trafic de drogue, enfin les désarmer, ce qui permettra d’unifier la France et non la diviser au nom d’une paix sociale, qui n’en doutons pas rapporte bien aux éléments de certains partis et autres officines quelles qu’elles soient. Cela viendra, car les Françaises et les Français de troisième zone, comme, et j’en suis convaincu, les Françaises et les Français de seconde zone, comme de première zone, n’accepteront jamais la dictature de la pensée unique qui se veut un fait établi alors qu’elle n’est que l’impertinence des médiocres. Car par-delà les confessions, par-delà la couleur de notre peau, il existe un sang qui a muri notre Nation qui ne peut ainsi péricliter dans tout ce qu’elle exècre, la prétention de sectes vivipares officiants à sa destruction. Ce n’est la tentative de redorer le blason d’une gouvernance en faillite qui y changera quelque chose. La marée médiatique à laquelle nous assistons pour nous présenter cette gouvernance qui a permis à nos citoyens de partir faire le djihad, d’armer des groupuscules terroristes en Syrie, comme blanche comme neige, ne fait pas sourire. On voit là, sur le sang de nos morts le levier de la bête immonde qui veut régner en maître dans notre Nation. Ce battage digne des plus grandes fresques communistes de l’Union Soviétique, comme de ce Maoïsme ignoble qui a sévit en Chine, ne passe pas inaperçu aux yeux d’un public qui, passé le coup de l’émotion, ne peut que trouver là que motif d’une abjection profonde, non pas pour cette manipulation, on a l’habitude malheureusement, mais sur le fait que cette manipulation s’appuie sur le sang de Français tombés sous les coups de la barbarie instrumentalisée. Instrumentalisée est le terme exact face au laxisme des gouvernances successives, face à l’ingérence communautariste, face au coup d’état sectaire, qui voient aujourd’hui la barbarie se baigner dans notre sang. La responsabilité n’est pas exclusive du « djihadisme » mais elle concerne ces gouvernances du laxisme, une politique extérieure totalement inféodée et chaotique à tout ce qui ne représente pas les intérêts de la France, une politique interne vomissant sa haine du Peuple de France en voulant le réduire au nom d’une idéologie laïque à l’état d’un ver, ce genre bestial qui sera une marchandise convoitée, n’en doutons pas comme esclave économique ou esclave sexuel, dont se débarrassera comme on se débarrasse d’un mouchoir sale les « sages » œuvrant à la liquidation systématique de notre Identité, de notre Culture, de notre Spiritualité. La véritable laïcité passe par le respect inaliénable de l’Identité Française, de la Culture Française, de la Chrétienté comme de l’Islam comme du Judaïsme, comme du Protestantisme, et tutti quanti, l’une l’autre de ces religions n’ayant pas à prendre le pas sur l’Etat, subordonner l’Etat à leur rhétorique quelle qu’elle soit. Rendons à César ce qui appartient à César, et à  Dieu ce qui appartient à Dieu. Cela viendra lorsque nous aurons évacué la trahison, la félonie, la subordination, la reptation, la prévarication, tous ces fléaux qui s’inscrivent ce jour en lettre de sang sur le front de celles et de ceux qui semblent, en se penchant, voir qu’il existe un Peuple de France, ignorant bien entendu le quart de sa population pour se retrouver dans ce Janus immonde qui est le monstre d’hypocrisie qu’ils servent les uns les autres à un Peuple aveuglé par l’acculturation et l’illettrisme,  totalement ? En aucun cas, car restent ces citoyens de troisième classe que l’on injurie, traite de tous les ismes qui sont les remparts au muselage de la pensée, qui représente soixante-trois millions d’individus. Ne doutons pas un seul instant que la gouvernance n’ait pas compris qu’elle n’était pas le moteur d’une union Nationale, et craignons de voir le déchaînement de la violence instrumentée se poursuivre afin que tout un chacun s’efface pour devenir la larve consentante qu’elle attend de chacun d’entre nous. Cela ne sera pas le cas si et si seulement les Françaises et les Français cessent de voter pour les allégeances aux puissances étrangères et aux sectes. Face à ce déni de réalité, que fait la gouvernance ? Elle déploie dix mille hommes, non pas pour investir les zones de non droit et en éradiquer à la source l’Islamisme radical, le trafic de drogue qui le finance, mais dans un effet de manche et de menton, envoie ces hommes protéger les communautarismes, au détriment de l’ensemble du Peuple de France, qui lui, et c’est bien normal pour la subversion, peut crever. Aucune mesure n’est prise sinon celle d’une passementerie en fond d’œil qui ne peut qu’amuser les « terroristes », une passementerie ridicule eu égard au danger que représente le « terrorisme » manipulé et instrumenté : on ne s’attaque pas à ses racines, on ne touche qu’à la surface et notamment dans les prisons de l’Etat. Des décisions claires pourraient être mises en œuvre, savoir le renforcement du budget de notre Armée et de son équipement, services de police compris, le recrutement de forces vives dans la DCRI, les renseignements généraux, et la DGSE, la création de comités de vigilance à travers la Nation, mais rien de cela n’est mis en œuvre sinon qu’avec parcimonie. On envoie notre Porte Avion nucléaire au large, pour combattre une armée de mercenaires créé de toutes pièces par les services Occidentaux, alors qu’il serait profitable qu’il patrouille dans nos eaux territoriales, leurre encore que celui-ci. Croyez-vous un seul instant que les « accords » non avalisés par les Peuples de «  Shengen » soient remis en cause, source de tous les maux que l’immigration apporte ? Croyez-vous qu’une loi nouvelle instaure la suppression du Droit du Sol afin de ne pas laisser investir notre Nation par une marée Humaine qui vient vivre aux frais des caisses que créditent les travailleuses et les travailleurs, les entreprises, voyant le déficit de ce Droit du Sol se chiffrer à quatre-vingt-quatorze milliards d’euros au nom d’un angélisme né de droits et non de devoirs de l’homme ? Croyez-vous qu’une Loi  nouvelle et définitive refonde le Code de la Nationalité afin de ne donner la Nationalité à des gens de toute confession comme de toute couleur méritant de de notre Nation ? Rien de cela n’est fait, sinon qu’en surface, voyant les acrimonies des uns et des autres, de pseudos journalistes continuant à hurler, il ne faut pas d’amalgame. Nous en savons quelque chose, nous les citoyens de troisième zone dans cette Nation qui n’est plus une République mais une Oligarchie à la solde de l’étranger, qui n’est plus une Démocratie, mais une Démocratie uniquement dédiée aux communautés et en aucun cas au Peuple de France, nous en savons quelque chose, et lorsqu’on voit défiler 10% de nos citoyens pour défendre la Liberté de penser, ce qui est rassurant, nous savons les uns les autres que leur marche restera vaine, car notre Liberté de penser n’existe pas, sinon que dans les lignes étroites des avis émis par les communautés quelles qu’elles soient, qui imposent ici le diktat à la parole. Ce diktat se révèle dans sa splendeur par la répression continue dont font l’objet les humoristes, les écrivains, les cinéastes, qui, s’ils ne pensent dans la ligne droite les menant vers l’abîme, sont ostracisés par toute un ensemble de prétendus journalistes qui sont les chiens de garde de la subversion et du totalitarisme. Comme je l’ai toujours dit, le pouvoir n’appartient à personne, et il convient de le reprendre dans le cadre de la légalité et de la Démocratie afin de mettre à terre la subversion qui grenouille dans tous les corps de l’Etat, mâchoire en col blanc qui manipule la mâchoire du misérabilisme, au nom, non pas de l’élévation de l’Etre Humain, mais de sa mise en esclavage. En conscience faut-il se réveiller de l’hypocrisie, de l’obséquiosité, des menaces à l’encontre de notre Liberté, la Liberté de penser, la Liberté de créer, la Liberté de prospérer. L’autosuffisance larvaire de l’acculturation comme de l’illettrisme de toute la paranoïa journalistique et médiatique n’a pas à dicter la pensée d’un Etre Humain, qui doit rester libre et conscient dans ses choix comme dans ses actes, prenant mesure de la véritable Constitution qui est celle de 1789 que je rappelle ici.

Art. 1er. – Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Art. 2. – Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. (On voit ici que ce n’est plus le cas, bien au contraire puisque les partis de l’étranger sont en sur représentation sur notre territoire)

Art. 3. - Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. (Ce jour, la maçonnerie déviante, les sociétés de pensées étrangères, les fondations étrangères, sont les maîtres de notre Nation)

Art. 4. - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. (On voit ici qu’il existe désormais des citoyens de première, seconde et troisième classe, contredisant totalement cet article)

Art. 5. - La Loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas. (La pensée dans le cadre des gouvernances successives est nuisible et sans même qu’il y ait action, ses Lois anticonstitutionnelles donc, la réprime actuellement, avec le souci des deux poids deux mesures en fonction de la classe des citoyens.)


Art. 6. -
La Loi est l'expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. (Nous en sommes loin au regard du phagocytage de la justice par les nervis et commissaires politiques aux ordres de la maçonnerie déviante jusqu’à voir un mur des cons faisant l’apologie du crime au détriment des victimes de ces crimes)

Art. 7. - Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance. (On se rappellera lors de la manifestation pour tous les arrestations arbitraires, la mise en cachot d’un de nos concitoyens laissé nu dans la merde et dans la pisse avec des gardiens lui suggérant qu’ils pourraient le suicider, on se rappellera des plus de deux cent enfermés dans une cour de commissariat de police crènelée de fil de fer barbelé, dans le froid, hommes, femmes, vieillards, enfants, sans boisson chaude, sans couvertures, on se rappellera de l’arrestation arbitraire d’adolescents que la police politique a obligé à signer un déni concernant toute manifestation, (qui n’est qu’un torchon de papier et n’a aucun valeur juridique sinon que pour faire condamner leurs auteurs), on se rappellera de l’hystérie médiatique relative à la mort d’un séide de la police politique, alors qu’agressée une personne s’est tout simplement défendue contre la ratonnade que le groupe du premier exécutait, etc, etc…)

Art. 8. - La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Art. 9. - Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Art. 10. - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. (voyez-vous-mêmes ? Les opinions doivent suivre le droit chemin du vide, ne parlons même pas de la religion placée dans les fosses d’aisance du nihilisme dominant qui veut imposer sa pensée unique acculturée et illettrée, oui, il y bien trouble à l’ordre public de la part de ce nihilisme, notamment par une réécriture de l’Histoire, mais rien n’est fait par les gouvernances aux ordres pour enrayer son venin, bien au contraire, elles attisent le feu en permettant de laisser se vendre jusque dans les grandes surfaces, sans préface en guise d’avertissement, les écrits incitant au djihad de chacun de nos citoyens de confession musulmane)

Art. 11. - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. (Et bien ce jour, ont été définis comme abus tout ce qui pourrait s’opposer à la naissance des citoyens de première et de deuxième classe, afin que les citoyens de troisième classe deviennent des esclaves des premiers, fussent-ils majoritaire. Un Français naturel ne peut pas communiquer ses pensées et ses opinions, il ne peut écrire, imprimer librement en fonction de la soumission qu’il doit faire aux deux catégories de citoyens qui deviennent ainsi, ses maîtres, ce qu’il doit accepter au regard de Lois cyniques concernant de pseudos abus. Dire la vérité en France relève du parcours du combattant, Zemmour en fait les frais actuellement.)

Art. 12. - La garantie des droits de l'Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. (Ici on ne peut s’empêcher de rire, car on voit que la force Publique n’est pas dédiée à l’ensemble du Peuple de France mais bien aux citoyens de première et de seconde zone, la troisième, ma foi, devant tendre le cou et se taire.)

Art. 13. - Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Art. 14. - Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

Art. 15. - La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. (Il sera bien temps de le faire près des diverses gouvernances qui s’auto protègent et devront rendre compte des prévarications et des asséchements vertigineux des crédits des françaises et des Français, comme des entreprises, aux fins de piétiner la réalité Nationale au profit d’une dictature universelle.)

Art. 16. - Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution. ( Au regard de ce qui se passe dans le cadre du coup d’état maçonnique et sectaire qui manifeste sa volonté dans tous les pouvoirs, nous voyons que la France n’a point de constitution, et que cette dernière ne pourra être restaurée qu’en éradiquant dans la légalité toutes les groupes et sectes de pression qui ont déclaré la guerre à la Démocratie comme à la République.)

Art. 17. - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

Cette Constitution est-elle respectée ? En aucun cas pour ses grands principes, nous le voyons, il n’existe plus en France un Peuple uni, mais bien un Peuple sous le joug des communautarismes quels qu’ils soient. Nous pouvons recréer cette union d’un Peuple indivisible quelle que soit sa confession, sa couleur de peau, son orientation sexuelle, mais faut-il d’ores et déjà savoir que cela ne sera que si et si seulement nos votes ne vont plus fournir des armes à notre mise en servage, aux prétendants de tous bords qui osent dire qu’ils se présentent pour le bien du Peuple, lors qu’ils ne font que la politique que décident pour eux des sectes et des prébendiers déviants qui pullulent dans notre Nation. La véritable unité, ce n’est pas celle de marcher pour une Liberté de pensée inexistante dans notre Nation, mais bien de marcher pour l’ensemble des Libertés accordées par la Constitution dont celles de la Constitution de 1789 sont largement auto-suffisantes pour créer les conditions de cette unité retrouvée, une unité foudroyée lors du dernier défilé, faisant apparaître encore une fois l’instinct communautariste de la gouvernance au profit du communautarisme, et non du Peuple dans son intégralité. Il y en a pour penser que la gouvernance actuelle retrouve de la vitalité dans sa prestation, en fait elle marque là son déclin le plus total, incapable, de par ses dépendances, de faire face à une adversité qu’elle a elle-même directement ou indirectement permise. Le leurre stratégique de faire venir à elle un ensemble de représentants d’autres Nations les unes conquérantes, les autres soumises, que ce soit au niveau économique ou au niveau intellectuel, ne passe pas inaperçu, et démontre sa fragilité dans le cadre de son acceptation à un totalitarisme qui n’est pas la France et ne le sera jamais. Les Françaises et les Français ne sont pas dupes de cette opération de récupération la plus vile qui ait pu exister, car née sur le sang de Français assassinés lâchement par la barbarie aux mains sanglantes animée par la barbarie en col blanc. Le pouvoir des sectes n’a que trop duré en France, il faut rendre à l’Etat son discernement et sa grandeur, il faut rendre au Peuple de France sa légitimité et sa souveraineté. Le reste n’est que discours creux qui évite l’essentiel afin que sans retenue tout un chacun, par transfert de responsabilité, se sente coupable de la situation, une situation orchestrée que nous devrions pleinement accepter. Nous ne l’acceptons pas, nous n’acceptons pas que soit foulée aux pieds la Constitution Républicaine de 1789, à laquelle tout pouvoir qui viendra devra se référer afin d’en finir avec les injures des ismes, ce prosélytisme qui ne cesse d’ondes en ondes qu’à refléter leurs inconséquences et leurs dérives totalement délétères. Restons éveillés face à cette virtualité qui au lieu d’affirmer une modestie de bon aloi, se goberge de ses scories, oubliant de dire qu’elle entraîne et arme la barbarie sur les fronts du Moyen Orient qu’elle fait semblant d’attaquer en bombardant un Pays qui autrefois fut une Nation, et qui aujourd’hui est un désert où les communautarismes s’entretuent à qui mieux mieux, pour la plus grande gloire des galons de l’or noir qui se vendent sous le manteau jusque dans nos ports. Belle opération que celle-ci, qui va beaucoup plus loin, la chute du prix du baril devant entraîner la chute de la Russie, ce qui n’est pas le cas et ne le sera jamais, n’en déplaise à la horde des va-t-en guerre qui pullulent dans l’OTAN, qui d’ailleurs commencent à être remis en question par de très nombreux militaires, ce qui ne peut être que rassurant pour notre avenir. Tout est lié, ne l’oublions jamais, les dépendances comme les interdépendances qui ont si bien conflué pour restaurer leur image de marque lors de ce défilé politique parfaitement manipulé, le prouvent s’il en était besoin. La France n’a pas à être subordonnée à quiconque, or ce défilé a démontré que sa gouvernance était subordonnée à la politique étrangère de certaines Nations, aux communautarismes de certaines Nations, à une allégeance sans commune mesure envers l’Allemagne, qui n’est qu’une Nation dans la partition Européenne, actuellement à la botte des Etats-Unis. Et l’on nous parle d’unité dans ce pays où il n’en existe plus aucune, sinon celle des communautarismes minoritaires. La majorité, quant à elle, doit tenir silence, surtout bien comprendre qu’elle ne doit pas faire d’amalgame, accepter sa mise en esclavage en adorant ses geôliers, ces gauleiters aux petits pieds qui s’imaginent le centre du monde parce que quelques sociétés discrètes leur ont mis le pied à l’étrier du pouvoir, vendus comme des marques de savonnettes dans le leurre absolu masquant leurs appartenances et leurs dépendances. Il est temps que ces produits du marketing mondial socialiste fassent l’objet d’une traçabilité générale de la tête aux pieds, on peut le faire sans problèmes grâce à la vanité de certains groupes manifestant leur agrément à des petits pieds en dépendance envers leur idéologie. Cela se fera juridiquement, en développant la Loi de 1905, comme précité. On ne peut servir deux maîtres à la fois, le Peuple et les sectes, il faut savoir choisir, et la classe politique qui aujourd’hui se révèle l’entremetteuse de cette horreur à laquelle nous venons d’assister devrait plutôt baisser la tête au lieu de la dresser avec des rictus dictatoriaux qui ne prennent que pour leur entourage et en aucun cas pour le Peuple, le délaissé que l’on voudrait prostituer à ses dérives. Le Peuple n’est pas une prostituée qui devrait œuvrer pour des maquereaux qui usurpent son pouvoir, se paient sur sa capacité de travail et dilapident ses faibles ressources durement cotisées, au motif de leurs lubies mégalomaniaques, une « république » universelle qui ne sera qu’une dictature universelle notamment. S’il y en a qui pensent que cela doit être ainsi, ils n’ont pas leur place dans un quelconque pouvoir, or, qu’aucun leurre ne vienne ternir cette image, cela est le cas pour la plupart qui de concert sous les hospices du Siècle, enserrent la France dans leurs griffes. Le pouvoir y est ici fermenté, devisé et octroyé puis vendu comme on vend une marque de chaussette, et il n’est que de voir qui s’y profile pour comprendre que la Démocratie n’est plus qu’un leurre et que cette « oligarchie » envoie ses sbires à la manœuvre, L’entonnoir est là dans sa béance et c’est bien cela, entre autre qu’il convient de réguler dans notre Nation afin de destituer l’usurpation qui y règne. Une usurpation dont le Peuple fait les frais, une usurpation qui le voit devenir de troisième classe dans sa Nation multimillénaire, au motif du laxisme ordonné et manipulé par ces « gouvernances » dites démocratiques et Républicaines, qui sont des Oligarchies dictatoriales et n’ont donc rien à voir avec le bien du Peuple, mais avec leur bien propre, le bien des membres de leurs sectes diverses et variées qui vivent comme des parasites sur le dos du Peuple. Et il y en a aujourd’hui, réécrivant l’Histoire, de faire accroire que les Françaises et les Français vivaient mal du temps de la Royauté, notre jour est bien pire que celui-ci, un jour où flotte un étendard qui n’est pas l’étendard du Peuple mais des sectes associées qui usant de tous les stratagèmes, veulent maintenir leur pouvoir sur les Peuples endormis par ses illusionnistes, ses comiques, ses médiocres. Il y a eu un avant, il y a effectivement un après, celui de voir l’Unité Nationale n’être pas vaine, celui de voir le Peuple ne faire qu’un et non se résorber dans les communautarismes, celui de voir le Peuple se faire respecter par des élus sans la moindre dépendance à une quelconque secte quelle qu’elle soit, celui de voir le Peuple représenté par un gouvernement sans la moindre dépendance, oeuvrant pour le bien public et non pour des biens factuels qui ne représentent pas la France et ne seront jamais la France. Au moment de terminer cet éditorial, nous apprenons que le drapeau Français est brûlé dans les Pays Africains, que l’on conditionne comme martyrs les fomenteurs du double attentat, notamment en Algérie. Cela démontre s’il en fallait que la haine porte son visage, toujours le visage des communautarismes quels qu’ils soient envers notre Terre, notre Peuple, notre Identité, notre Souveraineté, qui bien entendu sur nos propres terres n’en pense pas moins, n’en doutons un seul instant, devant le laxisme de gouvernances qui se cachent la tête dans le sable plutôt que de regarder la réalité, qui préfèrent affronter dans les prisons l’Islam radicalisé au lieu de l’affronter dans les zones de non droit. Que l’on se rassure les yeux du Peuple sont ouverts sur cette démission de la gouvernance, comme de sa soumission à tout ce qui n’est pas la France et ne le sera jamais. Les urnes parleront d’elles-mêmes. » La Terre est de plus en plus sous le joug des particularités, des associations diverses et variées qui dans le leurre le plus complet font semblant de se combattre, mais se révèlent des factions particulièrement organisées aux fins de détruire les Identités et les Nations afin de réduire les Peuples en servage. Souhaitons que la Démocratie se ressource sur cette petite terre où sa virtualité ne fait aucun doute. A suivre…

The vast messe

What new in this small land or the lure is the common good? But now read this small message: " Every human being intelligent can only be dismayed by the recovery company to its benefit and for the benefit of;, following the terrorist attacks that occurred in our Nation, by a "class" policy on the way to extinction. A recovery company worthy in the great masses communist or national socialist, here, a grand-messe allowing you to restore the brand image of a governance in disarray in the polls, leading a paltry political at all levels, and whose general poor is exemplary. The Republic has good dos, the freedom to express oneself in the same way, democracy also, when everyone must know, if he did not already know, that the "power" in France, is not the expression of its people, but of a swamp or tributary all markets of subversion, the suggestion the annihilation of our Nation, Frank masonry deviant, young leaders of the foundation franco-american that frame the power at the highest level, small pharmacy of the Fabian Society wanting to establish the global socialism, whose framework is delimited by a dictatorship of fact of some financial monopolies and banking. The deceived the eye here is an obvious, not taking no account of deaths caused by this double attack whose causes are to redefine, both we pointed out inconsistencies in their perpetration, including oblivion "miraculous" of an identity card in a car: the people who slaughter coldly "targets", save the other, and withdraw to a perfect order, which are neither children of choir and still less of novices, and cannot forget that in mission one should take no paper to be identified. We have had to make to an act of war, that does not want to recognize the current governance as its valuable allies in a dummy opposition, who does not see that the action of "jihadists" trained in Yemen , funded by? The real question here arises as to who has funded this action, an action on which one layer of the characters perfectly identified by our special services, and when we observe the background, Canada, the United States, with Boston, we note the similarities notorious which can only leave to think about the whys and wherefores of this barbarity. The barbarity has always been the nerve center of the war of subversion, it is called from the right and the left, these notions that only exists for the common mortal transfixed by the words of order and the sense to make a stone in the building who does the will never. The barbarity has done pull on the people in Russia to put on the account of the Tsar his murderous madness, barbarism did not hesitate during the "republican war" financed by the Grand Orient between other, to do dig up nuns and then impaled in public square, while it offered more young people in its "jihadists" the right to emasculate the soldiers of Franco. Two typical examples that some would like to see in the labyrinths of oblivion, but who are still alive to understand a thing, it is that of socialism bending the housed deviant there is nothing to wait for, that this typology of massacres. The massacres that this ideology encourages in Syria via the troops of Jihadists that she led, manipulated, and weapon to the great expense of the taxpayers of our Nation. We expected when this great mass at some excuse for the deliveries of weapons in Syria who are going to kill our soldiers on the fronts of Mali and elsewhere, but Nope, right in his boots there is here no excuse, and much worse the French citizen is now treated as a citizen not of second zone as i had indicated in a previous but well as a citizen in a third zone which must kneel to two communities which do not represent ten per cent of its people, and for which ten thousand troops have been put in place to protect virtually exclusively. You like me are part of these four-twenty-ten per cent of French and French who must accept everything including their implementation to death by commandos perfectly orchestrated and this in order to guarantee the destruction of our Nation, the killing of our identity multimillenial, up to these "laws" who come guarantee soon our euthanasia free or granted. We do not hear the Catholic Church in this priesthood, infiltrated that it is by this whole ghosting ideological which cannot find its marks as in the rolling of all values, including human by creating this larva that we named the kind, but that we are reassured, Christianity, martyred, crucified, scarred, lacerated in Syria and in all the nations be pretending to provide a religion of peace and love, goes well beyond the Catholic Church, even if this Church he is unfaithful, by the acts as by the at. What the hell, we can therefore now after this tragedy which caused the death of ten-seven French, with all due deference to those who prefer to see in them, not the French, but nationals of denominations who want to separate, we can therefore now burn the churches, steal, rob, see our cemeteries vandalized, without that a small finger cannot be lifted on the part of those who dare, to present themselves as heroes this day, then that they have facilitated by their laxity this barbarism, which originates in sow death in our Nation. We do not have here, we the French in a third zone, to receive no moral lesson to anyone, least of politicians who are not the policy of France but obey perfectly to the liturgy globalist and to its s Bassets who open by all paths in order to initiate in the unconscious popular graduation systemic of the flagellation, leading to this domestication perfectly prepared and packaged that we have just experienced. When we refused to see scroll through twenty-five per cent of the voters in a demonstration called "republican", each will have understood that we are no longer in the Republic, but well under the tutelage of an oligarchy in fact, sold, to access the power, by the entire mediacratie to the haystack. The deep France, the one that does not respect in no case this oligarchy subject to deviant corporations, will make the difference between the intellectual honesty and, by the group memberships, the opportunism reviewed and corrected by the media wanderings, of those and of those who will come at the next election. This tidal wave overcenter hex gold of all the powers the labels of Janus, UMPSUDIFDGE, all subservient to the franc deviant masonry, from the foundation franco-american, who this day is the master of our State, which is no longer a State of law accordingly, but a State muzzled by a sect aimed to destroy our nationality, our identity, our State itself, to dilute our country in the accents of a "Europe"  Mongolian, say federal, which will be for resonance a Germany contemptuous and arrogant, it is never going to change, screw-to-screw of the United the most fragile as the least competitive. Do we deceive ourselves, which exists in our Nation exists to even in the precincts of Parliament in Strasbourg or worse still, we self-proclaimed, without that peoples had the right to vote. Dictatorship of fact, this "Europe"  slowly locked all the nations so that they fit into its order "new", let us look at what is happening in Ukraine, where democracy is tainted by the murder and the murder sanctioned by the so-called "europe"  .  She locked and obeys to this which is not Europe and never will be, a cohort of financiers and bankers stateless prevailing on the City and Wall Street, who are the rain as the weather in the values in order to better see bowing down those and those who defy and do not want to bend to their barbaric rules. Don't wait here in this context no other outlet for this dreary marshes and bloody, that a vote of public safety which will allow for a cleaner the Nation of parasitism which the crucified. This crucifixion is well highlighted in the framework of a Freedom anaemic, which soon will be more and more rarefied, thus preventing the thought to come criticize the acts as the values that are not ours and never will be - it is not convincing  a people with an obligation but by an informed consent and  non-manipulated. This consent is far from unanimous, sixty-three million French and French have not followed the grand-messe organized by the governance, it should not be forgotten, which is reassuring for the future and that is very long on the desire to live the French and French beyond the strings that it takes them to feet currently. Of the strings which would strengthened by this double attack, up to see the small feet of the foundation franco-american, ask the implementation of a Patriot Act, that is to say, the annihilation of our individual liberties in our Nation. This is not yet done, but without augured well and hoping that this is not, a extra attack will cause this implementation do not doubt it. Let us prepare ourselves for the worst, and I bet that is already organizing the implementation to the cachot of and of all those who do not believe in the right line of the big brother to the French, who surrounded by the usual informers, and the militias communautaristes, will reduce this thought to pittance. No chance for this Jilt which is advanced, the thought may be transmitted to the speed of light and covers all along the backdrop, what bothers many rehabilitation workers of the single thought that are rife with the monetary support of a "Europe"  misguided and subordinate. We can only be concerned with the small decline that we have, to have seen scroll through on the grounds of the defense of the freedom to express themselves, whereas in our Nation, any thought whatever it is having for object the slightest criticism of the; from a citizen in a third zone, if it is excluded, must be the subject of a trial and a conviction for a crime of opinion to the names of the isms invented of all parts in order to subjugate the people of France ! The subordination of the powers which have succeeded each other, which will permit this dual attack, explains this legal diversion, the implementation of laws that are not constitutional and that everyone must respect otherwise the guillotine falls. A watch simply, the citizen will understand that it is no longer here, on his land, that a foreigner and that he must especially if tilt to let go everything that is not France and never will be, eats, sleeps, acculturated-thee, aborted, and tais-thee, and if thou art not content, euthanasia, pardon the sedation, te will be imposed do not doubt without your consent. Here is the program and this program is implements grandeur nature in our Nation which needs to bow to the wishes of the masters who are not and never will be France. An overall dependency toward the average country Oriental, toward the governance of the United States , which will extend up to the bottom of our thatched cottages, and or there will not circulate the without teeth, otherwise than in buses, under police surveillance well heard, minnow of sixty-three million people, kind of forgiveness, in prostration before the idols hastening their disintegration intellectual and spiritual, in the manure reeking of acculturation and a functional illiteracy confounding. There is that the blind not to see this reality blaring, this reality comes and against which the public health must stand by informed vote of its representatives, nor freemason, nor sectarian, nor to any strain of say society of deviant thoughts. Face to the absurdity to which we are witnessing, communautaristes preferences, it would be time to develop the Law of 1905, extend it to the Protestantism, Judaism, Islam, the various sects and varied freemasonry, which must in no be represented in the power. This Bill will come to restore their quality of French and French to sixty-three million of our fellow citizens forgotten by the inquisitorial storm of words of the idolatry socialist. And when the people will have returned to power, which does not belong to anyone, by a proper vote and legal, then its representatives will resume concommitamment  to this Act, all the areas of human rights in order to stop the radicalization of some of our fellow citizens, who do become more polarized not only in Prison but in the-say areas of non-right, and y to stop the trafficking of drugs, finally the disarm, which will unify the France and not the divide in the name of social peace, which no doubt relates well to the elements of some parties and other pharmacies whatever they are. It will come, because the French and the French of third zone, as, and I am convinced, the French and the French second-zone, as of first zone, never accept the dictatorship of the single thought that wishes to be an established fact when it is only the impertinence of mediocre. Because beyond the denominations, beyond the color of our skin, there is a blood that has muri our Nation that cannot wither as well in everything she abhors, the contention of sects v iviparous paludines officiants at its destruction. This is the attempt to improve the image of a governance in bankruptcy, which y will change something. The tide media to which we are witnessing for we present this governance which has enabled our citizens from leaving to the jihad, arming of terrorist groups in Syria, as white as snow, does not smile. We see here, on the blood of our dead the lever of the foul beast who wants to reign in our Nation. This threshing worthy of more large murals communists of the Soviet Union, as of this ignoble Maoism which was rife in China, does not pass unnoticed in the eyes of a public that, past the coup of the emotion, can only find that pattern for a deep abasement, not for this manipulation, it was the usual unfortunately, but on the fact that this manipulation is based on  the blood of French graves under the blows of the barbarity instrumentalized. Instrumentalized is the exact term face to the laxity of the successive governance, face to the interference communitarian, face to the coup sectarian, who see today the barbarity bathe in our blood. The responsibility is not exclusive of the " jihadism " but it concerns these governance of the laxity, an external policy totally subservient and chaotic to everything that does not represent the interests of France, an internal policy spewing his hatred of the people of France in wanting to  reduce it to the name of a secular ideology to the status of a worm, this kind bestial who will be a coveted merchandise, do not doubt as economic slave or sex slave, which is rid as you get rid of a handkerchief dirty the "wise men" opening to the systematic liquidation of our identity, our culture, our spirituality. The true secularism passes through the respect inalienable of the French identity, of the French Culture, to Christianity as of Islam as Judaism, as Protestantism, and tutti quantitative, one other of those religions not having to take the not on the State, subordinating the State to their rhetoric whatever it is. Render unto Caesar what belongs to Caesar, and to God what belongs to God. That will come when we will have vacated the treason, treachery, the subordination, the creeping, the prevarication, all these scourges who enroll this day in letter of blood on the forehead of those and those who seem, by addressing, see that there is a people of France, ignoring of course the quarter of its population to find themselves in this Janus vile which is the monster of hypocrisy that they serve each other in a blind people by the acculturation and illiteracy, totally? In no case, because remain these third-class citizens that is abused, treaty of all isms which are the ramparts to muzzling the thought, which represents sixty-three million individuals. Do not doubt for one moment that the governance did not understand that it was not the engine of a national union, and fear to see the rampage of violence orchestrated score to continue so that everyone will be cleared to become the larva consenting that it expects of each of us. This will not be the case if and only if the French cease to vote for the allegiances to foreign powers and sects. Faced with this denial of reality, that fact the governance? She deploys ten thousand men, not to invest the areas of non-law and eradicate the source radical Islamism, the drug trafficking that the funded, but in an effect of joystick and chin, sends these men protect;, to the detriment of the whole of the people of France, who him, and it is quite normal for the subversion, can starve. No action is taken if not that of a other trimmings in bottom of oil which can only amuse the "terrorists", a ridiculous other trimmings had regard to the danger that represents the "terrorism" manipulated and instrumented: we do not attack to its roots, it only relates to the surface and especially in the prisons of the State. Clear decisions could be implemented, namely the strengthening of the budget of our army and its equipment, police services, including the recruitment of active forces in the DCRI, the general information and the DGSE, the creation of the vigilance committees across the nation, but none of it is implemented otherwise that sparingly. It sends our Aircraft Carrier nuclear to the wide, to combat an army of mercenaries created of all parts by the Western services, whereas it would be profitable that he patrol in our territorial waters, decoy yet that the latter. Do you think for one moment that the "agreements" not endorsed by the peoples of "Schengen " were being questioned, the source of all evils that immigration brings? Do you think that a new law introduced the abolition of the right of the soil in order to not let invest our Nation by a human tide who comes to live at the expense of the crates that gave the women workers and the workers, the companies, led the deficit of this right of the soil is Encrypt to ninety-four billion euros in the name of a otherworldliness does of rights and not duties of man? Do you think a new Act and revises final the Nationality Code in order not to give the  nationality to people of any faith as of any color deserving of our Nation? None of this has been done, otherwise than on the surface, led the acrimonious relationship of each other, of pseudo journalists continuing to yell, he must not of amalgam. We know something about it, we, the citizens of third zone in this nation which is no longer a Republic but an oligarchy to the balance of the foreigner, who is no longer a democracy, but a democracy only dedicated to communities and in no case to the people of France, we know something about it, and when we see scroll down 10% of our citizens to defend the liberty of thought, which is reassuring, we know each other that their market will remain futile, because our freedom of thought does not exist, otherwise than in the narrow lines of the opinion issued by the European communities what they are, which impose here the diktat to the floor. This diktat is revealed in its splendour by the repression continues which are the subject the humorists, writers, filmmakers, who, if they do not feel in the straight line the leading toward the abyss, are ostracized by any one set of alleged journalists who are the watchdogs of the subversion and totalitarianism. As I have always said, the power does not belong to anyone, and it should be the resume in the framework of legality and democracy in order to land the subversion that frog in all the body of the State, jaw white collar that manipulates the jaw of the prurience, on behalf, not of the elevation of the human being, but of its implementation in slavery. In conscience is it waking up to the hypocrisy, of the obsequiousness, of threats to our freedom, freedom of thought, freedom to create, the freedom to prosper. The self-sufficiency of larval acculturation as of illiteracy of the whole paranoia and journalistic media has not to dictate the thinking of a human being, who must remain free and aware in its choice as in its acts, taking measure of the real Constitution which is the one of 1789 that I recall here. 

S. 1. - Men are born and remain free and equal in rights. Social distinctions may be founded only on the common utility.

S. 2. - The goal of any political association is the conservation of the natural and imprescriptible rights of man. These rights are liberty, property, safety, and resistance to oppression. (One sees here that this is no longer the case, quite the contrary since the parties from abroad are in on representation on our territory)

S. 3. - The principle of all sovereignty resides essentially in the Nation. No body, no individual may exercise of authority which does not emanate from expressly. (This day, masonry deviant, the companies of foreign thoughts, the foreign foundations, which are the masters of our Nation)

S. 4. - The Freedom consists in being able to do anything that does not harm others: thus, the exercise of the natural rights of each man has of terminals that those who provide to the other members of the society the enjoyment of these same rights. These terminals can only be determined by the law. (One sees here that there is now the citizens of first, second and third class, totally contradicting this article)

S. 5. - The law has the right to defend that the actions harmful to the Company. Everything that is not defended by the law cannot be prevented, and no one may be compelled to do what she does not order. (The thought in the context of successive governance is harmful and even when there is no action, its laws unconstitutional therefore, the repressed currently, with the concern of the two weights two measures based on the class of citizens.)


S. 6. -
The law is the expression of the general will. All citizens have the right to contribute personally, or by their representatives, to his training. It must be the same for all, whether it protects or punishes. All citizens being equal to its eyes are also eligible for all dignities, squares and public sector jobs, according to their ability, and without any distinction other than that of their virtues and their talents. (We are far in the light of the phagocytage of justice by the thugs and political commissars to the orders of the masonry deviant up to see a wall of cons eulogizing the crime at the expense of the victims of these crimes)

S. 7. - No man may be accused, arrested or detained except in the cases determined by law, and according to the forms prescribed. Those who seek, expedient, running or font execute orders arbitrary, must be punished; but any citizen called or seized under the Act must obey the moment: he is guilty by the resistance. (It will be recalled during the demonstration for all arbitrary arrests, the solitary confinement of one of our fellow citizens left naked in the shit and in the piss with guards him suggesting that they might commit suicide, we will recall of more than two hundred locked up in a court of police station starwheel of barbed wire, in the cold, men, women, old people, children, without hot drink, without blankets, it will be recalled from the arbitrary arrest of teenagers as the political police was forced to sign a denial concerning any demonstration, (which is only a scrap of paper and has no legal value otherwise than to do condemn their authors), we will recall the media hysteria relative to the Death of a minion of the political police, then that assaulted a person is simply defended against the racist rampage that the group of the first ran, etc, etc etc. )

S. 8. - The law should establish that the penalties strictly and obviously necessary, and no one can be punished only by virtue of a law established and promulgated prior to the offense, and lawfully applied.

S. 9. - Any man being presumed innocent until he has been convicted, if it is considered essential to the stop, any rigor which would not be needed to ensure a person must be severely punished by the law.

S. 10. - No one should be concerned for his opinions, even religious ones, provided that their manifestation does not disturb the public order established by law. (Do you see themselves? The opinions must follow the right path of the empty, do not even talk about the religion placed in the cesspools of the dominant nihilism that seeks to impose its single thought acculturated and illiterate, yes, there are many disturbing public order on the part of this nihilism, especially by a rewriting of the history, but nothing is done by the governance to the orders to curb his venom, on the contrary, they stir up the fire by allowing to let sell until the large surfaces, without preface by way of a warning, the writings inciting the jihad of each of our citizens of the Muslim faith)

S. 11. - The free communication of thoughts and opinions is one of the most precious rights of man: every citizen may therefore speak, write and print freely, except to respond to the abuse of this freedom in the cases determined by law. (And well this day, have been defined as abuse everything that could be opposed to the birth of the first and second-class citizens, so that the third-class citizens become slaves of the first, albeit they majority. A French natural cannot communicate his thoughts and opinions, it cannot write, print freely, on the basis of the submission that it must make to the two categories of citizens who become as well, its masters, what he must accept in the light of Laws cynical concerning withe abuse. Tell the truth in France falls within the course of the fighter, Zemmour in fact the costs currently.)

S. 12. - The guarantee of the Rights of Man and of the citizen need a public force: this force is therefore established for the benefit of all, and not for the particular usefulness of those to whom it is entrusted. (Here one has to laugh, because we can see that the public force is not dedicated to the whole of the people of France but well to the citizens of first and second zone, the third, my faith, to stretch the neck and be quiet.)

S. 13. - For the maintenance of the public force, and for the expenses of administration, a joint contribution is indispensable: it must be equally divided between all citizens, by reason of their faculties.

S. 14. - All citizens have the right to see, by themselves or by their representatives, the need of the public contribution, of the consent freely, to track the employment, and to determine the amount, the base, the recovery and the duration.

S. 15. - The Company has the right to request account to any public servant of his administration. (It will be good time to do so near the various governance which is auto protect and will have to make account of the prevarications and dizzying drying of appropriations of the French and the French, as undertakings, for the purposes of trample over the national reality to the benefit of a universal dictatorship.) 

S. 16. - Any society in which the guarantee of rights is not provided, nor the separation of powers determined, has point of Constitution. ( In the light of what is happening in the framework of the coup and Masonic sectarian who demonstrated its willingness in all powers, we can see that France has point of constitution, and that the latter can be restored only by eradicating in the legality all groups and sects of pressure which have declared war on democracy as to the Republic.)

S. 17. - The property is an inviolable and sacred right, no one may be deprived, if this is when the public necessity, legally found, the requires, of course, and under the condition of a fair and prior compensation.

This Constitution is it being respected? In no case for its major principles, we see it, it no longer exists in France a united people, but a people under the yoke of; whatever they may be. We can recreate this union of a People indivisible regardless of his confession, his skin color, his sexual orientation, but must we already know that this will be only if and if only our votes will no longer provide weapons to our implementation in serfdom, the pretenders of all edges who dare say that they present themselves for the good of the people, when they do that the policy that decide for them of sects and grants subsidised deviant that flourish in our Nation. The true unity, this is not the one to walk for a freedom of thought non-existent in our nation, but well to walk to all the freedoms granted by the Constitution including those of the Constitution of 1789 are largely self-sufficient to create the conditions for this rediscovered unity, a lightning unit during the last parade, showing once again the instinct communitarian governance to the benefit of communalism, and not of the people in its entirety. There is something for thinking that the current governance found in the vitality in its delivery, in fact it marks where its decline the more total, incapable, of by its dependencies, to face a adversity that it has itself directly or indirectly permitted. The lure of strategic do come to it a set of representatives of other nations the few conquerors, the other subject, be it at the economic level or at the intellectual level, does not pass unnoticed , and demonstrated its fragility in the framework of its acceptance to a totalitarianism which is not France and never will be. The French and the French are not fooled by this recovery operation the most vile that might have existed, because born on the blood of French cowardly murdered by the barbarism to bloody hands animated by the barbarity in white collar. The power of the sects did that too lasted in France, it is necessary to make to the State his discernment and its greatness, it must be accountable to the people of France its legitimacy and its sovereignty. The rest is just rhetoric that avoids the essential in order that without restraint everyone, by transfer of responsibility, feel guilty for the situation, a situation orchestrated that we should fully accept. We do not accept, we do not accept that either trampled the Republican Constitution of 1789, which all power which will collect will refer to in order to finish with the insults of isms, this proselytism, which never ceases to waves in waves that to reflect their inconsistencies and their derivatives totally deleterious. Remain awake face to this virtuality which instead of asserting a modesty in good standing, se pollock of its slag, forgetting to say that she trained and armed the barbarity on the fronts of the Middle East that it pretended to attack by bombing a country that once was a Nation, and which today is a desert or the; are killing each other to which better better, for the greater glory of the ornaments of the black gold which are sold under the mantle into our ports. Nice operation that the latter, which goes much further, the fall in the price of a barrel before cause the fall of Russia, which is not the case and never will be, and will not disappoint the horde of goes to war that flourish in NATO, which also are beginning to be called into question by very many soldiers, that which can only be reassuring for our future. Everything is related, never forget, the dependencies as the interdependencies that have if well traditions to restore their brand image when this parade policy perfectly handled, the prove if there was need. France has not to be subject to anyone, however this parade has demonstrated that its governance was to be subject to the foreign policy of some nations, the ; of some nations, to a allegiance without common measure toward Germany, which is only a Nation in the European partition, currently at the heel of the United States . And we talk about unity in this country or it no longer exists no, otherwise the; minority. The majority, for its part, must keep silence, especially well understand that it should not be lumped together, accept its implementation in slavery in worshipping his jailers, these gauleiters to small feet which imagine the center of the world because a few discrete companies put their foot to the calliper of power, sold as trademarks of soaps in the absolute decoy hiding their memberships and their dependencies. It is time that these products of the global marketing socialist should be the subject of a general traceability from head to feet, it can be done without problems thanks to the vanity of some groups demonstrating their approval for small feet in dependence on their ideology. This will be done legally, by developing the Law of 1905, as described above. We cannot serve two masters at the same time, the people and the sects, it is necessary to know choose, and the political class which today is revealed the eager matchmaker of this horror to which we have just to attend should rather decrease the head instead of the dresser with the grimace dictatorial who do not take that for their entourage and in no case for the people, the abandoned that one would want prostitution to its derivatives. The people is not a prostitute who should work for mackerel who usurp his power, is paying on its working capacity and squander its limited resources severely chipped, on the grounds of their whims megalomaniacs, a "republic" which universal will that a dictatorship including universal. If there are people who think that it should be, they do not have their place in any power, however, that no decoy does Vienna tarnish this image, this is the case for most who of concert under the hospices of the century, the curvaceous courtyard France in their claws. The power y is here fermented, currency and granted and then sold as it sells a brand of sock, and it is only to see that if y profile to understand that democracy is more than an illusion, and that this "oligarchy" sends his henchmen to the maneuver, the funnel is in its implies and that is it, among other things that it is appropriate to regulate in our nation in order to dismiss the usurpation which prevails there. A usurpation whose people made the costs, a usurpation who sees him become of third class in his Nation multimillenial, on the grounds of the laxity ordered and manipulated by these "governance" called Democratic and Republican, who are of dictatorial oligarchies and therefore have nothing to see with the good of the people, but with their very own, the many members of their sects various and varied which live as parasites on the backs of the people. And there are today, rewriting history, to give the impression that the French and the French lived evil from the time of the kingship, our day is much worse than the latter, a day or fleet a banner which is not the banner of the people but of sects which associated using all the stratagems, want to maintain their power over the people asleep by its illusionists, its comedy, its mediocre. There was a before, there is actually a after, that of see national unity not be futile, that of seeing the people do make that a and non-reconciled in the; as to see people be respected by elected officials without the slightest dependence to any sect whatever it may be, the one to see the people represented by a government without the slightest dependence, working for the public good and not for goods factual which do not represent France and will never France. At the time of finish this editorial, we learn that the French flag is burned in the African countries, that the conditioning as martyrs the Rabbles of the double attack, particularly in Algeria. This shows if it were needed that hatred door his face, always the face of; whatever they are for our land, our people, our identity, our sovereignty, which of course on our own land do not think less, there is no doubt a single moment, before the laxity of governance which are hiding the head in the sand rather than to look at the reality, which prefers to tackle in the prisons Islam radicalized instead of the face in the areas of non-right. That we should be reassured that the eyes of the people are open on this resignation to governance, as in its submission to everything that is not France and never will be. The ballot box will speak for themselves." The Earth is more and more under the yoke of the particularities, various associations and varied which in the lure the most comprehensive are pretending to be combat, but are proving particularly factions organized for the purposes of destroying the identities and the United in order to reduce the peoples in serfdom. Hope that democracy is resource on this small land or its virtuality is no doubt. A follow ...

© Vincent Thierry

 
Dernière Mise à jour ( Samedi 17 Janvier 2015 à 16:37 )