Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Effectuez un don
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow DES ARTS arrow LITTERATURE arrow LITTERATURE arrow 1917-2017
1917-2017 PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 11 Mai 2017 à 07:29

1917-2017

Prémonition ? Nous trouvons là un texte qui interpelle. Mais lisons :

« Nous sommes en novembre, les événements se déroulent à une vitesse extraordinaire, avec un seul mot d’ordre la contre-révolution.

Tout a commencé par la création de comités ouvriers, paysans et étudiants, délaissant le syndicalisme aux ordres, dans le cadre d’une révolte spontanée contre les mesures d’austérités d’une gouvernance élue par le viol de la cognition du Peuple de France, comme une marque de savonnette.

La grève générale a été décrétée en Octobre, une grève totale ayant pour but la restauration des acquis sociaux obtenus dans le sang par le Peuple depuis des siècles. Cette grève s’est coordonnée immédiatement, d’usines aux campagnes, de lycées en universités, par la création d’assemblées constituantes élisant les vecteurs du Peuple prononçant non seulement des souhaits mais une réalisation par la gouvernance de ses demandes signifiantes, savoir la restauration des contrats à durées indéterminées, la revalorisation des salaires, l’abandon de l’imposition sur le revenu, la restitution des articles veillant à la sécurité des employés dans le cadre du Code du travail, enfin la recherche du plein-emploi par mise en application de la préférence nationale et l’anéantissement du droit des travailleurs détachés.

Devant cette grève la gouvernance aux ordres de la finance apatride a refusé toute concession, plus encore se servant du droit subjectif dit européen tenté de faire venir des travailleurs détachés pour remplacer tant dans les campagnes que dans les usines les travailleurs en grève, et constatant son impuissance envoyé les forces de l’ordre, et des forces militaires étrangères, notamment allemandes,  pour faire rouvrir les usines.

Le conseil national de la résistance devant cet abus d’autorité a fait armer les ouvriers, les paysans et les universités. Devant cette levée de boucliers, la gouvernance a instauré la Loi martiale, et usé de sa cinquième colonne islamique pour tenter de terrasser le mouvement. Les comités se sont insurgés devant cette félonie, et ont engagé leurs forces pour tout d’abord éradiquer totalement la veulerie islamique et conjointement la barbarie de la gouvernance. L’Armée s’est jointe à ces comités, puis les forces de police, devant la criminalité organisée par la gouvernance. Paris, Lyon, Marseille et la plupart des villes secondaires ont été déclarés zones de guerre.

Au bout d’un mois les velléités gouvernementales ont été réduites à néant, quarante millions de Françaises et de Français montent sur la capitale pour l’éradiquer totalement.

Du Nord au Midi, de l’Ouest à l’Est, les comités coordonnent leur effort pour faire appliquer une justice sommaire, nettoyant de fond en comble la lèpre pourrissant l’État Français, ils investissent les Institutions et en balaie la vermine qui y grouille, les suppôts de la maçonnerie déviante qui ne sont que la colonne vertébrale de l’esclavagisme, les suppôts des sectes n’ayant pour intérêt que la mise en servage du Peuple de France, les prisons sont pleines, les condamnations à mort pour trahison, félonie se multiplient.

La contre-révolution est en marche. Et cette contre-révolution envers l’usure et ses féaux, fait des émules, les Nations Européennes s’embrasent, les unes après les autres, trois cent millions de personnes se lèvent comme un seul homme, sur le mode des comités d’action Français, renversent leurs gouvernances, et tiennent Strasbourg sous le feu de leurs armes, l’Union dite Européenne est condamnée ainsi que tous les suppôts qui y sont commis, les commissaires politiques emprisonnés à vie, la Banque centrale Européenne détruite, et ses valets condamnés de même à la prison à vie.

La chasse aux traîtres par toutes les campagnes, par toutes les villes se poursuit, le Peuple exhalant sa colère que nul ne peut retenir. Les derniers islamistes se réfugient dans les ports pour quitter l’Europe désormais libéré des esclavagistes.

Les représentants des Nations instaurent une Europe des Nations, gardienne de l’Identité et de la souveraineté de chacun des Peuples qui la composent. États Unis, Russie, Chine, Inde et pratiquement toutes les Nations du Monde acclament cette création.

En chaque Nation, désormais ne peuvent prétendre au pouvoir que des Êtres libres de toute dépendance qui seront les fers de lance de la République et de la Démocratie, la loi de 1905 s’étoffe de toutes les sectes putrides quelles qu’elles soient et de la maçonnerie ainsi que de toute société tendant à s’incruster dans le pouvoir pour le pervertir.

Le bilan de deux mois de guerre en France, a permis d’éradiquer totalement les zones de non droit, de liquider la totalité des féaux de la subversion, y compris leur cinquième colonne islamique, et d’emprisonner tous les fauteurs de troubles à l’ordre naturel, francs-maçons avariés et sectes putrides, les banques ont été nationalisées, la Banque de France est seule en droit de commettre la monnaie, les frontières ont été rétablies sous la surveillance d’une garde Nationale armée, l’économie repart lentement, sur des bases nouvelles, conditionnant la règle du tiers, un tiers des bénéfices pour les actionnaires, un tiers des bénéfices pour les ouvriers et dirigeants, un tiers des bénéfices pour l’investissement, la consommation locale est désormais de règle, les grands travaux de restauration commencent, avec mise en œuvre de filières dans tous les domaines de l’entreprise, de la sidérurgie aux modélisations numériques, les campagnes comme les villes sont libérées de l’islamisme radical, la vie peut reprendre et on peut se tourner enfin vers la civilisation, non la civilisation de l’esclavagisme mais la civilisation de l’épanouissement et de la liberté d’action.

Les Françaises et les Français peuvent se regarder désormais en face, sans voir leur Histoire humiliée, sans voir leurs enfants destinés à la pauvreté où au chômage, sans voir leurs économies dilapidées par la sédation financière imposée par quelques quarterons de banquiers avariés trônant à la City.

La contre-révolution affermit désormais l’évolution,  une évolution radicale permettant tant à la Nation qu’aux Pays Européens, désormais unis par l’Europe des Nations, de traiter d’égal à égal avec les grandes puissances, et de n’être plus les esclaves de rouages étrangers attisés par une finance esclavagiste.

La morale de cette histoire est que l’on ne peut continuer impunément à traiter les Peuples comme des marchandises corvéables à souhait, et qu’un jour où l’autre on récolte ce que l’on sème, et qu’il y a fort à parier que ce qui vient d’être dit risque de se produire, non pas à l’échelle littéraire, mais bien à l’échelle humaine avec tout ce que cela comporte. Ce ne sera pas faute d’avertir.

Et que ne se fassent pas d’illusions les barbares qui tiennent entre leurs quelques mains les rennes de l’esclavagisme, ce ne seront leur tentative de déstabilisation, qu’elles se manifestent par la guerre – la France dispose d’une force nucléaire, qu’ils ne l’oublient – qu’elles se manifestent par le massacre, qui changeront quoi que ce soit à leur destin sur les terres des Nations Européennes, car lorsqu’un Peuple et a fortiori l’ensemble des Peuples Européens se mettront en marche pour s’émanciper de leurs chaînes, il sera trop tard, car tous les Peuples qui ont lutté pour leur Liberté ont toujours gagné, n’en déplaise, car la force de la Vie est infiniment plus puissante que la force de la mort. »

Prémonition, l’avenir le dira.

1917-2017

Premonition? There we find a text which leaves challenges. But let us read:

“We are in November, the events are held at an extraordinary speed, with only one watchword the counter-revolution.

All started with the establishment of working, country and student committees, forsaking the trade unionism with the orders, within the framework of a spontaneous revolt against the austerity measures of a governance elected by the rape of the cognition of the People of France, like a mark of cake of soap.

The general strike was issued in October, an all-out strike having for goal the restoration of the social skills obtained in blood by the People since centuries. This strike coordinated itself immediately, of factories in the campaigns, high schools in universities, by the creation of constituent assemblies electing the vectors of the People pronouncing not only wishes but a realization by the governance of its requests meaning, knowledge the restoration of the contracts at unlimited durations, pay rise, the abandonment of the imposition on the income, the restitution of the articles taking care of the safety of the employees within the framework of the Labor Code, finally the research of full employment by application of the national preference and the destruction of the right of the detached workers.

In front of this strike the governance with the orders of finance stateless person refused any concession, more still making use of subjective judgment passed European tempted to make come from the workers detached to replace both in the campaigns and in the factories the workers in strike, and noting its impotence sent the police, and of the foreign military forces, in particular German, to make reopen the factories.

The national council of resistance in front of this abuse of authority made arm the blue-collar workers, the peasants and the universities. In front of these raised shields, the governance founded the martial Law, and used of its fifth Islamic column to try to embank the movement. The committees rose in front of this disloyalty, and engaged their forces for first of all completely eradicating the Islamic spinelessness and jointly the cruelty of the governance. The Army united at these committees, then the contingents of police, in front of the crime organized by the governance. Paris, Lyon, Marseilles and most secondary cities were declared zones of war.

At the end of one month governmental inclinations were reduced to nothing, forty million Frenchwomen and of French go up on the capital to eradicate it completely.

North at the South, West in the East, the committees coordinate their effort to make apply a summary justice, cleaning basic in roof leprosy putrescent the French State, they invest the Institutions and the vermin sweeps some which swarms there, the henchmen of deviating masonry who are only the spinal column of the slave system, the henchmen of the sects having for interest only the setting in serfdom of the People of France, the prisons are the full, death sentences for treason, disloyalty multiply.

The counter-revolution is moving. And this counter-revolution towards wear and its féaux, made followers, the European Nations blaze up, the ones after the others, three hundred million people rise like only one man, on the mode of the committees of French action, reverse their governances, and hold Strasbourg under the fire of their weapons, the Union known as Européenne is condemned as all the henchmen who there are made, the imprisoned political police chiefs with life, the destroyed European Central bank, and its servants condemned in the same way to the life imprisonment.

Hunting for the traitors by all the campaigns, with all the cities continues, the People exhaling his anger that no one cannot retain. The last islamist ones take refuge in the ports to leave Europe from now on released of the slave ones.

The representatives of the Nations found Europe of the Nations, guardian of the Identity and sovereignty of each People which composes it. The United States, Russia, China, India and practically all the Nations of the World acclaim this creation.

In each Nation, from now on can claim with the power only of the free Beings of any dependence which will be the spearheads of the Republic and the Democracy, the law of 1905 is packed of all the putrid sects whatever they are and of masonry as well as any company tending to encrust itself in the power to pervert it.

The two months assessment of war in France, made it possible to completely eradicate the zones of nonright, to liquidate the totality of féaux of subversion, including their fifth Islamic column, and to imprison all the trouble makers with the natural order, damaged freemasons and putrid sects, the banks were nationalized, Banque de France is alone in right to make the currency, the borders were restored under the surveillance of an armed national guard, the economy sets out again slowly, on new bases, conditioning the rule of the third, a third of the benefit for the shareholders, a third of the benefit for the blue-collar workers and leaders, a third benefit for the investment, local consumption is from now on of rule, great work of restoration start, with placement of sectors in all the fields of the company, of the iron and steel industry to digital modelings, the campaigns as the cities are released from the radical Islam, the life can begin again and one can turn finally to the civilization, not the civilization of the slave system but the civilization of the blooming and the liberty of action.

The Frenchwomen and the French can look at themselves from now on opposite, without seeing their humiliated History, seeing their children intended for poverty where with unemployment, without seeing their economies wasted by the financial sedation imposed by a few quarters of damaged bankers trônant on City.

The counter-revolution strengthens from now on the evolution, a radical evolution allowing as well the Nation as with the European Countries, from now on linked by Europe of the Nations, to treat equal footing with the great powers, and not to be more the slaves of foreign wheels poked by a slave finance.

Morals of this history is that one can to continue with impunity to treat People like goods liable to the corvée with wish, and that one day when the other one collects what one sows, and that there is extremely to bet that what has just been known as risk to occur, not on a literary scale, but well on a human scale with all that comprises. It will not be fault of informing.

And that are not made to illusions the barbarians who hold between their some hands the reindeers of the slave system, it will not be their attempt at destabilization, which they appear by the war - France has a nuclear force, which they do not forget it - that they appear by the massacre, which will change anything with their destiny on the grounds of the European Nations, because when People and a fortiori the whole of the European People is started to become emancipated their chains, it will be too late, because all the People which fought for their Freedom always gained, with due respect, because the force Life is infinitely more powerful than the force of death. ”

Premonition, the future will say it.

© Vincent Thierry   

Dernière Mise à jour ( Jeudi 11 Mai 2017 à 12:03 )