Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow DEBATS arrow POLITIQUE arrow POLITIQUE arrow On
On PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Dimanche 23 Décembre 2018 à 04:48

On

 

La technique de détournement des tares est le  levier de toute dictature, comme on peut la voir en marche dans une petite Nation de cette petite Terre, mais lisons :

 

« Les événements se suivent et se ressemblent en tout point dans ce qui ne correspond plus ni à une République, ni à une Démocratie en France, mais bien à une dictature mondialiste esclavagiste dont les féaux se relaient pour conchier le Peuple de France en action. Voici que certains osent tout, jusqu’à comparer les Gilets Jaunes ainsi qu’il suit :

 

Dire : On lynche les policiers.

Réponse : Dans toutes les manifestations pacifiques, il n’y a pas eu le moindre lynchage de policier, bien au contraire, le Peuple s’est comporté remarquablement, ne souillant pas son honneur comme l’ont fait certains éléments de cette police désormais politique, qui dans toutes les manifestations ont cherché le contact afin de les faire dégénérer, par jets de lacrymogènes, matraquage intempestif, lancer de grenades dites de désencerclement, utilisation de flash ball, blessant gravement des Gilets Jaunes, qui se voient énucléés, ou bien les mains arrachées, tuant aussi, notamment une dame âgée à Marseille, molestant des vieillards, insultants des manifestants en les menaçant de mort, traitant de truie une pauvre femme, tentant d’en étrangler une autre, allant jusqu’à gazer un marché de noël rempli d’enfants comme on l’a vu à Saint Etienne lors de la dernière manifestation. Le lynchage du peuple par les serviteurs zélés de la gouvernance agissant sur ordre de cette gouvernance et ce depuis un mois n’échappe à personne et il convient là pour certaines personnes de ne pas tenter de faire croire que les faits et gestes qu’ils dirigent sont le fait du Peuple dans une technique de retournement parfaitement ignoble. On remarquera que vis-à-vis des policiers soit disant pris à parti par des Gilets Jaunes sur les Champs Elysées, l’un d’eux a sorti son arme de poing pour tuer, donc il n’a pas été lynché pas plus que ses collègues. Le terme de lynchage ici ne s’applique pas, par contre le lynchage du Peuple par la gouvernance est parfaitement applicable.

 

Dire : On chante la quenelle de Dieudonné à Montmartre

Réponse : Le détournement ici des chants entonnés dans le cadre des manifestations est hilarant, et met en exergue la pauvreté d’esprit tentant une récupération sur ce qui n’a strictement rien à voir avec les manifestants, qui toujours, n’en déplaise, ont entonné la Marseillaise, tout au long des parcours, car celles et ceux qui défilent sont l’honneur de la République comme de la Démocratie, et non leur souillure. Il y a ici dans ces manifestations toutes les couches de la Société, toutes les races comme toutes les religions qui dans une fraternité inexistante dans le cadre la dictature imposée, ne sont conditionnés par la haine de qui que ce soit, mais bien par l’élévation de tous et notamment dans le cadre de leur pouvoir d’achat, ce que ne veut pas assumer une équipe gouvernementale incapable de résister au diktat des banques d’affaires et des lobbies. Et pour parfaire, si la prétention de cette insulte devait relever de l’antisémitisme, on verra bien au regard de l’action de la gouvernance en reptation devant l’Islam, que l’antisémite n’est pas celui que l’on croit, mais bien la maladie d’une partie de cette gouvernance qui préfère aider le terrorisme djihadisme en Syrie et ailleurs plutôt que de respecter l’Etat de Droit. Cela n’a pas échappé à nos concitoyennes et concitoyens de confession Juive qui veulent malheureusement aujourd’hui quitter notre Nation.

 

Dire : On reprend les codes des années 30 pour renverse la République.

Réponse : Nous sommes là au sommet du détournement. Car qui actuellement renverse la République, la Démocratie, la devise républicaine, Liberté, Egalité, Fraternité, sinon celles et ceux qui instaurent une dictature dont la lèpre brune n’est pas à conter, devant la violence qu’elle instaure, une violence fiscale, une violence muselant le droit d’expression, une violence physique qui n’a d’autres buts que de rendre esclave le Peuple de France. Une violence qui s’exerce à tous degrés, via des vaccinations massives des enfants de la France pour les détruire par l’autisme et les produits chimiques, via la sédation financière des handicapés et des retraités, dans un génocide parfaitement instrumentalisé, digne du régime national socialiste, si proche du régime pétainiste dont la devise est la même que celle de cette gouvernance, la France en marche. De qui se moque l’auteur de ce dire, incapable de regarder l’histoire sinon que pour la falsifier. Qui détruit la République aujourd’hui ? Qui détruit sa devise ? Qui détruit la Démocratie ? Qui renverse la République pour lui substituer la dictature de la médiocrité la plus totale ? Le Peuple ? Non, bien au contraire, le Peuple demande plus de République, plus de Démocratie, et surtout plus d’égalité, il n’a pas à être soumis dans le servage à ce 1% défendu par la dictature en place.

 

Dire : on décapite l’effigie du président.

Réponse : tirer d’un fait divers une généralité c’est bien là faire preuve de petitesse et d’inintelligence profonde. Mais il ne faut en attendre plus du marais dictatorial dont provient ce dire, démontrant là l’incapacité d’aller au-delà du premier cercle pour entrevoir la réalité, prenant au premier degré ce qui est à prendre au troisième degré, un troisième degré qui veut tout simplement dire que les Françaises et le Français ne veulent plus être représenté dans le cadre Républicain, par ce qui est devenu un Dictateur en puissance, dont le mépris avéré du Peuple de France n’est plus à prouver, n’en déplaise aux subordonnés de ce qui est leur icône qui n’est pas celle du Peuple, un Peuple méprisé, humilié, insulté, un Peuple réduit à l’esclavage par ce Président qui ne représente plus que lui-même pour 75% de la population, ce qui n’a strictement rien d’étonnant au regard de ses actes et de ses dires. Les grands mots sont lâchés, décapitation, effigie, et ces mots sont des leurres pour compenser la peur et la terreur qu’ont les subordonnés de la dictature en place du Peuple de France qui veut trouver un Président à la tête de l’Etat, et non un monarque. On remarquera que ce petit fait prend grande dimension pour les petits esprits qui s’imaginaient au-dessus du Peuple, un Peuple qui les nourrit, un Peuple qui devrait aduler la barbarie qui les mène à l’abattoir de leur propre réalité par remplacement total via le pacte de l’ONU signé en catimini sans le moindre référendum !

 

Dire : derrière ces « on », un seul visage, lâche, raciste, antisémite, putschiste

Réponse : Les vieilles lunes en matière d’argument ne font pas dans la réalité, mais dans cette virtualité insidieuse qui est le symbole même de la corruption la plus écœurante qui soit, la corruption de l’esprit. On traite de lâche celles et ceux qui se dressent contre la barbarie, qui sont dans les rues pour défiler pacifiquement, outragés par les forces policières désormais politiques, allant jusqu’à la mort pour faire valoir leur simple droit de vivre, tandis que se cachent dans les palais de la République toutes les précieuses ridicules. Non, la lâcheté n’est pas celle du Peuple, mais bien de cette gouvernance et de ses féaux qui mutilent le pouvoir d’achat des Françaises et des Français, qui organisent le génocide silencieux des Françaises et des Français via la sédation financière et les vaccinations massives, non, la lâcheté est le propre de cette représentation qui s’imagine au-dessus des lois, qui n’applique aucune règle de la République et conchie la Démocratie comme jamais. Si lâcheté il doit y avoir, cette lâcheté ici n’est plus à témoigner, elle est bien le fait de la violence gratuite instrumentalisée par celles et ceux qui n’osent affronter le Peuple.

 

Raciste donc ? Pauvres hères qui ne veulent pas voir que défilent la main dans la main toutes races confondues les gilets Jaunes dont la fraternité ne pourra jamais être injuriée par les composantes qui crient au racisme, alors qu’elles-mêmes en sont la preuve globale au regard de leurs actions tant en Afrique qui est le terrain de chasse de leurs lobbies, méprisant les Africains comme jamais en spoliant leurs ressources, dans un racisme total, et en France même en instaurant des communautarismes qui n’ont d’autres buts que de faire disparaître le Peuple de France au profit d’esclaves à bas coût. On ne peut que vomir cette insinuation née d’esprits torves qui sont la parfaite définition du racisme le plus répugnant qui soit, un racisme qui est le levier de leur dysfonction intellectuelle, celle qui leur fait croire qu’ils sont une race de l’Esprit parmi les autres, alors qu’ils ne sont qu’une race de la médiocrité n’ayant pour cœur qu’une calculette. Pauvres gens, bien à plaindre tant leur délire est à leur image. Qu’ils regardent donc ce que sont les Gilets Jaunes, mais il est vrai pour certaines personnes que de voir le Peuple de près leur inspire un dégout indéfinissable, jusqu’à les voir se laver les mains après avoir serré celle d’un gueux ! Le racisme dans sa puanteur est là, il est bien plus grave que tout autre racisme, car il est celui qui nie l’Humanité dans sa totalité, celui qui nie la race Humaine dans son intégralité, et comment cela pourrait-il en être autrement lorsqu’ils ne voient l’Humanité que comme esclave de quelques maîtres barbares. Oui, le racisme est bien là, le racisme de celles et de ceux qui s’imaginent au-dessus de tout car ils ont quelques sous en banques, subordonnés par excellence de la corruption et de ses atours, le racisme le plus pernicieux qui soit issu de ces personnes qui nient leur existence au profit de la chose, sans racines, sans buts, sans créativité, le racisme né de l’inconscience la plus totale et la plus délictueuse qui soit, le racisme de l’esclave par excellence

 

Antisémite donc ? Il n’y pas plus antisémite que celles et ceux qui font part de l’antisémitisme, car ce terme est le propre de leur désir de voir tout un chacun se sentir coupable d’un quelconque mépris envers nos concitoyennes et concitoyens de confession Juive. Eh bien, là encore, pas de chance pour le pauvre malheureux qui tente de détourner l’attention, les Gilets Jaunes ne sont pas antisémites, ils sont main dans la main avec leurs sœurs et leurs frères de confession Juive, qui dans cette dictature devenue, sont aussi pauvres et ne demandent comme un tout un chacun qu’un droit de vivre. N’en déplaise à cette instrumentalisation fétide, qui veut masquer ses actes, ses rafles, ses arrestations arbitraires, ses molestations gratuites, ses gazages inouïs, rappelant étrangement l’action de  la police de vichy pendant la dernière guerre. On réitérera que cela n’a rien d’étonnant au regard de la formule de la république « en marche » qui n’est qu’un détournement de la France « en marche » du régime de Vichy. Alors antisémite le mouvement des Gilets Jaunes ? Bien au contraire, au regard de tout ce qu’il vit, de la ressemblance avec ce qu’ont subis nos frères et nos sœurs pendant le régime de Vichy, il est avec eux d’une solidarité et d’une fraternité exemplaires ce qui choque bien entendu ceux qui défendent les terroristes qui assaillent Israël, ceux qui aident Al Nosra et que sais-je encore de mouvements totalement antisémites en Syrie et ailleurs. Rendons à César ce qui appartient à César.

 

Putschiste !!! Oh là là, c’est bien là n’avoir aucune conscience de la réalité historique que de vouloir déclarer putschiste un mouvement pacifique ! Un Putsch se réalise tout d’abord avec des armes, et bien souvent avec l’armée. A-t-on vu un seul Gilet Jaune les armes à la main. Si cela avait été, il y a bien longtemps que ne gloseraient plus les féaux de la dictature en marche qui sévit dans notre Nation. Car le Putsch, n’en déplaise leur appartient, car qui instaure depuis 18 mois la Dictature en France ? Une dictature déguisée mais qui se révèle à l’analyse, opérationnelle via ses réseaux qui n’ont rien de Français et le ne seront jamais, via un Département d’Etat étranger où ont fait leurs classes la tête, le premier et bien d’autres en gouvernance dans ce que l’on appelle la fondation franco américaine, et bien plus cooptés par le Bilderberg traduisent une politique qui n’a strictement rien de Française mais tout de la dictature qui s’est installée à Bruxelles, sans avoir été élue. Soyons sérieux, les Putschistes s’il y a sont là bien mis en évidence, leur colonne vertébrale consistant en une maçonnerie déviante agissante de la tête aux pieds des Institutions, dans le mépris total du Peuple. Oui le Putsch, il faut le regarder de très près et c’est bien pour cela que le Peuple demande  instamment le RIC pour retrouver son pouvoir et élaguer de la République les putschistes qui y gravitent. La République c’est le Pouvoir du Peuple par le Peuple pour le Peuple, et non le pouvoir d’une oligarchie par l’usurpation pour le parasitisme.

 

En face du Peuple défendant corps et biens la République, la Démocratie, la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, un seul visage donc, celui de l’hypocrisie masquant par détournement ses tares les plus profondes, issues de la Barbarie la plus totalitaire qui soit, dont la dictature aujourd’hui tente de se masquer sous l’opprobre, la condescendance, reflétant le mépris comme le dégoût qu’en ont ses féaux, du Peuple. Un Peuple qu’il massacre, un Peuple qu’il convoque dans un débat National qui ne porte que le nom de National, qui n’est qu’un leurre destiné à tromper tout un chacun, qui ne prend en compte strictement rien de ce que le Peuple demande, le référendum d’initiative citoyenne dans sa totalité et son intégrité la plus absolue, qui permettra de révoquer toute la barbarie qui siège, tous les féaux tenus par leurs vices, leurs affaires et leurs crimes qui souillent la République. Toute une panoplie qui arrête, qui défère, qui libère le vice et la pourriture, et emprisonne la voix du peuple, pour protéger ses dividendes, ses enveloppes en provenance du crime comme des lobbies les plus talentueux pour tenir entre leurs mains les suppôts qui se vendent comme des prostituées.

Voilà le vrai visage de la dictature instaurée dans un putsch qui ne dit pas son nom, utilisant le mensonge, la propagande, la violence, pour faire valoir ses prétentions à rendre esclave le Peuple de France, dans le déni total de la réalité. Voici le vrai visage qu’il nous est donné à contempler et qui par détournement voudrait voir ses tares les tares d’un Peuple qui se dresse contre l’ignominie, la bassesse, la veulerie, l’injure et le mépris. Tout un chacun aura compris qu’il n’est plus question, dans le respect le plus total de la Démocratie, car rappelons-le ce ne sont pas les Institutions de la République qui sont en cause, mais bien celles et ceux qui en vivent aux frais des contributions du Peuple, de voter pour un quelconque prétendant, de la Mairie aux plus hautes sphères de l’État, qui parjure la République comme la Démocratie. N’attendons rien de cette errance actuelle qui dans sa barbarie la plus totale va aller à l’encontre des revendications d’un Peuple qui veut tout simplement vivre. Patience, les élections vont arriver pour mettre à bas cette vindicte et ce mensonge sur pieds. En attendant, n’écoutez, ne regardez, ne lisez sa propagande inouïe, ne perdez votre temps dans de vains débats surtout lorsqu’on vous dit qu’ils sont National, alors qu’ils ne sont là que pour vous enfermer dans la coque stérile d’un mondialisme esclavagiste dont vous seriez malheureusement les outils à votre corps défendant. Il n’y a rien à attendre, strictement rien à attendre de cette insulte à l’intelligence qui dirige. Le temps s’écoule très rapidement, contrairement à ce que l’on pense, et les votes de salubrité publique vont nettoyer les écuries d’Augias devenues de notre Nation. Patience donc… »

 

Patience, telle est la vertu qui s’impose lorsqu’en face de soi, se dressent la violence gratuite, la propagande insidieuse, le génocide silencieux, la dictature la plus torve qui soit. Bien des Nations à travers bien des planètes ont connues cette période qui permet ensuite de mettre à bas les rouages pervertis de la barbarie qui se veut trône. À suivre…

 

© Vincent Thierry