Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow DEBATS arrow POLITIQUE arrow POLITIQUE arrow Acte XIX
Acte XIX PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 23 Mars 2019 à 12:14

Acte XIX

Petites nouvelles de cette petite Terre où l’une de ses Nations tombe dans la veulerie la plus étourdissante qui soit, la voyant utiliser ses armées pour tirer contre son Peuple, mais lisons :

« Acte XIX, et toute une gouvernance totalement hors sol, corrompue et larvaire devant l’usure, qui se moque éperdument des revendications du Peuple, qu’elle est chargée de saigner à mort par les banksters et sous-humains qui tapissent les cercles pourris de la maçonnerie déviante et des sectes de la barbarie immonde qui s’imaginent le règne, alors qu’ils en sont l’anachronisme le plus parfait. Déjà les hordes que l’on ose appeler forces de l’ordre, sont au travail pour molester, gazer, emprisonner, surtout les vieillards comme on vient de le voir à Nice, (une femme de 71 ans molestée, ensanglantée, dans le coma après une charge de crs, une femme bien entendu séditieuse !!!!)  car n’attendez de courage de la part de la lâcheté institutionnelle, dont l’exemple vient de si haut, parqué dans un fort dans le Sud de la France, au lieu d’affronter la réalité, préférant donner des ordres criminels plutôt que de rencontrer le Peuple de France, un exemple de lâcheté ordinaire dans ce cercle de petits marquis qui sue la pourriture qui l’anime,  une conjuration de la corruption et de la fripouille, cette corruption de l’individu dont le QI est celui d’une  moule, bien plus intelligente au demeurant, car n’attendez le moindre QI réel chez les gens de cette bassecour de voleurs, de truands, de pédophiles, de minables sectaires sans la moindre ambition, sinon celle de la destruction, petits bassets ordinaires des usuriers qui s’en torchent le cul, et comme ils ont raison devant ces larves soumises, ces valets psychopathes à souhait, qui ne sont finalement que des paillassons dont ils usent et abusent dans le silence de leur conseil d’administration.

Ces esclaves sans lendemain, viennent de demander de l’aide à l’Armée Française, dont elle souille la vertu, afin de mater les Gilets Jaunes, avec ordre de tuer si les pauvres gens venaient simplement à les frôler, et cette déjection humaine, car il n’y a pas d’autres termes pour désigner ces valets, de se gargariser via ses prostitués médiatiques, tous ces zombis béants qui se font saillir pour conserver leur statut de petit privilégié, encourageant la propagande et le mensonge, dans cette société en marche de la lie humaine qui lentement et inexorablement s’effondre sur elle-même, tant elle est la racine même de tout ce que l’humanité a pu commettre de vénéneux, une blennorragie à elle toute seule, un sida intellectuel d’une rare curiosité qui voudrait voir les penseurs à ses genoux, ne réunissant autour d’elle que le cénacle de la puanteur de la pensée unique, une sous humanité acculturée providentielle pour le marais de l’ignominie qui glose. Il n’y a plus de terme pour décrire les relents puants de cette chose sociétale qui gargouille dans la joie frénétique, il eut été préférable de dire « étronique »,  en se croyant parvenu au sommet, un sommet qui en fait est un abîme, l’abîme de la bestialité sanguinaire.

Cette pouillerie bucolique, avide de Clémenceau dont elle n’atteint pas la semelle des chaussures, se voit maître de guerre,  alors qu’elle se révèle maître de mercenaires, se voit maître de l’ordre, alors qu’elle se révèle maître du désordre qu’elle organise via ses troupes de barbares connus et reconnus, fichés mais jamais arrêtés, se voit maître du débat, alors qu’elle ne débat pas mais s’écoute se masturber indéfiniment, du plus petit de son entre soi, fonctionnaire dévot, au ministre en écho, jusqu’au premier bien entendu, inénarrable sujet d’étude sur tout ce qui ne doit en aucun cas servir l’État, pauvres hères méthodiques dans le non discernement, dans l’affliction de leurs petits privilèges, prêts à faire tuer le Peuple, en croyant que le Peuple se laissera tout simplement éradiquer par leur prétention qui est le sommet de la barbarie sanguinaire, pauvre croyance de stupide dégénéré n’ayant plus rien d’humain et ne relevant en aucun cas de la nature humaine, car petit esclave de la bestialité et de son minuscule troupeau en adoration du veau d’or.

stupides personnages dont la hideur intellectuelle soumise est désormais connue dans le monde entier, jusqu’à voir l’ONU rappeler à l’ordre ces souillures de l’esprit, qui nonobstant se contefichent de ce que dit cette organisation internationale, mais en surajoutent dans l’horreur, déversant des produits chimiques désormais sur les manifestants contenant des matières nocives, telles que le cyanure – mis en évidence lors de prises de sang de Gilets Jaunes soumis à des lancers de gaz lacrymogènes et autres – et ainsi commettant le crime suprême qui doit faire l’objet d’une enquête minutieuse par les organismes internationaux, car en arriver à ce stade c’est bien avoir la volonté de détruire une partie de la population Française, et donc commettre un crime contre l’humanité parfaitement défini. On ne s’étonnera pas que cette chienlit humaine en arrive là, dans la croyance qu’elle a de se sentir hors des lois humaines, lois qui la rattrapera dans le monde entier où qu’elle se cache, qu’elle ne se fasse aucune illusion, afin de répondre de ses crimes devant le nouveau Nuremberg qui s’annonce, se précise et viendra, lorsque le Peuple aura voté utilement pour se débarrasser à jamais de sa caste d’incapables ataviques nuisant gravement à l’Humanité.

Ces « choses » ont utilisé tous les éléments de langage tendant à faire culpabiliser un Peuple qui ne demande qu’à vivre. Je ne reviendrais pas sur l’antisémitisme, le racisme, l’homophobie, tous les ismes qui ne regardent en fait que leur petit cénacle de précieuses ridicules, mais retiendrai le dernier en date, « des séditieux », ce qui prête totalement à rire, tant le terme est le propre de leur dégénérescence atavique. Si le Peuple était séditieux comme ils voudraient que tout un chacun le croit, ils ne resteraient  pas une seule minute au pouvoir et aurait tout intérêt à prendre le premier avion pour s’enfuir, bien que cette fuite ne serve de rien, car partout où ils seront le Peuple saurait les retrouver pour les juger en place publique pour leurs crimes abominables. De sédition, donc il n’y a, bien au contraire, les défilés se font au nom de la République, drapeau en tête, au nom de l’égalité, de la liberté et de la fraternité, cette fraternité qu’ils méconnaissent, si imbus de leur petit moi vérolé par le matérialisme, la perversité, telle qu’on l’a vu en marche qui a vu un premier ministre bien vite la protéger par un voyage éclair.

Le déni de l’existence du Peuple par ces « choses » sanctionne par lui-même leur légitimité, et sédition si elle existe, elle est bien représentative de leurs valets et des esclaves qui ne servent pas le Peuple mais leurs maîtres usuriers, une sédition qui se masque sous les oripeaux d’une démocratie inexistante, d’une république souillée de déjections par leur glose, un tout qui n’est que l’idéologie la plus répugnante que ce monde connait actuellement, le mondialisme esclavagiste, ou en d’autres termes le nazi communisme le plus virulent qui soit qui destine l’Humanité à l’esclavage le plus total, le plus arbitraire, le plus génocidaire qui soit, bien cadenassé par des barbouzes aux ordres. Car ne croyons un seul instant que le génocide ne soit pas en marche avec ces « choses » malsaines, le remplacement du Peuple est en cours, la liquidation physique par sédation financière est en cours, et au regard des traces de cyanure découvertes lors de prises de sang des personnes ayant subi l’assaut  des troupes de choc de ces « choses », on peut voir que la liquidation physique n’est pas simplement envisagée mais bien mise en œuvre.

Cette barbarie sanguinaire défait les Préfets, pour mettre en place les commissaires politiques des loges maçonniques avariées, dont l’intérêt tout puissant est de conserver leur pouvoir au sein de ce qui reste de la « République », un pouvoir que l’Italie rejette totalement, dans le cadre du bon sens le plus total. Nous n’énumérerons pas les francs-maçons en marche dans ce régime, de la tête au pied vicié par cette secte devenue triviale, ordurière et pire génocidaire, petite armée de larves attitrées au service de l’usure la plus grotesque et la plus infâme qui soit.  Nonobstant ce jeu de chaises musicales, ce régime fait entrer au Conseil Constitutionnel la secte de la fondation franco américaine, petite courroie de transmission du département d’État Américain tenu en laisse par les néoconservateurs les plus virulents qui soient, asseyant leur barbarie sans équivoque par un néo nazisocialisme couronnant  la bestialité et ses usages.

Sédition donc de ces « choses » vendues à l’étranger dans tous les sens du terme, dans une corruption sans limite, n’ayant pour but que de servir les monstruosités capitalistiques, les laboratoires pharmaceutiques, enfin la clique habituelle se retrouvant à Davos, ou bien au sein du Bilderberg, et dans notre petite France livrée à l’ignominie, au Siècle ou bien dans les loges répugnantes qui préparent les lois génocidaires. Sédition donc, oui, la sédition est bien l’œuvre de ces « choses », de cette bestialité soumise, perverse et glauque, qui pue la mort,  et dont l’empuantissement retentit comme un tocsin dans toutes consciences Humaines qui ne veulent  se souiller à son contact. Les Gilets Jaunes, suivis par plus de 70% de la population Française, font partie de celles et de ceux qui ne veulent pas se souiller au contact de cette barbarie. Ce qui est rassurant pour le Peuple de France, qui ne s’en laisse pas conter par cette sous intelligence acculturée qui voudrait la fondre dans la lie qui est son conditionnement le plus familier.

On parlera donc d’illégitimité pour ces « choses », car cette sédition n’a pas vocation à être au pouvoir, ne servant que les intérêts de l’étranger et en aucun cas le Peuple de France. Un peuple qu’ils massacrent, qu’ils cherchent par tous les moyens à anéantir, qu’ils humilient, - à ce titre le nassage exécuté par ses fidéistes commissaires est exemplaire en matière d’humiliation, voyant le Peuple obligé de faire ses besoins à même le sol, le Peuple devoir quitter son Gilet Jaune pour complaire à toute la bestialité en règne - ce qu’ils ne parviendront jamais à faire, car ils représentent à tous le moins et c’est bien là le maximum cinq cent mille personnes, et ont en face d’eux très largement cinquante millions de personnes –on ne parle pas ici des larves dociles et des vendus et collabos, qui s’enchantent de leur domesticité, non comptés dans ces chiffres-. Voilà bien la terreur des domestiques de l’usure, que de voir demain cinquante millions de personnes prendre toutes les rues de la France, et éliminer définitivement leur prétention à l’assassiner, et c’est bien pour cela qu’ils font appel à nos Armées, qu’ils ont acheté via des primes à haut niveau, dont on pourra consulter les décrets au JO.

Que ne se fasse aucune illusion ce « régime », au moindre coup de feu, encouragé par ses ordres,  tiré par l’Armée où les forces de l’Ordre, la guerre civile sera immédiate et sans appel, car un Peuple qui combat pour sa liberté ne se laissera pas priver de cette liberté, et certainement ne se laissera pas acheter par un billet de cent euros, car le Peuple n’est pas une putain, comme il en est de certaines et de certains dans les pouvoirs dont la promotion canapé justifie l’incompétence la plus totale. Et un Peuple qui se bat dans sa propre Nation est toujours vainqueur, l’Histoire le répète, l’Histoire se répète. La félonie, la trahison, la sédition, la vente à l’encan de la Nation, par les domestiques de l’usure ne peut durer qu’un temps. Et ce temps est révolu, la conscience du Peuple a atteint ce degré que pensait infranchissable les directeurs de consciences de l’établissement, du goulag Français,  le degré où voir c’est connaître, et connaître c’est agir dans la lucidité la plus totale et non dans la virtualité la plus fangeuse dans laquelle se complait le régime actuel.

Il n’y a pas de fracture dans le corps social Français, il y a régénérescence, et cela est tout différent. La régénérescence passe par la connaissance, une connaissance basée sur les faits et les actes de chacun, qui permet de mettre en évidence l’ignominie comme la complicité, la barbarie comme la bestialité, qui tous se retrouvent indéniablement dans ce bloc de « choses » dont le corps social ne veut pas, car il est synonyme de mort. Ainsi ce bloc de « choses », qui sera évacué par les votes quoi qu’il advienne, doit bien prendre conscience que le Peuple ne veut plus  de lui, ne veut pas se souiller de ses infections tribales, ne veut pas se faire souiller par son atavisme consanguin nauséabond,  car pour vivre il sait qu’il doit se séparer de sa peste bubonique, qui infecte sa culture, pourrit sa spiritualité, caricature le vivant, détruit tout sur son passage.  Ces « choses » ont oublié le principal, savoir que le corps social est comme le corps humain, et réagit immédiatement ou progressivement lorsqu’il est atteint par la lèpre qu’elle soit brune ou rouge, ou rouge-brune, tel est le cas actuellement, et qu’inévitablement ce corps emploie son système immunitaire pour éradiquer le mal qui le touche, à la racine.

Cette réaction est en train de se produire dans le corps social Français, une réaction saine et vitale accentuant sa régénérescence dont on verra les fruits lors des prochaines élections, à n’en pas douter. Le ver est dans le fruit, le fruit est pourri et doit tomber inéluctablement.  Cela comme dit précédemment se fera par les votes, et les « choses » ici doivent se rassurer, car personne ne les veut martyrs, bien au contraire, car après jugement et de leur droit civique déchus, pour crimes contre l’Humanité, il sera profitable de voir les jeunes générations les visiter pour reconnaître ce qui ne doit pas se pratiquer lorsque l’on veut diriger, ce qui relève de l’ignominie, de la forfaiture, de la domesticité, de la perversité comme de la bestialité,  une belle leçon de « chose » par excellence leur permettant de ne pas commettre les mêmes erreurs, et pour certains désireux d’agir pour le Peuple, de faire tout ce qui est en leur capacité pour le hisser au plus haut niveau de bien-être matériel, intellectuel et spirituel,  et en aucun cas le réduire en esclavage sur tous ces chefs de chapitre.

Ces « choses » s’imaginent en dehors de la Loi Humaine, ils ont tort, tous leurs actes, toutes leurs décisions seront étudiés à la loupe et ils en répondront  jusqu’au dernier, y compris d’ailleurs les souillures médiatiques ou artistiques dont les uns, petits trotskistes adipeux, attendent qu’on ouvre de nouveau le vélodrome d’hiver pour les Gilets Jaunes,  et d’autres, philosophes de pacotille plagieur et sidaïque intellectuel, qu’on les tue tout simplement à coup de fusil ou autre. Tout se paie dans la vie, rien n’est anodin, et il est bien évident que si le Peuple était, comme voudrait le faire croire les « choses », séditieux, que ces nuisibles auraient depuis bien longtemps été évacués au sens littéral du terme. Ce n’est pas le cas, le Peuple n’est pas donc séditieux, et il est patient, cette patience qui va lui permettre de restaurer les valeurs de la France, non celles de la bestialité et de ses fanges, mais celles de la grandeur et de l’honneur, qui n’existent en aucun cas actuellement dans le cadre du régime qui se veut règne. Cette patience sera le drapeau des Gilets Jaunes et avec eux du Peuple le cautionnant à plus de 70% et qui à 90% réclame une autre politique sociale et fiscale, montrant bien là que n’existe que dix pour cent de domestiques du pouvoir dans notre Nation.

Dix pour cent qui ne représentent rien aux yeux des 90% précités. Ce qui amène à dire que lorsqu’on respecte la Démocratie, soit on évolue, et on s’occupe en priorité du Peuple, soit on en est incapable à cause de dépendances sectaires et ou narcotiques, alors on se démet et à tout le moins on dissout une assemblée Nationale dont « la majorité » n’est soutenue que par dix pour cent de la population. Et si l’on ne fait rien c’est que l’on instaure une dictature et devant cette dictature, le Peuple aura tous les droits à devenir non pas séditieux, mais volontaire pour défendre sa Patrie, son Honneur et sa Grandeur, dans le cadre d’une campagne de libération contre les séditieux acculturés et ignorants qui seront quoi qu’il en soit balayés dans les poubelles de l’Histoire, cette dernière ne retenant de l’insanité que ses crimes et ses ordures. D’une façon où de l’autre, le grand vainqueur de cette Histoire sera le Peuple, l’anachronisme en règne ne pouvant tenir très longtemps face à l’éveil inconditionnel de la population sur sa mise en esclavage par l’usure et ses féaux. La patience est donc la vertu à conserver afin d’éviter la guerre civile. Cette patience infinie qui permettra de réviser l’ensemble des lois pour rendre caduques toutes celles qui desservent le Peuple, par la prochaine gouvernance, tous les traités ignobles et asservissants, et notamment ceux concernant cette pseudo europe créée et  dirigée par le département d’État Américain.

À vos plumes les juristes ! Ceci pour les traités et les lois iniques, mais bien plus comme les Gilets Jaunes sont fichés, il convient d’ores et déjà de mettre en fiche tous les représentants des lobbies, des sectes, de la maçonnerie, à quelque institution qu’ils polluent, afin de les dénoncer d’ores et déjà en place publique comme ne travaillant aucunement pour le Peuple mais pour des intérêts étrangers, et en veillant lors du prochain gouvernement  à liquider leur prétention à un quelconque pouvoir en une quelconque institution,  et conjointement d’annexer à la Loi de  1905, l’appartenance à une secte quelconque, franc maçonnerie, groupe de pression, secte barbare ou pédophile, les deux allant de concert parfois. La salubrité publique est à ce prix, une salubrité qui ne doit pas s’entacher du couronnement de l’abstraction dédié à l’usure et aux usuriers, qu’il faudra bien entendu convoquer pour renégocier les intérêts indus de la dette, en précisant par Loi que seule la Banque de France sera autorisée à prêter à l’Etat Français. Un État qui renationalisera toute les entreprises d’intérêt public et stratégique, un État qui se désengagera de toutes guerres larvaires n’ayant pour devenir que la mise en coupe réglée des ressources naturelles de certaines Nations, un État qui reprendra son indépendance militaire en sortant de l’OTAN qui n’est plus là pour assurer la Paix mais pour faire la guerre.

A vos plumes, de quelque catégorie que vous soyez, citoyens, citoyennes, émettez sans réserve vos idées, le RIC sans servitude – il y en a ici qui ne veulent pas du RIC parce qu’il pourrait remettre en fonction la peine de mort, ce qui prouve bien là qu’il y en a pour cautionner l’action des pédophiles assassins – le RIC sans servitude, y compris pour légiférer sur la peine de mort concernant les pervers qui tuent les vieillards et les enfants pour satisfaire leur sous bestialité,  donc qui sera votre droit inaliénable a revenir dans la société humaine. Pour cela vous faut-il prendre conscience que le seul pouvoir existant est bien le vôtre, celui de l’Humain, que ce pouvoir vous appartient et n’appartient pas à la sclérose viciée et consanguine de petits ragouts et brouets copulant dans la pensée unique votre devenir dans la servitude, de minables abjections qui voudraient vous faire la morale alors qu’ils ne sont que la bestialité incarnée, la licence, la perversité, l’injure et l’ordure comme la souillure. Le Peuple est le Pouvoir, vous êtes le Pouvoir, qu’il ne reste plus qu’à mettre en forme pour rétablir les bases de la République souillée, de la Démocratie conchiée, de la Liberté bâillonnée, de l’égalité invisible, de la fraternité foulée aux pieds.

Il n’y a de charisme dans l’opportunisme, il n’y a de volonté dans l’être asservi, il n’y a de vision dans l’homme débauché et incomplet, il n’y a d’avenir dans le glauque et dans l’immonde, ces soupiraux qui vous font croire qu’il existe une quelconque dimension dans la prétention de la stérilité au pouvoir. Le vent de l’Histoire est en action, rien ne pourra désormais l’arrêter, ni le gaz, ni la matraque, ni les balles, il est trop tard pour la boue et ses féaux, une boue  qui sera lavée par le torrent du Peuple qui se dresse devant sa lèpre pour en anéantir l’abjection. En attendant supportons cette ignominie, cette dictature infâme, ce breuvage inepte de la virtualité qui glose. Les échéances approchent, et dans la légalité absolue, ce que ne respecte pas ce pouvoir nanifié, attendons la voix des urnes qui nous débarrassera de cet état terroriste, de cette barbarie sanglante et inhumaine, de ce troupeau d’incapables et de corrompus, de consanguins esclavagistes et génocidaires. Patience donc. »

De tout temps, par toute temporalité, par les multi univers on découvre ces genres de brutes immondes qui ont les caractéristiques d’une senescence génétique intellectuelle, en général conditionnée par les drogues comme les alcools, les faisant s’effondrer dans une virtualité abyssale, qui se heurtant à la réalité les voit se dissoudre et se réduire à la poussière, car bien peu de rédemption n’existe dans leur typologie, esclave sans condition de leur croyance d’être au-dessus de tout alors qu’elle est en dessous de tout. L’Histoire, inéluctablement, se charge de remettre en place ce désordre, et cela viendra sur cette petite Terre dont la Vie ne doit être esclave de ce qui n’est qu’ectoplasme du vivant. À suivre…

© Vincent Thierry