Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEVENIR arrow CIVILISATIONS arrow CIVILISATIONS arrow 2020
2020 PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 01 Janvier 2020 à 06:35

2020

Nous voici donc en 2020, sur les ruines de la grandeur comme de l’espérance dans notre Nation livrée à la démence et ses féaux manipulés par l’usure glauque et sordide. Nous voici donc en France dans cette année 2020, pays de nos Ancêtres immémoriaux, dont l’Histoire fut le fer de lance et de l’Europe réelle, et non cette entreprise de dictateurs en tout genre, petits valets de la démonie de l’argenture, et nonobstant de l’Europe, une flamme franchissant les frontières pour révéler à chacun la Liberté dans tout ce qu’elle a d’essentielle, dans tout ce qu’elle permet en matière de créativité, dans tout ce qu’elle initie et transcende. Nous voici dans notre Pays en ce nouvel an où sont reniées toutes les valeurs humaines, toutes les valeurs spirituelles, toutes les valeurs intellectuelles, toutes les valeurs physiques, pour faire place, sous la houlette de la médiocrité la plus putride qui soit, à la chose vulgaire, illettrée et acculturée, qui se mire dans son reflet, y découvrant la lie de l’humanité par excellence, une lie infecte, un bubon crasseux s’étourdissant de sa fange qu’il cherche à imposer dans tout ce qu’il représente de délétère et de miasmatique.

En ce lieu, les écuries d’Augias sont pleines et débordent de leurs rictus, de leurs immondices, dans des rires et des sourires,  des gestuels qui sont la honte de notre Nation. Le sang y coule, les yeux y sont éborgnés, les mains arrachées, la compassion n’y existe pas, les enfants comme les vieillards y sont gazés, le vol est le règne, tel qu’on peut le voir dans le cadre d’une pseudo-réforme des retraites, dont les cotisations vont être livrées aux fonds de pension américains, et ou la réserve de l’Agirc et de l’Arco va être pillée par une gouvernance qui n’en porte que le nom, une gouvernance mafieuse, maçonne et avariée, sectaire et aux ordres, qui ne fait pas la politique de la France, mais la politique dictée par la City et sa voyoucratie ordinaire qui depuis trois cents ans emprisonne les Peuples par l’usure la plus répugnante que ce monde ait connue.

Les Françaises et les Français en cette nouvelle année, ouvrent leurs yeux jusque-là fermés par les médias aux ordres,  une acculturation globale, une éducation larvaire et stérile ne voulant enfanter que des choses, via les sous-produits de la nature humaine, les pédophiles en tout genre qui vont assister les séances masturbatoires d’enfants de six ans, avec le ricanement de ministères pourris comme le fumier où se lovent la putasserie et ses métèques, l’ordure infecte et la bestialité. Nous sommes au fond de cet aven ou se gargarisent toutes les puanteurs et les assassins, ici par vaccination massive à l’aluminium, là par sédation automatique des vieillards, par déversement de chemtrails et bien entendu par le remplacement de notre Peuple par toute la misère humaine, des esclaves à bas coûts lâches et serviles, incapables de se révolter dans leur propre Nation, venant violer, assassiner nos femmes et nos filles quand ce ne sont pas nos garçons,  profiter comme des parasites des économies des Françaises et des Français, au nom de la liturgie décérébrée enchantée par la sous bestialité se voulant dominante. Ici dans nos Institutions, là dans les Institutions Européennes, plus loin dans les Institutions internationales, toutes pourries par le fumier d’une fausse maçonnerie sectaire et invariante n’ayant pour objet que la destruction de l’Humain, poussière d’étoile, dont il ne faut pas qu’il reconnaisse, pour cette pourriture désincarnée, le potentiel de transcendance lui permettant de s’élever et de s’épanouir et sortir de cette fange dans laquelle la vermine, incapable, grouille afin de l’anéantir.

Mais l’Humain, contrairement à toutes les apparences n’est pas malléable, il dispose en lui d’une rémanence lui permettant de rebondir afin de se sortir des labyrinthes les plus ténus, des aberrations mentales les plus sordides, et son Esprit ne peut être enchaîné par une quelconque machine, par un quelconque calcul binaire, par une quelconque incapacité à vivre qui ce jour fulgure comme jamais dans ce que l’on appelait autrefois l’Occident, qui n’est plus qu’un champ stérile où le fumier atavique s’imagine règne. Et cet Esprit génère, se multiplie, se développe et voit avec effarement, lorsqu’il se sort des contraintes et des inhibitions, l’horreur incommensurable de la bestialité qui veut le supplanter. Une bestialité arbitraire, dictatoriale, se masquant sous les haillons de la démocratie comme de la république qui ne sont plus en France que la souillure de l’Esprit, où se vautre toute la fange des affairistes, des pédophiles, de toute cette armada de licteurs impuissants dont les rouages se tiennent les uns les autres en fonction de leurs vices, de leurs meurtres, de leur servilité.

L’ennemi est là dans sa vindicte, dans son effarante ignominie qui s’imagine parler à des enfants de deux ans pour se faire obéir, car il faut obéir n’est ce pas à l’anéantissement de toutes les valeurs, il faut obéir à l’abandon de l’honneur comme de la grandeur, pour nager dans le marais puant où se pressent tous les intrigants, tous les pédants, toutes ces scories de l’humanité qui détruisent tous les acquis sociaux, qui, repris de justice ou en voie d’être repris de justice, glosent à l’infini sur les turpitudes de leurs anomalies congénitales, leur infection vibratoire qu’ils cherchent à semer comme un poison, toutes fosses communes de l’abjection qui se veut trône. Le Peuple a compris ce qu’étaient ces anormaux, ces égarés du vivant ne se complaisant que dans la mort et ses principes, des larves dissociées en reptation devant leurs maîtres usuriers, toute une pacotille de médiocres dont les affinités éclosent  la puanteur répandue dans notre Nation.

Le Peuple fait grève, n’en déplaise, mais pour qu’il soit écouté, il se doit de prendre le pouvoir légalement en éradiquant totalement toute la puanteur et ses caprices, en éliminant de tous les votes tous les licteurs appartenant à la maçonnerie déviante, aux sectes avariées, tous les licteurs affairistes, tous les valets de l’usure et de leurs coordonnées, ce n’est que par cette opération de salubrité publique que la France retrouvera ses couleurs, il faut nettoyer et nettoyer encore jusqu’au simple fonctionnaire valet de cette puanteur qui se veut trône. Il faut nettoyer la France de la maçonnerie avariée, et des sectes nationales comme internationales, fondation franco américaine, Lucy trust, Fabian society, bilderberg,  fondation ceci, fondation cela, qui toutes n’ont qu’un seul but la liquidation physique des Françaises et des Français par métissage organisé et remplacement par des populations exogènes, quand ce n’est pas par sédation ou avortement obligatoire, la liquidation culturelle par mise en valeur de la fange et de ses exceptions, la liquidation spirituelle par substitution de la religion Catholique par l’Islam conquérant, devant lequel sont en reptation tous les féaux de la puanteur glauque qui se veulent règne.

Cela veut dire que quel que soit le candidat à une élection, ce candidat doit impérativement faire connaître non seulement son patrimoine mais bien ses appartenances, et cela ne se fera que lorsqu’une Loi l’établira, et cette Loi viendra, n’en déplaise, cela permettra d’éradiquer tous les valets de l’usure et leurs associés aux vices les plus répugnants que la terre ait portés. La France  n’a que faire de valets insipides, mielleux, outrageants, acculturés,  ignorants, dévots et en reptation devant l’usure, la France mérite de son Histoire et son Histoire ne se parjurera en continuant à voir son Peuple voter pour le ridicule dans toute sa splendeur, la bestialité dans tous ses oripeaux, l’ignominie dans toutes ses correspondances. En attendant que chaque électrice comme chaque électeur demande impérativement les appartenances des prétendants et éradique sans le moindre état d’âme ceux qui sont en relation avec les précités, car ce sont là ses bourreaux qui n’hésitent ni à les éborgner, ni à les mutiler, ni à les gazer, ni à les voler, ni à les piller, pour préserver leur armature sordide au sein des Institutions Françaises.

Lorsqu’on compare les Vœux du Président Russe au « Président » dit Français, on ne peut voir qu’avec horreur ce qui prétend diriger la France, le défaut d’empathie, la livrée de la dictature comme de la bassesse, le reniement de toutes les valeurs humaines, tout cela se vautrant dans une déclaration de guerre envers le Peuple de France, voilà les Vœux d’un bourreau, ne l’oubliez jamais, sans altérité, sans compassion, sans le moindre degré d’humanité, un robot de l’usure dans toute son affirmation et son autoritarisme ridicule.

L’ennemi est là dans son outrecuidance, son incapacité, ses mensonges, sa propagande, son acculturation, sa haine profonde de ses racines, son sadisme, sa barbarie la plus nuisible qui soit. Et il y en a pour parler de dictature en Chine et en Corée ! Alors que la dictature est là, ses franges gardées par, non plus des policiers, mais des mercenaires sans foi ni loi, achetés par ce pouvoir inique et cynique, qui compte encore et encore faire régner la terreur dans notre Nation pour imposer les lois ataviques de la City et de ses féaux qui se cachent dans les Conseils d’administration mais dont tout un chacun n’oubliera pas les noms lorsque sera venu le temps, et il viendra, de rendre des comptes aux Peuples, et notamment au Peuple de France qui toujours s’est révolté contre la fange, et c’est bien pour cela que le pouvoir cherche à le remplacer rapidement par immigration massive et par tueries via les vaccinations, l’avortement, et l’euthanasie, car il en a peur, une peur qui au fur et à mesure du temps qui s’écoule, n’en doutons pas, le verra mettre en place pour se préserver un régime de terreur, ce régime si tant aimé par toute la boue dite révolutionnaire en 1789, une révolution née des fantasmes des illuminés de Bavière, payée par les Anglais, une révolution qui n’a jamais été française et qui a mis en place ce jour l’écheveau maçonnique déviant dans toutes ses Institutions.

Qu’il suffise de s’intéresser aux appartenances dans la gouvernance qui de la maçonnerie déviante, qui de la fondation franco américaine, qui de sectes diverses et variées, tout le monde aura compris ce qui se veut couronne alors que cela n’en est que lisier, et comprendra enfin que la France est livrée à l’étranger, à l’utopie infernale, à la bêtise comme à la propagande des bellâtres qui ne marchent pas sur deux pieds, ignorants sont ils de la spiritualité, mais veulent conditionner tout en chacun dans leur matière brute où réside leur esprit qui n’est plus qu’un étron visqueux, car incapable de la moindre créativité, alors ne cherchant qu’une issue, celle de la désintégration de tout ce qui existe, une désintégration qu’ils vendent pour que chacun s’y convie et s’y auto détruise.

Les générations à venir vont avoir du travail, un grand travail de nettoyage de ces écuries, comme ce travail a été effectué en Russie, comme il se fait actuellement aux États-Unis, pour se débarrasser des scories qui souillent nos Nations Européennes, ces prétoriens de l’abîme, déstructurés,  incomplets, fades et sans saveur qui ne peuvent se réjouir que dans la destruction et en aucun cas l’élévation. L’Humain mérite mieux que cela. D’ores et déjà les votes de salubrité publique permettront d’éradiquer certaines faces de ce nid de vipères et de scrofules buboniques qui s’imaginent des « élites » alors que ce ne sont que de dantesques personnages sans la moindre consistance, sans la moindre personnalité, des ectoplasmes dont le vivier est infection.

Nous pourrions ainsi les définir à l’infini, mais il est aujourd’hui, jour de Vœux, qu’un seul Vœu, celui que la France et son peuple renaissent et sortent de la fange dans laquelle les induisent les nécrosés du vivant.

© Vincent Thierry