Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEBATS arrow POLITIQUE arrow POLITIQUE arrow Le génocide des aînés
Le génocide des aînés PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 26 Mars 2020 à 07:15

Le génocide des aînés

 

Suite du génocide en France, en vrac, avec cette nouvelle des plus importantes le Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire autorisant désormais les médecins à faire usage de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19. Par contre le plus inquiétant reste les directives relatives aux maisons de retraites, voyant nos aînés condamnés à mort par la gouvernance et ses relais. À suivre.

 

LA FABULEUSE LETTRE OUVERTE DU DR GIRAL, PRESIDENT CTPS PAYS D’ARLES !

« Cinq médecins morts en trois jours mais combien d’infirmiers, d’aides soignants, de membres des services à la personne ? Avant de tomber à mon tour, je voulais tant qu’il est encore temps vous rappeler, Mesdames et Messieurs les hâbleurs des 20h radio télévisé, qu’en temps de guerre comme en temps de paix : on ne se moque pas des soldats, on ne se moque pas des morts !

On vient au soir d’un nouveau décompte de victimes du jour nous annoncer avec un aplomb qui défie l’entendement qu’un essai de Chloroquine sur les malades graves hospitalisés va démarrer et que l’on attendra pour conclure !

Pourquoi pas saupoudrer les tombes des victimes avec du Plaquenil pour en tester le pouvoir ressuscitant ?

...Et dans la foulée en interdire l’usage pendant 10 jours chez les futurs candidats à la réanimation au motif de leur éviter les effets secondaires d’un médicament que nos patients atteints de lupus absorbent quotidiennement depuis des décennies...

Si la médecine est un art, cette décision est un chef d’œuvre !

Un chef d’œuvre qui nous contraint à prescrire malgré nous la mort sur ordonnance car la prescription est dépourvue de l’essentiel requis pour espérer sans regret donner tous les chances possibles à nos patients atteints, conformément à nos engagements dans le serment d’Hippocrate.
On ne se moque pas des soldats ! De nombreux grands pays se dotent de la Chloroquine. Nombre de nos élus se traitent au Plaquenil et ne s’en cachent pas. Nous devons expliquer aux nouveaux et aux gens de la misère qu’eux n’ont que le devoir d’avoir faim et d’avoir froid et le devoir de se taire.
On ne se moque pas des morts ! Mais viendra le jour de la libération. Viendra l’heure du jugement et des règlements de comptes.

Verra-t-on les peuples méprisés et endeuillés « monter sur Paris » vêtus de gilets noirs, noirs de leurs morts sur la sépulture desquels figurera une inscription commune « malades ayant échappé aux méfaits de la Chloroquine ».

Parmi les chants de la révolte, entendra-t-on le cliquetis métallique des crochets de bouchers ?... »


Cerveaux non disponibles

19 h ·

J'AI LA RAGE !

Un psychologue de l'hôpital de Mulhouse crie sa révolte contre ceux qui ont détruit le système de santé au nom des restrictions budgétaires. Une fois la pandémie passée, ceux-là mêmes rendront des comptes.

-----------------------------------------------

Je suis en colère et j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, montrent leur trogne à la télévision, font entendre leur voix parfaitement maîtrisée à la radio, livrent leur discours dans les journaux. Toujours pour nous parler d’une situation dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les responsabilités des habitants, des adversaires politiques, des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses, implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie responsables de ce que nous vivons.

Je suis en colère et j’ai la rage, car en tant que psychologue dans l’hôpital le plus touché, celui de Mulhouse, je vois toute la journée des dizaines de personnes arriver en urgence dans nos locaux, et je sais que pour une bonne partie d’entre elles, elles n’en ressortiront pas vivantes, souriantes, insouciantes, comme ce pouvait être le cas il y a encore deux semaines.

Je suis en colère et j’ai la rage, car je sais que ces personnes, ces êtres vivants, ces frères et sœurs, pères et mères, fils et filles, grands-pères et grands-mères, mourront seules dans un service dépassé, malgré les courageux efforts des soignants ; seules, sans le regard ou la main de ceux et celles qui les aiment, et qu’ils aiment.

 

Je suis en colère et j’ai la rage, devant cette situation folle qui veut que nous laissions nos aînés, nos anciens, ceux et celles qui ont permis que notre présent ne soit pas un enfer, ceux et celles qui détiennent un savoir et une sagesse que nul autre n’a ; que nous les laissions donc mourir par grappes dans des maisons qui n’ont de retraite que le nom, faute de pouvoir sauver tout le monde, disent-ils.

Le deuil impossible des familles

Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible. Ces familles auxquelles on ne donne pas accès à leur proche, ces familles qui appellent sans cesse les services pour avoir des nouvelles, et auxquelles aucun soignant ne peut répondre, trop occupé à tenter une intervention de la dernière chance. Ces familles qui sont ou pourraient être la nôtre…

Je suis en colère et j’ai la rage, quand je vois mes collègues soignants se battre, tous les jours, toutes les minutes, pour tenter d’apporter de l’aide à toutes les personnes qui se retrouvent en détresse respiratoire, y perdre une énergie folle, mais y retourner, tous les jours, toutes les minutes. Je suis en colère et j’ai la rage, devant les conditions de travail de mes collègues brancardiers, ASH, secrétaires, aides-soignants, infirmiers, médecins, psychologues, assistants sociaux, kinés, ergothérapeutes, cadres, psychomotriciens, éducateurs, logisticiens, professionnels de la sécurité… car nous manquons de tout, et pourtant, il faut aller au charbon.

Je suis en colère et j’ai la rage, car, lorsque je me rends à mon travail, et lorsque j’en pars, je croise en quelques minutes trois ou quatre véhicules d’urgence, transportant une personne pleine de l’espoir d’être sauvée… Comment ne pas avoir confiance dans nos hôpitaux ? Ils sont à la pointe, ils sont parfaitement en état de fonctionner, de protéger, de guérir… et pourtant, combien de ces ambulances mènent leur passager vers leur dernier lieu ? Combien de ces patients refranchiront la porte sains et saufs ?

Je suis en colère et j’ai la rage, car cela fait des années que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension, notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de santé menées par les différents gouvernements, qui ont pensé que l’hôpital était une entreprise comme une autre, que la santé pouvait être un bien spéculatif, que l’économie devait l’emporter sur le soin, que nos vies avaient une valeur marchande.

Je suis en colère et j’ai la rage quand je constate que nos services d’urgences demandent de l’aide depuis si longtemps, quand je pense que les personnes qui arrivent avec le Samu posent leur regard (souvent le dernier sur l’extérieur) sur ces banderoles disant «URGENCES EN GRÈVE», qu’elles se trouvent face à des médecins traitants à la retraite du fait du départ des urgentistes, ces spécialistes de l’urgence qui seraient tant nécessaires en ces jours sombres…

De l’exploitation des étudiants infirmiers

Je suis en colère et j’ai la rage devant la manière dont on exploite nos étudiants en soins infirmiers ou aides-soignants, qui se retrouvent à faire des travaux d’une dureté que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi, qui, a à peine 20 ans, doivent mettre les corps de nos morts dans des sacs mortuaires, sans préparation, sans soutien, sans qu’ils et elles aient pu se dire volontaires. Pourquoi demander ? Cela fait partie de leur formation, voyons ! Et ils devraient s’estimer heureux, ils reçoivent une gratification de quelques centaines d’euros, vu qu’ils interviennent en tant que stagiaires.

Je suis en colère et j’ai la rage, car la situation actuelle est le fruit de ces politiques, de ces fermetures de lits comme ils aiment le dire, oubliant que sur ces lits, il y avait des humains qui en avaient besoin, de ces putains de lits ! De ces suppressions de postes, parce qu’un infirmier, c’est cher, ça prend de la place sur le budget prévisionnel ; de ces externalisations de tous les métiers du soin, puisqu’un ASH en moins dans les chiffres du nombre de fonctionnaires, c’est toujours un fonctionnaire en moins dont ils peuvent s’enorgueillir.

Je suis en colère et j’ai la rage, car celles et ceux qui sont au boulot tous les jours, malgré la peur ancrée au ventre, peur d’être infecté, peur de transmettre le virus aux proches, peur de le refiler aux autres patients, peur de voir un collègue sur le lit de la chambre 10 ; celles-ci et ceux-là se sont fait cracher dessus pendant des années dans les discours politiques, se sont retrouvés privés de leur dignité lorsqu’on leur demandait d’enchaîner à deux professionnels tous les soins d’un service en quelques minutes, bousculés dans leur éthique et leur déontologie professionnelle par les demandes contradictoires et folles de l’administration. Et aujourd’hui, ce sont ces personnes qui prennent leur voiture, leur vélo, leurs pieds, tous les jours pour travailler malgré le risque continu d’être frappées par le virus, alors que ceux qui les ont malmenés sont tranquillement installés chez eux ou dans leur appartement de fonction.

Je suis en colère et j’ai la rage, parce qu’aujourd’hui, mon hôpital fait face à une crise sans précédent, tandis que celles et ceux qui l’ont vidé de ses forces sont loin. Parce que mon hôpital a été pris pour un putain de tremplin pour des directeurs aussi éphémères qu’incompétents qui ne visaient que la direction d’un CHU et qui sont passés par Mulhouse histoire de prouver qu’ils savaient mener une politique d’austérité bête et méchante… Parce que mon hôpital a été la cible d’injonctions insensées au nom d’une obscure certification, pour laquelle il semblait bien plus important de montrer une traçabilité sans faille plutôt qu’une qualité de soin humain.

Parce qu’en gros, mon hôpital ne fut rien de plus qu’un cobaye pour des administrateurs dont seule l’autovalorisation égoïste avait de l’importance. Parce qu’au-delà de mon hôpital, ce sont les personnes qui y sont accueillies qui ont été considérées comme des valeurs négligeables, des chiffres parmi d’autres, des variables sur la ligne recettes/dépenses. Parce que dans l’esprit bêtement comptable de la direction générale de l’organisation des soins, patients et soignants sont tous dans le même panier d’un lean management des plus écœurants…

Les premiers de cordée et leur respirateur

Je suis en colère et j’ai la rage, quand je me souviens des premiers de cordée censés tenir notre pays, censés être le fer de lance de notre pays, censés nous amener, nous, petites gens, vers des sommets ; et que ce sont ces petites gens, ces caissières de supermarché, ces éboueurs dans nos rues, ces ASH dans nos hôpitaux, ces agriculteurs dans les champs, ces manutentionnaires amazone, ces routiers dans leurs camions, ces secrétaires à l’accueil des institutions, et bien d’autres, qui permettent aux habitants de continuer de vivre, de se nourrir, de s’informer, d’éviter d’autres épidémies… Pendant que les premiers de cordée lorgnent leur respirateur artificiel personnel, le prospectus de la clinique hi-tech dernier cri qui les sauvera au cas où, regardent les fluctuations de la Bourse comme d’autres comptent les cadavres dans leur service.

 

Je suis en colère et j’ai la rage envers ces hommes et ces femmes politiques qui n’ont eu de cesse de détruire notre système social et de santé, qui n’ont eu de cesse de nous expliquer qu’il fallait faire un effort collectif pour atteindre le sacro-saint équilibre budgétaire (à quel prix ?) ; que «les métiers du soin, c’est du sacrifice, de la vocation»… Ces politiques qui aujourd’hui osent nous dire que ce n’est pas le temps des récriminations et des accusations, mais celui de l’union sacrée et de l’apaisement… Sérieux ? Vous croyez vraiment que nous allons oublier qui nous a mis dans cette situation ? Que nous allons oublier qui a vidé les stocks de masques, de tests, de lunettes de sécurité, de solutions hydroalcooliques, de surchaussures, de blouses, de gants, de charlottes, de respirateurs (de putain de respirateurs tellement primordiaux aujourd’hui) ? Que nous allons oublier qui nous a dit de ne pas nous inquiéter, que ce n’était qu’une grippe, que ça ne passerait jamais en France, qu’il ne servait à rien de se protéger, que même pour les professionnels, les masques, c’était too much ?

Que nous allons oublier l’indifférence et le mépris pour ce qui se passait chez nos sœurs et nos frères chinois, chez nos sœurs et nos frères iraniens, chez nos sœurs et nos frères italiens, et ce qui se passera sous peu chez nos sœurs et nos frères du continent africain et chez nos sœurs et nos frères latino-américains ? Nous n’oublierons pas ! Tenez-le-vous pour dit…

Je suis en colère et j’ai la rage, car je vis depuis une semaine avec cette satanée boule dans la gorge, cette envie de me prostrer, de pleurer toutes les larmes de mon corps, quand j’écoute la détresse et la souffrance de mes collègues, quand ils et elles me parlent du fait de ne pas pouvoir embrasser leurs enfants parce que personne ne peut être sûr de ne pas ramener le virus, lorsque s’expriment les moments de craquage dans la voiture avant et après la journée de travail, quand je pense aux ravages à venir, psychiquement parlant, lorsque tout ça sera derrière nous, et qu’il y aura le temps de penser…

Je suis en colère et j’ai la rage, mais surtout un désespoir profond, une tristesse infinie…

Je suis en colère et j’ai la rage, et je ne peux pas les laisser sortir pour le moment. Elles se tapissent au fond de mon âme, me consumant à petit feu. Mais sous peu, une fois que ce sera calme, je les laisserai jaillir, cette colère et cette rage, comme tous ceux et toutes celles qui les ont enfouies. Et croyez-moi, ce moment viendra. Elles flamberont, et nous exigerons justice, nous demanderons des comptes à tous ceux qui nous ont conduits dans ce mur terrible. Sans violence. A quoi bon ? Non, avec une humanité et une sagesse dont ils sont dépourvus. Entendez-vous cette petite musique ? Celle qui se murmure tout bas mais qui monte en puissance ? Ce refrain des Fugees : «Ready or not, here I come ! You can hide ! Gonna find you and take it slowly !» Nous arrivons…

Claude Baniam (pseudonyme) psychologue à l'hôpital de Mulhouse. Tribune publiée initialement dans Libération

 

Franck Maya

23 mars, 08:16

DERNIERE MINUTE

L'HOPITAL DE LA SALEPETRIERE À PARIS VIENT D'ANNONCER QU'IL ADOPTAIT LE PROTOCOLE DU

DR. RAOULT DE MARSEILLE DÈS AUJOURD'HUI

L’infectiologue Didier Raoult, tout le monde le voit, le lit, ou en entend parler. La piste thérapeutique qu’il a présenté pour combattre le Covid 19 a été qualifiée de « fake news » sur le site du ministère de la Santé il y a quelques semaines. Mais le ton du gouvernement et de la communauté scientifique est en train de changer, et ses travaux intéressent même Donald Trump. Il est aujourd'hui dans les colonnes du Corse Matin. Qui est donc le professeur Raoult? Quelques éléments de réponse selon le journaliste Hervé Vaudoit de La Provence :

Révélé au grand public par ses chroniques dans « Le Point » et quelques livres à succès, le professeur Didier Raoult est avant tout un infectiologue et un virologue de réputation internationale. Sa carrière hors-normes, il l’a d’abord construite sur la recherche, avec à son crédit quelques découvertes majeures comme les virus géants (mimivirus, marseillevirus…), l’identification de plus d’une centaine de nouvelles bactéries pathogènes ou la mise en évidence du rôle de certains micro-organismes dans des maladies comme la fièvre Q, la maladie de Whiple, les endocardites ou les lymphomes non hodgkiniens. Mais Didier Raoult, c’est aussi et surtout un leader, un chef d’équipe – un chef de bande disent même certains de ses proches -, avec autour de lui une cohorte de scientifiques de très haut niveau qu’il a commencé à rassembler il y a plus de 35 ans et qui lui sont depuis restés fidèles. À ce noyau dur des débuts, il a toujours su rajouter de nouveaux talents, repérés au fil du temps parmi les étudiants qui se pressaient à ses cours et dans ses labos de la faculté de médecine de La Timone. Une réussite d’autant plus extraordinaire qu’elle ne s’est pas jouée à Paris, Washington, Londres ou Shanghai, mais bien à Marseille, où les équipes de chercheurs de niveau mondial ne sont tout de même pas légion.

Né au Sénégal il y a 68 ans d’une mère infirmière et d’un père médecin militaire, Didier Raoult est devenu médecin plus par devoir que par passion. Débarqué à Marseille à l’âge de 10 ans, il en partira à 18 ans pour s’embarquer comme matelot sur un navire marchand, persuadé que son destin aurait le goût salé des aventures maritimes. Le temps de s’apercevoir que le travail en équipage gonfle les biceps mais nourrit peu l’esprit, et le voilà de retour sur le Vieux-Port, la tête et l’ambition en berne. Son père, qui avait déjà conditionné son autorisation d’embarquer à l’obtention préalable du baccalauréat, lui met alors le marché en mains : c’est médecine ou rien. « J’avais un bac littéraire. Aujourd’hui, je ne pourrais même pas rentrer en fac de médecine avec », s’amuse-t-il aujourd’hui. Une fois dans la place, le jeune Raoult se passionne. Et développe, au fil de ses études, un goût prononcé pour la recherche et pour les maladies infectieuses et tropicales, qu’il découvre à la fac puis durant son service militaire à Tahiti. Son premier labo de recherche, il le créé en 1984 après un premier exploit : la mise au point d’une procédure de mise en culture des bactéries très rapide et efficace. C’est avec cette « unité des rickettsies » qu’il commence à constituer son équipe. Michel Drancourt et Philippe Brouqui le rejoignent dès cette époque. Suivront Philippe Parola, Bernard La Scola, Jean-Marc Rolain, Pierre-Edouard Fournier, tous devenus professeurs et tous investis dans le grand œuvre de Didier Raoult : l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection, un des six IHU créés ces dix dernières années, aujourd’hui en pointe dans de très nombreux domaines de recherche. Dont, bien sûr, le coronavirus, avec les espoirs de traitement efficace nés des travaux des scientifiques chinois et de l’équipe de l’IHU marseillais.

Pour en arriver là, Raoult n’a jamais cessé de se battre. L’affrontement, la confrontation, la controverse sont pour lui des contextes stimulants. Son talent, ses connaissances et sa capacité à faire travailler les gens ensemble lui ont souvent permis de triompher. Et la carapace qu’il s’est fabriquée au fil du temps l’a toujours protégé des critiques et des mises en cause. « Il a un niveau d’estime de soi très élevé et très stable », confie un de ses proches pour situer le personnage, souvent décrit comme arrogant, cassant, voire méprisant par ses détracteurs. Il est vrai que pas grand monde ne l’impressionne et qu’il ne prend guère de précautions pour dire ce qu’il pense des uns et des autres, surtout de celles et ceux qui disposent d’un pouvoir que lui juge exorbitant ou illégitime. Son IHU à peine inauguré, il s’est ainsi affronté à Yves Lévy, alors patron de l’Inserm, qui est aussi l’époux de la ministre de la Santé de l’époque, Agnès Buzyn. Résultat : même s’il s’agit d’un des pôles de recherche les plus prolifiques du pays, Méditerranée Infection n’a pas le label Inserm. Pas plus qu’il n’a celui du CNRS, peu ou prou pour les mêmes raisons. Ce qui ne l’empêche pas de produire toujours de la bonne science. Et de donner ainsi des aigreurs d’estomac à tous ceux qui aimeraient le voir trébucher, à Paris mais aussi à Marseille, où son insolente réussite a toujours attisé les jalousies et entretenu les querelles de palais parmi les mandarins qui n’avaient ni son talent, ni ses capacités fédératrices, mais auraient adoré avoir ses moyens.

Didier Raoult s’est appuyé sur les travaux d’un de ses confrères chinois pour mettre au point un traitement qui a guéri la grande majorité des patients à qui il a été administré. Abonné aux revues scientifiques à comité de lecture les plus prestigieuses comme Nature ou Science, il y signe ou cosigne une centaine d’articles chaque année et figure ainsi systématiquement dans le trio de tête des chercheurs hexagonaux en termes de production scientifique. Sauf que son look, son franc-parler et son identité marseillaise l’ont toujours desservi. Lui s’en fiche comme d’une guigne. Car, quel que soit le sujet, les faits finissent souvent par lui donner raison, alors même que ses déclarations sont immédiatement battues en brèche par des armées de pseudo-experts. Qui ont peut-être du mal à admettre que des Marseillais puissent figurer parmi les meilleurs spécialistes mondiaux de l’infection. On l’a encore constaté fin février, lorsque Didier Raoult a présenté la chloroquine comme un traitement potentiellement efficace contre le coronavirus. Utilisée depuis le milieu du XXème siècle dans le traitement du paludisme, cette molécule très bon marché pouvait-elle être une arme décisive contre une nouvelle maladie virale ? « Certainement pas ! », ont affirmé en chœur tout une cohorte de médecins et experts autoproclamés à la radio et sur les plateaux de télévision. À commencer par le ministère de la Santé lui-même, qui a accolé l’étiquette « fake news » sur les annonces de Didier Raoult plus d’une journée durant, parce qu’un journaliste d’un grand quotidien national les avait qualifiées de la sorte. Trois semaines plus tard, patatras ! À accorder plus de valeur aux propos échangés devant les caméras qu’à l’analyse de l’un des infectiologues les plus réputés de la planète, le ministère de la Santé s’est littéralement pris les pieds dans le tapis. Tout comme le directeur général de l’assistance publique hôpitaux de Paris (APHP), qui n’avait pas de mots assez durs contre Didier Raoult fin février au micro des chaînes d’information en continu.

Aujourd’hui, la prudence reste de mise en haut lieu, mais on se garde bien de formuler les mêmes commentaires méprisants. « Ce que je disais à ce moment-là n’a pas germé spontanément dans ma tête, sourit Didier Raoult. Cela s’appuyait sur deux choses : d’une part ma propre expérience, puisqu’ici, à Marseille, nous utilisons l’hydrxychloroquine dans le traitement des infections bactériennes depuis plus de 25 ans. D’autre part les travaux du professeur Zhong Nanshan, un de mes plus brillants confrères chinois, qui a évoqué l’efficacité de la chloroquine dans une conférence de presse le 17 février. » Sauf que, selon Raoult, « à Paris, ils ont beaucoup de mal à admettre que la France ne soit plus le phare de la science mondiale et que les chercheurs plus performants aujourd’hui, c’est en Asie du sud-est qu’on les trouve et plus en Occident. » Les déclarations de l’infectiologue chinois n’ont d’ailleurs pas été relayées en France.

Un essai clinique plus tard, les résultats obtenus à l’IHU Méditerranée Infection recoupent ceux de Zhong Nanshan, confirmant ainsi l’efficacité de la chloroquine dans le traitement du coronavirus. Mieux : associée à un vieil antibiotique, l’azythromycine, la non moins vieille chloroquine a débarrassé du coronavirus plus 90% des personnes porteuses incluses dans l’essai clinique marseillaise. « Et cette combinaison des deux molécules, c’est nous qui l’avons inventée ! », souligne Didier Raoult, prêt à traiter tous les patients qu’on lui amènera pour finir de démontrer l’intérêt de ce cocktail médicamenteux.

Pourquoi a-t-il fallu en arriver là pour que cessent les critiques et que les autorités françaises considèrent enfin que ses déclarations avaient du sens ?

« Le problème, indique l’infectiologue, c’est qu’intellectuellement, ils ont du mal à admettre qu’une nouvelle maladie, un nouveau virus, puissent être traités efficacement par des molécules anciennes qui ne coûtent rien, et pas par une nouvelle prouesse de la recherche pharmaceutique, très chère et très compliquée à industrialiser. »

Raoult sait de quoi il parle. Depuis des années, il plaide pour une révision des modèles économiques de la santé, afin que l’ensemble des molécules existantes, créées pour la plupart au XXe siècle, soient considérées comme un patrimoine au service de l’humanité. « Ce n’est pas le cas aujourd’hui, se désole-t-il, car on abandonne les médicaments qui ne rapportent rien, même s’ils sont efficaces. C’est comme ça que plus aucun antibiotique n’est fabriqué en Occident et que nous avons régulièrement des pénuries sur des molécules très importantes, comme récemment la doxycycline, indisponible pendant 6 mois alors que nous en avons besoin au quotidien pour soigner les gens. »

 

La question reste entière avec le coronavirus : si l’efficacité de la combinaison chloroquine/azythromycine se confirme, on pourra guérir tout le monde mais cela ne rapportera d’argent à personne. Là était peut-être le noeud gordien.

Pierre Nachbaur

https://fr.sputniknews.com/opinion/202003251043391286-coronavirus-macron-et-le-gouvernement-sont-en-train-de-sacrifier-le-peuple-francais-selon-philippe/?fbclid=IwAR1jrNzcd-EZLGsOfRwk07FO7FjpwurUt4s5TKhKPseF52ljpLWPX6jOcKI

Une lapalissade.

Olivier PiacentiniJ’aime la Page

18 h ·

QUAND PATRICK DRAHI PROFITE HONTEUSEMENT DU CORONAVIRUS...

Patrick Drahi, vous connaissez ? C'est le patron du groupe Altice, qui chapeaute les sociétés Numéricâble, SFR, mais aussi BFM TV et RMC… Il avait déjà profité à plein de la bienveillance de Macron, qui l'avait autorisé à racheter SFR en 2014, quand il était ministre de l'économie, alors que son prédécesseur, Montebourg, s'y opposait, arguant de la fragilité du groupe et de la moralité douteuse de son dirigeant… Drahi s'est donc retrouvé patron de SFR, par la grâce de Macron, et ce bien qu'il ne disposait pas des fonds propres pour acquérir le téléphoniste. C'est par le recours massif au crédit que Drahi a acquis SFR, et pour rembourser, il a trouvé une astuce fort simple : 6500 licenciements chez SFR, deux ans après son rachat, pour se donner les moyens de payer les banques… Astucieux, non ? Drahi n'est jamais à cours d'idée pour faire payer aux autres, salariés, Unedic, les conséquence de sa gestion…

Aujourd'hui, Drahi refait parler de lui, en profitant honteusement de la situation sanitaire et économique gravissime de notre pays. Selon les syndicats, 60% des 9000 salariés Français du groupe vont être mis au chômage partiel. Pour quel motif ? Le groupe Altice opère dans la téléphonie et les médias : son activité ne sera pas des plus impactée par la crise sanitaire, loin de la. C'est pourtant lui qui profitera à plein des aide exceptionnelles de l'état, qui très probablement, ne refusera pas un nouveau coup de main à un ami du Président. Il faut dire que Drahi en a bien besoin, d'un nouveau coup de pouce : Altice est surendettée (46 milliards d'euros en 2018 entre dettes financière, auprès des fournisseurs et des organismes), cumule des pertes colossales, plus de 300 millions d'euros depuis 5 ans. Si ce n'était pas Drahi, mais un entrepreneur Lambda qui alignerait de tels chiffres, il serait depuis longtemps assigné devant les tribunaux, pour banqueroute… Altice, c'est un monstre construit sur de la dette, sans aucune solidité financière, appelé à s'écrouler d'un jour à l'autre. Ce qui gênerait bien Macron : outre l'impact au niveau de l'emploi, il ne retrouvera pas de sitôt un organe de propagande aussi zélé et écouté que BFMTV-RMC... Alors, il faudra que vous, moi, tous les contribuables, y allions de notre obole fiscale pour renflouer l'ami en du pouvoir détresse. En sachant que tout cela se fera bien sur, au détriment de petites entreprises, artisans, commerçants, agriculteurs, qu'on ne pourra aider, pour avoir préféré allouer les fonds à un groupe de toute façon perdu d'avance…

Y aura-t-il des sanctions prévues contre les traitres, qui abusent éhontément du malheur de la France? Drahi serait le premier à mériter un châtiment exemplaire, mais pour cela, il faudra surement changer de président…

https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/03/25/exclu-trier-les-vieux-malades-du-coronavirus-les-instructions-officielles-publiees/?fbclid=IwAR21AXVjxW1rVcOlvSV5Fde4bgzQuKUxLl-7n1f5At9Il-tQHl_rTmB051Y

L'assassinat programmé en toute conscience de nos aînés par la gouvernance totalitaire et génocidaire. Les nazis comme les bolchéviques n'ont pas fait mieux. A faire circuler le plus possible.

Fouad Fmazouni a partagé sa première publication.

Nouveau membre · 1 h

Lettre Ouverte à monsieur Macron, monsieur Philippe, madame Buzyn, monsieur Véran, messieurs et mesdames les ministres.

Je m'appelle Thomas Grimal, j'ai 40 ans. Je suis père de trois enfants et infirmier en réanimation en hôpital PSPH depuis 13 ans .

Vous ne me connaissez pas car je ne suis personne. Je suis un citoyen ordinaire, ni pauvre ni riche, je n'ai pas d'appartenance politique, pas d'activité politique ou associative. Je cotise à l'ordre infirmier, je paye mes impôts et mon statut de citoyen lambda me tient bien loin de quelques conflits d’intérêts.

Je ne m'intronise pas expert en épidémiologie, je ne pense pas être meilleur qu'un autre, je suis factuel et n'utilise que vos chiffres.

Cette lettre ne changera probablement rien, mais elle me permettra de me soulager de la colère qui me ronge.

Mon métier, notre métier, que vous tenez en si grande estime en ces temps de pandémie, est une passion, un investissement, une raison d'être.

Pour autant, la colère monte dans nos rangs le doute s'installe.

Cette colère ne grandit pas pour les fautes d'hier, elle ne grandit pas pour le dédain, pas pour les attaques répétées à nos conditions de travail, ni pour votre violence lorsque nous sommes dans la rue.

Ma colère, notre colère grandie car cette crise sanitaire sans précédents révèle chaque jour un peu plus les lacunes, les fautes et les manquements avec lesquels vous la gérez.

Vos annonces, vos discours, votre méthode Coué ne dupent personne. Nous nous lançons dans une guerre qui n'a jamais été préparée, qui n'a jamais été anticipée.

Vous qui vous targuiez de proposer une politique différente, une politique d'amateurs, vous avez réussi. On en a pour notre argent...

Monsieur Macron, monsieur Philippe, madame Buzin, monsieur Véran, on ne part pas à la guerre avec des intentions, on part à la guerre avec une stratégie et avec des armes...

Seulement voilà : les armes (c'est drôle c'est l'anagramme de rames) nous n'en avons pas ou presque plus.

Alors je vous pose la question : Où sont nos masques, où sont nos tabliers, nos sarraux, nos gels hydroalcooliques, où est la réserve stratégique de l’État dont vous vous vantiez tant, où sont nos armes ?

Vous et vos prédécesseurs avez tellement dénigré l'importance de notre mission, dans votre vision comptable étriquée, dans cette vision à si court terme, que vous les avez sacrifiés sur l'autel de la dette...

C'est une faute morale grave, c'est une faute professionnelle, c'est une erreur stratégique majeure car sans armes, nous, soignants, nous ne seront que d'une utilité limitée dans le temps.

Votre métier à vous politiques n'était-il pas de prévoir, d'anticiper, de planifier ?

La réalité est simple, glaçante, vous nous avez abandonné.

Nous en sommes à mendier du matériel sur les réseaux sociaux, nous en sommes à solliciter les bonnes volontés pour pallier l'insuffisance régalienne .

Le pire c'est que nous ne le faisons pas par crainte pour nos vies, mais parce que sans nous la guerre est perdue, parce qu'un soignant dans un lit ne remplit plus sa mission, parce qu'il devient un poids supplémentaire pour des services déjà bondés.

Parlons maintenant stratégie.

- Nous vivons dans un monde où les mouvements de populations sont la règle, mais nous nous sommes arc-boutés sur une stratégie chinoise à la recherche de patients 0, ignorant totalement qu'à l'inverse des Chinois, chez nous, il n'y aurait pas un mais plusieurs patients 0, vouant cette stratégie à une partie de cache-cache à 67 millions de Français. Pire, nous avons complètement fait l'impasse sur la possibilité de porteurs sains (c'est quand même une notion qui ne date pas d'hier).

- Nous avons regardé avec suffisance nos amis italiens durant deux semaines, nous gargarisant d'une lucidité stratégique dont ils étaient incapables, puis nous avons pris les mêmes recommandations avec 2 semaines de retard.

- Vous nous annoncez une « grippette » sans danger pour les jeunes avec 10% de cas graves. Nouvelle erreur, la « grippette » est infiniment plus contagieuse que la grippe (100 fois plus si l'on en croit l'Institut Pasteur) et tue 6 à 10 fois plus. Selon vos statistiques, on peut tabler sur une épidémie à 30 millions de malades. Je vous laisse calculer 10% de ce chiffre et le mettre en lien avec nos capacités de réanimation.

- Notre ministre de tutelle madame Buzin démissionne de son poste en pleine gestion de crise pour porter candidature à la mairie de Paris, et elle nous explique trois semaines plus tard qu'elle savait... Elle savait, vous saviez, et rien, rien n'a été anticipé. Que dire ?

- Vous interdisez les concerts de plus de 5000 personnes, mais vous autorisez explications farfelues à la clef un Juventus / Lyon avec plusieurs dizaines de milliers de personnes dans un stade, et ce en début de quarantaine italienne (je ne vous ferai pas l'affront de vous indiquer où se trouve Turin).

- Vous organisez des élections dans un contexte sanitaire et démocratique indigne pour ne pas dire scandaleux, faisant fi de toutes les recommandations scientifiques, de tout bon sens.

- La liste est non exhaustive et vous le savez.

Comment voulez-vous garder une once de crédibilité ? Comment pouvez-vous imaginer qu'après cela les citoyens français puissent observer la moindre consigne ? Comment pensez-vous que l'on puisse vous octroyer la moindre confiance ?

Il n'y a rien de plus dangereux et de plus contre-productif qu'un peuple défiant...

Comment voulez-vous qu'il en soit autrement ?

Continuons :

Je reçois chaque jour les recommandations de l'ARS et du Ministère de la Santé. Ça me laisse sans voix...

Vous dites compter sur notre réseau extra-hospitalier (médecins, infirmières, sages-femmes, kinés, pharmaciens, etc...) que vous qualifiez de maillons indispensables.

Vous leur demandez de se protéger avec des masques FFP1, masques connus pour n'apporter AUCUNE protection au soignant qui le porte...

Personne ne vous a expliqué cela ???

Vous envoyez nos femmes, nos enfants, nos maris, nos parents au front sans la moindre protection, sans le moindre espoir de les épargner.

Vous qui vous revendiquez d'une politique nouvelle vous ne faites que répéter l'histoire encore et encore et encore...

Cette force vive de proximité, vous allez la décimer en quelques semaines. Encore une fois, quelle sera leur utilité dans un lit, en réanimation ou à la morgue ?

Cinq médecins et une infirmière sont déjà morts. D'autres viendront. Que direz-vous à leur famille ?

Mon service dispose d'une réserve de masques FFP2 pour une durée de 3 à 8 jours. Nous n'avons plus de tabliers.

J'ai trois enfants, ma femme est sage-femme libérale. Le jour où je ne pourrai plus me protéger, je ne rentrerai plus chez moi. Ma femme ne pourra plus remplir sa propre mission.

La situation inverse est aussi valable. En l'absence de protection pour elle, je risque aussi de me retrouver contraint de ne pas remplir ma propre mission pour m'occuper de mes enfants.

Où est la vision, où est la stratégie dans cette démarche ?

Je vois certains libéraux dotés de 18 masques FFP1 pour la semaine, des hospitaliers à qui l'on donne 3 masques pour 12h quand les recommandations sont de les changer toutes les deux heures.

Cette gestion est une aberration, notre situation est une aberration, elle vous discrédite chaque jour un peu plus.

C'EST UNE HONTE.

L'heure est grave et nous ne sommes pas à rendre des comptes, pas encore. Nous n'avons pas de temps à perdre. Le temps viendra où chacun de nous sera jugé sur ses actes et sur ses manquements. Le jour viendra où vous devrez expliquer au peuple de France la mesure de notre impréparation. Les premiers de cordée n'ont pas équipé la voie et c'est votre responsabilité qui est engagée.

Alors oui, nous, soignants, routiers, caissières, tant d'autres, nous autres insignifiants citoyens nous allons retrousser nos manches jusqu'aux épaules s'il le faut. Nous l'avons toujours fait, nous le ferons encore.

Comme vous le disait le neurologue de la Pitié-Salpêtrière, François Salachas, nous serons là... L'inverse reste toujours à prouver.....

Je ne suis personne, un simple infirmier en colère qui tremble pour ses collègues.

Vous me direz sûrement suffisant, prétentieux, incapable d'appréhender la complexité des choses. Peut-être aurai-je même la chance d'être qualifié de Gaulois réfractaire et ce sera une fierté.

La fierté de montrer que même invisible et insignifiant nous honorons la liberté qui nous a été offerte et que nous portons haut nos valeurs.

 

NB : Pas de commentaires à caractères politiques ou haineux merci.

N'hésitez pas à partager

PAS DE COMMENTAIRES À CARACTÈRE POLITIQUE, HAINEUX OU AGRESSIF S'IL VOUS PLAÎT. JE NE SUIS PAS LÀ POUR ATTISER LA HAINE, NOUS N'EN AVONS PAS BESOIN.

Je ne demande aucune tête je n'en ai ni la légitimité ni le besoin. Je ne veux plébisciter aucun parti politique, à titre personnel je n'adhère à aucun.

Je veux rester factuel et objectif, je veux des réponses à des questions rien de plus.

Le Peuple Uni

24 mars, 20:42 ·

TÉMOIGNAGE : L'HORREUR DE LA RÉALITÉ À L'HÔPITAL DE PERPIGNAN

Témoignage d’un personnel soignant en réanimation au Centre Hospitalier de Perpignan :

Depuis l’arrivée du COVID-19 dans le pays, à l'hôpital de Perpignan, on se prépare. Dans les services de soins, en médecine ou en chirurgie, aux urgences, ces dernières années des lits ont été « réorganisés », du personnel « redéployé ». En réanimation, nous sommes tout à fait conscients que nous allons manquer de matériel. En effet nous demandons divers matériels en supplément, notamment des pousse seringue électriques en nombre insuffisants, des respirateurs (la moitié de notre parc date des années 90), entre autres.

Depuis l’accident de Millas en 2017, et chaque année lors des épidémies de grippe, nous avons identifié nos manques en termes de matériel et en temps de travail. Nous avons demandé ce matériel qui nous a été refusé, on nous a même supprimé du temps de travail, ¼ d’heure de relève sous le prétexte que ce n’est pas légal car nous travaillons déjà en 12 heures sur dérogation. On nous demande de prendre ce temps de relève sur notre temps personnel, ou de laisser une petite feuille à notre collègue. On nous retire progressivement les RTT correspondants à ce ¼ d’heure, on nous refuse les primes spécifiques de réanimation ou d’exposition au sang, sans commentaire.

Nos médecins réanimateurs ont mis en place un plan blanc, en fonction des moyens dont ils disposent. Ils ont démarché les sociétés qui vendent les respirateurs afin de se faire prêter les respirateurs de démonstration, ils ont demandé des moyens matériels et humains à la direction. Malgré tous leurs efforts, ils n’auront pas ce qu’ils demandent, loin de là. La direction leur refuse du matériel de protection, des médicaments, du personnel.

Les chambres sont censées être « à pression négative », mais rien ne fonctionne correctement. Il y a des fuites d’air, des fuites d’eau. Quand il pleut nous mettons des bacs pour que l’eau qui fuit du plafond n’inonde pas le service. Les volets à lames se cassent les uns après les autres et ne sont pas réparés (l’entreprise qui les a posés a fermé), mais ce ne sont que des détails.

C’est dans ces conditions que nous allons affronter cette épidémie.

Au moment où j’écris, la situation à Perpignan sent le roussi. Les 24 lits de réanimation sont presque tous occupés par des patients « COVID » dont beaucoup dans un état critique. Nous manquons de matériel bien sûr et de personnel aussi. Nos conditions de travail deviennent pénibles : chaleur étouffante sous les masques et les tenues, maux de tête à force de respirer son propre CO2 dans les masques...

On nous demande de revenir travailler. Nous sommes toutes et tous volontaires. Nous tournons, petit à petit en 2/2 (2 jours (ou nuits) de travail, 2 jours de repos). Nos RTT et nos congés sont progressivement annulés, ils ne seront probablement jamais rendus. Nous accumulons des heures de travail qui ne seront très certainement jamais payées. Pourtant nos cadres se démènent pour nous, mais rien n’y fait. Certains de nos médecins ont demandé des bâches plastique et du scotch pour compartimenter le service et obturer les portes qui ne sont pas hermétiques. Rien, ça n’est pas utile disent ceux qui ne mettent jamais les pieds dans les services de soins et encore moins la main à la pâte.

L'armée Française vient de nous livrer des masques FFP2, indispensables pour nous protéger en réanimation, car nous n’en avions plus. Ils sont périmés, sentent la poussière, on nous demande de les garder 4 heures quoi qu'il advienne pour les économiser... Ils nous écrasent le nez et nous cisaillent les joues, nous nous protégeons le visage avec des pansements. Nos lunettes de protection et nos tenues ne sont pas étanches.

En réanimation on manque de sur-blouses de protection, on nous interdit de mettre des sur-chaussures en nous disant que ça ne sert rien, mais en fait c'est juste qu'il n'y en a pas assez pour tout le monde. Nos gants se délitent au bout de quelques heures de port, on nous interdit de les doubler. On nous culpabilise d’utiliser trop de matériel. Nous n’avons a pas assez de médicaments pour traiter le virus, pas assez de pousses seringues électriques à tel point qu'on nous demande de mélanger les médicaments dans la même seringue, de ne plus utiliser l’insuline en pousse seringue et de passer en sous cutané et j'en passe.

Les femmes de ménage et les coursiers ne sont plus autorisés à rentrer dans le service, nous faisons donc tout nous-même en plus de notre travail.

Et que dire de nos collègues des urgences et des services de soins... Pour eux, pas de masques FFP2, juste de simples masques en papier, des gants et aucune autre protection. Pire, aux urgences il est interdit de porter des FFP2 !

Les protocoles d’accueil et de soins des patients, de protection du personnel sont établis non pas en fonction de ce qui est nécessaire, mais en fonction de ce qui est disponible. Lorsque du matériel manque, on nous explique que les dernières recherches ont montré que ce n’était pas nécessaire. Dans ces conditions, bien entendu, la DRH et la direction des soins ne se déplace même pas pour se rendre compte de nos conditions de travail, pour nous encourager, nous féliciter, nous soutenir. Nous n’avons vu personne.

J’ai la désagréable impression de vivre les mêmes situations et d’entendre les mêmes discours qu’à l’époque de l’accident de Tchernobyl, quand le nuage radioactif avait si poliment éviter notre pays, ou bien d’entendre les récits de mon grand-père qui avait fait la « campagne de France » en 1940. Je suis dégoûté, dégoûté par nos politiques. Ils ne sont pas là pour travailler pour nous, pour notre santé, notre éducation, notre sécurité. Non, ils travaillent pour eux-mêmes et leurs amis qui les ont placés là où ils sont. Ce sont des traîtres à la nation, des criminels !

Heureusement, nous nous sentons soutenus par la population, et c’est d’ailleurs ça qui nous fera tenir. Des restaurateurs nous livrent gratuitement de la nourriture, des primeurs nous livrent des fruits. Merci à eux !

UNE GRANDE VICTOIRE

JORF n°0074 du 26 mars 2020

texte n° 31

Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire

NOR: SSAZ2008362D

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2020/3/25/SSAZ2008362D/jo/texte

Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2020/3/25/2020-314/jo/texte

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre des solidarités et de la santé,

Vu la directive (UE) 2015/1535 du Parlement européen et du Conseil du 9 septembre 2015 prévoyant une procédure d'information dans le domaine des réglementations techniques et des règles relatives aux services de la société de l'information, et notamment la notification n° 2020/162/F ;

Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L. 3131-15, L. 5121-8 et L. 5123-2 ;

Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 162-17 et R. 160-8 ;

Vu la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, notamment son article 4 ;

Vu le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire ;

Vu les recommandations émises par le Haut conseil de la santé publique le 24 mars 2020 ;

Vu l'urgence,

Décrète :

Article 1 En savoir plus sur cet article...

Le décret du 23 mars 2020 susvisé est ainsi modifié :

1° L'article 5 est ainsi modifié :

a) Les deuxième et troisième alinéas du I sont remplacés par les dispositions suivantes :

« - au départ du territoire hexagonal et à destination de La Réunion, de Mayotte, de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy, de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française et de Wallis-et-Futuna ;

« - au départ de l'une de ces collectivités et à destination du territoire hexagonal ; » ;

b) Le IV est remplacé par les dispositions suivantes :

« IV. - Pour les vols au départ ou à destination de la Polynésie Française et de la Nouvelle-Calédonie, le représentant de l'Etat peut compléter les motifs de nature à justifier les déplacements prévus au II du présent article.

« V. - Les dispositions du présent article s'appliquent aux vols au départ ou à destination de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française et de Wallis-et-Futuna dont le décollage est prévu à compter du 27 mars 2020 à zéro heure. Toutefois, il s'applique à compter du 29 mars 2020 à douze heures aux vols au départ de la Polynésie française. » ;

2° Il est inséré, après l'article 12-1, un chapitre 7 ainsi rédigé :

« Chapitre 7

« Dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments

« Art. 12-2. - Par dérogation à l'article L. 5121-8 du code de la santé publique, l'hydroxychloroquine et l'association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d'un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile.

« Les médicaments mentionnés au premier alinéa sont fournis, achetés, utilisés et pris en charge par les établissements de santé conformément à l'article L. 5123-2 du code de la santé publique.

« Ils sont vendus au public et au détail par les pharmacies à usage intérieur autorisées et pris en charge conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l'article L. 162-17 du code de la sécurité sociale. Le cas échéant, ces dispensations donnent lieu à remboursement ou prise en charge dans ce cadre sans participation de l'assuré en application des dispositions de l'article R. 160-8 du même code. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est chargée, pour ces médicaments, d'élaborer un protocole d'utilisation thérapeutique à l'attention des professionnels de santé et d'établir les modalités d'une information adaptée à l'attention des patients.

« Le recueil d'informations concernant les effets indésirables et leur transmission au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent sont assurés par le professionnel de santé prenant en charge le patient dans le cadre des dispositions réglementaires en vigueur pour les médicaments bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché.

« La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© et les préparations à base d'hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d'officine que dans le cadre d'une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d'un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.

« Afin de garantir l'approvisionnement approprié et continu des patients sur le territoire national, en officines de ville comme dans les pharmacies à usage intérieur, l'exportation des spécialités contenant l'association lopinavir/ritonavir ou de l'hydroxychloroquine est interdite. Ces dispositions ne s'appliquent pas à l'approvisionnement des collectivités relevant des articles 73 et 74 de la Constitution et de la Nouvelle-Calédonie.

« Pour l'application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l'Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire. ».

Article 2

Le ministre des solidarités et de la santé et la ministre des outre-mer sont chargés de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française et entrera en vigueur immédiatement.

Fait le 25 mars 2020.

Edouard Philippe

Par le Premier ministre :

Le ministre des solidarités et de la santé,

 

Olivier Véran

La ministre des outre-mer,

Annick Girardin

Dernière Mise à jour ( Jeudi 26 Mars 2020 à 07:17 )