Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Danger pour la Liberté !
Danger pour la Liberté ! PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:12
Danger pour la Liberté !

Que le passé souverain enseigne, épure en considération des pentes qui nous interpellent, dans la puissance des âges constellés, dans la glorification adventice des sorts conjoints qui nous élèvent, dans la parousie des œuvres qui nous forgent, au delà des stances insipides de la nuit qui perle ses zéphyrs par ces routes mensongères ou s’égarent les inquiétudes de notre monde, sans racines tels des herbes frêles attendant le soc du faucheur, serons nous résistible de cet horizon sans limpidité qui égare les sens, qui détruit la nature même de l’aventure Humaine, de cette Voie majestueuse dont le sillon se trouve éprouvé devant le formalisme le plus vénéneux qui puisse se commenter, celui de l’atrophie et de ses rouages les plus ignominieux, affections du corps vivant qui ne se mesure plus qu’à l’aune d’une richesse matérielle, alors que s’éploient les ramifications les plus denses de la prestigieuse éloquence de ce même Vivant, qui dans l’austérité la plus congrue à su donner à notre Eternité, des limbes les plus tenues la cristallisation Olympienne de notre Frère Mozart, enchanteur de la pluralité Vivante exhaussant la splendeur de la Nature Humaine dans son élévation la plus intrépide, décimant les trônes pour offrir au seul regard de l’Humain le sacre de son état de Vivant, la Liberté, Liberté chantée par tous les Peuples, par tous les Etres, ce jour reniée par tant de Peuples et tant d’Etres, la Liberté de croire, la liberté de s’exprimer, la Liberté de Vivre et forger dans la Vie et pour la Vie, Liberté majeure du Vivant, Liberté souveraine et consacrée hâlant des rives les nefs les plus promptes vers ces chemins bâtisseurs et conquérants délivrant la parole, le Verbe, l’existence, et non semant le désordre, la cacophonie, la reptation et ses perversions, Liberté puissante élevée au Royaume de la Sagesse regardant avec les larmes aux yeux ses mystères endeuillés par la folie de l’atrophie, par le mirage de l’inconsistance, par la décadence la plus brutale de l’être Humain redevenu un fauve parmi les fauves, alors que se tresse dans l’Harmonie le pouvoir de sa sanctification, là bas dans l’horizon limpide de l’avenir qu’il néglige, mais qu’il peut rejoindre dans l’Unité retrouvée de ses dimensions, dans leur symbiose, conjonction le déployant dans la Vie et non dans cette mort en laquelle il se complait, mort du Vivant, mort des Civilisations, mort des Identités, mort culturelle, spirituelle, matérielle, auto destruction sans limite qui le fait apparaître tel qu’il est aujourd’hui, une ombre parmi les ombres, alors qu’il pourrait resplendir de lumière, qu’il peut reconquérir en enchantant à nouveau le mot Liberté, ce mot qui n’est pas un simple mot, ce mot qui n’est pas une simple expression, mais l’état naturel de la Vie dans ses allégories les plus nobles, car la Vie n’est pas esclave, la Vie ne se corrompt au détail mais embrase la totalité de la réalité, de l’imaginable, de cette surconscience qui vogue au delà des contingences et a permis à tant de créateurs de toujours l’initier au delà des tempêtes et des colères des pouvoirs qui ne sont eux mêmes que résultantes de nébuleuses dont les enfantements naissent d’atrophies particulières liées à la dégénérescence collective des valeurs supérieures oeuvrant à la construction Humaine, l’Honneur, le Respect, la Foi en la Vie, la défense de la Liberté, la conscience de la Création, et les devoirs qui leurs sont liés, toutes forces ce jour disparaissant sous le marasme de l’ignorance et de ses inconséquences, dame ignorance, vertu des pouvoirs corrompus qui en son nom destituent la Liberté, soudoient le Vivant, le rendant plus animal qu’Humain, affaiblissant sa conscience pour en œuvrer l’inconscience et permettre ainsi d’établir ce joug qui lentement s’insinue en notre temps, accueilli avec tant de joie par les aveugles qui se complaisent en leur litanie, danger dans lequel s’enlisent tant d’êtres pour le plaisir fugace de quelques prébendes dont ils ne pourront plus jamais se défaire, danger contre lequel il convient de lutter de toute ses forces afin que notre univers ne devienne la gangue d’une société d’êtres serviles qui n’auront dans le cadre d’une éventuelle rebellion que la tragique finalité de se retrouver recyclés dans des camps de concentration psychiatriques, à l’image du système soviétique, ou bien tout simplement éliminés. Donc assez de servilité, que l’Etre Humain soit un Etre Humain, et s’effaceront d’eux mêmes ces exactions qui pour l’instant ne touchent que l’Esprit mais qui demain toucheront des populations entières si nous ne prenons garde et ne mesurons la barbarie vers laquelle elles nous mènent !

Danger to Freedom!

That past sovereign teaches, diagram in consideration of slopes which challenge us, in power of ages constellated, in glorification adventitious of fates joint which raises us, in parousie of works which forges us, beyond stanzas insipid of night which beads its zephyrs by these roads untrue or mislay concerns of our world, without roots such of grass frail waiting ploughshare of faucheur, will be us resistible of this horizon without limpidity which mislays the directions, which destroys nature even Humaine adventure, of this majestic Way whose furrow is tested in front of the most poisonous formalism which can that of the atrophy and its ignominieux wheels, affections of the alive body which is not measured any more but with the ell of a material richness, whereas are éploient the densest ramifications of the prestigious eloquence of this very Alive, which in the austerity more congrue with known to give to our Eternity, of the most held the limbs Olympienne crystallization of our Mozart Brother, enchantor of Vivante plurality raising the splendour of the Human nature in its most intrepid rise, decimating the thrones to offer to the only glance of Human the sacring of its state of Alive, Freedom, Liberté sung by all them this day disavowed per so many People and so much Beings, Freedom to believe, freedom to express itself, the Freedom of Living and forging in the Life and for the Life, major Freedom of Alive, sovereign and devoted Freedom tanning banks the promptest naves towards these ways builders and conquerors delivering the word, the Verb, the existence, and not sowing the disorder, cacophony, the snaking and its perversions, high powerful Freedom with the Kingdom of Wisdom looking with the tears with the eyes its mysteries endeuillés by the madness of the atrophy, the mirage of inconsistency, the decline more become again deer among deer, whereas in the Harmony the capacity of its sanctification is braided, there low in the limpid horizon of the future which it neglects, but that it can join in the found Unit of its dimensions, in their symbiosis, conjunction deploying it in the Life and not in this death in which it was complait, dead the Alive one, died of Civilizations, died of the Identities, death cultural, spiritual, material, car unbounded destruction which reveals it such as it is today, a shade among the shades, whereas it could resplendir of light, that it can reconquer while enchanting is not a simple word, this word which is not a simple expression, but the natural state of the Life in its noblest allegories, because the Life is not slave, the Life corrompt with the detail but sets ablaze the totality of reality, conceivable, this surconscience which sails beyond the contingencies and made it possible so many creators always to initiate it beyond the storms and of angers of the capacities which are them same only resulting from nebulas whose enfantements are born from particular atrophies related to the collective degeneration of the values higher working than Humaine construction, the Honor, it the defense of Freedom, conscience of Creation, and the duties which theirs are bound, all forces this day disappearing under stagnation from ignorance and its inconsistencies, rams ignorance, virtue of the capacities corrompus which on its behalf relieve Freedom, bribe the Alive one, making it more animal than Humain, weakening its conscience to work unconsciousness and to thus make it possible of it to establish this yoke which slowly penetrates in our time, accomodated with such an amount of joy by the blind men who take pleasure in their litany, danger in which enlisent so many beings for the fugacious pleasure of some emoluments of which they will be able never again it is advisable to fight of all its forces so that our universe does not become the gangue of a company of servile beings which will have within the framework of a possible rebellion only it tragic finality to find themselves recycled in psychiatric concentration camps, with the image of the Soviet system, or quite simply eliminated. Thus enough of servility, that the Human Being is a Human Being, and they will be erased same these exactions which for the moment touch only the Spirit but which tomorrow will touch whole populations if we do not take guard and do not measure the cruelty towards which they carry out us! © Vincent Thierry
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:18 )