Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEVENIR arrow CIVILISATIONS arrow CIVILISATIONS arrow L’hydre se révèle
L’hydre se révèle PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 28 Décembre 2022 à 15:25

L’hydre se révèle

Petites nouvelles de cette si petite Terre, où s’affrontent deux conceptions du Monde, celui de l’Universalité, donc de la multipolarité, et celle de l’universalisme, donc celui de la barbarie et de la dictature, cette dernière, veule à l’extrême, se servant des Nations Européennes pour commettre ses crimes impardonnables, mais lisons :

« Les civilisations ont ceci en commun, qu’elles naissent atteignent leur apogée puis disparaissent dans le néant, seule leur survit la Culture, non celle de la désintégration mais de la construction et de ses empires dans tous les domaines de la raison humaine et de son imagination, celle du dépassement de sa condition allant vers la Création dans tout ce qu’elle manifeste et glorifie. La civilisation Européenne s’est laissée petit à petit parasiter par ce qui n’a rien de sa réalité, mais tout de la virtualité de phasmes conditionnés par des degrés de mégalomanies dont aujourd’hui nous voyons les péristyles œuvrer à la destruction de toutes les valeurs de l’existence afin d’orienter le vivant dans la mort et ses sarcophages les plus démentiels qui puissent exister.

La mégalomanie entraîne la folie et la démesure, jusqu’à voir ce jour se diviniser ce qui n’est qu’un semblant d’humain, aux racines pernicieuses, éconduites, malheureuses, sujettes à toutes les hystéries dont les jours se suivent et se ressemblent dans l’aporie, dans la destinée qui n’a plus d’écume, ce désert d’où sont issus leurs miasmes s’imaginant électifs alors qu’ils ne sont que pourrissoirs de la Vie et de ses émaux, portant leur fardeau jusqu’à la lie en détruisant toutes les valeurs humaines pour leur substituer leur nectar absolu qui est celui de la disparition de toute vie dans la matière brute, le fondement sacral de leur entendement, la déréliction dans son paroxysme, s’inventant des croyances bâties sur le vent et retournant à la poussière dès que l’on s’y intéresse, tant l’idiotie, née d’une consanguinité affligeante, est réverbération de toute son inconduite et de ses félicités.

Les Nations Européennes se sont laissées violenter par ce parfum de la mort, ruisselant dans le cadre de leurs institutions comme jamais cela n’a été, où les critères de pouvoirs sont sommets de la corruption, de la démence, de la volatilité intellectuelle, de l’absurdité physique, reniant la Femme au profit de la pédocratie et pire de la pédophilie, dont la contrariété est assimilée désormais à de l’antisémitisme, ce qui prouve s’il le fallait qu’il existe là une inconvenance du langage comme de ses termes utilisés par les scories de l’humanité qui veulent bâtir sur leur néant l’agrément de toute population, par le servage, par le panache de la mise à mort via la sédation assistée ou provoquée, voyant dans certaines Nations des pauvres soumis à l’euthanasie, tout cela bien entendu pour que les conquérants de ce drame continuent à perdurer leur souffle horrifiant qui est celui de la liquéfaction tant de l’Humain que de ses cultures, que de ses Identités, ses ethnies, ses races, ses peuples, sa réalité de femme et d’homme, sa réalité familiale, afin d’en bestialiser les orbes et en assumer ainsi le délitement jusqu’à la lie pour que tout un chacun devienne la boue lubrique de ses faiseurs de morts.

Ils et elles le sont, car incapables à toute création, pâles copieurs des œuvres de référence, petits outils acculturés cherchant dans leur délire à invoquer leur maîtrise de ce qu’ils et elles ne peuvent ni parfaire et encore moins estimer, car perdus dans leur vice comme leur dénature la plus profonde où n’œuvrent que les prêtres de Thanatos et leurs viviers infects et délétères, dont la puanteur se dévoile sans se lasser par l’intermédiaire des médias aux ordres, copulant leurs racines jusqu’à l’infection qui se veut triomphe, montrant leur minorité intellectuelle, physique, spirituelle, dans une décadence folle dont les semis glosent leur prétention, assouvissent toute leur fureur, enclins à une fuite en avant dont les politiciens infectés se rassasient, s’imaginant le centre de ce monde alors qu’ils en sont désormais la gangrène la plus répugnante, litière de toute l’ordure que l’humanité résorbée dans leur pacotille ruisselle de ses pores, sans se rendre compte de la graduation de leur vindicte, de leur injure proférée à l’encontre de toute Vie.

Les étendards de cette affliction se retrouvent par infiltration et insinuation dans tous les gouvernements « occidentaux » (on rappellera que les Européens n’ont strictement rien à voir avec le terme Occident, qui n’est que le chiendent de la Terre appliqué à leurs Nations réciproques), dans toutes institutions internationales, recrutant leurs pédants et leurs corrompus, leurs transgenres et leurs affinités jusque dans les basses-fosses de l’horizon humain, afin de faire briller leur pavillon arc-en-ciel qui se retourne devant l’utilisation de sa beauté par le marécage le plus outrancier que la Terre ait connue, que l’Humain ait laissé prospérer sur cette planète, dont il convient désormais sur sa face européenne d’admirer les épopées les plus abjectes qui soient, nées d’une minorité qui a pris le pouvoir, qui s’empresse tant dans le domaine public que dans les loges avariées, dites maçonniques, qui ne sont plus que des bordels pour putes mâles et femelles où les partouzes se terminent par l’assassinat d’enfants, ce qui permet de les tenir dans leurs gargouilles infécondes, leur trivialité sommaire, leur bestialité grégaire, afin de permettre d’assouvir leurs maîtres répugnants, satrapes inondant la sphère Européenne de leurs défécations tribales qui s’imaginent le règne alors qu’elles en sont la pourriture et le virus.

On comprendra que cette géhenne s’allie via ses royalties et ses espèces sonnantes et trébuchantes à toute cette lie qu’elle subjugue, gouverne et autorise, car cela lui permet ici de mettre à bas ce qui ne lui correspond, la réalité, pour faire valoir sa virtualité, ses croyances ineptes, ses incontinences et ses diarrhées pestilentielles, son art de l’abject et de la laideur, son esprit de morve et de jérémiades, sa litanie élective qui ne correspond strictement à rien face à la Création et son Créateur, sinon que portant par phasme les déboires de son autorité, ici dénaturée par la perfidie, l’outrance, la débilité profonde qui est le marasme de cette gangrène qui persiste à étendre son fardeau sur toute la Civilisation Européenne, et dont les Peuples doivent n’ignorer la cruauté, l’infamie, la traîtrise envers le Vivant, envers la Création elle-même, un parjure sans égal appuyant ses délires sur les mensonges les plus délirants qui soient, tels ceux du pseudo-réchauffement climatique, de la létalité de leur virus qu’ils ont inventé et promu via des thérapies mille fois plus mortelles que ce pseudovirus, de leur intelligence dite artificielle qui devrait prendre la commande de l’espèce humaine qui n’est que l’image de l’hystérie la plus bestiale qui soit et qui devra être totalement détruite afin que l’Esprit de nouveau règne sur cette surface empuantît par le néant et ses féaux.

On comprendra que cette infection ne puisse concevoir que le vivant perdure devant ses ignominies, exposées depuis des années, et qu’elle cherche par tous les moyens à combattre la liberté de penser afin de faire rayonner sa pensée unique, celle de la nécrose et de ses bubons stériles, on comprendra qu’elle ait cherché à liquider une partie des populations, et notamment celles de la mémoire, via ses injections mortifères, déclenchant une bourrasque de cancers, de maladies auto immunes, assassinant dans le ventre de leur mère les enfants à naître, liquidant à tout va, tout ce qui ne peut correspondre à son engeance fétide, on comprendra qu’elle surarme un de ses îlots dans le mépris le plus total de son Peuple servant de chair à canon pour les intérêts bien compris de sa consanguinité triviale et barbare, où l’on voit accourir toute la reptation de ce monde pour aider, payer, après avoir osé flétrir les traités qui auraient pu interrompre cette guerre commandée par leurs maîtres se cachant dans leurs conseils d’administrations, sans le moindre état d’âme pour les morts par centaines de milliers qui jonchent les tranchées de ce nouveau conflit.

Un conflit qui trouve en face de lui la réponse de l’ordre naturel face à la virtualité, un conflit qui ne sera pas gagné par ces choses qui pullulent, pourrissent, et pétrissent leur langage abstrait afin de faire accroire à une puissance toute théorique qui ne pourra résister à la vaillance et à la force dans l’épreuve qui se met en action pour contrer ses insanités, puériles au demeurant, barbares et grotesques, réduisant à l’âge de pierre la croissance de l’humain pour le profit de cette minorité de la sous bestialité qui aujourd’hui encore ose encore plus, en demandant la liquidation des animaux domestiques pour fertiliser sa demeure de malade mental, ubuesque et sans façon, qui en d’autres siècles où l’humain existait encore en Europe, auraient été terrassée et mise or d’état de nuire sans contrefaçon, une nuisance qui trouve aujourd’hui en face d’elle plus de la moitié de l’Humanité, des puissances nucléaires qui se font respecter et qu’il conviendra dans l’avenir de respecter lorsque les Peuples auront compris qu’ils n’ont rien à attendre de leurs vestiges politiques et qu’ils doivent se prendre en main en Europe afin d’en estomper les prétentions abominables.

Les Peuples ici ne sont pas des domestiques de cette engeance et en aucun cas ne doivent se liguer contre celles et ceux qui défendent la Vie et la réalité, et non les phasmes et leur transgenrisme, leurs escales perverses et leurs idiomes incongrus, leur corruption répugnante, aucune goutte de sang de nos enfants ne doit être versée pour défendre l’hypocrisie, la trahison, la félonie, si bien marquée par la non-réalisation des accords de Minsk, qui n’avait d’autres buts que de permettre à l’argenture d’armer un Peuple afin de le conduire à la mort comme levier contre une puissance multipolaire, qui se révèle parfaitement apte à la combattre jusqu’à sa dernière goutte de sang, car ici existent encore la morale et la grandeur et bien plus le sens de l’honneur émérite dont feraient bien de s’inspirer ces gargouilles prétentieuses qui défilent dans les lucarnes pour raconter leurs mensonges, déversant leur bile de crasseux intellectuels, à genoux devant la propagande de la lie humaine liguée contre le réel pour assouvir sa démence et sa sénilité spirituelle.

La cour est pleine dans nos Nations Européennes de ces « choses » sans lendemain, atrophiés physiquement, intellectuellement et spirituellement, il ne tient désormais plus qu’à leurs Peuples de choisir leur destin, soit suivre ce déclin de l’intelligence, soit le contrer via une résistance acharnée et légitime contre sa démence et sa folie, son abstraction totalitaire, sa fétidité corruptible, - tel qu’on peut la voir dans ce que certains appellent l’UE qui n’est que l’union occidentale des pédocrates, des pédophiles et des corrompus, où les valises de billets de banques transitent au plus haut niveau, à tous les niveaux, se dévoilant par le vote de plus de quatre cent corrompus pour interrompre une demande d’enquête sur ladite corruption, des larves achetées dont l’Humanité doit écarter à jamais la puanteur de tous les pouvoirs -, la cour ici brille de toutes ses noirceurs, vendue comme une prostituée, s’offrant comme une péripatéticienne au premier venu qui dispose d’argent sonnant et trébuchant, et c’est cela qu’élisent les Peuples ? De la pourriture sur pied dont les prochaines sélections doivent défaire la morgue et la suppuration viscérale, ce « socialisme » de la fange, ce « bolchevisme » de pouilleux, d’assistés et de perroquets qui ne sont là que pour apparaître pendant que tenus par leurs vices et leurs meurtres ces nains de l’humanité, suants leur larbinisme, obéissent au doigt et à l’œil de leurs maîtres irresponsables.

Et ce qui existe dans cette cour existe aussi dans chaque gouvernance de la majorité des Nations Européennes, insinuées par les scories de ce monde, acculturées aux dominantes d’un langage de bête, adoubées pour leur tenue en laisse au regard de leurs faits et gestes, des films qui les montrent dans tous leurs états de sous bestialité, des affaires qui les lient jusqu’à l’immondice afin d’en taire les infernales connotations tribales, tout un monde sans honneur, sans grandeur, tout un monde de lâches et de larves s’accouplant sous le regard bienveillant de leurs mentors qui eux préfèrent les chasses à l’homme et aux enfants dans leurs forêts privées, tout un monde dégueulasse qui ose, via le mensonge et la propagande, faire leçon de morale aux Peuples qu’il est censé diriger, ici vers l’abîme, ici vers la dissolution, ici vers la mort, où veillent les mandataires locaux comme internationaux dans leurs super loges pour faire progresser le néant, asseoir l’horreur et la laideur, inconscients qu’ils sont d’être les jouets de faiseurs de désintégration, car que reste-t-il à ces erreurs de la nature possédant la matière, (car ils ne possèdent ni l’esprit et encore moins la spiritualité), sinon que l’art de détruire, tels des gribouilles s’affairant pour essayer de se prendre pour des créateurs alors qu’ils ne sont et resteront que l’inverse de la Voie de la Création, car incapables de progresser dans une quelconque unité sinon celle de leur incapacité à vivre.

Ils ont détruit les trônes, ils ont détruit la Spiritualité et notamment le Catholicisme (que l’on se rassure, le Christianisme existe et existera toujours quel que soit le vœu de l’anti pape Jésuite à vouloir convertir ce monde au satanisme), ils veulent détruire l’identité humaine, les Races, les Peuples, les Ethnies et s’attaquent au socle de toute civilisation, la famille, la nucléarisant via les sens en voulant forger non plus des Femmes et des Hommes qui se respectent, mais des « choses » asexuées, larves amères transgenrées, n’ayant plus pour devenir que de servir de trou béant à la consanguinité qui se régale de leur tournure, réduisant ainsi l’humain, auxquels ils n’appartiennent, à leur litière de dégénérés physiques, mentaux, et ils poursuivent leur destruction, désormais en utilisant ce qu’ils font de mieux, la destruction des masses humaines, via leur produit injectable et létal, voyant la mort parader, la surmortalité s’envoler dans toutes nos Nations après avoir fait assassiner par leur sonder kommando, comme en France, les vieillards dans les Ehpads et les Hôpitaux, mais aujourd’hui cela ne leur suffit plus ils veulent mettre à mort les enfants, ils veulent liquider les pauvres, rien n’arrête leur folie qui ne se réjouit que sur des monceaux de cadavres, sans compter les stérilisations induites par leurs soi-disant vaccins qui ne sont que l’antichambre de la mort.

Et voilà donc ce que devraient admirer les Peuples de l’Europe : la nécrose, la pourriture, le sommet de l’abjection, dans tous les domaines, qu’ils soient artistiques, philosophiques, culturels, « spirituels », et bien entendu physiques, dans ces domaines où cette défécation évince tout ce qui est la Nature, la Vie, le Respect d’autrui, la Grandeur, l’Honneur, le Sacrifice, la Beauté surtout que cette pestilence réduit à la laideur par le jeu de son inconditionnelle incapacité à ne créer quoi que ce soit, sinon que son miroir, ces étrons qui passent et repassent du matin au soir devant les petits écrans, et via le cinéma, ces choses sans lendemain qui ne doivent leur notoriété qu’en fonction de leur adresse anale à emboutir le sexe de leur mentor, et surtout se livrer à la bestialité la plus purulente, tels ces pseudos stars satanistes qui se régalent de la mort des enfants, dans une sous bestialité qui permet de faire jouir leurs mécènes, tels ces epstein, et tous ceux que l’on ne connaît pas, qui se servent de chair fraîche, ce jour avec les enfants Ukrainiens vendus 150 000 dollars à la frontière polonaise, mais mieux se servent dans les Institutions dédiées à l’enfance pour accomplir leurs crimes impardonnables, qui ne méritent que la peine de mort, qui devra être appliquée pour toute cette crasse dantesque. On rappellera que la peine de mort en France n’a été abolie que pour protéger cette pourriture pédophile criminelle qui tient le haut du pavé dans ses Institutions.

L’exposition de cette boue doit être majeure dans les années à venir pour en faire tomber définitivement l’arrogance, la perversion et la déstructuration tant physique que mentale, tout un chacun doit œuvrer à cette exposition, sans la moindre limite, il faut faire perdre à cette nécrose sa superbe, sa perfidie, sa traîtrise, son ordure incommensurable, si visible désormais dans ce que certains appellent l’UE, où sa vermine grouille comme jamais, ses immondices se détachent, suppurent et empuantissent toutes nos terres ancestrales qu’il faudra nettoyer de fond en comble, pour que nos enfants comme nos petits enfants ne rencontrent plus jamais ce sordide, cette dégueulasserie née de l’atavisme fécal et de l’idolâtrie de la dégénérescence, qui doivent s’écarter de leur chemin, car ils ne sont pas nés pour servir de litière à cette infection, à cette gangrène qui pourrit nos Nations Européennes, qui doit être évacuée à jamais de chacune de nos Mairies, de chacune de nos Institutions, de chacune des Organisations Internationales, afin que le monde puisse espérer vivre dans la paix et la plénitude et non dans les feuillées de ces « choses » qui ont choisi de s’éloigner de l’Humain, que l’Humain doit impérativement remettre à leur seule place, celle du néant, par le mépris le plus absolu, par l’exposition la plus courante, par la révélation de leurs faits et gestes, de leurs accointances, de leurs appartenances, dresser sans failles les témoignages de leurs horreurs, les situer et les laisser porter leur charge non pas dans la vindicte, mais bien dans l’ignorance de ce qu’ils sont devenus, des larves au service du néant.

Les voix se libèrent, les témoignages affluent sur ce qu’ils sont capables de faire, à commencer par l’assassinat des présidents où qu’ils soient, et notamment du président Kennedy qui a dévoilé leurs immondices, plus proche par le truquage des votes tant aux USA afin que soit élue leur chose, tout comme en France, grâce aux machines de votes permettant de réaliser cette opération, et le déversement sans failles de l’argent corruptible, permettant de se payer toutes les putes mâles et femelles et transgenres de ce monde, comme on l’a si bien vu lors leur opération covid avec les étrons de ce que l’on ose appeler le monde culturel, les voix se révèlent de plus en plus cinglantes et de plus en plus versatiles, et c’est une très bonne chose, dénonçant la pédophilie criminelle de la majorité de cette engeance innommable, les histoires à dormir debout inventant des curriculums pour de pseudos personnages transgenres, cela vient, et cela révèle dans les attributions qui se veulent règne, celles de la désintégration de tout ce qui existe, qui mettent en avant leur indigence intellectuelle en les faisant passer pour le « progrès », qui n’est autre ici que le retour dans la matière brute, via l’accomplissement du servage à la mort.

Le monde doit se libérer de cette infection aux inversions accusatoires psalmodiées qui ne font ni rire ni trépigner, mais montrent à quel point en est rendue cette engeance inepte et inapte à toute réalisation humaine, dont les cycles qui suivront mettront en évidence la maladive dénaturation, la trépanation affligeante de l’intelligence au profit du cosmétique, du paraître, de la dégueulasserie qui est le propre de ce bourbier de fétides personnages, où on cherchera en vain une once, une étincelle de conscience, disparue depuis ses premiers pas dans le monde, qu’il souille avec volupté, ne s’enrichissant que par les eaux usées et ne se parfumant qu’avec leur fragrance, ce fumier qui est la tiare de certaines gouvernances, de certaines larves dans les Institutions, dans les sectes, dans la maçonnerie elle-même qui n’est plus qu’ombre et en aucun cas reflet d’une quelconque lumière, sinon celle du satanisme de pacotille fourré par le crime et ses devises, où ne règne plus que la pédocratie, comme d’ailleurs dans les gouvernances, le but ultime de la souillure de l’humain niant l’existence de toute complémentarité, ici de la Femme, humiliée, pire que voilée, souillée par cette profanation de la réalité.

La crasse est là, et d’ores et déjà il faut laver ce purin qui souille nos sols Européens, ces effluves qui sont venues s’imbriquer dans nos Nations pour en dévorer, comme des métastases, les ornements comme les conquêtes, afin de les réduire à la poussière, l’année qui vient devrait permettre déjà d’en esquisser les défaites, et la première en sera, soyons en certain, cette ridicule détermination à vouloir vaincre la Vie défendue par la Russie et plus la moitié de ce monde, qui renverra aux basses-fosses ces « choses » infectes qui souillent nos terroirs, ces petites mains de la nuisance collective, qui via leur « woke » considération pédéraste, pédophile, trangenriste, écologiste, ne sont que des châteaux de cartes, que le grand vent de l’honneur renverra dans le marais putride dont elles n’auraient pas du sortir, si et si seulement étaient élus des Êtres Humains et non des panoplies d’êtres humains, des ratures de l’espèce, choisis par leurs mentors pour édifier leur ridicule transhumanisme, dont ils disparaîtront les arcanes lorsque leur intelligence artificielle les verra tels qu’ils sont, des inutiles et substituables à liquider sans autres états d’âme, car constituants de la destruction et non de la création, petits rouages de l’insalubrité publique qu’il convient de défaire de tous les pouvoirs afin que l’Humain puisse enfin respirer et se projeter dans l’avenir et non dans les arceaux de la muraille de l’esclavage si bien mise en œuvre par les nazis et les tchékistes, de même engeance, via leurs camps de concentration et leurs goulags, n’oublions jamais qui en sont les référents, les plus grands assassins de l’histoire Humaine qui ce jour cherchent à poursuivre leur crime contre l’Humanité en se masquant sous de pseudos références scientifiques qui n’ont de sciences que la culmination et du mensonge et de l’hystérie qui les font se tenir debout.

Si un jour proche les sarmats tombent sur les capitales Occidentales et les centres de commandement de ce qui défend l’indéfendable, la destruction de l’humain et de l’humanité, bien nombreux seront ceux qui s’en laveront les mains, car en toute honnêteté, on ne voit pas ce qu’il y a à défendre de cet Occident pourrit par la dénaturation de tout ce qui existe, au profit de la pédophilie, du transgenrisme, de la pédocratie, de l’acculturation, de l’illettrisme, de l’abêtissement, de la débilité profonde intellectuelle et spirituelle, tous sommets de cette purulence que l’on ose appeler le nouvel ordre mondial, qui n’est que l’organe du chaos, de la guerre, de la pauvreté, de l’immoralité, de la corruption, de la criminalité, toutes voies qui ne correspondent en rien à la vocation des Peuples et des Nations Européennes, toutes valeurs qui sont les contre-valeurs de l’évolution humaine, et pour lesquelles pas une goutte de sang de nos enfants comme de nos petits enfants ne doit être versée, car ce serait là commettre un crime de haute trahison envers la Vie et le Vivant, que de s’associer à cette sous bestialité qui se veut règne, et dont le seul salut sera celui de disparaître au profit de l’Humain dont elle devra rejoindre les rangs si elle ne veut pas trouver en face d’elle le châtiment qui convient à sa perversité idolâtre.

On assistera sans une larme à la destruction totale de cet Occident, inutile et substituable, et de ses gouvernances de « choses » vendues et corrompues ne servant que l’argenture et ses atavismes, sans le moindre lendemain sinon celui de la désintégration, et dès lors sans le moindre souci pour l’avenir on verra se redresser les Nations Européennes et liquider leurs scories pour enfin parvenir au vivant, après les tentatives de la mort pour les terrasser, et enfin rejoindre l’unité naturelle de ce monde qui est universalité, et donc multipolarité, et non universalisme et dictature mondiale, cela n’est qu’une question de temps, où il n’est question d’être pour l’un ou pour l’autre, mais bien de dépasser ce carcan et d’être tout simplement, soit en voyant les Peuples enfin se redresser sans le lieu et le lien d’une hégémonie, soit en voyant les Peuples enfin se déterminer dans la réalité après la liquidation des strates, par leur nucléarisation, les empêchant de se projeter dans l’avenir, un avenir que déjà un sondage en France corrobore, 70% des Françaises et des Français demandant d’interrompre les livraisons d’armes à la Nation Ukrainienne, et que ses dirigeants s’assoient à la table réelle des négociations, celles de Minsk n'étant qu’un leurre destiné à naître un conflit entre la Russie et ce que certains appellent l’Occident, cette « chose » entre les mains d’usurpateurs et de valets qui ne trompent personne.

En attendant après les fêtes de Noël, eh oui, la naissance de l’enfant Christ, Rex par excellence, Fils du seul Dieu existant, Créateur de cet Univers et des autres, je souhaite à toutes mes lectrices et mes lecteurs de belles fêtes de nouvel An, qui espérons-le, amènera une réflexion générale de part des Êtres humains sur leur devenir qui ce jour se joue entre l’ombre et la lumière, entre le servage et la Liberté, entre l’involution et l’évolution, dans ce nomad’s land où tout peut arriver si la conscience Humaine s’élève suffisamment pour défaire les miasmes qui cherchent à l’immobiliser, la dénaturer, et la désintégrer au profit du noir néant sublimé par des parodies d’humains qui n’en portent que le nom, car il y a longtemps qu’ils ne sont plus que des serviles de la matière brute, dont la cour est constituée d’anomiques, de décérébrés, de vendus, de corrompus, de fourbes congénitaux et ataviques, pour lesquels nul ne doit se commettre, laissant la nature officier, la nature revenant toujours à l’équilibre, afin de permettre aux conscients, de plus en plus nombreux, d’en évacuer de tous les pouvoirs la lèpre par le vermifuge d’élections de Femmes et d’Hommes incorruptibles désignés par les Peuples, et non les officines de la mort et leurs théurgies sinistres d’inaptes à la Vie. »

Nous voyons là ce qui arrive lorsque la plaie s’insère dans le corps social qu’il soit de cette planète ou d’une autre, née d’une incapacité à vivre sinon que dans la virtualité la plus sordide, cette gangrène n’a plus cours depuis bien longtemps dans nos constellations qui regardent avec optimisme le devenir de cette Terre, la Vie officiante ne pouvant se laisser narguer par le néant et toujours sachant le combattre sans égarement afin de le renvoyer dans son antre répugnant afin qu’il se dissolve à jamais. À suivre…

© Vincent Thierry