Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Mairie, Pouvoir et ambition personnelle.
Mairie, Pouvoir et ambition personnelle. PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:20
Mairie, Pouvoir et ambition personnelle.

Il était une fois dans un commune située en banlieue sud ouest de Paris, un Elu qui cherchait un faire valoir dans le cadre de son avancement personnel et qui de sorte, dans la réflexion commune de savoir ce qu’il valait, au nom d’un parti se présenta en trouvant ordinaire la présence d’une administratrice qui sans compter ses heures lui permis de valoriser ses desseins. Content de cette personne il la fit venir dans sa Mairie pour déployer ses connaissances et à peine la personne vint elle que se levèrent des boucliers de repus et d’assoiffés de puissance qui cherchèrent à la nuire. Que de curiosités malsaines cette personne initiée à la probité développa t’elle pour qu’ainsi la nuisance se déchaîna ? L’élu n’en pris ombrage sur l’instant trop préoccupé de se révéler au Conseil auquel il accéda, sans faire quelques remarques désagréables à l’encontre de la personne, la traitant volontiers d’administratrice lorsque le sujet n’était pas acquis à sa personne. Ainsi passa le temps permettant à la personne de mesurer la réalité communale dans tout ce qu’elle représente de prébendes et d’honneur, voyant les clans se dresser les uns contre les autres, la lutte pour un pouvoir imparfait car toujours chargé de veulerie. Jusqu’au jour ou ce désir du pouvoir vint jusqu’à elle, sous les hospices d’un second imbu de son désir de plaire qui revenant d’un long congé, et dieu sait qu’il y en a des congés dans ce genre de cloaque, après discours ostentatoire près de l’Elu, ( de quel discours s’agit il là ? bien entendu celui de l’ancienneté déférant une connaissance elle même sujet de distorsion par rapport à l’ambition), vit notre personne se défaire de son poste pour le complu et sa renommée. Quelle morale tirer de cette histoire ? Que nos prétendants politiques ne sont pas mûrs pour relever le défi de servir le Peuple qui les a élu. Leur ambition personnelle dévore la réalité pour la figer dans une abstraction dont les Etres Humains subissent le sort. L’incapacité est règne de cette mesure, et cet Elu a démontré son incapacité au pouvoir, au pouvoir d’assumer ses décisions, au pouvoir de mobiliser les énergies afin non pas de s’ouvrir une voie royale mais d’ouvrir un dessein à la communauté qu’il dirige. Et lorsqu’on pense que cet Elu siège au Conseil Régional, on ne peut qu’être inquiet de l’avenir de la Région, la voix de cet Elu n’étant pas une voix composante mais une voix personnelle qui ne régit que son devenir et non le devenir de la communauté. En résumé comment peut on compter sur un citoyen élu qui ne respecte pas sa parole au sein même de la communauté directrice dans laquelle il dirige ? Et combien sont ils de cet acabit sur notre sol ? Dévorés d’ambition, détruisant des vies sur leur passage avec le dédain et la pleutrerie qui ne conviennent qu’aux lâches. Combien sont ils ? Peut être conviendra t’il de se pencher pour les partis un peu plus sur cette réalité communale afin de discerner avec exactitude ceux qui servent le Peuple et ceux qui se servent du Peuple pour prospérer à ses dépens.© Vincent Thierry

Town hall, Capacity and personal ambition.

It was once in a commune located in western southern suburbs of Paris, an Elected official who sought one to put forward within the framework of his personal advance and which of kind, in the common reflexion of knowing what it was worth, in the name of a party arised by finding ordinary the presence of an administrator who without counting her hours allowed him to develop her intentions. Content with this person it made it come in its Town hall to deploy its knowledge and hardly the person came she that rose shields of repus and assoiffés of power which sought to harm it. What of unhealthy curiosities this person initiated with probity developed you it so that thus the harmful effect broke out? The elected official in taken shade over the moment too concerned about appear with the Council which it reached, without making some remarks unpleasant against the person, readily treating it of administrator when the subject was not acquired with its person. Thus passed time making it possible to the person to measure communal reality in all that it represents of emoluments and honor, seeing the clans drawing up the ones against the others, the fight for an imperfect capacity bus always in charge of spinelessness. Until did the day or this desire of the capacity come until it, under the old people's homes of a second imbu of his desire to like which ghost of a long leave, and god knows that there is of them vacation in this kind of cesspool, after ostentatious speech close to the Elected official, (of which speech acts it there? of course that of the seniority submitting a knowledge it even prone of distortion compared to the ambition), saw our person demolishing herself of her station for taken pleasure and its fame. Which morals to draw from this history? That our political applicants are not ripe to take up the challenge to serve the People which elected them. Their personal ambition devours reality to solidify it in an abstraction whose Human Beings undergo the fate. The incapacity is reign of this measurement, and this Elected official showed his incapacity with the capacity, with the capacity to assume his decisions, the capacity to mobilize energies so not opening a royal way but opening a intention at the community which it directs. And when it is thought that this Elected official sits at the Regional Council, it to become can only be anxious future of the Area, the voice of this Elected official not being a component voice but a personal voice which only governs its to become and to not it community. In short how can one count on an elected citizen who does not respect his word with the centre even of the direct community in which it directs? And how much are they of this quality on our ground? Devoured ambition, destroying lives on their passage with the scorn and the cowardice which are not appropriate that to the cowards. How much are they? Can be will be advisable you it to lean for the parties a little more on this communal reality in order to distinguish with exactitude those which serve the People and those which are useful of the People to thrive with his costs. © Vincent Thierry

 
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:20 )