Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow CIVILISATIONS arrow Analyse
Analyse PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 20:31
Analyse
Lorsqu’on analyse cette guerre tragique qui se déroule, on ne peut être, si la raison reste présente à l’esprit, le temps de la colère apaisé, que stupéfait devant le délire médiatique qui s’en est emparé. La guerre est une chose effroyable qui ne peut être utilisée qu’en dernier ressort et sous les hospices d’un accord légitime entre les Nations. Tel n’est pas le cas actuellement. Les faits sont là, il faut maintenant regarder la réalité et non pas s’extasier sur la puissance de feu des uns et la résistance acharnée des autres, des hommes, des femmes, des enfants sont en train de mourir pour une cause qui semble supérieure aux uns, et nécessaire aux autres. Et je pense qu’au delà du clivage, il faut avant tout penser à eux, qu’ils soient dans un camp ou dans l’autre, et au delà du témoignage tenter de faire prendre conscience aux uns comme aux autres de l’inutilité parfaite de ce conflit. L’Amérique prétendait apporter la Liberté au Peuple Irakien, ce dernier refuse la liberté qu’elle soumet et défend farouchement son territoire. Le Gouvernement Américain qui croyait voir ses soldats reçus avec amitié et en libérateur, ne peut que constater que la population Iraquienne les rejette. Ce gouvernement croit il un seul instant qu’une fois le Président de l’Irak chassé du pouvoir, son Peuple l’accueillera avec joie ? Je ne le pense pas personnellement. La haine engendrée par le pilonnage continu des villes, par les erreurs tactiques, par la mort de milliers et de milliers de civil restera le phare de rébellion d’un Irak, peut être sans son Président, mais surgira à chaque instant, relayée par l’ensemble des Pays qui ont soutenu la Paix et en dehors de la Paix la Voie du Droit. Qu’il suffise de regarder les jeunes générations qui sortent les rues pour conspuer cette guerre pour comprendre une chose : l’Amérique pourra rester une grande puissance mais elle sera désormais regardée comme a pu être regardé l’URSS en son temps, comme le foyer d’une dictature se réclamant de la démocratie mais n’en appliquant pas les principes. La méfiance des pays sera d’autant plus grande vis à vis de ses tentatives de réaliser l’Ordre Mondial auquel elle aspirait. Car chaque Etre Humain aujourd’hui le sait, l’Amérique se comporte en conquérant, non pas pour la liberté mais pour sa propre hégémonie. L’Amérique a oublié le Vietnam, et la leçon qu’il convient de retirer de cette guerre qui semble oubliée : on asservit pas un Peuple à une idée, on impose pas la Liberté, et ce ne sont pas les milliers de bombes, le napalm, les milliards de balles qui font que l’on convainque un Peuple à se soumettre. Aucun peuple ne se soumet devant la violence, il résiste, résistance passive le jour, active la nuit, la guerilla s’installera inexorablement. Je veux bien croire un seul instant aux bons sentiments de l’Amérique, dont je ne pense pas qu’il faille se désolidariser un seul instant malgré les événements, mais je pense sincèrement qu’elle s’est trompée et qu’elle doit prendre la mesure de ses actions aujourd’hui. La guerre éclair qu’elle prévoyait est anéantie. Je veux bien croire un seul instant aux bons sentiments de l’Amérique, dont je ne pense pas qu’il faille se désolidariser un seul instant malgré les événements, mais je pense sincèrement qu’elle s’est trompée et qu’elle doit prendre la mesure de ses actions aujourd’hui. Et ce n’est pas la guerre psychologique que mènent les médias, maîtres de la désinformation tant au niveau des images que des dires, risibles pour la plupart si le sujet n’était pas si grave, ce qui n’est pas à l’honneur de leurs acteurs statutaires dont la bêtise, née d’une ignorance atavique, est sans limite, savent ils seulement que l’Irak a été l’un des berceau des Civilisations dont nous sommes issus ?, qui y changera quelque chose. Les ressentiments qui naissent et qui vont naître de la durée de cette offensive ne vont faire qu’empirer, les clivages vont s’accentuer et l’Amérique va se trouver, malgré elle, isolée contrairement à ce qu’elle peut penser. Tout le monde a droit à l’erreur, si tragique soit elle, peut être serait t’il temps maintenant, avant qu’il ne soit malheureusement trop tard, à l’Amérique de revoir sa stratégie et se rapprocher de l’ensemble des Nations qu’elle a ignoré pour trouver une solution viable au devenir, le sien propre comme celui des Autres qu’elle ne peut ignorer, ainsi retrouvera t’elle sa densité au cœur des Nations dont jusqu’à présent elle a été le moteur puissant de cette Liberté dont je ne peux croire qu’elle a oublié la pure réalité. Je terminerais cet éditorial en disant tout simplement que je crois en l’Amérique, qu’elle a ce potentiel lui permettant de se retourner, car au fond de chaque Américain existe ce pragmatisme qui lui a permis d’être respectée par l’ensemble des Nations. En attendant je ne peux que penser aux hommes qui meurent au combat, aux femmes et aux enfants qui meurent sous les bombes, et je ne me désolidariserai d’aucun d’eux, car nous n’avons pas le droit de le faire, car chacun d’entre eux fait partie de cette famille Humaine à laquelle nous appartenons. © Vincent Thierry
Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:11 )