Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow DES ARTS arrow DEBATS arrow De la Relativité
De la Relativité PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 21:00
De la Relativité
Formelle conséquence de la relativité, nous serions cantonnés dans cet espace temps qui nous tiens lieu, y croire c’est déjà perdre de vue l’essentiel, cette Voie qui nous mène, conquérant de toujours vers l’Absolu. Etape de la détermination la relativité dans son essence, nécessaire à la compréhension des champs de temps permet de dépasser son propre épilogue devant l’autarcie même de son système, système fermé s’il en fut de plus étouffant. L’Univers ne se signifie en son arbitraire considération, pas plus que les Univers qui plongent leurs ramifications dans cette densité formelle et éclose de la Matière spirituelle qui nous contient et nous anime. Il n’y a là dessein de convaincre mais formalité qui s’expose à la vue qui ne sublime mais transcende, dans le corps d’une maïeutique qui se correspond, et dont l’interpellation anime chacun de nous dans le cadre de l’infiniment petit comme de l’infiniment grand, dans ces cadres majestueux ou se dessinent toute potentialité, toute finalité, comme toute exhaustivité, là, dans ce monde des particules élémentaires, dont l’esprit devise le sort et la signification, ici, dans la gravitation formelle des champs galactiques qui déploient leurs oriflammes jusqu’à l’infini, reconnaissance de leurs forces irradiantes libérant des âges et de leurs tutelles pour faire place à cette symbolique voyant l’enfantement du temps dans son dessein et son autorité. Ce temps qui, oui, est relatif, ce temps qui n’est jamais que le temps que chaque particule insinue et développe et qui n’est jamais le temps d’une autre particule, ce temps du Vivant et des Etres, ce temps de l’Etre qui n’est pas le temps d’autrui et inversement, temples signifiants de la concaténation de l’Energie que chacun irradie, que chaque Etre comme chaque forme, que chaque forme comme chaque densité développe, et dont les représentations sont dans leur symbiose l’éthique d’une réalité dont la formalité expose des champs infinis de temps qui se tressent, se dissolvent, s’unissent, se participent, se différencient, s’individualisent, s’associent, se renient, toujours se côtoient dans un holisme dont les arcanes sont mesures de dépassement, au sens de leur reconnaissance. Reconnaissance permettant de dépasser les champs de temps par intégration de leur relativité propre afin de les ouvrir à l’Espace, seuil permettant au Vivant de se développer au delà des apparences du temps et de ses légitimités, et donc permettant au Vivant de se formaliser au delà de leurs contingences, soit le relatif, pour rejoindre l’Universel. © Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:32 )