Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow AU FIL DU TEMPS arrow AU FIL DU TEMPS arrow Réflexion sur l’Espace Temps.
Réflexion sur l’Espace Temps. PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 30 Décembre 2005 à 21:03
Réflexion sur l’Espace Temps.
La situation espace temps reste rebelle à la compréhension, ce qui est bien normal, le temps comme l’espace étant deux expressions de l’Energie, sur deux plans différents mais qui se complètent. Le temps est l’expression de l’individualité, l’espace l’expression de la mutiplicité. Ainsi s’il est d’usage de faire croire qu’il existe qu’un seul temps, ce temps n’existe pas ni pour les uns ni pour les autres, il n’est qu’une expression de mesure qui ne tient compte ni de la densité de l’énergie déployée, ni de la complexité de l’énergie révélée tant de l’unité que de la multiplicité. A l’image du temps l’espace ne peut se conjoindre dans une unité formelle car il n’est visible que par l’unité et non la multiplicité. Ainsi chaque théorie abordant l’espace temps est inévitablement vouée à l’incompréhension, car elle ne tiennent pas compte d’une réalité fondamentale qui est celle de l’expression énergétique. La seule théorie qui se rapproche de la condition formelle de cette réalité est celle de la mécanique quantique mais qui ne cherche à approfondir son chemin plus avant, à tort, par rapport à la gratuité de la théorie de la relativité qui ne se finalise que dans l’apparence de l’unité et ne reprend pas le réel pour objectif principal. Le réel en physique comme en psychosociologie appliquée ne se fonde pas sur un état de conscience mais sur une ouverture de cette conscience à la mutiplicité de la conscience. Oublier cette ouverture c’est faire abstraction du réel et engendrer des théories qui ne se fondant que sur l’anthropomorphisme le plus atone ne mènent qu’à la dérive. A telle fin que si nous étudions la théorie de la relativité on ne perçoit dans cette théorie qu’une rupture du réel, ce dernier étant inféodé à sa propre déclinaison. Peut être serait il temps de forcer la recherche a des ouvertures plus dynamiques que statiques ? © Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 09:31 )