Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow A l'heure du choix
A l'heure du choix PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 18 Avril 2007 à 13:13

A l’heure du choix

 

A l’heure du choix, après que l’on est pris les Français pour des imbéciles congénitaux, des demeurés dont le quotient intellectuel sur l’échelle de la bêtise serait de cent sur cent, après que les « journalistes » se soient intéressés au Peuple Français sans en connaître rien, sinon qu’en faisant accroire partout que ce Peuple était très partisan de l’Europe larvaire , du mondialisme outrecuidant, qu’ils défendent avec acharnement, après les litanies « politiques » nous ayant encore une fois démontré la lâcheté des participants au regard de notre Nation, de notre Peuple, de notre Histoire, hors quelques paraboles de bon aloi permettant de faire accroire, le Peuple Français va trancher, ce Peuple qui n’est pas idiot, qui bien au contraire en ses provinces, gardiennes de la Culture multimillénaire de la France, car la France n’est pas Paris et encore moins Lyon ou Marseille, et l’intelligence ne se trouve pas dans ces dernières villes mais bien dans les villes de province, ces petites villes, ces hameaux tant méprisés par l’ intelligentsia de la pensée unique, le Peuple donc va voter, mais pour quels errements, une extrême gauche qui a un train de retard et qui ne sait pas encore que le communisme, cette dictature ayant commis cent millions de morts et continuant encore par certains pays, est destituée et a fait place dans les ex pays d’URSS enfin à des modèles démocratiques, qui même s’ils ne sont pas particulièrement reluisants pour certains d’entre eux, ont le mérite d’exister, une extrême gauche, qui est bien la seule à exister par le monde et qui ne représente rien pour l’avenir sinon l’incarcération de l’intelligence, la divinisation d’une humanité rampante et délétère, qui ne seront en aucun cas approuvés par le Peuple Français, plus près une gauche désunie, entonnant et scandant des propos sans lendemain, qui feraient blêmir Jaurès, qui lui fut un grand homme, épris de justice mais avant tout gardien de l’Histoire Française, de la Nation et de la République, tout le contraire de cette avanie qui se profile, domestique d’une Europe dictatoriale édifiant un crypto communisme sur tous les états qu’elle anéantie, pauvres Etats croyant trouver une respiration en participant à son œuvre de destruction, et qui se retrouvent les uns les autres valets d’une usurpation malsaine et outrancière, à tel point que certains d’entre eux par la voix de leurs dirigeants font savoir qu’ils en on assez de manger dans la cuisine, le salon n’étant pas pour eux, bien entendu, gauche donc, gauche sans nom et sans devenir sinon celui de l’utopie machiavélique la portant  toujours vers l’arbitraire, dans le nationalisme ou dans l’internationalisme, toujours vers le dépérissement des valeurs incarnées de l’honneur et de la sagesse, de la République, qui est je le rappelle au sens platonicien du terme, l’Art de diriger la Cité et non de profiter de la Cité jusqu’en ses institutions, rappelons les écoutes téléphoniques, les morts mystérieuses, l’entrée en guerre de la France,  sous le gouvernement de leur dernier prétendant, un règne de sang et de souffrance pour le Peuple, un chômage endémique, une entrée massive d’exogènes, il suffit, le Peuple Français a de la mémoire, et sera écarter le despotisme de ses tenants, et au milieu, que l’on regarde bien ce milieu, le conte de l’hypocrisie la plus souveraine, un prétendant qui se moque comme d’une farce de la France et qui n’a d’autre objectif que de voir rentrer la queue basse le Peuple Français dans la fournaise de cette Europe bâtie sur l’hérésie la plus inféconde, cette Europe dont il n’a que le verbe à la bouche, danger public s’il en fût pour la grandeur de la France qui disparaîtra s’il devient président, car ce valet pitoyable de cette Europe atrophiée n’aura d’autre but que sa destruction, tant dans ses valeurs que dans sa probité, les Français seront dire non à cette déliquescence qui se présente, à droite toute, que voyons nous, un parti en présence, mesuré, indiscipliné dans ses avances, pêchant par favoritisme, portant des exigences qui pourraient être saines si et si seulement le carriérisme ne l’emportait sur la volonté, volonté qu’il conviendra de maîtriser afin qu’elle excelle, volonté portée par le Peuple, pour le Peuple, ce Peuple auquel il ne faut pas raconter n’importe quoi, la politique ne se fonde pas sur les communautarismes, la politique ne se fonde pas sur la ségrégation, un Français de souche n’a donc t’il aucune valeur aux yeux de certains des prétendants de cette droite qui se dit à droite et qui depuis quelques semaines dérive vers une accentuation gauchisante qui ferait pâlir un tenant de mai 1968, la politique n’est pas une prostituée qui s’incline pour recueillir des voix qui ne sont pas tenantes de son idéal, le manichéisme ne dure qu’un temps, ainsi le Peuple Français, s’il n’y a de déclaration ferme, précise, circonscrite, risque de n’adhérer que partiellement au désir d’Unité que représente cette voie, et plus à droite viendra peut être pour mettre en cause cette infection des idées de gauche dans les idées de droite,  ces billevesées, ces dramatiques incohérences, ces génuflexions lassantes, plus à droite ou deux voies se proposent complémentaires l’une de l’autre, n’en déplaisent à leurs tenants , où ailleurs dans ces votes blancs et nuls qui peuvent pulvériser des records, mais en aucun cas dans ces dithyrambiques opiacées d’une écologie infantile qui ne voit dans l’être Humain qu’un être à déraciner, extrêmes gauche, gauche, droite, ne parlant pas du milieu par pitié et encore moins de ces écologistes bêtifiants leurs litanies, extrême droite,  le Peuple Français sera choisir, au-delà ,de ces sondages qui ne sont que menstrues de « journalistes » inféodés à une bulle technocratique qui lentement s’enlise dans ses dérélictions et qui voudrait voir le Peuple Français suivre ses injonctions, ses obstinations,  jusqu’à la lie de leur propre déchéance, et bien non, ce Peuple que vous vomissez, ce Peuple que vous croyez contraindre, ce Peuple que vous avilissez, ce Peuple que vous défigurez, ce Peuple, toujours debout, malgré vos acharnements médiatiques, sera, souhaitons le pour la France se réveiller et dans un tsunami emporter vos décombres afin de fertiliser l’Avenir, cet Avenir basée non pas sur vos « valeurs » stériles, mais sur la valeur Humaine, celle que tous les candidats or quelques uns ont oublié, car faut il le rappeler, ce n’est pas un prétendant qui fait le politique, mais le Peuple !

Per hour of the choice

Per hour of the choices, after one is taken the French for congenital imbeciles, remained whose intelligence quotient on the scale of the silly thing would be of one hundred out of hundred, after the “journalists” were interested in French people without knowing anything of it, if not that while making accroire everywhere that these People were very in favor of larval Europe, of the outrecuidant mondialism, that they defend with eagerness, after the “political” litanies having once again shown us the cowardice of the participants taking into consideration our People, our Nation, of our History, out some parabolas of good quality making it possible to make accroire, French people will slice, these People which are not idiotic, which quite to the contrary in its provinces, guardians of the Culture multimillénaire of France, because France is not Paris and even less Lyon or Marseilles, and the intelligence is not in these last cities but well in the provincial towns, these small towns, these hamlets scorned so much by the intelligentsia of the doctrinaire approach, the People thus will vote, but for which mistakes, an extreme left which has a train of delay and which does not know yet that Communism, this dictatorship having made hundred million died and still continuing by certain countries, is relieved and made place in the ex country of the USSR finally to democratic models, which even if they are not particularly reluisants for some of them, have the merit to exist, an extreme left, which is well the only one to exist by the world and which does not represent anything for the future if not the imprisonment the intelligence, the deification of a crawling and noxious humanity, which will not be to in no case approved by French people, more close one divided left, entonnant and stressing remarks without a future, which would make turn pale Jaurès, which was to him a great man, enthusiast of justice but before any guard of the French History, of the Nation and of Republic, all opposite of this affront which is profiled, domestic of dictatorial Europe building a crypto Communism on all the states that it destroyed, poor States believing to find a breathing while taking part in its work of destruction, and who find the ones the other servants of an unhealthy and outrageous usurpation, so much so that some of them by the voice of their leaders state that they in one to eat enough in the kitchen, the living room not being for them, of course, left thus, left without name and becoming if not that of the machiavelic Utopia always carrying it towards the arbitrary one, in nationalism or internationalism, always towards the deterioration of the incarnated values of the honor and wisdom, of the Republic, which is I recall it to feel Platonic term, Art to direct the City and not to benefit from the City until in its institutions, let us recall the phone-tappings, mysterious deaths, the entry in war of France, under the government of their last applicant, a reign of blood and to suffering for the People, an endemic unemployment, a massive entry the exogenic ones, it is enough, French people have memory, and will be to draw aside the despotism of his holding, and in the medium, which one looks at well this medium, the tale of the sovereign hypocrisy, an applicant who makes fun like joke of France and which has of another objective only to see returning the low tail French people in the furnace of this Europe built on the most barren heresy, this Europe of which it does not have that the verb with the mouth, public menace if it were for the size of France which will disappear if he becomes president, because this pitiful servant of this atrophied Europe will have of another goal only his destruction, as well in his values as in its probity, the French will be to say not to this deliquescence which is presented, on the right all, what see, party in presence, measured, undisciplined in its advances, fishing by favoritism, carrying requirements which could be healthy if and so only careerism did not override the will, will that it will be advisable to control so that she excels, will carried by the People, for the People, these People for which one should not tell anything, the policy is not based on the communautarisms, the policy is not based on the segregation, a French of stock thus has to you it no value with the eyes of some of the applicants of this line which says himself on the right and which since a few weeks derives towards a warping stressing which would make fade one holding of May 1968, the policy is not a prostitute who inclines herself to collect voices which are not holding of its ideal, the Manicheism lasts only a time, thus French people, if there is firm declaration, specifies, circumscribed, risk to adhere only partially to the desire of Unit which this way represents, and on the right will come can be to blame this infection of the left-wing ideas in the right-wing ideas, these billevesées, these dramatic inconsistencies, these génuflexions wearying, on the right or two ways propose complementary one ofother, do not displease any with their holding, where elsewhere in these blank votes and null which can pulverize records, but to in no case in these dithyrambic opiated of an infantile ecology which sees in the human being only one being to uproot, extreme left, left, right-hand side, not speaking about the medium by pity and even less these ecologists bêtifiants their litanies, extreme right-hand side, French people will be to choose, beyond, of these surveys which are only menses of pledged “journalists” to a technocratic bubble which slowly enlise in its derelictions and which would like to see French people following his injunctions, its obstinacies, until the dregs of their own forfeiture, and well not, these People that you vomit, these People that you believe to force, these People that you degrade, these People whom you disfigure, these People, always upright, in spite of your media eagerness, will be, wish for France to awake and in a tsunami to carry your debris in order to fertilize the Future, this Future based not on your sterile “values”, but on the human value, that which all the candidates but some forgot, because is necessary it to point out it, it is not an applicant which makes the policy, but the People!

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Mercredi 18 Avril 2007 à 13:15 )