Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS arrow SCIENCE FICTION arrow Les entretiens de Russel
Les entretiens de Russel PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 05 Mai 2007 à 10:56

Les entretiens de Russel

 

Russel: vous nous avez parlé des conséquences osmotiques des digressions naturelles et de leurs opportunités pour révéler, dans le cadre exobiologique des formes avancées par les corrélations émises  dans le cadre d'une navigation neutronique, pourriez vous vous expliquer? 

Atania : l'univers que vous modélisez est une univers plan, à l'enseigne de celui proposé au treizième siècle de votre ère, une terre plate, retournant au vide, figée et naturée par une proximité anthropomorphique, sans issue, sinon celle d'une verticalité indue. Vous avez porté cette modélisation jusqu'au bout, dans une recherche effrénée de complaire à la théorie ahurissante de vous croire des exceptions dans ce que vous appelez l'univers, qui n'est qu'une facette microscopique du cristal qui définit la vie, ce cristal n'étant qu'un cristal parmi les nombres infinis dont il est issu. Théorie du big bang, théorie de la relativité, théorie de l'évolution, trois thématiques qui n'ont de conséquences que celles de vos inconséquences, ce rejet formel de toutes sources exobiologiques qui ne pouvaient nuire qu'à votre paraître. En conséquence vous ne vous êtes jamais intéressé à une des réalités de votre monde, celle de la pluridisciplinarité et la coexistence d'un nombre illimité de formes de vie qui dans leurs propres espaces temps conjuguent leurs essors afin d'officier la densité de ce Creuset vivant qu'est votre terre. Osmose consciente ou inconsciente, chaque face de cette réalité s'ouvre dans la coordination temporelle dont les portes sont voie de l'écart type neutronique existant dans l’invariant psychophysique de toute Vie, qu'il suffit d'agir afin d'en désigner les ramifications, celles du pouvoir de gérer chaque monde en ses particularités, d'où ce qui vous semble une singularité, alors qu'il ne s'agit que d'une évidence dans le cadre du dépassement de vos théories figées; là se tient la modélisation des interactions que vous savez développer sensoriellement mais non intelligemment. 

Russel : Diriez vous qu'il y a participation active des sédiments osmotiques que vous avancez dans le cadre des pouvoirs réfléchis qui tendent vers une unité supérieur des éléments terrestre? 

Atania : Vous pouvez le penser, maintenant pour asseoir cette thèse, il conviendrait de structurer l'Histoire et ne pas s'en tenir à et aux histoires régulées par un anthropomorphisme de convenance, darwiniste par excellence. La Vie revêt différentes formes, elle ne s'agit que dans la recherche de l'épanouissement le plus conséquent, et ne naît en aucun cas de paradigmes séquentiels qui n'ont d'autres limites que l'incarcération du savoir, incarcération prônée par des "élites" qui n'ont d'autres royaumes que ceux de l'illusion et de l'ignorance, afin d’asseoir leur pouvoir surfait. L'Histoire n'est pas accouplée à leurs menstrues mais à une réalité particulièrement féconde qui fait abstraction de leurs scories. L'Histoire, donc la Vie ne commence pas sur la Terre mais est régie par des composantes universelles qui sont garantes de son déploiement, nous en reparlerons. En ce lieu de votre espace-temps, elle n'est pas née du hasard mais d'une nécessité qui est une option de développement, non dans le cadre d'une séquence voyant l'amibe devenir humain, mais dans un tout constructif, ordonné, bâti qui ne doit rien à une évolution séquentielle, bâti en répond d'un respire vivant qui n'a besoin que des limites appropriées pour rendre à la viduité sa permanence dans un environnement donné. De cette création, purement osmotique, participe, nous y voici, de l'éloquence pragmatique d'autres formes générées, se tient le lieu de l'humain en sa croissance et son devenir, calque de milliards et de milliards de réalités osmotiques de par les univers intrinsèques et multidimensionnels existants, dans la considération du Verbe aboutissement, lié et liant de la conscience vivante en laquelle il devient liaison temporelle, et par là même sujet tant à la convoitise qu'à l'élévation, et parfois même sinon à la relégation, à la destruction spontanée ou générée. L'Histoire est ce propos, totalement différencié de celui que vous évoquez, tronqué jusqu'à l'inouï dans cet espace temps que vous vivez. 

Russel: Nonobstant les interrelations existantes entre les différents plans dimensionnels coexistent donc en chacun de ces plans des formes et structures vivantes? 

Atania : Tout à fait, pluralité existentielle dont les constantes revêtent les caractères de cette Voie dont nous venons de nous entretenir, allant de l'autorégulation à l'intégration et jusqu'à la désintégration. 

Russel : Ceci contredit toute la culture universelle terrestre, que l'on pourrait regarder comme acculturation? 

Atania : Et non sans raison, les bouleversements psychiques, psychosociologiques entraînant la reconnaissance de ces états pouvant être sans commune mesure avec leur expression, somme toute naturelle, dans le système d'incarcération culturel dans lequel vous vivez. L'anthropomorphisme que vous connaissez n'étant pas en mesure d'ingérer ces réalités qui transfigureront tous les modes et les équilibres de pensées. 

Russel : Y a t'il des vecteurs qui agissent, soit superficiellement, soit directement, afin de contrecarrer la déficience dont nous sommes les auteurs? 

Atania : Oui, et ces vecteurs agissent ou veillent depuis que votre terre est terre, mais a des niveaux de conséquence et non au niveau des virtualités informes qui Vous régissent. Ces vecteurs eux mêmes sont malheureusement parasités par des formes exobiologiques qui n'ont pas choisies l'évolution mais l'accomplissement de leur propre dérive au mépris de la Voie, alliées en cela à de pseudo sachant convertis par la fatuité, le désir, l'atrophie, menace marquée de votre humanité asservie à leur manichéisme sentencieux. 

Russel : Avez vous idée des formes qui menacent l'intégrité de l'humanité? 

Atania : On ne peut parler de menace, bien que cela recouvre les caractéristiques de ce terme dans la définition même des actions menées par ces strates. On distingue trois faisceaux dans le cadre de ces formalités, les unes vivipares, les plus dangereuses, car se nourrissant des êtres humains, regardez les statistiques annuelles par pays des disparitions non explicitées, les autres animales, qui ont trouvées refuge sur votre planète, enfin les dernières, qui en vérité n'ont aucune interférence avec vos civilisations, car veille de votre mobilité en la Voie, pour parler plus simplement, agents de renseignements de civilisations différentes essaimées par les galaxies. Le danger omniprésent provient de la première espèce qui à différents niveaux de construction a déjà et continue à interférer dans vos centres de décision, afin de maintenir, au motif d'une avance technologique, en voie de raréfaction, son vivier en place, cette humanité qui lui sert de vivier. Des accords ont été trouvés avec ces reptiles belliqueux, depuis l'instauration du parapluie nucléaire dont les ogives sont dirigées vers l'Espace, mais cela est parfaitement insuffisant pour juguler leur tentative destructrice. Afin d'obérer leur manifestation, il convient que vous opériez en profondeur pour éradiquer à la fois leurs alliés dans la population et leurs formes sur votre planète pour laquelle ils disposent encore, et avec l'accord des premiers, des bases ordonnées. Les seconds sont inoffensifs, cette force animale ne constitue pas une menace quelconque pour l'humanité, elle s'est intégrée et ne recherche aucun développement particulier. La dernière est la plus intéressante, elle est en alerte constante et peut faciliter une reconnaissance de ce devenir qui est lieu de la Voie, toutefois, il vous sera extrêmement difficile de rentrer en contact avec elle, sachant qu'elle n'est pas là pour éveiller, mais pour veiller. 

Russel : Au regard de votre dire, peut on dire que ce qui est ici est image de ce qui est ailleurs ? 

Atania : Tout à fait exact mais multiplié dans l'équation espace-temps, pratiquement à l'infini. Ainsi vous ne serez pas étonné d'apprendre qu'il existe au sein de votre propre galaxie, des millions de civilisations qui pour certaines vivent en paix, pour d'autres sont en conflits perpétuels. Ce que Vous appelez la guerre est une pale image de cette réalité dont les interpénétrations sont parfois catastrophiques avec l'espace temps terrestre, et parfois bénéfiques. L’unité du Vivant est en marche à travers ces milliards d’étoiles qui composent les amas et les super amas de galaxies, qui ne représentent qu’un univers parmi les univers. De fait la discorde quand aux modes de profondeurs d’épanouissement naît des cataclysmes que vous ne sauriez imaginer. La guerre devient nécessité et appelle d’autres guerres, la Paix que vous reconnaissez étant le cycle de l’invariant des rémanences affirmées et conjuguées dans une symbiose parfaite. Parfait qui ne s’acquiert pas mais se conquiert de haute force. Je ne rentrerai pas dans les épisodes de cette épopée qui en écho parfois se révèle dans vos pensées, chaque onde exprimée trouvant réceptacle au-delà du temps comme de l’espace, je dirai simplement que la Voie est universelle et en cela exprime toutes les variantes vivantes en leurs écumes. 

Russel : Dans tout cela, notre destinée conflue t’elle vers cette épopée ou bien n’en connaîtra t’elle jamais l’affirmation ? 

Atania : Il faut bien saisir l’importance de l’autonomie nécessitée au cœur des systèmes pour appréhender une réponse à votre question. Il n’y a mesure en votre lieu de désespérance mais bien au contraire d’activation de votre pouvoir de vivant, par delà les anachronismes qui vous cernent, cette anthropomorphie déroutante qui vous isole, cette condition de vassalité vis-à-vis des formes qui vous enlisent. Si vous dépassez ces seuils configurés qui ne sont liés à aucun inné, mais à un acquis de larvaire prostration, vous irriguerez cette force de la Voie au même titre que toutes les formes qui y coexistent actuellement, et d’autres qui s’entredéchirent et s’annihilent. Il n’y a de destin que dans la prise en main officielle de ce destin qui ne peut rester muré dans le silence dominant vos réflexions, toujours portées vers l’inconsistance, alors qu’elles devraient s’ouvrir sur la réalité du vivant et non une historiographie sans lendemain, sinon celui de la reptation. N’attendez en vain, redressez vous et combattez dans la Voie, débarrassez vous des chaînes qui vous emprisonnent et vous obturent la vue. N’attendez rien, sauf quelques légers redressement de la part des veilleurs, je vous l’ai déjà dit, ils ne sont en votre lieu pour intervenir mais pour mesurer votre sagacité à vous épanouir dans la voie, à vous débarrassez de vos scories propres et celles des formes qui ont décidés de se servir de vous comme animaux de laboratoire et nourriture. Agissez, construisez et détruisez ces formes qui ont fait le choix d’un mercenariat qui détruit la Vie. Si vous réussissez, vous essaimerez les galaxies, porteurs de votre nom et de votre épopée qui rejoindra celles des autres civilisations. Votre planète abritant votre forme est multipliée à l’infini et il ne vous sera pas difficile de vous y installer si et si seulement vous dépassez ces limites abstraites que vous vous êtes forgé et en lesquelles vous stagnez inutilement. Alors seulement les Autres formes de Vie vous rencontreront, mais pas avant. Ne vous attendez pas non plus à ce que cela soit facile, la guerre est toujours présente et vous devrez combattre comme vos générations l’ont appris en votre lieu, des combats majeurs qui vous permettront de vous forger vers ces lieux que vous accomplirez, et qui vous permettra de rejoindre ces creusets de civilisations autonomes et fédérées qui vous mèneront vers la connaissance de ces Univers multidimensionnels qui n’ont de finalité que l’Absolu, dont vous êtes partie intégrante. 

 

Talks with Russel 

Russel: you spoke to us about the osmotic consequences of the natural digressions and their opportunities to reveal, within the framework exobiologic of the forms advanced by the correlations emitted within the framework of a neutron navigation, could you be explained? 

Atania: the universe which you model is a plane universe, with the sign of that proposed at the thirteenth century of your era, a ground punt, turning over to the vacuum, solidified and naturée by an anthropomorphic proximity, without exit, if not that of an undue verticality. You carried this modeling until the end, in an unrestrained research to take pleasure in the confusing theory to believe you of the exceptions in what you call the universe, which is only one microscopic facet of the crystal which defines the life, this crystal being only one crystal among the infinite numbers from which it is resulting. Theory of the big bang, theory of relativity, theory of the evolution, three sets of themes which have consequences only those of your inconsistencies, this formal rejection of all exobiologic sources which could harm only your appearing. Consequently you were never interested in one of realities of your world, that of multidisciplinarity and the coexistence of an unlimited number of forms of life which in their own spaces time combine their rises in order to officer the density of this alive Crucible which is your ground. Conscious or unconscious osmosis, each face of this reality opens in the temporal coordination whose doors are way of the existing standard deviation neutron in the psychophysical invariant of any Life, that it is enough to act in order to indicate the ramifications of them, those of the capacity to manage each world in its characteristics, from where what seems to you a singularity, whereas it is not that about an obviousness within the framework of the going beyond of your fixed theories; there modeling is held of the interactions which you can develop sensoriellement but not intelligently. 

Russel: Would say that there is active participation of the osmotic sediments that you advance within the framework of the considered capacities which tend towards a terrestrial unit superior of the elements? 

Atania: You can think it, maintaining to sit this thesis, it would agree to structure the History and not to stick with and the stories controlled by an anthropomorphism of suitability, darwinist par excellence. The Life revêt various forms, it acts only in research of the most consequent blooming, and is not born to in no case sequential paradigms which have others limiting only the imprisonment of the knowledge, imprisonment preached by “elites” which have other kingdoms only those of the illusion and ignorance, in order to sit their capacity overrates. The History is not coupled with their menses but with a particularly fertile reality which disregards their slag. History, therefore the Life does not start on the Earth but is governed by universal components which are guarantors of its deployment, we will speak again about it. In this place of your space time, it was not born from the chance but from a need which is an option of development, not within the framework of a sequence seeing the ameba becoming human, but in a constructive whole, ordered, built which does not owe anything with a sequential evolution, built answers about it of one breathes alive which needs only the suitable limits to return to viduity its permanence in a given environment. Of this creation, purely osmotic, takes part, us there here, of the pragmatic eloquence of other generated forms, is held the place of human in its growth and its to become, copies billion and billion realities osmotic from the intrinsic and multidimensional universes existing, in the consideration of the Verb result, bound and binding alive conscience in which it becomes temporal connection, and consequently subject so much with covetousness than with rise, and sometimes even if not with relegation, the spontaneous or generated destruction. The History is this matter, completely differentiated from that which you evoke, truncated until the amazing one in this space time that you live. 

Russel: Notwithstanding do the existing interrelationships between the various dimensional plans thus coexist of each one of these plans of the forms and alive structures? 

Atania: Completely, existential plurality whose constants are of the natures of this Way from which we come to maintain us, energy of self-regulation to integration and until disintegration. 

Russel: This contradicted all the universal culture, which one could look like acculturation? 

Atania: And not without reason, psychic, psychosociological upheavals involving the recognition of these states being able to be without common measurement with their expression, altogether natural, in the cultural system of imprisonment in which you live. The anthropomorphism which you know not being able to introduce these realities which will transfigure all the modes and balances of thoughts. 

Russel: Does Y have to you it vectors which act, either superficially, or directly, in order to thwart the deficiency of which we are the authors? 

Atania: Yes, and these vectors act or take care since your ground is ground, but has levels of consequence and not on the level of formless virtualities which govern You. These same vectors them are unfortunately parasitized by exobiologic forms which did not choose the evolution but the achievement of their own drift to the contempt of the Way, allied in that with the pseudo one knowing converted by self-conceit, the desire, the atrophy, threatens marked your humanity controlled to their sententious Manicheism. 

Russel: Have idea of the forms which threaten the integrity of humanity? 

Atania: One cannot speak about threat, although that recovers the characteristics of this term in the definition even of the actions carried out by these layers. One distinguishes three beams within the framework from these formalities, the ones viviparous, most dangerous, because nourishing human beings, look at the annual statistics by country of not clarified disappearances, the other animal ones, which found refuge on your planet, finally the last, which in truth do not have any interference with your civilizations, because your mobility day before in the Way, to speak more simply, intelligence agents of different civilizations essaimées by the galaxies. The omnipresent danger comes from the first species which at various levels of construction has already and continuous to interfere in your decision-making centres, in order to maintain, with the reason for a technological advance, in the process of rarefaction, its fish pond in place, this humanity which is used to him as fish pond. Agreements were found with these quarrelsome reptiles, since the introduction of the nuclear umbrella whose warheads are directed towards Space, but that is perfectly insufficient to suppress their destroying attempt. In order to obérer their demonstration, it is appropriate that you operated in-depth for éradiquer at the same time their allies in the population and their forms on your planet for which they still lay out, and with the agreement of the first, of the ordered bases. The seconds are inoffensive, this animal force does not constitute an unspecified threat for humanity, it was integrated and does not seek any particular development. The last is most interesting, it is in constant alarm and can facilitate a recognition this to become which is place of the Way, however, it will be extremely difficult for you to return in contact with it, knowing that it is not there to wake up, but to take care. 

Russel: Taking into consideration can your to say, one say that what is here is image of what is elsewhere? 

Atania: Completely exact but multiplied in the equation space time, practically ad infinitum. Thus you will not be astonished to learn that there exists within your own galaxy, of the million civilizations which for some live in peace, for others are in perpetual conflicts. What You call the war is a blade image of this reality whose interpenetrations are sometimes catastrophic with terrestrial space time, and sometimes beneficial. The unit of Alive is moving through this billion stars which compose the clusters and the super galaxy cluster, which represents only one universe among the universes. In fact the discord when with the modes of depths of blooming is born from cataclysms which you did not can imagine. The war becomes required and calls other wars, the Peace which you recognize being the cycle of the invariant of the remanences marked and combined in a perfect symbiosis. Perfect which is not acquired but conquers high force. I will not return in the episodes of this epopee which in echo sometimes appears in your thoughts, each expressed wave finding receptacle beyond time like space, I will say simply that the Way is universal and in that expresses all the alive alternatives in their scums. 

Russel: In all that, does our destiny join you it towards this epopee or to you it will know never the assertion? 

Atania: It is necessary well to seize the importance of the autonomy required in the middle them systems to apprehend an answer to your question. There is not measurement in your place of despair but quite contrary to activation of your capacity of alive, across the anachronisms which encircle you, this anthropomorphie diverting which insulates to you, this condition of vassalage with respect to the forms which enlisent you. If you exceed these configured thresholds which are not related to any innate, but with an asset of larval prostration, you will irrigate this force of the Way as well as all the forms which currently coexist there, and others which were entredéchirent and are destroyed. There is destiny only in the catch in official hand of this destiny which cannot remain walled in silence dominating your reflections, always carried towards inconsistency, whereas they should open on the reality of living and not a historiography without a future, if not that of the snaking. Do not wait in vain, rectify and fight in the Way, remove from the chains which imprison you and seal you the sight. Do not await anything, except some light rectification on behalf of the watchers, I already said it to you, they are not in your place to intervene but measure your sagacity to open out you in the way, with you remove from your own slags and those of the forms which decided to make use of you like animals of laboratory and food. Act, build and destroy these forms which made the choice of a mercenariat which destroys the Life. If you succeed, you will essaimerez the galaxies, carrying your name and your epopee which will join those of other civilizations. Your planet sheltering your form is multiplied ad infinitum and it will not be difficult for you to install you there if and so only you exceed these abstract limits that you forged yourselves and in whom you stagnate unnecessarily. Then only the Other forms of life will meet you, but not front. You do not wait either so that is easy, the war is always present and you will have to fight as your generations learned it in your place, of the major combat which will enable you to forge yourselves towards these places that you will achieve, and who will allow you to join these crucibles of autonomous and federated civilizations which will carry out you towards the knowledge of these Universes multidimensional which have finality only the Absolute, of which you are integral part. 

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Samedi 05 Mai 2007 à 11:20 )