Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POESIE arrow Lorsque
Lorsque PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 23 Décembre 2005 à 16:55
Lorsque...



Lorsque tu es entrée dans cette maison cachée au fond de la forêt, tu as ressenti la joie d’un jour novateur …

Pur-sang de la pensée, le corps emprunt de la salvatrice certitude de plaire à jamais, les mains enduites de tendresse, verbe de la caresse des eaux, le cœur en louanges, l’Ame allégresse, tu t’es engagée dans ce chemin pourpre de feuilles vierges et bleues, enceinte de soleil alors que s’enlaçaient les odes du Printemps …

Furent alors des orbes extraordinaires, perceptions fidèles où l’Ame découvre un parfum inextinguible, celui de la joie, qu’Epervière, dans un vol azuré, tu traversais …

O grande Terre d’Athon, Solaire, lys nénuphar dans la prairie des lumineuses, cœur solitaire de l’étreinte de nos jours, voyageais tu dans un hymne fantastique, pluie immortelle de l’Amour et de l’Etre, sens de la nécessité aux flux princiers de l’Eternité renouvelée…

Site en fleurs, serment de joie que j’embrassais, le cœur palpitant, les mains tendues étreignant ses délices, d’une Reine les sourires dans la nue charmante et claire vibrant la conscience de chaque Amour, ordre naturel d’une fée l’Azur de l’essentielle ardeur !

Matin lavé de ciel, pur aux espaces des cœurs fidèles, dressé d’azur aux portes de blanches anémones, je te voyais courir là où se dressent les peupliers d’or, jade et porphyre d’une source le nectar parfumé …

Lors allais je dans l’Azur de tes chairs, d’un Soleil glorieux la face, prairial d’Amour ta Sagesse, contemplatif de ton Ode douce et bonne, O Nature ! …

Le vent soufflait sur ce cycle terrestre une humide liesse où dansant, aprhodites, les vertiges de la beauté et de la sensation, douce harmonie qu’une Vierge d’ébène en sa chair rayonnait d’un parfum de plus grande Sagesse …

Mille voiles vierges dansaient l’Olympe gracile et fier de ce mirage blanc sur l’ocre désertique, satin pharamineux d’une extase propice aux ondines fèves dont les abeilles content le merveilleux recueil …

Ivoire :

© Patinet Thierri .

ISBN 2-87782-020-3 ISBN 2-87782-120-X

Dernière Mise à jour ( Lundi 01 Janvier 2007 à 10:12 )