Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Vous avez dit Sécurité Sociale?
Vous avez dit Sécurité Sociale? PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 15 Avril 2008 à 12:08

Vous avez dit Sécurité Sociale?

 

 

L'incapacité à gérer les problèmes, est le panache consternant de certaines personnes. Lorsqu'on entend que pour résoudre le trou sans fond de la sécurité sociale, les remboursements des lunettes allaient être à la charge des mutuelles, on ne peut être qu'effaré par ce dire! Pourquoi? Pour la simple et bonne raison, qu'il n'y a actuellement aucun glissement de thésaurisation des particuliers vers les dites mutuelles, et que cette charge supplémentaire va accroitre les primes des dites mutuelles que ne pourront pas se payer les couches de la population qui vivent dans et en dessous du seuil de pauvreté (sept millions de personnes dixit notre gouvernement!). De fait, sans la moindre préparation, on va tout simplement accélérer un processus d'anémie de la santé en France! Cela n'est pas nouveau, mais là c'est visible comme le nez dans la figure, il est vrai que pour les prébendiers du pouvoir en tout genre, qu'une personne retraitée, qu'un jeune vivant avec le smic, qu'un enfant dont les parents font vivre autant que faire ce peut un ménage en dessous du minimum vital, ne voit (du verbe voir) pas, ce n'est pas grave! Ceci est une honte lorsqu'un temps soit peu on respecte le Vivant! Au delà du débat passionné que l'on pourrait mettre en œuvre, il en est un autre, c'est bien celui du glissement à moyen terme de la sécurité sociale vers la mutualisation, ce qui préservera de cet arbitraire inhumain et permettra de balayer la gabegie pandémique de l'argent des assurés sociaux, qui sert en grande partie aux soins de personnes n'ayant aucune qualité de citoyen et qui viennent se faire soigner dans notre pays pour profiter d'une gratuité toute relative puisque ce sont les autochtones qui au nom de la politique de désintégration de leur pays paient, très cher, ce particularisme absolument effrayant qu'il faudra bien un jour dénoncer en place publique! Car la sécurité sociale contrairement aux apparences n'est pas en déficit, si elle servait ses affiliés sociaux! Elle n'est en déficit que parce que ses fonds sont détournés au profit d'une immigration massive de malades de tous pays qui ont trouvé dans notre pays le recours à leurs maux, au nom d'un humanisme dont on sait ce qu'il vaut, tout dévoué qu'il est à l'esprit de destruction, de notre identité comme de notre Nation. Regardez les statistiques des rentes allouées et le montant des dites rentes par la sécurité sociale à des exogènes, allez visiter les hôpitaux et regardez par qui les lits sont occupés et quelle est leur nationalité! Vous serez écœuré de cette dilapidation monumentale des fonds de la dite sécurité sociale! Qu'on ne se méprenne, ici il n'y a pas lieu de condamner la personne humaine qui souffre, mais un système de spoliation qui en arrive à imposer des franchises magistrales aux particuliers, et je pense ici aux sept millions de personnes ayant atteint le seuil de pauvreté, pour privilégier des soins gratuits à toute l'humanité, alors qu'il serait préférable d'aider les pays du tiers monde à mettre en œuvre des dispensaires, des hôpitaux, pour permettre à leur population de se soigner correctement. Le débat est ouvert, conserver cette sécurité sociale dont le système malheureusement est aujourd'hui prétexte à toute prébende, ou bien cotiser dans des mutuelles indépendantes qui permettront de réellement se soigner, et non plus d'être dirigé, tels des ânes vers des médecines qui n'en ont plus que le nom, et qui deviennent de plus en plus l'ombre d'elles mêmes ( il n'y a qu'à regarder nos hôpitaux pour en faire le constat, déficit en personnel, déficit en moyens, au milieu desquels luttent des passionnés, heureusement, de la médecine!). En d'autres termes, il serait temps que la sécurité sociale cède le pas à la mutualisation, et remette les ressources qu'elle gère entre ses mains, que les cotisations des assurés sociaux arrivent dans les caisses des mutuelles et non plus dans ce gouffre impersonnel qu'est cette institution qui aujourd'hui n'a plus lieu d'être. Cela permettra aux autochtones d'être soignés sans subir cette permanence du racket légiféré vis à vis de leurs versements, et entendre dire tout et n'importe quoi comme ce qui vient de se dire à propos des lunettes! De quel droit peut-on se permettre ce genre de discours allant à l'encontre de toute compassion Humaine! Les aveugles n'ont pas demandé à être aveugle, les mal voyant non plus, et l'on empêcherait des enfants, des vieillards, des adultes de voir tandis que l'argent, l'argent des assurés sociaux coule à flot pour les exogènes, qui pour une rente parce qu’il a le sida,  qui pour se faire opérer, qui pour etc., etc... Ne prenons pas les Français pour des imbéciles congénitaux! Ils savent que ce qui est vrai pour la sécurité sociale est vrai pour les allocations familiales, les allocations logement, les allocations de chômage, le RMI etc. Il serait temps de balayer les comptes de ces organismes afin de savoir où va l'argent et surtout a qui est distribué l'argent! Il serait temps de demander à nos Députés de poser cette question pertinente à l'Assemblée Nationale et d'ouvrir une commission d'enquête qui remettra les choses en place, naturellement, alors ce débat initié n'aura pas à avoir lieu, sinon il convient que chaque particulier demande a ce que soit versée à une mutuelle la cotisation qu'il verse sur son salaire à la sécurité sociale! Ce sont les seules solutions pour se sortir de ce bourbier, il n'y en a pas d'autres, soit le nettoyage en règle des comptes, l'analyse de tous les versements, et notamment des rentes allouées, ou bien tout simplement le remplacement de la sécurité sociale par la mutualisation! A suivre, mais gageons qu'il n'y aura aucune suite, la soumission étant de règle devant le devoir de désintégration de la société civile, de cette Nation que plus personne ne respecte, la France et son Peuple les Français.

 

 

You said Social security?

 

 

The incapacity to manage the problems, is the dismaying plume of certain people. When one hears that to solve the hole bottomless of the social security, refundings of the glasses were going to be with the load of the mutual insurance companies, one can be only frightened by this saying! Why? For the simple one and good reason, that there is currently no slip of hoarding of the private individuals towards the known as mutual insurance companies, and that this additional expenditure will increase the premiums of the known as mutual insurance companies that will not be able to treat to the layers of the population which live in and in lower part of the poverty line (seven million people dixit our government!). In fact, without the least preparation, one quite simply will accelerate a process of anemia of health in France! That is not new, but there they are visible like nose in figure, it is true that for prebendaries of capacity in any kind, that a reprocessed person, that an alive young person with the smic, that a child whose parents make live as much as doing it can a household in lower part of the vital minimum, does not see (verb even), it is not serious! This is a shame when a time is little one respects the Alive one! Beyond the passionate debate that one could implement, it is another, it is well that of the medium-term slip of the social security towards the mutualisation, which will preserve EC arbitrary inhuman and will allow to sweep underhand dealings pandemic of money of members of National Insurance Scheme, which is used mainly with the care of people not having any quality as citizen and who come to be made look after in our country to benefit from a quite relative exemption from payment since in fact the autochtones in the name of the policy of disintegration of their country pay, very expensive, this absolutely alarming particularism which it will be necessary a day well to denounce in public place! Because the social security contrary to appearances is not in deficit, if it served its social associates!  Look at the statistics of the allocated revenues and the amount of the known as revenues by the social security with the exogenic ones, visit the hospitals and look by which the beds are occupied and what a is their nationality! You will be nauseated of this monumental dilapidation of the funds of the aforesaid the social security! That one does not mistake, here it is not necessary to condemn the human person who suffers, but a system of spoliation which manages from there to impose masterly franknesses to the private individuals, and I think here of the seven people million having reached the poverty line, to privilege free care with all humanity, whereas it would be preferable to help the Third World countries to implement dispensaries, hospitals, to allow their population to correctly look after itself. The debate is opened, to preserve this social security whose system unfortunately is pretext with any emolument today, or cotiser in independent mutual insurance companies which will make it possible really to be looked after, and to be directed either, such of the asses towards medicines which have nothing any more but the name of it, and which become more and more the shade of them same (there is only to look at our hospitals to make of it the report, deficit as a personnel, deficit in means, in the medium of which fight of impassioned, fortunately, of medicine!). In other words, it would be time that the social security yields the step to the mutualisation, and gives the resources which it manages between its hands, which the contributions of the members of National Insurance Scheme arrive in the cases of the mutual insurance companies and either in this impersonal pit which is this institution which today does not take place any more to be. That will make it possible the autochtones to be neat without undergoing this permanence of the racket legislated with respect to their payments, and intending to say all and anything as what has been just said in connection with the glasses! Of what a right can one allow this kind of speech active against any Humaine compassion! The blind men did not ask to be blind, the evil seeing either, and one would prevent children, old men, adults to see while the money, the money of the members of National Insurance Scheme runs with flood for the exogenic ones, which for a revenue because it has the AIDS, which to be made operate, which for etc, etc… Let us not take the French for congenital imbeciles! They know that what is true for the social security is true for the family benefits, the allowances housing, the unemployment pays, RMI etc It would be time to sweep the accounts of these organizations in order to know where the money goes and especially has which is distributed the money! It would be time to ask our Deputies to put this relevant question with the National Assembly and to open a board of inquiry which will position back the things, naturally, then this initiated debate will not have to take place, if not it is appropriate that each private individual asks has what with a mutual insurance company the contribution is versed that it pours on his wages with the social security! They are the only solutions to leave itself this mud pit, it there does not have others, that is to say of them cleaning in rule of the accounts, the analysis of all the payments, and in particular of the allocated revenues, or quite simply the replacement of the social security by the mutualisation! To follow, but let us guarantee that there will be no continuation, the tender being of rule owe the duty of disintegration of the civil society, this Nation that nobody any more respects, France and its People the French.

 

 

© Vincent Thierry
Dernière Mise à jour ( Mardi 15 Avril 2008 à 12:27 )