Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow L’arnaque
L’arnaque PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 30 Septembre 2008 à 15:02

L’arnaque

Benoist a des problèmes de fin de mois, il touche le smic et est à découvert sur son compte bancaire de la somme de 1000 euros. L’institution bancaire après lui avoir adressé des injonctions tout en prélevant des agios, lui envoie un huissier qui le somme de régler la somme dont il est débiteur avant saisie. Benoist ne peut pas payer et encore moins les agios réclamés. La saisie a donc lieu, les meubles qu’il avait eu bien du mal à acheter vendu, son propriétaire, ayant peur de ne pas voir payer son loyer le jette à la rue… Personne ne l’aidera, encore moins l’état qui préfère donner l’argent des contribuables à d’autres hères. Une société privée, riche à millions, qui ne se prive pas de montrer sa puissance financière,  et dont les piliers méprisent tout ce qui ne reluit pas d’or et d’argent, spécule sur tout ce qui se présente sur  le marché boursier, et suite à des aventures sans lendemain se retrouve en mal de trésorerie, brusquement chute en bourse. Ici, pas d’injonction, pas de saisie ! Sans que le Peuple ait été seulement écouté, le gouvernement se précipite, alors que le budget est voté, pour injecter trois milliards d’euros dans cette société privée ! Un : pourquoi le Parlement n’a-t-il pas été questionné sur cette injection d’argent ? Deux : d’où vient cet argent ? La France ayant quelques milliards de dettes, ne peut se permettre cette aventure ! La loi économique est simple, une faillite égal un rachat au mieux d’une société ayant géré ses actifs n’importe comment ! Maintenant multipliez par dix, par cent, par mille cette folie de la spéculation, et vous obtenez la bonne grosse crise financière que nous vivons. Mais pourquoi serait ce les Peuples qui devraient supporter ces faillites alors que personne ne viendra aider Benoist ? L’Arnaque est là, bestiale, l’arnaque des privilèges qui s’auto défendent en tondant les moutons devenus que sont les Peuples de ce jour ! Heureusement, cette loi n’est pas de commune mesure, les Etats Unis se sont rebellés contre cette incarnation des privilèges, et en toute légalité démocratique, les représentants des Etats Unis ont dit non ! Ici, pensez- vous, l’arnaque rayonne ! Mais pourquoi, nous gens du peuple, devrions nous aider des entreprises privées à se restaurer en déboursant nos pauvres et minables économies, alors que ceux qui font fonctionner ces sociétés se sont goinfrés de tout ce qu’il est imaginable, sans un regard pour les Peuples, les gens du peuples ! Comme on le dit aux Etats Unis, ils en ont bien profités maintenant qu’ils en subissent les conséquences ! Et comme le disait un Américain, nous, quand à on a des dettes, on les paye ! Et comment faire autrement devant le plébiscite de ces Institutions qui aujourd’hui viennent nous faire la morale et nous demande de leur garder confiance, qui au moindre euros de déficit de notre part nous fondent dessus comme des rapaces ! Ne soyez pas aveugles ! Regardez  ces aventuriers de la prébende protéger leurs privilèges de fin de race ! La crise, ne vous en inquiétez, elle ne sera pas pour eux, eux qui ont engrangé des milliards dont ils ne se serviront pas pour redresser leurs sociétés, bien entendu, les bons peuples d’esclaves phagocytés du cerveau étant là pour les aider ! Voici l’arnaque et elle ne fait que commencer ! A vous de juger, mais ne soyez pas surpris lorsque vous devrez aller chercher un seul petit pain avec une brouette de billets de banque, que ces « élites » vivent tout aussi bien dans le confort qu’ils ont acquis sur votre dos, par votre sueur, par cotre ténacité et votre courage ! Et n’attendez qu’ils aient la moindre honte de voir les « états » les aider, car pour ces nobliaux, cela fait partie de la norme, cette norme qui ce jour vous voit réduit comme je l’ai toujours dit à l’état d’esclave. Après l’écologie politique, nous avons droit à l’écologie économique, à l’envers il va de soi, l’écologie politique tondant les moutons que l’on culpabilise, l’écologie économique tondant les particuliers jusqu’à la racine pour faire vivre cette duperie qui en leur sommet, le leur bien entendu, dicte la conduite de politiques aux ordres qui n’ont que faire des Peuples qu’ils se devraient gouverner ! Voilà l’arnaque, à vous de choisir vos prochains députés, dans ce cloaque de l’immonde et du vol institutionnalisé !

Swindles

Benoist has problems of end of the month, it touches the smic and with is discovered on its bank account of the sum of 1000 euros. The banking institution after him to have addressed injunctions while taking agios, sends an usher to him who summons it to regulate the sum of which it is debtor before seizure. Benoist cannot pay and even less the claimed agios. The seizure thus takes place, the pieces of furniture which it had had great difficulty to buy sold, its owner, being afraid not to see paying his rent throws it to the street… Nobody will help it, even less the state which prefers to give the money of the taxpayers to other young stags. A privately held company, rich person to million, who does not deprive himself to show his financial power, and whose pillars scorn all that glittered not of gold and money, speculates in all that is presented on the stockmarket, and following adventures without a future finds itself in evil of treasury, abruptly falls out of purse. Here, not of injunction, not of seizure! Without the People being only listened, the government precipitates, whereas the budget is voted, to inject three billion euros in this privately held company! One: why the Parliament wasn't questioned on this money injection? Two: from which does this money come? France having a few billion debts, cannot allow this adventure! The economic law is simple, a bankruptcy equal a repurchase at best of a company having managed its credits anyhow! Now multiply by ten, hundred, thousand this madness of the speculation, and you obtain the good gross financial crisis which we live. But why would be these People which should support these bankruptcies whereas nobody comes to help Benoist? Swindles is, bestial there, swindles it privileges which car are defended by mowing the become sheep which are the People of this day! Fortunately, this law is not common measurement, the United States rebelled against this incarnation of the privileges, and in all democratic legality, the representatives of the United States said not! Here, think, swindles it rayon! But why, we common peoples, should help us of the private companies to be restored by spending our poor and poor economies, whereas those which make function these companies were goinfrés of all that it is conceivable, without a glance for the People, the common peoples! How one says it to the United States, they benefitted well from it now that they undergo the consequences of them! And as an American said it, us, when with one has debts, one pays them! And how to make differently in front of the plebiscite of these Institutions which today come to make us morals and requires of us to keep confidence to them, which with least the euros of deficit of our share found us above like raptors! Do not be blind! Look at these adventurers emolument protecting it their privileges from end of race! The crisis, do not worry you, it will not be for them, them which garnered billion of which they will not be used for to rectify their companies, of course, the good people of slaves phagocytes of the brain being to help them there! Here swindles it and it does nothing but start! With you to judge, but do not be surprised when you must go to seek only one bread roll with a banknote wheelbarrow, that these “elites” live just as easily in the comfort which they acquired on your back, by your sweat, cutter tenacity and your courage! And do not wait until they have least shame to see the “states” helping them, because for these nobliaux, that belonged to the standard, this standard which this day sees you reduced as I always said to the state of slave. After the ecology policy, we are entitled to economic ecology, back it goes without saying, the ecology policy mowing the sheep which one makes feel guilty, economic ecology mowing the private individuals to the root to make live this deception which in their top, theirs of course, dictates the control of policies to the orders which have only to make People that they should control! Here swindles it, with you to choose your next deputies, in this cesspool of the immonde and the flight institutionalized!

© Vincent Thierry

 

Dernière Mise à jour ( Mardi 30 Septembre 2008 à 15:07 )