Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Les communautarismes
Les communautarismes PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Dimanche 28 Décembre 2008 à 13:43

Les communautarismes

 

Lorsqu’on prend conscience de l’existence sordide des communautarismes, développés à l’infini par des médias outrecuidants n’ayant pour volonté que la destruction de la Nation et de son Peuple,  on comprend enfin par qui et pour quoi fonctionnent les souches qui gravitent ce ferment de la destruction. Ils et elles sont là, à vous donner de la « morale », une morale née dans l’excrément de la vertu de la génuflexion et de la reptation, que l’on se devrait d’acclamer pour composer à la glorification de tout ce qui n’est pas le Peuple, de tout ce qui ne représente pas la Nation. Il n’y a que les aveugles pour ne pas voir cette infamie et poursuivre des politiques qui ne sont nées du consensus du Peuple, n’ayant que pour vocation que la désintégration de la Nation. Regardez à droite, regardez à gauche, regardez au centre, et aux extrêmes, vous ne verrez ici que composition de cette abstraction, de cette déréliction qui se propose maître à penser du devenir de notre Peuple, un Peuple calciné sous la prévention et la protection de tout ce qui n’est pas lui-même, tourné en ridicule par les aphorismes privilégiés de la destruction qui se prétendent artistes, philosophes ou mieux encore scientifiques ! C’est à qui se nucléarisera le plus, c’est à qui crachera sur la France, c’est à qui comparera ses habitants à des sous-chiens, c’est à qui, avec la protection compatissante des exégètes de la vertu multiraciale qui sévissent dans la parodie de la justice devenue le fléau de toute Identité, dénigrera le droit naturel de tout être vivant d’appartenir à un Peuple, dont l’histoire biogéographique, compissée, dénaturée, broyée par la lamentable atrophie des incapables à vivre, à construire et à créer, devient un fardeau méthodiquement concaténé par la glue du pourrissoir médiatique qui impose. Le Droit d’être un citoyen dans un Peuple est en voie de disparition, le Droit d’être libre dans son propre pays est en voie de désintégration ! Vous ne le croyez pas, alors regardez autour de vous et prenez mesure de l’aune de votre liberté de penser, d’agir et de vous mouvoir, vous êtes désormais avec la Chine et l’Albanie les seuls pays où cette liberté n’existe plus depuis la mise en œuvre de Lois scélérates qui veulent imposer la pensée unique et ses venins morbides, l’acclamation de minorités au détriment du Peuple, la reconnaissance de communautés minoritaires  au détriment du Peuple,  toutes minorités qui au lieu de s’intégrer se parodient dans d’affligeantes rectitudes qui  s’initient dans une débauche d’orientations n’ayant rien à voir avec la Culture du Pays où elles ont fait souches, et qui en l’espèce, dissociées, se gargarisent dans leur impuissance à vivre et à créer, cette impuissance qu’elles voudraient communes à toutes les franges du Peuple qui les a accueilli. Avenue royale du Mondialisme, cette démarche des communautarismes permet de mettre en œuvre et la désintégration de la Nation et la désintégration du Peuple d’accueil. Facilitée par la migration dont les quotas sont fixés non pas dans le pays d’accueil mais au sein de l’organisation des Nations Unis, ces communautarismes s’amplifient et se congratulent, se récompensent et observent le moindre mouvement qui pourrait les combattre afin de les taire intellectuellement ou physiquement. Ils se veulent Loi et Droit, ils se veulent maîtres de ce qu’ils n’ont pas construits, ils se veulent des Droits avant que d’avoir des devoirs, et, portés par les médias de la destruction, encouragés par des politiques d’autruches, se mobilisent pour coordonner leur essor au sein de la Nation dont ils veulent devenir les élus providentiels. Est-ce cela le Peuple de ce jour ? Un peuple naguère forgé par le sang d’une Histoire commune dont les ethnies se sont réunies pour faire rayonner son espace bio géographique à travers toute la Terre, et qui ce jour se voit réduit à la portion congrue, digne de zoos où l’on voudrait bien le voir enfermé, pour faire place à une mosaïque sans nom qui s’invente un Pouvoir, le Pouvoir de la minorité sur le Pouvoir du Peuple ! Ce Peuple que l’on culpabilise à outrance, que l’on veut voir en génuflexion permanente, ce Peuple n’a-t-il donc plus d’autorité dans sa Nation ? On pourrait le croire devant le brouhaha continu des lampistes pavlovistes qui déversent sans arrêt des injures et des crachats sur sa réalité, cette réalité qui gène, car elle a toujours été  conquérante, cette réalité qui réduit à néant les l’œuvre des forçats de sa destruction, car la France n’est pas destruction mais construction permanente, il suffit d’ouvrir un dictionnaire des noms propres pour le savoir et pour continuer à le savoir ! Mais sait-on encore ouvrir un dictionnaire dans notre pays dont la culture est délaissée au pourrissoir crypto communiste marxiste, Gramciste et trotskiste ? Quoi qu’il en soit, le réveil sera ardu pour les défenseurs de cette mélopée d’abattoir, ce génocide culturel, ce génocide tout court de notre Peuple, car le Peuple, au-delà des apparences voit, et toujours dans notre Pays à su se redresser, en quelque circonstance que cela soit, de la manière la plus impitoyable qui soit, certes, mais toujours d’une manière salvatrice afin de rendre honneur à sa Nation et à son Peuple, un Peuple qui n’est pas fait de communautarismes mais d’individus libres et égaux qui marchent avec volonté vers le devenir afin d’assumer et faire vivre leurs enfants dans la Légalité du Droit retrouvé, dans un monde ouvert et non fermé sur le laminoir de l’indifférencié et ses consonances débiles martelées par l’atrophie et ses suppôts ! Pour conclure et paraphraser notre Président en fonction, soit on aime la Francet on se bat pour elle en s’intégrant non dans le cadre d’une mosaïque délétère, mais dans le cadre institué de son Peuple, détenteur du Pouvoir, soit on la quitte. Il serait peut être temps de mettre en application cette phrase naturelle dans le cadre de notre Etat qui s’en va à va l’eau devant les frénésies et les turpitudes d’une europe qui ne correspond à rien sinon qu’à complaire aux communautarismes les plus destructeurs pour notre Civilisation Occidentale qui n’a ni à rougir de ses actes et encore moins de son Histoire, qui n’a en aucun cas à faire acte de contrition et de génuflexion devant une quelconque autre Civilisation, et encore moins devant ce qui ne représente aucune civilisation et aucun Peuple, donc devant aucune création. Il en va de l’avenir de notre Peuple, de notre Nation, de l’Europe à créer, l’Europe des Nations, et non l’europe mosaïque que l’on nous présente comme la huitième merveille du monde alors qu’elle n’est qu’un tigre de papier dont les fondations reposent sur le sable le plus volatil, par faute de ce courage d’assumer la présence de ses Peuples, leur Histoire, leur grandeur, leur Honneur, pour laisser place au mondialisme apatride et sans racines qui ne se coordonne que dans l’essor de la destruction et de ses infamies les plus sordides, dont la mise en esclavage de l’Humanité n’est qu’un avatar parmi la multiplicité des fléaux qu’il prépare dans ses laboratoires les plus fermés ou veillent et dirigent la destruction, le paupérisme, le génocide organisé des Identités et des Nations, de cette Humanité dont nous sommes composante.

 

Communautarisms

 

When one becomes aware of the sordid existence of the communautarisms, developed ad infinitum by media outrecuidants having for will only the destruction of the Nation and his People, one finally includes/understands by whom and for what the stocks function which revolve this leaven of the destruction. They and they are there, to give you “morals”, a morals born in the excrement of the virtue of the génuflexion and the snaking, which one should acclaim to compose with the glorification of all that is not the People, of all that does not represent the Nation. There are only the blind men not to see this infamy and to continue policies which were not born from the consensus of the People, having only for vocation that the disintegration of the Nation. Look at on the right, look at on the left, look in the center, and to the extremes, you will see here only composition of this abstraction, this dereliction which proposes intellectual guide of becoming of our People, People calcined under the prevention and the protection of all that is not itself, turned into ridiculous by the privileged aphorisms of the destruction which are claimed still scientific artists, philosophers or better! It is with which will nucléarisera more, it is with which will spit on France, it is in which will compare its inhabitants with under-dogs, it with which, with the sympathizing protection of the exégètes of the multiracial virtue which prevail in the parody of justice become the plague of any Identity, will disparage the right natural of any living being to belong to People, of which biogeographic history, compissée, is denatured, crushed by the lamentable atrophy of the incompetents to living, to build and to create, becomes a burden methodically concaténé by the glue of the media steeping vats which imposes. The Right to be a citizen in People is in the process of disappearance, the Right to be free in its own country is in the process of disintegration! You do not believe it, then look around you and take measurement of the ell of your freedom to think, act and to drive you, you are from now on with China and Albania the only countries where this freedom does not exist any more since the implementation of Laws scélérates which want to impose the morbid doctrinaire approach and its venoms, the acclamation of minorities to the detriment of the People, the recognition of minority communities to the detriment of the People, all minorities which instead of being integrated are parodied in affligeantes straightnesses which are initiated in a vice of orientations having nothing to do with the Culture of the Country where they made stocks, and which in the species, dissociated, are gargarisent in their impotence to live and create, this impotence which they would like common to all the fringes of the People which accommodated them. Royal avenue of Mondialisme, this step of the communautarisms makes it possible to implement and the disintegration of the Nation and the disintegration of the People of reception. Facilitated by the migration whose quotas are fixed not in the Linked host country but organization of the Nations, these communautarisms develop and congratulent, reward and observe the least movement which could fight them in order to conceal them intellectually or physically. They want to be Loi and Right, they want to be main of what they did not build, they want to be Rights before to have duties, and, carried by the media of the destruction, encouraged by policies of ostriches, mobilize themselves to coordinate their rise within the Nation of which they want to become the providential elected officials. Is this that the People of this day? People at one time forged by the blood of a common History whose ethnos groups met to make radiate its geographical space bio through all the Earth, and who this day sees himself reduced to the adequate portion, worthy of zoos where one would like to see it well locked up, to make place with a mosaic without name who invents a Capacity, Capacity of the minority on the Capacity of the People! These People that one makes feel guilty with excess, which one in génuflexion permanent, these People want to see thus doesn't have more authority in its Nation? One could believe it in front of the continuous hubbub of the lamp makers pavlovists who pour without stop of the insults and spittles on his reality, this reality which gene, because it was always conquering, this reality which reduces to nothing work convicts of its destruction, because France is not destruction but permanent construction, it is enough to open a dictionary of the proper names for the knowledge and to continue to know it! But can one still open a dictionary in our country whose culture is forsaken with the steeping vats crypto communist Marxist, Gramciste and trotskist? At all events, the alarm clock will be difficult for the defenders of this monotonous chant of slaughter-house, this cultural genocide, this genocide very court of our People, because the People, beyond appearances sees, and always in our Country with known to rectify itself, in some circumstance that is, in the most pitiless way which is, certainly, but always in a saving way in order to return honor to its Nation and its People, People which are not made communautarisms but individuals free and equal who walk with will towards becoming it in order to assume and make live their children in the Legality of the found Right, in an open world and not closed on the rolling mill of undifferentiated and its weak consonances hammered by the atrophy and its henchmen! To conclude and paraphrase our President in function, either one likes Francet one fights for it of being integrated not within the framework of a noxious mosaic, but within the instituted framework of his People, holder of the Capacity, or one leaves it. It would be can be time to apply this natural sentence within the framework of our State which from goes away to goes water in front of frenzies and turpitudes of Europe which does not correspond to nothing if not which to take pleasure in the most destroying communautarisms for our Western civilization which does not have nor to redden of its acts and even less its History, which does not have to in no case to make act of contrition and génuflexion in front of any another Civilization, and even less in front of what does not represent any civilization and any People, therefore in front of any creation.  multiplicity of the plagues which it prepares in its most closed laboratories or takes care and directs the destruction, pauperism, the organized genocide of the Identities and the Nations, of this Humanity of which we are component.

© Vincent Thierry