Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Observatoire
Observatoire PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 29 Mai 2009 à 14:15

Observatoire

 

Nous y voici, dans cette dictature qui ne dit pas son nom, où l'arbitraire, en dehors des Lois se révèlent, où l'on peut être désormais contraint physiquement pour ne pas penser dans le cadre de l'hydre mondialiste! On arrête! On séquestre! On molleste! Parce que l'on ne pense pas comme les zombis, tels ces pauvres gens au sourire forcé à Lille, dans le cadre de la bataille électorale des dites européennes, derrière le digne représentant de ce parti nécrophage qui voudrait s'accroire représentant du Peuple, alors qu'il n'est que rouage des fers que l'on passe aux pieds des citoyens de notre Pays, ce qui prouve à quel point les loges maçonniques, défenseurs hier par excellence de la Liberté, sont désormais totalement phagocytées par les représentants de la Dictature pour accueillir en leur rang ce personnage, messager triomphant et onctueux du mensonge perpétuel. Mais notre débat n'est pas là aujourd'hui, notre débat pose la question de la Liberté dans notre pays, la liberté de s'exprimer, la liberté de penser, la liberté de critiquer, la liberté de s'habiller, la liberté de se réunir, la liberté d'association, la liberté tout court qui prends le chemin de la geôle étatique au noms de mensonges créés de toute pièce par la dictature en puissance que relaient les Etats en dépendance économique. A l'observatoire de la Liberté dans le monde, nous pouvons dire aujourd'hui que notre Pays devient lanterne rouge, la répression y est de plus en plus active, pour des motifs non justifiés qui, plus ils sont gros, passent dans le public comme une lettre à la poste. Dans notre Pays le seul droit d'émettre une opinion contredisant le mensonge permanent édicté en règle par le parti mondialiste qui se veut dominant, devient un acte de terrorisme, ah le terrorisme quelle belle invention pour maintenir les Peuples dans la nuit, à l'image de ces grippes porcines, il est désormais le leitmotiv des gouvernements qui n'ont d'autres mobiles que les assises de la mise en œuvre de la dictature mondiale de pseudos élites qui règnent sur les cadavres de l'Humanité, cadavres physiques en ces guerres opportunes pour défendre les intérêts économiques de quelques privilégiés, cadavres intellectuels, qui telles des toupies folles, s'ils veulent encore penser , encensent la gloire dictatoriale qui leur permet de s'exprimer dans et surtout uniquement dans le cadre de la pensée unique, cadavres spirituels, où l'impuissance régnante se dévoile dans le martèlement de l'ignominie à l'encontre de la religion multimillénaire qui guide l'espérance au profit de la fiction chtonienne d'un paganisme idéologique et bestial au saint nom d'une écologie putride, cadavres unitaires déployant leurs ailes afin de taire l'harmonie au profit de la dissension, par la déstructuration de la pensée, par le viol identitaire par colonisations forcées, par le mensonge graduel et impertinent de la bassesse vouée au pouvoir dans les domaines scientifiques, artistiques, philosophiques, cour des miracles qui s'adule et se prosterne, cour symbolique où l'on voit le serpent Ouroboros se mordre la queue et se dévorer lui même, enchantement du sida intellectuel qui règne et ce jour se déclame avec arrogance en stigmatisant la Liberté, et bien entendu en arrêtant dans l'arbitraire absolu par contrainte physique celles et ceux qui osent penser! Nous en somme là dans ce Pays à l'Histoire héroïque, les uns les autres sous le regard obscur d'une pléiade de prétoriens aux ordres installant sans que le Peuple ne le perçoive les miradors permettant de traquer la Liberté, vidéo surveillance, contrôle systématique de la pensée  notamment d'Internet, des téléphones portables, au nom du terrorisme, au nom de violences civiles, qui, le mensonge d'état étant permanent, devraient être étudiés sous l'angle de la manipulation générale, miradors donc, miradors enserrant ce Guantanamo que devient notre Pays, ce premier n'étant, ne nous leurrons pas qu'un petit galop d'essai avant une mise en œuvre de grande envergure! Quand on enferme un citoyen pendant plus de six mois pour délit de penser, lui imputant des crimes qu'il n'a pas commis, que l'on ne me dise un seul instant que notre Pays ne soit pas à l'image de Guantanamo désormais! Il faut être aveugle pour ne pas le voir, ou bien servile, être en accord avec cette contrainte dictatoriale! Ne nous leurrons pas, nous ne sommes qu'au début de cette ignominie, et si demain les cadavres flottent dans les fleuves et les rivières, se noient dans une flaque d'eau, disparaissent, comme en Argentine, on sera parfaitement pourquoi: crime d'opinion! Nous y allons tout droit si et si seulement notre Peuple dans la légalité de cette pauvre Démocratie désormais en haillons, ne se redresse pas et avec lui la restaure afin de renaître à la Liberté tant individuelle que publique!

 

Observatory

 

Us there here, in this dictatorship which does not say its name, where the arbitrary one, apart from the Laws appear, where one can be from now on physically constrained not to think within the framework of the hydre mondialist! One stops! One sequesters! One molleste! Because one does not think like the zombis, such these poor people with the smile forced in Lille, within the framework of the electoral battle of known as European, behind the worthy one representing of this party necrophagous which would like accroire being represented of the People, whereas it are only wheel of irons which one passes to the feet citizens of our Country, which proves at which point the maconnic cabins, defenders yesterday par excellence of Freedom, from now on are completely phagocytées by the representatives of the Dictatorship to accommodate in their row this character, messenger triumphing and consistent over the perpetual lie. But our debate is not there today, our debate raises the question of Freedom in our country, freedom to be expressed, freedom to think, freedom to criticize, freedom to get dressed, freedom to meet, the right of association, freedom very short which take the way of the official jail to the names of lies created of any part by the dictatorship in power that the States in economic dependence relay. To the observatory of Freedom in the world, we can say today that our Country becomes red lantern, repression is increasingly active there, for not justified reasons which, more they are large, pass in the public like a letter to the post office. In our Country the only right to emit an opinion contradicting the enacted permanent lie regulates some by the party mondialist which wants to be dominating, becomes an terrorist act, ah terrorism which beautiful invention to maintain the People in the night, with the image of these porcine influenzas, it is from now on the leitmotiv of the governments which have other mobiles only bases of the implementation of the world dictatorship of pseudos elites which reign on the corpses of Humanity, physical corpses in these convenient wars to defend the economic interests of some privileged people, intellectual corpses, which such of the insane spinning tops, if they want to still think, encensent glory dictatorial which enables them to be expressed in and especially only within the framework of the doctrinaire approach, spiritual corpses, where the reigning impotence is revealed in the hammering of the ignominie against the religion multimillénaire which guides the hope with the profit of the fiction chtonienne of an ideological and bestial paganism to the saint name of a putrid ecology, unit corpses spreading their wings in order to conceal the harmony from the profit of the dissension, by the destructuration of the thought, the identity rape by colonizations forced, the gradual and impertinent lie of the lowness dedicated to the capacity in the scientific disciplines, artistic, philosophical, court of the miracles which is adulated and prostrate, court symbolic system where one sees the Ouroboros snake biting the tail and even devouring him, enchantment of the intellectual AIDS which reign and this day déclame with arrogance by stigmatizing Freedom, and of course by stopping in the arbitrary absolute by physical constraint those and those which dare to think! We all in all there in this Country with the heroic History, the ones the others under the obscure glance of a pleiad the Praetorian ones with the orders installing without the People not perceiving it the watchtowers allowing to track the Freedom, video monitoring, routine inspection of the thought in particular of Internet, with the cellphones, in the name of terrorism, in the name of civil violences, which, the lie of state being permanent, should be studied under the angle of the general handling, watchtowers thus, watchtowers enclosing this Guantanamo which becomes our Country, this first not being, we do not delude only one hand gallop with test before an implementation of great scale! When one locks up a citizen during more than six months for offense to think, charging crimes to him that it did not make, which one does not say to me only one moment that our Country is not with the image of Guantanamo from now on! It is necessary to be blind not to see it, or servile, to be in agreement with this dictatorial constraint! We do not delude, we are only at the beginning of this ignominie, and so tomorrow the corpses float in the rivers and the rivers, drown in a water puddle pool, disappear, as in Argentina, one will be perfectly why: crime of opinion! We go there straight if and so only our People in the legality of this poor Democracy from now on haillons some, does not rectify ourselves and with him restores in order to reappear with Freedom as well individual as public!


© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Vendredi 29 Mai 2009 à 14:17 )