Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEBATS arrow POLITIQUE arrow POLITIQUE arrow Procès Politique
Procès Politique PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 24 Septembre 2009 à 15:52

Procès Politique

 

Lorsqu’un procès est politique, le prévenu est donné comme coupable. Il ne peut en être autrement. On ne peut être que consterné par l’impudeur qui règne dans le règne actuel, l’excellence de la trivialité qui se façonne aux remparts d’un pouvoir qui ne sera plus jamais ce qu’il a été, (mais l’a-t-il jamais été ?) devant le scandale des propos tenus par les uns et par les autres, servants et maîtres, qui se rengorgent de faire la justice là où la justice n’a pas tranchée. Et comment pourrait il en être autrement, la Justice étant désormais aux mains de l’exécutif ? Le procès auquel nous assistons fait ressortir dans sa splendeur ce que sont les héros d’hier,  imbus de leurs dérives, se croyant tout permis, se moquant de la Démocratie et des règles Démocratiques comme jamais cela ne s’est fait depuis que la République existe. Le concert des hyènes ne fait que commencer, cela est fort à craindre, car la vassalisation est de mise dans ce bestiaire où on se sert des uns et des autres pour asseoir une politique du désastre, un désastre pour la Nation, un désastre pour les Libertés, un désastre pour les Françaises et les Français qui petit à petit sont soumis à une reptation perfide qui sent le sentier d’une dictature qu’aucun d’entre nous ne souhaite pour notre Pays multimillénaire, dont l’Histoire ce jour se trouve clouée au pilori du mensonge et de la désintégration. De quel droit peut on se permettre de juger avant que tout jugement ne se fasse ? Sinon que pour sanctifier l’arbitraire qui tombe comme le couperet sur notre sol, où plus personne n’a le droit de dire, où plus personne n’a le droit de penser librement en dehors des rives particulièrement génocidaires qui sont implantées afin de gagner un calme précaire, le calme permettant toutes les insultes et tous les crachats sur ce qu’est la France, le calme permettant toutes les litanies des hordes au service qui, tels les chiens de leur maître, aboient l’ordure et l’insanité. Qu’on ne se trompe, le procès en cours est regardé par le multiple des Nations, et ce qu’il en voit, c’est l’accomplissement dans notre Pays, de cette servilité pour laquelle des milliers d’êtres Humains sont tombés en luttant contre elle, le royaume de l’indécence, le royaume du privilège, le royaume de l’abaissement et de la reptation organisés, cette fourberie comme cette hypocrisie qui laminent la pensée d’autrui et la réduisent à l’abjection. Nous sommes dans l’abjection, et le monde des Nations ne peut que s’interroger sur ce qui se passe dans notre Pays. Félicitons nous de cela, car autrement cela voudrait dire que tous les pays ont succombé à ce marasme du néant et de la virtualité qui veut guider les pas de l’Humanité, ce néo conservatisme qui a failli aux Etats-Unis et que l’on voudrait nous imposer dans notre Pays et en Europe. Ce n’est pas le cas, mais en attendant cela existe, existe chez nous en 2009. Il convient d’en prendre la mesure et dans le cadre de la Démocratie, s’assurer que demain ne ressemble pas à aujourd’hui, cet aujourd’hui où le dictat s’impose, ce demain où doit se restaurer l’Esprit de notre Nation, au-delà des fumeroles et du cirque de l’arbitraire qui se commet, au-delà de la stérilité et de ses inconséquences, ces fumisteries qui ne sont que de la poudre aux yeux pour noyer les serfs et les vilains que nous sommes devenus par l’arbitraire et ses férules. Un procès politique donc, vous en aviez douté ? Non, je ne le pense pas et convient-il désormais de mettre en œuvre toute contre mesure pour désintégrer ce fléau, à commencer par ne plus voter pour les moutons devenus de ce parti dont le fléau en loge (comment peut-il encore être Franc Maçon ? Cela est contraire à l’esprit de la Franc Maçonnerie que d’agréer à des propos aussi iniques !) le mène à une désintégration naturelle. Il convient de fonder un nouveau parti accueillant la Pensée réelle contre l’illuminisme de la virtualité et sa pacotille. Je n’ai ici besoin de citer qui en prendra la tête, et je suis assuré qu’il sera rejoint très rapidement par un nombre croissant qui ne peut plus supporter l’esprit moutonnier qu’on l’oblige à faire apparaître… A suivre.

 

Political lawsuit

 

When a lawsuit is political, the defendant is given like culprit. He cannot be about it differently. One can be only dismayed by the impudor who reigns in the current reign, the excellence of the commonplace which is worked with the ramparts of a capacity which will be never again what it was, (but it ever was it?) in front of the scandal of the remarks made by the ones and the others, being useful and main, which are rengorgent to make justice where justice did not slice. And how could it be different, Justice being from now on with the hands of the executive? The lawsuit to which we assist emphasizes in its splendor what are the heroes of yesterday, imbus of their drifts, being believed very allowed, making fun of the Democracy and the Démocratiques rules as ever that was not done since the Republic exists. The concert of the hyenas does nothing but start, that is strong to fear, because the vassalisation is of setting in this bestiary where one makes use of the ones and others to sit a policy of the disaster, a disaster for the Nation, a disaster for Freedoms, a disaster for the Frenchwomen and the French which gradually are subjected to a perfidious snaking which feels the path of a dictatorship that none among us wishes for our Country multimillénaire, whose History this day is nailed with the pilori of the lie and disintegration. Of which right can one allow oneself to judge before any judgment is not done? If not that to sanctify the arbitrary one which falls like the chopper on our ground, where nobody any more has the right to say, where nobody any more has the right to think freely apart from the particularly genocidary banks which are established in order to gain calm precarious, the calm one allowing all the insults and all spittles on what is France, the calm one allowing all the litanies of the hordes the service which, the such dogs of their Master, bark the refuse and insanity. That one is not mistaken, the lawsuit in progress is looked by the multiple of the Nations, and what he sees, it is the achievement in our Country, of this servility for which thousands of human beings fell while fighting against it, the kingdom of indecency, the kingdom of the privilege, the kingdom of the lowering and the snaking organized, this cheating as this hypocrisy which roll the thought of others and reduce it to the abjection. We are in the abjection, and the world of the Nations can only consider what occurs in our Country. Let us congratulate on that, because otherwise that would like to say that all the countries succumbed to this stagnation of nothing and the virtuality which wants to guide the steps of Humanity, this néo conservatism which failed in the United States and which one would like to impose to us in our Country and in Europe. It is not the case, but while waiting for that exists, exists on our premises in 2009. It is advisable to take of it measurement and within the framework of the Democracy, to make sure that tomorrow does not resemble today, this today where the dictat is essential, this tomorrow when must be restored the Spirit of our Nation, beyond the fumeroles and of the circus of the arbitrary one which is made, beyond sterility and of its inconsistencies, these stove settings which are only of the powder to the eyes to drown the serfs and the unpleasant ones who we became by the arbitrary one and its canes. Had a political lawsuit thus, you doubted it? Not, I and is it advisable does not think it from now on to very implement against measurement to disintegrate this plague, to start by not voting more for the become sheep of this party whose plague places some (how can it still be Franc Mason? That is contrary with the spirit of Frank Masonry to approve with such iniquitous remarks!) leads to a natural disintegration. It is advisable to found a new party accommodating the real Thought against the illuminism of virtuality and its shoddy goods. I do not require here to quote who will take the head of it, and I am assured that it will be joined very quickly by a growing number which cannot support the moutonnier spirit any more that one obliges it to reveal… To follow.

 

© Vincent Thierry

 

Dernière Mise à jour ( Lundi 28 Septembre 2009 à 01:20 )