Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Vous avez dit Démocratie ?
Vous avez dit Démocratie ? PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 17 Octobre 2009 à 10:35

Vous avez dit Démocratie?

Il fut un temps pour la Démocratie, qui aujourd'hui n'est plus qu'un souvenir sur notre terre de France. Ne parlons même pas de cette europe où les Pays floués de leur droit d'être se trouvent conjugués à l'excès dans une orientation dictatoriale dévouée au culte de l'économie dans sa trivialité la plus absurde, le mondialisme de la prébende. La Démocratie implique un discours, un partage des Idées, une résonnance, des conflits d'opinions, ici, en ce lieu où résonnent encore, mais pour combien de temps, avant que leur histoire ne soit réécrite, les voix de ceux qui ont fait la France, de ces Etres qui certes imparfaits ont témoigné à notre terre une fidélité légendaire et exemplaire jusqu'au don de leur vie. Aujourd'hui, rien n'évoque la grandeur ni l'honneur de ces Etres qui ont façonné notre Histoire et notre Géographie, sinon que pour vilipender leur souci de servir la France, et de faire rayonner sa Culture, sinon que pour salir dans le bestiaire devenu de la destruction de leurs heures leurs fait d'armes, leur gloire. Cette gloire qui leur a permis de faire naître la pensée Française en sa traduction physique par les Sciences, en sa traduction intellectuelle par la Philosophie et les Lettres, en sa traduction spirituelle par les Arts. Quelque soit le temps, le régime, il y eut toujours des Etres Humains pour aimer et faire resplendir notre terre de France dans ce qu'elle a de plus noble, de plus vigoureux, de plus téméraire, et l'exemple était là, dans le Pouvoir, un exemple incontournable où lorsqu'on était au service de la France, on se désintéressait de soi, on faisait don de sa personne, comme le Militaire au Combat fait don de sa Vie. Le rêve de la Démocratie abordé lors de la première Révolution, qui finit dans un abject holocauste, laissa place à l'Empire qui eut pu être une ouverture réellement Européenne, si l'Empire n'avait été lâché par tous les faiseurs de dettes, les inconsolables de la médiocrité. La République sur ses ruines est né dans les soubresauts d'une déshérence, celle de la restauration qui a vu affluer non pas l'Aristocratie, mais les parvenus d'une noblesse sans pitié, toute imbue de "privilèges" auxquels elle n'avait droit, et qui outrepassant une quelconque légitimité s'arrogea le droit révoltant de réduire à l'esclavage les enfants dans les mines, pour complaire à la servitude tout un Peuple, et bien d'autres par cette Terre. Tant bien que mal a survécu la Démocratie sous le fatras de ces affairistes et de ces corrompus au milieu desquels, se tenait encore la droiture, l'estime et non le paraître. Une première guerre dite mondiale, qui ne fut en aucun cas une guerre pour ceux qui la diligentèrent, banquiers et marchands en tout genre associés à la destruction de la Jeunesse Européenne, eut pour effet de voir la catalyse de leur souhait, la naissance de l'usurpation du politique par l'Economique, enhardie jusqu'aux tréfonds de l'Asie par la destruction d'un trône au profit du communisme larvaire initiant le servage acclamé. Cette route ne suffisait il fallait enhardir cette modeste conquête, et dans l'illumination la plus critique se dessinaient déjà les oriflammes de la seconde guerre, créée elle même de toute pièce afin de saillir cette Europe qui tentait de redresser la tête en créant le Conseil des Nations, afin de taire dans l'œuf le génie civilisateur de cette Europe encore debout malgré le bain de sang ayant décimé sa future génération, tous ces scientifiques, tous ces philosophes, tous ces artistes, tous ces créateurs morts au champ d'honneur, dans une horreur imprescriptible! La France à peine relevée de ce conflit mortel se retrouvait de nouveau assignée à cette morbide insanité, combattant ce qu'elle pensait être l'ennemi souverain, le national socialisme qui n'est autre qu'une expression du communisme en son autorité, ce qui permettait au communisme de devenir son allié dans ce combat, un allié dangereux à souhait de l'esclavage affirmé, dont le souhait n'était que main mise de son espace pour configurer son Empire morbide, sous le regard bienveillant de ses maîtres payeurs et maîtres chanteurs qui attendaient leur heure. Equilibre sordide, voyant comme jamais les camps de concentration expurger les rêves Humains, tant dans la prêtrise communiste que dans la prêtrise national socialiste, hydre à deux têtes consommées, doigts de la main manipulatrice qui se joue de la vie afin de parfaire son autorité de nain. Ce second bain de sang épuré, la Démocratie en ce jeu ignoble n'existait plus que par phasme interposé, et si rupture n'avait pas été la politique annoncée par celui qui avait encore le goût de la France, que l'on aime ou que l'on n'aime pas d'ailleurs (je parle du personnage), la France ne se serait redressée et n'aurait repris son chemin. Mais vers quel destin? La perte de son Empire, par falsification de l'Histoire, la perte de son Identité par viols successifs de son intégrité agencée par une Organisation des Nations Unis initiée par une prêtrise dominatrice qui n'avait pour désir que de finaliser le règne de l'économie sur le Politique, pâle reflet de la Société des Nations, usurpation dont le témoignage ressemble beaucoup plus à une cour des miracles qu'à une cour d'autorités naturelles, par désintégration culturelle, le laid transperçant le beau pour acculturer et réduire la capacité créatrice, dans la littérature, dans la Poésie, dans la Peinture, dans la Sculpture, dans l'architecture, afin d'avilir, de destituer, génocide culturel dont cette décennie porte les relents de purulence en pavois, afin de stigmatiser l'Identité dans tout ce qu'elle a de noble et de vitale pour la société. La renaissance fut de courte durée, l'indépendance énergétique et militaire déjà agonisante sous les coups alliés de la perversité dénaturant l'Identité, tandis qu'en Chine déjà s'instaurait un autre doigt de cette main réduisant au néant les aspirations de son Peuple sous le joug d'une auto mutilation intellectuelle et spirituelle, et que des guerres larvaires permettaient d'établir dans l'esprit des Peuples conquérants une ardeur auto destructrice qui les préparaient à succomber au troisième assaut, dont nous connaissons les prémisses actuellement, un assaut contre la Vie elle même, par culpabilisation criminelle née d'une écologie politique ignorante, faisant fi du réel afin d'inventer un virtuel, dans lequel la Démocratie lentement s'enlise jusqu'à n'être plus qu'un point dans la sphère des pouvoirs qui ne se disputent pas, je vous rassure, mais se conjoignent à souhait afin que l'Humain deviennent ce non-être acceptant sa servilité devant leur caste médiocre, de nazi-communiste. Nous n'en sommes pas encore là, mais nous n'en sommes pas loin, et si nous regardons notre propre espace géopolitique, la France, nous pouvons y voir figurer ces hospices: un monde politique dévoué à l'économique, n'ayant plus droit de battre monnaie, où ne se distinguent ni droite ni gauche et encore moins les extrêmes, tous archaïsmes qui ne sont là que pour amuser les Peuples, une acculturation pratiquement totale au service du mondialisme le plus introverti, une identité qui bientôt ne sera plus qu'un souvenir devant l'afflux exogène béni par l'ONU, une culpabilisation stérilisante qui fait réagir notre Peuple, comme le chien de Pavlov, qui en vient à haïr ses racines, qui en vient à haïr sa constitution biologique, sa constitution historique, sa constitution d'Etre Humain, pour ne plus que s'abaisser dans une reptation et une soumission bestiale, une déperdition totale de l'indépendance énergétique et militaire, par anorexie pavlovienne, une Démocratie qui n'existe plus, flouée par le vermifuge médiatique, le clinquant, la verroterie, où se rengorgent les prédateurs de tous acabits de la servilité mondaine, ces philosophes du néant, ces équarisseurs scientifiques, ces artistes de la dépravation, dont les sommets se conjoignent dans une orgie putride de domestiques du pouvoir qui se confluent les uns les autres dans la désintégration de tout ce qui a fait la grandeur de la France, de tout ce qui a fait resplendir son Honneur. Il n'y a plus rien, le saviez vous? Nous marchons au milieu des ruines fumantes de notre civilisation, pendant que l'orgie se distribue 140 milliards de dollars, et que nos banquiers s'empressent de restituer à l'Etat ce don inespéré de la dette à long terme de nos arrières arrières petits enfants, afin que comme leurs héros ils se distribuent une manne céleste basée sur le virtuel, tandis que les entreprises font faillites, que le chômage s'accentue, que la paupérisation s'accélère, que les moyens de soins, hôpitaux et services ferment à la vitesse de l'éclair, que les écoles deviennent des champs de bataille privilégiés, que les zones de non droit prolifèrent, que les acquis sociaux se réduisent comme peau de chagrin, que le servage par l'intermédiaire de l'espionnage des conversations privées, des courriers privés, des habitudes de navigation sur internet, de chacun de nos concitoyens sont catalogués, pesés, ( pour mieux les soustraire à la société dans des camps de rééducation, ces magnifiques camps de concentration dont 800 ont été construits aux Etats Unis pendant l'Ere des néo conservateurs?, et qu'en est-il chez nous, il serait peut être temps de s'y intéresser!), que la Liberté s'amenuise à une vitesse vertigineuse, cette Liberté essentielle à l'épanouissement des Peuples! Et d'aucuns s'étonnent aujourd'hui que les pantins politiques font ce qu'ils veulent, nomment qui ils veulent, destituent qui ils veulent, que leur cour ne soit qu'une cour de proches et d'intimes, à qui l'on passe toute réflexion, leur donnant droit de faire accroire que par leurs voix la France défend le viol et la pédophilie, la guerre à outrance en Iran, la guerre à outrance en Irak, la guerre! Dans ce désert, entendre ces lamentations qui sont tus au premier coup de semonce des apprentis de la dictature, soumis à l'économique, prêterai presque à rire si ce n'était à pleurer. Un pouvoir Politique qui n'existe plus fait ce qu'il veut dès l'instant où il se sent conforté par ce qui relève du pouvoir Economique, et comment pourrait-il aujourd'hui, faire autrement ou du moins en être autrement? Qui dirige la France le Politique ou l'Economique? Bien entendu l'Economique, ne soyons pas aveugles, comme la plupart des Pays par ce petit Monde. Lorsqu'on a compris que cela est ainsi, par pitié, que l'on ne vienne parler de Démocratie, le Pouvoir par le Peuple, pour le Peuple, n'existe plus depuis belle lurette! Ici n'existent plus que des prébendiers et des corsaires inféodés qui cherchent à accaparer le pouvoir en ses avantages mais certainement pas en ses devoirs. Bien disciplinés, le pouvoir leur sera remis, et votre bulletin de vote n'y changera rien. Vous votez "à droite", bien, vous votez "à gauche", bien, il n'en demeure pas moins que les prétendants qu'ils soient de "droite" où de "gauche" sont au service de l'Economique, vous n'y pouvez rien. Quels sont les meilleurs amis du monde actuellement dans notre petit monde : il y en a un qui se dit "de droite" en France et un autre qui se dit "de gauche" au FMI. Lorsque vous aurez enfin compris qu'il en est ainsi, vous comprendrez que ce que vous voterez n'a aucune importance dans la litière de la dictature qui s'avance. Ce constat est un constat d'échec pour la Démocratie qui n'est qu'un mot et une serpillère pour certains. Le reste n'est qu'amusement, chronique de la folie ordinaire qui s'accroit! Nous sommes à des années lumière du règne des Elites comme de la Capacité, nous sommes sur le strapontin de la déshérence et de l'accoutumance, sauf si un réveil se produit, un réveil naturel des Peuples et du notre en particulier, ce dont je ne doute pas, notre Histoire non réécrite le prouvant de multiples fois. Ce réveil ne peut être effectué que dans le cadre de la légalité la plus absolu, dans le cadre de cette Démocratie dont les Pouvoirs n'osent encore remettre en question la réalité, malgré la désintégration qu'ils cherchent à moduler à son encontre. La Légalité, c'est le droit de s'associer et de créer un parti qui ne soit inféodé à aucune des contritions du servage ambiant actuel, accueillant toutes les femmes et les hommes de bonne volonté, qui seront quitter leurs oripeaux d'appartenance et de prébendes, de gauche comme de droite , qui seront constituer une armature solide, résistant aux assauts de cette tentative morbide de désintégration de la Nation, une armature dévouée n'ayant d'autre volonté que la restitution de l'Etat de Droit et de Devoir, emmenant avec lui la majorité de nos concitoyens ce jour floués dans leurs opinions, dans leur Liberté, dans leur épanouissement, par le coup d'état permanent de la morbidité condescendante qui fait œuvre de figuration. Une armature digne qui sera placer en chaque Mairie, à l'Assemblée Nationale, au Sénat, des femmes et des hommes de capacité et non des hommes et des femmes qui ne recherchent que leur satisfaction personnelle au détriment de la collectivité, dans tous les rouages de l'Etat à quelques niveaux que ce soit. Une armature inflexible qui sera commettre Femme ou Homme à l'élection présidentielle, avec pour programme la rénovation de la France, non pour son asservissement, mais pour son rayonnement, développant des mesures énergiques pour destituer le sabordage de l'indépendance nationale prioritairement au  niveau énergétique par une politique nucléaire sans égale, pour reprendre  économiquement le droit de battre monnaie et ainsi ne pas payer indument des milliards et des milliards d'intérêts à des banques transnationales qui vivent de sa dette, pour restaurer l'Agriculture et l'industrie dans notre Pays, je ne rappellerai jamais assez que nous étions le grenier de l'Europe, et que notre Industrie n'avait à rougir de personne, pour revitaliser la Culture dans ce qu'elle a de dynamique et éducatrice, et non de perverse et culpabilisatrice, pour initier un développement durable qui rejettera l'écologie politique putride au profit de la mise en œuvre  d'une révolution industrielle basée sur le capital Humain, pour rendre à la Défense Nationale ses lettres de noblesse qui ne sont pas de courir le monde mais bien de défendre le territoire national, et en fonction de ses alliances, la sûreté des frontières alliées tant sur mer, que sur terre, que dans les airs, d'initier une réforme totale du cadre Européen, par la mise en œuvre d'une Europe des Nations, qui n'a pas pour but de réguler les échanges entre Nations mais de conseiller, et en aucun cas de voter des lois arbitraires qui ont créé le lit de la dictature que nous connaissons actuellement dans les pays qui se sont joint à cette tour de Babel sans queue ni tête, sinon celles de l'asservissement des Peuples. Il est évident que cela peut paraître utopique au regard du carcan qui entoure actuellement les bonnes volontés. Il faut savoir briser ce carcan et pour cela je le répète, faut il insinuer tous les partis, tous les syndicats, toutes les sociétés de pensées, du plus bas au plus haut niveau afin de créer un contre pouvoir qui permette la régulation et la destitution des fléaux auxquels nous assistons. Non, l'Etre Humain n'est pas impuissant face à ce carcan, encore faut-il qu'il reprenne courage et volition dans l'accomplissement de ce qui sera, car la Dictature ne dure jamais très longtemps, 76 ans pour le communisme, une trentaine d'années pour le national socialisme, et je pense moins de cinquante ans pour ce nazi communisme auquel nous sommes confrontés. Internet est déjà un fer de lance, n'hésitez pas à l'investir par sites composés, blogs, forums, afin de faire rayonner notre expression. Il est le premier contre pouvoir qui a su taire l'arrogance d'une vaccination massive à l'aide d'un produit hautement dangereux pour l'Etre Humain, pour lequel ont déjà été déposé des plaintes pour tentative de crime contre l'Humanité. Le recul des pouvoirs face à cette insanité devrait pouvoir faire réfléchir bon nombre d'entre vous. Nous sommes au milieu des ruines, mais nous pouvons nous redresser, ceci n'est pas difficile si on se donne la peine de réfléchir. Je pense ici aux hommes et femmes politiques, non inféodés à l'entreprise de destruction à laquelle nous assistons, qui sont déjà en place dans certains partis, et qui, tout le monde n'est pas subordonné aux prébendes, pourraient faire exploser les contraintes des dits partis en créant ce Parti de la Rénovation Démocratique, et je leur dis : " Que préférez vous? Gouverner des Etres Humains libres, ou bien des non-humains asservis? Voulez vous continuez à vous fondre dans le moule de l'abjection qui condamne l'Etre Humain à l'euthanasie programmée ou bien vous surprendre à vous élever en élevant l'Etre Humain à son épanouissement?". A suivre...

 

You said Démocratie?

It was a time for the Democracy, which today is nothing any more but one to remember on our ground of France. Let us not even speak about this Europe where the floués Countries of their right to be are combined with excess in a dictatorial orientation devoted to the worship of the economy in its commonplace absurdest, mondialism of the emolument. The Democracy implies a speech, a division of the Ideas, a resonance, conflicts of opinions, here, in this place where still resound, but for how long, before their history is not rewritten, voices of those which made France, of these Beings which certainly imperfect testified with our ground a legendary and exemplary fidelity until the gift to their life. Today, nothing evokes the size nor the honor of these Beings which worked our History and our Geography, if not that to vilify their concern of serving France, and of making radiate its Culture, if not which to dirty in the become bestiary of the destruction of their hours their feat of arms, their glory. This glory which enabled them to give birth to the French thought in its physical translation by Sciences, in its intellectual translation by Philosophy and the Letters, in its spiritual translation by Arts. Some is time, the mode, there were always Human beings to like and make resplendir our ground of France in what it has of nobler, of more vigorous, of bolder, and the example was there, in the Capacity, an example impossible to circumvent where when one was with the service of France, one ignored oneself, one made gift of his person, like the Soldier with the Combat makes gift of its Life. The dream of the Democracy approached at the time of the first Revolution, which finishes in a contemptible holocaust, left room to the Empire which could have been an opening really Européenne, if the Empire had not been released by all the makers of debts, the inconsolable ones of the mediocrity. The Republic on its ruins was born in the sudden starts from a déshérence, that of the restoration which saw flowing not the Aristocracy, but the parvenus of a nobility without pity, all imbue of “privileges” to which it did not have right, and which exceeding any legitimacy assumed the right revolting to reduce to slavery the children in the mines, to take pleasure in the constraint a whole People, and well of others by this Ground. After a fashion survived the Democracy under will fatras of these racketeers and of these corrupted in the medium of which, was still held uprightness, the regard and not to appear it. A first war known as world, which were not to in no case a war for those which diligentèrent it, banking and merchants in any kind associated with the destruction with European Youth, caused to see the catalysis of their wish, the birth of the usurpation of the policy by the Economic one, enhardie to the subsoils of Asia by the destruction of a throne to the profit of larval Communism initiating acclaimed serfdom. This road was not enough it was necessary to enhardir this modest conquest, and in the most critical illumination took shape already the streamers of the second war, created it even of any part in order to cover this Europe which tried to rectify the head by creating the Council of the Nations, in order to conceal in egg the civilizing genius of this Europe still upright in spite of the blood bath having decimated its future generation, all these scientists, all these philosophers, all these artists, all these creators died in the field of honor, in an imprescriptible horror! France hardly raised of this mortal conflict found itself again assigned with this morbid insanity, combatant what she thought of being the sovereign enemy, the national socialism which is not other than an expression of Communism in its authority, which made it possible Communism to become its ally in this combat, a dangerous ally with wish of affirmed slavery, whose wish was only put hand of its space to configure its morbid Empire, under the benevolent glance of its Masters payers and main singers who waited their hour. Sordid balance, seeing like never the concentration camps expurger the Human dreams, as well in the communist priesthood as in the socialist priesthood national, hydre with two consumed heads, fingers of the hand manipulator which is played of the life in order to perfect its authority of dwarf. This second blood bath purified, Democracy in this play wretched existed more but by phasme interposed, and if rupture had not been the policy announced by that which still had the taste of France, that one likes or that one does not like besides (I speak about the character), France would not have rectified itself and would not have taken again its way. But towards which destiny? The loss of its Empire, by falsification of the History, the loss of its Identity by successive rapes of its integrity arranged by an Organization of the Nations Plain initiated by a dominating priesthood which had as a desire only to finalize the reign of the economy on the Policy, pale reflection of the Company of the Nations, usurpation whose testimony resembles much more at one court of the miracles that at a court of natural authorities, by cultural disintegration, the ugly one transpiercing the beautiful one for acculturer and to reduce the creative capacity, in the literature, Poetry, Painting, the Sculpture, in architecture, in order to degrade, to relieve, cultural genocide of which this decade carries the relents of purulency in bulwark, in order to stigmatize the Identity in all that it has of noble and of vital for the company. The rebirth was of short duration, energy independence and soldier already failing under the allied blows of perversity denaturing the Identity, while in China already another finger of this hand reducing to nothing was established the aspirations of its People under the yoke of a car mutilation intellectual and spiritual, and that larval wars made it possible to establish in the spirit of the People conquerors a heat destroying car which prepared them to succumb to the third attack, of which we currently know the premises, an attack against the Life it even, by criminal culpabilisation born from an ignorant ecology policy, despizing reality in order to invent virtual, in which the Democracy slowly enlise until not being any more but one point in the sphere of the capacities which do not dispute, I do not reassure you, but conjoignent myself with wish so that the Human one become this non-being accepting its servility in front of their poor caste, of Nazi-Communist. We are not yet there, but let us not be we far, and if we look at our own geopolitical space, France, we can see there appearing these old people's homes: a political world devoted to economic, not having more right of coinage, where are distinguished neither right-hand side nor left and even less the extremes, all archaisms which are there only to amuse the People, a practically total acculturation with the service of the most introverted mondialism, an identity which soon will be nothing any more but one to remember in front of the exogenic surge blessed by UNO, a sterilizing culpabilisation which makes react our People, like the dog of Pavlov, who comes from there to hate his roots, which come from there to hate his biological constitution, his historical constitution, its constitution of Human being, more but to drop in a snaking and a bestial tender, a total loss of energy independence and soldier, by Pavlovian anorexia, a Democracy which does not exist any more, flouée by the media vermifuge, the foil, small glassware, where are rengorgent the predatory ones of all qualities of fashionable servility, these philosophers of nothing, these scientific squarers, these artists of the depravity, whose tops are conjoignent in a putrid orgy of servants of the capacity which confluent ones others in the disintegration of all that made the size of France, of all that made resplendir its Honor. There is nothing any more, knew it? We walk in the middle of the smoking ruins of our civilization, while the orgy distributes 140 billion dollars, and that our bankers hasten to restore in the State this unhoped-for gift of the long-term debt of our back backs small children, so that as their heroes they distribute a celestial basket based on the virtual one, while the companies go bankrupt, that unemployment is accentuated, that impoverishment accelerates, that the means of care, hospitals and services close at the speed of the flash, that the schools become privileged battle fields, that the zones of nonright proliferate, that the social skills are reduced like shagreen, what are serfdom via the espionage of the private conversations, the private mails, the practices of navigation on Internet, each one of our fellow-citizens catalogued, weighed, (for better withdrawing them from the company in camps of rehabilitation, these splendid concentration camps of which 800 were built in the United States during the Era of the preserving néo? , and that it is on our premises, it would be can be time to be interested in it!), how Freedom is reduced at a vertiginous speed, this Freedom essential with the blooming of the People! And by aucuns are astonished today that the political puppets do what they want, name which they want, relieve which they want, that them court is only one court of close relations and close friends, to which one passes any reflection, giving them right to make accroire that by their voices France defends the rape and the pedophilia, the all-out war in Iran, the all-out war in Iraq, the war! In this desert, to hear these lamentations which are concealed from the first warning of the apprentices of the dictatorship, subjected to the economic one, will almost lend to laugh if were not to be cried. Could a Politique capacity which exists more done only there wants as of the moment when it feels consolidated by what concerns the Economique capacity, and how today, to differently make or at least to be about it differently? Who directs France the Policy or the Economic one? Of course the Economic one, let us not be blind, like the majority of the Countries by this small world. When it was understood that is thus, by pity, that one does not come to speak about Democracy, the Capacity by the People, for the People, does not exist any more since beautiful lurette! Here exist nothing any more but pledged prebendaries and corsairs who seek to monopolize the capacity in his advantages but certainly not in his duties. Disciplined well, the capacity will be given to them, and your ballot paper will change nothing there. You vote “on the right”, well, you vote “on the left”, well, it does not remain about it less than the applicants who they are of “right-hand side” where of “left” are with the service of Economic, you cannot nothing there. Which are currently the best friends of the world in our small world: there is of them one which is said “of right-hand side” in France and another which is said “of left” to the IMF. When you finally understand that it is thus, you will understand that what you will vote does not have any importance in the litter of the dictatorship which advances. This report is an acknowledgment of failure for the Democracy which is only one word and a floorcloth for some. The remainder is only recreation, chronicle of the ordinary madness which increases! We are at years light of the reign of the Elites like of Capacity, we are on the folding seat of the déshérence and habituation, except if an alarm clock occurs, a natural alarm clock of the People and our in particular, that of which I do not doubt, our not rewritten History proving it of multiple times. This alarm clock cannot be carried out that within the absolute framework of legality, within the framework of this Democracy whose Capacities do not dare yet to call in question reality, in spite of the disintegration which they seek to modulate in its opposition. Legality, it is right to associate and to create party which is not pledged with any the contritions of current serfdom ambient, accommodating all women and men of good will, which will be to leave their tinsels of membership and emoluments, of left like line, which will be to constitute a reinforcement solid, resistant to the attacks of this morbid attempt at disintegration of the Nation, a devoted reinforcement having of another will only the restitution of the Rule of law and of Having, taking along with him the majority of our fellow-citizens this day floués in their opinions, their Freedom, in their blooming, by the blow of permanent state of the condescending morbidity which makes work of figuration. A reinforcement worthy which will be to place in each Town hall, with the National Assembly, the Senate, of the women and the men of capacity and not of the men and of the women who seek only their personal satisfaction with the detriment of the community, in all the wheels of State on some levels that it is. An inflexible reinforcement which will be to make Femme or Man with the presidential election, with for program the restoration of France, not for its control, but for his radiation, developing energetic measurements to firstly relieve scuttling of national independence at the energy level by a nuclear policy without equal, economically to take again the right of coinage and thus not to unduly pay a billion and a billion interests at transnational banks who live of her debt, to restore Agriculture and industry in our Country, I will never recall enough that we were the attic of Europe, and that our Industry did not have to redden of anybody, for to revitalize the Culture in what it has of dynamics and teacher, and not of perverse and culpabilisatrice, to initiate a sustainable development who will reject the putrid ecology policy with the profit of the implementation of an industrial revolution based on the human capital, to return to National defense its noble letters which are not to run the world but to defend the national territory well, and according to its alliances, the safety of the so much allied borders on sea, which on ground, that in the airs, to initiate a total reform of the Européen framework, by the implementation of Europe of the Nations, which does not have for goal to control the exchanges between Nations but of advising, and in no case to vote arbitrary laws which created the bed of the dictatorship that we currently let us know in the countries who joined this tower of Babel without tail nor head, if not those of the control of the People. It is obvious that can appear utopian taking into consideration yoke which currently surrounds the good wills. It is necessary to know to break this yoke and for this reason I repeat it, is necessary it to insinuate all the parties, all the trade unions, all the companies of thoughts, low with the more high level in order to creating against being able which allows the regulation and the dismissal of the plagues to which we assist. Not, the Human being is not impotent vis-a-vis this yoke, still is necessary it that it takes again courage and volition in the achievement of what will be, because the Dictatorship never lasts very a long time, 76 years for Communism, about thirty years for the national socialism, and I think less than fifty years for this Nazi Communism with which we are confronted. Internet is already a spearhead, do not hesitate to invest it by composed sites, blogs, forums, in order to make radiate our expression. It is the first against being able which knew to conceal the arrogance of a massive vaccination using a highly dangerous product for the Human being, for which were already deposited complaints for attempt at crime against Humanity. The retreat of the capacities vis-a-vis this insanity should be able to make reflect good number among you. We are in the middle of the ruins, but we can rectify ourselves, this is not difficult if one tries hard to reflect. I think here of the men and political women, nonpledged to the company of destruction to which we assist, who are already places from there in certain parties, and which, everyone is not subordinated to the emoluments, could explode the constraints of the known as parties by creating this Party of the Democratic Restoration, and I say to them: ” That prefer? To control free Human beings, or many not-human controlled? Want continue yourself to melt you in the mould of the abjection which condemns the Human being to the programmed euthanasia or to surprise you to raise you by raising the Human being with its blooming? “. To follow…

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Samedi 17 Octobre 2009 à 10:40 )