Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow Le bel édifice
Le bel édifice PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Dimanche 04 Juillet 2010 à 11:48

Le bel édifice

Le bel édifice s'écroule sous les feux d'une actualité sans remords qui démontre la culpabilité de certains qui s'imaginent toujours au dessus de tout soupçon alors qu'ils trempent dans le sordide. Alors qu'en France on s'apprête à réduire à peau de chagrin les acquis sociaux de tout un Peuple dont les ascendants sont morts sous les balles pour les obtenir, la curée des bellâtres ne cesse d'horrifier. Alors qu'en France on sonne des vétilles pour faire accroire à un costume de moralité des prédateurs qui se veulent règne et entonnent les louanges d'un régime strict, qui n'est qu'un placé beau et en aucun cas l'image d'une réalité sereine et transparente, le troupeau des bellâtres défend celui qui est touché par la lame de fond du mariage des intérêts privés dans le cadre d'une fonction ayant pour couronnement l'intérêt général. La France est devenue le repère de tout ce qui s'approprie, de tout ce qui se conjugue dans la persévérance de la forfaiture, du vol, de la supercherie, de l'illusionnisme, il n'y a rien a espérer de ce gruau de l'inconséquence et de la fanfaronnerie. Tout est pourri, des pieds à la tête, et de la tête aux pieds, et ce ne seront les moralistes accouplés à une mendicité de larves qui y changeront quelque chose. L'affaire qui secoue les tribunes est ici d'une clarté fascinante sur la supercherie qui se joue vis à vis du Peuple de France, ce Peuple que l'on trait comme une vache alors que dans le respect de l'égalité, qui n'existe plus désormais, des milliards s'évaporent pour le plaisir de partis iniques et ignobles qui, sous les grimaces de leurs opportunistes se voudraient clairs, alors qu'ils sont d'une noirceur sans commune mesure. Si l'on voulait prouver la connivence existant entre les partis et l'argenture, ici est le lieu, ici est le dédale  de la féodalité qui se veut gouvernante du Peuple alors qu'elle n'est que chien fidèle de cohortes en brumes qui se gaussent de la pauvreté, qui ne vivent que sur le sang et les larmes, la sueur et la peine de celles et de ceux qui travaillent! Cette puanteur glauque issue du ravinement du Politique par rapport à l'Economique marque désormais la frontière inégalée qui existera entre les prédateurs et les Peuples, qui ne pourront, sauf à penser que l'idiotie congénitale les broient, agencée en cela par des médias débiles et délirants aux ordres de ces mêmes sous-politiques. Le Peuple de France doit se réveiller, et demander les noms des vingt sept qui se cachent dans les dossiers des ministères requis et aux ordres, car la Femme que l'on accuse, n'est qu'une personne parmi le caravansérail qui, ignorant la Loi, cache son butin dans les coffres lourds de dizaines de Pays où l'on ne fait que son métier de banquier. Des milliards dus à l'Etat Français dorment dans ces banques, et il conviendra qu'ils reviennent dans ses caisses afin de cesser de faire payer aux Françaises et aux Français le laxisme coordonné des pilleurs de notre Nation, des voleurs de grands chemins qui cachent leur répugnance sous les accents d'un mondialisme qui leur fait accroire qu'ils sont au dessus de toutes les lois, les lois des Nations, les Lois Humaines, ces humains dont ils se servent comme esclaves! Il suffit de ces auto défense de la pourriture qui sévit dans tous les partis comme dans toutes les Nations. Les Peuples doivent coordonner leurs efforts pour se libérer de ce fardeau de corrupteurs, d'intrigants, de Rastignac qui prolifèrent comme les rats à bord des navires en haute mer. Que l'Etat, par l'Etat j'entends le Peuple et ses véritables représentants, non ces larbins putrides, fasse son travail, tire la laine de cette pelote absolument délirante, et tomberont alors tous les caciques de la pudibonderie, tous les moralistes de pacotilles qui ne vivent que par les miettes de ce miroir aux alouettes qui les tient debout, alors ce miroir se fracassera et dévoilera où va l'argent, pourquoi il existe un tel déficit, qui créé le déficit, et pourquoi il le créé, alors tomberont en disgrâce la pourriture et ses servants, les tenanciers de ce bordel légal, qu'il soit National ou international, qui veut que les prostituées et prostitués soient les citoyennes et les citoyens des Nations, complaisant au plaisir de ces non-humains qui se veulent gouvernants pour cacher la misère répugnante de leur non-intelligence sous le factice et la pacotille. Face à ce ras de marée, on verra alors tout un peuple de commis politique déserter les bancs des assemblées, rendre leur tablier, se cacher au plus profond des campagnes, et ils et elles seront nombreux à disparaître du champ de la politique, manipulée par le calvaire de cette économie de pirates et de violeurs de Peuples. Ces incapables seront enfin éliminés du champ de la Politique, de la vraie Politique, celle servant à élever les Peuples et non les réduire en esclavage. Ces incapables qui se réunissent et se circonscrivent dans l'admiration du pourrissoir qui sévit, incapables de prendre des mesures politiques, incapables de prendre des mesures naturelles, et l'on comprend mieux pourquoi avec cette Affaire qui cingle de plein fouet les prébendiers en tout genre qui sévissent dans notre Nation, à l'image des fous de Dieu, fous de fric, d'argent, dussent-ils complaire au déshonneur, à la forfaiture, à la trahison, à l'ignominie, tenus qu'elles et ils sont par des loges devenues des cloaques, par des chimères économiques, des "coups", bestiaires grouillant dans toutes les arcanes des Etats, comme autant de vers sur la plaie qu'ils infligent aux Peuples. Il est trop tard pour masquer cette imposture. Et nous ne remercierons jamais assez les Helvètes de passer aux actes pour dénoncer cette ignominie, et faire apparaître au delà de l'arbre qui cache la forêt, la forêt immonde de sangsues qui se gorgent du sang du Peuple de France qui devrait rembourser un endettement dont il n'est en aucun cas responsable. Il suffit de l'outrance! les françaises et les Français n'ont pas à subir l'avanie affligeante du parasitisme qui grève ses finances, les finances doivent être remises à niveau, globalement, et les milliards disparus mystérieusement réinjectés dans ce "déficit" programmé pour détruire la Nation. Car croyez vous un seul instant que ce déficit n'ait pas été programmé? Il serait temps de se réveiller et de voir la réalité en face, cette réalité dont le premier fil vient de se révéler, et qui n'est comme je l'ai dis plus haut qu'un fil de la pelote qu'il convient désormais de mettre à plat, totalement, car ce qui se passe en France se passe de la même manière dans le cadre d'un certain nombre de Pays, et notamment des Pays Européens, désormais sous le joug d'une économie dirigiste qui ne se met en place que pour masquer cette infamie qui grève toutes les Nations, et que les Peuples devraient payer! Des révolutions se sont faites pour beaucoup moins que cela. Il n'y aura pas de révolution, ce serait trop d'honneur pour ce qui ne relève que du Pénal,  mais des actes des citoyennes et citoyens qui refuseront en masse de porter sur leur dos la gabegie intolérable légiférée par la féodalité qui se veut règne, elle même esclave de la piraterie économique. Et ce petit monde s'imagine une "élite" alors qu'elle n'est que litière de l'inconséquence, tragique perversion de l'égo qui a tout à apprendre du Politique avec un P majuscule. Nous ne sommes qu'au début de cette Affaire, et c'est tant mieux, le football ne pourra la masquer, les vacances des citoyennes et des citoyens encore moins, tant le cachet de la perfidie en entache l'existence. N'oublions pas encore une fois qu'ici ce ne sont pas les hommes à terre qu'il faut piétiner mais  le système de corruption qui à l'image de la piraterie économique, sévit dans nos Nations, auxquelles il convient de restituer leur transparence par l'élection de la probité et de l'intégrité, par l'élection de la Capacité et du don absolu à l'intérêt général. A suivre...

The beautiful building

The beautiful building collapses under fires of a topicality without remorse which shows the culpability of some which always think with the top of any suspicion whereas they soak in the sordid one. Whereas in France one is on the point of reducing to shagreen the social skills of a whole People whose ascending ones died under the balls to obtain them, the quarry of the fops does not cease horrifying. Whereas in France one sounds trifles to make accroire with a costume morality of predatory which want to be reign and entonnent the praises of a strict mode, which only one is not placed beautiful and to in no case the image of a serene and transparent reality, the herd of the fops defends that which is touched by the ground swell of the marriage of the private interests within the framework of a function having for crowning the general interest. France became the reference mark of all that is adapted, of all that is combined in the perseverance of the breach, the flight, trickery, of the illusionnism, there is nothing has to hope of this hulled grain of inconsistency and the fanfaronnery. All is rotted, of the feet to the head, and the head to the feet, and they will not be the moralists coupled with a begging of larvae which will change something there. The business which shakes the platforms is attractive clearness here on the trickery which is played with respect to the People of France, these People which one milks like a cow whereas in the respect of the equality, which does not exist any more from now on, of the billion evaporate for the pleasure of iniquitous and wretched parties which, under the grimaces the their opportunist ones would be liked clear, whereas they are of a blackness without common measurement. If one wanted to prove complicity existing between the parties and silvering, here is the place, here is the maze of the feudality which wants to be controlling of the People whereas it is only faithful dog troops in fogs which are gaussent of poverty, which lives only on blood and the tears, the sweat and the sorrow of those and those which work! This stink glaucous resulting from gullying of Policy compared to Economic mark from now on border unequalled which will exist between the predatory ones and the People, which will not be able, except thinking that congenital idiocy crush them, arranged in that by weak and delirious media with the orders of these same under-policies. The People of France must awake, and ask for the names of the twenty seven which hide in the files of the necessary ministries and with the orders, because the Woman whom one shows, is only one person among the caravanserai which, being unaware of the Law, hides its spoils in the heavy trunks of tens of Country where only his trade of banker is made. Billion due at the French State sleeps in these banks, and it will be appropriate that they return in its cases in order to cease making pay the Frenchwomen and the French the coordinated laxism of the plunderers of our Nation, of the highwaymen which hide their loathing under the accents of a mondialism which makes them accroire that they are with the top of all the laws, the laws of the Nations, the Human Laws, these human of which they are useful like slaves! It is enough to these car defense of the rot which prevails in all the parties as in all the Nations. The People must coordinate their efforts to release themselves from this burden of corrupters, intrigants, Rastignac who proliferate like the rats aboard ocean liners. That the State, by the State I understand the People and its true representative, not these putrid flunkeies, does his work, draws wool from this absolutely delirious ball, and will fall all the caciques ones then from the prudishness, all the moralists of shoddy goods which live only by the crumbs of this mirror to the larks which holds them upright, then this mirror will be crashed to pieces and revealed where the money goes, why there exists such a deficit, which created the deficit, and why it created, then will fall in disgrace the rot and its being useful, the tenants of this legal brothel, whether he is National or international, which wants that the prostitutes and male prostitutes are the citizens and the citizens of the Nations, obliging with the pleasure of these not-human which want to be controlling to hide the feeling reluctant misery of their not-intelligence under the factitious one and the shoddy goods. Vis-a-vis this tidal wave, one will then see a whole people of political clerk deserting the benches from the assemblies, returning their apron, hiding in deepest campaigns, and they and they will be numerous to disappear from the field of the policy, handled by the martyrdom of this economy of pirates and rapists of People. These incompetents will be finally eliminated from the field of the Policy, of the true Policy, that being used to raise the People and not to reduce them in slavery. These incompetents who meet and circumscribe in the admiration of the steeping vats which prevails, incompetents to take measures political, unable to take natural measures, and one includes/understands better why with this Business which shingles full whip the prebendaries in any kind who prevail in our Nation, with the image of insane of God, insane of money, money, dussent to take pleasure in dishonor, the breach, treason, with the ignominie, held that they and they are by become cabins of the cesspools, by economic dreams, “blows”, bestiaries grouillant in all the mysteries of the States, like as many worms on the wound which they inflict to the People. It is too late to mask this imposture. And we will never thank enough Helvètes for passing to the acts to denounce this ignominie, and to reveal beyond the tree which hiding place the forest, the forest immonde of leeches which gorge themselves with the blood of the People of France which should refund a debt of which it is not to in no case responsible. It is enough to excess! the Frenchwomen and the French do not have to undergo the affront afflicting with the parasitism which burdens its finances, finances must be given on level, overall, and the disappeared billion mysteriously reinjected in this “deficit” programmed to destroy the Nation. Because believe only one moment that this deficit was not programmed? It would be time to awake and see reality opposite, this reality from which the first wire comes to appear, and who is not as I have mention it above than a wire of the ball only it is appropriate from now on to put flat, completely, because what does to France does without the same manner within the framework of a certain number of Countries, and in particular of the European countries, from now on under the yoke of a planned economy which is only set up to mask this infamy which burdens all the Nations, and which the People should pay! Revolutions were done for much less than that. There will be no revolution, it too much would be honor for what concerns only the Penal one, but of the acts of the citizens and citizens who will refuse in mass to carry on their back the intolerable underhand dealings legislated by the feudality which wants to be reign, she even slave of economic piracy. And this small world thinks a “elite” whereas it is only litter of inconsistency, tragic perversion of the ego which has very to learn from the Policy with a P capital letter. We are only at the beginning of this Business, and it is so much better, football will not be able to mask it, the holidays of the citizens and with the citizens even less, so much the seal of the perfidy sullies the existence with it. Let us not forget once again that here they with ground that are not the men should be trampled but the system of corruption which with the image of economic piracy, prevails in our Nations, to which it is advisable to restore their transparency by the election of probity and the integrity, by the election of the Capacity and the absolute gift to the general interest. To follow…

© Vincent Thierry