Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow Le bal des vampires
Le bal des vampires PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Samedi 10 Juillet 2010 à 15:12

Le bal des vampires

 

Le bal des vampires se paie le lucre de l'autodafé du Peuple, la populace comme il le nomme avec tant d'aigreur, ce bon Peuple qui découvre avec stupeur et courroux l'apothéose de la grivèlerie, de cette démence propre à l'argenture qui veut que les valets profitent de  cet argenture, d'une façon ou d'une autre, pillant l'un, pillant l'autre, et dans le cas de cette Affaire sordide à souhait, une Femme de Renom pour qui je ne peux avoir que de l'estime, soumis qu'elle est actuellement à toute les réminiscences spongieuses d'un ramassis de sangsues qui se sont jetés et se jettent encore sur sa fortune avec, irresponsabilité suprême, la mauvaise foi de se dire vierge de toute malversation. Cette malversation d'où qu'elle vienne, à qui elle profite, est répugnante. Lorsqu'on voit avec quel dédain cette Femme est traitée, lorsqu'on voit le sordide écumer de sa moralité alors qu'il n'est que ramasse miette pour ses préoccupations stériles, défendu par une piétaille de routiers de l'inculture, nains intellectuels et fourriers de ce nouvel ordre mondial de la pestilence,  on ne peut avoir qu'une phrase à la bouche : "Nettoyez moi ces écuries!". Le Peuple, la "populace" nettoie sa cuisine, nettoie son logement, et se nettoie lui même sans avoir besoin de l'inaudible, de la servilité et de cette racaille qui pullule autour des banquets et des festins, tous ces prédateurs qui ne sont que des larves qu'il faut nourrir, habiller, conjuguer dans la routine de cette brutalité qui ne s'ignore, tout cet aréopage de maoïstes, de trotskystes, de gramcistes, d'illuminés de toutes loges qui se goinfrent aux râteliers des dynasties bourgeoises qu'ils ne pourront jamais égaler, comme ces dernières ne pourront jamais égaler l'Aristocratie Naturelle qui elle défendait son territoire, son Identité, son Peuple! Il y a des forcenés de la reptation qui s'imaginent faire accroire au visage d'une transparence qui ne devrait surgir  que dans le panache de la vanité, de cette procuration à l'absentéisme de toute valeurs, où l'innocence est condamnée d'avance. Cette théurgie de guignols en frasques avec ou sans tablier fait la poule effarouchée pour faire bonne figure devant cette "populace" haïe. Non ce n'est pas moi, c'est l'autre. Et comment pourrait il en être autrement? Le sens de l'honneur n'existe pas devant la planche à billet, et ce encore moins lorsque l'honneur d'une Femme est usurpée par ces tribus qui ne se consolent de leur veulerie qu'en s'assujettissant à l'argenture le plus propice pour leur dessein de pantin. Car que croient-ils, ces effarouchés de  la dernière heure, que le ridicule passera? Il est trop tard désormais, la coupe est pleine de ce bêtisier qui se gargarise et s'offusque en piétinant des journalistes qui ne sont pas aux ordres de leurs catimini, de leurs horreurs, de leurs serviles passions. Le Peuple de France, dont la société du néant qui se dit capitaliste voudrait voir tous les acquis sociaux édictées depuis 1945 disparaître au profit de cette monstruosité qu'ils appellent de toute leur errance afin de cacher à la "populace" toute le pourrissement qu'ils ont mis en œuvre pour détruire la Nation, le "mondialisme", le Peuple de France, voit dans sa beauté luxuriante ce néant qui le représente. Car si de bonnes volontés existent en cette représentation, on ne voit pas ici se rebeller l'honnêteté la plus courageuse qui soit, celle de demander une commission d'enquête parlementaire où pour faire taire ou pour dénoncer, mais en tout cas pour crever l'abcès qui pourrit le politique en France. Je ne prendrai ici parti que pour une seule personne, cette Femme qui se voit injuriée par tous les porteurs de valises, par tous les détrousseurs de grands chemins, par toutes les vipères lubriques, émules de ces loges infectes qui voudraient régir alors qu'elles sont elles mêmes sous le joug de leur propre infatuation, de leur propre décomposition, car ne l'oublions jamais ce qui est en haut est ce qui est en bas et inversement.  Ainsi lorsqu'on entend les nabots de service faire haro sur des preuves, sans jamais citer une seule fois le nom de la Femme pour la défendre qui se trouve incriminée par bonté, par oubli, par faiblesse, je ne peux que mépriser cette pseudo caste qui s'auto défend en ses appartenances, son mimétisme, son déshonneur, et rejoint sans hésiter cette "populace", qui pour moi n'est pas la "populace" mais le Peuple de France. Mais que l'on s'étonne du mépris porté par cette caste à l'encontre de notre Peuple, ignoré dans sa légitimité, dans son identité, dans sa force, dans sa rectitude morale, dans  sa laïcité comme sa religiosité, car pour ces gens là, il n'existe plus que comme support à ses velléités, et si l'on voulait s'en convaincre qu'on observe le coup d'état de ce mini traité, qui nous conditionne dans cette europe mondialiste sans queue ni tête, le livre blanc des Armées, qui nous conditionne dans des aventures sans lendemains aux quatre coins du monde où meurent nos soldats, pour défendre des intérêts qui ne sont pas ceux du Peuple de France, qui nous conditionne dans une acculturation phénoménale, qui nous conditionne par une surveillance de tout les instants, afin de nous rendre esclave de ces velléitaires qui s'imaginent déjà caciques de ce monde qu'ils s'imaginent construire en faisant table rase du passé! Et lorsqu'ils sont attaqués, ces gens là s'auto-défendent en parlant de fascisme! Que n'entends pas t'on pas là, alors que le mondialisme est pure déité du nazi communisme dont il est la quintessence! Que d'arrogance et de mépris! Le Peuple de France n'est pas dupe de cette fourberie, et cela évidemment ne peut complaire aux Rastignac qui pullulent dans l'antichambre du camp de concentration que l'on nous prépare lors des Gx et autres qui ne sont que litières de cette prouesse d'accroire être alors que l'on n'est que paraître, et que ces défenseurs de cette illuminisme ne sont eux mêmes que de serviles serviteurs zélés et zélotes! Cette Affaire sent ce que notre société sent actuellement, une odeur de pourriture en décomposition. Les prochaines élections laveront, je le souhaite notre France à grande eau., elle en a grand besoin! En attendant que la sagesse des partis l'emportent et que les femmes et hommes de bonne volonté se dressent dans les Assemblées pour constituer cette commission qui permettra de faire toute la lumière, je dis bien la lumière, qui n'est pas le privilège des illuminés et de leurs satyres dithyrambiques, sur cette Affaire qui salit l'Honneur d'une Femme que tout un chacun devrait respecter, car abusée par toutes les scories de ce monde d'affabulateurs qui sévit actuellement, image de cette économie pervertie qui veut voir les Peuples tondus comme des moutons, au profit de leurs petits plaisirs vaniteux. A suivre

 

The ball of the vampires

The ball of the vampires treats to the lucre of the auto-da-fe of the People, the rabble as it names it with so much of sourness, these good People which discover with stupor and ire the apotheosis of the grivelery, of this insanity suitable for the silvering which wants that the servants benefit from this silvering, a way or of another, plundering one, plundering the other, and in the case of this sordid Business with wish, a Woman of Reputation for which I cannot have that regard, , a Woman of Reputation for which I cannot have that regard, subjected which it is currently with all the spongy reminiscences of a bunch of leeches which still threw themselves and throw themselves on its fortune with, supreme irresponsibility, bad faith to say itself virgin of any embezzlement. This embezzlement from where that it comes, which it benefits, is feeling reluctant. When it is seen with which scorn this Woman is treated, when one sees the sordid one foaming of his morality whereas it is not which crumb for its sterile concerns collects, defended by a rank and file of truck drivers of inculture, intellectual dwarves and furriers of this new world kind of the stench, one cannot have that a sentence with the mouth: “Clean to me these stables!”. The People, the “rabble” clean his kitchen, clean his housing, and are cleaned even without needing inaudible, servility and this rabble to him which pullulates around the banquets and of the feasts, all these predatory which that is only larvae should be nourished, to equip, to combine in the routine of this brutality which is not unaware of, all this learned assembly of Maoists, of trotskystes, gramcists, enlightened of all cabins which are goinfrent with the racks of the middle-class dynasties that they will be able to never equalize, as these last will not be able to never equalize the Natural Aristocracy which it defended its territory, his Identity, its People! There are the exaggerated ones of the snaking which thinks to make accroire with the face of a transparency which should emerge only in the plume of vanity, of this procuration to the absenteeism of any values, where innocence is condemned in advance. This théurgie of puppets in escapades with or without apron makes hen startled to make good figure in front of this “rabble” hedge. Not it is not me, it is the different one. And how could it be different? The direction of the honor does not exist in front of the board with ticket, and this even less when the honor of a Woman is usurped by these tribes which are comforted of their spinelessness only while being subjected with the most favourable silvering for their intention of puppet. Because what do they believe, these startled last hour, which the ridiculous one will spend? It is too late from now on, the cut is full with this collection of howlers which gargarise and offusque while trampling of the journalists who are not with the orders of their catimini, their horrors, of their servile passions. The People of France, of which the company of nothing which is said capitalist would like to see all the social skills enacted since 1945 to disappear with the profit from this monstrosity that they invite of all their wandering in order to hide with the “rabble” all rotting that they implemented to destroy the Nation, the “mondialism”, the People of France, see in his luxuriant beauty this nothing which represents it. Because so of good wills exist in this representation, one does not see here rebelling the honesty most courageous which is, that to ask for a parliamentary board of inquiry where to make conceal or to denounce, but in any case to burst the abscess which rots the policy in France. I will take here party only for only one person, this Woman who sees herself insulted by all the carriers of bags, by all the highwaymans, by all the lustful vipers, followers of these repugnant cabins which would like to govern whereas they are they same under the yoke of their own infatuation, of their own decomposition, because never forget it what is in top is what is in bottom and conversely.  Thus when one intends the dwarfs service to make haro on evidence, without never only once quoting the name of the Woman to defend it who is accused by kindness, lapse of memory, by weakness, I can only scorn this pseudo caste which car is defended in its memberships, its imitation, its dishonor, and joined without hesitating this “rabble”, which for me is not the “rabble” but the People of France. But that one is astonished by the contempt carried by this caste against our People, ignored in his legitimacy, his identity, his force, his moral straightness, his secularity like his religiosity, because for these people there, it exists more but like support with its inclinations, and if one wanted to be convinced that one observes the coup d'etat of this mini treaty, who conditions us in this Europe mondialist without tail nor head, the white paper of the Armies, whom conditions us in venture without following days with the four corners of the world where our soldiers die, to defend of the interests which are not those of People of France, which conditions us in a phenomenal acculturation, which conditions us by a monitoring of every moment, in order to return slave of these weak-willed to us which thinks already cacic of this world that they think to build by making clean slate of the past! And when they are attacked, these people there car-defend themselves while speaking about Fascism! How do not hear you one not there, whereas the mondialism is pure deity of the Nazi Communism of which it is quintessence! That of arrogance and contempt! The People of France are not easily deceived of this cheating, and that obviously cannot take pleasure in Rastignac which pullulate in the anteroom of the concentration camp that one prepares us at the time of Gx and others which are only litters of this prowess of accroire to be whereas one is only to appear, and that these defenders of this illuminism are them same only of servile dedicated servants and Zealoies! This Business feels what our company currently feels, a putrid smell in decomposition. The next elections will wash, I wish it our France with large water., it has great need for it! While waiting for that the wisdom of the parties carry it and that the women and men of good will draw up themselves in the Assemblies to constitute this commission which will allow to make all the light, I say well the light, which is not the privilege of enlightened and their dithyrambic satyrs, on this Business which dirties the Honor of a Woman that each and everyone should respect, because deceived by all slags of this world of inveterate liars which currently prevails, image of this economy perverted which wants to see the People mowed like sheep, with the profit of their small conceited pleasures. To follow

© Vincent Thierry