Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow La dette publique en un mot
La dette publique en un mot PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Lundi 12 Juillet 2010 à 13:29

La dette publique en un mot

La dette publique est liée uniquement à l'emprunt sur des marchés mondiaux qui ressortent de prêts privés. Il serait temps de s'en rendre compte, et d'en tirer les conséquences. Il convient que chaque Etat reprenne ses droits de battre monnaie le plus rapidement possible pour sortir de cette impasse délirante. Un Etat ne doit pas être esclave d'un quelconque marché privé. Vous comprendrez mieux désormais les raisons de ce "mondialisme" qui se coordonne dans le cadre de ce "nouvel ordre mondial" qui voit le privé mettre la main sur les Etats, détruire les Nations, violer les Peuples de leur Identité, les asservir. Le Politique doit se remettre au travail et n'être plus le féal des intérêts privés! Ces derniers ont commis la plus vaste escroquerie qui soit et poursuivent cette escroquerie transnationale en voulant ce jour faire payer les Peuples, par l'augmentation de l'âge de la retraite, la rigueur, en institutionnalisant un mensonge absolument remarquable, celui de faire accroire aux Peuples qu'ils vivent au dessus de leurs moyens, qu'il convient de travailler plus longtemps, etc., pour qu'ils prennent en charge leurs dettes de jeu. Ce langage repris par des pseudos politiques masque cette réalité infiniment repoussante : les intérêts privés se sont investis dans les Etats, au même titre que dans les entreprises, ont cherché par tous les moyens d'obtenir des bénéfices de leurs placements et voient aujourd'hui les Etats incapables de rembourser les dits placements comme leurs intérêts, et là, où en bourse on se tait devant cette perte sèche, on réclame aux Peuples qui ont nullement bénéficiés de ces prêts qui n'ont servis qu'à rembourser les intérêts des dettes accumulées, de rembourser les perdants de ces prêts, personnes de droit privé qui n'ont rien à faire dans les Etats. Si nous considérons la France, il manque actuellement deux cent quarante cinq milliards dans les caisses de l'Etat partis en fumée grâce au pillage légiféré par les gouvernements organisés en faveur de ce parasitisme, bouclier fiscal et autres. On nous répète que si on ne se met pas à genoux devant le capital, il partira de France, mais qu'il parte! Qu'avons nous besoin de cette clique de prébendiers qui nous soumet à l'asservissement avec l'aide de sa gestapo politique qui n'est que mépris! La solidarité Française retrouvera sa dimension sans nourrir ces parasites. Nous n'avons en aucun cas besoin de cette glue, notre Terre de France est l'une des plus riche au niveau agricole, notre Industrie qu'ils ont délabrés une des plus puissante de ce monde, la qualité de nos services n'a pas à pâlir de celle desservie par d'autres Nations. Nous paierons même leur place d'avion ou de bateau pour qu'ils rejoignent les pays qu'ils veulent afin d'assainir l'atmosphère de leurs délires maniaques de sadiques associés qui ne sont là que pour s'engraisser par le sang et la sueur du travail, et culte inouïe dans ce jeu de leur invention, faire payer leurs pertes aux Peuples! En d'autres temps la révolution aurait eu raison de cette morgue et c'est au bout d'une pique qu'ils auraient fait leur dernier voyage. Mais aujourd'hui ce serait trop d'honneur de commettre ces actes pour ces monstres d'atrophie. Qu'ils rejoignent donc leurs compères, bandits de grands chemins, violeurs de peuples, escrocs de basse extraction, et s'auto protègent dans leurs îles barbaresques. La crise est leur image, particulièrement répugnante: main mise de leurs intérêts privés sur les Etats. On a vu se précipiter à leur secours tous les Etats aux mains de leurs intérêts, on voit aujourd'hui cette caste nuisible demander dans notre Pays à ses citoyennes et ses citoyens de se saigner à blanc pour nourrir leur parasitisme innommable. Si l'on prend le cas de la Grèce, on ne peut que rire, si cela n'était trop grave, de voir le Peuple Grec soumis à ce qui ne représente rien, une dette qui ne pourra jamais être payée et sur laquelle ont été investi leurs intérêts privés. Les intérêts privés ont perdu comme ils sont en train de perdre dans la plupart des Pays Européens. Il convient de les remettre à leur juste place dans ce jeu dont ils ont ourdi les règles:  ils ont perdu et jamais ne seront remboursés leurs mises qu'ils appellent dettes qui ne valent rien monétairement. Mais pour cela faut-il que les Peuples élisent des Femmes et des Hommes responsables qui n'ont pour but que le bien général et non le bien de cette caste de parasites qui n'a pas à s'immiscer dans le contrôle des Etats. Que l'on observe la contrainte "européenne" à laquelle chaque Française et chaque Français ne sont pas liés, leur non à cette déficience ayant été trahi, et le chiffon de papier qui honore cette trahison ne valant rien juridiquement, on s'aperçoit aujourd'hui que la gouvernance économique est remise entre les mains de l'Allemagne qui a tout fait pour que les Etats empruntent au niveau mondial et non au niveau Européen, afin de défendre ces intérêts privés. Nous voyons à quel degré nous en sommes rendus, celui de cette impasse qui vient, magistrale et définitive. Non, nous n'avons en aucun cas à être dirigé par l'Allemagne au niveau économique Européen, non, nous n'avons pas besoin d'emprunter sur les marchés mondiaux, non, nous n'avons pas besoin de cette banque européenne qui n'est là que pour stériliser les Etats, non, nous n'avons pas à rembourser une dette spéculative liée à des intérêts privés qui ne vaut rien, strictement rien légalement et monétairement, non nous n'avons pas à obéir à l'outrecuidance du FMI qui est le valet de ce parasitisme. La France comme les autres Pays Européens doivent reprendre dès maintenant leur indépendance totale vis à vis de ces marchés privés, et leur appliquer leurs propres règles, elle, comme les autres Pays doivent s'accorder dans le cadre d'une Europe des Nations qui auront pour facteur principal l'entraide économique, et non l'assouvissement de la spéculation spongieuse qui doit être soumise aux lois draconiennes de l'intérêt général. Vous comprenez aujourd'hui pourquoi les G x, y, z, ne feront rien car cénacles des valets de ces intérêts privés, Quand à une Europe Politique. Il est temps que les Peuples se réveillent et par un vote massif exclue cette reptation qui n'a pas lieu d'être dans un Etat de Droit, Démocratique où ne doit primer que l'intérêt général et non l'intérêt particulier, et ce ne seront les propos mielleux et attendrissants d'hommes et de femmes qui se disent politiques alors qu'ils ne sont que soumission et reptation devant les marchés privés qui y changeront quelque chose. Il est temps de laver de fond en comble et à grande eau les écuries que sont devenues les Démocratie, dont le ridicule aujourd'hui épouse l'inanité, le sordide, l'asservissement à ces castes barbares qui se prétendent des "élites". Une guerre intellectuelle à l'encontre de ces croques morts doit immédiatement être engagée afin de réduire au néant leur prétention, et chaque élection doit être rejet massif de leurs féaux. A suivre...

The national debt in a word

The national debt is only related to the loan on worldwide markets which come out from private loans. It would be time to realize it, and to draw the conclusions from them. It is appropriate that each State takes again its rights of coinage as soon as possible to leave this delirious dead end. A State should not be private gone slave of any. You will include/understand better from now on the reasons of this “mondialism” which coordinates itself within the framework of this “new world kind” which sees the private one putting the hand on the States, destroying the Nations, raping the People of their Identity, to control them. The Policy must go back to work and not be more the ferroaluminium of the private interests! The latter made the vastest swindle which is and continue this transnational swindle by wanting this day to make pay the People, by the increase in the retirement age, the rigor, by institutionalizing an absolutely remarkable lie, that to make accroire with the People that they live with the top of their means, that it is appropriate to work longer, etc, so that they deal with their gambling debts. This language taken again by political pseudos masks this reality infinitely pushing back: the private interests were invested in the States, as well as in the companies, sought by all the means of obtaining benefit of their placements and see today the States unable to refund the known as placements like their interests, and there, where out of purse one keep silent oneself in front of this dead loss, one claims with the People which by no means profited from these loans which were used only to refund the interests of the accumulated debts, to refund the losers of these loans, people of private law who do not have anything to make in the States. If we consider France, it currently misses two hundred and forty five billion in the cases the State left in smoke thanks to the plundering legislated by the governments organized in favor of this parasitism, tax shield and others. It is repeated us that if one does not put oneself at knees in front of the capital, it will leave France, but that it leaves! How let us need this clicks prebendaries who subjects to us with control with the assistance of his gestapo political which is only mistaken! French solidarity will find its dimension without nourishing these parasites. We do not have to in no case need for this glue, our Ground of France east one of richest at the agricultural level, our Industry which they dilapidated one of most powerful of this world, the quality of our services does not have to fade of that served by other Nations. We will pay even their place of plane or of boat so that they join the countries which they want in order to cleanse the atmosphere of their are delirious maniacs of sadists associated who are there to only fatten itself by the blood and the sweat of work, and worship amazing in this play with their invention, to make pay their losses with the People! In other times the revolution would have been right of this mortuary and it is at the end of a spade that they would have made their last voyage. But today would be too much of honor to make these acts for these monsters of atrophy. That they thus join their accomplices, highwaymen, rapists of people, basic swindlers extraction, and car protect in their barbaresque islands. The crisis is their image, particularly feeling reluctant: hand put their private interests on the States. One saw precipitating with their help all the States with the hands of their interests, one sees this harmful caste today asking in our Country his citizens and his citizens to bleed itself with white to nourish their unnamable parasitism. If the case of Greece is taken, one can only laugh, if that were not too serious, to see the Greek People subjected to what does not represent anything, a debt which could never be paid and on which their private interests were invested. The private interests lost as they are losing in the majority of the European countries. It is advisable to give them to their right place in this play of which they warped the rules:  they lost and never will not be refunded their settings which they call debts which are not worth anything monétairement. But for that it is necessary that the People elect Women and Men responsible the purpose of who are only the general good and not the good for this caste of parasites who does not have to involve herself in the control of the States. That one observes the “European” constraint to which each Frenchwoman and each French are not bound, their not with this deficiency having been betrayed, and the paper rag which honors this treason juridically not being worth anything, one realizes today that the economic governorship is given between the hands of Germany which did everything so that the States borrow on a world level and not from the Européen level, in order to defend these private interests. We see with which degree we are returned from there, that of this dead end who comes, masterly and final. Not, we do not have to in no case to be directed by Germany at the economic level Européen, not, we do not need to borrow on the worldwide markets, not, we do not need this European bank which is there only to sterilize the States, not, we do not have to refund a speculative debt related to private interests which is worth anything, strictly nothing legally and monétairement, not we do not have to obey the impertinence of the IMF which is the servant of this parasitism. France like the other European countries must begin again as of now their total independence with respect to these private markets, and to apply their own rules to them, it, like the other Countries must agree in the framework of Europe of the Nations which will have as a principal factor the economic mutual aid, and not the satisfaction of the spongy speculation which must be subjected to the Draconian laws of the general interest. You include/understand today why G X, there, Z, will not do anything because coteries servants of these private interests, When in Political Europe. It is time that the People awake and by a massive vote excluded this snaking which does not take place to be in a Rule of law, Démocratique where must precede only the general interest and not the private interest, and they will not be the mielleux remarks and tenderizing men and women who are political whereas they are only tender and snaking in front of the private markets which will change something there. It is time to wash basic in roof and with large water the stables which became the Democracy, of which ridiculous today the wife the inanity, the sordid one, control with these cruel castes who claim themselves of the “elites”. A intellectual war against these crunch dead must immediately be committed in order to reduce to nothing their claim, and each election must be massive rejection of their féaux. To follow…

© Vincent Thierry