Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow CIVILISATIONS arrow La falsification
La falsification PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Lundi 04 Octobre 2010 à 12:29

 

 

La falsification

La falsification de l'Histoire par tous les mythomanes en tout genre devient un sport National, ce qui apparaît particulièrement normal à l'heure où la Nation doit être détruite pour laisser place à cette vase nauséeuse que l'on nomme encore le mondialisme, où chacun à gauche comme à droite puise pour s'accroire d'importance, alors que chacun n'est qu'un féal d'une dictature qui ne cache plus son nom, qui désormais à visage découvert se montre et parade, tirant de sa teinture idéologique les prémisses de ce qui fera long feu: le nazi-communisme. Ici le lieu, ici le temps de ce que les souches éprises croient pouvoir durer mille ans et plus comme certains régimes qui ont succombé à leurs errements, errements renouvelés ce jour par le nombrilisme atavique qui se veut morale alors que l'immoralité la plus pernicieuse vagit en ses racines, dénaturant son principe même avant que de l'enliser dans les décennies qui viendront, qui ne seront règnes des nains mais bien règnes des Empires qui se créent sans se préoccuper du déclin de l'intelligence agencée par le bastion inféodé de ce qui aurait pu devenir un étendard lumineux et qui aujourd'hui n'est plus que l'étendard d'une nuit sans fin, cette organisation des Nations Unies qui se révèle l'organisation de la destruction des Nations au profit d'un déracinement qui n'appartient à aucune Nation. Le temps vient de cet horizon qui rendra à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu, aux Nations ce qui appartient aux Nations, aux Identités ce qui appartient aux Identités, aux Racines ce qui appartient aux Racines, et dans la concaténation de ce temps en sortiront grandies ces Nations que les avatars de larves conchient sans prendre le temps de respirer, ces miasmes grotesques qui s'évertuent à paraître car elles ne sont pas des Etres mais des phasmes d'Etres, des ectoplasmes qui bâtissent leur propre ruine en voulant ruiner le cœur de l'Humain, son appartenance indéracinable à la Vie, à sa terre, à ses Lois et coutumes, à son sang dont les millénaires ont nourri son sol inaliénable. L'Europe avec un E majuscule est vecteur de ces propriétés, une Europe que l'on voit dénaturée par la barbarie insolente de cette peste rouge brune qui veut la dominer sans même être élue par ses Peuples, une Europe outragée par le venin qui englue toute latitude de la pensée au même sempiternel écho, celui de la culpabilisation. Fort heureusement l'Histoire avec un H majuscule n'appartient pas à la dénature et ses crimes intellectuels, à tels fins que lentement mais sûrement les Peuples Européens se réveillent, malgré la censure ignoble imposée depuis des décades, rabâchée journellement, remâchée globalement par les élites de la destruction qui veulent imposer leur couronnement par la violence physique et morale, allant jusqu'à l'outrage, au déni des Lois, et s'apprêtant, pourquoi pas à l'assassinat physique, sinon moral, d'une frange majoritaire des Populations qui leur dénie toute autorité réelle, - et quelle autorité ont-ils? Aucune puisque aucun suffrage ne les a élus. Le Rubicon a été franchi par ces hordes qui privilégient tout ce qui n'est pas Européen, qui sanctifient tout ce qui n'est pas Tradition, qui détruisent la Culture des Peuples Européens au profit d'une bassesse louangeuse et tapageuse, la culture de l'anéantissement, qui permettent l'invasion, avec la permission de l'ONU, des Nations Européennes par une masse exogène implantant leurs dialectes, leurs religions, leurs cultures, sans le moindre désir d'intégration, bien au contraire, et avec la bénédiction de tout ce que compte le Mondialisme dans ses basses chausses. Et lorsqu'un Peuple se dresse, la houle arrive, cette houle de hyène à qui l'on prend cet os qu'ils volent, une houle accompagnée de tout ce qui est outrancier, de tout ce qui est fétide, de tout ce qui peut rabaisser les Peuples au dénominateur commun de la culpabilisation, - mais le savent-ils seulement? Cette culpabilité, ce matraquage, ces homélies de la stupeur, 2010 n'en a rien à faire, totalement rien à faire, 2010 aujourd'hui en ses Peuples se voit litière d'une agonie bien plus pertinente, celle de sa réalité face à la virtualité fécondée par les abstractions neuronales de destructeurs qui se disent biens pensants, cohortes de ces hyènes qui s'attendent à un fromage alors qu'elles n'auront pour toute consolation que le silence qui leur sera seulement autorisé sous peine d'éradication, car elles pensent encore être des maîtresses, alors qu'elles ne sont que des esclaves. Ainsi les Peuples se réveillent, et ce qu'ils appellent avec mépris le Nationalisme se réveille, ce Nationalisme qui permettra à tous les Peuples Européens de se sortir de cette ornière répugnante dans laquelle ses Peuples stagnent, faites de toutes les pourritures comme de toutes les lèpres qui s'imaginent civilisatrices alors qu'elles ne sont que les viviers de toutes les barbaries qu'elles encouragent. Les Empires balaieront leurs scories, car des Nationalismes naîtra l'Europe, une Europe réelle, forte et fière de son Histoire avec un H majuscule, qui ne sera pas le vivier de tous les terrorismes accouplés, physiques, intellectuels, spirituels. ce n'est qu'à ce prix, ce prix de l'Honneur que l'on rendra à l'Europe sa destinée, une Europe qui ne sera pas soumise aux marchands, à l'esclavage, à de pseudos royautés délitées depuis des millénaires, à des parlements consubstantiels du nazi communisme désintégrant, et cette Europe des Nations, pourra enfin rejoindre d'égale à égale les Empires en construction, les Etats Unis d'Amérique-Canada, les Etats Fédérés de Russie, formant ainsi cet Empire de souche qui pourra lui même traiter d'égal à égal avec l'Empire Asiatique, l'Empire Sud Américain, et l'Empire Africain, destinée de ce monde qui ne peut continuer à se lover dans la bassesse d'idéaux tronqués et noyés dans le bêtisier de l'atavisme le plus délétère. L'Universalité passe par cette étape intermédiaire qui ne doit être fourvoyé par la gangrène systémique de l'adulation prosternée à la culpabilité béate née des falsifications elles mêmes nées des aberrations subliminales de dithyrambes diachronies auto destructrices. Rien n'est perdu, il suffit de nettoyer la lèpre qui couvre de son voile, qui n'est pas irrémédiable, la nature profonde de ces Pierres du Temple Humain que sont les Nations, conjonctions d'harmonies lorsqu'ouvertes à la destinée de ce petit monde que l'on nomme la Terre, conjonctions de dysharmonies lorsque fermées par les remparts préparés par les marchands afin de gréer à leur profit des guerres et des paix sans efficiences. Au travail donc. A suivre.

Falsification

Falsification of History by all mythomaniacs in any kind becomes national sport, which appears particularly normal with hour when the Nation must be destroyed to leave room to this nauséeuse mud which one still names the mondialism, where each one on the left as on the right draws for accroire importance, whereas each one is only one ferroaluminium of a dictatorship which does not hide any more its name, which from now on with face discovered is shown and parades, tie of its ideological dyeing the premises of what will make failure: Nazi-Communism. Here the place, here the time of what the stocks éprises believe capacity to last thousand years and more as certain modes which succumbed to their mistakes, renewed mistakes this day by the atavistic nombrilism which wants to be moral whereas the most pernicious immorality vagit in its roots, denaturing its principle even before enliser in the decades which will come, which will not be reigns of the dwarves but well reigns of the Empires which are created without being concerned with decline of the intelligence arranged by the pledged bastion of what could have become a luminous standard and which today is nothing any more but the one night old standard without end, this United Nations which appears the organization of the destruction of the Nations to the profit of an uprooting which does not belong to any Nation. Time comes from this horizon which will return in César what belongs to César and God what belongs to God, with the Nations what belongs to the Nations, with the Identities what belongs to the Identities, the Roots what belongs to the Roots, and in the concatenation of this time grown these Nations will leave there which the misadventures of larvae conchient without taking the time to breathe, these grotesque miasmas which is évertuent to appear because they are not Beings but phasmes of Beings, ectoplasms which build their own ruin while wanting to ruin the heart of Human, its membership indéracinable with the Life, its ground, its Laws and habits, with its blood of which the millenia nourished its inalienable ground. Europe with an E capital letter is vector of these properties, Europe which one sees denatured by cruelty insolente of this brown red plague which wants to dominate it without same being elected by its People, Europe outragée by the venom which limes any latitude of the thought to the same sempiternal echo, that of the culpabilisation. Extremely fortunately the History with a H capital letter does not belong to denatures and its intellectual crimes, for such purpose that slowly but surely the European People awake, in spite of the wretched censure imposed since decades, harped daily, remâchée overall by the elites of the destruction which want to impose their crowning by physical violence and morals, going until the insult, with the refusal of the Laws, and preparing, why not with the assassination physical, if not moral, of a majority fringe of the Populations which denies any real authority to them, - and which authority have do? No since no vote elected them. Rubicon was crossed by these hordes which privilege all that is not European, which sanctifies all that is not Tradition, which destroys the Culture of the European People to the profit of a lowness laudatory and noisy, the culture of the destruction, which allows the invasion, with the permission of UNO, the European Nations by an exogenic mass establishing their dialects, their religions, their cultures, without the least desire of integration, quite to the contrary, and with the blessing of all that account Mondialisme in its low fit. And when People draw up themselves, the swell arrives, this swell of hyena with which one take this bone that they steal, a swell accompanied by all that is outrageous, of all that is stinking, of all that can lower the People with the common denominator of the culpabilisation, - but do they only know it? This culpability, this bludgeoning, these homélies of stupor, 2010 has anything of it to make, completely nothing to make, 2010 today in its People sees litter of an anguish much more relevant, that of its reality vis-a-vis the virtuality fertilized by the neuronal abstractions of destructors which say thinking goods, troops of these hyenas which expect a cheese whereas they have for any consolation only the silence which will be only authorized to them under penalty of eradication, because they still think of being Masters, whereas they are only slaves. Thus the People awake, and what they call with contempt the Nationalism awakes, this Nationalism which will make it possible all the European People to be left this feeling reluctant rut in which its People stagnate, made of all the rots as of all leprosies which think civilizing whereas they are only the fish ponds of all cruelties which they encourage. The Empires will sweep their slags, bus of Nationalisms will be born Europe, real, strong and proud Europe of its History with a H capital letter, which will not be the fish pond of all coupled terrorisms, physical, intellectual, spiritual. it is only at this price, this price of the Honor which one will return to Europe his destiny, Europe which will not be subjected to the merchants, to slavery, pseudos royalties surbedded since of the millenia, at consubstantial Parliaments of the Nazi disintegrating Communism, and this Europe of the Nations, will be able to finally join of equal to equal the Empires in construction, the United States of America-Canada, the States Fédérés of Russia, thus forming this Empire of stock which will be able to even treat equal footing with the Asian Empire to him, the American Southern Empire, and the African Empire, intended of this world which cannot continue with to coil in the lowness of ideals truncated and drowned in the collection of howlers of the most noxious atavism. The Universality passes by this intermediate stage which should not be misled by systemic gangrene of prostrate adulation to the happy culpability born from the same falsifications they born from the subliminal aberrations of panegyrics destroying diachronies car. Nothing is lost, it is enough to clean the leprosy which covers with its veil, which is not irremediable, the major nature of these Stones of the Human Temple which are the Nations, conjunctions of harmonies when opened with the destiny of this small world which one names the Earth, conjunctions of dysharmonies when closed by the ramparts prepared by the merchants in order to gréer with their profit of the wars and peaces without efficiencies. With work thus. To follow.

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Mardi 05 Octobre 2010 à 10:48 )