Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow CIVILISATIONS arrow L'hyperinflation
L'hyperinflation PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Dimanche 17 Octobre 2010 à 04:15

L'hyperinflation

 

L'hyperinflation dans ses conjonctions les plus intangibles va bientôt déferler sur ce monde en ruine d'intelligence au nom de la voie du commerce, diligentée historiquement par l'ex empire britannique, dérivant cette infatuation du "nouvel ordre mondial", qui est le pilier de la destruction par excellence. Rappelons que les prémisses de la crise sont survenus par l'évocation du néant, une titrisation de dettes, une spéculation indue développant des grenouilles qui se voulaient plus grosses que le bœuf, ce qui est aujourd'hui le cas de la majorité des banques dont la comptabilité défie l'imagination, tant les produits toxiques la couronne. Le virtuel, bien masqué par les opérateurs politiques, qui ont déguisé leur action en assénant une dette encore plus importante aux citoyens, par l'accroire venu de nulle part de renflouement des dites banques, alors que cette manne provient directement de la poche des citoyens, qui aujourd'hui se doivent de travailler plus longtemps pour renflouer les caisses des états esclaves eux mêmes de dettes indus au secteur bancaire privé, alors que les Etats peuvent battre monnaie sans nourrir les parasites que représentent ces Banques du secteur privé, le virtuel donc commence à s'effriter. Après le placé beau des renflouements, la réalité se précipite pour se montrer telle qu'elle est en sa représentation: les valeurs de titrisation ne valent rien, strictement rien, à telles fins que certaines banques n'hésitent pas à créer des faux en écriture, notamment dans le cadre des "valeurs immobilières" pour essayer de récupérer des valeurs durables. Des procès outre Atlantique commencent à éclater desquels les citoyens ressortent vainqueur de ces hydres que représentent les banques et ne tarderont pas de ce côté de l'atlantique, lorsqu'on aura enfin restitué le droit à chaque Nation de battre sa monnaie, droit inaliénable que les Peuples souverains se doivent de reprendre, notamment en Europe, en sortant de cette zone "euro" qui est un carcan dont chacun doit s'échapper afin de reconstruire son économie, rapatrier ses moyens de production, taxer les importations, actions indispensables à la régénération de l'économie elle même. Le modèle du "nouvel ordre mondial" est mort avant que d'être né. Ce modèle économique issu de la morgue Anglaise à tout vouloir régenter, doit être dissipé du langage Humain, de l'Humain debout s'entend. Réductionniste, esclavagiste, il ne peut continuer à vouloir imposer sa loi de l'errance qui mène ce monde à l'hyperinflation, telle que cela se produisit en Allemagne avant la deuxième guerre mondiale, le résultat étant de voir payer une baguette de pain des millions de marks. Les frétillements nauséabonds de tout ce qui défend le "nouvel ordre mondial", dans sa composition oiseuse, ONU, FMI, OMS, OMC, institutions totalement investies par les tueurs nés des Nations, des Identités, des diversités biogéographiques, ne révèlent que leur pertinence destructrice. Les G20, G8, et consorts ne sont là que pour faire accroire à des actions qui ne peuvent être mises en œuvre, d'ailleurs il n'y a qu'à regarder comment continuent à se servir pillards et pirates du monde bancaire et financier au mépris de l'intérêt général, pour comprendre le sens de ces réunions inutiles se tenant sous l'aile inquisitrice de la city en ses représentations et ses pouvoirs consumés par le couronnement du virtuel, l'or, l'or contre l'humain! Pour se sortir de ce gouffre où grenouillent toutes les insanités, les dévotions, les reptations, cloaque de toutes les permissivités allant de l'admonestation à l'assassinat des individus, et jusqu'à la mise en œuvre de guerres internationales, les deux précédentes n'étant que la résultante d'actions volontaires couronnant le profit, la prochaine de même, il faut sortir du modèle imposé par cette piraterie de haut vol, en chaque Etat, en reprenant le droit inaliénable de battre monnaie, je me répète mais c'est intentionnel, le droit inaliénable de taxer les produits d'importation, donc séparer définitivement les banques privées des banques d'Etat, enfin réajuster à leur valeur moyenne les produits d'importation. La France a les moyens de cette politique, elle n'a pas à être soumise aux idéologies saxonnes, ce d'autant plus qu'elle dispose d'une force de frappe nucléaire qui reste dissuasive. Elle peut montrer l'exemple en se sortant de cette servilité imposée par la city, retrouver son indépendance monétaire, retrouver son indépendance territoriale, retrouver son indépendance énergétique, car sur ce dernier poste qu'avons nous besoin de payer une énergie qui peut être fiabilisée par l'implantation de centrales nucléaires de seconde génération, pour complaire au lobbies saxons d'une "pseudo écologie"? Cela fait partie du débat, mais nous en reparlerons. A l'heure où les Etats se sont pervertis en empruntant aux banques privées, il est temps que les traités écrits ou non concernant cette infamie soient dissous. Chaque jour on entend dire que les caisses sont vides! Mais de l'argent il y en a, soyons sans inquiétude, lorsque un Etat qui se respecte, qui est la représentation de ses citoyens, décidera une bonne foi pour toute de renvoyer à leur spéculation, à leur notation débile, comme si un Etat était une entreprise, tous les fourriers du parasitisme. Premier acte permettant de faire le ménage dans les comptes et surtout ne plus verser un seul intérêt à la pieuvre bancaire, premier acte avant de rentrer dans les comptes réels de cet Etat. Où va l'argent, à qui est-il distribué, pour quel intérêt général? Et on commencera par les comptes sociaux, qui obligatoirement seront à l'équilibre lorsqu'on cessera de payer pour celles et ceux qui ne cotisent où n'ont jamais cotisés un centime d'euro aux caisses de retraite, de sécurité sociale, toutes ces caisses qui servent au paiements exogènes, pour couvrir la CMU, le RSA, les allocations familiales, les allocations logements, etc, etc, la liste est tellement longue que je ne pourrai pas tout citer. Après les comptes sociaux on s'intéressera au budget des ministères, et en regard de leur rentabilité dans le cadre de l'intérêt général, et stupeur, on s'apercevra ce que dénonce journellement la Cour des Comptes d'une gabegie infernale qui nourrie la prébende légalisée et autorisée, ce qui permettra de réajuster à la réalité les ressources afin d'assurer les besoins par éviction des chaînons manquants qui se gavent de centaines de millions d'euros sans faire le moindre travail - ce qui permettra ainsi, aussi,  de restituer un budget naturel à l'Armée qui redeviendra la colonne vertébrale de notre Etat, par la remise en vigueur de l'incorporation obligatoire de tout citoyens avec stages réguliers. On s'intéressera conjointement aux émoluments des "représentants?" du Peuple, aux fameux cumuls, en interdisant ces derniers et parallèlement en instaurant une échelle de salaires certes décents mais non surnuméraires. On ne rentre pas en politique pour se faire de l'argent, mais défendre les intérêts de celles et ceux qui ont voté pour soi! Enfin on s'attaquera au mammouth que représentent les corps des ministères et on évincera toutes celles et ceux qui, tels des parasites, se nourrissent du corps de l'Etat, soit du corps du Peuple, qui ne sont là que par copinage et qui ne servent à rien dans le fonctionnement du dit Etat. L'argent donc il y en a, des milliards qui se dissipent pour régaler le parasitisme interne! La redistribution des richesses de la France suivant dévotion, bouclier fiscal, calcul scandaleux de la retraite pour les fonctionnaires face aux travailleurs du privé, etc etc, doit être étudiée à la loupe, et passée au tamis de la réalité fonctionnelle. Le laxisme au nom du parasitisme fut il d'en haut comme d'en bas, tenaille que les Etats qui se respectent doivent éviter à tout prix, que les Peuples qui sont les Etats, doivent destituer de leur langage commun, doit disparaître car il mène à L'esclavagisme triomphant actuel. Il ne le sera que si et si seulement, répétons le afin que cela soit bien compris, chaque Etat retrouve son indépendance monétaire, que si et si seulement chaque Etat  reprend son droit inaliénable de battre monnaie, que si et si seulement chaque Etat se sort des institutions internationales totalement inféodées à la perversion esclavagiste, afin de fonder des Institutions basées sur les réalités Humaines et non sur les contingences dialectiques de l'outrance et de sa dégénérescence - Face à la fausse organisation des Nations Unies, il faut fonder l'organisation des Nations libres, indépendante des stratégies mondialistes. Si on observe le cas de notre Pays qui se déploie dans un allongement de l'âge de la retraite, au regard de cette analyse, on comprends mieux cette supercherie, qui n'a pas lieu d'être si l'on observe les préceptes édictés plus haut. Cette réforme est symbole d'une lâcheté a affronter le réel, d'une joie perfide à se mettre en génuflexion devant l'inanité des banques privées, à ramper devant le désordre du "nouvel ordre mondial", qui sont symboles d'une décadence absolument pandémique. Que les mouvements d'extrême droite gagnent de plus en plus de voix, quoi de plus normal devant cette infamie, collusion de gauche comme de droite, affligeante, se roulant dans la lie d'un mondialisme ne marchant que sur un pied, celui de l'économie, pour recueillir quelques miettes du festin que se partagent des non-élus qui se cachent et se drapent dans des nébuleuses fourvoyées par l'illuminisme et ses féaux qui ne vivent que sur la désertification culturelle intellectuelle, spirituelle, physique des Etres Humains. Il viendra ce temps où l'on renverra à leurs chères études ces fossoyeurs de l'Humanité, lorsque chaque Peuple aura pris conscience de son pouvoir réel qui n'est pas celui d'être un larbin servile, mais en sa diversité représenté par des Etres Humains debout qui le représentent, car l'Etat c'est le Peuple, et sans le Peuple l'Etat n'est rien. Les Etats aujourd'hui se croient  en roue libre, libre dans l'errance qu'ils proposent, tremplin de la déshérence dans laquelle ils voudraient entraîner les Peuples. Ils ont torts, la nature revient toujours à l'équilibre, la verrue qui les couvre se fissure, et elle disparaîtra comme elle est venue. Ce n'est qu'une question de temps, temps qui vient avec cette hyperinflation qui arrive comme un ouragan, témoignage s'il en faut de l'incapacité de la trivialité qui s'ordonne voie, voie inverse, il n'est pas besoin d'être grand clerc pour comprendre cela. A suivre...

 

Hyperinflation

 

Hyperinflation in its most intangible conjunctions soon will break on this world in ruin of intelligence in the name of the way of the trade, diligentée historically by the ex British empire, deriving this infatuation from the “new world order”, which is the pillar of the destruction par excellence. Recall that the premises of the crisis occurred by the evocation of nothing, securitization of debts, speculation undue developing of frogs which wanted more large than ox, which is today the case of the majority of the banks of which accountancy defies imagination, so much the toxic products the crown. Virtual, well masked by operators political, which have disguised their action while striking debt even more important with citizens, with accroire come from nowhere of reinflation from known as banks, whereas this basket comes directly from the pocket of the citizens, who today must work longer to reinflate the cases of the states same slaves them of debts undue money to the deprived banking environment, whereas the States can beat currency without nourishing the parasites which these Banks of the private sector represent, the virtual one thus starts to be exhausted. After the placed beautiful one of the reinflations, reality precipitates to be shown such as it is in its representation: the values of securitization are worth anything, strictly nothing, for such purpose that certain banks do not hesitate to create forgeries in writing, in particular within the framework of the “real estate values” to try to recover durable values. Lawsuits in addition to the Atlantic start to burst whose the citizens come out victorious from these hydres that the banks represent and will not delay on this side of the Atlantic, when one finally restores the right to each Nation to beat his currency, inalienable right which the sovereign People must take again, in particular in Europe, while leaving this zone “euro” which is a yoke of which each one must escape in order to rebuild its economy, to repatriate its means of production, to tax the imports, actions essential to the regeneration of the economy it even. The model of the “new world order” died before to be born. This economic model resulting from the English mortuary to all to want régenter, must be dissipated language Humain, the Human one upright gets along. Reductionistic, slave, it cannot continue to want to impose its law of the wandering who leads this world to hyperinflation, such as that occurred in Germany before the second world war, the result being seeing paying a bread rod of the million marks. Nauseous wrigglings of all that defends the “new world order”, in its oiseuse composition, UNO, the IMF, WHO, OMC, institutions completely invested by the killers born of the Nations, the Identities, of biogeographic diversities, reveal only their destroying relevance. G20, G8, and consorts are there only to make accroire with actions which cannot be implemented, moreover it has there only to look at how continue to make use plundering and pirates of the banking and financial world to the contempt of the general interest, to include/understand the direction of these useless meetings being held under the wing inquisitrice of the city in its representations and its capacities consumed by crowning of virtual, gold, gold against the human one! To leave itself this pit where splash all insanities, the devotions, the snakings, going cesspool of all permissivenesses of the admonition to the assassination of the individuals, and until the implementation of international wars, the two preceding ones being only the resultant of voluntary actions crowning the profit, the next one in the same way, it is necessary to leave the model imposed by this piracy of high flight, in each State, by taking again the inalienable right beat currency, I repeat oneself but it is intentional, the inalienable right tax the products with importation, therefore definitively to separate the private banking from the State Banks, finally to readjust with their value average products of importation. France has the means of this policy, it does not have to be subjected to the ideologies saxonnes, this more especially as it has a nuclear deterrent force which remains dissuasive. It can show the example while being left this servility imposed by the city, to find its monetary independence, to find its territorial independence, to find its energy independence, because on this last station which have need to pay an energy which can be made reliable by the establishment of nuclear plants of second generation, to take pleasure in the lobbies Saxon of a “pseudo ecology”? That belonged to the debate, but we will speak again about it. Per hour when the States were perverted while borrowing from the private banking, it is time that the treaties written or not concerning this infamy are dissolved. Each day one intends to say that the cases are empty! But of the money there is, are without concern, when a State which is respected, which is the representation of its citizens, will decide a bona fide for all to return to their speculation, with their weak notation, as if a State were a company, all furriers of parasitism. First act allowing to do the housework in the accounts and especially not to more pour only one interest with the banking octopus, first act before returning in the real accounts of this State. Where does the money, to which it is distributed, for which general interest go? And one will start with the social accounting, which obligatorily will be with balance when one ceases paying for those and those which do not cotisent where never cotisés a centime of euro to the social security, pension funds, all these cases which are used for the exogenic payments, to cover the CMU, the RSA, the family benefits, the allowances residences, etc, etc, the list is so long that I will not be able all to quote. After social accounting one will interest in budget of ministries, and compared to their profitability in framework of general interest, and stupor, one will see what denounces daily Court of Auditors of underhand dealings infernal which nourished emolument legalized and authorized, which will make it possible to readjust with reality the resources in order to ensure the needs by ousting for the missing links which are gavent of hundreds of million euros without doing the least work - what will allow thus, also, to restore a natural budget with the Army which will become again the spinal column of our State, by the handing-over in force of the obligatory incorporation of any citizens with regular training courses. One will be interested jointly in the emoluments of the “representatives?” of the People, with the famous office pluralities, by prohibiting the latter and in parallel by founding a scale of wages certainly decent but nonsupernumerary. One does not return in policy to be made money, but to defend the interests of those and those which voted for oneself! Finally one will attack the mammoth which the bodies of the ministries represent and one will évincera all those and those which, such of the parasites, nourish trade, that is to say body of the People, which is there only by copinage and which is not used for nothing in operation known as State. The money thus there is, of the billion which is dissipated to level internal parasitism! The redistribution of the richnesses of France according to devotion, tax shield, scandalous calculation of the retirement for the civils servant vis-a-vis the workers of deprived, etc etc, must be studied with the magnifying glass, and passed to the sieve of functional reality. Laxism in the name of parasitism was it of in top like in bottom, clipper which the States which are respected must avoid at all costs, that the People which are the States, must relieve of their common language, must disappear because it carries out with current slave system triumphing. It will be it only if and so only, repeat it so that is well included/understood, each State finds its monetary independence, that if and so only each State takes again its inalienable right beat currency, that if and so only each State is left the completely pledged international institutions to slave perversion, in order to found Institutions based on Humaines realities and not on the dialectical contingencies of excess and its degeneration - Vis-a-vis the false United Nations, it is necessary to found the organization of the free Nations, independent of the strategies mondialists. If one observes the case of our Country which is spread in a lengthening of the retirement age, taking into consideration this analysis, one include/understand better this trickery, which does not take place to be if one observes the precepts enacted higher. This reform is symbol of a cowardice has to face reality, of a perfidious joy to put itself in génuflexion in front of the inanity of the private banking, to crawl in front of the disorder of the “new world order”, which is symbols of an absolutely pandemic decline. That the movements of extreme right-hand side gain voice more and more, what could be more normal in front of this infamy, collusion of left like line, afflicting, rolling themselves in the dregs of a mondialism not going than on a foot, that of the economy, to collect some crumbs of the feast that not-elected officials divide themselves who hide and drape in the nebulas misled by the illuminism and its féaux which live only on the intellectual cultural turning into a desert, spiritual, physics of the Human beings. It will come this time when one will return to their dear studies these grave-diggers of Humanity, when each People become aware of his real capacity which is not that to be a servile flunkey, but in his diversity represented by Human beings upright which represent it, because the State it is the People, and without the People the State is nothing. The States today are believed in free, free wheel in the wandering which they propose, springboard of the déshérence in which they would like to involve the People. They are wrong, nature always returns to balance, the wart which covers them fissures, and it will disappear as it came. It is only one matter of time, time which comes with this hyperinflation which arrives like a hurricane, testimony if one needs of it incapacity of the commonplace which orders way, opposite way, it is not need to be a large clerk to include/understand that. To follow…

 

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Dimanche 17 Octobre 2010 à 04:18 )