Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow CIVILISATIONS arrow La censure
La censure PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 07 Décembre 2010 à 13:19

La censure

 

La censure est partout dans notre Pays qui a combattu pour la Liberté, la Liberté de qui? Non la Liberté du Peuple, cela est tellement visible que c'en est une insulte à l'Histoire de notre Nation. Et ici nous ne critiquerons ni droite ni gauche à mettre dans le même panier de crabes défendant une bourgeoisie de parvenus, les colifichets de l'errance, et les mansuétudes de la reptation. La France en sa représentation n'existe plus, elle est, par l'alambic du viol psychique des foules par l'intermédiaire des médias, des instituts de sondage, d'une législation outrancière et abjecte vis à vis de ses racines, devenue un marécage spongieux dans lequel s'enlise son Peuple. Un Peuple qui doit se mettre au pas de toutes les théories virtuelles qui embaument son identité, saillies de l'opportunisme, de la jalousie, de la domesticité, de l'ignorance, de ces communautarismes qui s'imaginent diriger sa pensée au nom de leurres qui relèvent du cosmétique et en aucun cas de l'intelligence, car l'intelligence ne s'acquiert pas elle est innée et non achetable dans une quelconque bourse de cette petite planète livrée à la barbarie du parasitisme le plus venimeux qui soit, celui d'accroire sa force qui n'est que ruine à venir en soumission de ses soubassements sabliers (223 376 milliards de dollars aux USA, soit 3,7 fois le PIB mondial de produits toxiques laissent rêveur quand à leur capacité et leur prétention à vouloir gouverner ce petit monde). La  censure est donc là pour éviter au Peuple Français de regarder la réalité, de voir à quel degré l'incompétence comme la médiocrité sont les monstres sacrés de l'avenir qu'on ( les sociétés de pensées introverties par l'illuminisme) leur prépare. Il n'y a là pas de refuge possible, à priori, sinon que de se noyer dans l'absurdité de ces hérésies pavloviennes, de ces déhanchements systémiques, de ces aberrations chromosomiques, pour le Peuple de France. Il se doit d'admirer la déliquescence qui se protège dans ce délire de l'impuissance qui est le sien, en se noyant dans une sous culture néanderthalienne qui ferait rire n'importe quel singe un tant soit peu civilisé et éduqué. Et le bon Peuple d'applaudir cette désintégration accélérant le processus de sa déréliction, dans la motricité des lois iniques qui sanctifient non pas des protections quelconques mais bien la mise en œuvre d'une conquête autorisée par tout ce qui n'est pas rémanence de notre civilisation multimillénaire. Le saviez vous, Louis XIV et Napoléon Bonaparte ont été évacué des programmes scolaires dans notre Pays qu'ils ont façonnés! La censure est là, larve qui s'autorise par l'ignorance qui reluit d'ombre dans ce mouroir de la pensée qu'est devenu notre Pays, qui couronne l'insanité, sanctifie le paraître, prime la bêtise sous l'égide de ministères où règne la peste bubonique des défenseurs de la pédophilie, du métissage, de l'euthanasie, de l'avortement, qu'ils n'ont de cesse d'illuminer la fange qu'ils répandent dans une onctuosité bestiale qui ne s'invente pas. La France n'a plus droit à la parole sinon celle de la mystique de la dépravation, de l'ahurissement, folles ivresses qui se raisonnent consciences de notre temps, ingérable sacralité de la perversion qui foisonne sous la houlette de ses boys et girls scouts de l'indifférence, de cette métanoïa inversée qui se roule dans la bestialité, acclamant les assassins, défendant la nature héroïque de l'héroïne et de la cocaïne, acclamant les troupeaux qui cinglent vers des hospices afin sans ne rien faire de profiter de la gabegie institutionnalisée, à l'image des prédateurs qui créent des dettes qui les engraissent en fourvoyant la création de monnaie qui ne leur appartient pas. Chut! Pas un mot, pas une phrase! Il faut applaudir à ce déshonneur, à cette souplesse de la servilité qui glose, donnant des leçons de morales qui feraient blêmir n'importe quel philosophe censé, des leçons qui marchent dans le même sas que l'inquisition commande, ce sas de l'introversion dont les remugles feraient fuir tout être Humain normal, hissant la barbarie dans ses sommets. Pauvre France marquant à la couture le pas pressé des destructeurs de la Nation, des destructeurs de l'identité, apatrides en tout genre se sacralisant dans l'anachronisme, dans la défiguration, dans la prosternation la plus ridicule à des homoncules qui ont perdu depuis longtemps toute logique du Vivant, zombis en caprice de la mode, zombis en naufrage charriant l'errance comme une opulence, que l'intelligentsia applaudit afin de complaire, afin de récolter quelques miettes de ce gâteau construit sur le sang, les larmes, la souffrance, quand ce n'est pas la mort, de millions et de millions d'êtres Humains asservis. Nous en sommes là de l'insanité dans ce qui fut un Pays d'honneur et de gloire, voyant les passants, les zombis vides de conscience, conchier savamment et cet honneur et cette gloire! Et pour cacher leur désastre, cette ombre bestiale née de leur illumination, ils décrètent maintenant, en dépit d'une constitution forgée dans le sang, qui n'est pas le leur, le couronnement de la censure! La dictature est sur leur front, marque indélébile de la faiblesse. Qu'ils osent aller plus loin, jamais ils ne destitueront le droit inaliénable de penser, car ce droit est né de la Vie, ce qu'ils ne peuvent comprendre, tant ils sont en reptation devant thanatos et ses féaux. Le temps viendra où cette censure se retournera obligatoirement contre eux, car malgré leur formidable organisation de la dégénérescence, leur haute capacité d'annihilation, leur superbe dans la destruction, il se dressera en tout lieu, dans cette ombre qu'ils ont quitté pour se propulser dans l'ombre et non dans la lumière, des forces indestructibles, ces forces de la pensée pure qui auront raison de leur subversion et de leur mensonge, et qui permettront à tous les Peuples de se retrouver en pleine lumière, cette lumière qu'ils exècrent, qu'ils veulent à tout prix cacher et taire, car elle ne peut que révéler leur usurpation et leur médiocrité naturelle et globale. Ce n'est qu'une question de temps... A suivre...

 

Censure

 

It is censure everywhere in our Country which fought for Freedom, the Freedom of which? Not the Freedom of the People, that is so visible that it is an insult with the History of our Nation. And here we will criticize neither right-hand side nor left to be put in the same crab basket defending a middle-class of parvenus, the trinkets of the wandering, and the leniencies of the snaking. France in its representation does not exist any more, it is, by the still of the psychic rape of crowd via the media, the survey institutes, an outrageous and contemptible legislation with respect to its roots, become a spongy marsh in which enlise its People. People which must put themselves at the step of all the virtual theories which embaument its identity, projections of opportunism, jealousy, domesticity, ignorance, of these communautarisms which think to direct its thought in the name of lures which concern the cosmetic and to in no case of the intelligence, because the intelligence is not acquired it is innate and nonpurchasable in any purse of this small planet delivered to the cruelty of the most poisonous parasitism which is, that of accroire its force which is only ruin to come in tender from its bases sand glasses (223 376 billion dollars to the USA, that is to say 3,7 times the world GDP of toxic products leave dreamer when with their capacity and their claim to want to control this small world). The censure is thus there to prevent with French people looking at reality, to see with which degree the incompetence as the mediocrity are the superstars of the future that one (companies of introverted thoughts by the illuminism) prepares to them. There is no possible refuge, a priori, if not to drown in the nonsense of these Pavlovian heresies, of these systemic swaying walks, of these chromosomal aberrations, for the People of France. It must admire the deliquescence which is protected in this is delirious of the impotence which is it his, while drowning under culture néanderthalienne which would make laugh any monkey so much little is civilized and educated. And good People to applaud this disintegration accelerating the process of its dereliction, in the motricity of the iniquitous laws which not sanctify unspecified protections but well the implementation of a conquest authorized by all that is not remanence of our civilization multimillénaire. Knew, Louis XIV and Napoleon Bonaparte was evacuated school programs in our Country which they worked! Censure is there, larva which authorizes by ignorance which glittered of shade in this mouroir thought which became our Country, which crowns insanity, sanctifies to appear it, premium the silly thing under the aegis of ministries where reign the bubonic plague of the defenders of the pedophilia, the interbreeding, the euthanasia, of the abortion, which they do not have of cease to illuminate mud that they spread in a bestial consistency which is not invented. France does not have any more right to the word if not that of the mystic of the depravity, of the bewilderment, insane intoxications which reason consciences of our time, ingérable sacrality of the perversion which abounds under the crook with its servant boys and girls scouts with the indifference, of this métanoïa reversed which is rolled in bestiality, acclaiming the assassins, defending the heroic nature of the heroin and the cocaine, acclaiming the herds which shingle towards old people's homes so without anything making benefit from the institutionalized underhand dealings, with the image of predatory which creates debts which fatten them by misleading the creation of currency which does not belong to them. Chut! Not a word, not a sentence! It is necessary to applaud this dishonor, with this flexibility of servility which glose, giving lessons of morals which would make turn pale any supposed philosopher, of the lessons which go in the same hopper as the enquiry orders, this hopper of the introversion whose remugles would make flee any normal human being, hoisting cruelty in its tops. Poor France marking with the seam time in a hurry of the destructors of the Nation, of the destructors of the identity, stateless people in any kind sacrilizing in the anachronism, the disfiguration, the most ridiculous prostration with homoncules which lost any logic of Alive for a long time, zombis in whims of fashion, zombis in shipwreck carting the wandering like an opulence, which intelligentsia applauds in order to take pleasure, in order to collect some crumbs of this cake builds on blood, the tears, the suffering, when it is not death, of million and million controlled human beings. We are there of insanity in what was a Country of honor and glory, seeing the passers by, the empty zombis of conscience, conchier learnedly and this honor and this glory! And to hide their disaster, this bestial shade born from their illumination, they issue now, in spite of a constitution forged in the blood, which is not theirs, the crowning of the censure! The dictatorship is on their face, marks indelible weakness. That they dare outward journey further, never they will not relieve the inalienable right think, because this right was born from the Life, which they cannot include/understand, so much they are in snaking in front of thanatos and its féaux. The time will come where this censure will be turned over obligatorily against them, because in spite of their formidable organization of the degeneration, their high capacity of annihilation, their superb in the destruction, it will be drawn up in any place, in this shade which they left to be propelled in the shade and not in the light, of the indestructibles forces, these forces of the pure thought which will be right of their subversion and their lie, and which will make it possible all the People to be found in full light, this light which they exècrent, that they want at all costs to hide and conceal, because it can only reveal their usurpation and their natural and total mediocrity. It is only one matter of time… To follow…

 

© Vincent Thierry