Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DEBATS arrow PHILOSOPHIE arrow PHILOSOPHIE arrow Le monde de l'atrophie
Le monde de l'atrophie PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 15 Décembre 2010 à 13:24

Le monde de l'atrophie

Le monde de l'atrophie mentale avancée, à l'image du système subversif qui le régente, s'offre à nos regards dans toute sa dimension onirique. On pense rêver, mais ce n'est pas le cas. Il y a là quelque chose d'extraordinaire que de voir s'agiter les nains devenus, que l'on appelait autrefois des Etres Humains, en tout sens pour satisfaire à l'outre perpétuellement vide de la créance, une créance sur la vie comme sur la mort se délectant de l'impuissance pour se couronner maîtresse de ce monde en proie à un sida générique qui se voudrait génétique. Ici le mensonge est roi, payé par l'infamie, la forfaiture, la traitrise, dédale convenant de l'ignorance qui se targue d'être le culte de cette aberration chromosomique qui irradie l'intégralité de notre petite terre, aberration ne voulant plus reconnaître la diversité Humaine, pour complaire à sa propre dérision, ce sur moi du déclin qui ne veut plus que le déclin, miroir sans fards qui renvoie l'image perverse de ce qui ne ressemble en aucun cas à l'Etre Humain, à tout le moins à l'Homo Sapiens, mais à une branche révolue, par défaut, de la genèse des Etres Humains, au plus au néandertalien primitif, une branche immature atrophiée et barbare dont la vie s'est séparée car inapte à la grandeur de l'épopée Humaine, et qui, tel le ver dans le fruit, ce jour ressurgit pour imposer sa volonté animale. Tout cela dans la cacophonie glauque et sordide  des tenants et aboutissants du désastre Humain que nous connaissons aujourd'hui? Pas si sûr, en confrontation des racines de chacun que bien entendu le néandertalien se doit de taire, et taire pour tout le monde afin que surtout l'Homo Sapiens ne voit pas à quel point il est grugé par ce qui n'est pas de ses racines. Prenons mesure du phasme et de son importance dans la destruction de tout ce qui forge l'avenir de l'Humain, la science fourvoyée dans les nébuleuses de contes pour enfants, pillée et détournée au profit du mensonge, "écologie", "anthropologie", "physique", etc., les arts pervertis par l'inconsistance, la débilité profonde de l'ahurissement et ses satrapes, réduits aux arts "premiers", la philosophie réduite à l'expression de l'analité, la politique condamnée à la servilité de l'innommable, la religion bafouée par une pseudo raison larvaire du truisme matérialiste le plus outrancier. Quelle belle planète que celle ci où la raison a disparu dans les venelles de cette atrophie, une atrophie arrogante, pompeuse, délétère et simiesque qui porte les fruits venimeux de son aperception, de cette concaténation rimant avec la stupidité, débauche d'un horizon inverse où se meut sa densité destructive. Regardons attentivement le parcours diachronique de cette éléphantesque infortune que nous jouent les représentants de cette infatuation bubonique de ce sur moi qui s'autorise. En premier lieu, et comment en serait-il autrement, l'adoration perverse de la matière, de cet or chimérique qui conflue dans la monstruosité minérale ses pavots, ingrédients subliminaux d'une volonté de possession que rien ne peut arrêter, macrophage de la densité vivante assaillant tout à la fois pour récupérer une solidité inexistante, cette solidité de l'Etre debout qui ne sied à la larve qui s'endeuille, prolifère comme le poison et en plus voudrait devenir maître d'œuvre. On comprends mieux lorsqu'on découvre la pulsion primitive de ce qui se trame dans l'esprit de la larve qui se voudrait plus grosse que le bœuf, jalouse de cette filiation naturelle de la Vie qu'elle voudrait s'approprier mais qui en vérité lui échappera toujours et pour toujours. Ce réflexe aujourd'hui trouve toute sa mesure dans le déploiement de ses sous capacités, pauvres filaments tendus dans le néant qui se voudraient domestiquer ce qui est  non domesticable, la capacité à Etre. Nonobstant l'outrage constant, cette forme se reproduit par annihilation, dans ce mirage chtonien où beaucoup de nos contemporains se vautrent en croyant trouver un sens à la corruption qui les entraîne de plus en plus loin vers le déni de la Vie, une formidable usine à culpabilité qui les forcent à s'immoler à cette fenaison pourrissante qui ne peut se rêver qu'au milieu du prurit de l'indécence, de la compromission, de toutes ces transes inventées par la lâcheté et ses arguties triviales. Ne cherchez de l'honneur dans ce marais, il n'y en a pas! La putridité y est telle qu'aucun existant vivant ne peut y faire son nid, sinon qu'en s'arrangeant avec sa conscience de l'infection pandémique qui y règne, et de laquelle il subit tous les outrages avant que d'y succomber invariablement. Alors face à cette éponge de l'inconsistance, de l'illusion, que peut faire l'Humain me direz vous? Tout simplement Etre, debout au milieu des ruines de ce qui ne lui appartient pas, désintégration d'une non création qui n'a pas lieu de se faire valoir, face à la réalité souveraine, unir le vivant dans tout ce qu'il comporte de diversités, afin de dévoiler sa densité, ses racines, ses cultures, ses forces endormies, biologiques, psychiques, intellectuelles, spirituelles, pour petit à petit, lentement mais sûrement phagocyter ce système en dérive, implanter les maillons qui permettront de créer ce sur système naturel qui emportera dans la poussière l'usurpation, le coup d'état permanent, le mensonge associé à l'ignorance, par toutes voies Humaines. Ici convient-il de comprendre que ce juste combat se mène en toutes opérandes, qu'elles soient discrètes, secrètes, apparentes. L'exemple de l'apparent est ici majeur, tout un chacun doit investir tout mouvement politique quel qu'il soit afin de les nettoyer de leurs pentes idéologiques issues de l'atrophie, ces musaraignes que l'on appelle le communisme, le socialisme, le libéralisme, tout ces "isme" nés de cerveaux délités de la réalité, qui ne voient dans l'Etre Humain qu'une unité économique, larve à genoux devant les larves, ces tueurs nés de la réalité Humaine qui dépasse tout ce qu'ils pourraient imaginer dans un seul de leur rêve s'ils savaient rêver. Image donc à multiplier dans toutes les strates associatives, de pensées, jusqu'à la dernière cohésion pouvant exister afin de nettoyer l'esprit subversif qui y règne, cette subversion à l'encontre de l'Etre Humain voyant l'atrophie se déclarer maîtresse de ce petit monde, décimer les cultures, violer les identités, désintégrer les Nations, par une sous culture née du pourrissement intellectuel, ce sida tentant à son image de vouloir réaliser dans l'abstraction, le métissage, l'annihilation de toute forme créative, sida allant encore bien plus loin, préparant le génocide de l'homo sapiens, en toute légalité par l'intermédiaire du mensonge institutionnalisé, dont les directives sont fomentées par les institutions internationales totalement phagocytées par la lèpre: ONU, OMS, OMC, FMI, etc. Le virus H1N1 fabriqué de toute pièce par un certain laboratoire de multiples fois dénoncé, n'est qu'un pâle exemple de ce que prépare cette théurgie de la destruction si nous n'y prenons garde. A cet effet, refusez systématiquement toute vaccination, pour vos proches comme pour vous mêmes, les vaccins bourrés de scalènes et de mercure n'étant pas là pour soigner de prétendues pandémies mais bien pour vous détruire, à tout le moins vous dérégler nerveusement, où vous rendre stérile, ne vous nourrissez d'aucun plat que vous n'auriez préparé, l'aspartate, produit cancérigène y étant dilué sans retenue, ne buvez que de l'eau bouillie, nettoyée du fluor qui est source d'intoxication dramatique. Conjointement essayez autant que faire se peut de vous soigner par les plantes, où bien par des médecines parallèles, et lorsqu'on vous donne une ordonnance lisez bien les effets secondaires des médicaments qu'elle comporte qui vous permettront peut être de demander des produits moins nocifs. Les tueurs sont à l'ouvrage pour assassiner nos Peuples, l'Humanité, par l'empoisonnement de la nourriture, de l'eau, des vaccinations inutiles entraînant mort, stérilité, troubles neuroniques, voilà où en de l'atrophie qui se voudrait gouvernance. Son rêve eugéniste est de voir stagner une population hybride à cinq cent millions d'esclaves et détruire les six milliards et demi d'Etres Humains restant qui lui fait peur, car elle ne peut imposer son autorité sur la quantité, cette quantité qui est la force Humaine, nécessaire dans le sens de la Voie à l'exploration spatiale, la conquête de notre système solaire puis de notre galaxie, voie dont elle ne veut pas car elle même défendant la désintégration de cette voie afin de régner sur la virtualité, cette virtualité qui assaille en chaque espace comme en chaque temps tout un chacun afin d'égarer l'Humain de son devenir. Nous en sommes là de cette aberration qui tue sans limite, les peuples en voie de développement en leur imposant une "écologie" stérile, les peuples développés en arasant leur intelligence en insinuant le mélodrame d'une culpabilité inexistante, nous en sommes là de cette atrophie qui s'auto couronne désormais sans que personne ne bouge. Et si personne ne bouge, actuellement, c'est tout simplement que tout un chacun ne connaît pas la force de ce qu'il représente dans la quantité, une quantité de milliards d'Etres Humains qui, rescapés de la perte d'intelligence, est en capacité de soulever des montagnes, abstraire ces quelques milliers qui cherchent à les réduire à la poussière qui se veulent dominants dans la seconde. Le vrai contre pouvoir à ce coup d'état auquel nous assistons est là, et nulle part ailleurs. Que six milliards d'Etres Humains se lèvent comme un seul homme et il ne restera rien, strictement rien de ce système virtuel qui cherche à les réduire en esclavage. Ce n'est qu'une question de volonté et de désir d'avenir, un avenir qui portera l'Humain au delà de cette petite planète, dans ces étoiles qui l'attendent. Face à la terreur insinuée il faut répondre par une unité globale du réel et forger le contre système qui se séparera de l'anéantissement qui se prépare, du génocide de l'Humanité par l'atrophie. Certains Pays se sont déjà émancipés de cette torpeur, d'autres suivront, et bientôt tous les Peuples de tous les Pays qui n'ont pas à être réduits à l'esclavage par cette atrophie mutilante. La force de la Vie c'est sa multiplicité, sa diversité, et cette force vaincra obligatoirement l'euthanasie matricielle que nous vivons actuellement. Ce n'est qu'une question de temps, de volonté, et d'union avec la réalité par tout un chacun à travers ce petit monde. A suivre...

 

The world of the atrophy

 

The world of the advanced mental atrophy, with the image of the subversive system which it regent, is offered to our glances in all its oneiric dimension. One thinks of dreaming, but it is not the case. There is something of extraordinary to see to be agitated the dwarves become, that one called Human beings formerly, in any direction to satisfy in addition to perpetually vacuum of the credit, a credit on the life as on death délectant itself of the impotence to crown itself main of this world in prey with a generic AIDS which would be liked genetic. Here the lie is king, paid by the infamy, the breach, treachery, being appropriate maze of the ignorance which is prided to be the worship of this chromosomal aberration which irradiates the integrality of our small ground, aberration not wanting more to recognize Humaine diversity, to take pleasure in its own derision, it on me of the decline which wants nothing any more but the decline, mirror without make-ups which returns the image perverse of what does not resemble to in no case with the Human being, at the very least in Homo Sapiens, but with a completed branch, by defect, of the genesis of the Human beings, with more with the primitive néandertalien, an atrophied immature branch and barbarian of which the life separated because inapt for the size from the Humaine epopee, and which, the such worm in the fruit, this day re-appears to impose its animal will. All that in the glaucous and sordid cacophony of holding and outcomes of the Humain disaster that we do know today? Not so sure, in confrontation of the roots of each one that of course the néandertalien must conceal, and to conceal for everyone so that especially Homo Sapiens does not see at which point it is notched by what is not its roots. Let us take measurement of the phasme and its importance in the destruction of all that forges the future of Human, the science misled in nebulas of tales for children, plundered and diverted with the profit of the lie, “ecology”, “anthropology”, “physics”, etc, the arts perverted by inconsistency, the major debility of the bewilderment and its satraps, reduced to arts “first”, the philosophy reduced to the expression of the yearly tenure, the policy condemned to the servility of unnamable, the religion ridiculed by a pseudo larval reason of the truism the most outrageous materialist. Which beautiful planet that Ci where the reason disappeared in the alleys from this atrophy, an atrophy arrogant, pompeuse, noxious and simiesque which bears the poisonous fruits of its apperception, of this concatenation rimant with stupidity, discharges of an opposite horizon where drives its destructive density. Attentively let us look at the diachronic course of this éléphantesque misfortune which us the representatives of this bubonic infatuation of it play on me which is authorized. Initially, and how it would be differently, perverse worship of the matter, of this chimerical gold which joins in the mineral monstrosity its poppies, subliminal ingredients of a will of possession that nothing can stop, macrophage of the alive density attacking all at the same time to recover a non-existent solidity, this solidity To be it upright which sied with the larva which endeuille, proliferous like the poison and moreover would like to become project superintendent. One includes/understands better when the primitive impulse is discovered of what is woven in the spirit of the larva which would like itself larger than ox, jealous of this natural filiation of the Life which she would like to adapt but which in truth will always escape to him and for always. This reflex today finds all its measure to the deployment of its under capacities, poor filaments tended in nothing which would be liked to domesticate what is not domesticable, the capacity with Being. Notwithstanding the constant insult, this form reproduces by annihilation, in this mirage chtonien where many of our contemporaries are vautrent while believing to find a direction with the corruption which involves them more and more far towards the refusal of the Life, a formidable culpability factory which force them with immoler with this haymaking pourrissante which can be dreamed only in the middle of the prurit of indecency, compromising, all this fright invented by commonplace cowardice and its quibbles. Do not seek honor in this marsh, it does not have there! Putridity is there such as no existing alive can make its nest there, if not that while arranging itself with its conscience of the pandemic infection which reigns there, and it undergoes all the insults before to succumb to it invariably. Then vis-a-vis this sponge of inconsistency, of the illusion, which can make the Human one will say to me? Quite simply To be, upright in the middle of the ruins of what does not belong to him, disintegration of nona creation which does not take place to be put forward, vis-a-vis sovereign reality, to link living it in all that it comprises of diversities, in order to reveal its density, its roots, its cultures, its deadened, biological, psychic, intellectual forces, spiritual, for gradually, slowly but surely phagocyter this system in drift, to establish the links which will make it possible to create it on natural system which will carry in dust the usurpation, the permanent coup d'etat, the lie associated with ignorance, by all Humaines ways. Here is advisable it to understand that this right combat is carried out in all operands, that they are discrete, secret, apparent. The example of apparent is major here, each and everyone must invest any political movement whatever it is in order to clean them their ideological slopes resulting from the atrophy, these shrews which one calls Communism, socialism, liberalism, all these “ism” born of brains surbedded of reality, which see in the economic Human being only one unit, larva with knees in front of the larvae, these killers born of the Humaine reality which exceeds all that they could imagine in only one of their dream if they could dream. Image thus to multiply in all the associative layers, of thoughts, until last cohesion being able to exist in order to clean the subversive spirit which reigns there, this subversion against the Human being seeing the atrophy declaring themselves main of this small world, decimating the cultures, violating the identities, disintegrating the Nations, by under culture born of intellectual rotting, this AIDS trying with its image to want to realize in the abstraction, the interbreeding, the annihilation of any creative form, AIDS going still much further, preparing the genocide of the homo sapiens, in all legality via the institutionalized lie, whose directives are fomented by the institutions international completely phagocytées by leprosy: UNO, WHO, OMC, the IMF, etc virus H1N1 manufactured of any part by a certain laboratory of multiple times denounced, is only one pale example of what this théurgie prepares destruction if we do not take guard there. For this purpose, refuse any vaccination systematically, for your close relations as for you same, the vaccines stuffed of scalene and of mercury not being to look after alleged pandemias there but to destroy you well, at the very least to put out of order you nervously, where you to make sterile, you do not nourish of any dish which you would not have prepared, the aspartate, produced carcinogenic there being diluted without reserve, drink only water pulp, cleaned fluorine which is dramatic source of intoxication. Jointly as far as possible try to look after you by the plants, where well by parallel medicines, and when one gives you an ordinance read well the side effects of the drugs which it comprises which will allow you can be to require less harmful products. The killers are with the work to assassinate our People, Humanity, by the poisoning of food, water, useless vaccinations involving died, sterility, hoop nets neuronic, here where in atrophy which would like governorship. Its dream eugenist is to see stagnating a hybrid population to five hundred million slaves and destroying the six billion and remaining half of Human beings which frightens him, because it cannot impose its authority on the quantity, this quantity which is the Humaine force, necessary in the direction of the Way to space exploration, the conquest of our solar system then of our galaxy, sees of which it does not want because it even defending the disintegration of this way in order to reign on virtuality, this virtuality which attacks in each space as in each time each and everyone in order to mislay the Human one its to become. We are there of this aberration which kills unbounded, the people in the process of development in their imposing sterile “ecology”, the people developed by levelling their intelligence by insinuating the melodrama of a non-existent culpability, we are there of this atrophy which car is crowned from now on without nobody moving. And if nobody moves, currently, it is quite simply that each and everyone does not know the force of what it represents in the quantity, a quantity of billion Human beings which, survivors of the loss of intelligence, is in capacity to raise mountains, to abstract these a few thousands which seek to reduce them to the dust which want to be dominant in the second. Truth against being able with this coup d'etat to which we assist is there, and nowhere elsewhere. That six billion Human beings rises like only one man and there will remain nothing, strictly nothing of this virtual system which seeks to reduce them in slavery. It is only one question of will and desire with a future, a future which will carry the Human one beyond this small planet, in these stars which await it. Vis-a-vis insinuated terror it is necessary to answer by a total unit of reality and to forge against system which will separate from the destruction which prepares, of the genocide of Humanity by the atrophy. Certain Countries were already émancipés of this torpor, others will follow, and soon all the People of all the Countries which do not have to be reduced to slavery by this mutilating atrophy. The force of the Life it is its multiplicity, its diversity, and this force will overcome obligatorily the matric euthanasia which we currently live. It is only one matter of time, of will, and union with reality by each and everyone through this small world. To follow…

 

© Vincent Thierry