Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow L'Esprit de Sparte
L'Esprit de Sparte PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 16 Décembre 2010 à 13:40

L'esprit de Sparte

 

La Grèce se réveille de sa torpeur. Il était temps, après le coup d'état fomenté, organisé, et sanctifié par les prédateurs de ce nouvel ordre mondial qui se basent sur la destruction des Peuples pour asseoir leur pouvoir. A la violence qui n'est plus la violence de l'Etat mais une violence apatride gouvernée par le seul profit, le Peuple Grec répond par la violence, ce qui est parfaitement naturel. On ne peut décréter impunément la mise en esclavage d'un Peuple sans en subir les conséquences. Que quelques forfaits, traitres aux Nations, cupides hurluberlus y voient là une expression de quelques anarchistes, ils se trompent lourdement. La démocratie a été souillée par l'argenture dans ce Pays comme jamais, remplacée par la tyrannie des médiocres, celles et ceux qui défendent l'usurpation pharaonique de tous les rapaces de la terre, unis dans leur déviance mentale voulant la destruction de ce qui ne les représente pas. Il est tout à fait normal que la Grèce, où est née la Démocratie, soit le premier Pays à se soulever contre la barbarie. Barbarie des féaux de la Voie inversée couvert du sang, des larmes et de la sueur des Peuples qui se soumettent à son chantage. Un chantage bien orchestré, conte économique créé de toute pièce afin d'appauvrir les Peuples et en les réduisant à la mendicité, en les forçant à renoncer à leur Identité afin de se noyer dans l'abjection, la putridité orientées par le parasitisme réducteur de ce petit monde qui voudrait faire accroire arriver en sauveur, tel le FMI, alors qu'il n'est que le fourrier de la destruction, le porte parole de la barbarie, le croque mort des Nations, le génocidaire des Identités multimillénaires. Ce qu'il y a d'extraordinaire dans l'action de la barbarie c'est qu'elle s'imagine que les Peuples ne se rendent pas comptent de sa présence répugnante. Le commun des mortels en sa sagesse populaire se rend parfaitement compte de la situation dans laquelle elle le soumet. De soumission donc ? Que non! Aucun Peuple ne doit se soumettre à cette aberration mentale née d'esprits atrophiés, ne voyant dans le vivant qu'une unité économique. La Grèce doit se défaire de ses chaînes, sortir de cette "europe" des barbares, rebattre sa monnaie, et protéger ses frontières par la remise en adéquation de barrières douanières qui lui permettront de sortir de l'esclavagisme auquel on la soumet. Ce n'est qu'au prix de cette action qu'elle continuera à vivre, à faire vivre son Peuple, un Peuple libre et non un Peuple domestiqué par l'aberration qui se veut triomphante. Ici il ne s'agit de faire valoir tel ou tel parti existant vendu à la prétention de la dictature du "nouvel ordre mondial", mais bien au contraire de couronner  le parti du Peuple par delà la soumission, la forfaiture, la trahison. Ce parti doit prendre le pouvoir légalement et appliquer immédiatement les mesures permettant à son Peuple de se libérer du fléau du parasitisme. Foyer de la Démocratie, ce Pays libéré des sangsues barbares permettra alors aux Pays soumis par la même barbarie de se libérer à leur tour du noyautage, de la compromission, de l'insinuation, du parasitisme en ses composantes. Je pense ici à l'Angleterre, à l'Irlande, demain au Portugal, à l'Espagne, à la France et l'Italie. On nous dit qu'il n'y a pas d'alternative au mondialisme, ce qui est entièrement faux. Le mondialisme se bâti sur l'esclavage, l'eugénisme, la dictature de l'argenture, la destruction des Identités, des Nations, des Cultures. Il existe une alternative, l'Universalité, qui respectueuse des Identités, des Nations, des Cultures créera l'Ordre Mondial de la capacité, celle permettant l'épanouissement de chaque Etre Humain en respect de ses racines, en respect de son Identité, de son Peuple, de sa Nation, qui dans le concert des Nations et des groupements de Nations favorisera l'émergence de l'Etre Humanité, et non de l'esclave. Oui des alternatives existent et tout Peuple qui se respecte a devoir de son choix dans le cadre de ce petit monde, soit la barbarie, soit l'harmonie, comme chaque Etre Humain a choix de ne pas Etre ou Etre. Le combat qui se mènera dans l'avenir proche n'est pas celui des religions comme on aime tant à le dire, mais bien le combat entre différentes visions du monde, soit un monde de barbares, soit un monde d'Etres Humains, soit le monde de la soumission, soit le monde de l'élévation. Ne nous leurrons, pour l'instant la balance semble peser pour la barbarie, mais cela n'est qu'un trompe l'œil, une illusion d'optique qui peut être balayée par la mise en marche de la quantité. Pour paraphraser Napoléon : "combien de divisions?" L'Humanité représente six milliards d'individus, donc nous voyons très bien ce qui est leurre et ce qui ne l'est pas. Ne vous laissez donc pas désinformés par les termes employés par la barbarie pour désigner les Peuples en action, ce ne sont ni des anarchistes, ni des "populistes", (toujours ces "isme" qui sont les pures fabulations de la propagande mondial-iste), qui défilent dans les rues mais bien chacun d'entre nous, lassés de servir de serfs et de vilains à une caste dont la médiocrité recèle un tel esprit de destruction qu'il convient un jour de s'opposer à ses prétentions dévastatrices. La Grèce en est là, et il ne faut pas se faire d'illusion, d'autres Pays suivront. Face à la désintégration la Vie se rebelle de manière à prospérer, et ne se laisse en aucun cas anéantir par les avatars consternants d'un illuminisme délirant qui ce jour brille de toute sa noirceur sur toute la planète, un illuminisme d'errants accouplés à l'or tribal d'une divinité sans lendemain. virtualité qui s'égosille et brame lorsque le Peuple s'agite, afin de ne pas perdre ses privilèges issues du néant, en culpabilisant le dit Peuple en l'associant avec ses créations les plus ridicules, les plus meurtrières et les plus insipides que la Nature Humaine ait connu, anarchisme, socialisme, communisme, national socialisme, libéralisme, tous ces "ismes", comme précités qui ne sont que les doigts d'une même main, la main de la dictature des esprits étroits et endeuillés de ce qui forge la réalité de l'Humanité, l'empathie, le courage, l'honneur, le respect. Car enfin est ce faire preuve d'empathie lorsqu'on décrète la dictature sur le devenir Humain, est ce faire preuve de courage que de prendre des décisions sur le sort de l'Humanité en se cachant dans des congrès hyper protégés par des hommes en armes, est ce faire preuve d'honneur lorsqu'on décide de supprimer une partie de l'Humanité pour préserver des privilèges acquis par le sang, la sueur et les larmes des Peuples, est ce respecter l'Humain? En aucun cas. Tout un chacun le comprendra, tout un chacun agira pour restituer à la réalité sa formalité et non sa virtualité, cela ne fait aucun doute. La quantité dissipera ce règne usurpé de l'argenture, lorsque les Peuples auront compris qu'ils sont le jouet du terrorisme le plus virulent qui puisse exister, celui imposé par la barbarie et ses émules, ces milliers et milliers d'êtres humains phagocytés par cette croyance relevant de l'utopie de se croire au dessus de toutes limites dans l'exaction. La prévention est plus intéressante que la répression, cette répression que rien ne pourra arrêter car partie de cette partie intime des Peuples qui ne peut être déracinée par les fantasmes d'une propagande délirante qui ne prends plus ni pour les uns ni pour les autres, malgré la belle imperméabilité d'instituts de conditionnements pavlovien qui pensent régir en apprenant l'ordinaire et le superflu de la manipulation des masses à certaines franges de politiciens de tous ordres et de tous acabits qui vendent leur âme pour quelques rubis. Le terrorisme intellectuel est totalement dépassé aujourd'hui grâce à la communication qui s'est établie entre les Peuples qui se respectent, qui ne s'arrête à la toile - qui pourra être censurée tant qu'on voudra maintenant, cela n'a aucune importance-  il est trop tard pour l'illusion et le fantasme, car la Liberté de penser a déjà fait son chemin, inexorablement, par devers la tragédie du politiquement "correct", de toutes ces aberrations qui se veulent dominantes et qui en fait ne sont rien qu'un flot de poussière sur les étagères des bibliothèques autorisées par les pouvoirs régaliens. Les "maîtres à penser" de cette dérision en arrivent à faire rire et on attend presque avec impatiente leur pensum pour rire encore plus fort et voir à quel point ils ont oublié que l'intelligence demeure dans l'Esprit des Peuples, un Esprit que rien ne pourra détruire, et certainement pas leur monde illusoire dans lequel ils se couronneraient. N'est pas César qui veut être César. César a combattu sur les champs de bataille et ne s'est pas caché dans les tentures frappées du frontispice de la "gnose" pour œuvrer son empire. L'empire n'appartient en aucun cas aux oiseaux nocturnes, mais bien aux oiseaux de lumière, aux combattants de la Voie, et non aux destructeurs de la Voie. Pour revenir à la Grèce, Alexandre a combattu debout, en plein jour, défaisant les satrapes et  leurs armées, cette Perse ayant succombée aux avatars de l'infortune intellectuelle pour se vautrer dans la fange et l'immondice. L'esprit de Sparte est toujours présent, et cet Esprit, loin de disparaître sous les coups d'une sous-culture abreuvée d'ignorance, malgré les assauts d'un mondialisme déphasé du réel, ressurgit, comme ressurgiront en chaque Peuple leurs racines afin de taire l'opprobre, la connivence, la flagornerie et l'outrage. Il est encore temps de revoir l'inconditionnel qui se veut destinée de l'Humain, il est toujours temps de retourner à ses chères études et de contempler l'Humain autrement que comme un esclave, et à partir de là, tout peut être possible, non pas dans le meilleur des mondes d'Orwell, mais dans un monde où l'Etre Humain sera à la fois respecté et avenir de l'Humanité elle même. A suivre...

 

The spirit of Sparte

 

Greece awakes its torpor. It was times, after the coup d'etat fomented, organized, and sanctified by the predatory ones of this new world kind which are based on the destruction of the People to sit their capacity. The violence which is not any more violence of the State but a violence stateless person controlled by the only profit, the Greek People answer by violence, which is perfectly natural. One cannot issue with impunity the setting in slavery of People without undergoing the consequences of them. There that some fixed prices, traitors with the Nations, covetous hurluberlus see there an expression of some anarchists, they are mistaken heavily. The democracy was soiled by silvering in this Country like never, replaced by the tyranny of poor, those and those which defend the Pharaonic usurpation of all the raptors of the ground, linked in their mental deviance wanting the destruction of what does not represent them. It is completely normal that Greece, where was born the Democracy, is the first Country to be raised against cruelty. Cruelty of féaux of the reversed Way covered of blood, the tears and the sweat of the People which submit themselves to his blackmail. A well orchestrated blackmail, economic tale created of any part in order to impoverish the People and by reducing them to the begging, while forcing them to give up their Identity in order to drown in the abjection, putridity directed by the reducing parasitism of this small world which would like to make accroire arrive as a saver, such IMF, whereas it is only the furrier of the destruction, carries it word of cruelty, crunches it dead Nations, genocidary Identities multimillénaires. What there is the extraordinary one in the action of cruelty it is that she thinks that the People do not go count its feeling reluctant presence. The common run of people in his popular wisdom realizes perfectly of the situation in which it subjects it. Of tender thus? That not! No People must submit themselves to this mental aberration born of atrophied spirits, seeing in alive only the one economic unit. Greece must demolish its chains, leave this “Europe” the barbarians, rebattre his currency, and protect its borders by the handing-over in adequacy from tariff barriers which will enable him to leave the slave system to which one subjects it. It is only at the price of this action that it will continue to live, to make live its People, free People and not People domesticated by the aberration which wants to be triumphing. Here it is not a question of putting forward such or such existing party sold with the claim of the dictatorship of the “new world order”, but quite contrary of crowning the party of the People across the tender, the breach, treason. This party must seize the power legally and apply measurements immediately allowing its People to release itself from the plague of parasitism. Hearth of the Democracy, this released Country of the cruel leeches will then allow the Countries subjected consequently cruelty to release itself in their turn from coring, compromising, the insinuation, parasitism in its components. I think here of England, in Ireland, tomorrow in Portugal, in Spain, in France and Italy. It is said to us that there is no alternative to the mondialism, which is entirely false. Mondialism built on slavery, the eugenism, the dictatorship of silvering, the destruction of the Identities, the Nations, the Cultures. There exists an alternative, the Universality, which respectful of the Identities, Nations, Cultures will create the World Order of the capacity, that allowing the blooming of each Human being in respect of its roots, respect of its Identity, its People, his Nation, which in the concert of the Nations and the groupings of Nations will support emergence To be it Humanity, and not of the slave. Yes alternatives exist and any People which respect themselves have to have of his choice within the framework of this small world, either cruelty, or the harmony, as each Human being has choice Not to be or To be. The combat which will be carried out in the near future is not that of the religions as one likes so much to say it, but well the combat between various visions of the world, either a world of barbarians, or a world of Human beings, or the world of the tender, or the world of rise. We do not delude, for the moment the balance seems to weigh for cruelty, but that is only one horn the eye, an optical illusion which can be swept by the starting of the quantity. To paraphrase Napoleon: “how much divisions?” Humanity represents six billion individuals, therefore we see very well what is lure and what is not it. You thus do not leave désinformés by the terms employed by cruelty to designate the People in action, it are neither of the anarchists, nor of “populist”, (always these “ism” who are pure fabulations of propaganda world-iste), which ravel in the streets but well each one among us, wearied to be used serfs and the unpleasant ones for a caste whose mediocrity conceals such a spirit of destruction that it is advisable one day to be opposed to its claims devastators. Greece in is there, and one should not be made illusion, other Countries will follow. Vis-a-vis disintegration the Life rebels so as to thrive, and does not let itself in no case to destroy by the dismaying misadventures of a delirious illuminism which this day shines of all its blackness on all planet, a illuminism of wandering coupled with the tribal gold of a divinity without a future. virtuality which bawls and slab when the People are agitated, in order not to lose its privileges exits of nothing, while making feel guilty says it Peuple by associating it with his most ridiculous creations, most fatal and most insipid that the Human nature knew, anarchism, socialism, Communism, national socialism, liberalism, all these “isms”, as above mentioned which are only fingers of the same hand, the hand of the dictatorship of the narrow and endeuillés spirits of what forges the reality of Humanity, the empathy, courage, the honor, the respect. Because finally is this to show empathy when one issues the dictatorship on becoming to it Humain, is this to show courage to make decisions on the fate of Humanity while hiding in congresses hyper protected by men-at-arms, is this to show honor when one decides to remove part of Humanity to preserve privileges acquired by blood, the sweat and the tears of the People, is this to respect the Human one? To in no case. Each and everyone will include/understand it, each and everyone will act to restore with reality its formality and not its virtuality, that is not any doubt. The quantity will dissipate this usurped reign of silvering, when the People understand that they are the toy of the terrorism most virulent which can exist, that imposed by cruelty and his followers, these thousands and thousands of human beings phagocytes by this belief concerned with the Utopia to accept itself the top of very limiting in the exaction. The prevention is more interesting than repression, this repression that nothing will be able to stop because started from this intimate part of the People which cannot be uprooted by the phantasms of a delirious propaganda which take any more neither for the ones nor for the others, in spite of the beautiful impermeability of institutes of conditionings Pavlovian which think of governing by learning the ordinary one and superfluity from the handling of the masses with certain fringes of politicians of all kinds and of all qualities which sell their heart for some rubies. Intellectual terrorism is completely exceeded today thanks to the communication which was established between the People which respect, which does not stop with the fabric - which could be censured as long as one will want now, that does not have any importance it is too late for the illusion and the phantasm, because Freedom to think already made its way, unrelentingly, to the tragedy of politically “correct”, of all these aberrations which want to be dominant and which in fact are not only a flood of dust on the racks of the libraries authorized by the kingly capacities. The “intellectual guides” of this derision manage from there to make laugh and one waits almost with impatient their pensum to laugh even more extremely and to see at which point they forgot that the intelligence remains in the Spirit of the People, a Spirit that nothing will be able to destroy, and certainly not their illusory world in which they would be crowned. Is not César which wants to be César. César fought on the battle fields and did not hide in hangings struck of the frontispiece of the “gnosis” to work its empire. The empire does not belong to in no case with the night birds, but well with the birds of light, the combatants of the Way, and not with the destructors of the Way. To return to Greece, Alexandre fought upright, in full day, demolishing the satraps and their armies, this Persia having succumbed to the misadventures of intellectual misfortune for vautrer in mud and refuse. The spirit of Sparte is always present, and this Spirit, far from disappearing under the blows from a subculture watered from ignorance, in spite of the attacks of a mondialism out of phase of reality, re-appears, as will re-appear in each People their roots in order to conceal the opprobrium, complicity, the slavish flattery and the insult. It is still time to re-examine the unconditional one which wants to be intended the Human one, it is always time to turn over to its dear studies and to differently contemplate the Human one than like a slave, and from there, all can be possible, not in Brave New World d' Orwell, but in a world where the Human being will be at the same time respected and future of Humanity it even. To follow…

 

© Vincent Thierry

Dernière Mise à jour ( Jeudi 16 Décembre 2010 à 13:46 )