Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow L'insondable abîme
L'insondable abîme PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 11 Janvier 2011 à 12:16

L'insondable abîme

 

Le monde s'enferme dans une dérive programmée où les actions s'enchaînent afin d'instituer cet artifice que l'on appelle le "gouvernement" mondial, brigué par toutes les appartenances infatuées de la perversion économique, régissant les partis politiques de droite comme de gauche qui s'agitent comme des girouettes afin de faire accroire en une quelconque détermination personnelle. Le cas de ce socialiste imbu de sa personne, lorsqu'on comprend enfin qu'il n'y a ni droite ni gauche, est typique de cette déviance instinctuelle qui rejoint la barbarie, qui veut laminer tous les acquis sociaux de tous nos pays enferrés dans la stupidité hilarante d'une "europe" dévoyée, s'appuyant sur un "euro" surfait avenant la faillite de nos économies. Aux ordres, ce féal, remet en cause les 35 heures avec un aplomb qu'il veut extérioriser comme si cette idée lui était propre alors qu'elle vient du centre de commande de notre pauvre "europe" laminée, du groupe Bilderberg assignant ce prétendant au pouvoir qui depuis telle la grenouille se voudrait devenir un bœuf, tartuffe orgueilleux qui laisse rêveur quand au recrutement devenu de la manifestation de ce qui aurait pu être un ordre mondial qui ne sanctifie aujourd'hui plus que le désordre mondial, prévaricateur, génocidaire, barbare, qui se voudrait destinée de l'avenir des Peuples, alors que monstruosité, elle les enferme dans une espèce de bouillie humaine par métissage forcenée,  viol des Identités, dénaturation des Nations,  destruction des libertés, qui les mènent à une désintégration arbitraire ou partielle. Le pré cité aujourd'hui après sa saillie, permet d'enchaîner la réaction alliée, celle du soit disant parti de droite, ici on voit la symbolique action réaction, et dans cette symbolique un débat inexistant préfigurant, comme ce fut le cas pour les retraites, la destruction de l'acquis social représenté par les trente cinq heures, manipulation minable, perpétuée à l'infini qui ne prend que dans les esprits bercés d'illusion où pire domestiqués par des partis qui, toutes choses égales par ailleurs scient la branche sur laquelle ils sont assis, car sans l'aveuglement des Peuples, ils ne sont rien, tout comme ne sont rien leurs mandataires voilés, cachés au fond de leurs sociétés de pensées asymétriques qui encouragent le sommeil des Peuples en favorisant leur destruction culturelle, spirituelle et intellectuelle, afin de façonner le monde à leur image, morbide à souhait. Face à cette dérive de plus en plus singulière et téméraire, les Peuples lentement se réveillent de leur léthargie, de l'accroire de leur impuissance, alors qu'ils sont la puissance réelle de ce monde, et découvrent avec horreur le couronnement que cherchent à établir les barbares sur leurs terres infectées par un sida mental relevant de la pandémie contre laquelle le seul vaccin reste l'éveil, pandémie accentuée par la permissivité accentuée accordée aux religions de la soumission afin de détruire dans l'esprit des Peuples, leur volonté!  Il n'y a pas lieu ici de s'en étonner mais de bien comprendre à quel stade  la manipulation grossière est exécutée, comme par cet individu obnubilé par un semblant de pouvoir qui l'écarte de toute raison. La manipulation est un art de prestidigitateur, mais lorsque les ficelles de cet art sont reconnues, ce n'est plus un art mais une dérive et celles et ceux qui le pratiquent en regard n'ont plus alors aucune crédibilité. Ce regard des Peuples se tourne alors vers leurs actrices et acteurs, et les interroge sur leurs mobiles, ces mobiles sans conviction, sans honneur qui pré configurent le désert généralisé dans lequel ils disparaîtront obligatoirement, car simples outils de la mise en place d'une dictature dans laquelle ils n'ont aucune place, si veule est leur motif, prébende, domestication, déshonneur qu'ils ne peuvent se prévaloir d'aucune intégration dans le désordre qui se voudrait dominant, et qui nonobstant sa typologie voudrait faire accroire qu'il est ordre, ordre inverse oui, ordre naturel non. Il convient que les Peuples en éveil se rebellent contre cette outrance par les voies de la Démocratie, en éliminant systématiquement des bulletins de vote tous les primats de la droite comme de gauche aux yeux rivés sur ce plan de la déchéance humaine qu'on appelle encore le "nouvel ordre mondial" alors qu'il doit se nommer le "nouveau désordre mondial", curée de toutes les prétentions de pseudos philosophies issues d'un illuminisme destructeur qui est en train de s'autodétruire lui même grâce à l'éveil  précité des Peuples, cet Eveil qui se poursuivra inéluctablement, car dans l'ordre vivant, contre poison à la mortelle errance qui s'imagine dominante. Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour le voir, au simple regard sur le rejet total des histrions de la "politique" par l'ensemble des Peuples, on peut déjà mesurer la défaite de la barbarie, qui agitatrice, cherche encore à gagner le cœur des opinions en développant un concert forcené naturant un pseudo terrorisme manipulé et manipulateur qui cherche à domestiquer le vivant. Quelle merveilleuse invention que le terrorisme pour faire s'unir dans une peur irraisonnée celles et ceux qui ne penseraient pas comme toutes celles et tous ceux qui n'ont de raison de vivre que la destruction des civilisations et de leurs supports mémoriels que représentent les Nations. Plus l'instrument est énorme, mieux il passe dans les opinions, l'intelligence diminuant comme le carré de la population sollicitée, ce qui permet dans le cadre de la sauvagerie déployée d'institutionnaliser des réactions pavloviennes relevant du syndrome de Stockholm, où l'on voit des Peuples entiers se soumettre et en redemander auprès de leurs bourreaux qu'ils imaginent leurs libérateurs. Lorsqu'on regarde l'assassinat de nos concitoyens par des bandes armées, qui existent depuis des temps antédiluviens, revêtus de l'enveloppe du "terrorisme", il y a là mesure du fantasme le plus ridicule, cet assassinat étant privilège de la barbarie et non d'une action concertée pour établir une légitimité politique, ou simplement religieuse ou philosophique. Et il conviendrait ici de se poser la question: qui manipule qui? Dans l'Egypte Antique la symbolique du gouvernement est pur produit de cette désinence, le fouet permet d'avancer, la récompense de manipuler, et dans l'ordre établi, le fouet devient institution, car ordonnance de récompense. Si nous transposons dans notre monde que l'on appelle moderne, le fouet est ici la récession économique doublée du sortilège terroriste, avenant une récompense individuelle créant une nébuleuse de castes primitives n'ayant plus d'autres buts que de se plier à la masse afin de s'abstraire de la peur dont le gardien serait la porte de salut du "nouvel ordre mondial". En matière de bêtisier on peut faire mieux, et ce mieux lentement s'instaure sous les yeux du commun, par une réaction spontanée face à ces barbaries qui s'entraident, celles recélées par le pire du nazisme comme du communisme qui ont investi toutes les sociétés de pensées, alliées aux  intégrismes les plus farouches qu'ils soient d'ordre politique ou religieux afin de manier ce fouet et cette récompense prédéfinies, encensés par de pseudos philosophes, dithyrambes personnages qui voudraient donner de leçons de morales, les Balkans connaissant son courage pour l'un à la première balle tirée par des snipers, la justice poursuivant le suivant pour trafic d'armes, enfin sommet de l'hypocrisie, le dernier qui oserait l'investiture, tueur de nations par excellence, traînant derrière lui le pillage d'un brevet déposé par un ingénieur Français, permettant l'extinction des feux de pipeline, qui a rapporté quelques centaines de millions de dollars, à qui? L'heure n'est pas à rire, lorsqu'on se sert du meurtre de nos enfants pour asseoir un décorum qui n'a pas la moindre consistance sinon celle de l'accroire, de cette manipulation désormais pavlovienne à souhait que les Peuple doivent subir. On ne peut que s'enchanter qu'existât encore un processus électif, jusqu'à quand? dans le lambeau de la démocratie en lequel nous vivons, qui permettra à tout un chacun de renvoyer à leurs chères études tous les prétendants à cette marche de somnambules à laquelle on ne nous convie, ni ne nous invite, mais bien au contraire que l'on nous impose.  Chaque élection de fait doit devenir écartement de ce prurit téléguidé, mais cela sera t'il le cas en 2012? Tant d'innocents broyés par le mensonge, la terreur et l'euphorie de la médiocrité? A suivre...

 

The unsoundable abyss

 

The world is locked up in a programmed drift where the actions are connected in order to institute this artifice which one calls world the “government”, aspired to by all the infatuées memberships of economic perversion, governing the political parties of right-hand side as of left which are agitated like wind vanes in order to make accroire in any personal determination. Case of this Socialist imbu of its person, when one includes/understands finally that there is neither right-hand side nor left, is typical of this deviance instinctual which joined the cruelty, which wants to roll all the social skills of all our countries enferrés in the laughing stupidity of canted “Europe”, being based on a “euro” overrates pleasing the bankruptcy of our economies. To the orders, this ferroaluminium, calls into question the 35 hours with a balance which he wants to exteriorize as if this idea were clean for him whereas it comes from the center of ordering of our poor rolled “Europe”, of the Bilderberg group assigning this applicant with the capacity which since such frog would like itself to become an ox, proud sanctimonious hypocrite who leaves dreamer when with the become recruitment of the demonstration of what could have been a world order which sanctifies nothing any more but the world disorder today, corrupt official, genocidary, barbarian, who would like himself intended future of the People, whereas monstrosity, it locks up them in a human pulp species by interbreeding exaggerated,  rape of the Identities, denaturation of the Nations, destruction of freedoms, which lead them to an arbitrary or partial disintegration. The pre city today after its projection, makes it possible to connect the allied reaction, that of is saying right party, here one sees the symbolic system action reaction, and in this symbolic system a non-existent debate preceding, as it was the case for the retirements, the destruction of the social skill represented by the thirty five hours, poor handling, perpetuated ad infinitum which takes only in the spirits deluded with illusion where worse domesticated by parties which, all things being equal saw the branch on which they sat, because without the blindness of the People, they are nothing, just like their veiled agents are nothing, hidden at the bottom their companies of asymmetrical thoughts which encourage the sleep of the People by supporting their cultural, spiritual and intellectual destruction, in order to work the world with their image, morbid with wish. Vis-a-vis this increasingly singular and bold drift, the People slowly awake of their lethargy, the accroire of their impotence, whereas they are the real power of this world, and discover with horror crowning that seek to establish the barbarians on their grounds infected by a concerning mental AIDS the pandemia against which the only vaccine remains the awakening, pandemia accentuated by the accentuated permissiveness granted to the religions of the tender in order to destroy in the spirit of the People, their will!  It is not necessary to be astonished some here but to include/understand well at which stage coarse handling is carried out, as by this individual obnubilated by an illusory power which draws aside it from any reason. Handling is an art of conjurer, but when the strings of this art are recognized, it is not any more one art but a drift and those and those which practice it in glance do not have any credibility then any more. This glance of the People turns then to their actresses and actors, and questions them on their mobiles, these mobiles without conviction, honor which pre configure the desert generalized in which they will disappear obligatorily, because simple tools of the installation of a dictatorship in which they do not have any place, if weak is their reason, emolument, domestication, dishonor which they can be prevailed of no integration in the disorder which would be liked dominating, and which notwithstanding its typology would like to make accroire that it is order, inverse order yes, natural order not. It is appropriate that the People in awakening rebel against this excess by the ways of the Democracy, by systematically eliminating from ballot papers all the primacies of the right-hand side as of left to the eyes rivetted from this point of view of the human forfeiture which one still calls the “new world order” whereas it must name the “new world disorder”, quarry of all the claims of pseudos philosophies resulting from a destroying illuminism which is in the train of autodétruire him even thanks to the above mentioned awakening of the People, this Awakening which will continue ineluctably, because in the alive order, against poison with the mortal wandering who thinks dominant. There does not need to be a large clerk to see it, with the simple glance on the total rejection of histrions of the “policy” by the whole of the People, one can already measure the defeat of the cruelty, which agitatrice, still seeks to gain the heart of the opinions by developing an exaggerated concert naturant a pseudo handled terrorism and manipulator which seeks to domesticate living it. Which marvellous invention that terrorism to make link in an unreasoned fear those and those which would not think like all those and all those which have reason to live only the destruction of civilizations and their supports mémoriels that represent the Nations. The more enormous the instrument is, the better it passes in the opinions, the intelligence decreasing like the square of the solicited population, which allows within the framework of brutality deployed to institutionalize Pavlovian reactions concerned with the syndrome of Stockholm, where one sees whole People subjecting themselves and in redemander near their torturers that they imagine their liberators. When one looks at the assassination of our fellow-citizens by armed bands, which exist times antédiluviens since, covered envelope of “terrorism”, there is measurement of the most ridiculous phantasm, this assassination being privilege of cruelty and not of an joint action to establish a legitimacy political, or simply nun or philosophical. And it would be advisable here to raise the question: who handles who? In Egypt Antique the symbolic system of the government pure is produced of this ending, the whip makes it possible to advance, the reward to handle, and in the established order, the whip becomes institution, because ordinance of reward. If we transpose in our world which one calls modern, the whip is here the doubled economic recession of the terrorist magic spell, endorsement an individual reward creating a nebula of primitive castes not having more other goals to yield with the mass in order to abstract itself from the fear whose guard would be the door of hello of the “new world order”. As regards collection of howlers one can better do, and this better slowly is established under the eyes of the commun run, by a spontaneous reaction vis-a-vis these cruelties which help each other, those concealed by worst of the Nazism as of Communism which invested all the companies of thoughts the, allied ones with the most savage integrisms which they are of a political nature or monk in order to handle this preset whip and this reward, encensés by philosophical pseudos, panegyrics characters which would like to give lessons of morals, Balkans knowing his courage for one with the first ball drawn by snipers, justice continuing the following for traffic of weapons, finally top of hypocrisy, the last which would dare the nomination, killer of nations par excellence, trailing behind him the plundering of a patent deposited by a French engineer, allowing the extinction of fires of pipeline, which brought back a few hundreds of million dollars, which? Hour is not with to laugh, when one makes use of the murder of our children to sit a decorum which does not have the least consistency if not that of the accroire, of this Pavlovian handling from now on with wish that the People must undergo. One can only enchant oneself who existed still an elective process, until when? in the scrap of the democracy in which we live, who will allow each and everyone to return to their dear studies all the applicants to this walk of sleepwalkers to which one does not invite us, nor does not invite us, but quite to the contrary that one imposes to us.  Does each election in fact have to become spacing of this prurit radio-controlled, but that will be you he it case in 2012? So many innocent crushed by the lie, the terror and the euphoria of the mediocrity? To follow…

 

© Vincent Thierry