Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow DES ARTS arrow POESIE arrow POLITIQUE arrow La peine de mort
La peine de mort PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 02 Février 2011 à 12:57

La peine de mort

 

Devant la monstruosité, la barbarie à l'état pur, devant ce meurtre ignoble d'une jeune fille qui n'avait demandé qu'à vivre, occasionné par un récidiviste, non-humain, il convient de rétablir la peine de mort sans atermoiements. Il suffit de la lâcheté devant le crime, l'assassinat de nos enfants par des monstres laissés en liberté par le laxisme, la dépendance à des idéologies couronnées en loge par des mystiques du matérialisme le plus ignoble, des droits de l'homme ridicules ( comment peut-on parle ici de droit de l'homme?), il suffit de ces gouvernements qui enrichissent la cause de ces meurtriers en puissance qui circulent en liberté grâce à leurs bons soins. La peine capitale doit être immédiatement ré instituée pour cette typologie répugnante qui s'abreuve du sang de nos enfants. Ré instituée pour tous ces crimes relevant de l'abjection, crimes pédophiles, crimes de détraqués sexuels, crimes de lâches s'attaquant aux faibles et aux vieillards, crimes abusifs dont une société normalement constituée doit éliminer sans la moindre pitié les auteurs. Qu'encourage t'on en conservant vivants ces barbares, ces prédateurs, pire que des animaux, ces  non-humains accomplis, ces tueurs nés, ces psychopathes, sinon que la normalisation de la monstruosité qui se retrouve si fidèlement dans les théurgies de sectes infâmes, sataniques, et diverses, initiant dans leurs rituels le meurtre d'enfants, la dépravation des Etres Humains, la traite des Etres Humains, l'horreur globale. A ces horreurs, la société se doit de répondre par la peine capitale, car elle doit se protéger contre cette barbarie, protéger ses enfants contre les non-humains qui circulent librement grâce à une justice inféodée à des théorisations maçonniques totalement délirantes et désaxées, sacralisant la vermine dans tout ce qu'elle a de répugnante. Le Peuple doit se prononcer pour le rétablissement de cette peine capitale par référendum, rapidement, car il ne faut pas attendre des députés et gouvernants de gauche comme de droite, la moindre décision, l'esprit rongeant les institutions se retrouvant dans ce laxisme organisé par une justice inféodée. Nous ne pouvons que nous organiser face à cette dépravation, et c'est l'affaire de toutes et de tous. Nous ne pouvons continuer à supporter la barbarie en tous lieux, jusqu'aux frontières de nos écoles où rôdent des traqueurs qui enlèvent nos enfants pour les servir à la perversité qui achète à prix d'or ce trafic de l'ignominie, quand les traqueurs eux mêmes ne sont pas consommateurs. Cessons de nous voiler la face, des réseaux existent concernant cette atteinte à la Vie, seule raison qui peut permettre d'expliquer ce laxisme ignoble de ce qu'on appelle encore la justice. Le mal est profond, et il faut le nettoyer partout où il se trouve, débarrasser de sa lie toutes les Institutions, en traquant tout laxisme à l'encontre de ces meurtriers en puissance que sont ces détraqués que Sparte eut tué à la naissance, et dont la peine capitale doit nettoyer nos sociétés. Il suffit des états d'âmes, des idéologies de la perversion, on ne transige pas avec le crime, on le détruit à sa racine. Les lois qui annulent la peine de mort doivent être revisitées. Elles doivent disparaître des codes de tous Pays dits civilisés qui ce jour prennent visage de cette barbarie, voyant les Peuples obligés de supporter ce parasitisme au détriment de la sécurité des enfants, des vieillards, des plus faibles, voyant ce jour l'assassinat devenir règle, qui pour une cigarette, qui pour un téléphone, qui pour un vêtement, l'impunité permettant cette mise en déshérence de la société civile qui ne peut que pleurer ses morts, et en aucun cas attendre un jugement équitable de la part des autorités, sauf à voir les dits gouvernements précipiter des consolateurs psychologiques qui n'ont que pour seule mission de faire accepter l'horreur. Le législatif doit se reprendre rapidement si on ne veut pas tomber dans la gangrène de cette violence irriguée, ( par volonté extérieure?) et innervée ( par volonté intérieure?) dans notre société Humaine. Il est temps de remettre les pendules à l'heure, de mettre les points sur les i concernant les abjections les plus ignobles que peuvent subir les citoyennes et les citoyens dans leur vie courante: le viol, l'assassinat, l'injure, l'intimidation, le harcèlement de non-humains qui s'imaginent au dessus des lois humaines en regard des lois inhumaines qui leurs permettent d'exercer leur monstruosité. La  peine de mort ne doit plus être un sujet sacrilège, bien au contraire, une société qui veut vivre naturellement doit se débarrasser de ses fléaux sans états d'âme, le viol doit être puni d'une peine irréductible conjuguée par castration définitive, le meurtre dans les conditions précitées doit être condamné à la peine capitale, cette peine pouvant être exécutée au service de laboratoires où au service de la science. Il suffit de tous les colifichets d'une psychologie infantile de pacotille, de l'errance maçonnique ou religieuse sur ce sujet, lorsqu'on tue nos enfants dans les conditions de ce meurtre envers cette jeune fille, on ne doit avoir aucune pitié. Il est temps d'assainir notre société de cette démence issue d'un laxisme désordonnée tendant à la liquéfier. Il n'est pas curieux de voir qu'aucun parti bien pensant ne demande l'abolition de cette fourberie qu'est l'abolition de la peine de mort, si préoccupé de son apparat que les Peuples peuvent être torturés, comme ce jeune homme de confession israélite, où cet autre ayant une orientation sexuelle personnelle, que cette jeune fille voit son corps réduit à l'image de ce que l'on voit sur les étals de boucher, que cette vieille dame soit traînée sur des dizaines de mètres sur le sol jusqu'à ce que mort s'en suive pour le vol d'un sac, sans que le moindre personnage de sa nef ne bouge le petit doigt. On voit défiler des centaines de milliers de personne pour le relèvement de l'âge de la retraite, il serait temps de voir des millions de citoyens défiler pour rétablir la peine de mort contre l'immondice qui conchie la société Humaine. Ce n'est pas seulement au prix des mots qu'il faut progresser dans cette direction mais bien au prix des Lois, lois que ne pourront voter que les Députés libres des dérives les plus illusoires, qui seront menés au pouvoir par la foule immense des citoyennes et des citoyens qui en ont assez de voir le meurtre devenir leur lot quotidien dans leur société dont celles et ceux qui prétendent la gouverner ont démissionné au profit de leur intérêt personnel. 2012 sera décisif, il faut le souhaiter sur ce sujet, entre autre.

 

 

The capital punishment

 

In Front Of the monstrosity, cruelty in a pure state, in front of this wretched murder of an young girl who had asked to only live, caused by a recidivist, not-human, it is appropriate to restore the capital punishment without excuses. It is enough to cowardice in front of the crime, the assassination of our children by monsters left in freedom by laxism, the dependence with ideologies crowned in cabin by mystics of the most wretched materialism, ridiculous human rights (how one can speaks here about human right?), it is enough to these governments which enrich the cause by these murderers in power who circulate in freedom thanks to their good care. The capital punishment must be immediately D instituted for this feeling reluctant typology which waters blood of our children. D instituted for all these crimes concerned with the abjection, crimes paedophiles, crimes of ruined sexual, crimes of cowards attacking with weak and the old men, abusive crimes of which a company normally made up must eliminate without least pity the authors. What encourages you one by preserving alive these barbarians, these predatory, worse than of the animals, these not-human accomplished, these killers born, these psychopaths, if not than the standardization of the monstrosity which so accurately finds in the théurgies sects infamous, satanic, and various, initiating in the their ritual murder of children, the depravity of the Human Beings, the draft of the Human Beings, the total horror. With these horrors, the company must answer by the capital punishment, because it must be protected from this cruelty, to protect her children against thehuman ones who circulate freely thanks to a justice dependant on completely delirious and excentric Masonic theorizations, sacrilizing vermin in all that it has of being repugnant to. The People must decide for the re-establishment of this capital punishment per referendum, quickly, because one should not expect deputies and controlling of left like line, the least decision, the spirit corroding the institutions finding itself in this laxism organized by a pledged justice. We can only organize us vis-a-vis this depravity, and it is the business of all and all. We cannot continue to support cruelty in all places, to the borders of our schools where traqueurs grind who remove our children to be used them for perversity who buys at ransom price this traffic of the ignominy, when the same traqueurs them are not consuming. Let Us Cease veiling us the face, networks exist concerning this attack with the Life, only reason which can make it possible to what is called explain this wretched laxism of still justice. The evil is deep, and it should be cleaned everywhere where it is, to remove from its dregs all the Institutions, by tracking any laxism against these murderers in power that these are ruined that Sparte had killed with the birth, and whose capital punishment must clean our companies. It is enough to the states of hearts, of the ideologies of perversion, one does not compromise with the crime, one destroys it with his root. The laws which cancel the capital punishment must be revisited. They must disappear from the codes of all Countries known as civilized which this day take face of this cruelty, seeing the People obliged to support this parasitism to the detriment of safety of the children, the old men, of weakest, indicator this day the assassination to become rule, which for a cigarette, which for a telephone, which for a clothing, impunity allowing this setting in déshérence of the civil society which can only cry its deaths, and to in no case to expect an equitable judgment on the part of the authorities, except seeing the known as governments precipitating psychological comforters which have only for only mission of making accept the horror. The legislature must be begun again quickly if one does not want to fall into causes to become gangrenous of this irrigated violence, (by external will?) and innervated (by interior will?) in our human society. It is time to set the pendulums right, to put the points on I concerning the most wretched abjections which the citizens and the citizens in their everyday life can undergo: the rape, the assassination, the insult, intimidation, harassing thehuman ones which thinks with the top as of human laws compared to the inhuman laws which their make it possible to exert their monstrosity. The capital punishment should not be one subject sacrilege any more, quite to the contrary, a company which wants to live naturally must get rid of its plagues without states of heart, the rape must be punished of an irreducible sorrow combined by final castration, the murder under the above mentioned conditions must be condemned to the capital punishment, this sorrow being able to be carried out with the service of laboratories where with the service of science. It is enough to all the trinkets of an infantile psychology of shoddy goods, wandering Masonic or religious on this subject, when one kills our children under the conditions of this murder towards this young girl, one should have no pity. It is time to cleanse our company of this insanity resulting from a laxism disordered tending to liquefy it. It is not curious to see only any party well thinking does not ask for the abolition of this cheating which is the abolition of the capital punishment, if concerned about its pageantry that the People can be tortured, like this young man of Jew confession, where this other having a personal sexual orientation, that this young girl sees her body reduced to the image of what one sees on the stalls of stopping, that this old woman is trailed on tens of meters on the ground until dead follows from there for the flight of a bag, without the least character of its nave moving the little finger. One sees ravelling hundreds of thousands of anybody for the raising of the retirement age, it would be time to see million citizens to ravel to restore the capital punishment against the refuse which conchie the human society. It is not only at the cost of words that it is necessary to progress in this direction but well at the cost of Lois, laws that will be able to vote only the free Deputies of the most illusory drifts, which will be led to the power by the huge crowd of the citizens and of the citizens who have some enough to see the murder becoming their daily batch in their company of which those and those which claims to control it resigned with the profit of their personal interest. 2012 will be decisive, it should be wished on this subject, amongst other things.

 

© Vincent Thierry