Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow L'esclave réjouie
L'esclave réjouie PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mardi 18 Octobre 2011 à 13:33

L'esclave réjouie

 

La vérité dérange les menstrues qui s'auto-congratulent ce jour, équipe barbare à la vocation douteuse et imperméable à tout humanisme. Il suffit de voir avec quel mépris sont traitées les primaires socialistes pour se rendre compte que notre "droite", qui n'est certainement pas la représentante de la droite traditionnelle mais un no made land où se précipitent tous les ambitieux, les prédateurs, pour se délecter de la curée du Peuple, se manifeste à cet égard. La soupe est bonne, il n'est pas question de voir pour une partie de ces hobereaux et parvenus, le Peuple manifester son choix d'une ou d'un éligible. Et comment pourrait-il en être autrement dans ce régime de la restauration où s'émerveille la canaille associée à tout les Monsieur Jourdain, tenus les uns les autres, comme d'ailleurs dans la pseudo-gauche, par le damier des loges, et plus avant par les courroies de transmissions de la dictature représentées par des sociétés de pensées introverties toutes au service de la city et des couronnes. Ne nous y trompons pas, la démocratie n'est qu'un leurre pour ces personnages sans mystères si on s'intéresse à leurs appartenances, à leurs clubs, leurs loges désacralisées qui ne sont plus que récipiendaires de courants d'affaires, de clins d'œil domestiques, de tous ces fatras qui enrayent la marche de la République pour l’admettre dans les basses fosses de l'illusion, de la permissivité, de la forfaiture. N'oublions pas 2007 et son cortège de trahison, un mini-traité signé en dehors de la volonté du Peuple, une Armée désormais prétorienne suite au un livre blanc, un Peuple réduit à la famine et au paupérisme par viol institutionnalisé de son identité, ( la crise à bon dos, cette crise qui a été déclenché intentionnellement afin de parfaire l'achèvement de l'asservissement des Peuples: parfois il faut laisser agir et ne pas agir pour parvenir à ses fins), une démocratie en haillon soumise au diktat d'une "europe" qui n'est plus qu'une tour de Babel où se régalent les vautours. Et des banques en souffrance au motif de leurs incongruités que le bon Peuple doit sauver, une économie en faillite au motif de délocalisations putrides, accentuant le chômage renforcé par une immigration sauvage non régulée, une école sans lendemain dont les enfants sortent illettrés, n'ayant pour tout vocabulaire que cinq cents mots, une sécurité à deux voix où on empêche les policiers de faire leur travail de peur de l'explosion de zones de non droits où le trafic de drogue est une pandémie, Ô la belle France de ce jour, disloquée, vendue aux officines de notation, poubelle aux ingrédients divers où on encense la réussite de tous les histrions, on répudie la réalité pour cette virtualité qui confine à la désintégration. Désintégration de la famille, de l'identité, de l'Histoire, de la beauté, des valeurs, au profit des corsaires et pirates naufrageurs d'une finance apatride manipulée et manipulatrice, déviante et anomique par excellence. Nous l'avons dit et le répétons, les écuries d’Augias sont pleines, et il convient de les nettoyer de toute la laideur et la puanteur qu'elles accumulent. Cette action est à mener par le Peuple dans sa globalité, qui doit demander des comptes à ces hobereaux et parvenus qui mystifient son devenir, bien entendu en ne votant plus pour ces métastases de la Nation, mais surtout en reprenant démocratiquement le pouvoir partout où il est laissé en berne par auto suffisance. Cette auto suffisance de l'illusionnisme qui fait agape de son honneur pour s'avilir dans le pourrissement de tout ce qui est, qui porte aux nues et sur des piédestaux tout ce qui confère à la destruction de l'innocence, de la vie, de la vie des corps, des esprits et des âmes, par avilissement, acculturation, desséchement, illuminés par les chantres de l'euthanasie, de l'avortement, de la pédophilie, toutes ces errances n'ayant d'autres buts que de voir les Peuples s'autodétruire au profit de l'informe, de l'abject, de l'irrationnel, de l'irrespect, toutes exactions trouvant leurs portées dans l'unité même du Peuple, réduite à une cacophonie labiale, exsangue, dithyrambe de sa propre perversité induite par tous les chantres médiatiques de la génuflexion, de l'errance, de cette barbarie anodine qui renvoie l'être humain en dessous de la morale des primates, dans une sous-bestialité panurgique et boulimique instituée en "valeur". Nous en sommes là de ce constat et bien entendu au nom de ce qui vient d'être exprimé par la primaire socialiste, on comprendra mieux que cette pseudo-droite  ne manifeste aucune intention pour que le Peuple, ce Peuple esclave des conditions qu'elle lui impose, ne donne son avis lors d'une quelconque primaire en son endroit. Nous ne le dirons jamais assez, cette droite ne représente qu'un des doigts de la main qui agite de même la pseudo-gauche, la pseudo-écologie, tous ces leurres qui ne sont là que pour tromper et tromper encore les uns les autres. La vérité dérange et celle-ci plus que jamais les aficionados de toute dérive. Car elle met en exergue le fait qu'il n'existe aucun parti qui ne soit soumis à la pieuvre mondialiste, et que par-delà les apparences, un même combat est mené pour détruire tant les Peuples que les Nations, tant par la pseudo-droite que par la pseudo-gauche, dont la dernière vient de porter aux nues le digne représentant de la city, via Bidelberg interposé ( l'esclave en vient à aimer les représentants de la tyrannie qu'il subit, voici un exemple du syndrome de Stockholm mis en valeur, l'individu réagissant comme le chien de Pavlov, aveugle et ignorant qu'il est de la réalité masquée par les chancres qui phagocytent les Peuples). Vérité qui apparaît de plus en plus au grand jour et que chacun se doit d'appréhender afin de se faire une opinion réaliste du devenir, celui de l'esclavagisme consentie et accepté, si aucune réponse sérieuse n'est envisagée pour réduire ce cancer de nos sociétés. La seule manière de l'éviter est bien entendu de voter uniquement pour les partis défendant la Nation au sein de notre Etat, conjointement pour les partis défendant l'Europe des Nations, où Etats Unis d'Europe et en aucun cas celles et ceux qui défendent le fédéralisme, actuellement aux mains d'une mafia s'arrogeant le droit de puiser dans les caisses des Etats, dans l'impunité la plus totale, pour défendre leur utopie babélienne. Voleurs de grands chemins qui dans d'autres temps et d'autres lieux auraient été pendu sans jugement, criminels de petite envergure qui seront un jour jugés pour leur malversation au profit de l'errance et ses outrances. Enfin dans le cadre de notre petit monde ne voter que pour celles et ceux qui défendent un monde multipolaire, riche de sa diversité, et non pour celles et ceux qui défendent la "mondialisation", vaste goulag où l'on retrouve les mêmes kapos que dans les camps de concentration soviétiques. À vous de choisir: l'esclavage où la Liberté. Nous verrons en 2012 ce qu'il en sera, sans trop se faire d'illusion devant la capacité intellectuelle des Peuples de se libérer des illusions qui les enveloppent pour mieux les détruire. À suivre...

 

The delighted slave

 

The truth disturbs the menses which auto--are congratulated this day, equips barbarian with the doubtful and impermeable vocation with any humanism. It is enough to see with which contempt are treated the socialist primary educations to realize that our “line”, which is certainly not representing it the traditional line but No made Land where all the ambitious ones precipitate, the predatory ones, to enjoy of the quarry of the People, appears in this respect. Soup is good, it is not question of seeing for part of these small landed proprietors and parvenu, the People to express his choice of one or eligible. And how could it be different in this mode of the restoration where is filled with wonder the rabble associated with all the Mr the Jordan, held ones others, like besides in the pseudo-left, by the checkerwork of the cabins, and front by the driving belts of the dictatorship represented by companies of introverted thoughts all to the service of the city and crowns. Let us not mislead there we, the democracy is only one lure for these characters without mysteries if one is interested in their memberships, their clubs, their removed the sacred character from cabins which are nothing any more but member elects of currents of business, domestic winks, all these clutters which stop the walk of the Republic to admit it in the low pits of the illusion, permissiveness, the breach. Let us not forget 2007 and its procession of treason, a mini-treaty signed apart from the will of the People, a Praetorian Army from now on following one white paper, People reduced to the famine and pauperism by institutionalized rape of its identity, (the crisis with good back, this crisis which was intentionally started in order to perfect the completion of the control of the People: sometimes it is necessary to let act and not act to arrive to its ends), a democracy in haillon subjected to the diktat of “Europe” which is nothing any more but one tower of Babel where the vultures regale themselves. And of the banks in suffering to the reason for their incongruities which the good People must save, an economy in bankruptcy with the reason for putrid delocalizations, accentuating the unemployment reinforced by a not controlled wild immigration, a school without a future which the children leave illiterate, having for any vocabulary only five hundred words, a safety with two votes where one prevents the police officers from doing their work of fear of the explosion of zones of nonrights where drug trafficking is a pandemia, Ô beautiful France of this day, dislocated, sold with the dispensaries of notation, dustbin to the various ingredients where the success of all the histrions is incensed, one repudiates reality for this virtuality which confines with disintegration. Disintegration of the family, the identity, the History, the beauty, of the values, with the profit of the corsairs and pirate wreckers of a finance stateless person handled and manipulator, deviating and anomic par excellence. We said it and let us repeat it, the stables of Augias are full, and it is advisable to clean them of all the ugliness and the stink which they accumulate. This action is to carry out by People in his globality, which must of course require accounts of these small landed proprietors and parvenu who mystify its to become, in voter more for these metastases of the Nation, but especially by taking again the power democratically everywhere where it is left in Bern by car sufficiency. This car sufficiency of the illusionism which makes reunion of its honor to degrade itself in the rotting of all that is, which relates to naked and to pedestal all that confers on the destruction of innocence, of the life, the life of the bodies, the spirits and the hearts, by depreciation, acculturation, drying, enlightened by the cantors of the euthanasia, the abortion, of the pedophilia, all these wanderings having other goals only to see the People self-destructing with the profit of formless, the contemptible one, the irrational one, disrespect, all exactions finding their ranges in the unit even of the People, reduced to a labial, bloodless cacophony, panegyric of its own perversity induced by all the media cantors of the genuflection, the wandering, this alleviating cruelty which returns the human being below the morals of the primates, in a panurgic under-bestiality and compulsive eater instituted in “value”. We are there of this official report and of course in the name of what has just been expressed by the socialist primary elections, one will understand better than this pseudo-right-hand side does not express any intention so that the People, these People slave of the conditions that it imposes to him, do not give his opinion at the time of unspecified primary elections in his place. We will never say it enough, this line represents only one of the fingers of the hand which agitates in the same way the pseudo-left, pseudo-ecology, all these lures which are there to only mislead and still mislead the ones the others. The truth disturbs and this one more than ever the aficionados of any drift. Because it puts forward the fact that there does not exist any party which is not subjected to the pro-globalization octopus, and which beyond appearances, the same combat is carried out to destroy as well the People as the Nations, so much by the pseudo-right-hand side than by the pseudo-left, from which the last comes to carry to naked the worthy one representing city, via interposed Bidelberg (the slave comes from there to love the representatives of tyranny which it undergoes, here an example of the syndrome of Stockholm emphasized, the individual reacting like the dog of Pavlov, blind man and ignoramus who he is reality masked by the cankers which phagocytose the People). Truth which appears more and more at the great day and which each one must apprehend in order to form an opinion realistic of becoming, that of the slave system agreed and accepted, if no serious answer is planned to reduce this cancer of our companies. The only manner of avoiding it is of course to vote only for the parties defending the Nation within our State, jointly for the parties defending Europe of the Nations, where the United States d' Europe and to in no case those and those which defend the federalism, currently with the hands of a Mafia assuming the right to draw from the cases of the States, in the most total impunity, to defend their Utopia babélienne. Highwaymen which in other times and other places would have been hung without judgment, criminals of small scale who will be one day judged for their embezzlement with the profit of the wandering and his excesses. Finally within the framework of our small world to vote only for those and those which defend a multipolar world, rich of its diversity, and not for those and those which defend “globalization”, vast Gulag where one finds same the kapos as in the Soviet concentration camps. With you to choose: slavery where Freedom. We will see in 2012 what it will be, without being too much made illusion in front of the intellectual ability of the People release itself from the illusions which wrap them for better destroying them. To follow…

 

© Vincent Thierry