Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow La fuite en avant
La fuite en avant PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 20 Octobre 2011 à 12:58

 

La fuite en avant

La marche en avant vers le trompe l’œil est en  faste. Voici que la chasse à cour de l’économie invective les Peuples pour les réduire au néant dans le cadre de cette europe larvaire, et qu’accourent tous les politiciens pour servir la sainte économie, le veau d’or, les caprices de l’usure et de ses fantasmes les plus théurgiques. Les négriers sont à l’œuvre, que dis-je, les kapos de cette histoire innommable voyant les Peuples traits comme des vaches pour servir l’incapacité et ses domaines de prédilection qui sont la fainéantise et le couronnement de l’abjection. Car comment ne pas être abject lorsqu’on condamne les Peuples au paupérisme, lorsqu’on affame les Peuples, lorsqu’on détruit jusqu’à leur Identité physique après que d’avoir détruit leur Identité intellectuelle ? La Grèce se révolte et l’on ne peut que s’en féliciter, bientôt le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la France, je n’en doute pas. Comment peut-on accroire un seul instant que les Peuples ne sourcilleront pas devant l’ignominie, le casus belli de cette outrance qui se conditionne dans une monnaie de singe que l’on appelle l’euro et qui n’a amené que destruction, pauvreté, délocalisation, unité monétaire née de la folie de quelques illuminés qui s’imaginaient devenir Rois de ce monde. Si une monnaie doit être créée, elle doit être internationale et non pas sous le joug des autres monnaies qui les unes les autres se complaisent à la déshérence afin de conditionner leurs objectifs économiques. Il n’y a plus rien à attendre de ce grenouillage où s’agglutinent tous ces partis n’ayant pour symbole que Thanatos, la Mort, la mort des Peuples, des Individus, la mort des Cultures, la mort de l’Histoire, pour complaire à la débauche et la luxure de ces quelques errants qui s’imaginent maîtres de ce monde, alors qu’ils n’en sont que la poussière. Écoutez ! Recherchez la moindre parole de déni envers cette infamie, ce délire qui voit noter les Nations comme des Entreprises, comme si le sang des Peuples représentait une Entreprise ! Pauvres notions de pyromanes qui s’auto-congratulent devant l’ignorance des Peuples, cette ignorance qu’il faut combattre partout afin de faire savoir ce qu’est la monnaie : le néant, basé sur le néant, lui-même basé sur la « dette ». De quelle dette parlons-nous ? La dette réelle où la dette de la fainéantise ? Bien entendu de la seconde, de celle de la permissivité, de l’abêtissement, issu de l’errance et retournant à l’errance. Devant ce fléau, nous n’avons pas entendu un seul homme politique demander : Combien de bataillons ? Un seul se l’est permis, critiquable à souhait Georges Bush, mais ayant au moins le courage d’affronter cette hérésie. Croyez-vous un seul instant que dans cette « europe » il y ait le moindre courageux ? Aucune, Aucun, les uns les autres à la soupe populaire de l’errance se régalant déjà de la mise en servage de leurs Peuples au nom de ce veau d’or désigné. Nous attendons de voir la manifestation du réel dans ces combinaisons délétères voyant la France taxée pour pécher des merluchons, ce qu’elle fait depuis des siècles, par la pompe à finance de la mafia institutionnalisée que l’on nomme l’europe. Nous attendrons longtemps de même que dans notre Nation devenue l’empire de la désintégration de toutes les valeurs, ni à gauche, ni à droite,  ni dans cette écologie putride, il n’y aura aucune voix pour dénoncer l’ignominie, le sceau de la veuve et de ses féaux, le sceau de cette fraternité de la destruction qui n’est elle-même qu’une face de l’esclavage à l’errance de ce monde, toutes voix étant prostituées à la dévolution de la mort. Nous n’avons pas à nous soumettre à une quelconque officine de notation, une Nation n’est pas une Entreprise, mais un gestalt d’Etres Humains qui s’est fondé bio-géo-historiquement que personne ne peut renier sous peine de renier les millénaires qui accompagnent ses gènes. L’Art de diriger la Cité ce n’est pas détruire, mais construire, ainsi les Nations se doivent de se recomposer, délaisser cette utopie babélienne que l’on nomme l’europe, reprendre le droit inaliénable de battre leur monnaie, défendre leurs frontières économiques par des taxations sans limites, défendre leur industrie par relocalisation, et que l’on nous parle pas des trente cinq heures, ou autre, la meilleure productivité du monde est dans notre Pays et nous n’avons aucune leçon à recevoir de personne, et encore moins de ces pseudos alliés que nous aurions dans ces pays d’europe, qui ne sont là que pour dominer et non construire ensemble, ou bien profiter et surtout ne rien faire. La France n’a besoin de personne pour subvenir à ses besoins économiques élémentaires, elle est le grenier de l’Europe avec un E majuscule, et non ce pauvre territoire ce jour sommé de mettre en jachère ses terres fertiles pour complaire à la bestialité de l’errance et ses outils favoris, la putride écologie et ses mensonges atrophiés, son industrie peut renaître si et si seulement les relocalisations sont faites, et les taxations sont mises en place sur des produits en provenance de goulags économiques dont l’errance voudrait voir notre France en devenir. 2012 est là, à portée de main pour faire en sorte que soit chassée à jamais cette utopie de cette europe mafieuse, servile à l’usure, 2012 est là pour que se redresse la France de ses cendres et créée l’Europe des Nations, et non cette folie qui se mord la queue et dans sa chute voudrait emporter tous les Peuples qui malheureusement par leurs parlementaires vendus où soustraits à la réalité ont convenus leur appartenance. 2012 est là pour porter en chacun de nos Pays les forces Nationales de la capacité qui brûleront ce mini-traité et renverront à leurs chères études tous les apprentis dictateurs dans leur foyer. 2012 est là, non pour regarder mais agir démocratiquement afin de se débarrasser de l’errance et de ses cohortes, les béni oui oui de la gauche comme de la droite, les écologistes de la putridité et du mensonge alliés à la pornographie la plus stérile, et enfin voter pour celles et ceux qui permettront à la France de retrouver sa dignité, sa force et sa légitimité, une France ouverte sur le monde dont on ne viole pas impunément l’Identité naturelle, dont on ne détruit pas la culture, dont on ne souille pas par l’immondice la réalité, ce jour gisant dans les flots de la médiacratie la plus répugnante qui soit, servile de la bassesse, de la destruction, de la désintégration, dont le nouveau phénomène de « genre » prépare les esclaves de demain, asexués, inutiles, programmés, robots de déchetteries qui se complairont dans l’auto destruction, en dessous du règne animal se complaisant à l’image de leurs icônes, dans le larvaire, l’imbécillité chronique, le masochisme béat portant à la nue l’avortement, l’euthanasie, la pédophilie, la désintégration de toutes valeurs. 2012 arrive à grands pas, alors chaque citoyenne comme chaque citoyen se devra de choisir, soit le goulag dirigé par les Kapos de la dictature outrageante de cette « europe », soit la Liberté, la Liberté de se libérer de ce chancre et de ses supports, l’usure et ses féaux, la liberté confiante permettant à chacune et à chacun de s’épanouir, la Liberté de se voir respecter et respecter, une France ouverte sur le monde, et non sa mondialisation invertébrée et pourrissante, une France orientant l’Europe des Nations, et par-delà l’Ordre Naturel Mondial, et non ce délire que l’on appelle le nouvel ordre mondial qui a été scandé par tous les dictateurs de ce monde, à commencer par Hitler, pour finir dans cet ONU, dévoué à la Lucy Trust, qui ne représente en aucun cas les Nations mais des sectes barbares dont les Peuples n’ont pas à subir la nauséeuse déréliction. 2012 arrive, alors que le courage soit en vous, et cessez de réagir en mouton, en veau que l’on conduit à l’abattoir, et votez sans complaisance au-delà de ce gant qui manipule la droite, la gauche, l’écologie et tant d’autres mouvements que ce petit éditorial n’y suffirait pas pour les découvrir, ce qui vous est facile de faire si vous analysez leur organigramme des pieds à la tête et les appartenances. La réalité est là, brutale certes, mais il suffit de rêver lorsque certains ont décidé en dehors de toute légalité de conduire les Nations et leurs Peuples à la famine pour bénéficier de leur sang comme de leur sueur, afin de protéger les produits de leur pillage, de leur usure, de leur vol qualifié. L’Ordre ce n’est pas le désordre, la Sécurité ce n’est pas l’insécurité. À vous de choisir alors qu’en épouvantail pour masquer les faits et gestes de ces derniers jours dans cette sombre « europe » de l’utopie illuministe, on vous montre le pantin désarticulé d’un dictateur qui aurait succombé à ses blessures. Il y en a qui doivent être content, il ne parlera jamais. Il n’y a là que manipulation pour les pauvres d’esprits, et c’est vraiment prendre les gens pour des idiots que de vouloir faire accroire cette stupidité. 2012 arrive, et le Peuple de France peut nettoyer ses écuries, en aura-t-il le courage ? À suivre…

The escape ahead

Walk ahead towards the horn the eye is in ostentation. Here that hunting at court of the economy inveighs the People to reduce them to nothing within the framework of this larval Europe, and that all the politicians run to serve the holy economy, the golden calf, the whims of wear and its phantasms théurgiques. The slave traders are with the work, which I say, kapos of this unnamable history seeing the People milked like cows to serve the incapacity and its fields of predilection which are the laziness and the crowning of the abjection. Because how not to be contemptible when one condemns the People to pauperism, when the People are starved, when one destroys until their physical Identity after to have destroyed their intellectual Identity? Greece revolts and one can only be pleased some, soon Portugal, Spain, Italy, France, I do not doubt it. How one can accroire only one moment that the People will not frown in front of the ignominy, the casus belli of this excess which is conditioned in a currency of monkey that one calls the euro and who brought only destruction, poverty, delocalization, monetary unit born from the madness from some enlightened which thought to become Kings of this world. If a currency must be created, it must be international and not under the yoke of the other currencies which them ones the others take pleasure in the déshérence in order to condition their economic objectives. There is nothing any more to wait of this grenouillage where are bound all these parties having for symbol only Thanatos, Death, the death of the People, of the Individuals, the death of the Cultures, the death of the History, to take pleasure in the vice and the lust of these some wandering which think main of this world, whereas they are only dust. Listen! Seek the least word of refusal towards this infamy, this is delirious which sees noting the Nations like Companies, as if the blood of the People represented a Company! Poor concepts of pyromaniacs who auto--congratulate themselves in front of the ignorance of the People, this ignorance which it is necessary to fight everywhere in order to announce what is the currency: nothing, based on nothing, itself based on the “debt”. About which debt do speak we? The real debt where the debt of laziness? Of course of the second, of that of permissiveness, of the dull-wittedness, resulting from the wandering and turning over to the wandering. In front of this plague, we did not intend only one politician to ask: How much battalions? Only one allowed it, criticizable wish Georges Bush, but having at least the courage to face this heresy. Do you believe only one moment that in this “Europe” there is the least courageous one? No, No, ones others with the soup kitchen of the wandering already regaling setting in serfdom of their People in the name of this indicated golden calf. We wait to see the manifestation of reality in these noxious combinations seeing France taxed to sin of merluchons, which it does since of the centuries, by the pump with finance of the Mafia institutionalized that one names Europe. We will wait a long time just as in our Nation become the empire of the disintegration of all the values, neither on the left, neither on the right, nor in this putrid ecology, it will have no voice there to denounce the ignominy, the seal of the widow and her féaux, the seal of this fraternity of the destruction which is itself only one face of slavery to the wandering of this world, all voices being prostitutes with the devolution of death. We do not have to subject to us to any dispensary of notation, a Nation is not a Company, but a gestalt of Human Beings which was based of a organic-géo-history that nobody can disavow under penalty of disavowing the millenia which accompany its genes. Art to direct the City is not to destroy, but build, thus the Nations must be recomposed, to forsake this Utopia babélienne which one names Europe, to take again the inalienable right beat their currency, to defend their economic borders by taxations without limits, to defend their industry by relocalization, and that one does not speak to us about the thirty-five hours, or other, the best productivity of the world is in our Country and we do not have any lesson to receive from anybody, and even less these allied pseudonyms that we would have in these countries of Europe, which are there to only dominate and not build together, or to profit and especially nothing to make. France does not need anybody to provide for his elementary needs economic, it is the attic of Europe with an E capital letter, and not this poor territory this day summoned to put in fallow its fertile grounds to take pleasure in the bestiality of the wandering and its favorite tools, putrid ecology and its atrophied lies, its industry can reappear if and so only the relocalizations are made, and taxations are installation on economic products coming from goulags whose wandering would like to see our France becoming about it. 2012 are there, within reach to make so that this Utopia of this gangster Europe is driven out forever, servile with wear, 2012 are there so that rectifies France of its ashes and created Europe of the Nations, and not this madness which bites the tail and in its fall would like to carry all the People which unfortunately by their sold members of Parliament where withdrawn from reality were appropriate their membership. 2012 are there to carry of each one of our Countries the Nationales forces of the capacity which will burn this mini-treaty and will return to their dear studies all the apprentices dictators in their hearth. 2012 are there, not to look at but democratically act in order to get rid of the wandering and its troops, blessed yes yes of the left like line, the ecologists of the putridity and lie combined with the most sterile pornography, and finally to vote for those and those which will make it possible France to find its dignity, its force and its legitimacy, France open on the world which one does not violate with impunity the natural Identity, which one does not destroy the culture, which one does not soil by refuse the reality, this lying day in the floods of the médiacratie more feeling reluctant which is, servile lowness, destruction, of the disintegration, whose new phenomenon of “kind” prepares the slaves of tomorrow, asexual, useless, programmed, robots of waste collection centres who will take pleasure in the car destruction, below animal kingdom obliging with the image of their icons, in the larval one, chronic stupidity, happy masochism carrying to naked the abortion, the euthanasia, the pedophilia, the disintegration of all values. 2012 arrive at great steps, then each citizen as each citizen will have to choose, either the Gulag directed by Kapos of the offensive dictatorship of this “Europe”, or Freedom, Freedom to release itself from this canker and his supports, wear and his féaux, trustful freedom allowing each one and each one to open out, Freedom to see itself respecting and respecting, France open on the world, and not his invertebrate and putrescent globalization, France directing Europe of the Nations, and beyond the Worldwide Natural Order, and not this is delirious that one calls the new worldwide order which was stressed by all the dictators of this world, starting with Hitler, to finish in this UNO, devoted in Lucy Trust, who does not represent to in no case the Nations but cruel sects that the People do not have to undergo the nauseating dereliction. 2012 arrive, whereas courage is in you, and cease reacting out of sheep, calf whom one leads to the slaughter-house, and vote without kindness beyond this glove which handles the line, the left, ecology and so much to other movements than this small leading article would not be enough there to discover them, which is easy for you to make if you analyze their flow chart of the feet to the head and the memberships. Reality is, brutal there certainly, but it is enough to dream when some decided apart from any legality to lead the Nations and their People to the famine to profit from their blood like theirs sweat, in order to protect the products from their plundering, their wear, their aggravated theft. The Order it is not the disorder, Safety it is not the insecurity. With you to choose whereas in scarecrow to mask the actions of these last days in this dark “Europe” of the Utopia illuminist, one shows you the dislocated puppet of a dictator who would have succumbed to his wounds. There are some who must be content, it will never speak. There is only handling for the half-wits, and it is really to take people for idiots who to want to make accroire this stupidity. 2012 do the People of France arrive, and can clean his stables, will have the courage of it? To follow…

© Vincent Thierry

 

Dernière Mise à jour ( Jeudi 20 Octobre 2011 à 13:09 )