Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow La profanation !
La profanation ! PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 18 Novembre 2011 à 13:08

 

La profanation !

 

L'affront le plus singulier vient se faire valoir dans cette nécrose purulente qui se présente aux élections, un affront au Peuple de France, une injure envers notre Armée, envers nos Soldats tombés sous les balles Allemandes pendant la guerre de 1914 1918. Cet affront consiste dans la parole constituée à vouloir faire honorer les tueurs de nos soldats pendant cette grande guerre chaque 11 novembre, cette injure dans la parole constituée consiste dans la minimisation de cette fête Nationale qui devrait être transformée en cirque. C'est méconnaître le respect indivisible à l'Identité Française, ses composantes, son sens de l'honneur, alors que nos soldats tombent en dehors de notre Pays, que d'ainsi s'accroire représentant de la parole Française. Une injure répugnante qui ne peut étonner, portée par toute cette écologie putride, financée par le capitalisme vert, la pornographie, où ne se rencontrent que les trotskistes, les amis hier des brigades rouges et de la bande à Bader, les enseignants de la pédophilie et leurs cortèges nauséeux. Triomphe de la lâcheté associée à l'oisiveté où roucoulent les robots bien huilés du sophisme le plus désolant qui soit, où s'enchantent le mensonge et la pédanterie, dont le mariage frise les marches de cette folie singulière qui se voudrait gouverner. Nous sommes dans la décadence, nous le savions, mais avec ces ignares nous sommes tombés dans ce qu'il y a de pire, la suffisance alliée à la perversité, vendues à tout ce qui peut désintégrer notre Nation comme notre Peuple, une hérésie bâtarde de ismes qui se réunissent dans cette hypocrisie convenue qui sert si bien l'illuminisme et ses valeurs. Ces rouages de la destruction que l'on retrouve dans tous nos pays d'Europe sont la lie mariée à l'usure, qui en prenant le bon sens comme terrain d'élection, cherchent à détruire la famille, la Nation, en crachant sur les valeurs traditionnelles de la Famille, conjointement en cherchant à amoindrir nos capacités énergétiques, au nom de cette ridicule prosternation à leur Déesse Gaïa, nymphe d'un paganisme anachronique enchâssée dans l'hédonisme de ses utopies babéliennes, pauvres ressacs de quelques ilotes dépravés dont le consumérisme se voudrait Pouvoir. On peut en rire tant que cette couvée du néant reste dans le néant, mais lorsque cette couvée burlesque s'attaque à notre honneur, il convient de réagir, et surtout ne pas se laisser impressionner par la bêtise qu'elle recèle, cette bêtise convenue qui vend notre capacité d'indépendance stratégique comme si on vendait de la cocaïne à la sortie du métro. L'injure, il suffit de cette couvée du mensonge, de la permissivité, de cette déshérence de la Vie au profit de la virtualité, de cette nullité politique encensant la perversion. Il est temps pour chaque électrice comme chaque électeur de remiser à l'encan ces tueurs nés de l'intelligence et de les renvoyer dans leurs grottes où ils s'éclaireront à la bougie au milieu des ours et des loups. Humanicides en puissance, il faut les balayer du paysage politique qui n'a pas de leçon à recevoir de ce néant, l'écologie n'étant née avec eux, bien au contraire! Lorsqu’on s’intéresse à l’écologie on ne profane pas les morts, et encore moins ceux qui ont combattu pour la Liberté, cette Liberté si chèrement acquise qui aux mains de ces officiants du crime, je persiste du crime envers les Identités, les Nations, la Vie, leur permet d’exprimer leur sous-morale glauque et perfide, bâtie sur la virtualité et qui retournera à la virtualité. Hérétiques à l’écologie, il n’y a qu’à regarder leur mode de vie, leur complaisance pour l’aberration économique que l’on vit actuellement, prenant les Peuples dans leurs mains nauséeuses pour les enserrer dans l’étouffoir des multinationales qui n’attendent que cela pour se repaître du paupérisme qu’elles veulent installer. Ces menteurs patentés, il n’y a qu’à s’intéresser au réchauffement de la Planète pour le savoir, et notamment à cet organisme décrété au niveau international qui est la ruine de l’intelligence, pour se rendre compte de leur nullité efficiente, et au regard des centrales nucléaires, on ne peut que s’amuser de leur hystérie pavlovienne, ils parlent sans mesurer ni connaître, le politique dominant dans sa virtualité le recueil d’informations fiables établi par des scientifiques au dessus de tous les soupçons de la prébende. Il n’y a pas lieu ici de s’entretenir de leurs conjectures qui sont totalement erronées, mais de combattre leur injure qui alliée à leur mensonge, dépasse tout ce que l’on a entendu dans notre Pays. Même les « ismes » n’ont jamais été aussi loin dans le viol des Peuples, un viol en provenance de cette illumination qui couvre l’Europe de son voile noir rouge, ce nazicommunisme dont ces prétendants n’ont rien à renier avec leurs élucubrations fantasmagoriques. Petite morgue de l’insuffisance qui rattrape le train de la dictature avec cet étonnant verbiage qui est celui de l’instituteur rabâchant les mêmes tropismes pour que cela rentre dans le cadre, pour ces gens là, de leurs errements, de leur déification de la virtualité. Mais comment pourrait-il en être autrement, lorsqu’on voit qui est la racine de ce pseudo parti représentée par tous les attardés de soixante huit qui a été la ripaille de la sous culture et ses brevets, manipulés par les services spéciaux de certains pays qui n’ont pas supporté l’indépendance de notre Nation. Petits pantins qui se sont laissés dominer et qui désormais veulent dominer les autres, ce Peuple dont nous sommes parti, qui ne pliera jamais un seul genou devant ce fumier de l’intelligence Humaine. Que cela soit dit et répété, qu’il convient de ne donner aucune voix à cette illégitimité qui profane nos morts, à cette virtualité dont la danse de faune ferait vomir n’importe qui lorsqu’on découvre avec quel empressement ces nains se précipitent sur les mannes que leur donnent sans vergogne les multinationales de quelque ordre que ce soit, qui ont besoin de restaurer leur image de marque, et dont la complaisance envers ces ridicules personnages est la marque d’une dérive inconditionnelle vers la décadence la plus prononcée en voie d’une mondialisation dictatoriale. A suivre…

 

The profanation!

 

The most singular affront comes to be put forward in this necroses purulent which arises to the elections, an affront with the People of France, a tort towards our Army, our Soldiers fallen under the German balls during the war from 1914 1918. This affront consists in the word made up wanting to make honour the killers with our soldiers during this Great War each November 11th, this tort in the word made up consists in the minimization of this national holiday which should be transformed into circus. It is to ignore the indivisible respect with the French Identity, its components, its direction of the honor, whereas our soldiers fall apart from our Country, that thus accroire representing French word. A tort feeling reluctant which cannot astonish, carried by all this putrid ecology, financed by green capitalism, the pornography, where only the Trotskyist ones meet, friends yesterday of the red brigades and the band with Bader, teachers of the pedophilia and their nauseating processions. Triumph over cowardice associated with idleness where coo the well oiled robots of the sophism more afflicting which is, where the lie and the pedantry are enchanted, of which the marriage plank steps of this singular madness which would be liked to control. We are in the decline, we knew it, but with these ignorami we fell into what there is the worst, allied sufficiency with perversity, sold with all that can disintegrate our Nation like our People, a bastard heresy of isms which meet in this agreed hypocrisy which serves so well the illuminism and its securities. These wheels of the destruction that one finds in all our countries of Europe are the dregs married with wear, which by taking the good sense like ground of election, seek to destroy the family, the Nation, while spitting on the traditional securities of the Family, jointly while seeking to reduce our energy capacities, on behalf of this ridiculous prostration with their Goddess Gaïa, nymph of an anachronistic paganism enchased in the hedonism of its Utopias babéliennes, poor undertows of some immoral Helots whose consumerism would be liked To be able. One can laugh at it as long as this brooded nothing remains in nothing, but when this brooded comic attacks our honor, it is advisable to react, and especially not to be let impress by the silly thing which it conceals, this agreed silly thing which sells our capacity of strategic independence as if one sold cocaine on the outlet side of the subway. The tort, it is enough to this brooded lie, permissiveness, of this déshérence of the Life to the profit of virtuality, of this political nullity incensing perversion. It is time for each voter like each voter to garage with the auction these killers born of the intelligence and to return them in their caves where they will light with the candle in the middle of the bears and of the wolves. Humanicides in power, it should be swept political scene which does not have a lesson to receive from this nothing, ecology not having incipient with them, quite to the contrary! When one is interested in ecology deaths are not profaned, and even less those which fought for the Freedom, this Freedom so dearly acquired which with the hands of these officiants of the crime, I persist with the crime towards the Identities, the Nations, the Life, enables them to express their glaucous and perfidious under-morals, built on the virtuality and which will turn over to virtuality. Heretics with ecology, there is only to look at their lifestyle, their kindness for the economic aberration which one currently saw, taking the People in their nauseating hands to enclose them in the choke of the multinationals which expect only that to feed of pauperism that they want to install. These licensed liars, there is to only be interested in the warming of Planet for the knowledge, and in particular at this organization issued with the international level which is the ruin of the intelligence, to realize of their efficient nullity, and taking into consideration nuclear power plant, one can only have fun of their Pavlovian hysteria, they speak without measuring nor to know, the policy dominating in his virtuality the collection of reliable information established by scientists with the top of all the suspicions of the emolument. It is not necessary here to discuss their conjectures which are completely erroneous, but to fight their tort which allied with their lie, exceeds all that one understood in our Country. Even the “isms” never were also far in the rape of the People, a rape coming from this illumination which covers Europe of its red black veil, this nazicommunism of which these applicants do not have anything to disavow with their phantasmagoric wild imaginings. Small mortuary of the insufficiency which catches up with the train of the dictatorship with this astonishing verbosity which is that of the teacher harping same tropisms so that returns within the framework, for these people there, their mistakes, of their deification of virtuality. But how could it be different, when one sees who is the root of this pseudonym left represented by all delayed the sixty-eight one which was the feast of under culture and its patents, handled by the special services of certain countries which did not support the independence of our Nation. Small puppets who let themselves dominate and who from now on want to dominate the others, these People whose we left, who will never fold only one knee in front of this manure of the Humaine intelligence. That that is said and repeated, that it is advisable not to give any voting right to this illegitimacy which profanes our deaths, with this virtuality whose dance of fauna would make vomit no matter whom when it is discovered with which eagerness these dwarves precipitate on the baskets that without shame the multinationals of some kind give them that it is, which needs to restore their brand image, and whose kindness towards these ridiculous characters is the brand of an unconditional drift towards the most marked decline in process of a dictatorial globalization. To follow…

 

© Vincent Thierry

 

 

Dernière Mise à jour ( Vendredi 18 Novembre 2011 à 13:25 )