Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator

© Patinet Thierri

 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Le IV Reich, suite
Le IV Reich, suite PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Vendredi 09 Mars 2012 à 10:32

Le IV Reich suite

 

Un discours méconnu contre la mise en œuvre du IV Reich et son impuissance ( totalement inféodé à l’usure) desservant en chaque Nation ses camps de concentration sous l’œil attentif du FMI à la solde d’un nouveau désordre mondial où la Vie d’autrui n’a aucune importance, sinon comme rapport à l’intérêt que l’on peut en tirer. Nous n’entendons pas beaucoup les indignés, les « écologistes » les partis de « gauche », toute cette litanie des ismes s’inquiéter de leur mise en servage, il ne faut rien attendre des valets serviles de ce système inverti qui s’imaginent un seul instant que rien ne se voit de leur félonie !  La contre involution doit naître si et si chacun se bat courageusement et avec détermination pour écarter du pouvoir tous les féaux et courtisans de cette destruction massive armée dans cette guerre silencieuse contre les Nations par la tyrannie et ses fléaux, l’ignorance, la coercition, le mensonge.

9 MARS 2012

Intervention de Marine Le Pen devant la Commission européenne

Posté dans ActualitésCommuniqués de presse

Tags: , EuropeFranceSouveraineté budgétaire

Jeudi 8 mars 2012, Marine Le Pen, à l’élection présidentielle de 2012, est intervenue devant le siège de la Commission européenne en France.

Mesdames, Messieurs,

Si je vous ai donné rendez-vous ici devant le siège de la Commission européenne en France ce matin, c’est pour évoquer un sujet crucial qui m’apparaît pourtant être le grand oublié de cette campagne : l’Union européenne.
Vous l’avez remarqué en effet, aucun des deux candidats siamois de l’UMP et du PS ne traite la question européenne, alors qu’elle engage très largement la France, les Français et leur avenir.

Non, conscients de leur parfaite ressemblance sur le sujet de l’Europe, les siamois de l’UMP et du PS, qui souvenons-nous posaient fièrement ensemble en 2005 pour Paris Match afin d’appeler les Français à dire OUI à la Constitution de Monsieur Giscard, choisissent délibérément pendant cette campagne d’esquiver la question de l’Europe, au profit des coups de communication et des annonces sans lendemain, quand ce ne sont pas les noms d’oiseau ou les insultes !

La seule chose que nous savons de leur projet européen est simple : d’une part Nicolas Sarkozy comme François Hollande ont toujours été et restent bien sûr deux partisans inconditionnels de l’Europe de Bruxelles, l’Europe supranationale.

Ils ont voté tous les Traités européens depuis l’Acte Unique et Maastricht, ils étaient du côté du OUI en 2005, ils ont fait passer Lisbonne, et ensemble ils font le choix de l’euro « à tout prix », pour reprendre leur expression.

D’autre part, nous savons d’eux qu’ils refusent d’interroger les Français par référendum sur les dernières évolutions européennes, sur ces Traités qu’ils sont en train de faire passer dans le dos des peuples. Alors que l’Irlande a annoncé un référendum, Sarkozy comme Hollande montrent ce qu’ils sont : des ennemis du référendum, des ennemis de l’expression populaire, des candidats du système qui veulent faire l’Europe de Bruxelles en catimini.

Je le dis très clairement : les deux siamois de l’UMP et du PS sont en train de cacher délibérément aux Français l’entreprise actuellement en cours de destruction des démocraties nationales, d’austérité à vie et de désunion européenne.

Que se passe-t-il en effet ?

Sans que les peuples le sachent, sans que le peuple français n’en soit clairement informé, des Traités européens sont en cours de négociation, de signature et de ratification.

Ces Traités européens vont très lourdement engager le peuple français sur les années et les décennies à venir, et aucun candidat à part moi n’en parle.

Ainsi, le Mécanisme Européen de Stabilité, dit « MES », a été ratifié par l’assemblée nationale française dans l’indifférence générale de la classe politique française. L’UMP a voté pour, et le PS a laissé faire en s’abstenant au lieu de voter contre.

Sans que les Français ne le sachent, la France s’est engagée à hauteur de plusieurs dizaines de milliards d’euros sur les prochaines années, sommes qu’elle devra décaisser obligatoirement en cas de nouvelle défaillance d’un Etat membre de la zone euro.

Sans que les Français ne le sachent, est mis en place avec le mécanisme européen de stabilité un véritable Fonds Monétaire Européen, FME, qui obligera nos pays à payer, et qui condamnera tout le monde à une austérité délirante, au détriment des salariés, des retraités et des classes moyennes.

Les Français savent-ils que leur argent est potentiellement destiné à renflouer d’autres pays, comme la Grèce, le Portugal ou l’Italie ?

N’ont-ils pas le droit d’exiger que leur argent reste en France ?

Oui bien sûr ! Et pourtant, ni l’UMP ni le PS, ni leurs candidats n’ont informé les Français de ce sujet majeur.

Au même moment, un autre Traité a été signé, sans que personne non plus n’en parle. Ce Traité-là est pourtant fondamental lui aussi.

Signé le 2 mars dernier, refusé courageusement par le Royaume-Uni et la République tchèque, ce Traité dit « de discipline budgétaire » consacre l’Europe allemande. L’Europe qui sert l’Allemagne, mais pas la France et les autres nations.

Il s’agit d’un véritable coup d’Etat européen contre les peuples !

Qu’il s’agisse du Mécanisme européen de stabilité ou du Traité de discipline budgétaire, il s’agit d’un copié-collé des dispositions constitutionnelles allemandes imposées aux Etats membres sans conditions.

Ce Traité condamne nos pays à l’austérité sans qu’on puisse espérer voir le bout du tunnel.
Il prévoit des sanctions automatiques contre les Etats qui sortiraient des clous : un coup de schlague et quelques centaines de millions d’euros à payer, système délirant qui pénalise les plus endettés en les obligeant à payer des amendes !

François Hollande fait semblant de s’y opposer, réclamant en réalité qu’il aille encore plus loin dans le fédéralisme européen avec les euro-obligations. Il réclame quelques mots supplémentaires sur la croissance, qu’on lui accorderait sans difficulté s’il était élu, mais qui évidemment ne changerait rien sur le fond.

Sarkozy, c’est super-fédéral, et Hollande c’est hyper-fédéral. Et bien moi je refuse leur immonde machine à broyer la démocratie et les peuples : je choisis la France !

En France, on nous annonce une ratification de ce Traité après les élections. Et les deux candidats du système Hollande et Sarkozy ont choisi bien sûr de contourner le peuple : pas de référendum, mais le parlement ! C’est un véritable scandale.

Par cet événement ici devant le siège de la Commission européenne en France, cette instance technocratique, antidémocratique et antisociale par excellence, je lance donc un avertissement solennel à nos compatriotes : ne vous laissez pas voler votre élection présidentielle !

Exigez la transparence sur les récentes évolutions européennes.


Exigez une autre Europe, parce que l’actuelle ne marche pas, parce que l’actuelle plonge les peuples dans la misère et la soumission à un ordre qui n’a plus rien de démocratique et populaire.

Parce que cette Europe-là, l’Europe de Sarkozy et Hollande, est l’ennemie des nations. Elle est l’Europe des riches et des puissances d’argent.

Je veux une Europe raisonnable fondée sur les nations, fondée sur les peuples, où la Commission de Bruxelles serait supprimée pour être remplacée par un simple bureau de coordination, plus souple et beaucoup moins cher. Une Europe où les juges cesseront d’avoir tous les pouvoirs, où notre droit national sera supérieur au droit européen. Une Europe des grands projets, de l’aventure spatiale relancée.

Une Europe qui cesse d’imposer la loi du marché partout, une Europe qui ne soit plus l’Europe des gros contre les petits !

Je prends donc l’engagement ici de déchirer le Traité de discipline budgétaire dès mon élection.

Je ferai également inscrire dans notre Constitution que l’ensemble des Traités européens doivent obligatoirement faire l’objet d’un référendum.

Je veux remettre partout le peuple français. Je veux qu’il redevienne maître de son destin. Je veux que le référendum ne soit pas seulement un argument de campagne insincère à quelques semaines des élections, mais une vraie réalité, permanente !

Enfin, j’aimerais qu’ici, dans cette ville de Paris, et partout en France, on voit moins ce drapeau devenu symbole d’une élite qui joue contre le peuple, et davantage de nos drapeaux nationaux !

Vivement la démocratie, vivement l’Europe des nations !

IV Reich continuation

 

A speech ignored against the implementation of IV Reich and his impotence (completely enfeoffed with wear) serving in each Nation its concentration camps under the attentive eye of the IMF in the pay of a new world disorder where the Life of others does not have any importance, if not as report with the interest which one can draw. We do not hear poas much made indignant, the “ecologists” the parties of “left”, all this litany of the isms to worry about their setting in serfdom, one should not anything expect servile servants of this reversed system who think only one moment that nothing is seen of their disloyalty!  Against involution must be born if and if each one fights courageously and with determination to draw aside from the power all the féaux ones and courtiers of this massive destruction armed in this quiet war against the Nations by tyranny and its plagues, ignorance, coercion, the lie.

March 9th, 2012

Intervention of Marine Le Pen before the European Commission

Posted in Current events, Press releases

Tags: , Europe, France, budgetary Sovereignty

Thursday, March 8, 2012, Marine Le Pen, with the presidential election of 2012, intervened in front of the seat of the European Commission in France.

Ladies and gentlemen,

If I gave you go here in front of the seat of the European Commission in France this morning, it is to evoke a crucial subject which however appears to me to be the large one forgotten EC campaign: European Union.

You noticed it indeed, none of the two Siamese candidates of UMP and with the PS does not deal the European question, whereas it very largely engages France, the French and their future.

Not, conscious of their perfect resemblance on the subject of Europe, the Siamese ones of UMP and the PS, which remember posed proudly together in 2005 for Paris Match in order to invite the French to say YES to the Constitution of Mr Giscard, deliberately choose during this countryside to dodge the question of Europe, with the profit of the blows of communication and the announcements without a future, when they are not the names of bird or the insults!

The only thing that we know of their European project is simple: on the one hand Nicolas Sarkozy as François Hollande were always and of course remain two unconditional partisans of Europe of Brussels, supranational Europe.

They voted all the European Treaties since the Single act and Maastricht, they were on the side of YES in 2005, they made pass Lisbon, and together they make the choice of the euro “at all costs”, to take again their expression.

In addition, we know them that they refuse to question the French by referendum on the last European evolutions, about these Treaties which they are making pass in the back of the people.

 

Whereas Ireland announced a referendum, Sarkozy as Holland show what they are: enemies of the referendum, enemies of the popular expression, candidates of the system who want to make Europe of Brussels in catimini.

I say it very clearly: the two Siamese ones of UMP and the PS are currently hiding deliberately with the French the company in the course of destruction of the national democracies, austerity with life and European disunion.

What does it occur indeed?

Without the people knowing it, without French people being clearly informed by it, of the European Treaties are being negotiated, of signature and ratification.

These European Treaties very heavily will engage French people over the years and the decades to come, and no candidate except for me speaks about it.

Thus, the Mechanism European of Stability, known as “MY”, was ratified by the French National Assembly in the general indifference of the French political community. UMP voted for, and the PS let make while abstaining from instead of voting against.

Without the French not knowing it, France engaged with height of several tens of billion euros over the next years, sums which it will have obligatorily to withdraw in the event of new failure of a State member of the euro zone.

Without the French not knowing it, is set up with the European mechanism of stability true an European Monetary Fund, FME, which will oblige our countries to pay, and which will condemn everyone to a delirious austerity, to the detriment of the employees, pensioners and middle class.

Do the French know that their money is potentially intended to reinflate other countries, like Greece, Portugal or Italy?

Don't they have the right to require that their money remain in France?

Yes of course! And yet, neither UMP neither the PS, nor their candidates informed the French of this major subject.

At the same moment, another Treaty was signed, without nobody either speaking about it. This Treaty is however fundamental too.

Signed on March 2nd, refused courageously by the United Kingdom and the Czech Republic, this Treaty known as “of budgetary discipline” devotes German Europe. Europe which serves Germany, but not France and other nations.

It is about a true European coup d'etat against the people!

That it is the European Mechanism of stability or the budgetary Treaty of discipline, it is about one copy-stuck of the German constitutional provisions imposed on the States members without conditions.

This Treaty condemns our countries to the austerity without one being able to hope to see the end of the tunnel.

It envisages automatic sanctions against the States which would leave the nails: a blow of schlague and a few hundreds of million euros to be paid, delirious system which penalizes the most involved in debt by obliging them to pay fines!

François Hollande makes pretense be opposed to it, actually claiming which it goes even further in the European federalism with the euro-bonds. He claims some additional words on the growth, that one would grant to him without difficulty if he were elected, but which obviously would not change anything on the bottom.

Sarkozy, it is super-federal, and Holland it is very-federal. And well me I refuse their unclean crushing machine the democracy and the people: I choose France!

In France, one announces a ratification of this Treaty to us after the elections. And the two candidates of the system Holland and Sarkozy chose of course to circumvent the people: no the referendum, but Parliament! It is a real scandal.

By this event here in front of the seat of the European Commission in France, this authority technocratic, antidemocratic and antisocial par excellence, I thus launch a solemn warning to our compatriots: you do not let steal your presidential election!

Require the transparency on the recent European evolutions.

 

Require another Europe, because the current one does not go, because the current one plunges the people in misery and the tender to an order which does not have anything any more democratic and popular.

Because this Europe-there, Europe of Sarkozy and Holland, is enemy nations. It is Europe of the rich person and the forces of money.

I want Europe reasonable founded on the nations, founded on the people, where the Commission of Brussels would be removed to be replaced by a simple office of coordination, more flexible and much less expensive. Europe where the judges will cease having all the powers, where our national law will be higher than the European right. Europe of the great projects, started again space adventures.

Europe which ceases imposing the law of the market everywhere, Europe which is not any more Europe of large against the small ones!

I thus undertake to tear the budgetary Treaty of discipline here as of my election.

I will also make register in our Constitution that the whole of the European Treaties must obligatorily be the object of a referendum.

I want to give French people everywhere. I want that it becomes again main of its destiny. I want that the referendum is not only one argument of insincere countryside at a few weeks of the elections, but a true reality, permanent!

Lastly, I would like that here, in this town of Paris, and everywhere in France, one sees less this flag become symbol of an elite which plays against the people, and more of our national flags!

Highly the democracy, highly Europe of the nations!