Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Le parjure
Le parjure PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Mercredi 03 Avril 2013 à 12:18

Le parjure

Comme je le disais dans le précédent, cette société est pourrie jusqu’à la moelle, et ce ne seront les coups de mentons des responsables non coupables qui y changeront quelque chose, les uns les autres en moisson de cet abîme de la corruption qui mène la destinée de cette « république » de  petits frères se protégeant les uns les autres. Il n’est question de revenir sur le cas de ce ministre tombé au champ du déshonneur dans le parjure le plus total, ministre à terre qui devrait mériter l’indignité nationale, mais qui bien sûr n’encourra cette symbolique, sa symbolique se trouvant dans l’équerre et le compas qui le protégera de l’ignominie. La chevalerie interdit de briser un homme à terre, par simple compassion. Derrière ce rideau de fumée, ce fusible de la pourriture qui sévit dans tous les rouages de cette « république » de l’ignoble, se cachent les tentacules de la déshérence et ses motions, ses ouvrages qui font la lâcheté de tous les corps qui se précipitent dans ses rets qui sont de l’ordure au sens propre du terme et non au sens figuré. L’ordure qui est le sein de la bassesse dont se servent toutes ces tentacules en action afin de pervertir les pouvoirs et les incliner à leurs plans usuraires établis. Ne vous est-il pas venu à l’esprit que nous ne sortons pas des limbes de cet « euro » ridicule, que nous ne sortons pas de ce monolithe bancaire qui fait travailler nos faibles économies dans ce jeu de roulette où se masturbent des mathématiciens pour créer des formules sans fondement destinées à engraisser l’usure et ses dévots, ne vous est-il donc pas venu à l’esprit que tout simplement parce que les uns les autres de ces pouvoirs en la face de Janus, sont pervertis, qui par l’argent, qui par les prébendes, qui par le sexe, qui par le crime ? Regardez cette députation où trône l’État dans l’État, cette franc-maçonnerie déviante qui exulte et se sert de toutes les spéculations dithyrambes que l’histoire contemporaine sait nous conter, car rien ne peut être caché à ce niveau. Les affaires se suivent et se ressemblent, les unes les autres ourdies par des loges décapitées, des francs-maçons qui n’ont rien compris à l’œuvre de la franc-maçonnerie et qui se gargarisent de leur appartenance, qui s’imaginent trônes alors qu’ils ne sont que rebuts de ces trônes, pauvres errants à la solde de ce qu’ils méconnaissent, où qu’ils oublient, de peur de perdre la face dans ce petit monde interlope pire que tout dans ces jours qui nous façonnent l’image intègre du parjure, comme elle a voulu nous façonner l’image mémorable du rut comme normal dans cette civilisation où la démence règne, et où seul compte l’avoir en portefeuille. Les femmes et hommes politiques pour la plupart ne s’appartiennent pas, pris au berceau pour être émasculés où excisées, afin d’être les esclaves de think thank qui s’ordonnent en ordre de bataille, trouvant alliance avec tout ce que compte la maçonnerie, pour imposer leur dictature mémorable, la dictature des médiocres, la dictature de la pensée unique, la dictature totale sur le droit de penser d’autrui, cet autrui qui n’est pas franc-maçon, cet autrui qui n’appartient pas à leurs sociétés de penser, primitives par essence, qui ruissellent l’infection vivipare, notamment dans notre Nation avec ce que l’on nomme Le Siècle, qui n’est tenu que par la prostitution de l’esprit aux espèces sonnantes et trébuchantes et en aucun cas par la capacité et certainement pas par la sagesse, ces deux termes n’existant dans ce royaume de la nullité exemplaire qui s’y manifeste. Qui est qui ? Qui est quoi ? Qui appartient à quoi ? Regardons ces émules de l’association franco américaine (de quelle Amérique parlons-nous ?), regardons ces héritiers d’une franc-maçonnerie déviée majoritaires dans notre gouvernement, regardons les émules du Bilderberg qui trônent, et derrière ces paravents les missi dominici des banques qui persiflent leur venin. Avons-nous là une représentation du Peuple par le Peuple pour le Peuple, en aucun cas, bien au contraire, un édifice bancal, Etat dans l’État qui le parasite, car ne servant en aucun cas la Nation, mais bien allant la corde au cou donner les clés de la Nation à sa maîtresse, qui entre parenthèses se couronne dans le Parlement de Strasbourg, l’usure dans toute sa splendeur destructive, dans toute sa dérision, dans toute son infection, dans toute sa purulence, suant le crime, la mort, les ténèbres, où ne végètent que l’atrophie et ses donneurs d’ordre, et ses tueurs de Nations, de Peuples, ses tueurs patentés qui servent si bien et qui doivent servir car tenus les uns les autres par leur fragilité, leur équivoque, leur déliquescence, et bien plus souvent par l’irréalité qui les a vus se prosterner devant la mort, la mort d’enfants, de femmes, d’hommes, torturés et assassinés dans des horreurs sans noms, et pour les uns les autres encore impliqués dans le trafic de ces enfants, de ces femmes, de ces hommes, en vue de la prostitution, de la vente d’organes humains, impliqués dans ces trafics de drogue, tous trafics entraînant l’assassinat de toutes celles et ceux qui s’y intéressent. Il n’y a que les aveugles pour ne pas voir ce qui se passe dans nos banlieues, le trafic de drogue non seulement engraisser les parrains de la drogue mais bien le laisser faire qui permet la « paix » sociale, ce laisser faire qui voit tant de policiers se suicider lorsqu’ils découvrent la pourriture qui règne au niveau des institutions, des notabilités, de tout ce petit monde qui se fête dans toutes les loges que compte notre Nation, tenant les tribunaux, tenant la justice, tenant les politiques par les testicules ou les ovaires, pardonnez-moi l’expression, mais c’est bien la seule qui existe pour correspondre à cette déliquescence qui pourrit tout, qui accepte tout, qui s’auto protège, se fertilise, et dans ses démences s’accroît une Élite alors que cela en est l’inverse dans sa totalité, même si l’on peut croire à la sincérité de certaines et de certains qui n’osent creuser dans les écuries d’Augias, tellement elles sont pleines. Qui est qui et qui touche, qui des marchés, qui des subsides pour des routes menant nulle part, qui sur les armes, qui sur les trafics y compris ceux de l’argent ? Le pourrissement d’une société commence par sa corruptibilité, et là, nous ne voyons mais devinons à quel point les strates de cette crasse sont désormais labiales, tétées des soupirs et des lamentations des larbins domestiques qui se sustentent. Le dirons-nous jamais, il faut nettoyer de fond en comble cette pourriture qui siège dans l’ombre dans toutes nos Institutions, déclarer une guerre intellectuelle à de ce qui s’accroît l’élite qui n’est que fourberie, désinence de la prismatique déshérence qui dans ses accompagnements fait rire le monde entier, délitement de toute culture, délitement de tout honneur, délitement de toute valeur, délitement total advenant cette image dans l’image qui vient avec un sourire devant les caméras de cette télévision sordide, dire en substance qu’il a été pris par la spirale du mensonge. Mais ce mensonge est un mensonge de l’État lui-même, un mensonge dont sont redevables ceux qui ont nommé le personnage. Pauvres impertinents sans la moindre noblesse qui sont bien entendus responsables mais non coupables et qui s’accrochent au pouvoir, à ce pouvoir lamentable, qui veut régir la France. Lorsqu’on a de l’honneur, lorsqu’on respecte les valeurs de la France, on démissionne, on dissout le gouvernement, et dans l’intégrité absolue, on abdique de tous pouvoirs quels qu’ils soient, afin de rendre sa légitimité au Peuple qui ne peut être dirigé par le mensonge, la félonie, qui resteront définitivement ancrés dans ce pseudo-gouvernement s’il ne rend pas les armes. Voyez-vous la pseudo-opposition demander cette démission ? Que non, Janus aux deux visages se tient coi, l’un comme l’autre de même appartenance se justifiant dans ce qui est le symbole de la purulence, de la liquéfaction de toute droiture, de tout exemple, ruine de l’espérance, on l’espère, de tous les aveugles qui ont voté pour leur prosternation au veau d’or. N’attendons plus rien de cette fange qui immole nos institutions, l’Assemblée Nationale, le Sénat, Les tribunaux, n’attendons plus rien de cette secte qui domine par un coup d’état dans l’État les « destinées » de notre Nation, préparons activement les élections qui viennent, pour nettoyer le paysage politique de toute cette déréliction, en tous lieux, communes, départements, régions, évacuons tout ce qui n’appartient pas à la France mais à l’usure, barrons la route de la gouvernance, aux francs-maçons, aux initiés des think thank, aux valets du Bilderberg, aux intriguant du Siècle, aux rotariens,  au Bnai Bright, aux payeurs de la Table Ronde, et tutti quanti qui ne sont en aucun cas les représentants légaux de notre Nation, mais bien les représentants de tout ce qui n’est pas la France et ne le sera jamais, l’usure. La France n’a pas à être dominé par les réseaux quels qu’ils soient, ces communautarismes d’affaires principalement et non de philosophie comme on le prétend, la France n’a pas à être gouvernée par ce qui ne représente en aucun cas le Peuple, par des marques vendues comme des savonnettes par des sociétés qui vivent de l’ignorance des Peuples, ignorance des appartenances, ignorance des buts de ces appartenances, ignorance globale voyant se précipiter de pauvres êtres pour serrer les mains de certaines de ces marques, mains pleines de sang pour d’aucuns, le sang contaminé, le sang du médiator, et de combien de produits gérés dans la prébende destinés à tuer, de la viande avariée au H1N1, n’en jetons plus la cour est pleine, jusqu’à ces adéquations de viande de cheval vendue pour du veau et autres. La corruption est partout, et a explosé depuis la naissance de cette fausse europe où tout est sujet à pourcentage, tout y compris par versements interposés à des « députés » qui n’en ont que le nom, permettant le passage de lois idiotes et inutiles qui travestissent pour intérêts conjugués la réalité. Le sordide est donc de ce monde, et ce sordide qui verra certainement ce gouvernement et ce Président rester au « pouvoir » ne confirmera que la règle, la règle qu’aujourd’hui, il faut définitivement éradiquer des votes, afin de circonvenir cette prébende qui s’autorise des retraites dorées qu’il faudra passer au peigne fin pour faire des économies d’échelle qui seront remarquables n’en doutons pas, tant sous le fumier réside la poule aux œufs d’or, et à ce propos il n’y a qu’à regarder cette outre percée qui se nomme « europe » qui s’autorise des versements de 1 500,00 euros de retraire pour une présence de ses larbins d’à peine six mois, une honte que rien ne peut justifier, qui s’adjuge des jetons de présence de 75 euros ou plus, pour chaque « député » qui vient pointer et vite se retire du parlement, une honte totale que ce système agréé, tenant ainsi ces vils personnages dans ses rets les plus ténébreux. Et l’Europe n’est rien par rapport à notre Nation totalement investie par les enveloppes, ah, au fait vous avez entendu parler de cet aéroport ridicule pour lequel le combat amorcé par les « écologistes » l’est sous faux drapeau, cet aéroport devant desservir dans notre propre Nation les intérêts d’une Nation étrangère qui va s’en servir comme base d’’irrigation économique de notre pays de toute sa quincaillerie qui ne résiste à aucune machine à laver, sa technologie qui brûle si on n’y prend garde, toute cette gargantuesque limonade pour laquelle très certainement ont touché bien des prébendes celles et ceux qui ont indirectement participé à sa mise en œuvre. Une belle enquête à faire par des journalistes intègres, où l’on verra sans doute bien des « élites » se retirer des pouvoirs pour se reconvertir dans la contrition, ce qui ne leur fera aucun mal, et ce qui ne nuira pas au Peuple de France. Tout est moisie, suinte la fange goutte à goutte dans notre Nation corrompue, entrelacs de la faune mafieuse et de ses supports, jusqu’en cette aberration voyant récompensé un carnet d’adresse par des millions que doivent supporter les contribuables, pendant que trônent dans les institutions internationales, leurs opérateurs et tutti quanti. Chaque commune, chaque Département, chaque Région, doivent faire l’objet d’une enquête approfondie sur la déviance de celles et de ceux qui s’inscrivent en pouvoir, je ne parle pas d’élection, les élections de marques de savonnettes étant sans intérêt et relevant du pur viol psychologique des foules si bien appris dans l’institut Tavistok, et appliqué dans notre Nation, comme dans les autres d’ailleurs. Que de surprises aurions-nous, n’en doutons un seul instant, tout un chacun peut citer des formes dont l’irrégularité est conditionnée par le pourboire. Nous pourrions continuer cet édito sur ce thème pendant des années, tel n’est pas son but, qui est simplement celui de montrer que l’arbre ne doit en aucun cas cacher la forêt, et qu’il serait temps, à tout le moins dans notre Nation, de voter pour la capacité et l’intégrité, et non les appartenances qui, quoi qu’il en soit, seront toujours parjures soit en intention soit en rétribution monétaire, au regard du devenir de la France. Qu’en tout état de cause, si ce « gouvernement » responsable mais non « coupable » persiste, les uns les autres sauront que le mensonge, la forfaiture, la traîtrise, le parjure, sont les rennes de son pouvoir et desservent en cela toutes les espérances des Françaises et des Français, trompés qu’elles et ils sont par la décérébration de l’atrophie qui les manipule et les mène à la tombe physique par viol ethnique, à la tombe intellectuelle par aporie de leur culture par la sous-culture, à la tombe spirituelle par implantation de la religion de la soumission, tout cela afin de faire oublier sa médiocrité, cette duplicité qui marque ce jour le style particulier de sa déshérence signifiante, celle vouée à l’utopie barbare de sa prononciation ridicule, le parjure dans toute sa virtuelle incandescence, symbole de l’anomie dans le réel. À suivre…

The perjury

As I said in the previous, this society is rotten to the bone marrow, and this will be the duel between shots of the responsible not guilty which is going to change something, each other in harvest from this abyss of corruption that leads the destiny of this "republic" of little brothers are protecting each other. There is no question of return on the case of this minister fell on the field of dishonor in the perjury the more total, minister to land which should merit the national indignity, but which of course does not incur this symbolic, its symbolic located in the square and the compass which will protect it from the ignominy. The chivalry prohibited to break a man to the ground, by simple compassion. Behind this curtain of smoke, this fuse of the rot that is rampant in all the workings of this "republic" of the vile, hiding the tentacles of the unclaimed assets and its motions, his works which are the cowardice of all body which rush in his dragnet which are of the scum to the Sense of the term and not in the sense figure. The scum who is the breast of the baseness which is used all of these tentacles in action in order to pervert the powers and the tilt to their plans established usurious. Do you is it not time to the spirit that we do not get out of the shadows of this "euro" ridiculous, that we do not get out of this monolith banking which is work on our weak economies in this game of roulette or engage in masturbation of mathematicians to create the formulas without foundation designed to fatten up the wear and its devotees, do you is it not therefore come to the spirit that just because the each other of these powers in the face of Janus, are perverted, which by the money, which by the benefice, which by the sex, which by the crime ? Watch this house or throne the State within a State, the franc-Maçonnerie deviant who gloats and uses all the speculation dithyrambes that contemporary history knows we conter, because nothing can be hidden at this level . The business is following and who are similar, any of the others hatched by housed beheaded, the Freemasons who have understood nothing at the opens of the freemason and which are revelling in their membership, who imagine thrones while they are not that scrap of these thrones, poor stray to the balance of what they ignore, or that they forget, for fear of losing face in this small underworld worse than everything in those days that we are shaping the built-in image of the perjury, as it has desired us to shape the image of the memorable rut as normal in this civilization or the dementia reign, and or single account the have in portfolio. The women and men policies for the majority of them did not belong, taken to the subframe to be castrated or circumcised, in order to be the slaves of think merci which is ordered in order of battle, in alliance with all that in the masonry, to impose their memorable dictatorship, the dictatorship of the poor, the dictatorship of the single thought, the total dictatorship On the right to think of others, this others which is not freemason, this others who does not belong to their companies to think, primitives by petrol, which trickle down the infection viviparous, particularly in our Nation with what is called the century, which is held together only by the prostitution of the mind to the species and monetize and in no case by the capacity and certainly not by the wisdom, these two terms is not existing in this kingdom of the nullity copy which is manifest. Who is who and who is what and who belongs to what emulated? Look at these in the Association franco-american (of what America are talking about-we ? ), let us look at these heirs of a franc-Maçonnerie deflected majority in our government, look at the likes of the Bilderberg who decanted, and behind these screens the missi dominici of banks who are heckling me their venom. Do we have a representation of the people by the people, for the people, in no case, on the contrary, a rickety building, in the State which the Interference, because only serving in any case the Nation, but ranging from the rope in the neck give the keys to the Nation to his mistress, which in parentheses to crown in the European Parliament in Strasbourg, the wear in all its splendour destructive, in all its derision, in all his infection, in all its purulence, sweat the crime, the death, darkness, or do vegetate that the atrophy and its licensors of order, and his killers of nations, peoples, his killers patent who serve so well and which must serve as required each other by their fragility, their unequivocal, their decaying, and much more often by the unreality that has seen the prostration to the death, the death of children, women, men, tortured and murdered in horrors without names, and for each other still involved in the trafficking of these children, women, of these men, in view of prostitution, the sale of human organs, involved in this trafficking of drugs, All traffic resulting in the murder of all those and those who are interested in. It is only the blind not to see what is happening in our suburbs, the drug trafficking not only fatten the sponsors of the drugs but the leave to which allows the "peace" social, this leave to do who sees so many police officers commit suicide when they discover the rot that reign at the level of institutions, leaders, of all this small world which is celebrated in all wells that account our Nation, taking into the courts, holding the justice, taking into the policies by the testicles or the ovaries, forgive me the expression, but this is the only that exists to match this decaying which rots everything, who accepts everything, who auto protected, is fertilized, and in his dementia is increasing a Elite then that it is the reverse in its entirety, even if you can believe in the sincerity of some and some who did not dare dig in the Augean stables, so they are Full. Who is he and what key, which of the markets, which the subsidies for roads leading nowhere, and on the weapons, which on the trades including those of the money the rotting? of a society begins with its perishableness, and here, we do not see but gazing at what point the strata of this goo are now spin silken cocoons, feedings of Sighs and the mourning of the domestic minions who nourish one another. The say-we never, it must be clean from top to bottom the rot that seat in the shade in all our Institutions, declare a war intellectual to of what is increasing the elite which is that trickery, appropriate conjugation of the prismatic unclaimed assets which, in its accompaniments laugh the world, a breakdown of any culture, disintegration of any honor, disintegration of any value, total disintegration event this image in the image that comes with a smile before the television cameras of this sordid, say in substance that he was taken by the spiral of lies, but this lie is a lie of the State to him The same, a lie which are accountable those who have named the character. Poor sassy without the lesser nobility who are well heard responsible but not guilty and who cling to power, to this power lamentable, who wants to govern France. When it was of the honor, when it meets with the values of the France, you resign, we dissolved the government, and in the absolute integrity, it is an abdication of all powers whatever they are, in order to make its legitimacy to the people who cannot be led by the lie, the felony, which will remain permanently anchored in the pseudo-government if it does not make the weapons, do you see the pseudo-opposition ask this resignation? That not, Janus to the two faces is held ioc, one as the other of the same membership is justifying in this which is the symbol of the purulence, of the liquefaction of any righteousness, with any example, ruin of the hope, the hope, of all the blind who voted for their prostration to the golden calf. DO NOT expect nothing more of this morass that slain our institutions, the National Assembly, the Senate, the courts, don't expect nothing more of this sect which dominated by a coup d'etat in the State the "intended" of our Nation, actively preparing for the elections to come, to clean the political landscape of this whole Jilt, in all places, commons, departments, regions, sweeping everything that does not belong to France but to the wear, Barron's, the route of the governance, the Freemasons, the insiders of the think thank, the lackeys of the Bilderberg, the intriguing of the century, the Rotarians,  the Bnai Bright, the paying of the Round Table, and tutti fissban" which is not in any case the legal representatives of our Nation, but the representatives of everything that is not the France and it never will be, the wear, and France was not to be dominated by the networks what they are, these communities; mainly in the corporate and non-philosophy as was claimed, the France was not to be governed by which do not represent the people, by the brands sold as soaps by companies who live in the ignorance of the people, ignorance of the memberships, ignorance of the goals of these memberships, overall ignorance led rush of poor beings to tighten the hands of some of these marks, hands full of blood for some, the tainted blood, the blood of the mediators, and how many products managed in the -- malcontents intended to kill, of the tainted meat to the H1N1 flu virus, no more tokens in the court is full, up to these compromise among of horse meat sold for the calf and other. The corruption is everywhere, and has exploded since the birth of this false europe or everything is subject to percentage, everything including payments by stratagem of "members" who have no use for the name, allowing the passage of silly laws and unnecessary that cross-dressing for interests combined with the reality. The sordid is therefore of this world, and this sordid which undoubtedly will be this Government and the President remain at the "power" does not confirm that the rule, the rule that today, it must be permanently eradicate of votes, in order to circumvent this -- malcontents which is authorized of pensioners gold that he will have to go to the comb end to make the economies of scale that will be an outstanding success no doubt not, both under the manure is the goose that laid the golden egg, and in this connection there is to look at this addition breakthrough which is called " Europe " which is authorized payments of 1 € 500.00 euros to retire for a presence of its minions of just six months, a shame that there can be no justification, which is awarded the tokens of presence of 75 euros or more, for each "member" who just point and quickly withdrew from the parliament, a total disgrace that this approved system, taking and these vile characters in his dragnet the more shadowy. And Europe is nothing compared to our Nation fully invested by the envelopes, ah, to the fact you have heard of this airport Ridiculous for which the struggle initiated by the "environmentalists" is under the false flag, this airport to serve in our own Nation the interests of a foreign nation that will be used as the basis of 'economic irrigation of our countries of any his hardware store which will not stand up to any washing machine, its technology which burned if we do not take care, all of this gargantuan lemonade for which very certainly have touched many of muddles those and those who have indirectly participated in its implementation. A beautiful to be investigated by the reporters embedded, or the we will no doubt much of the 'elite' to withdraw from the powers to retrain in the contrition, which not do them any harm, and that which does not affect the people of France. All is moldy, seeps from the gutter to dripping in our Nation corrupted, entrelacs mafia of the fauna and its media, up to this aberration led reward a address book by millions that must bear the taxpayers, while decanted into the international institutions, their operators Quantitative and tutti. Each common, every department, every Region, must be the subject of a thorough investigation on the deviance, one of those who are in power, I do not speak of election, the election of brands of soap being without interest and falling within the pure psychological rape the crowds if learned well in the institute Tavistok, and applied in our Nation, as in the other. That surprises would we, there is no doubt a single moment, everyone can quote the forms which the irregularity is conditioned by the tip, and we could continue this editorial on this topic for years, that is not its purpose, which is merely to show that the shaft should in no case hide the forest, and that it would be time, at least in our Nation, to vote for the capacity and integrity, and not the memberships which, in any event, will be always cursing either by intent or by monetary reward, in the eyes of the become of the France . That, in any event, if this "government" officer, but not "guilty" persists, the one the other will know that the lie, the deceit, treachery, the perjury, are the reindeer of its power and serve in this all expectations of the French and the French, deceived that they and they are by the Pithed ruminant carcasses of the atrophy that manipulates them and leads them to the grave physical rape by ethnic, to the grave by aporia intellectual of their culture by the sub-culture, to the grave spiritual by implantation of the religion of the submission, all of this in order to make people forget its mediocrity, this duplicity which marks this day the particular style of its unclaimed meaningful, that doomed to the barbaric utopia of his pronunciation ridiculous, the perjury in all its virtual incandescent, symbol of the anomie in the real. To follow…

© Vincent Thierry