Welcome ! Bienvenue ! New World Organization ®
Home
AU FIL DU TEMPS
DES ARTS
DEBATS
DEVENIR
ALL TEXTS
Documents
LIVRES REFERANTS
LIRE
LIVRES
UNIVERSALITY THEORY
HARMONIA UNIVERSUM
BOUTIQUE
Wrapper
Liens
Flux RSS
Contact
PARTICIPATION
Recherche
FOCUS SUR L'AUTEUR
Latest News
Search
Other Menu
Administrator
 
Home arrow ALL TEXTS arrow POLITIQUE arrow Le leurre
Le leurre PDF Imprimer Email
Écrit par Patinet Thierri   
Jeudi 11 Avril 2013 à 06:37

Le leurre

La nouvelle mode est au choc. Mais ces divers chocs ne sont que de la poudre aux yeux afin d’égarer les Françaises et les Français, qui dans le dédale des déclarations d’impôts, qui dans les avoirs des uns et des autres. Un pur subterfuge qui laisse l’essentiel de côté afin de ne faire percevoir que l’accessoire. En l’occurrence on soigne les conséquences mais en aucun cas la cause. Et cette cause est là devant les yeux éclairés, cachés aux yeux des ignorants qui se gargarisent dans l’opium particulier du foot bal, et de sports totalement pourris par l’argenture. La cause est liée aux appartenances, à cette reptation envers des idéaux totalement invertis, à cette transgression de la volition de l’évolution, la voyant se coaguler dans l’involution la plus sauvage, la plus répugnante qui soit, celle de l’indifférencié, dont elle atteint les rives de fange pour s’y rouler et s’y prélasser comme un miasme qui disparaîtra obligatoirement sous l’émergence du vivant qui de plus en plus en conscience ne pourra qu’écarter cette demeure des couards qui dirigent ce monde, image de celles et de ceux qui n’ont pas encore compris que le monde labial doit être dépassé afin de rayonner. En cela le choc se fait attendre dans cette mare infecte qui maille la totalité de notre petit monde, le choc qui révélera les appartenances, car c’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui pour nettoyer ces écuries d’Augias dans laquelle se baigne toute la déréliction du politique, tout ce qui n’est qu’avatar et en aucun cas probité, tout ce qui n’est que phasme et en aucun cas autorité. Les appartenances sont tues, celles à la franc-maçonnerie déviante ( 90% du Gouvernement, de la Députation, du Sénat, et des corps institués de l’État, Police, Justice, Éducation Nationale, CNRS, etc.…) une armée d’ombre qui ne s’appartient pas et ne dicte en aucun cas la politique de la France, mais la politique de l’usure dont elle est le bras armé. Nous pouvons parler des Think Thank moins imposantes, mais aussi du royaume du Bilderberg dont nous avons les dignes représentants dans notre gouvernance, et bien entendu, de ces pions sur l’échiquier qui représentent les banques, les supports de l’usure, qui veillent en tant que conseils à l’établissement de leurs lois et de leurs coutumes dans notre gouvernance comme dans toutes les gouvernances de cette planète, via le fonds monétaire international, rackettant, pillant, destituant par guerres larvaires ou diligentées, manipulées, des États qui ne pourront jamais se développer sous son joug, car devant se plier à l’usure et ses féaux. Le choc donc est celui de déclarer les appartenances des uns et des autres dans cette gouvernance qui de la tête au pied ne s’appartient pas, le choc donc est celui de déclarer les appartenances des uns et des autres dans ces oppositions qui font rire tout le monde en connaissance, voyant le front de gauche totalement entre les mains du Grand Orient, l’UMP perverti par le même, et ces petits mouvements d’une écologie morbide agenouillé devant sa détermination. La vérité est là, qu’il convient de diligenter ce choc, sans ménagement, sans autre dessein que celui de demander aux impétrants de cette aberration, que de se déclarer comme gouvernement de la France, pour le Peuple de France, et laisser tomber par déclaration solennelle toute appartenance à ce dévoiement qui voit ce jour se déclarer un choc qui n’est qu’un trompe l’œil. Qui appartient à qui éclairera bien plus que la production de déclarations d’impôts, et permettra aux Françaises et aux Français de voir qui est le gouvernement et sa piétaille, un convent maçonnique déviant pour lequel nul n’a voté, dans sa croyance que les uns les autres de cette gouvernance étaient libres de défendre les intérêts de la France, alors que pieds et poings liés ils défendent l’usure dont ils sont les esclaves par un serment prêté qui ne correspond à rien sinon à leur dilution dans la matière la plus dévoyée. Et cet espace ose parler de moralisation financière alors qu’il est l’esclave de cette outrance, de ce chancre qui par l’usure broie toute condition de gouvernance, de ce système totalement pervertie par cette atrophie de l’addiction aux gains gagnés sur le sang, la sueur, la mort des Être-Humains, comme on le voit si bien dans ces pays en voie de développement dont les Peuples commencent à se révolter contre leurs facondes. Ce système est avarié, dirigé par des hystériques qui ne s’intéressent en aucun cas à l’Être Humain comme à l’Humanité, considéré comme du bétail, qui doit le servir. Il n’y a que les imbéciles pour penser encore à une moralisation du système financier sans déboulonner cette erreur fondamentale qui consiste à prendre des intérêts sur un prêt, soit l’usure, un surplus monétaire inexistant qui ne trouve aucune fonction de valeur dans l’estimation d’un bien quel qu’il soit, mais virtuel, dans l’échelle de sa propagation fonde la virtualité la plus totale, voyant la somme des intérêts supérieurs aux valeurs réelles, engraissant toute la fainéantise de ce monde, l’incapacité créative, et pire ce délire que l’on voit aujourd’hui, celui de s’accroître gouvernance de ce monde par intermédiaire juxtaposé à la botte. Lorsqu’un gouvernement veut lutter contre la finance apatride, il convient qu’il prenne des mesures draconiennes afin d’extirper le fléau en ses propres arcanes, et non s’apitoyer sur des demi-mesures ne servant que des faux-fuyants. Et la première chose à faire c’est bien d’extraire le bras armé de cette finance apatride au sein de l’État qu’il dirige, ce bras armé qui trouve sa collusion dans l’appariement à la franc-maçonnerie déviante, aux thinks thanks aux ambitions démesurées, aux groupes silencieux dénoncés tels le Siècle, le Bilderberg, tous ces opérandes d’un mondialisme aux ordres de l’usure. Le vrai problème de l’art politique qui est l’art de diriger la cité est dans sa phagocytation par tout ce qui n’est pas lui et ne sera jamais lui, le vrai combat est donc là, clé majeure du dépassement de cette virtualité qui est le fer de lance de l’enlisement de tout pouvoir. Il ne peut exister un pouvoir dans le pouvoir, et ce d’autant plus que ce premier pouvoir est lié à l’usure et donc dans  la mise dans les chaînes de Peuples entiers. Il faut éradiquer ce premier pouvoir pour que le pouvoir puisse se gréer, et l’on me dira mais comment résister ensuite à l’usure qui diligente, manipule, autorise des guerres, des dépressions économiques, dont entre parenthèses elles profitent comme jamais. Alors serait-il temps de remettre les pendules à l’heure. Que représente cette usure, quelques milliers d’individus, accompagnés de leurs bras armés qui représentent en France à peine cent mille personnes, esclaves patentés de son arrogance, et que peut donc cette dérision face à la force de frappe de la France ? Rien, et c’est bien pour cela que l’on voit une telle haine diligentée pour toutes les Nations cherchant leur émancipation par disposition de l’arme nucléaire. Oui, la France peut s’émanciper de cette gangrène qui la ronge. Mais faut-il utiliser tous les moyens de préventions et de prophylaxie nécessaires pour dépasser l’outrance qui voudrait défier mais qui ne le pourra en aucun cas, car ses bastions vitrifiés si nécessité oblige. Où l’on voit ici que la déshérence des armées est bien programmée pour protéger cette errance.  Complémentairement faut-il qu’à la tête de l’État et de la gouvernance ne soient plus retenus tous les cannibales de cette maçonnerie déviante, comme d’ailleurs dans l’Assemblée Nationale, comme le Sénat, par des votes circonstanciés et dévoilés sur la sincérité des candidates et des candidats qui devront faire montre de leurs appartenances et les évacuer par un serment solennel avant que de prétendre à la moindre élection. Le reste n’est qu’esbroufes, poudre aux yeux, tellement véhiculées par toute la lie journalistique qui pleure sur le départ du franc-maçon de service viré comme un malpropre, et qui, comble de l’ironie, ce qui prouve la pourriture qui meut l’idéologie véhiculée par ce pseudo-pouvoir, veut revenir à l’Assemblée Nationale, alors qu’il aurait dû être condamné à l’indignité Nationale. Et voyez tous les francs-maçons, comme on l’a vu pour la perversion, se précipiter au chevet du malade, car ne croyez un seul instant que le personnage soit honni, bien au contraire, entre petits frères on se comprend, et on cherche maintenant à minimiser le parjure jusqu’à ce qu’il soit oublié par les masses dont le raisonnement diminue comme le carré de leur échantillon, ce qui veut dire tout simplement que ce raisonnement est nul et non avenu, d’où la théorie du genre qui travaille ces malades et atrophiés de l’esprit, le genre qui à l’image de ce raisonnement nul ne percevra en aucun cas leurs manœuvres dilatoires. Voyez de radios en radios, de tv en tv tout un chacun acceptant que cette gouvernance soit coupable mais non responsable, dans un cirage de pompe qui pue la reptation, dans cet esprit torve comme on l’entend sur une certaine radio mettant en accusation un compte ouvert en Suisse en 1981, pour bénéficier de taux d’usure régulier, par un représentant de la droite nationale, bien avant toute réglementation, compte en sus parfaitement déclaré au fisc ce qui n’est pas le cas de la plupart de celles et de ceux qui en détiennent. Ignominie classique cherchant dans un transfert à faire passer l’affaire sur le dos des autres. Et ces petites vermines qui se disent journalistes de surenchérir, dévoilant en cela leur propre appartenance, leur propre abjection dans laquelle ils se roulent comme les cochons dans leur merde. Ils sont les égouts de notre Nation, et bien au contraire faut-il les écouter et les regarder pour dans l’inverse de leur proposition connaître un début de vérité, car menteurs patentés, toutes ingérences dans leurs pensées permet de voir leur manipulation grotesque. Pauvres êtres ridicules aux suffisances bestiales, dans le port comme dans la voix, perroquets de leurs appartenances dévoyées enchantant les voleurs, nids de vipères qui n’ont d’autres ambitions que de détenir des petits biens matériels, inconscients de la réalité Humaine qui n’est pas seulement celle de s’agenouiller pour se faire sodomiser mais bien d’être debout et de s’élever et en aucun cas rabaisser. Il ne faut pas se leurrer, cette opération concernant le personnage montré au public sous son décor politique et en aucun cas sous sa reptation maçonnique, a été monté de toutes pièces avec les amis des amis afin de cacher la seule réalité qui doit occuper l’esprit de nos contemporains, celle des appartenances, dont chacun peut voir que l’action n’a rien de la France, et n’est rien de la France, comme d’ailleurs n’est rien de l’Europe. Cette putréfaction des valeurs cache le réel sous le phasme du virtuel, croyant ainsi apparaître plus blanc que blanc, alors que la noirceur de ses intentions se dévoile dans des lois iniques destituant la réalité Humaine, dans des lois destructrices de toutes civilisations qui se respecte, obéissant ainsi aux règles de l’usure qui ne conçoit ce monde que composite de sa volonté régnant sur des esclaves, des jouets que l’on euthanasiera, que l’on violera, sans que rien ne puisse être dit, gardée par ses chiens de guerre nés de la dissolution des armées de par ce monde. Que ce petit monde atrophié en son humanité ne se trompe, les Peuples sont en éveil, et cet éveil suit une courbe géométrique que rien ni personne ne pourra arrêter, pas même une guerre mondiale si bien demandée par l’usure qui comme d’habitude joue sur tous les tableaux, indifférente à la destruction, au génocide de Peuples entiers, du moment qu’elle engrange ses bénéfices de sang, de larme, de sueur, de mort, comme elle a commanditée la révolution anglaise sous les hospices de cette ignominie nommée Cromwell, la guerre contre les colons des Etats Unis, la révolution Française, les guerres Napoléoniennes, la guerre de 1812 contre les Etats Unis, la guerre de sécession aux Etats Unis, la guerre de 1870 avec son impétrant Bismarck, la guerre de 1914, le traité de Versailles qui s’en suivi vouant à la famine l’Allemagne, la révolution de 1917 avec ses pantins, Lénine et Trotski, puis Staline, la guerre de 1939 avec son pantin Hitler, et ces dernières guerres léguant à sa carte favorite, le communisme, une bonne partie de l’Asie, etc., etc. Pas même donc cette aberration qui suit son cours, car dans la terminaison de cette guerre, malgré le chaos qu’elle instaurera, elle ne gagnera en aucun cas contre l’Humain conscient, qui la réduira au néant dont elle vient. Ce néant qui peut être vaincu dès ce jour par la mise en évidence des appartenances des uns des autres de cette gouvernance, jusqu’en ses racines, les Institutions totalement polluées par son ingérence. Cet éveil vient, et c’est bien pour cela que le masque se masque sous des apparences, dans sa fatuité de s’accroire, dans ce délire constant qui est son moteur, l’institutionnalisation d’une « république » universelle qui n’existe que dans son imagination, lors que cette « république » universelle ne se révélera que la dictature universelle. Une dictature dont personne dans ce monde ne veut, une dictature dont tous les moyens légaux seront utilisés pour la terrasser, car elle sera terrassée, si peu représentative de la capacité, mais vecteur de toutes les valeurs inverses, le vol, le viol, le pillage, le meurtre, l’assassinat, le génocide, la destruction de tout ce qui existe pour obtenir ce petit profit de l’intérêt, cette invention de la folie et de l’hystérie associées qui sont dans l’incapacité totale de créer quoi que ce soit, et pour preuve ces actions délirantes qui n’ont d’autres buts que la protection de l’usure d’où qu’elle provienne dans le mépris le plus profond des valeurs Humaines, qui resteront éternelles, la Vie ne s’embarrassant de la pourriture et l’excluant dans son avance imperturbable. Le vrai choc sera là, dans son impétuosité, dans sa détermination, dans sa volition souveraine. La Vie pour seul écrin, la Vie terrassant cette morgue mortelle issue de la barbarie la plus putride, née de l’atrophie la plus inconséquente que ce monde ait connue, liée à un complexe de supériorité cachant la triste réalité d’un complexe d’infériorité, qui est le masque suprême de cette hérésie qui tente de circonvenir l’Humanité et la rendre esclave de ses phobies, de ses délires, de ses paranoïas, de ses délires de persécutions, tout un complexe si bien décrit par une de ses facettes et qui ne regarde que cette face de l’humanité, une face qui devra rentrer dans les valeurs Humaines ou bien se voir contrainte et surtout en aucun cas, martyrisée. Cela vient. À suivre…

The decoy

The new mode is in shock, but these various shocks are that of the powder in the eyes in order to bamboozle the French and the French, who in the maze of tax returns, which in the assets of each other'S a pure subterfuge that leaves the bulk of side in order to do to perceive that the accessory. In the case we treated the consequences, but in no case the cause, and this cause is before the eyes lighted, hidden in the eyes of the ignorant who revelled in the opium of the particular football bal, and of sports totally rotten by the silvering. The cause is related to the memberships, to this creeping toward the ideals completely inverted, to the transgression of the volition of evolution, the light will coagulate in the involution the more savage, the more repugnant, which is the of the undifferentiated, which it reached the shores of filth to roll and sit and relax as a we could necessarily which will disappear under the emergence of the living who more and more in awareness can only move This remains the cowards who run this world, an image, one of those who have not yet understood that the world cold sores) must be exceeded in order to radiate. In that the shock is having to wait in this mare infected which mesh the totality of our small world, the shock which will reveal the memberships, because that is what it is today to clean the Augean stables in which bathes the entire dereliction of the policy, all that does is that avatar and in no case probity, everything that is that phasme and in no case authority. The group memberships are killed, those to the franc-Maçonnerie deviant ( 90% of the Government, of the Deputation, the Senate, and of the body imposed by the State, Police, Justice, National Education, CNRS, etc. …) an army of shadow that does not belong and do dictated, in no case the policy of France, but the policy of the wear that it is the weapon arm. We can talk about the Think Thank less impressive But also of the kingdom of Bilderberg which we have the worthy representatives in our governance, and of course, of these pawns on the chessboard that represent the banks, the media of the wear, which shall ensure as a advice to the establishment of their laws and their customs in our governance as in all the governance of this planet, through the international monetary fund, racketeering along, looting, disbanding by wars or larval Caractéristiques, manipulated, States can never develop under its yoke, because before bend to the wear and its feaux. The shock therefore is the right to declare the group memberships of each other in this governance that of the head to the foot does not belong, the shock is therefore the right to declare the group memberships of each other in these oppositions which are laughing all the world in knowledge, light the front of left completely in the hands of the Grand Orient, the UMP perverted by the same, and these small movements of a morbid ecology knelt before his determination. The truth is, That it should be to expedite this shock, unceremoniously, without any other purpose than to ask the admits students of this aberration, that to declare themselves as government of France, for the people of France, and let it drop by solemn declaration any belonging to this degeneration who sees this day to declare a shock which is only a trompe l'oeil. Who belongs to which will enlighten much more than the production of tax returns, and will ensure that the French and the French to see who is the government and its rank and file, a deviant masonic convent for which no one has voted, in his belief that each other of this governance were free to defend the interests of France, while bound and gagged they defend the wear which they are the slaves by an oath which does not correspond to nothing but their dilution in the most perverted. And this space dared to talk about financial moralization then he is a slave of this sameness, of this abomination which by the wear crushes any condition of governance, of this System totally perverted by this atrophy of the addiction to the gains earned on the blood, sweat, the death of the be-humans, as we can see if well in these developing countries whose peoples are beginning to revolt against their facondes. This system is decadent, headed by hysterical people who have no interest in any case to the human being as to humanity, which is considered to be of the cattle, which must serve. There is that the idiots for thinking of the moralization of the financial system without unbolt this fundamental error which is to take interest on a loan, either wear, a non-existent monetary surplus who finds no value function in the estimate of one well whatever it is, but virtual, in the scale of its spread based virtuality the more total, led the sum of the higher interests to the actual values, fattening any the sloth of this world, the inability creative, and worse this delirium that one sees today, the right to increase governance of this world By intermediate juxtaposed with the haystack, when a government wants to combat the funded stateless, he agrees that it will take drastic measures in order to eradicate the scourge in its own arcane, and not to feel sorry for half-measures used only of the prevarication. And the first thing to do is well to retrieve the weapon arm of this financed stateless within the State of which he headed, this arm weapon which found its collusion in the pairing to the franc-Maçonnerie deviant, the thinks thanks to the grand ambitions, the silent groups denounced such the century, the Bilderberg, all of these operands of a globalism to the orders of the wear. The true problem of political art which is the art of directing the city is in its phagocytation by all that is not him and never will be to him, the true struggle is therefore here, major key of the overrun of this virtuality which is the spearhead of the stagnation of any power. It can only be a power in the power, and the more so More than this first power is linked to the wear and therefore in the implementation in the chains of entire peoples. It must eradicate this prime power for that power can ever be Greer, and the they will tell me but how could you resist then to wear which diligent, manipulated, authorized of wars, economic depression, which in parentheses they benefit as never. then would it time to set the record straight time. That represents this wear, a few thousand individuals, accompanied by their arm weapons which represent in France to just one hundred thousand people, slaves patent of his arrogance, and that can therefore this derision face to the French force de frappe? Nothing, and that is why we see such a hatred conducted for all nations seeking their emancipation by provision of the nuclear weapon. Yes, France may emancipate themselves from this cancer, which the La Ronge. But is it necessary to use all the means of preventing and prophylaxis needed to exceed the death which would defy but who does the will in No case, because its bastions vitrified if necessity. Or you can see here that the unclaimed assets of the armed forces is well programd to protect this wandering.  Additionally need it be that, at the head of the State and of the governance are no longer retained all the cannibals of this masonry deviant, as elsewhere in the National Assembly, as the Senate, by votes of detailed and are disclosed on the sincerity of the candidates who will need to show of their memberships and the evacuated by a solemn oath before that to pretend to the lesser election. The rest is only esbroufes, powder in the eyes, so conveyed by the entire linked journalistic who cried in the departure of the freemason of service transferred as a messy, and who, ironically, which proves the rot that moves the ideology promoted by this pseudo-power, wants to return to the National Assembly, even though it should have been sentenced to the National indignity, and see all the masons, as was seen for the perversion, is Rush to the bedside of the sick, because they cannot believe a single moment that the character is hated, on the contrary, between small brothers you try to understand, and they are now trying to minimize the perjury until it is forgotten by the masses of the reasoning decreases as the square of their sample, which simply means that this reasoning is null and void, or the theory of the kind who worked these sick and atrophy of the mind, the kind that to the image of this reasoning no one will perceive in any case their dilatory maneuvers. See of radios in radios, tv in tv everyone agreeing that this governance is guilty but not responsible, in a shoeshine pump which reeks of creeping, in this spirit cursory glance as you can hear on a certain radio indictments against an account opened in Switzerland in 1981, to qualify for regular wear rate, by a representative of the national right, well before any regulation, account in addition perfectly said to the IFCS which is not the case of Most of those and of those who have classic ignominy. seeking in a transfer to move the case on the backs of the other, and these small vermin who say they are journalists of outbidding, unveiling in it their own membership, their own baseness in which they are rolling as the pigs in their shit. They are the sewers of our Nation, and quite the contrary is it to listen to and watch for in the opposite of their proposal know a beginning of truth, because liars patent, all interference in their thoughts allows you to see their grotesque manipulation. Poor beings look ridiculous in the sufficiencies bestial, into the port as in the voice, parrots of their allegiances led astray enchanting thieves, nests of vipers who have no other ambition than to hold the small material goods, unconscious of the human reality which is not only the one to kneel down to be sodomised but to be upright and to raise and in no case lower. We must not delude ourselves into thinking that this operation concerning the character shown to the public under Its decor policy and in no case under its creeping masonic, has been mounted on all parts with the friends of friends in order to hide the only reality which must occupy the minds of our contemporaries, that of the memberships, which everyone can see that the action has nothing of France, and it is nothing of France, as elsewhere, is nothing of Europe. This rot of the cached values the real under the phasme the virtual, believer and appear whiter than white, while the darkness of its intentions to be unveiled in the iniquitous laws disbanding the human reality, in laws destructive of all civilizations that is respected, obeying the rules of the wear, which only sees this world as composite of prevailing on its willingness of slaves, of toys that the euthanasiera, that the it will violate, without that nothing can be said, guarded by his dogs of war born of the dissolution of the armed forces of by this world. That this small world atrophy in his humanity is wrong, the peoples are in awakening And this awakening follows a geometric curve that nothing and no one can stop, not even a world war if well requested by the wear which as usual plays on all the tables, indifferent to the destruction, the genocide of entire peoples, of the time that she garnered its profits of blood, tears, sweat, of death, as it had commissioned the english revolution under the hospices of the shame named Cromwell, the war against the settlers of the United States, the French revolution, the Napoleonic wars, the war of 1812 against the United States, the war of secession in the United States, the war of 1870 with its incumbent Bismarck, the war of 1914, the Treaty of Versailles, which is in monitoring dedicates himself to the famine the Germany, the revolution of 1917 with its puppets, Lenin and Trotsky, and then Stalin, the war of 1939 with his puppet Hitler, and in recent wars bestowing to its favorite card, the communism, a good part of Asia, etc. , etc. Not even therefore this aberration which follows Its course, because in the termination of this war, despite the chaos it would come, it will not gain in any case against the Human aware, that the will reduce to the nil which it originates. This none that can be vanquished from that day by highlighting the memberships from each other in this governance, until its roots, the Institutions totally polluted by his interference. This awakening comes, and it is for that reason that the mask will mask under appearances to the contrary, in its Hubris currently afflicts many American to believe, in this delirious constant which is its engine, the institutionalization of a "republic" universal that exists only in his imagination, when that this "republic" universal will prove that the universal dictatorship. a dictatorship in which person in this world does not want to, a dictatorship in which all legal means will be used for the wrestling, because it will be terraced, if little representative of the capacity, but vector of all the values reversed, theft, rape, looting, murder, assassination, the Genocide, the destruction of everything that is there to get this small benefit of the interest, this invention of madness and hysteria associated with that are in the total inability to create anything, and to proof these delusional actions which have no other goal than the protection of the wear of or that it comes from in the the deepest contempt of human values, which will remain forever, the Life is embarrassing of the rot and the excluding in its advance imperturbable. The real shock will be there, in his impetuosity, in its determination, in its sovereign volition. The Life for single ecrin, life slaying this morgue fatal outcome of the barbarity the most putrid, born of the atrophy the more inconsistent than this world has ever known, linked to a superiority complex hiding the sad reality of an inferiority complex, which is the supreme mask of this heresy which is attempting to circumvent the humanity and the make slave of his phobias, of its delusions, of its paranoias, of its delusions of persecution, all a Complex if well described by one of its facets and who do not look at this face of humanity, a face which must return to the human values or well will see constraint and especially in any case, martyred. This originates. To follow…

© Vincent Thierry